Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Official sitefor Ciné TFO
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Tuesday, After Christmas

Paul and Adriana have been married for 10 years. The have a daughter, a car, an apartment, and they seem to still love each other. Paul also has an affair with Raluca, a 27-year-old dentist he met six months ago.



Réalisateur: Radu Muntean
Acteurs: Mimi Branescu, Mirela Oprisor, Maria Popistasu
Production year: 2010

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

« Mardi, après Noël », est un long-métrage en langue originale roumaine, sous-titrée en français. Le présent document ne rapporte que les sous-titres français.

Début générique d'ouverture

[Début information à l'écran]

Mardi, après Noël

[Fin information à l'écran]

Fin générique d'ouverture

RALUCA est nue et étendue sur le côté dans un lit. PAUL lui embrasse le dos. RALUCA et PAUL s'embrassent.


RALUCA

C'est franchement délirant.


PAUL

Quoi?


RALUCA

Tu vois pas?

C'est moche comme ça.

Normalement c'est grand, plus petit,

et plus petit.

Beau.

Esthétique.


PAUL

Mais où ai-je bien pu dénicher

une esthète pareille?


RALUCA

Mais où ai-je bien pu te dénicher

toi et tes orteils de mutant.


PAUL

C'est un signe de virilité,

chez les hommes.


RALUCA

Et chez les femmes, c'est quoi?


PAUL

C'est aussi un signe de virilité.


RALUCA

Donc tu vois? J'ai raison.

En tant que femme, j'suis mieux sans.

L'index du pied est le signe

d'un tempérament artistique.

D'un esprit créateur.


PAUL

À mon avis, c'est surtout le signe

que j'en ai une grande.


RALUCA

Oh ça va, j'en ai déjà vu

des plus grandes …


PAUL

Et où t'en as vu d'aussi grandes?


RALUCA

Chez moi, sur ma plage, à Constanta.


PAUL

Donc toi aussi t'en as vu?


RALUCA

“Ouais!”


PAUL

Et qu'est-ce que t'as vu?


RALUCA

“Des super grosses!”


PAUL

Espèce de bavard.


RALUCA

“Espèce de mutant.”

(RALUCA met son doigt dans la bouche de PAUL et en tassant les lèvres, observe ses dents.)


RALUCA

Fais voir.

Pauline, arrête de fumer,

Pauline!


PAUL

T'as raison, laisse-moi juste en fumer une.

Rien qu'une clope, bébé …


RALUCA

Non …

(RALUCA roule sur PAUL.)


RALUCA

Pourquoi tu m'énerves comme ça?

T'as vu un peu l'état de tes dents?


PAUL

Ne m'appelle pas pour un détartrage,

parce que j'irai pas.


RALUCA

OK, si t'arrêtes de fumer

comme un pompier.


PAUL

Je viens d'en faire un.


RALUCA

Qu'est-ce que tu racontes, bébé?

Ça doit remonter au moins

à quatre mois. Cinq.

On en fera un quand t'amèneras Mara.


PAUL

T'as déjà pris ses empreintes.

T'as qu'à me donner l'appareil

et c'est bon.


RALUCA

Ne change pas de sujet.

Promets-moi que t'arrêtes à Noël.

Un cadeau …

Pour ta fille.


PAUL

Qu'est-ce que la cigarette

a à voir avec Noël?

Si je peux pas, je peux pas.


RALUCA

Oh, allez, amour.

Et comment j'ai fait moi?


PAUL

Moi, je peux pas, c'est tout.


RALUCA

Je vais demander au Père Noël

un homme avec plus de volonté.


PAUL

C'est ça.

On t'as dit qu'il n'existait pas?


RALUCA

Il est venu chez moi

et a laissé quelque chose pour toi.


PAUL

Ah ouais?


RALUCA

Ouais.


PAUL

C'est parce que j'ai été sage …


RALUCA

Pas vraiment, mais ça fait rien.

Cette année,

le Père Noël s'est fait rouler.

(RACULA et PAUL flânent dans le lit en se bécotant.)


RACULA

J'ai rien acheté pour ma mère.

Et j'ai pas la moindre idée …


PAUL

Y'a encore du temps.


RALUCA

Pas tant que ça …

… Son anniversaire est après-demain.


PAUL

Merde, c'est vrai.

Souhaite-lui bon anniversaire pour moi.

Donc tu pars et tu me laisses seul.


RALUCA

Je pensais lui acheter quelque chose

de chez Chanel, cette fois-ci.


PAUL

Donc tu pars

et tu me laisses seul, hein?


RALUCA

Ouais mec, je pars …

Je pars parce que j'lui ai promis.

Tu sais depuis quand

j'y suis pas allée?


PAUL

T'es pas allée en octobre?


RALUCA

Et combien de temps je suis restée?

Même pas deux jours.

Je me suis dépêchée de rentrer

avant que tes coups de fil m'achèvent.


PAUL

Ton absence me tuait.


RALUCA

Moi je sais ce qui te tuait.


PAUL

“Ton absence ...”


RALUCA

Celentano.


PAUL

Fais gaffe, j'ai aussi la version italienne.


RALUCA

Ah ouais? Écoutons-la alors.


PAUL

Je ne suis plus très sûr

que ce soit italien …

Je vais la chanter en français.


RALUCA

Qu'est-ce que tu prends à Mara?


PAUL

On pensait à une planche.

Pour qu'elle descende les pistes

avec son vieux père.


RALUCA

Très bonne idée.


PAUL

Dommage que tu ne veux pas

que je t'apprenne.


RALUCA

Oui Paul, je viens avec vous à Kaprun.

Va donc demander l'avis d'Adriana.

Peut-être que vous pourrez mettre

un autre lit dans la chambre.

(RALUCA tente de se lever, mais PAUL la retient. Il la recouche sur le dos et monte sur elle.)


PAUL

Où tu veux aller?

On peut aller quand tu veux.

Dis plutôt que tu veux pas.


RALUCA

Si je veux.


PAUL

Tu veux?


RALUCA

Oui.


PAUL

Tout va bien alors.

(PAUL commence à embrasser RALUCA sur le ventre.)


RALUCA

Non, s'il te plaît.

Vraiment.

(PAUL fait un prout sur le ventre de RALUCA. Mais il a une surprise, RALUCA a pété et rit de son bon coup.)


PAUL

Quoi?! Ouvre la fenêtre, s'te plaît …

PAUL recommence à faire des prouts sur le ventre avec un malin plaisir. [RALUCA

Allez, j'suis sérieuse!

Laisse-moi seule, sois pas vache!

Ça suffit!

Ça suffit, arrête, j'en peux plus.

(RALUCA fait rouler PAUL en bas du lit. ELLE rit aux éclats.)

(PAUL, toujours par terre, rit aussi.)


PAUL

Je t'avais pas dit

de mettre de la moquette?

Relève-moi.

RALUCA roule sur le lit et tend une main à PAUL pour l'aider à se relever. [PAUL

Rambo

je me suis pratiquement

cassé le coccyx.

Ou pire …

(RALUCA se lève. PAUL tente de la retenir.)


RALUCA

Non, sérieusement …

Je te gifle si tu continues.


PAUL

Je voulais juste te donner ça.

Je suis blessé.


RALUCA

Oh, Mon Dieu, toi …

… stupide vache.

T'as vu ce que t'as fait toi? Hein?

Latin lover.


PAUL

Bébé, donne-moi mes cigarettes,

s'il te plaît.

C'est quoi ça?


RALUCA

Tes cigarettes.

(PAUL est dans un magasin de vêtements.)


ADRIANA

Paul …

Paul!

Tu veux bien venir un instant?

(PAUL se dirige vers les cabines d'essayage et rejoint ADRIANA qui se regarde dans un miroir. ADRIANA essaie une blouse.)


PAUL

C'est très bien.


ADRIANA

Tu trouves?

Je jette encore un oeil

sur les chaussures et ça sera bon.


