Universe image Carte de visite Universe image Carte de visite

Carte de visite

Gisèle Quenneville, Linda Godin and Daniel Lessard meet exceptional francophones from throughout Canada and beyond. Discover politicians, artists, entrepreneurs and scientists whose extraordinary stories are worth telling.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ariane Mahrÿke Lemire: Artist

Singer-songwriter, Ariane Mahrÿke Lemire sings in English and in French, and she loves the stage, where she often plays barefoot. She sometimes even plays the role of characters from her songs.
Ariane Mahrÿke Lemire loves Edmonton. She thinks of its cultural scene as very open and highly eclectic. Some say Edmonton is practically the only town in Alberta to have escaped country culture so typical of its province.
Aside from her musical career, the multitalented artist also dabbles in poetry and fine arts…



Réalisateur: Joanne Belluco
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Titre :
Carte de visite


Pendant que LINDA GODIN présente son invitée, ARIANE MAHRYKE, des images de la ville d'Edmonton défilent ainsi que des extraits de performances d'ARIANE MAHRYKE.


LINDA GODIN

Edmonton, capitale de l'Alberta,

ville de 800 000 habitants.

À une certaine époque, Edmonton

était le carrefour des pionniers

qui voyageaient au nord

et à l'ouest du Canada

pour la traite de fourrure.

Aujourd'hui, elle est carrefour

des voyageurs venant des villes

du nord qui travaillent

dans les sables bitumineux.

On dit que la ville est

pratiquement la seule à avoir

échappé à la culture country

typique de la province.


ARIANE MAHRYKE

♪ Quand la vie est bête

Je deviens le loup

Malgré les bourrasques

et les tournants casse-cous ♪


LINDA GODIN

Ariane Mahryke

Lemire y a aussi échappé.

Auteure-compositrice-interprète,

elle chante en anglais

et en français.

Elle adore la scène sur laquelle

elle joue souvent pieds nus et

incarne parfois les personnages

de ses chansons.


ARIANE MAHRYKE

♪ Quand la vie est bête

Je deviens le loup

Malgré les bourrasques

et les tournants casse-cous

Je t'ai retrouvé

Dans les lignes de ma main

Dans un délire fiévreux

J'ai vu danser le loup

et le requin ♪


LINDA GODIN et ARIANE MAHRYKE sont à présent assises dans un studio d'enregistrement à Edmonton.


LINDA GODIN

Ariane Mahryke

Lemire, bonjour!


ARIANE MAHRYKE

Bonjour!


LINDA GODIN

Tu ne te cantonnes pas à un

style musical particulier, hein?

Comment tu décrirais ton style?


ARIANE MAHRYKE

Moi, j'ai toujours beaucoup

admiré les auteurs-compositeurs

qui sont vraiment ça,

des auteurs-compositeurs.

Alors, pour moi, je dirais

que je suis quelqu'un qui est

comme l'esclave de ses chansons.

Donc, c'est plus la chanson

qui dicte le style que moi qui

impose un style à la chanson.


LINDA GODIN

Donc, quel genre de musiques

et de chansons tu fais?


ARIANE MAHRYKE

À la base, j'étais plus poète,

alors c'était comme du slam.

Mais pas du slam, parce que ça,

c'est une compétition, mais ça

faisait spoken word sur les

bords. Ça faisait beatnik.

Ça a évolué et je pense que de

plus en plus, ça devient un peu

plus folk comme... Un peu plus

standard, mais j'aime beaucoup

jouer avec les sons et

les choses comme ça parce que

je suis sourde d'une oreille,

donc la façon que j'entends

les choses, la façon

que j'interprète mon univers

sonore est différent.

Et puis, je pense que ça,

ça influence beaucoup le produit

final, surtout quand j'endisque.

Mais le premier album était

plutôt folk-jazz. Le deuxième

album, j'avais beaucoup

de sound sampling. Juste

des sons de tous les jours

que j'avais mis dedans.


LINDA GODIN

De l'échantillonnage?


