Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Official sitefor Ciné TFO
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Elena

Éléna and Vladimir are a couple of a certain age. They come from different social backgrounds: Vladimir is a rich, cold man, while Éléna is a modest, docile woman. They meet later in life; each has a child from a previous marriage.



Réalisateur: Andrei Zvyagintsev
Acteurs: Nadezha Markina, Andrey Smirnov, Aleksey Rozin
Production year: 2011

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

« ELENA » est un long-métrage en langue originale russe, sous-titrée en français. Ce document ne rapporte que les sous-titres français.

Générique d'ouverture

[Début information à l'écran]

Elena

[Fin information à l'écran]

Au travers de quelques branches dénudées, on voit un balcon et des fenêtres à l'aube. Lentement le soleil se lève et la lumière apparaît au travers des vitres.

À l'intérieur d'une maison très fenestrée, la lumière du jour commence à éclairer les pièces. Les bruits extérieurs confirment que le jour se lève. La lumière s'infiltre de plus en plus dans la maison et l'intensité sonore grandit.

Dans la chambre à coucher ELENA éteint son réveille-matin. ELENA se réveille tranquillement, se lève, met son peignoir, se peigne devant sa coiffeuse. ELENA fait le tour de la maison et ouvre les tentures, puis commence sa journée. En passant dans la chambre, ELENA secoue légèrement VLADIMIR pour le réveiller.


ELENA

Debout.

(VLADIMIR se lève à son tour et passe à la salle de bain. ELENA revient dans la chambre et fait le lit. VLADIMIR rentre dans la chambre.)


ELENA

Bonjour.


VLADIMIR

Salut.

(VLADIMIR et ELENA s'embrassent furtivement.)

(ELENA est assise dans la salle à manger.)


VOIX DANS LA TÉLÉ

S’ils se laissent aller,

ils vont s’empâter très rapidement

avec d’autres maladies et problèmes

à la clé.

C’est pour cette raison qu’il faut,

bien sûr,

revoir tout son mode de vie.

Changez le vecteur

de vos préférences gustatives.

Des plats sains

peuvent être délicieux:

les salades …]

(ELENA ferme la télé avec une télécommande et se lève. VLADIMIR vient s'asseoir à table. ELENA dresse les couverts et sert le petit-déjeuner.)


ELENA

Bon appétit.


VLADIMIR

C’est excellent.

Tu fais quoi, aujourd’hui?


ELENA

Je vais chercher ma pension

et après je vais chez Sergueï.


VLADIMIR

Il pourrait se déplacer.

C’est lui qui a besoin d’argent,

pas toi.


ELENA

C’est pas une question d’argent.


VLADIMIR

Si, justement.

Tu te fais suer à y aller!

Il a qu’à galérer lui aussi.

C’est un grand garçon.


ELENA

On arrête là. Je ne te dis pas

ce que tu dois faire avec ta fille.


VLADIMIR

D’accord, on arrête.

Tu ne dors pas là-bas, au moins?


ELENA

Non.

ELENA vêtue pour aller dehors appelle l'ascenseur. Dans le lobby de l'immeuble où elle habite, ELENA sort. [ELENA

Bonjour.

(Le gardien de l'immeuble derrière son comptoir lui répond. Une femme entre avec son chien.)


ELENA

Bonjour.

(ELENA sort de l'immeuble et marche.)

(À la banque, ELENA compte l'argent que la caissière lui a remis, le range dans son porte-monnaie et quitte la banque.)


CAISSIÈRE

Au revoir.


ELENA

Merci.

Au revoir.

(ELENA est assise dans un tramway. ELENA marche dans un quartier moins cossu. Le long des voies ferrées, ELENA marche, monte un escalier et attend à sur un quai de gare.)

(ELENA est assise dans un train.)


UNE PRÉPOSÉE

Bonjour!

Si vous n’aimez pas vous ennuyer,

j’ai de la lecture pour vous:

magazines féminins, mots fléchés,

mots croisés,

magazines pour adultes,

journaux du jour ...

N’hésitez pas à demander!

(ELENA marche dans un sentier dans un champ longeant une longue clôture qui borde des cheminées d'usines nucléaires.. Le sentier est plus défini et au loin on voit des immeubles en hauteur, un complexe d'habitations à loyer modique.)

(Dans une épicerie, ELENA paie à la caisse.)


CAISSIÈRE

425 roubles.

Nadia!

Viens t’occuper de ça!

(Une jeune fille vient s'occuper du paiement par carte d'ELENA.)

(ELENA sort avec ses sacs de l'épicerie qui se trouve devant un immense complexe à loyer modique. À l'entrée flânent trois jeunes hommes.)


ELENA

Bonjour.

FLÂNEUR 1

Bonjour.

C’est quoi, cette merde?

On se prend une bière?

FLÂNEUR 2

C’est toi qui payes?

FLÂNEUR 1

Non ...

(ELENA entre dans l’immeuble, les murs sont couverts de graffitis. ELENA s'arrête devant un ascenseur dans un couloir sombre. ELENA soupire.)

(Sur un balcon, SERGUEÏ fume une cigarette.)

(Dans l'appartement de SERGUEÏ, un adolescent joue à un jeu vidéo. C'est SACHA.)


TANIA

Vous allez ouvrir, oui ou non?

Sacha!

T’es sourd ou quoi?

(SACHA se lève.)


SACHA

J’y vais, c’est bon!

(SACHA ouvre la porte à ELENA.)


ELENA

Sacha ...

Salut.


SACHA

Salut.


ELENA

Où tu vas?

Tiens, mets ça à la cuisine.

(SACHA prend les sacs qu'ELENA transporte. ELENA enlève ses vêtements. SERGUEÏ rentre du balcon et vient accueillir sa mère.)

SERGUEÏ

Salut, m’man. Entre.


ELENA

Salut.

(SERGUEÏ passe au salon. ELENA le suit. SERGUEÏ boit une bière, assis sur le divan. ELENA va s'asseoir près de lui.)


ELENA

Ça pousse vite!

(ELENA passe sa main dans la chevelure de SERGEÏ)


ELENA

Bon ...

Voilà l’argent.

SERGUEÏ

Merci.


TANIA

On court voir mamie!

(TANIA entre en tendant le bébé à ELENA.)


ELENA

Qui c’est qui court comme ça?

Tania, j’ai apporté l’argent.


TANIA

Merci, Elena Anatolievna.

Ça tombe bien.

Donne.

(TANIA prend l'argent et la range dans une armoire. ELENA s'amuse avec le bébé.)

SERGUEÏ

T’es pas transparente!


