Universe image Carte de visite Universe image Carte de visite

Carte de visite

Gisèle Quenneville, Linda Godin and Daniel Lessard meet exceptional francophones from throughout Canada and beyond. Discover politicians, artists, entrepreneurs and scientists whose extraordinary stories are worth telling.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Donat Lacroix: Acadian Singer

Donat Lacroix is one of the most renowned Acadian singers. Many of his songs are part of the Acadian heritage, and, by extension, so does Donat Lacroix. Caraquet has the reputation of being a cultural town. Many festivals are hosted there and many artists are still born and thrive there. Donat Lacroix has been singing about Acadia, the sea, fishing and the people from his stretch of land for over 50 years.
Here is a meeting with a staple figure of Acadia`s rich culture…



Réalisateur: Alexandra Levert
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Titre :
Carte de visite


Pendant que LINDA GODIN présente son invité, DONAT LACROIX, chanteur et pêcheur, on montre des images de la ville de Caraquet.


LINDA GODIN

La mer, c'est un peu,

beaucoup, le coeur de l'Acadie.

Elle berce son économie, elle

rythme la vie des villes et

villages la longeant, comme

Caraquet. Située dans la

péninsule acadienne au

Nouveau-Brunswick, cette ville

se surnomme La Capitale de

l'Acadie. Caraquet vit de la

pêche, mais elle est le siège

de plusieurs institutions

importantes, dont la Fédération

des caisses populaires

acadiennes, le journal L'Acadie

nouvelle, et l'École des Pêches

du Nouveau-Brunswick. Caraquet

a la réputation d'être une ville

culturelle. Il y a plusieurs

festivals et de nombreux

artistes y sont nés et créent

encore ici. Donat Lacroix est

l'un de ses plus illustres

habitants. Il est l'un des

chanteurs acadiens les plus

connus là-bas. Plusieurs de ses

chansons font partie du

patrimoine acadien et Donat

Lacroix, par le fait même, en

fait aussi partie. Ça fait plus

de 50 ans qu'il chante l'Acadie,

la mer, la pêche, les gens.


L'entrevue a lieu au salon de DONAT LACROIX.


LINDA GODIN

Donat Lacroix, bonjour.


DONAT LACROIX

Bonjour.


LINDA GODIN

On a l'impression que vous

avez tout le temps chanté

tellement ça fait longtemps que

vous chantez. Vous avez commencé

à quel âge en fait?


DONAT LACROIX

Quand j'allais à l'école,

c'était le couvent. Les soeurs

avaient une petite chorale puis

je chantais là. Puis quand je

suis allé au collège, j'ai

joint une chorale qu'il y avait

là.

Puis dans cette chorale-là, on

était environ 38-40 à peu près.

Y avait un petit groupe de deux

basses, deux barytons, deux

deuxièmes ténors et deux ténors

qui étaient à part, qui

mimaient des chansons, des

chansons traditionnelles. Puis

je faisais partie de ça. Après

ça, je suis allé au Québec, à

La Pocatière. J'ai fait partie

d'une chorale là puis j'ai formé

un même petit groupe comme ça

là-bas. Alors quand j'ai terminé

l'université en 62, j'étais

rendu tout seul sur la scène.

Alors ça date depuis 1962 que

je fais des spectacles tout

seul.


LINDA GODIN

C'est ça. Vous avez chanté...

et vous chantez encore, ça fait

50 ans.


DONAT LACROIX

Ça fait 53 ans, je pense, que

je chante.


LINDA GODIN

Et vos cordes vocales vous en

tiennent pas trop rigueur?


DONAT LACROIX

Non. Puis... regarde, j'ai

jamais fait une carrière dans

la chanson. Ça, c'était

parallèle à une autre carrière

qui a été la pêche.


LINDA GODIN

Mais comment vous avez

fait pour faire autant

de spectacles?


DONAT LACROIX

Y a des années, j'en faisais

60 et quelques.


LINDA GODIN

Sans agent.


DONAT LACROIX

On m'a toujours trouvé.


LINDA GODIN

Vous aviez très souvent pas

de contrat non plus.