ARIANE MAHRYKE

Oui, des échantillonnages.

Je pense qu'avec le troisième

album, c'était plus, tu sais,

folk à base de textes, assez

subtil dans les arrangements.

Et puis maintenant, avec

le nouvel album, ça fait

presque du folk rock.


LINDA GODIN

Puis, tu aimes être sur scène.

Est-ce que je me trompe?


Rires


LINDA GODIN

Est-ce que je peux dire que

tu es pas mal une bête de scène?


ARIANE MAHRYKE

Oui, je dirais que ça,

c'est pas mal juste.


Rires


LINDA GODIN

Et souvent,

tu joues pieds nus.


ARIANE MAHRYKE

Je dirais, oui, 92% du temps,

je suis pieds nus.

C'est depuis le début, vraiment.

Parce que je suis quelqu'un qui

a déjà assez de misère à être...

grounded, tu sais, comme...


LINDA GODIN

Hum-hum.


ARIANE MAHRYKE

Alors, pour moi, quand

je porte des souliers sur scène,

c'est vraiment juste à ça que

je pense. Je pense à mes pieds

plutôt qu'à la chanson. Puis

je trouve que ça bloque beaucoup

mon habileté de vraiment vivre

le moment, puis vivre

l'expérience sur scène.


LINDA GODIN

Et tu chantes en anglais, en

français et aussi en espagnol.


ARIANE MAHRYKE

Bien, juste une

chanson en espagnol.


LINDA GODIN

Mais beaucoup en anglais et en

français. Tu as un album double,

pas bilingue, mais la moitié

des chansons en français et

en anglais. Comment ça s'insère,

ça, dans tes chansons?

Comment tu décides,

dans le fond, d'écrire

en anglais ou en français?


ARIANE MAHRYKE

Quand j'ai commencé à faire

mes chansons, c'est vraiment,

on dirait les chansons plus

émotives et personnelles

qui étaient en français et les

chansons un peu plus... légères,

des sujets un peu plus à base de

jeux de mots, des choses comme

ça, c'était plus en anglais.

Parce qu'avant, j'étais

vraiment francophone.

Puis maintenant, je vois qu'il

y a une belle évolution, surtout

au niveau de l'écriture, où

est-ce que je commence à écrire

des textes plus intimes aussi

et plus épurés en anglais autant

qu'en français. Puis je commence

à trouver plus de désinvolture

en français, alors ça,

c'est le fun. Ça a commencé

à être plus équilibré.


LINDA GODIN

Ah oui? Quand tu dis

de la désinvolture, donc

quelque chose de plus léger.


ARIANE MAHRYKE

Oui!


LINDA GODIN

Tout en étant émotif, mais

moins hyperémotif, c'est ça?


ARIANE MAHRYKE

Oui, mais de vraiment

prendre une approche plus

de raconter des histoires.


LINDA GODIN

Est-ce que tu as

des chansons à texte?

Est-ce que c'est politique?

Est-ce que c'est revendicateur?


ARIANE MAHRYKE

Moi, je trouve que c'est

politique dans le sens que si tu

veux changer le monde, il faut

que tu commences avec toi.

Et puis, c'est vraiment

des chansons qui explorent le

paysage interne. Beaucoup notre

façon de se parler, d'interagir.

Notre façon de digérer nos

émotions, le monde qui nous

entoure, nos interactions.

Et puis, je pense que j'ai

toujours voulu écrire des

chansons où est-ce que c'est pas

de l'apitoiement. C'est pas

mon journal intime. Alors, même

mes chansons plus sérieuses,

qui sont plus lourdes, j'essaie

de trouver une façon d'arriver

au bout de la chanson et de se

sentir qu'il y a une émotion

qui est passée, puis

on est pas resté pris.


LINDA GODIN

Pour toi, est-ce que le texte

est plus important que la

musique? Ou vice-versa? Ou c'est

une question sans réponse?


ARIANE MAHRYKE

Je pense que, pour moi, oui,

le texte est très important.