PAUL

J'aime bien celui … avec les motifs.


ADRIANA

Celui-là, c'est pour ma soeur.


PAUL

Il est trop petit pour elle.

Prends-le pour toi.


ADRIANA

Tu crois?


PAUL

Complètement.


ADRIANA

Il contient un peu de stretch et il se tend.

Bon, on va voir …


PAUL

C'est pour ça qu'il vaut mieux

que tu fasses tes achats toute seule.


ADRIANA

On le prend et on va voir.

(Dans un magasin d'équipement sportif, PAUL tient une planche à neige. ADRIANA apporte des bottes de marche.)


ADRIANA

Regarde si elles te vont.


PAUL

C'est quoi ça?


ADRIANA

Tes parents m'ont donné de l'argent

pour que je t'achète des chaussures.


PAUL

Allons, Adriana,

c'est quoi ces bêtises …


ADRIANA

Tu veux quoi, Paul,

que je me fâche avec eux?

Essaie-les, ça va pas te tuer.

Sois content qu'ils te les aient pas

achetées directement.


PAUL

Tiens ça.

(PAUL va s'asseoir pour essayer les chaussures.)


ADRIANA

Et s'il te plaît, aie l'air surpris

en les recevant.


PAUL

Oh, je jouerai le jeu.

D'un côté nous, on leur donne

et eux, ils nous le redonnent

pour qu'on s'achète des chaussures.


ADRIANA

C'est celle-là?


PAUL

Non. Il est parti dans la réserve

en chercher une plus petite.

Celle-ci fait 130,

c'est trop grand pour elle.


ADRIANA

Elle a du rose, elle va lui plaire.


PAUL

Quand sortira-t-on

de la période rose?


ADRIANA

Elle te vont?


PAUL

Comme un gant.

Génial, maintenant je peux gravir

des montagnes.

(LE COMMIS DE MAGASIN revient les mains vides.)


COMMIS DE MAGASIN

C'est la seule petite planche

qu'on ait.

Et c'est la dernière.


ADRIANA

On va chercher ailleurs.


PAUL

Y'a nulle part où chercher.

J'ai demandé aussi chez Boarders.

C'est le seul autre endroit

où ils en vendent pour les enfants.


ADRIANA

On va réfléchir un peu.


COMMIS DE MAGASIN

D'accord. Si vous vous décidez …


ADRIANA

Alors, on a qu'a la lui prendre

en Autriche.

Et on lui trouve autre chose pour Noël.


PAUL

Quoi d'autre?


ADRIANA

Je sais pas, on va chercher

autre chose.


PAUL

Bébé, on va rien chercher d'autre.

Non sérieux, quoi d'autre?

On a dit qu'on lui prenait une planche.

Elle a même écrit au Père Noël.

On change pas d'avis comme ça.


ADRIANA

Je ne mettrai pas dans ses souliers

une planche avec un squelette dessus!

(Le téléphone de PAUL sonne.)


PAUL

Oui …

Je suis très impressionné.

Dis plutôt ce qu'il t'a dit.

Les intérêts ne sont pas fixes,

je lui ai jamais dit ça.

Il nous prend pour des cons ou quoi?

Il devrait être content

que la banque soit avec lui.

Montre-lui le dossier.

Ils regardent jamais la télé ou quoi?

Prends le dossier de chez Carmen

et va chez lui.

Carmen te le donnera.

Que veux-tu que je lui dise

de plus que toi?

Entendu, allez, oublie ça.

Dis-lui que je m'arrêterai chez lui

et lui parlerai. Demain.

Allez, tu t'es cassé la tête

pour me dépanner …

Allez, salut.


ADRIANA

Alors?


PAUL

On prend la rose

et on en finit une fois pour toutes.

On va la déposer chez mes parents.


ADRIANA

D'accord. Et si elle est trop grande

… elle lui ira l'année prochaine.


PAUL

Ce sera juste un peu dur pour elle

dans les virages.

Mais elle s'habituera.


ADRIANA

Tu les aimes?


PAUL

J'en suis fou.

(ADRIANA rit.)

(Dans sa chambre, PAUL s'habille. Une voiture téléguidée fait irruption dans la chambre. MARA suit la voiture de près et la fait rouler dans la chambre.)


PAUL

Où est ta mère?


MARA

Au téléphone.

Elle parle avec … Sal … rom.


PAUL

Avec “Salrrrom”?


MARA

Dossier numéro sept milliards

huit cent soixante-dix-sept,

conformément à la décision

de justice numéro un milliard

deux cent soixante-dix sept …


PAUL

Attention, tu vas la casser.


MARA

Mais non …


PAUL

Si …


MARA

Mais non …

(PAUL et ADRIANA mangent à table de la salle à manger.)


PAUL

Je t'avais bien dit

qu'on ouvrait la boîte de Pandore.


ADRIANA

C'est-à-dire?


PAUL

Tu crois qu'elle va le sortir

et lui donner à manger?

C'est hors de question.


ADRIANA

Exactement, hors de question.

Le Père Noël ne lui apportera pas

d'autre animal.

Elle a déjà Coco et il faut

qu'elle apprenne à s'occuper de lui.


PAUL

Alors pourquoi “c'est-à-dire”?


ADRIANA

De toute façon, toute cette affaire

de Père Noël, tu sais …


MARA

*Moumine!


ADRIANA

Oui, mon coeur.


MARA

Y'a plus de liquide pour le savon.


ADRIANA

Très bien, mon coeur.

Utilise l'ordinaire à la place.

Il en reste?


MARA

Oui.


ADRIANA

Elle croit que le Père Noël

ne reçoit plus ses lettres.

Elle lui a demandé

un perroquet qui parle,

et Coco ne fait que caqueter.


PAUL

Le Père Noël n'est plus ce qu'il était …

(MARA entre dans la pièce à ce moment et vient s'asseoir à table avec ses parents.)


MARA

De quoi vous parliez?


PAUL

Je parlais à ta mère d'un film.


MARA

Quel genre de film?


PAUL

Un film pour les adultes.


MARA

Très bien, alors.

Si vous ne me racontez pas,

je vous raconterai pas non plus

d'autres trucs.


PAUL

Quel genre d'autres trucs?


MARA

Rien …


PAUL

T'as quelque chose à nous raconter?


MARA

Non …


PAUL

Tu es sûre?


MARA

Je suis sûre.


PAUL

Alors mange et tais-toi.


ADRIANA

Tu t'es lavé les mains?

Fais-moi voir.

(ADRIANNA se lève et sent les mains de MARA.)


MARA

C'est de l'herbe?

Je ne suis pas une girafe,

je ne mange pas ce genre de chose.


PAUL

Non, tu es une chèvre.


MARA

Même pas …


ADRIANA

Regarde, maman a mis dedans

des épinards … de la roquette …

(ADRIANNA fouille dans le bol de MARA et prend une bouchée.)


PAUL

Allez, mange.S'il te plaît.


MARA

Je préférerais un sandwich Almette.


PAUL

Fais-toi un sandwich Almette,

il n'en reste plus de toute façon.


MARA

Oh, arrête.


PAUL

Prends du yaourt alors.


MARA

C'est bon Almette.


ADRIANA

Tu veux un peu de fromage?


MARA

D'accord.

(PAUL est assis devant son ordinateur portable dans la chambre de RALUCA. RALUCA est assise par terre devant lui.)


RALUCA

Je pensais acheter quelque chose

pour mettre dans les souliers de Mara.


PAUL

Pourquoi?


RALUCA

C'est ce que j'aimerais.

Je pensais que je pourrais

lui donner au cabinet.


PAUL

Bah non. À quoi bon?


RALUCA

Pourquoi pas?


PAUL

Pour le moment, du coup,

ça ne sert à rien.


RALUCA

Si à moi ça me fait plaisir …


PAUL

Y aura plein d'autres occasions.

Enfin …


RALUCA

Tu trouves ça déplacé?