DONAT LACROIX

Non. Moi, je signe pas de

contrat. J'ai pas signé de

contrat avec vous autres là

encore. Bon. Des émissions avec

Radio-Canada, puis

Télé-Métropole. Puis on faisait

des messages publicitaires. Là,

il fallait signer des contrats

ou jouer dans des films--


LINDA GODIN

Mais quand vous faisiez des

spectacles là...


DONAT LACROIX

J'en signe pas, de contrats.

Non. Ma parole est aussi bonne,

oui, peut-être meilleure. Quand

je dis que je vais y aller, je

vais y aller.


LINDA GODIN

Avez-vous perdu de l'argent

à cause de ça? Avez-vous

l'impression... Parce que sans

contrat... Non?


DONAT LACROIX

Regarde, je vais te dire...

j'ai souvent chanté pour pas

grand-chose. Je suis parti

d'ici une fois pour aller dans

St-Frédéric de Beauce, au

festival folklorique, avec ma

voiture puis une pianiste, le

tout pour 125 piastres. Tu peux

t'imaginer, après que j'ai payé

les dépenses... Vu que

l'essence était pas chère

à l'époque.


LINDA GODIN

Oui, mais quand même.


DONAT LACROIX

Non. Veux-tu que je te dise,

quand les gens me demandent:

"Comment est-ce que tu charges?"

Je leur dis, les dépenses, ça se

chiffre à tant. Après ça, vous

me donnez ce que vous voudrez.

Ça les embête un peu, mais moi,

ça m'embête pas. Regarde, je

vous ai dit: Vous me donnez ce

que vous voudrez, parce que je

comptais pas sur la chanson pour

faire ma vie. C'est pas la

vedette puis le show que je

cherchais, moi. C'est le plaisir

de chanter. C'est vrai, le

plaisir de chanter. Puis c'est

encore de même aujourd'hui.

Moi... je suis un gars qui a

passé sa vie sur la mer,

puis dans la vie, je me laisse

aller avec le courant.


LINDA GODIN

Est-ce que j'ai raison en

disant qu'à peu près tous les

Acadiens qui sont âgés de

35 ans et plus connaissent vos

chansons? Vos plus grands succès

en tout cas.


DONAT LACROIX

Pas mal, oui. Les plus

jeunes, je dirais, peut-être

dans la vingtaine ou moins,

c'est normal. Mais y en a.


LINDA GODIN

Parce que vous avez été

extrêmement populaire dans les

années 70.


DONAT LACROIX

Je chantais quasiment pour

rien, c'est pour ça que je

chantais partout! C'est vrai.

Non. Tous les festivals,

imagine-toi! Le festival de

Shediac là, festival des

pêches à Cap-Pelé, festival

des homards à Shediac, festival

à Shippagan...


LINDA GODIN

À ce moment-là, vous pouviez

pas pêcher en même temps. Y a

eu plusieurs années où vous

faisiez que la carrière de

la chanson.


DONAT LACROIX

Regarde, la pêche au homard

là, ça commence le 30 avril

puis ça finit le 30 de juin.

L'automne, autour du 20 août, 15

août, 20 août commence. Ça dure

un mois. Tout le restant, fin

septembre, octobre, novembre,

décembre, le printemps, y a pas

de pêche. C'est gelé. Mais...

y a du temps en masse pour

chanter. T'es libre de chanter,

de mettre ce travail-là de côté

pour aller chanter. Puis comme

je t'ai dit, j'ai jamais eu de

gérant, j'ai jamais voulu, moi,

qu'on me pousse dans le dos. Un

gérant, lui, il a un

pourcentage du spectacle puis y

a des contrats qu'il cherche

pour toi. Il fait la charrue, il

ouvre le chemin devant toi.

Telle soirée, faut que t'ailles

chanter là. Non, non. Moi, y a

personne qui me dit: Tu vas

aller là puis tu vas aller là.