Je pars presque toujours par

le texte en premier. Et puis,

une fois que les paroles sont

où elles doivent être, on dirait

que la musique vient après.


LINDA GODIN

De toute façon, il y a

une musicalité dans les mots

et dans les textes.


ARIANE MAHRYKE

Oui! Oui et puis, je pense

que je me suis jamais souciée

des structures, des règles.

Donc, ça a toujours été une

question de voir qu'est-ce

que les paroles avaient besoin,

puis ça, ça dictait une mélodie.

Pour moi, les mélodies, c'est le

fun quand la mélodie raconte une

histoire aussi. Je me suis déjà

fait reprocher ça, où est-ce

que quelqu'un m'a dit: "Ah,

ta mélodie est trop linéaire."

Puis je pense que c'est ça qu'il

voulait dire, tu sais, que ça se

répète pas assez. Je sais pas.

Mais j'essaie de faire

les choses, pas pour être

différente, mais de plus

en plus, j'essaie de suivre

mes impulsions, puis mes

instincts, puis d'être intègre.


Un extrait d'une performance d'ARIANE MAHRYKE joue pendant quelques minutes.


ARIANE MAHRYKE

♪ Dans ma peau est gravée

La rose et le charpentier

Le Prince Albert

Le mont Royal

La France

Et l'orignal

Ah-ah

Hum-hum

Hum-hum

Hum

Parce que les granges

m'ont inspirée

Que les campagnes

m'ont hébergée

Je traverserai le blé

Le canola

Je broderai

mes routes vers toi

Ah-ah

Tu me consoles

en fransaskois

Ah-ah-ah

Tu me consoles

en fransaskois

La sécheresse

L'inondation

Qu'il soit mauvais

ou que le vent soit bon

Que le verglas

menace mes veines

Toujours mes veines

crieront ton nom

Ah-ah

Tu me consoles

en fransaskois

Ah-ah

Tu me consoles

en fransaskois

Mais cette fois

Je passe tout droit

Question de digérer

mes émois

Rassurons-nous

la prochaine fois

Je dormirai entre tes bras

Entretemps

Je me console en fransaskois

Entretemps

Je me console en fransaskois

La prochaine fois

Je dormirai entre tes bras ♪


LINDA GODIN

Ariane Mahryke, tu ne fais pas

que chanter. Tu es aussi

artiste visuelle.

Tu fais des performances.

Tu fais du montage vidéo.

Tu fais de la photographie.

Tu fais de l'animation.


Rires


LINDA GODIN

Tu es une artiste

multidisciplinaire.

Tu fais vraiment beaucoup

de choses. Pourquoi?


ARIANE MAHRYKE

Il y a environ cinq-six ans,

je me suis dit que j'avais

comme mandat personnel

de vivre de ce que je crée.

En ce moment, c'est pas

nécessairement le cas, là.

Parce que j'ai quand même pris

une "vraie" job pour la première

fois depuis un bon dix ans.

Mais... c'est une question de...

Au départ, de vouloir comprendre

tout ce qui entourait la

musique. Donc, j'ai fait un

diplôme en arts médiatiques et

numériques. Ensuite, du design,

technique de son, vidéo, montage

vidéo. Tu sais, pour vraiment

comprendre. Parce que je voulais

pouvoir communiquer avec

les gens qui m'aidaient aussi.

Alors, si je faisais

un vidéoclip, de savoir

ce qui se passe...


LINDA GODIN

Donc, pas nécessairement

être capable de le faire,

mais de le comprendre.


ARIANE MAHRYKE

C'est ça! Au départ, c'était

pas pour le faire. Au départ,

c'était juste comme un soutien

à la carrière musicale.


LINDA GODIN

Cet amour-là pour l'art,

pour la création, ça, ça vient

beaucoup de la famille aussi.

Hein? Tu es née dans

un milieu très artistique.


ARIANE MAHRYKE

Oui! Ma mère, c'était une

des premières auteures-compo...

Je pense que c'était la première

auteure-compositrice francophone

en Saskatchewan qui faisait

ses propres chansons et qui

est sur scène. Ça, c'était

dans les années 1970.