PAUL

Quoi donc?


RALUCA

Le cadeau.


PAUL

Mais non …

(RALUCA referme le couvercle de l'ordinateur de PAUL avec son pied.)


RALUCA

Parce que si t'es pas d'accord,

moi je fais comme tu dis.

Tu as le dernier mot.


PAUL

T'en fais pas.


RALUCA

Alors, tu les lui donneras.

J'espère qu'ils lui plairont

et que la taille est bonne.

(RALUCA sort de son sac, un sachet rouge et le donne à PAUL. PAUL prend le paquet et regarde ce qu'il contient.)


PAUL

Ouah, ils sont chouettes!


RALUCA

Tu sais, je me suis renseignée,

je les ai pas pris au hasard.


PAUL

Viens là que je t'embrasse

pour elle.

Merci au Père Noël.

(PAUL s'avance et embrasse RALUCA.)


RALUCA

Tu les mettras dans ses souliers.


PAUL

Ils en ont aussi en rose …

Trop cool.

(PAUL remet les chaussettes dans le paquet.)


RALUCA

On déjeune ensemble?


PAUL

Je dois filer.


RALUCA

Quatre heures déjà?

Alors cours rejoindre

ta femme et tes enfants.


PAUL

Je gêne ton programme?


RALUCA

Et pourquoi pas?

Une femme seule et belle …


PAUL

C'est qui?


RALUCA

Y a toujours deux-trois garçons

en train de s'échauffer.


PAUL

T'as qu'à me les présenter alors.

(PAUL se lève et se dirige vers la penderie où il prend son manteau.)


RALUCA

À la prochaine occasion.


PAUL

J'espère bien.


RALUCA

Ça y'est …

Qu'est-ce que c'est?

(PAUL donne une enveloppe à RALUCA.)


PAUL

Le Père Noël est aussi passé

pour nous.


RALUCA

Pourquoi tu fais

ce genre de trucs?

Tu sais bien que je ne peux pas y aller.


PAUL

Comment ça? C'est le 23.


RALUCA

Oui Paul. C'est le 23.

Moi, le 23, je suis à Constanta.


PAUL

Mais t'avais pas dit que tu partais

pour son anniversaire?


RALUCA

Et tu veux que je fasse

pilote de course, la veille de Noël?

Ça va pas.

Ce sont des choses que je préférerais

que l'on décide à deux.


PAUL

Vas-y, fais-moi la leçon

pour deux billets à un concert.

Je voulais te faire une surprise.


RALUCA

Allez, commençons pas …


PAUL

Tu veux pas, on n'y va pas.

C'est pas la mer à boire.

Mais c'est dommage.

(PAUL ferme son manteau.)


RALUCA

T'es quelque chose.

Allez oust, du balai.

On se voit demain.


PAUL

Demain sera la dernière fois

que je te vois cette année.


RALUCA

Bien fait,

je serai débarrassée de toi!


PAUL

Débarrassée de moi?

(PAUL prend ses affaires et s'en va. PAUL revient sur ses pas pour prendre son ordinateur portable. Il embrasse RALUCA.)

(PAUL est dans la voiture avec MARA.)


PAUL

Et pourquoi vous vous êtes disputées?


MARA

Parce qu'elle a volé

mon stylo avec la vache.


PAUL

Mais t'es sûre qu'elle te l'a volé?


MARA

Ouais.

Parce que le mien se bloquait

et ensuite, le jour d'après …

elle a écrit avec à l'école

et il se bloquait aussi.

Et elle a dit qu'il était nouveau.

Je sais qu'elle me l'a pris à moi.


PAUL

Allez, arrête de bouder maintenant.

Moi de toute façon,

Alexia ne me plaisait pas.


MARA

Elle est méchante

et c'est une cruche.


PAUL

Ne parle pas comme ça.


MARA

J'ai même changé de place.

Elle est à côté de Stefi maintenant.


PAUL

Et elles sont amies maintenant?


MARA

Ouais …

Et elles arrêtent pas de dire

des choses dégoûtantes sur moi.

Elle est très méchante

et super cruche …


PAUL

Je t'ai dit de ne pas parler comme ça.

Et t'es à côté de qui maintenant?


MARA

À côté de Bogdan Dema.


PAUL

De qui?


MARA

De Bogdan Dema.


PAUL

C'est celui qui …

C'est celui qui était

à ton anniversaire …

… et avait apporté ce gâteau?


MARA

Non … C'est un nouveau.


PAUL

Oh, donc c'est un autre enfant?


MARA

Ouais.


PAUL

Et quelles choses dégoûtantes

elles disent sur toi?


MARA

Que je triche

aux contrôles de maths …

… et que je mange

mes crottes de nez …

(Le téléphone de PAUL sonne, il répond en main libre, tout en conduisant.)


PAUL

Oui, maman …


ADRIANA

Qu'est-ce que vous faites?


PAUL

On sort de l'école

et on va faire prendre la radio.

Et toi?


ADRIANA

Les greffiers font grève

et tout le monde est rentré chez soi.


PAUL

Ils se sont mis en grève

sans préavis?


ADRIANA

À deux heures moins le quart

quand la salle était pleine.

Tu parles …


PAUL

Et qu'est-ce que tu fais,

tu vas à la gym?


ADRIANA

Je pensais vous rejoindre

chez le dentiste

et qu'ensuite on parte ensemble

chez tes parents.

(MARA se réjouit de cette proposition et fait des mouvements de danse sur son siège. PAUL, de son côté affiche un air contrarié.)


ADRIANA

Comment ça va, mon ange?

Tu n'as pas peur, bébé?


MARA

Tu viens avec nous, maman?


ADRIANA

Bien sûr …

… pour voir à quel point

ma petite fille est courageuse.


PAUL

Je suis pas sûr qu'on lui mette

l'appareil aujourd'hui …


ADRIANA

C'est ce que tu m'avais dit.


PAUL

J'ai dit qu'on avait rendez-vous,

mais je ne sais pas

exactement pour quoi.


ADRIANA

D'accord … On verra bien …


PAUL

Si tu veux, après, on peut passer

te prendre à la maison.


ADRIANA

Non … C'est mieux si je viens.

Donne-moi l'adresse exacte.


PAUL

Ça n'a pas de sens à mon avis.

C'est derrière la Halle Traian.

C'est un immeuble à quatre étages.

Rue Popa Soare no45.


ADRIANA

D'accord, oui je vois.


PAUL

Te précipite pas.

On sera là-bas dans une heure.


ADRIANA

D'accord. On se voit là-bas.

Je vous embrasse.


PAUL

À plus …


MARA

Au revoir maman …


ADRIANA

Au revoir bébé …

(PAUL et MARA entrent chez le dentiste, ADRIANA est déjà dans la salle d'attente.)


MARA

Maman!


ADRIANA

Comment va ma princesse?


MARA

J'ai apporté la radio.


PAUL

T'es déjà arrivée.


ADRIANA

Depuis 5 minutes.

Quelle jolie photo …

(ADRIANA regarde un album de photos. MARA s'assoit près d'elle.)


MARA

Regarde comme je suis bien là …


ADRIANA

T'es splendide.


PAUL

T'as trouvé facilement?


ADRIANA

Oui, je connais le quartier

quand je vais chez Jeni.


PAUL

Elle travaille dans le coin?


ADRIANA

Juste à côté du restaurant.

Oh, regarde bébé, tes cheveux

sont vraiment beaux ici.

Oh la la!

Tu as vu le crocodile sur la photo?

Oh Mon Dieu! Tu m'as fait peur.

Ça va?


PAUL

Je suis crevé.

T'as parlé avec eux?


ADRIANA

Oui … Elle termine bientôt.

Alors, dis-moi bébé …

Tu as eu peur?


MARA

Ils ont mis cette chose sur mon front

et l'ont tournée plusieurs fois.