ELENA

Tania, tu fais du thé?


TANIA

Oui.

Tu vas où?

(SACHA se prépare à sortir.)


SACHA

Rendre ses CD à Vitia.


TANIA

Il va pas s’envoler, ton Vitia!


SACHA

J’y vais fissa.


TANIA

Je connais tes fissa!


SACHA

Mais ça urge, les CD!


TANIA

Vitia et toi, vous allez finir

en taule ou à l’armée.


SACHA

Je vais pas rester là comme un con.


TANIA

Alors, aie l’air intelligent!

Ton avenir se décide là.

Tu t’en fous?


SACHA

OK! Lâche-moi!


TANIA

Je te lâcherai pas.

Va jeter la poubelle!

C’est ça!

C’est quoi ça?


SACHA

Rien.


TANIA

Je t’ai dit quoi?


SACHA

Rien.


TANIA

Viens boire le thé

avec ta grand-mère.

(SACHA retourne à sa chambre et s'assoit devant son jeu vidéo.)

(Dans la cuisine, SACHA et ELENA sont assis à table. ELENA tient le bébé sur ses genoux. TANIA prépare du thé. ELENA amuse le bébé.)


TANIA

Pas moyen de lui parler autrement.

Je sais plus quoi faire.

SERGUEÏ

J’y vais.

(SERGUEÏ se lève pour aller voir SACHA.)

(SACHA joue à un jeu vidéo quand SERGUEÏ entre dans la chambre.)


SACHA

Attends, je termine ce niveau.

Deux secondes.

SERGUEÏ

Donne.

(SERGUEÏ prend la manette et joue à la place de SACHA.)


SACHA

Mais papa ...

SERGUEÏ

Attends.

Regarde et apprends.

(Dans la cuisine, TANIA verse de l'eau.)


TANIA

Je reviens tout de suite.

(TANIA vient chercher SERGUEÏ et SACHA dans la chambre.)

SERGUEÏ

Tania, on arrive.


TANIA

Sergueï ...

SERGUEÏ

Je discute avec mon fils. On arrive.


TANIA

Va plutôt discuter avec ta mère.

SERGUEÏ

On arrive, je t’ai dit.

(SACHA et SERGUEÏ ont rejoint TANIA et ELENA dans la cuisine.)

SERGUEÏ

M’man tu lui as parlé pour Sacha?


ELENA

Non, bientôt.

SERGUEÏ

Pourquoi tu traînes?

Faut qu’on sache

si on a ce fric ou non.


ELENA

Il n’aime pas ce genre de demandes,

tu le sais bien.

SERGUEÏ

Il connaît Sacha.

Ils sont même plutôt copains ...

On est de la famille, non?


ELENA

Il est copain avec tout le monde

et personne. Il fait à son idée.

SERGUEÏ

Il est radin, c’est tout.


ELENA

Arrête, Sergueï.

Sans lui, on n’aurait même pas

tout ça.

SERGUEÏ

Tout ça quoi?

Faut pas que Sacha

fasse son service.

Faut qu’on sache maintenant

s’il entre en fac

ou si c’est l’Ossétie direct!

J’ai pas raison?


TANIA

Je vous ressers du thé?

SERGUEÏ

Le foot, c’est à quelle heure?


SACHA

À 9 heures.


TANIA

Ça nous angoisse:

faut arroser au lycée et à la fac.

C’est le 20, la date limite.


ELENA

J’ai compris. Je vais lui parler.

(De retour chez elle, ELENA écrit dans un cahier, assise sur un divan-lit, la télé est allumée.)

VOIX À LA TÉLÉ

Si tu regardes ce reportage

et que tu as, toi aussi,

envie de me voir et de me parler,

je serais super heureuse,

parce que … Je veux juste

que tu saches que je suis là.

(VLADIMIR regarde la télé dans sa chambre, couché dans son lit.)


ÉMISSION DE SPORT

On a l’impression

qu’il n’a opposé aucune résistance.

C’est bizarre.

C’est pas la première fois.

Il a l’air déçu.

Il fallait courir mieux que ça!

À côté de ça, 9 s 80 ...

Non c’est très bien,

mais ça devrait être autrement …

(ELENA porte attention à ce qu'elle entend à la télé.)

VOIX À LA TÉLÉ

Je cherche mes deux frères.

Ma mère s’est séparée

de mon père en 1960

et je n’ai appris son existence

que quand il m’a écrit,

j’avais treize ans,

qu’il avait une autre famille

et que j’avais deux frères.

Je n’ai toujours pas pu les trouver.

S’ils connaissent mon existence,

qu’ils se manifestent:

c’est le but de ma vie.

(Dans la chambre, VLADIMIR s'est endormi.)


ÉMISSION DE DE SPORT

C’est typique du système soviétique:

on met la pression

en espérant qu’après ...

il serait peut-être bon

en fin de saison.

Oui, mais là

ça n’a vraiment rien à voir

et ça se ressent sur le résultat ...]

(ELENA va dans la chambre et prend le livre, que VLADIMIR tient encore; elle le dépose sur la table de chevet et éteint les lampes et la télé.)

(Tout est éteint dans la maison, ne reste que la lueur de l'affichage numérique du réveille-matin : 20h57.)

(Au matin, ELENA refait son rituel qui commence par ouvrir les rideaux de la maison.)


ELENA

Bonjour.

(VLADIMIR se lève et voit une note sur sa table de chevet. VLADIMIR lit la note. VLADIMIR va à la salle de bain et se rase.)

Dans la salle à manger, ELENA et VLADIMIR prennent leur petit-déjeuner. [VLADIMIR

J’ai lu ton petit mot.

Évidemment, je comprends ...

Juste sur dossier, j’imagine

qu’il ne rentre nulle part.


ELENA

C’est ce que je crains.


VLADIMIR

Pourquoi pas le service militaire?

C’est une bonne école.


ELENA

Vladimir,

tu sais bien ce qui s’y passe ...


VLADIMIR

Et pourquoi devrais-je

entretenir la famille de ton fils?

Au nom de quoi je devrais payer

pour que quelqu’un,

qui m’est, au fond, étranger,

fasse ses études?

C’est avec toi que je vis,

pas avec ta famille.

Tu connais ma position

depuis longtemps.

Ton Sergueï

ne m’a toujours pas rendu l’argent

qu’il m’a emprunté il y a 3 ans.


ELENA

Je sais.

Mais tu connais

la situation de Sergueï.


VLADIMIR

Je le connais, ton Sergueï.

Et sa situation est claire pour moi.

Très claire, même.

C’est comme ça depuis quand?