LINDA GODIN

Comment s'appelle-t-elle?


ARIANE MAHRYKE

Gisèle Lemire. Et puis, elle,

elle a été... Elle a fait partie

de la création de la chanson

qu'ils ont chantée quand ils ont

érigé le drapeau fransaskois,

des choses comme ça.

Et puis, par la suite, elle a

écrit des pièces. Maintenant,

je dirai pas quel âge qu'elle a,

mais maintenant, ma mère, elle

est rendue qu'elle écrit encore

beaucoup, beaucoup. Puis on est

rendues un peu un système

de soutien l'une pour l'autre.

Alors, elle, elle me refile ses

textes pour son spoken word,

puis son slam. Et puis,

je fais l'avocat du diable.

Et puis, en revanche,

je lui refile mes textes.


LINDA GODIN

Ta famille a

beaucoup voyagé, hein?


ARIANE MAHRYKE éclate de rire.


ARIANE MAHRYKE

On était des gitans, je pense!


LINDA GODIN

Est-ce que ça,

ça influence ton travail?


ARIANE MAHRYKE

Peut-être que ça, ça contribue

au fait que j'ai pas un son uni.

Je sais pas. Le son est uni

dans le sens que c'est moi,

c'est toujours moi, mais je

pense qu'à force de voyager, ça

a certainement influencé comment

j'écris, comment je vois les

choses, les images que je tisse.


LINDA GODIN

Où est-ce que vous êtes allés?


ARIANE MAHRYKE

Bien, j'ai fait le calcul,

puis avant que je déménage

dans mon propre appartement,

je pense que j'avais vécu

dans 22 différentes maisons.

Puis, on a vécu au Mexique,

quand j'avais 6 ans. On a vécu

en Saskatchewan. Avant l'âge

de 2 ans, j'avais vécu à Ottawa,

Régina, Montréal et Edmonton,

je pense. Avant d'avoir 2 ans.


LINDA GODIN

Alors, ton identité

culturelle, est-ce qu'elle est

claire pour toi? Ou parce que

tu as vécu un peu partout,

c'est pas évident?


ARIANE MAHRYKE

Ce que je trouve difficile,

c'est qu'il y a tellement de

politiques franco-canadiennes.

Puis ça, je trouve que ça joue

plus dans... mon manque

de stabilité et de confort

dans mon identité culturelle.

Parce que, veux, veux pas,

j'ai une identité qui est très

francophone. Mes grands-parents,

c'étaient des Fransaskois.

Ils sont nés en Saskatchewan.

Ils ont eu des accents. Quand

ils parlaient anglais, il y

avait l'accent français jusqu'à

leur mort, dans leur 80-90 ans.

Mais, en même temps, c'est ça,

j'ai quand même une identité

où est-ce que j'ai beaucoup

de références culturelles

anglophones aussi...


LINDA GODIN

Tu habites en Alberta.


ARIANE MAHRYKE

... l'homme qui m'a élevée,

c'est un anglophone.


LINDA GODIN

Oui.


ARIANE MAHRYKE

Et puis, en même temps,

veux, veux pas, j'ai une touche

de génétique québécoise aussi!

Puis je commence à faire

la paix avec ça. Alors,

c'est un peu bizarre, mais...


LINDA GODIN

Mais tu te considères

plus Fransaskoise que

Franco-Albertaine, hein?


ARIANE MAHRYKE

Bien, c'est difficile parce

que j'ai grandi à Edmonton,

en gros. Comme la majorité

du temps a été ici. Mais toutes

mes longues fins de semaine,

mes vacances, les choses

importantes, les premières, se

sont produites en Saskatchewan.

Une raison que moi, j'ai été

comme ça, c'est que quand

j'allais au Québec, la minute

qu'ils détectaient l'accent,

ils commençaient à me parler en

anglais. Puis, dans ce temps-là,

j'étais beaucoup plus

francophone que je l'ai jamais

été, puis c'est ça que j'ai

trouvé bizarre. L'assimilation,

c'est pas juste les anglophones

qui se disent: Oh, les

francophones sont pas assez

bons. C'est entre nous, en tant

que francophones, on dit: "Oh,

ton accent est pas assez bon."