Puis, ils ont mis cette autre chose

sur mon nez, comme un laser …

et puis ils l'ont encore tournée.

Et puis ils ont mis

cette veste sur moi, tu vois,

et comme elle était trop lourde,

je me suis assise sur une chaise.

Puis ils m'ont mis ces cuillères

en plastique transparent …

(MIRCEA, technicien dentaire, entre dans la salle d'attente par une autre pièce. )


MIRCEA

Oh … M'sieur Hanganu.

Comme ça me fait plaisir.

Tu accompagnes la patiente?


PAUL

Je te présente mon épouse.

(ADRIANA se lève et serre la main du dentiste.)


ADRIANA

Adriana Hanganu.


MIRCEA

Mircea Dumbraveanu, enchanté.


PAUL

Tu connais Mara.


MIRCEA

Comment va la demoiselle?


MARA

Bien.


MIRCEA

Bien … Bref et concis.


ADRIANA

Elle communique toujours

de cette manière.


MARA

Maman, regarde ici.


ADRIANA

Excusez-moi.


MIRCEA

Je n'arrive pas à voir

à qui elle ressemble.


PAUL

Elle a pris un peu des deux,

pour ne pas nous fâcher.


MIRCEA

Elle est trop mignonne …


PAUL

Et comment tu vas, vieux?


MIRCEA

Le travail.

Je suis resté aider Raluca,

Marcela a dû s'en aller.


PAUL

Et la maison?


MIRCEA

La maison … C'est ça le problème.

Encore le chantier, les fenêtres,

les portes … Mais pour le moment

ils ont fermé le robinet …


PAUL

T'as dépassé ton budget?


MIRCEA

Oui et pas qu'un peu.


PAUL

La patience, c'est tout …


MIRCEA

Il se pourrait bien que j'aille

te voir finalement …

Peut-être que tu me trouveras

un autre crédit.


PAUL

Le premier, tu l'avais pris où?


MIRCEA

À la BRD.

Quoi? C'est pas bien?


PAUL

Non,c'est bien.


MIRCEA

Ça fera un an en janvier.


PAUL

Bon alors, je t'attends chez moi.

Passe à mon bureau …

Emmène avec toi les papiers

de ton crédit.


MIRCEA

Je ne voulais pas en arriver là,

mais je n'ai pas d'autre issue.

Cette maison m'a démoli.

(RALUCA entre dans la salle d'attente et se dirige vers MARA.)


RALUCA

Tiens, tiens …

Comment vas-tu beauté? Bien?

Bonjour.


PAUL

Bonjour.


RALUCA

Comment allez-vous?


PAUL

J'accompagne la patiente …


RALUCA

Très bien.

Entrez, je vous prie …

(MARA et ADRIANA se lèvent et vont vers la salle indiquée par RALUCA qui reste derrière avec PAUL.)


MIRCEA

J'arrive tout de suite.


RALUCA

Vous avez apporté la radio?


PAUL

Oui.

Mara, où est-ce que tu l'as mise?


MARA

Oups … Sur la table.

(ADRIANA entre dans le cabinet, tandis que PAUL revient sur ses pas pour prendre la radiographie, restée sur la table de la salle d'attente.)

(Dans le cabinet, RALUCA regarde la radiographie. MARA est déjà sur le siège réservé au patient du dentiste.)


MARA

Je peux prendre le pistolet laser?


RALUCA

Oui, mais plus tard.

Tu peux demander à ton papa

de jouer à l'ascenseur avec toi.


MARA

Papa, tu veux bien?


PAUL

Juste un peu alors.

On ne doit rien casser …

(PAUL active le levier automatique de la chaise avec la commande au pied.)


MARA

Oh … C'est génial.

Je peux même dormir.


ADRIANA

On va te laisser dormir ici …

(ADRIANA rigole.)


PAUL

Allez c'est bon.


ADRIANA

C'est bon, c'est déjà le matin!


MARA

J'ai ronflé que quatre fois.


RALUCA

Je ne sais pas si vous êtes au courant

de ce qu'on va faire maintenant …


ADRIANA

Plus ou moins.


RALUCA

… ou si votre mari vous a déjà expliqué.


ADRIANA

Il m'a donné quelques détails.


PAUL

Ce que j'ai pu retenir …


RALUCA

Je vais donc vous expliquer.

(RALUCA s'assoit et donne des explications en ajustant la hauteur et l'angle du fauteuil de MARA.)


RALUCA

Mara a une légère sous-occlusion.

Voilà … Rapprochez-vous un peu.

Ferme.

C'est très clair quand on regarde

les molaires de 6 ans,

qui sont les premières

dents définitives …

… et poussent

derrière les dents de lait.


ADRIANA

Elle n'a pas encore

toutes ses dents définitives.


RALUCA

On ne sait pas encore comment

les autres vont évoluer,

mais une légère compression

est déjà visible:

… le rétrécissement

de la structure osseuse.

Son empreinte squelettale

est de troisième classe.

Elle a une mandibule un peu saillante.


MARA

Mais je suis en quatrième classe.


RALUCA

C'est bien.


ADRIANA

Mara, écoutons ce que le médecin

a à nous dire, d'accord?


RALUCA

Quoi qu'il en soit, son arcade

supérieure est trop peu développée

et a besoin d'être stimulée.

Sinon, les dents définitives

n'auront pas de place pour pousser.

Et je parle de ses canines.

S'il te plaît, ferme un peu.

Ses canines vont pousser

en position vestibulaire.


ADRIANA

Ah, celles qui sont devant.


RALUCA

Ces canines sont petites …

Elle les perdra et aura

une plus grande série de canines

… qui n'auront pas assez de place.


MARA

Je vais les voir maintenant?


RALUCA

Non, elles vont pousser quand tu

seras un peu plus grande.

Si nous intervenons aujourd'hui,

et soignons son problème de molaire,

on peut aussi résoudre les problèmes

de toute son arcade supérieure …


ADRIANA

Excusez-moi …

(ADRIANA quitte la pièce.)


RALUCA

Bien sûr.


MARA

Je peux avoir la feuille colorée?


RALUCA

De quoi tu parles?


MARA

La feuille avec les ours colorés …


RALUCA

Les ours colorés …

(RALUCA se lève et cherche la feuille colorée dans une armoire.)


RALUCA

Il devrait être ici quelque part.

J'ai eu une autre petite fille

un peu plus tôt. Tiens.


MARA

Haha! Je savais qu'il y avait

un rose foncé.


RALUCA

Prends ton temps pour chercher.


MARA

Papa, je prends un rose foncé?


PAUL

Je dis violet.


MARA

Nooon … rose!

(MIRCEA est assis dans une pièce adjacente et observe de loin ce que RALUCA fait.)


MIRCEA

Qu'est-ce que tu cherches?


RALUCA

Les appareils amovibles,

tu sais où ils sont?


MIRCEA

Ils devraient, là-bas.

(MIRCEA se lève et vient voir.)


RALUCA

Je les ai trouvés.


MIRCEA

Tu veux les moulages maintenant?


RALUCA

Pas maintenant. Un peu plus tard.

MIRCEA retourne dans l'autre salle. ADRIANA revient [ADRIANA

Je suis désolée.

(ADRIANA est de retour dans la pièce.)


RALUCA

C'est pas grave.

Pour résumer, il est trop tôt

pour un appareil fixe.

Parce que nous n'avons pas encore

toutes les dents définitives.

Donc on va mettre

un appareil mobile à Mara.

Voici un exemple.

Il n'est pas le même,

mais ça vous donnerait déjà une idée.


ADRIANA

J'espère que cela sera efficace.


RALUCA

Je pense que oui.

Ces appareils peuvent stimuler

le développement transversal.


MARA

Il devait être rose!


RALUCA

Le tien sera rose.


MARA

Moi, j'aime le rose …

(MARA se lève à ce moment et s'approche entre ses deux parents.)


RALUCA

Nous avons assez de temps

avant qu'elle ne termine sa croissance

et je crois que ça sera efficace.