Non. J'irai ce que je veux quand

je veux. OK? Tu sais, je suis

un gars qui reste libre. Tu me

diras pas d'aller à gauche si

je veux aller à droite. C'est

comme ça. Libre dans la vie

puis j'accepte d'aller chanter

là ou j'accepte pas. La plupart

du temps, j'accepte. La chanson,

c'est encore une partie de ma

vie. OK? Mais j'ai toujours

refusé que ce serait ma mort.

Dans le sens que si je suis

obligé de chanter pour

vivre, j'aimerai plus ça. Ça

sera business pour moi,

ça sera...


LINDA GODIN

OK.


DONAT LACROIX

Dans le sens que je serais

moins vrai. C'est trop...

Comme tu dis, trop business.

Puis moi, quand ça touche ça...


LINDA GODIN

Ça vous plaît moins.


DONAT LACROIX

Non. Ça m'enlève le plaisir.

Me semble que j'aurais pas

l'âme pour le faire. Donc je le

fais comme... J'aime ça, je

fais comme ça. Puis ma vie

est belle. J'ai fait la plus

belle vie du monde. Je la fais

encore. C'est vrai. Je

recommencerais demain matin

puis je changerais pas de façon

de faire, pas à l'âge que je

suis rendu.


Dans un autre segment, DONAT LACROIX joue de la guitare et chante une chanson avec sa femme, ÉMÉ LACROIX.


DONAT LACROIX

♪ Viens voir l'Acadie

Viens voir le pays

Le Pays qui m'enchante

Je te le dis je te le chante

Je te le crie je te le montre

200 ans ont passé

On a fait qu'exister

Perdus dans le silence

Si tu regardes au loin

Tu verras qu'on revient

Qu'on remonte la pente

Viens voir l'Acadie

Viens voir le pays

Le Pays qui m'enchante

Je te le dis je te le chante

Je te le crie je te le montre

Tu trouveras des pêcheurs

Des gars qui ont du coeur

Et plein de courage

L'air pur de l'océan

L'odeur des coquillages

Parfumeront ton visage

Viens voir l'Acadie

Viens voir le pays

Le Pays qui m'enchante

Je te le dis je te le chante

Je te le crie je te le montre

Tu trouveras des copains

Des amis acadiens

Qui parlent ta langue

Si tu viens sous mon toit

Ce sera comme chez toi

On saura te comprendre

Viens voir l'Acadie

Viens voir le pays

Le Pays qui m'enchante

Je te le dis je te le chante

Je te le crie

Je te le montre ♪♪


L'entrevue avec LINDA GODIN se poursuit.


LINDA GODIN

Monsieur Lacroix, on dit

souvent que vous êtes un fier

Acadien. Qu'est-ce que c'est un

fier Acadien?


DONAT LACROIX

Moi, je suis fier de notre

culture, de notre langue,

de notre parlure,

de nos chansons, de nos

habitudes. Je suis fier de ça.

On a pas la même histoire

qu'ailleurs au Canada. Peut-être

au Québec. À cause de tout

notre passé qu'on a vécu.

Passer à travers la misère et

les difficultés, la

déportation, revenir,

recommencer, ça nous a rendus un

peuple... timide.

Quand on a commencé à avoir nos

chansonniers, nos auteurs, à

nous voir à la télévision, on

s'est regardés: Mautadit! Puis

on savait qu'est-ce que

les autres ressemblaient, mais

nous autres, on savait pas trop

qu'est-ce qu'on ressemblait.

Mais quand on a commencé à se

voir, ouh, on paraît pas si

mal, tu sais? Puis ça, ça nous

a donné une fierté, une fierté.

Je sais pas si j'ai répondu

à ta question.


LINDA GODIN

Tout à fait.


DONAT LACROIX

Je suis fier de ça, moi.


LINDA GODIN

Mais je veux parler de votre

chanson Viens voir l'Acadie.


DONAT LACROIX

Oui.


LINDA GODIN

Qui est une de vos chansons

les plus célèbres. Qui est un

hymne d'amour à l'Acadie. Vous

l'avez écrite comment,

cette chanson-là?


DONAT LACROIX

Je m'en venais d'Edmundston.


LINDA GODIN

Dans le Nord-Ouest.


DONAT LACROIX

Oui. Dans le Nord-Ouest du

Nouveau-Brunswick.