"Oh, tu as pas assez lu de

livres." "Tu connais pas ce

film-ci? Qu'est-ce qu'il y a

de mal avec toi?

Cette télésérie-là, comme..."


LINDA GODIN

Ce jugement-là, à propos

de la qualité de ton français.


ARIANE MAHRYKE

Oui! Au lieu de dire:

"Wow, quelle richesse!"

Puis... puis... explorons

ces différences subtiles.


LINDA GODIN

Oui, tu en as parlé un petit

peu, mais tu es née au Québec,

mais tu as longtemps eu honte de

tes racines québécoises, hein?


ARIANE MAHRYKE

Oui, ça, c'est le gros...

C'est juste récemment que

j'évite pas la question. Alors,

je dirais que ça fait plus de

30 ans que quand les gens me

demandent: "Ah, tu es née où?",

je dis: "Ah, ma mère

est Fransaskoise."

J'ai grandi à Edmonton. Je le

dis pas. J'ai jamais dit. Alors,

ça, c'est intéressant. Oui,

je suis née au Québec. C'est

le gros méchant secret. Je suis

née à Montréal. J'ai pas été

là longtemps, mais je suis

née à Montréal.


LINDA GODIN

Pourquoi tu en as honte

ou tu es gênée d'en parler?


ARIANE MAHRYKE

C'est pas que j'en ai honte.

C'est qu'il y a tellement...

J'ai été tellement fière

du fait que j'étais

francophone de l'Ouest.


LINDA GODIN

Oui.


ARIANE MAHRYKE

Puis j'étais tellement fière

de venir d'une famille qui

est ici depuis trois-quatre

générations. Puis, pour moi,

c'est plus une question comme:

"Oui, on existe dans l'Ouest."

C'est plus ce fait-là

que je me sentais comme

une fraude, un peu.


LINDA GODIN

Ton identité culturelle

était vraiment plus

ici de toute façon.


ARIANE MAHRYKE

Oui!


LINDA GODIN

C'est quoi la différence, dans

le fond, entre un Fransaskois

et un Franco-Albertain?

Est-ce qu'il y en a beaucoup?


ARIANE MAHRYKE

Pour moi, le contact que j'ai

eu avec les Fransaskois, par

rapport aux Franco-Albertains,

c'était très différent. Les

Franco-Albertains avec qui j'ai

grandi écoutaient beaucoup plus

de la musique anglophone. Euh...

Ils parlaient plus anglais entre

eux. Tandis que les Fransaskois

avec qui je passe mon temps, ils

étaient passionnés par Jacques

Brel, par... Oui, par la

musique des années 1970 aussi,

anglophone, mais c'est en

Saskatchewan que j'ai découvert

tous les classiques français.

C'est là que j'ai découvert les

romans de Boris Vian. C'est là

que j'ai découvert l'écriture.

Alors, pour moi, c'est quand

j'allais l'été, c'est là que

j'ai commencé à écrire. Puis la

première fois que j'ai lu un de

mes textes à haute voix devant

un public, c'était dans un camp

d'été fransaskois, devant

des Fransaskois. Alors,

c'était des gens qui étaient

bien à être francophones.

Ils se sentaient bien là-dedans.


Un extrait d'une performance d'ARIANE MAHRYKE joue pendant quelques minutes.