Sinon, plus tard, nous pourrons

lui mettre un disjoncteur,

mais j'espère qu'il n'y en aura

pas besoin. C'est l'appareil

en forme de papillon métallique.

La chose laide que je t'ai montrée

la dernière fois.


ADRIANA

Et combien de temps

elle aura à le porter?


RALUCA

Au moins seize heures par jour.

Si elle ne le porte que la nuit,

ça ne suffira pas.

Les dents vont reprendre

leur position initiale.


ADRIANA

Je demandais combien de temps

faudra qu'elle le porte.


RALUCA

Pas plus d'un an.


ADRIANA

Aussi longtemps?


RALUCA

Évicemment, on peut envisager

un temps plus court.

La situation de Mara

n'est pas si compliquée.


ADRIANA

Ça semble un peu trop long,

si ce n'est pas vraiment nécessaire.

Je veux dire: c'est pas une urgence,

non?


RALUCA

Ce n'est pas absolument obligatoire,

mais des problèmes de mastication

pourraient apparaître …

L'arcade pourrait se déformer

de manière asymétrique.

Mais bien entendu,

c'est vous qui décidez.


ADRIANA

Je ne veux pas qu'elle souffre

pour rien, c'est tout.


RALUCA

À mon avis, ce n'est pas pour rien.


ADRIANA

Mara, dis-moi,

tu le veux cet appareil?

Vraiment?


MARA

Oui.


PAUL

Tu seras capable de le garder un an?

Tu ne diras pas qu'il te gêne

et que tu veux l'enlever …

Tu le garderas le temps qu'il faudra,

d'accord?


ADRIANA

Ou que je ne sais quel enfant

a dit je ne sais quoi …


MARA

Je vais le garder, il me plaît!


ADRIANA

Il lui plaît …


PAUL

Si j'ai bien compris du docteur,

au bout d'une semaine,

elle ne le sentira même plus.


RALUCA

Elle sentira un p'tit quelque chose,

c'est normal.

Avec le temps, elle va s'y habituer.

Mais elle devra le porter presque

toute la journée.


PAUL

Je crois qu'il vaut mieux

lui mettre maintenant.


ADRIANA

Oui, mettons-lui.


RALUCA

C'est comme vous voulez.


ADRIANA

C'est vous qui savez mieux.


RALUCA

Oui. Alors, mettons-nous au travail.

(MARA s'amuse avec l'équipement jetable disponible pour les traitements. MARA enfile des gants de protection.)


MARA

Qui est notre prochain patient?


ADRIANA

“Docteur”, je vous en prie,

asseyez-vous …

(MARA retourne s'asseoir sur le siège du patient.)


MARA

Moi aussi, je suis un docteur.

Comme Raluca.


RALUCA

Nous allons faire maintenant

son empreinte pour l'appareil.

Il sera prêt dans quelques jours.

Avant Noël.

L'un de vous devra revenir

avec Mara pour qu'on vous montre

comment le régler.

Si je ne suis pas là,

Mircea vous montrera.


ADRIANA

Nous devons l'ajuster?


RALUCA

C'est simple. Il a une petite clef.


PAUL

À mon avis, nous devrions sortir,

les laisser travailler.


ADRIANA

On peut rester pour regarder?


RALUCA

Bien sûr. Baisse les genoux, Mara.

Es-tu bien installée?


MARA

Oui.

Est-ce que je vais zozoter?


RALUCA

Non. Pas tout de suite.

Maintenant, je vais faire un essai

avec ces petites cuillères.

Tu me dis si quelque chose

te fait mal ou te gêne, d'accord.


MARA

Tu refais Duffy Duck?


RALUCA

Un peu plus tard …

On ouvre grand la bouche.

Ça va, ça ne te fait pas mal?

Parfait. Ouvre grand maintenant.

(PAUL, RALUCA et ADRIANA descendent de voiture, c'est la nuit.)


PAUL

Pourquoi tu la claques?

Je te l'ai déjà dit

des milliers de fois: voilà.

Regarde: en silence.

(ADRIANA et MARA marchent devant vers un immeuble à logements.)


ADRIANA

Tu rappelleras à Ica de te donner

les pilules, d'accord?


MARA

Les jaunes?


ADRIANA

Les jaunes le soir …

… et les bleues le matin.

Jusqu'à lundi. Tu lui rappelleras

sinon elle va oublier.

Tu ne manges pas et ne bois pas

une demi-heure avant les pilules.


MARA

C'est nous!


ADRIANA

Tu n'oublieras pas, d'accord?


MARA

Ica ne me les donne pas

dans le bouchon, elle me

les donne dans la main,

pas comme toi …


ADRIANA

Eh bien, dis-le-lui alors.

(La commande de déverrouillage de la porte est actionnée et MARA, ADRIANA et PAUL entrent dans le vestibule de l'immeuble et montent un escalier.)


MARA

Je l'ai dit.

Mais elle m'a dit

que c'est comme ça qu'il faut faire.

(PAUL et ADRIANA au restaurant avec des amis.)


ADRIANA

C'était en '91,

quand je suis entrée au collège.

Je me coupais les cheveux moi-même

avec la tondeuse.


CRISTI

Ouais, c'est incroyable.

Tu sortais avec ce gars,

le batteur des Timpuri Noi, c'est ça?


PAUL

Non. On était déjà ensemble.


ADRIANA

Ça faisait un an …


CRISTI

Tu changeais de couleur de cheveux

toutes les semaines.


NARCISA

Les Timpuri Noi, c'est ceux qui chantent

ce truc avec le père, c'est ça?

Oh allez, riez pas de moi,

je suis la plus jeune.


CRISTI

Saviez-vous que le père d'Enrique

chantait lui aussi?

J'ai entendu hier un mec

qui disait à un autre:

“Tu savais que le père d'Enrique

chantait lui aussi?”


ADRIANA

Mais toi, tu savais?


NARCISA

Quoi?


ADRIANA

Que le père d'Enrique …


NARCISA

Quel Enrique?

Quoi?


CRISTI

Allez ça suffit,

vous êtes en train de me l'effrayer.

Je pense qu'on va prendre

ma voiture aussi.

Je ne crois pas que ma planche

et les skis de Narcisa rentreront.


PAUL

On entassera tout sur la grille.


CRISTI

Je ne sais pas, on va voir …


PAUL

C'est plus simple

avec une seule voiture.

On aurait pu faire la route à deux

et ne s'arrêter qu'à Salzbourg.


NARCISA

En fait, je voulais emmener

Cristi à Turda, pour le réveillon

pour qu'il rencontre mes parents.

Et on serait partis là-bas

avec les bagages, le 3 janvier.

Cristi dit que c'est un peu tôt

pour les présentations, mais …


PAUL

Oh! Non, laisse tes parents voir

quel mari digne de confiance il fait.


CRISTI

Paulie, sois sage …


ADRIANA

Tu es de Turda?


NARCISA

Oui.

Vous pouvez aussi venir,

si vous voulez.


ADRIANA

On a la petite …

Ce serait un peu trop compliqué.


LE SERVEUR

Les pâtes au saumon?


CRISTI

Pour la demoiselle.


PAUL

Les toilettes?


LE SERVEUR

Vous descendez l'escalier.

Le strudel?


ADRIANA

Merci.

(Dans le boudoir, près de l'escalier qui mène aux toilettes, PAUL parle au téléphone.)


PAUL

Bonjour, ça va? Je t'ai appelée.

Je voulais te dire,

je suis vraiment désolé …

Je n'ai pas pu l'éviter. Vraiment.

Tu as raison.

Oh, allez, c'est pas vraiment

comme ça.

Je sais que ça te dérange,

mais ça ne sert à rien …

Raluca, de quoi on parle là?

Je ne m'excuse pas …

Je ne m'excuse pas,

pourquoi m'excuser …

J'ai simplement voulu t'expliquer

que je m'étais senti merdique.