Depuis qu’il est né.

J’arrête d’être indulgent.

Dis-toi que c’est une leçon.


ELENA

Des leçons comme ça,

tu n’en donnes pas à ta fille.

Et ne lui en as jamais donné,

je suis sûre.


VLADIMIR

Elena, on parle de ton fils.

On dirait que tu n’entends pas.

Il n’a qu’à se bouger le cul

au lieu de traîner sur le canapé!

Qu’il nourrisse sa famille!

Si ça concernait la santé du môme ...

Que Dieu le garde!

Évidemment, tu aurais l’argent

sur la table dès demain.


ELENA

Justement, ça concerne sa santé.

Si tu avais un petit fils,

tu le laisserais pas faire l’armée.

Faut juste aider Sacha,

lui donner sa chance.


VLADIMIR

Laisse ma fille tranquille!

Pourquoi tu mets ça sur le tapis?

J’y peux rien

si elle est comme ça.

J’ai fait tout ce que j’ai pu.

Mais elle est devenue comme sa mère

qui ne pensait, elle aussi,

qu’à se faire plaisir.

Une hédoniste, putain!


ELENA

Je sais pas ce que ça veut dire.


VLADIMIR

Chez vous, on dit “égoïste”.


ELENA

Vladimir, tu vas aider Sacha?


VLADIMIR

Je ne sais pas. Je dois réfléchir.

Tu ne tires pas d’argent

sur ta carte pour eux, j’espère?


ELENA

Je peux justifier chaque rouble.


VLADIMIR

Non, pas la peine.

Ça va trop loin.

Pardon.

Je me laisse emporter.

Bon.

Quand faut-il l’argent?


ELENA

La date limite est le 20.


VLADIMIR

Je te répondrai dans une semaine.

Refais-moi un café, s’il te plaît.

(ELENA prépare le café en reniflant.)


VLADIMIR

Tu fais quoi, aujourd’hui?


ELENA

Du ménage et du rangement.


VLADIMIR

Moi, je vais au club de sport.


ELENA

Je sais.

(VLADIMIR regarde le fond de sa tasse. VLADIMIR se lève et prend la main d'ELENA.)


VLADIMIR

Viens.

(ELENA rit, se lève et suit VLADIMIR.)


VLADIMIR

Allez, viens …

(ELENA est dans la chambre, elle remet ses vêtements.)


VLADIMIR

Elena!

Apporte-moi mes affaires!


ELENA

J’arrive!

(ELENA prend les affaires de VLADIMIR dans l'armoire et apporte dans l'entrée pour les déposer dans le sac de sport de VLADIMIR. VLADIMIR sort.)

Dans le garage souterrain de l'immeuble, VLADIMIR arrive à sa voiture. VLADIMIR démarre et roule pour sortir du garage. VLADIMIR change les chaînes de radio à plusieurs reprises. En roulant dans la ville, VLADIMIR doit s'arrêter pour laisser passer un groupe de travailleurs. VLADIMIR arrête sa voiture dans un quartier industriel. Il descend et entre dans un des édifices. À la réception,VLADIMIR donne sa carte. UNE PRÉPOSÉE prend sa carte. [VLADIMIR

Bonjour.


RÉCEPTIONNISTE

Fitness-club “Enjoy”, bonjour.


LA PRÉPOSÉE

Allez-y, bonne séance.


VLADIMIR

Merci.

(VLADIMIR arrive au vestiaire et donne sa carte à la dame aux serviettes.)


VLADIMIR

Bonjour.


DAME aux serviettes

Bonjour. Tenez.

Dans le vestiaire, VLADIMIR range ses vêtements. Puis VLADIMIR fait du tapis roulant. Après le tapis roulant VLADIMIR se rend à la fontaine et boit un peu d'eau. Ensuite, VLADIMIR va nager à la piscine. Soudain à mi-chemin d'une longueur de crawl, VLADIMIR s'arrête et flotte à la surface face dans l'eau. LA SAUVETEUSE de la piscine remarque VLADIMIR et plonge aussitôt pour le secourir. [LA SAUVETEUSE

Anton!

(À la maison, ELENA demande entre dans la cuisine suivie d'un livreur.)


ELENA

Posez ça là.


LE LIVREUR

Ça, c’est pour vous, et ça pour moi.


ELENA

Tenez.

Merci.


LE LIVREUR

Merci à vous.


ELENA

Au revoir.

(ELENA dépose la facture dans un coffre-fort, puis range les provisions. Le téléphone sonne. ELENA répond.)


ELENA

Oui, c’est moi.

VLADIMIR est à l'hôpital. ELENA entre dans la chambre. [ELENA

Bonjour.

VLADIMIR tousse. [VLADIMIR

Tu te rappelles?

C’est comme ça qu’on s’est connus.


ELENA

Évidemment.


VLADIMIR

C’était en quelle année?


ELENA

Ça fera dix ans en décembre.


VLADIMIR

Je donnerais bien tout

pour revenir là-bas

il y a dix ans.

Et pas être ici et maintenant.

Faut dire qu’une appendicite

c’est mieux qu’un infarctus.


ELENA

Pas celle-là: c’était plutôt

une péritonite.


VLADIMIR

Tu parles d’une infirmière!

Bien sûr que c’était mieux!

Ne serait-ce que ...

parce que t’étais là.

Ici, d’ailleurs, les filles sont

pas mal non plus.


ELENA

Continue comme ça et je te coupe

l’oxygène! Là, tu verras!


VLADIMIR

Ça te ressemblerait bien.

Tu as parlé au médecin?


ELENA

Pas encore.


VLADIMIR

Tout ce qu’il fait, c’est essayer

de me rassurer en disant

qu’ils me garderont pas longtemps.


ELENA

Ce n’est donc pas si grave.


VLADIMIR

Ou bien c’est le contraire.

(LE MÉDECIN vient voir VLADIMIR et discute un peu avec ELENA qui se lève pour sortir.)


VLADIMIR

Elena!

Appelle Katia, s’il te plaît.


ELENA

Oui, bien sûr.

(Dans le corridor de l'hôpital, ELENA est au téléphone.)


ELENA

Katia, bonjour.

C’est Elena.


KATIA

Oui, bonjour.

(ELENA retient ses larmes.)


ELENA

Désolée,

mais j’ai une mauvaise nouvelle.

Ton père est à l’hôpital.

Il a fait un infarctus.

Il veut te voir.

J’espère que tu vas venir.


KATIA

Pas aujourd’hui. Demain.


ELENA

D’accord, mais j’aimerais te parler

avant que tu le voies.