♪ Les jours étaient longs

Les jours interminables

Les jours gris

les jours rouges

M'étonnaient

d'être encore ici

Ayant peur d'en dire trop

J'ai manqué le bateau

La marée t'a emporté

Et moi je patauge ici

sans boussole

Alors c'est ça ça y est

C'est fait cette fois

c'est moi

J'ai brisé mon propre coeur

C'est ça ça y est c'est fait

Cette fois c'est moi

J'ai brisé mon propre coeur

T'as passé la nuit

chez moi sur le sofa

Et aux premières lueurs

Tu es venu poser ta tête

sur mon oreiller

Tes yeux m'ont murmuré

les mots que je rêvais

d'entendre

Mais je n'ai pas eu

la force ni la vue

Je n'ai jamais cru

que tu pourrais m'aimer

Alors c'est ça ça y est

Cette fois c'est fait

c'est moi

J'ai brisé mon propre coeur

C'est ça ça y est c'est fait

C'est vrai cette fois

c'est moi

J'ai brisé mon propre coeur

Tu mens quand la lune

est pleine

Quand le temps passe

et que la grand-route

se transforme en ciel

Et le premier bon jour

J'étais en amour

C'est difficile

à croire mais

J'étais la dernière à savoir

Alors c'est ça ça y est

C'est fait cette fois

c'est moi

J'ai brisé mon propre coeur

C'est ça ça y est c'est fait

Cette fois c'est moi

J'ai brisé mon propre coeur

(paroles en anglais)

J'ai brisé mon propre coeur ♪


LINDA GODIN

Ariane, comment est

le showbizness en Alberta?


ARIANE MAHRYKE

Pour toutes les disciplines en

Alberta, que tu sois francophone

ou non, il faut être

vraiment polyvalent.

Il y a une grande scène

artistique. À Edmonton, surtout.

On est comme une oasis, même

point de vue politique, tu sais,

même au fédéral, on est NPD.

Mais même mes amis qui sont

comédiens, malgré le fait qu'on

ait une scène, on a un fringe

aussi gros qu'à Édimbourg,

oui, c'est le deuxième plus gros

fringe sur la planète. Mais

il faut quand même que tu sois

débrouillard, que tu travailles

dans plusieurs disciplines,

des choses comme ça, parce

que je pense que de travailler

juste dans l'art, ça se fait,

mais pas facilement.


LINDA GODIN

Tu aimes beaucoup

la scène à Edmonton. Tu dis

qu'elle est très éclectique.


ARIANE MAHRYKE

Oui!


LINDA GODIN

Oui?


ARIANE MAHRYKE

Oui, bien, je trouve

qu'Edmonton, c'est vraiment...

Tu as un public qui

pardonne beaucoup.


LINDA GODIN

Si c'est un public qui

pardonne beaucoup, est-ce qu'on

peut dire que tu peux essayer...


ARIANE MAHRYKE

Oui!


LINDA GODIN

Toutes sortes de choses?


ARIANE MAHRYKE

Edmonton, c'est vraiment, pour

moi, c'est une ville idéale ou

ça l'a été jusqu'à présent parce

que c'est comme un laboratoire

pour un scientifique.

Tu sais, comme un peu, wouh!

Parce que tu peux vraiment

t'essayer dans tout. J'ai pu

faire du performance art. Ça

avait super bien passé. Tu sais,

j'en avais jamais vraiment fait,

mais en plus de ça, je veux

dire, ça fait depuis que j'ai 8

ans que je fais du doublage, des

voix, que je suis comédienne.

Même que j'écris des pièces,

des choses comme ça. Puis j'ai

pu m'essayer. Tu as pas besoin

d'être comme professionnel pour

commencer quelque chose ici.

Je trouve que c'est l'endroit

parfait pour devenir

professionnel. Puis on espère

que les gens se poussent

à devenir professionnels. Mais

c'est vraiment une communauté

où est-ce que tu peux t'essayer.

Puis si tu aimes pas ça,

la communauté est juste assez

grande et juste assez petite

pour pouvoir te pardonner.

Mais se souvenir aussi

quand ça va bien.


LINDA GODIN

Ça, c'est la scène pas juste

francophone dont tu parles?


ARIANE MAHRYKE

Ça, c'est en général.


LINDA GODIN

Par rapport--


ARIANE MAHRYKE

Pour le milieu francophone?

Oui, par rapport

aux francophones, euh...