Parce que je suis celui qui …

T'es sur la route là?

Oh, je suis désolé.

Je t'appelle plus tard?

Très bien alors. Comme tu veux.

Alors, on en parle quand tu reviens …

Au revoir.

(PAUL descend l'escalier vers les toilettes.)

(PAUL est assis dans le salon, chez lui, il regarde la télévision.)


ADRIANA

Tu peux mettre plus fort,

je ne dors pratiquement pas.

(PAUL prend la télécommande et change les chaînes.)


ADRIANA

Tu me fais un petit massage?


PAUL

Bien sûr.

(PAUL met la manette de côté, se lève et va s'asseoir sur le divan où est étendue ADRIANA. ADRIANA soulève ses jambes pour laisser PAUL s'asseoir et appuie ses pieds sur les cuisses de PAUL qui commence à masser le pied gauche d'ADRIANA.)


PAUL

Qu'est-ce que tu fais demain?


ADRIANA

Madame Lupea a repoussé

le procès Salrom à l'après-midi.


PAUL

Quelle Lupea?


ADRIANA

Madame Lupea, la juge

que j'ai récusée au printemps.

Je pensais voir Cosmina.


PAUL

Tu l'embrasseras de ma part.


ADRIANA

Tu viens pas avec nous?


PAUL

Demain, je suis à Constanta.


ADRIANA

Qu'est-ce qu'ils veulent un samedi?


PAUL

Des choses …

(PAUL retire la chaussette d'ADRIANA pour masser plus en profondeur.)


ADRIANA

Ça fait du bien …


PAUL

Et le piano de Mara?

Elle n'a pas une leçon,

demain après-midi?


ADRIANA

Paul, le piano, c'est lundi.

On doit aussi donner à Mme Hercovitsch

l'argent du mois.

(PAUL s'attaque au pied droit en retirant la chaussette d'abord.)


PAUL

Je lui donnerai lundi.


ADRIANA

L'appareil,

ça nous a coûté combien en tout?


PAUL

27 00 avec le traitement.


ADRIANA

Tu l'as payée?


PAUL

On paiera quand on l'aura.


ADRIANA

Finalement, on fait bien

de le lui mettre maintenant.

T'as eu raison.

Oh, ce que c'est bon …

(PAUL donne une petite tape sur le pied pour annoncer la fin de son massage. ADRIANA soulève le pied droit et caresse le visage de PAUL avec son pied. PAUL embrasse le pied d'ADRIANA.)

(Dans la salle de bain, ADRIANA coupe les cheveux de PAUL, avec un rasoir électrique. PAUL est nu.)


ADRIANA

Combien de temps tu crois

que la nouvelle acquisition tiendra?


PAUL

Laquelle?


ADRIANA

Narcisa …


PAUL

Je lui donne un mois ou deux.

Grand maximum …


ADRIANA

Je ne sais comment il fait pour rester

en bons termes avec toutes ces filles.


PAUL

Avec la dernière, la dernière,

il s'est fâché.

Salement.


ADRIANA

Je ne savais pas.

Qu'est-ce que tu veux,

ce sont des choses qui arrivent.

Sinon, elle est plutôt jolie,

la petite Narcisa.

Voilà, t'es tout beau.

(ADRIANA arrête le rasoir et passe sa main dans les cheveux de PAUL. ADRIANA quitte la pièce.)

(PAUL est seul dans sa voiture et roule sur une route de campagne. Le téléphone sonne, PAUL répond avec le main libre de la voiture.)


PAUL

Ça va?


ADRIANA

Écoute, je ne suis pas encore partie.

Cosmina m'a appelé pour savoir

si on pouvait se voir à deux heures.

Et toi, ça va?


PAUL

Je suis sur la route.

Je t'ai appelé pour savoir si tu voulais

quelque chose de Mega Image.


ADRIANA

… Je sais pas …


PAUL

Je pensais m'y arrêter

en rentrant sur Bucarest.


ADRIANA

Alors, je vais réfléchir

et t'envoyer ma liste par texto.

Tu rentres tard?


PAUL

Je ne sais pas encore.

Pour l'instant, ça circule bien.

Bon bah …


ADRIANA

Je voulais te dire que ma soeur

a fini par se décider

… pour le Noël de son mari.


PAUL

OK.


ADRIANA

Tiens-toi bien.


PAUL

Je me tiens au volant.


ADRIANA

Écoute bien: un télescope

de trois mille euros.

Un Pentax.


PAUL

Excellent.

La moitié des loyers de l'année.


ADRIANA

Je trouve ça …

Trois mille trois cents.

Elle a demandé au cousin de Belgique

de lui ramener de là-bas.


PAUL

Qu'est-ce que tu peux faire …

Elle est trop barj'.


ADRIANA

Je n'ai même pas su quoi lui dire.

De toute façon, elle n'écoute pas.

Il regardera avec les voisines d'en face.


PAUL

Tu te rends compte.

Qu'est-ce qu'elle croit

que ce genre de cadeaux peut apporter?


ADRIANA

Chacun ses goûts.


PAUL

Tu sais quoi, lui, il va lui acheter

une autre compil.


ADRIANA

Quoi?


PAUL

Je parlais de lui, il va lui acheter

une autre compil sur CD.


ADRIANA

Ouuui …

Le Best of de la Musique italienne.

Je t'entends très mal. Où t'es?


PAUL

C'est ce kit de merde …

Je suis à moitié chemin.

Bon … Au revoir.


ADRIANA

Allez, travaille bien. Je t'embrasse.


PAUL

Je t'embrasse, au revoir.

(PAUL descend de voiture dans un quartier résidentiel. Il se dirige vers une adresse, s'arrête et prend son téléphone.)

(PAUL sonne à la porte de l'appartement. LA MÈRE DE RALUCA ouvre la porte.)


PAUL

Bonjour Madame.


MÈRE DE RALUCA

Bonjour …

Raluca! Entrez, je crois

qu'elle prend une douche.


PAUL

Je m'excuse de vous déranger.

Je l'ai appelée, elle n'a pas répondu.


MÈRE DE RALUCA

Ralu, Monsieur Hanganu est là.

Entrez dans la salle à manger,

s'il vous plaît.

PAUL entre dans la salle à manger et regarde autour, hésitant. LA MÈRE DE RALUCA le laisse seul. [MÈRE DE RALUCA

Ralu savait que vous veniez?


PAUL

Pardon?


MÈRE DE RALUCA

Raluca, elle sait que vous veniez?


PAUL

Non, j'ai voulu lui faire une surprise.

(PAUL s'approche d'une immense bibliothèque surchargée, qui couvre tout un mur. Sur les étagères, des photos et des objets s'ajoutent aux livres.)

(LA MÈRE DE RALUCA revient, PAUL se retourne vers elle. LA MÈRE DE RALUCA tient une assiette, un verre d'eau et un couvert qu'elle dépose sur la table.)


LA MÈRE DE RALUCA

Une part de gâteau.


PAUL

Merci.

Joyeux anniversaire en retard …

Vous avez fait des changements ici.

(PAUL s'assoit et LA MÈRE DE RALUCA fait de même.)


LA MÈRE DE RALUCA

Oui.

(PAUL prend une bouchée de gâteau.)


PAUL

C'est très bon.


LA MÈRE DE RALUCA

Et … quoi de neuf dans la capitale?


PAUL

C'est la folie.

À cette période,

faut mieux rester chez soi.


LA MÈRE DE RALUCA

Quand c'est possible.


PAUL

Mais qu'est-ce que c'est possible?


LA MÈRE DE RALUCA

J'ai voulu venir à Bucarest,

mais Raluca a insisté pour que

ce soit elle qui vienne à la maison.


PAUL

C'est vrai.

Elle voulait vraiment être là

pour votre anniversaire.


LA MÈRE DE RALUCA

Je parlais de Noël.


PAUL

C'est juste.