KATIA

C’est indispensable?


ELENA

Je pense que oui.


KATIA

Bon. Où ça?


ELENA

Où ça t’arrange.

(Dans une cafétéria, ELENA est assise près d'une fenêtre. ELENA fait signe à quelqu'un. KATIA vient s'asseoir.)


KATIA

Bonjour, Elena Anatolievna.


ELENA

Bonjour, Katia.

Tu veux quelque chose?


KATIA

Non, rien.


ELENA

Voilà ce que je voulais te dire:

ton père a fait une attaque ...


KATIA

Ça, je sais déjà.


ELENA

Il est très faible.


KATIA

Il est conscient?


ELENA

Oui, Dieu merci.


KATIA

Il doit faire du plat

aux infirmières.


ELENA

Katia!


KATIA

Oui, Elena Anatolievna?


ELENA

Je veux te demander une chose:

sois gentille avec lui.

Il lui faut du repos.

Il a besoin de ton amour.

Montre-lui que tu l’aimes.

Vous vous voyez si peu.

Je ne comprends pas pourquoi,

mais c’est vos histoires.


KATIA

Exactement.


ELENA

Tu ne l’appelles jamais.

C’est pas des manières.

Et cette attaque ...


KATIA

Évidemment,

la faute à la fille prodigue!


ELENA

En partie, oui.


KATIA

Écoutez, Elena Anatolievna.

Vous la jouez épouse attentionnée

et vous faites ça très bien.

Chapeau!

C’est comme ça. On arrête là?


ELENA

J’aime Vladimir.


KATIA

Jusqu’à la mort, j’en doute pas.

En tant qu’infirmière,

vous voulez me soigner.

Pas la peine: je vais bien.

Et je suis comme je suis.


ELENA

Dis-moi ...

Tu n’as pas du tout pitié

de ton père?


KATIA

Je comprends bien que ...

c’est de la rhétorique,

mais je vais répondre.

J’en ai rien à branler.


ELENA

Mon Dieu ...


KATIA

Il est dans quelle chambre?


ELENA

C’est peut-être mieux

si tu ne le vois pas aujourd’hui.

Plus tard.

Quand il aura pris des forces ...


KATIA

Alors fallait m’appeler

quand il aurait repris des forces.


ELENA

Il me l’a demandé.


KATIA

Papa est dans quelle chambre?

(ELENA entre dans une église.)


ELENA

Bonjour.

Vous pourriez me dire ...

-Couvrez-vous la tête, madame.


ELENA

Dites-moi, à qui dois-je plutôt

mettre un cierge?


LA DAME AUX CIERGES

Pour un mort ou un malade?


ELENA

Mon mari est hospitalisé.


LA DAME AUX CIERGES

Pour un malade, donc.

Écrivez le nom de votre mari

pour que le pope prie pour sa santé

pendant l’office.

Et mettez un cierge à saint Nicolas

et à la Vierge Marie.

En les mettant, demandez à Dieu

santé et protection.

(ELENA paie son cierge.)


ELENA

Où se trouvent les icônes

dont vous parlez?


LA DAME AUX CIERGES

Tout droit, à droite de l’autel.


ELENA

Merci.

(ELENA va au fond de l'église et se recueille devant une icône.)

(VLADIMIR est alité dans sa chambre d'hôpital, KATIA est venue le voir.)


VLADIMIR

Je ne te vois presque pas, Katia.


KATIA

Je suis à contre-jour.


VLADIMIR

Je ne disais pas ça dans ce sens-là.


KATIA

Tu sais bien qu’aucun sens n’existe.


VLADIMIR

C’est ce que je me dis parfois

en te regardant.


KATIA

Heureusement

que tu me vois peu, alors.

Je n’ai jamais été

le sens de ta vie.

Et Dieu merci, comme on dit.


VLADIMIR

Tu te trompes.


KATIA

L’argent, papa,

a été le seul sens de ta vie.


VLADIMIR

Tu fais quoi?

Tu écris l’épilogue de ma vie?

Pour toi aussi,

l’argent est important.


KATIA

Pas à ce point-là.


VLADIMIR

Peut-être

parce que tu ne l’as jamais gagné

toi-même.


KATIA

Ou parce que tu m’as trop gâtée?

Et que tu m’as jamais rien refusé.


VLADIMIR

C’est une reproche?


KATIA

Mais non, je te vénère.

Continue comme ça.


VLADIMIR

Je ne sais pas pourquoi je fais ça.


KATIA

Pourquoi tu payes?


VLADIMIR

Non, ce que je paye.


KATIA

Mais tu es impayable, voyons.


VLADIMIR

Tu aimes jouer avec les mots.


KATIA

L’enfant découvre grâce aux jeux

les dures lois de la réalité.


VLADIMIR

Un enfant?


KATIA

Non.

Pas question. Je ne suis pas

enceinte, si c’est ça.


VLADIMIR

Dommage.

Ça te recadrerait.


KATIA

Je suis cadrée.

L’alcool et la drogue,

c’est que le week-end.

C’est mon nouveau mode de vie.

J’arrive pas encore à maîtriser

la baise et la bouffe.

Mais je bosse dessus, crois-moi.


VLADIMIR

Tu vas pas fumer ici?


KATIA

Et pourquoi pas?


VLADIMIR

C’est un hôpital.


KATIA

Ben quoi? T’as payé pour ta suite,

tu fais ce que tu veux.


VLADIMIR

Tu plaisantes?


KATIA

Bon, je vais fumer où c’est permis.


VLADIMIR

Mais attends ...


KATIA

Quoi encore?


VLADIMIR

Mais d’où ça te vient, cette ...


KATIA

Du facteur, papa!

C’est les gênes, l’hérédité.

Une graine pourrie.

On est tous des graines pourries,

des sous-hommes.


VLADIMIR

Fais des enfants, élève-les.

Toi, tu y arriveras peut-être.


KATIA

Des qui seraient différents

des autres?

Y en a jamais eu

et y en aura jamais.

Et j’ai pas envie

de tenter l’expérience.

Ça fait mal, ça coûte cher

et ça sert à rien.


VLADIMIR

Avec toi, rien ne sert à rien!

C’est des excuses bidon

pour pas assumer

cette responsabilité.


KATIA

Papa,

ce qui est irresponsable,

c’est de faire des gosses

à son image,

malades et condamnés,

vu que les parents

le sont eux-mêmes.

Et faire ça,

juste parce que

tout le monde le fait,

parce qu’il y aura un sens suprême

qu’on n’est pas en mesure de saisir,

car nous ne ferions qu’exécuter

une volonté suprême ...