C'est pas évident parce que je

pense qu'il y a comme beaucoup

de communautés francophones

à l'extérieur du Québec

qui sont... On se fie beaucoup

sur les subventions, sur les

événements. Alors, tu sais,

si tu fais comme le Festival

Edmonton chante, tu le fais

une année, les chances sont que

tu vas pas avoir ce contrat-là

pour au moins une autre année.

Alors, c'est une question

de faire très bien une année

et très mal l'année d'après.

Donc, pour moi, ça a toujours

été de ne pas faire le

tranchant, de ne pas séparer

les deux. Alors, j'ai toujours

chanté comme pour les publics

francophones ou anglophones,

dans les deux langues, autant

que possible. Quand je vais au

pub pour la petite scène, c'est

un public anglophone, je chante

toujours en français. Tu sais,

même si c'est juste une chanson.

Puis, des fois, j'en chante

plus en français qu'en anglais,

puis j'ai des anglophones

qui comprennent pas un mot,

qui viennent me dire: "Ça,

c'était ma chanson préférée."


LINDA GODIN

Puisqu'on parle du

showbizness, est-ce que

c'est plus payant pour toi...

de chanter en anglais

ou de chanter en français?


ARIANE MAHRYKE

Ouf! Euh... Quand tu chantes

en français, c'est peut-être

plus payant sur le coup. Parce

que le contrat va te payer

plus que si c'était

un contrat anglophone.

Mais quand tu prends la moyenne,

puis le fait que ce contrat-là,

comme je l'ai dit, tu vas pas

l'avoir pour une autre année ou

deux ou cinq. Quand tu fais la

moyenne, non, il y en a pas un

qui est plus payant que l'autre.


LINDA GODIN

Juste l'Alberta, il y a 80 000

francophones. Toi, tu chantes en

anglais aussi. Mais est-ce qu'on

peut réussir à vivre que de la

chanson, par exemple? Comme toi,

c'est aussi une des raisons

pour laquelle tu touches

un peu à tout. C'est pour

te permettre d'avoir

continuellement des contrats

dans différents domaines.

Est-ce que j'ai raison?


ARIANE MAHRYKE

Oui, mais en même temps, je

pense que oui, c'est faisable.

Surtout que les gens, on

l'oublie, mais les anglophones

écoutent aussi de la musique

portugaise. Ils écoutent

de la musique brésilienne. Ils

écoutent de la musique cubaine.

Donc, pourquoi est-ce qu'ils

n'écouteraient pas de

la musique française? Surtout

que ça a le cachet de...

Oh, ça fait européen!


LINDA GODIN

Un peu d'exotisme?


ARIANE MAHRYKE

Oui, c'est ça!


LINDA GODIN

Tu as eu trois

accidents d'auto.


ARIANE MAHRYKE éclate de rire.


LINDA GODIN

Dans les dernières années

ou dix dernières années.

Je sais pas trop.


ARIANE MAHRYKE

Euh, début 2009, oui.


LINDA GODIN

Est-ce que ça a dû mettre

un certain frein à ta carrière

quand même? Pendant des mois.

Tu as été, je pense, au moins,

à un moment donné, un an

ou presque en physio.


ARIANE MAHRYKE

Non, j'ai été presque

cinq ans en physiothérapie.

Presque cinq.


LINDA GODIN

C'est sûr que ça a mis

un frein à ta carrière.


ARIANE MAHRYKE

L'album qui va sortir, ça fait

cinq ans que je le promets.


LINDA GODIN

Et donc, qu'est-ce que

tu souhaites? Quelle sorte

de carrière aimerais-tu avoir?


ARIANE MAHRYKE

Une longue carrière.


LINDA GODIN

OK.


ARIANE MAHRYKE

Où je suis heureuse.


LINDA GODIN

De durer, alors.

Ça, c'est un défi en soi

quand on est artiste.


ARIANE MAHRYKE

Je veux être artiste

pour le restant de ma vie.


LINDA GODIN

Ariane Mahryke Lemire,

merci beaucoup.


ARIANE MAHRYKE

Merci!


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Report

Résultats filtrés par