C'est le temps que Viola, ou la

Sagouine, commençait à faire ses

tournées, commençait à faire

des télévisions puis d'être

connue. Puis je connaissais bien

Viola. Alors j'ai dû penser.

Je devrais écrire une

chanson. Et elle a commencé à

nous faire connaître un peu.

J'ai écrit une chanson.


LINDA GODIN

OK. L'Acadie commençait à se

faire connaître davantage. OK.


DONAT LACROIX

Une chanson pour inviter les

gens à venir nous voir. Puis

la plus grosse réception de

cette chanson-là, ça a été sur

les plaines d'Abraham à la Super

Franco fête à Québec, en 76,

je crois, ou ces années-là.

Je chante Jos-Frédric, une

chanson de mon grand-père. Une

chanson de pêcheur, de tempête,

les noyades, tout ça. En tout

cas, jusqu'à ce temps-là, le

monde était assis sur les

plaines. Y avait comme 40 000.

J'ai dit: "J'ai écrit une

petite chanson pour

vous autres vous invitant

à venir nous voir si ça adonne,

tu sais?" OK? On aime ça. On

aimerait ça la visite nous

autres. Je chante

ça, puis l'affaire...


DONAT LACROIX fredonne.


DONAT LACROIX

Ça a fait tout garrocher debout.

Eh, 40 000 personnes qui se

lèvent. Ouh! Ça va puis ça

brasse. C'est bras dessus, bras

dessous puis ça fait comme ça,

ça bouge.


LINDA GODIN

Une vague presque.


DONAT LACROIX

Seigneur! Cette chanson-là,

c'est tellement simple.


LINDA GODIN

Vous l'avez écrite en voiture,

c'est ça?


DONAT LACROIX

Oui. En roulant en voiture,

oui. J'écrivais ça. Je pensais:

On va inviter les gens à

venir nous voir. Une petite

chanson. Qu'est-ce qu'on

dirait? Qu'est-ce que, s'ils

venaient chez nous, ils

pourraient voir? Ils vont voir

des Acadiens qui parlent leur

langue. OK. Puis ils vont voir

des pêcheurs, des gens, les

gens de la mer. Les Acadiens,

la plupart... à part l'Acadie

des terres et forêts. OK. Mais

la plupart sont tous parsemés

le long des côtes acadiennes,

Nouvelle-Écosse, OK. Alors

j'arrivais chez nous, j'ai fait

une petite mélodie simple.

Je ramasse la guitare. Je chante

ça à Émé Regarde, Émé, j'ai

une petite chanson. J'avais ça

sur le siège de la voiture.

Ça marchait. Oh! Elle a dit: Ça,

les gens vont embarquer

tout de suite là-dedans.


LINDA GODIN

J'aimerais ça parler de

l'Acadie moderne, d'aujourd'hui.

Qu'est-ce que vous pensez de

l'Acadie aujourd'hui? Comment

trouvez-vous qu'elle est?

Tournée vers le passé ou elle

est tournée vers l'avenir?


DONAT LACROIX

Oui. Bien... faut de temps en

temps que tu regardes d'où t'es

parti, d'où tu viens pour

savoir où tu vas. Si je parle

de la chanson, la chanson, on a

évolué là-dedans. Mais les

jeunes reviennent, ce qu'ils

appellent, eux autres, le trad,

traditionnel un peu.


LINDA GODIN

Oui.


DONAT LACROIX

Parce qu'il y a eu des

concours de violoneux ici à

l'intérieur des festivals

acadiens, les premiers concours

de violoneux que j'animais,

c'est toutes des vieilles

personnes. Puis moi,

j'ai pensé: Ça va se perdre, ça!

C'est tous des vieux! Mais non!

Arrive 1755, arrive Dominique

Dupuis, arrive Suroît des

Îles-de-la-Madeleine, arrivent

tous ces groupes-là, qui

prennent des chansons puis qui

donnent un rythme à leur façon.

Ça, ça me plaît beaucoup.


LINDA GODIN

Est-ce que l'Acadie vous

enchante toujours?