La merde est bonne: les mouches

ne peuvent pas toutes se tromper.

Pour ton information,

c’est bientôt la fin du monde.

(VLADIMIR rigole.)


VLADIMIR

Aussi bizarre que ça paraisse,

plus je t’écoute, mieux je me sens.


KATIA

C’est bien pour ça

que vous vous reproduisez:

pour sucer la force vitale

de vos enfants.

Et vous dites:

“Mais d’où ça vient?”

(VLADIMIR rit.)


VLADIMIR

Quelle andouille tu fais!

(Elle soupire.)


KATIA

Merci.


VLADIMIR

Je t’aime beaucoup.

(VLADIMIR tend la main.)


KATIA

Non, papa, pas ça ...


VLADIMIR

Allez!


KATIA

Ce qu’on ferait pas pour l’argent!

(KATIA prend la main de son père.)


VLADIMIR

Tu vois?

Tu commences à comprendre,

à trouver des raisons


KATIA

Va pas perdre la tienne, surtout.


VLADIMIR

Quelle peste!


KATIA

La peste?

On m’a dit un infarctus!


VLADIMIR

Viens que je t’embrasse!

(KATIA embrasse son père. VLADIMIR serre sa fille dans ses bras.)

Un bébé est assis sur un lit et joue. ELENA vient jouer avec le bébé sur le lit. [ELENA

Alors, on téléphone?

Tu appelles maman?

Vas-y, appelle.

Allez viens, on va aller voir

ce qui se passe dans la cuisine.

(ELENA est chez SACHA, elle sort de la chambre et va vers la cuisine.)


ELENA

On va regarder dehors,

voir si les moineaux sont là ...

On laisse cuire ça.

Ils sont où, nos petits moineaux?


ELENA

À tes souhaits.

(À l'hôpital, VLADIMIR est prêt à sortir. VLADIMIR s'assoit dans un fauteuil roulant en écoutant les conseils du médecin.)


LE MÉDECIN

Il faut prendre vos médicaments

à heures fixes.

Ensuite, il faut suivre le régime.

Et surtout,

aucune contrariété, monsieur.

Aucune. Vous devriez engager

une garde-malade.

ELENA pousse le fauteuil vers l'extérieur de la chambre. [ELENA

J’ai fait ça des années.

Je travaillais dans un hôpital.


LE MÉDECIN

Tant mieux.


VLADIMIR

Au revoir, docteur.


LE MÉDECIN

Au revoir. Et soignez-vous bien.


ELENA

Au revoir.

(L'infirmière fait du rangement dans la chambre et ouvre la fenêtre.)

(VLADIMIR est couché dans son lit, chez lui et regarde la une émission de sport à la télé.)

VOIX TÉLÉ – ÉMISSION DE SPORT

Je trouve que,

malheureusement, nos arbitres ...

Je ne parle pas

de ceux d’aujourd’hui.

Mais toutes ces histoires

d’erreurs d’arbitrage

les obligent à se protéger …

(Dans sa chambre, ELENA regarde son émission.)


VOIX TÉLÉ

Si on repasse cette émission

dans cinq ans,

les gens seront effarés

de voir que tout ce qui vous

arrive là se répète.

Et vous regretterez

d’avoir fait tout ça.

Toi aussi, tu y passeras.

Je vous souhaite

beaucoup de bonheur.

Au revoir.

(ELENA ferme la télé. ELLE se lève et va dans la chambre de VLADIMIR pour fermer la télé qui joue encore un match de foot. ELENA ferme les tentures, sort de la pièce et va à la salle de bain.)

(Au matin, ELENA prend son thé auprès de VLADIMIR qui prend son petit-déjeuner au lit.)


VLADIMIR

Elena ...

Il faut ...

que je te dise quelque chose.


ELENA

Tes comprimés.

(VLADIMIR avale son médicament.)


VLADIMIR

Bon. J’ai décidé d’écrire

mon testament.


ELENA

Pardon, mais ça me gêne

d’écouter ça.


VLADIMIR

Elena, c’est important.

Je veux être franc avec toi.

J’estime que c’est la bonne méthode.

On se pose tous des questions

sur la suite.


ELENA

Mais non.


VLADIMIR

Cette discussion est

quand même nécessaire.


ELENA

Comme tu veux.


VLADIMIR

À part toi et ma fille Katia,

je n’ai personne sur cette terre.

Après ma mort, elle héritera

de presque tout.

Toi, en tant qu’épouse,

tu recevras une rente à vie.

Sous forme de versements mensuels.

Je pense que ce sera largement

suffisant.

Voilà, c’est tout.

J’ai mûri ça longtemps

et l’ai sorti en dix secondes.

Je vois que tu veux dire

quelque chose.


ELENA

Oui, je ...

Je voudrais bien.

Pas sur ce que tu viens de dire.

Le moment est peut-être mal choisi.


VLADIMIR

Vas-y.


ELENA

Et l’autre chose?


VLADIMIR

Laquelle?


ELENA

La chose ... avec Sacha.


VLADIMIR

Elena, j’estime

que son père, ton fils,

doit résoudre seul ses problèmes.


ELENA

Vladimir ...


VLADIMIR

Ils pensaient à quoi en le faisant?


ELENA

C’était un accident.


VLADIMIR

Les deux fois? Me fais pas rire.


ELENA

Y a rien de risible.

C’était un accident.

Ça arrive à tout le monde.


VLADIMIR

Un accident pour le premier,

et un autre pour le deuxième ...

Et c’est un étranger

qui doit les nourrir?

C’est pas une question d’argent ...


ELENA

Bien sûr que non.

Tu donnes tout à ton écervelée de fille!


VLADIMIR

Nous y voilà.

D’abord, pas tout, loin de là.

Ensuite, tu la connais mal.

C’est une fille sensée.


ELENA

Écervelée et déréglée.


VLADIMIR

Je ne veux pas entendre ça.


ELENA

Et stérile, visiblement.


VLADIMIR

N’importe quoi!

Tu ne veux pas comprendre

qu’elle n’est pas comme nous.


ELENA

Mais bien sûr!

Ni comme mon fils et ses enfants!


VLADIMIR

C’est toi qui le dis.


ELENA

Mon Dieu!

Mais de quel droit?


VLADIMIR

Comment?


ELENA

De quel droit vous croyez-vous

si particuliers? Et pourquoi?

Parce que vous avez plus d’argent

et plus de choses?

Tout peut changer.


VLADIMIR

Qu’est-ce qui peut changer?


ELENA

Les derniers seront les premiers.