LA MÈRE DE RALUCA

Comment va votre petite fille?

On m'a dit qu'elle était adorable.


PAUL

Oui.


LA MÈRE DE RALUCA

Qu'est-ce qu'on ferait pas tous

pour nos enfants …


PAUL

Raluca compte beaucoup pour moi,

vous savez.


LA MÈRE DE RALUCA

Nous, ici, on voit les choses

un peu différemment …

… si vous permettez …


PAUL

C'est rien. Je voulais simplement

vous le dire.


LA MÈRE DE RALUCA

Excusez-moi, j'ai quelque chose

sur le feu.

(PAUL reste seul dans le salon et attend, assis bien droit sur sa chaise. Un bruit de porte le fait se lever. PAUL avance de quelques pas.)


RALUCA

Qu'est-ce que tu fais là?


PAUL

Je suis venu te voir …


RALUCA

Pourquoi?

(RALUCA est en peignoir, les bras croisés, dans la salle à manger.)


PAUL

Je voulais te voir.


RALUCA

On devait se voir mardi.

Il est arrivé quelque chose?


PAUL

Non, j'avais envie de te faire

une surprise. Je croyais que

t'allais être contente.


RALUCA

Bien sûr que je suis contente.


PAUL

Ça se voit pas trop.


RALUCA

Je suis contente.


PAUL

Tu t'es coupée les cheveux?


RALUCA

J'ai fait quelques changements.


PAUL

J'aimais bien aussi

quand ils étaient plus longs.


RALUCA

Tu t'habitueras. C'est tout toi ça,

tout ce qui est nouveau est négatif.

(LA MÈRE DE RALUCA sort de la cuisine pour parler à RALUCA, qui se tourne vers sa mère.)


LA MÈRE DE RALUCA

Je t'ai appelée pour te dire

que monsieur Hanganu était là.


LA MÈRE DE RALUCA

Tu pars toujours?


RALUCA

Oui, je crois que oui …

Je ne sais pas pour le moment.

Allons dans ma chambre.

(PAUL suit RALUCA vers sa chambre.)

(Dans sa chambre, RALUCA ajuste les rideaux.)


RALUCA

Moi, je les ouvre, elle,

elle les ferme.

(RALUCA fouille dans sa valise sans vraiment s'occuper de PAUL. PAUL prend une peluche dans ses mains.)


RALUCA

Laisse Dori tranquille qu'est-ce

que tu lui veux?

Tu restes combien de temps?


PAUL

Si tu veux que je parte …

(RALUCA s'habille.)


RALUCA

Je te demande parce que

j'aimerais qu'on discute.


PAUL

Discutons alors.


RALUCA

C'est pour ça que je t'avais dit

que je rentrais à Bucarest.


PAUL

Qu'est-ce que je pouvais faire?

Je ne peux pas rester sans toi.

Je t'ai vue, maintenant je peux partir.


RALUCA

Où t'es en fait?


PAUL

Que veux-tu dire?


RALUCA

Chez toi, où t'as dit que t'étais?


PAUL

Je suis à Constanta.

Rassure-toi, elle ne s'imagine rien.


RALUCA

Et tu crois que ça me rassure?

Si tu restes ici cette nuit,

elle va s'imaginer quelque chose.

(PAUL sort une montre de sa poche et le tend à RALUCA.)


RALUCA

Où tu l'as trouvée?


PAUL

Ça me regarde …


RALUCA

C'est exactement celle-là.

(RALUCA sourit et embrasse PAUL. Ce baiser allume la passion entre les deux amants qui s'embrassent à nouveau. RALUCA s'assoit à califourchon sur PAUL.)


RALUCA

Elle t'a donné de son gâteau.


PAUL

Je me suis pas mal miné

ces derniers jours …


RALUCA

Moi aussi.

À petit feu.


PAUL

Et au téléphone, j'ai senti à ta voix

que t'étais fâchée …


RALUCA

Donc tu m'as acheté la montre,

pour me calmer.


PAUL

Non,je l'ai achetée

depuis longtemps.


RALUCA

Tu l'as achetée …

… parce que tu savais

que ce moment arriverait.

Tu es du genre prévenant.


PAUL

Pas tout à fait.

La preuve, c'est que j'ai oublié

ta mère.


RALUCA

Heureusement que

tu ne lui as pas acheté des fleurs.


PAUL

Peut-être que ça l'aurait

un peu adoucie.


RALUCA

Elle t'a fait des reproches, c'est ça?

Qu'est-ce tu veux, elle t'aime trop ...

T'imagines même pas les projets

qu'ils avaient pour moi …


PAUL

Et toi?


RALUCA

Quoi moi?


PAUL

Toi, quels sont tes projets?


RALUCA

Paul, moi, je t'aime et je tiens

énormément à toi, voilà mes projets.

(PAUL embrasse RALUCA.)


PAUL

Approuvé.


RALUCA

Bien sûr, cette rencontre

… de troisième type …

… m'a perturbée …

Elle m'a plutôt ébranlée.

Hier, j'étais décidée à tout arrêter.


PAUL

Mais tu ne l'as pas fait.


RALUCA

J'ai pleuré dans mon lit

comme une idiote

et n'ai pas arrêté de penser

à ce que je dois faire.

Pauline-Pauline …

T'as fait de moi une serpillière.


PAUL

T'inquiète, moi aussi …

… je n'ai pas eu

un seul moment de paix.


RALUCA

Et maintenant t'es plus tranquille?

Tant mieux …

Ne me mets plus jamais

dans cette situation.

Je sais que toi non plus,

tu ne veux pas de ça

… mais crois-moi,

je n'arrive pas à faire face.

Je suis ton amante, le client

de Constanta, tout ce que tu veux.

J'essaie de ne pas penser

à l'autre femme dans ta vie

… mais quand je la vois,

c'est plus fort que moi.


PAUL

Je sais. Je t'aime énormément,

crois-moi.

Je ne veux pas que tu souffres,

c'est la dernière chose que je veux.

(RALUCA et PAUL s'embrassent, puis s'enlacent.)


RALUCA

Si nous nous étions rencontrés

dix ans plus tôt …


PAUL

T'étais mineure.


RALUCA

Huit ans plus tôt alors …

(RALUCA reprend la montre et la regarde.)


RALUCA

Elle sonne?


PAUL

Non, je ne crois pas.


RALUCA

Elle est à l'heure?


PAUL

Oui, j'ai mis des piles.


RALUCA

Mita vient me chercher

pour aller à l'“On Plonge” …


PAUL

Appelle-la pour lui dire

que tu vas être en retard.


RALUCA

J'peux pas.

T'as qu'à venir avec nous.


PAUL

Je peux pas.

Quand est-ce que tu rentres,

tu t'es décidée?


RALUCA

Mardi.

(PAUL rentre chez lui, ADRIANA parle à quelqu'un.)


ADRIANA

… Trente-six fois de suite.

Tiens, demande à Paul

si tu ne me crois pas.


PAUL

Quoi?


ADRIANA

Combien de fois Madalina

a vu “The Hours”?


PAUL

De quoi tu parles?


ADRIANA

Je parle de Madi et de ce film.


PAUL

Oh, un tas de fois. Ça va, Cosmina?

(PAUL entre et salue COSMINA en lui faisant la bise.)


COSMINA

Je me prépare à rentrer, tu vois.

Et toi, comment ça va?

Tu travailles même la veille de Noël?

Ces banques ne ferment donc jamais?

PAUL dépose des sacs d'épicerie sur le comptoir. [PAUL

Ils ont oublié de te demander

la permission.


ADRIANA

Si t'étais arrivé plus tôt,

on aurait mangé ensemble.


PAUL

J'ai mangé au Mac Do.


ADRIANA

Cosmina a pris à Mara

un très joli petit bonnet.


PAUL

Merci.


ADRIANA

Planche, gants, bonnet …

… l'équipement complet.