DONAT LACROIX

Bien oui. J'aurais arrêté de

la chanter. Si tu regardes

aujourd'hui puis tu regardes le

passé, ici, la pêche est

contrôlée par des compagnies

américaines. Avant ça, c'est

les Jersiais qui

contrôlaient les pêches, qui

exploitaient les pêcheurs. Les

Robin, tout ça. Aujourd'hui,

les gens d'ici possèdent la

plupart, contrôlent les usines

de pêche, tout ça.


LINDA GODIN

Hum-hum.


DONAT LACROIX

Les caisses populaires

Desjardins, c'est très

florissant au Québec. Ici, ça

commençait tranquillement.

Regardez aujourd'hui, la

Fédération des caisses

populaires. On a une caisse

populaire où on peut aller

emprunter des sous.


LINDA GODIN

Les Caisses populaires

acadiennes.


DONAT LACROIX

Oui. Regarde, notre économie,

là aussi, a développé la pêche

et tout ça. Puis des industries

qui sont implantées ici. Je

trouve qu'on contrôle plus nos

affaires. Avant ça, on était...


LINDA GODIN

Hum-hum. Y a une richesse qui

s'est bâtie en Acadie, qu'il y

avait pas à une certaine époque

évidemment.


DONAT LACROIX

Avec les caisses populaires,

ça a aidé des commerces à

partir. Emprunter pour des

commerces, on peut emprunter

pour bâtir des maisons et tout

ça. Le développement économique.

Premier couplet de la chanson

Viens voir l'Acadie...

200 ans ont passé, on a fait

qu'exister, perdus dans le

silence. Mais si tu regardes au

loin, tu verras qu'on revient.

On remonte la pente.


LINDA GODIN et DONAT LACROIX sont dans le jardin de DOINAT LACROIX.


LINDA GODIN

Monsieur Lacroix, l'astronaute

canadien Steve MacLean est

allé à la pêche avec vous.

Comment ça s'est fait, ça?


DONAT LACROIX

La pêche au homard. Non, c'est

qu'il était venu donner une

conférence ici à Caraquet puis

il voulait aller à la pêche en

mer, pêcher le homard. On me l'a

référé. Puis moi, j'aime ça

amener des touristes au large.

On placote, tout ça puis le

soir, je lui dis: "Viens passer

une veillée à la maison." On a

mangé du homard, une petite

bière. Puis j'ai fait des

chansons. Puis lui, il disait:

"Toi, tu navigues sur la mer,

moi, je navigue dans l'espace."

Il dit: "Aurais-tu une cassette

de tes chansons? J'aimerais ça

amener ça dans l'espace." Alors

oui, je lui en ai donné une.


DONAT LACROIX montre une cassette audio à LINDA GODIN.


LINDA GODIN

Ça, c'est la cassette.


DONAT LACROIX

Oui, c'est la vraie cassette.

Puis même, j'ai vu dans des

clippings de journaux que le

soir, pour se reposer, il

regardait la Terre en écoutant

la musique acadienne. Ça fait

qu'il y a pas beaucoup de

musique acadienne qui a joué

dans l'espace. Puis il m'a

écrit quelque chose là-dedans.

Alors que "cette cassette-là a

fait 160 orbites autour de la

Terre puis a voyagé 4,3

millions de milles." Et la

cassette, parce qu'il est venu

me revoir après ça, il m'a

ramené la cassette. C'est pour

ça que je l'ai en main.


L'entrevue se poursuit au salon de DONAT LACROIX.


LINDA GODIN

Monsieur Lacroix, on vous

appelle le pêcheur chanteur.

Votre casquette de marin, c'est

un peu pas mal votre signature.

Vous en avez beaucoup de

ces casquettes-là?


DONAT LACROIX

Je crois que j'en ai une,

deux, trois... J'en ai cinq,

je crois. J'en ai une pour la

semaine.

J'en ai une pour les dimanches.


LINDA GODIN

Les occasions spéciales.


DONAT LACROIX

Oui. Puis pour les

spectacles. Puis là, j'en ai

une toute neuve.


LINDA GODIN

Pour nous.