VLADIMIR

J’ai déjà entendu ça quelque part.

Des contes pour les pauvres

et les crétins, ces histoires bibliques.

L’égalité et la fraternité, Elena,

n’existent que dans votre royaume

des cieux.

Allez, tu dois avoir des choses à faire.


ELENA

Oui, beaucoup.

Tu veux quelque chose?

(ELENA se lève et ramasse le plateau du petit-déjeuner.)


VLADIMIR

Juste être sûr que tu m’as compris.


ELENA

Je t’ai bien compris.


VLADIMIR

On doit se comporter comme des adultes.


ELENA

Comme des adultes? Mais bien sûr.


VLADIMIR

Je suis content que tu me comprennes.

Apporte-moi, s’il te plaît, un stylo

et du papier.

Mon notaire vient demain matin

et je veux faire un brouillon

du testament.

(ELENA quitte la chambre. VLADIMIR soupire et semble tourmenté.)

(ELENA est dans la cuisine et range la vaisselle sale dans le lave-vaisselle. Ensuite, ELENA prend du papier et un crayon et apporte le tout à VLADIMIR, sans dire un mot.)

(ELENA parle au téléphone.)


ELENA

Sergueï? Bonjour.

Ça va, merci.

Mieux, mais il est encore faible.

Écoute. On a reparlé de Sacha.

Il va falloir qu’on règle ça

nous-mêmes.

Oui, c’est comme ça.

Il estime que c’est au père

de régler ce problème.

Arrête! Arrête ça tout de suite.

Moi aussi, je suis contrariée.

Mais il n’a pas totalement tort.

On va régler ça nous-mêmes.

On va bien trouver.

Je te rappelle plus tard, d’accord?

(SERGUEÏ, assis dans sa cuisine dépose le téléphone sur la table.)

SERGUEÏ

Et merde! Quel rat!

(SERGUEÏ regarde dans le frigo.)

SERGUEÏ

Tania! Elle est où, ma bière?


TANIA

T’as acheté le lait en poudre?

(SACHA entre s'asseoir avec son père dans la cuisine.)

SERGUEÏ

Y avait une canette, là.

T’as appris tes leçons?

SERGUEÏ et SACHA mangent

des croustilles.

TANIA vient s'asseoir avec eux.]


SACHA

Ouais.


TANIA

T’as fait tes devoirs?


SACHA

Mais oui, c’est fait!

(ELENA, est assise à sa coiffeuse et se regarde dans le miroir. ELENA se lève et va vers la bibliothèque où elle prend un livre qu'elle feuillette. ELENA referme le livre et va s'asseoir à la cuisine. ELENA lit un livre sur les médicaments.)

(Dans la salle de bain, ELENA cherche dans la pharmacie.)

(Dans la cuisine, ELENA passe des légumes à l'extracteur à jus. ELENA prend un verre dans l'armoire et verse le jus dans le verre. Ensuite, ELENA prépare un plateau pour VLADIMIR, avec les médicaments qu'il doit prendre. ELENA ajoute deux doses d'un médicament non prescrit.)

(VLADIMIR est alité devant le téléviseur et écoute une émission de sport. ELENA lui apporte son plateau.)


ELENA

Quel bazar, ici.


VLADIMIR

Ça ne vient pas.

Je n’arrive pas à me concentrer.


ELENA

Tes comprimés, d’abord.

(VLADIMIR prend ses cachets et un verre d'eau. ELENA retourne à la cuisine. ELENA tourne en rond, puis s'assoit, comme en attente.)

(ELENA entre dans la chambre.)


VLADIMIR

Lena!

J’ai fini. Merci.


ELENA

Tu veux te reposer?


VLADIMIR

Je vais faire un somme.

(VLADIMIR ferme la télé pendant qu'ELENA ferme les tentures.)

(ELENA passe devant un mur de photos de famille. L'image se concentre sur une photo en particulier : ELENA plus jeune. ELENA est assise et regarde dans le vide. ELENA soupire en passant sa main dans son visage, comme tourmentée. ELENA se lève, puis se rassoit, puis se relève et va vers la chambre de VLADIMIR. ELENA ouvre légèrement la porte et regarde dans la chambre. ELENA ouvre plus grand la porte, puis s'assoit par terre, prise de panique. ELENA se relève, catastrophée, et entre dans la chambre. ELENA prend le pouls de VLADIMIR. ELENA ramasse tous les papiers qui traînent autour du lit et sur le lit et les apporte dans la cuisine. ELENA lit les écrits de VLADIMIR, puis rassemble les feuilles, les dépose dans un casserole de verre et les enflamme. ELENA est paniquée. Une fois les documents brûlés, ELENA dépose la casserole dans l'évier et fait disparaître les traces. ELENA prise de panique range, puis repart vers la chambre et dépose une petite boîte sur la table de chevet. ELENA retourne vers sa chambre et téléphone.)

(LE MÉDECIN rédige un acte de décès dans le salon, chez ELENA et VLADIMIR.)


LE MÉDECIN

J’y crois pas.

On vous a pas dit de pas le faire?

Et que ce genre de médicaments

était exclu?


ELENA

Je vous dis que je ne savais pas

qu’il avait ça.


LE MÉDECIN

Des vrais gosses, ma parole.

Même les ados ont plus de cervelle,

c’est pour dire.


ELENA

Retenez-vous, quand même.


LE MÉDECIN

Je peux pas me retenir plus.

(KATIA entre dans le salon funéraire, un bouquet de roses rouges à la main. KATIA se recueille près de la tombe de son père. KATIA va s'asseoir et pleure en silence. ELENA est impossible à consoler.)


LA CÉLÉBRANTE

Chers parents,

chers amis, chers collègues,

voici venu le temps des adieux.

(À l'extérieur du salon funéraire, des gens discutent. LA CÉLÉBRANTE vient chercher les gens.)


LA CÉLÉBRANTE

Les adieux, c’est maintenant.

(Les gens retournent à l'intérieur.)

(Chez elle, ELENA est couchée dans son lit. ELENA ne dort pas. ELENA s'assoit sur le bord de son lit, puis se lève, va vers la coiffeuse. se regarde dans le miroir et se coiffe.)

(Dans un salon, KATIA est assise, stoïque.)

ELENA est seule dans la chambre de VLADIMIR, elle reste un moment devant les tentures, sans bouger. Puis elle ouvre les rideaux, comme tous les matins et sort de la chambre. ELENA est dans la salle à manger et écoute la télé. [VOIX TÉLÉ – ÉMISSION DE CUISINE

Le meilleur, c’est le no4,

bien que je le trouve très salé.

Il se rapproche le plus du cervelas.

Je vote donc pour le no4.

On sent bien le saucisson,

à la différence du no3.

À chacun ses méthodes.

la couleur et le goût du no3 …

Je vote pour le no3.

Je vous en prie.

(ELENA s'assoit devant son petit-déjeuner et soupire.)

VOIX TÉLÉ – ÉMISSION DE CUISINE

Les membres du jury

sont de simples clients.

Ils ne peuvent voter

que pour un seul saucisson.

Toutes les marques ont été cachées.

J’ai voté pour le no6.

Il est tout à fait mangeable.

On ne sent pas la fécule

et il n’y a pas d’amidon.

Ce saucisson est tout à fait normal.

Mais il est plein d’eau.

En le passant à la poêle, l’eau ...

Ça prouve qu’il est mal fabriqué.

Il ne devrait pas être comme ça.

Le concours se poursuivra

en laboratoire

où sera désigné

le vainqueur de l’émission

C’est le no6 qui m’a plu.

Je n’arrive pas à comprendre

de quoi est fait le no1.

Jamais je ne choisirais

un saucisson comme ça.

Le no5,

c’est de l’argent fichu en l’air.

Ce n’est pas là qu’il faut mettre

ce qu’on gagne

à la sueur de notre front.

Du vrai caoutchouc!]

(ELENA pousse son bol de céréales en soupirant.)

ELENA est accroupie devant le coffre-fort d'où elle sort quelques liasses d'argent qu'elle dépose dans une enveloppe. ELENA met l'enveloppe dans son sac et se prépare à sortir. Une fois son manteau mis, ELENA va s'asseoir au salon et attend. Le téléphone sonne, ELENA répond. [ELENA

Merci. Je descends.

(En passant devant le comptoir, ELENA salue le gardien.)


ELENA

Bonjour.

(Devant l'entrée, un taxi attend. Le taxi amène ELENA en ville.)

(Dans un bureau chic, ELENA et KATIA sont assises, devant un homme. Une femme sert le thé. La femme sort du bureau et ferme les portes.)

(Dans le bureau, L'HOMME s'adresse à KATIA et ELENA.)


L'HOMME

Bon … Vladimir Ivanovitch

sentait sa fin proche.

Je sais comment il comptait

disposer de son patrimoine.

Je me suis, à sa demande, rendu

à l'hôpital et nous en avons parlé.

Malheureusement, rien n'a été consigné

comme l'exige la loi.

En vertu de quoi, je me vois obligé

de constater qu'il n'a pas laissé

de testament et que la loi règle

donc la succession des biens.

Je tiens d'abord à vous informer

qu'il n'a laissé aucune dette.

Sinon, en acceptant la succession,

vous en auriez été redevables.

Ensuite, il vous faut savoir que,

selon la loi, en cas de décès

de l'un des époux, le conjoint survivant

a le droit de recevoir une partie

des acquêts, soit sa part lui revenant

sur les biens acquis en communauté.

De plus, à parité avec

les autres héritiers, il hérite

de la partie des acquêts

du conjoint décédé, laquelle partie

entre dans l'héritage composé

également des biens propres

du défunt.

Néanmoins, il se trouve,

dans le cas présent, que,

durant les deux années

pendant lesquelles

vous avez été mariés,

vous n'avez acquis

aucun bien en commun.

Donc rien ne vous revient

sur ces acquêts. Katia et vous

héritez donc à parité d'une partie

des biens propres du défunt.

Comme, hormis vous, il n'y a,

autant que je sache,

pas d'autres héritiers,

l'héritage sera donc divisé

en deux parts égales.

Si quelque chose n'est pas clair,

je peux vous donner

des explications.


KATIA

Mon père avait toujours

des grosses sommes dans son coffre.

Qu'est-ce qu'elles deviennent?


ELENA

J'ai vérifié, il n'y avait rien.


KATIA

Je vois.


ELENA

Tu dois me croire.


KATIA

Bien sûr. Autre chose?


L'HOMME

On commence juste.

Je vous ai donné les grandes lignes.

Il faut entrer maintenant

dans le détail.

On peut faire une pause,

si vous voulez.


KATIA

Non, continuons.

N'est-ce pas, Elena Anatolievna?


ELENA

Oui.


L'HOMME

Très bien, allons-y.


KATIA

L'appart', on le coupe en deux?


L'HOMME

On le coupe selon la loi.

(ELENA attend sur le quai de gare.)

(ELENA est assise dans le train qui mène chez son fils. Le train s'arrête au milieu de nulle part. ELENA soupire. Le train repart lentement.)


UNE PASSAGÈRE

Regarde!

(Dehors un cheval est couché par terre, à une traverse à niveau.)

(ELENA arrive à l'édifice à loyer modique que son fils habite. Elle entre. Dans le salon, chez SERGUEÏ, elle sort les liasses de billets. TANIA est là avec le bébé.)


ELENA

Et voilà.

SERGUEÏ

Maman …

On fête ça?


TANIA

D'accord.

SERGUEÏ

On a à boire?


TANIA

Mais oui.

SERGUEÏ

Alors, vas-y, Tania!

(TANIA donne le bébé à ELENA et sort de la cuisine. SERGUEÏ prend des verres. Le bébé pleure.)


ELENA

Pleure pas, elle va revenir.

(TANIA monte sur un tabouret et sort une bouteille d'une armoire haute.)

TANIA arrive au salon avec la bouteille. [SERGUEÏ

Vous savez quoi?

Buvons à Vladimir.

Il aura au moins fait

une chose bien dans sa vie.


ELENA

Buvons plutôt à Sacha.

SERGUEÏ

Sacha!


SACHA

Hein?

SERGUEÏ

Deux! Viens là!

Alors, l'étudiant …

Assieds-toi.

Tiens.

La fac, c'est dans la poche.


TANIA

T'es pas bien?

SERGUEÏ

Ben quoi? Tout est sous contrôle.

Et il a 17 ans.


SACHA

C'est des vrais?

(SACHA tient une liasse de billets dans sa main.)

SERGUEÏ

T'en as jamais vu des comme ça!

Pose!


SACHA

C'est de la bombe!

SERGUEÏ

Allez!


TANIA

À notre nouvelle vie!

SERGUEÏ

Maman …

On a une surprise.

On est encore enceinte.


ELENA

C'est pas vrai?

C'est vrai?

SERGUEÏ

À tes souhaits.


ELENA

Mon Dieu, quel bonheur!

SERGUEÏ

Si c'est un garçon,

on l'appellera Vladimir.


TANIA

Arrête.