DONAT LACROIX

Pour TFO.


LINDA GODIN

C'est bon.


DONAT LACROIX

Ça fait longtemps que j'ai

une casquette de même.


LINDA GODIN

Oui. Moi, je vous ai toujours

vu avec cette casquette-là.


DONAT LACROIX

Oui. C'est ma marque

de commerce.


LINDA GODIN

Oui. C'est ça. Qui est

Jos-Frédric?


DONAT LACROIX

Joseph Frédric Lacroix, c'est

mon grand-père. Imposante

carrure d'épaules, un peu

intransigeant, un peu sévère.

Qui savait faire la pêche.

C'était un modèle. J'ai grandi

avec lui. Il m'a conté beaucoup

d'histoires. Puis il m'a conté

cette aventure de pêche, le 5

de juin 1914 où y a eu 27 noyés

dans cette tempête-là. Une

tempête, un 5 de juin, c'était

pas normal. Ça de neige sur le

sol. Puis des vents comme ça.

Fait qu'il y a eu beaucoup de

tempêtes sur la côte de

Lameque, Caraquet et Shippagan.

Lui, il était pris dans la

tempête. Mais une bonne journée

après, la tempête était finie,

il a ressoudu. Puis en passant

près de l'île de Miscou, dans

l'Anse de la plaine qu'on

appelle, on a reconnu sa

goélette. Il a ramé jusqu'à la

côte, il a ramassé le noyé, l'a

mis sur le pont de bateau puis

l'a emmené à Caraquet. Alors

toute cette histoire-là, je

l'ai mise en chanson. À un

moment donné, y a eu un

concours national de la chanson.

Y a eu 1069 chansons soumises.

Moi, j'ai envoyé Jos-Frédric.

Fallait en choisir 10. Ils en

ont choisi 10. Jos-Frédric était

dans les 10. J'ai dû aller à

Radio-Canada, à l'émission Les

Beaux Dimanches qui existait.


LINDA GODIN

Oui, oui.


DONAT LACROIX

C'est Vic Vogel qui dirigeait

l'orchestre. Et interpréter en

direct pour le national la

chanson Jos-Frédric.


LINDA GODIN

Et Jos-Frédric, c'est aussi

le nom de votre bateau,

sur lequel vous avez longtemps

pêché, est devenu le Boat

à chansons.


DONAT LACROIX

Oui.


LINDA GODIN

Parlez-moi du Boat à chansons.


DONAT LACROIX

Faut te dire que je l'ai

construit moi-même, le bateau.

Derrière la maison ici. Pas de

hangar, rien. J'avais un courage

dans ce temps-là!


LINDA GODIN

Vous êtes un

travailleur acharné.


DONAT LACROIX

Oui. Mais je suis un petit peu

têtu. J'ai commencé ça, je vais

le finir. Alors imagine-toi les

tempêtes d'hiver. J'enlève la

neige, je continue à

travailler dessus avec des

grosses mitaines. En tout cas,

je l'ai terminé sur une période

de deux ans et demi. Entre

temps, fallait que je pêche le

homard. Des fois, j'étais

instructeur à l'École des

Pêches. Puis je pêchais en

automne avec un autre pêcheur.

Les journées de tempête puis

les journées où je pouvais pas

travailler dessus. Tout ça

ensemble fait que j'ai travaillé

comme neuf, dix mois d'ouvrage

à le mettre à l'eau. Je l'ai

construit sur la même longueur,

même dimension que la goélette

de mon grand-père, qui avait un

nez rond en avant, l'étrave en

avant du bateau. Ça s'appelait,

ce type de goélettes-là, les

nez ronds. Alors y a une coque,

deux mâts, mais j'ai mis une

cabine en arrière qui est pas

vraiment une goélette. Quand

j'ai terminé la pêche au

hareng, j'ai dit: Tiens, j'en

ai assez de cette pêche-là. Je

vais rester dans le homard.

Je voulais vendre le bateau,

mais ma femme a dit: "Tu te

souviens quand tu bâtissais le

bateau, t'as dit qu'une journée,

tu chanterais sur ce

bateau-là?" OK.