SERGUEÏ

Ben quoi?


TANIA

J'espère que ce sera une fille.


ELENA

Oui, vaut mieux une fille!


TANIA

Tiens, mange.

Vas-y mollo!

SERGUEÏ

Me fous pas le bourdon, merde!

(Une panne d'électricité met le salon dans le noir.)


SACHA

Game over.

SERGUEÏ

C'est juste le disjoncteur

qui a sauté.

M'man, tu vas me casser le bras.


TANIA

Passez-le-moi.

SERGUEÏ

Je vais voir.


TANIA

Doucement, tout va bien …

SERGUEÏ

C'est dans tout l'immeuble.


DES JEUNES

C'est dans le monde entier!

SERGUEÏ

Ah, les cons …

Bonjour, Alexeï.

ALEXEÏ

Bonjour.

SERGUEÏ

Alors?

ALEXEÏ

Va savoir.

Ils ont visiblement coupé

tout le quartier.

Allez …

Ils vont rebrancher.

SERGUEÏ

Eux, ils coupent et nous, on raque.

ALEXEÏ

Laisse tomber, Sergueï.


UN JEUNE

Bonjour!


SACHA

Salut, les mecs.

SERGUEÏ

Tu vas où comme ça?


SACHA

Faire un tour.

SERGUEÏ

Sois là à 11h pétantes.

On a des bougies?


TANIA

Pourquoi on en aurait?

(SACHA appelle ses amis dehors.)


SACHA

Vitia? Liocha?

Vous êtes là?

SACHA rejoint les FLÂNEURS. [SACHA

Salut, les mecs.

FLÂNEUR 1

Tu glandais quoi?


SACHA

Ma grand-mère me prenait la tête.

FLÂNEUR 1

On s'est dit que t'avais les jetons.

On allait y aller.


SACHA

Fallait y aller, me gavez pas!

FLÂNEUR 1

Cool, mec.

Tiens, fais-le plein!

(LE FLÂNEUR 1 tend une bouteille à SACHA, qui boit à même le goulot.)

FLÂNEUR 2

Laisses-en aux copains!


SACHA

Alors? Ils sont là-bas?

[FLÂNEUR 1:]Oui.

SACHA

On bouge, alors?

FLÂNEUR 1

On bouge.

LES FLÂNEURS et SACHA marchent dans une allée. [UN FLÂNEUR

Ioura, tu décolles?

(Un cinquième membre se joint au groupe.)

(Le groupe de traînards traverse une rue passante. Une voiture passe en klaxonnant.)

UN FLÂNEUR

Ralentis, merde!

LES FLÂNEURS

poursuivent leur chemin vers

les cheminées. LES FLÂNEURS

marchent à travers un

sous-bois et s'approchent

d'une cheminée d'usine

nucléaire.]


UN HOMME

Alerte!

(Dans une clairière, les jeunes FLÂNEURS arrivent près d'un campement où il y a un feu de camp. Les jeunes s'attaquent à un homme et le frappent violemment. LES FLÂNEURS reviennent vers le sous-bois.)


UN HOMME

Tue-le!


UNE VOIX D'HOMME

Bute-le!

(LES FLÂNEURS retournent vers le campement. L'un d'eux se bagarre. Dans la pénombre, des cris et des bruits de bagarre. C'est la pagaille.)


DIMA

Je vais te crever!

(DIMA frappe sans arrêt.)

UN FLÂNEUR

Dima, on s'arrache!

(LES DEUX FLÂNEURS partent en courant dans le sentier qui longe les cheminées, laissant leur victime, mal en point, derrière eux. Des lumières s'allument le long de la barrière.)

CHEZ ELENA, le bébé roule sur le lit de VLADIMIR et pleure. TANIA arrive et vient le chercher. [TANIA

Où tu vas comme ça?

(ELENA va déposer ses vêtements dans sa chambre va vers la chambre.)

SERGUEÏ

M'man!


ELENA

Moins fort.

(SERGUEÏ est dans le bureau de VLADIMIR.)

SERGUEÏ

Ça, on le dégage.

On remonte un mur là, et comme ça,

Sacha à sa chambre.


ELENA

Attends,

on n'a rien décidé avec Katia.

SERGUEÏ

On se mettra d'accord, t'inquiète!


ELENA

Ça m'étonnerait.

SERGUEÏ

Mais si, je te dis.

(SACHA est dehors sur le balcon, chez ELENA.)

(SERGUEÏ va dans la cuisine.)

SERGUEÏ

M'man, on a de la bière?


ELENA

Regarde dans le frigo.

(SERGUEÏ se prend une bière et sort sur le balcon. Va voir son fils et revient à l'intérieur par une autre porte-fenêtre.)


VOIX TÉLÉ

Je suis très inquiète

et j'attends sa décision.

Je pense, dans ce cas,

que ça vous est égal

de qui vous serez le trophée …

Il a des qualités qui m'ont plu :

son envie de ne pas végéter,

son esprit d'aventure …

Vous finirez par choisir

Katia ou Dacha,

celle qui vous convient le mieux.

Tu seras un trophée!

C'était vraiment super

et t'as vraiment été la meilleure.

N'écoute personne.

(SERGUEÏ va s'asseoir près d'ELENA sur le divan, tandis que TANIA s'assoit sur un fauteuil)


ELENA

Il est endormi?


TANIA

Oui.

Elena Anatolievna,

je suis aux anges!


ELENA

Je fais du thé?


TANIA

Je vais vous aider.

SERGUEÏ

Tania, apporte des cacahuètes!


VOIX TÉLÉ

C'est comme si j'avais 90 ans

et j'ai envie de râler,

car vous êtes tous

plus jeunes que moi, sauf Leonid.

Et j'ai l'impression

que chez vous tout est vanité.

Mesurez vos envies, sinon vous serez

comme ça jusqu'à la retraite.

Elle veut beaucoup de choses,

mais donner …

Elle ne sait pas

ce qu'elle va donner.

Alors,Génia, Elena t'a plu?

Comment te dire?

Pour être concret,

on ne peut rien dire.

(SACHA est dehors sur le balcon et regarde en bas. Des voix de jeunes viennent d'en bas. DES JEUNES jouent au ballon dans une cour privée.)

(Dans la chambre de VLADIMIR, le bébé dort sur le lit.)

(Le bébé se réveille et s'assoit dans le lit.)

(De l'extérieur, on voit la famille d'ELENA assise dans le salon, qui regarde la télé. On revient à la même image qu'au début du film. À travers les branches on voit un balcon d'un appartement fenestré, au crépuscule.)

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par