Je l'ai converti en boîte à

chansons. Alors j'ai fait faire

un canapé, une toile dessus et

tout ça, puis...


LINDA GODIN

Vous avez fait des spectacles

pendant des années. Quoi? Une

douzaine d'années à peu près?


DONAT LACROIX

Douze étés! Puis j'ai pas

fait le bateau pour les gens

d'ici. Ils m'ont vu la face

assez ici. Vu la face assez.

J'ai fait ça pour les touristes,

accueillir les touristes.


LINDA GODIN

Mais ça a marché!

C'est très populaire.


DONAT LACROIX

J'ai eu un problème 10 ans de

temps. Le même problème

chaque année.


LINDA GODIN

Trop de monde?


DONAT LACROIX

Je peux pas les envoyer.

"On est assis, monsieur, sur la

mer puis on est en vacances

puis on a tout le temps qu'on

veut." Parce que je fais des

spectacles qui duraient deux

heures et demie, peut-être

jusqu'à trois heures avec

l'intermission. On pouvait

seulement asseoir 39 personnes,

mais en les tassant un petit

peu, on arrivait à 43 ou 44.

Même assis à mes pieds. C'était

vraiment intime.


LINDA GODIN

Qu'est-ce que vous en faites

maintenant? Vous voulez en faire

quelque chose.


DONAT LACROIX

Oui.


LINDA GODIN

Parce qu'il représente

beaucoup pour vous là.


DONAT LACROIX

Moi, je prends ça...

Je trouve qu'il fait partie

du patrimoine.


LINDA GODIN

Tout comme vous.


DONAT LACROIX

Oui. Je vais dire, on détruit

des fois trop d'affaires vite.

On défait des choses. Alors,

parce que Jos-Frédric, c'est

l'histoire des pêcheurs de

l'époque, à bord des goélettes,

puis ces types de goélettes-là.

Non. J'ai pensé que je le

transformerais en goélette

originale. Parce que la coque,

c'est une coque de goélette.

Mais j'enlèverais ce qui est

pas. J'avancerais le mât

derrière. Je le mets exactement

pour qu'il porte la grande

voile en arrière. Puis une

misaine au centre, deux...

On appelle ça un jib. Ou en

français, c'est FOC, foc. OK?

Et puis y en a deux en avant

puis au bout du bateau...


LINDA GODIN

Donc vous voulez pas le

remettre à l'eau? C'est pas pour

le remettre à l'eau.


DONAT LACROIX

Non. C'est que j'aimerais,

après avoir terminé, l'offrir à

un village, une ville, je sais

pas, qui serait peut-être

intéressé à l'avoir et le

placer à quelque part à

l'entrée... Une espèce de

monument en hommage...


LINDA GODIN

Aux pêcheurs.


DONAT LACROIX

C'est un rêve que je suis en

train d'essayer de réaliser. Je

sais pas si quelqu'un serait

intéressé à l'avoir après ça,

pour l'entrée d'une ville ou

d'un village. Pour le laisser

en héritage. En l'honneur des

pêcheurs qui... qui étaient

Jos-Frédric. Puis tous les gens

de cette époque-là qui ont

travaillé dur. Parce qu'oublie

pas, y avait pas d'instruments

de navigation. Une vieille

boussole souvent mal ajustée.

Ils partaient en mer à la

semaine. Les intempéries, rien

pour annoncer la météo. Ils

avaient du courage, ces gens-là.

C'est pour ce courage qu'ont

démontré nos ancêtres acadiens

ici pour s'établir à Caraquet,

qu'il y avait seulement la mer

pour leur gagne-pain, leur

rendre hommage en leur

laissant, disons, un bateau qui

était... de ressemblance à leur

époque.


LINDA GODIN

Donat Lacroix, merci beaucoup.


DONAT LACROIX

C'est à moi de te remercier,

Linda. N'importe quand, t'es

bienvenue dans notre cabane.


LINDA GODIN

Merci.


DONAT LACROIX

Puis en Acadie aussi.


LINDA GODIN

Oui. Ha! Ha!


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Report

Résultats filtrés par