COSMINA

Ce n'est pas grand-chose.

Il m'a plu parce qu'il a

des tresses et un pompon.


PAUL

Veux-tu me le montrer

au lieu de m'en parler?


ADRIANA

Il est sur le divan.

Je vais te l'apporter.

(ADRIANA part chercher le bonnet.)


PAUL

On m'a dit que t'avais acheté

à Liviu une longue vue.


COSMINA

Un télescope,

il le réclamait depuis un an.


PAUL

Oh, il est déjà emballé,

ne l'ouvre pas.

C'est ça le truc: il faut demander

quelque chose pendant un an

et la femme te l'offrira.


COSMINA

Faut pas exagérer.

Mais quand on ne s'exprime pas

on ne reçoit jamais rien.

À toi, par exemple,

je ne t'ai rien pris.


PAUL

Nous, on t'a acheté un chemisier

de deux tailles en dessous

car tu as exprimé le souhait

de perdre du poids.


COSMINA

Tu es trop bon.


ADRIANA

On pourrait tous se voir après Noël

et s'offrir nos cadeaux.


COSMINA

Ouais.


ADRIANA

Vous, vous le fêtez où?


COSMINA

Chez les parents de Liviu.


PAUL

Tu t'es arrangée pour qu'on t'envoie

le télescope à Breaza?

Il arrive comment,en UPS, en DHL?


COSMINA

Ce que t'es pénible.


ADRIANA

C'est ce qu'il aime le plus,

faire le dur.


COSMINA

Je le connais, oui.

Bah qu'est-ce que je dois dire,

bon Noël et peut-être qu'on se verra …

… plus souvent l'année prochaine.

Allez, je t'embrasse quand même.

(COSMINA embrasse sa sœur, ADRIANA, puis elle embrasse PAUL.)


PAUL

Embrasse ton astrologue pour moi.

(ADRIANA raccompagne COSMINA.)


ADRIANA

Je nous souhaite une meilleure année

que la dernière …

Soyons tous plus heureux …


COSMINA

Tout à fait.

Et merci pour le service.

… comme dit maman.

Je t'embrasse.


ADRIANA

Bises.

(PAUL se remet aux sacs d'épicerie et range les victuailles.)


ADRIANA

T'es terrible avec ce chemisier.

Je t'ai dit que je le voulais pour moi.


PAUL

Tu ne me l'as pas dit.


ADRIANA

Maintenant je dois lui en trouver

un autre, en plus grand.

T'es puni, je t'emmène avec moi.

T'es de mauvaise humeur?


PAUL

Je suis très fatigué, c'est tout.


ADRIANA

T'as qu'à te détendre maintenant.

(PAUL marche dans la rue, téléphone à la main. PAUL remet son téléphone dans sa poche et s'arrête près d'une rue commerciale.)


PAUL

Papa! Papa!

(PAUL traverse la rue. NUCU, le père de PAUL se tient sur le terre-plein qui sépare le boulevard. PAUL le rejoint, et les deux hommes retraversent le boulevard.)

(NUCU fait le tour d'un marché de sapins. PAUL et NUCU discutent pendant que le vendeur prépare le sapin pour le transport.)


NUCU

Ta mère a dit d'en prendre un

plus petit parce que de toute façon

on le jettera après.

Je lui ai dit: “Ica, on le prend pas

pour nous, on le prend pour la petite,

faisons lui plaisir.”


PAUL

Laisse, on sait bien

à qui nous avons affaire …

Même chose pour les cadeaux:

je croyais avoir été très clair.

Le Père Noël apporterait

seulement une planche,

c'est largement suffisant.


NUCU

Oui. Et alors?


PAUL

D'où vient le synthé?


NUCU

Laisse, il va bien lui servir.

C'est un Casio, il est très bien,

elle pourra répéter à la maison.


PAUL

Vous dépensez votre argent

pour des bêtises et après vous vous

étonnez qu'elle fasse des caprices.


NUCU

Moi, ça m'a fait plaisir

et c'est tout.


PAUL

Dans ce cas, excuse-moi papa.


NUCU

Donc, il est hollandais?


LE VENDEUR

Il vient du Danemark.


PAUL

Voilà que tu resiffles encore.


NUCU

C'est ce que tu crois.

Sinon, ta mère m'a demandé

de te poser la question …

on voulait aussi acheter à Adriana …

… ta mère parlait d'un sac.


PAUL

Génial …


NUCU

Ne fais pas cette tête,

qu'est-ce qu'on pouvait lui prendre?


PAUL

Une paire de bottes.


NUCU

Quelle tête de mule.

Combien ça fait?

(LE VENDEUR donne le sapin ficelé à PAUL.)


LE VENDEUR

Non, le monsieur a déjà payé.

Joyeuses fêtes.


PAUL

Joyeux Noël.

(PAUL et NUCU partent avec le sapin.)

(Dans la cuisine, PAUL verse de l'eau dans une bouilloire.)


ADRIANA

Non, rien pour le moment.

Enfin, je ne sais pas.

Le trois.

Quoi, chez vous?

Bouge pas,

je vais demander à Paul.

(ADRIANA est assise dans le salon, elle parle au téléphone avec sa sœur.)


ADRIANA

Cosmina demande

si on va chez eux le 31?

(PAUL fait un signe convenu à ADRIANA.)


ADRIANA

Il dit qu'on ne sait pas encore.

Bien sûr …

Je te redis demain.

Moi aussi, j'aimerais bien.

Quoi, tu lui as déjà donné?

Et il est content?


PAUL

Il va peut-être découvrir une galaxie.


ADRIANA

T'entends ce que dit Paul,

qu'il va découvrir une galaxie …

Oui …

Un trou noir …

Allez, je t'embrasse.

Pourquoi t'as fait ce geste …

(PAUL est devant le comptoir, tête baissée.)


PAUL

J'ai vraiment pas envie.


ADRIANA

Donc tu préférerais le passer

avec Cristi et Narcisa?

(PAUL verse de l'eau pour faire du thé.)


PAUL

Non.


ADRIANA

Alors on reste à la maison

avec Mara.


PAUL

Très bien. Ce que tu veux.


ADRIANA

Qu'est-ce que t'as loulou?


PAUL

Rien.

(ADRIANA s'approche et masse les épaules de PAUL.)


ADRIANA

Oh, toi, tu me mens, je te connais …

Regarde comme t'es tendu.

On dirait que t'as avalé un cintre.

(PAUL termine son thé, ADRIANA fait lave quelque chose dans l'évier.)


PAUL

Je suis tombé très amoureux …

(ADRIANA réagit comme si elle ne le croyait pas.)


PAUL

J'ai rencontré quelqu'un.

Je suis vraiment désolé.


ADRIANA

Ah. C'est donc ça.


PAUL

Je voulais te le dire plus tôt,

mais j'ai pas pu.


ADRIANA

Alors pourquoi tu me le dis

maintenant?


PAUL

J'ai espéré que ça allait passer.

J'ai cru que ce n'était pas sérieux.

Mais ça n'a pas passé.

(ADRIANA ne dit rien, elle continue d'essuyer une cuillère, la range dans un tiroir, passe un essuie-tout sur le comptoir, jette l'essuie-tout dans la poubelle... , puis elle s'appuie sur le comptoir à côté de PAUL.)


ADRIANA

Ce moment devait arriver.


PAUL

Il pouvait aussi ne pas arriver.


ADRIANA

Arrête tes conneries, tu veux bien?

Ça ne pouvait pas ne pas arriver,

puisque c'est arrivé.


PAUL

Moi-même, je ne sais pas comment.

(ADRIANA croise les bras.)


ADRIANA

Ouais.

Ça change tout.

Et donc cette femme …

elle est plus jeune, n'est-ce pas?


PAUL

Non. Elle a 26ans, 27.


ADRIANA

Tu t'en es finalement trouvé

une plus jeune.

C'est vraiment moche.

(Le téléphone sonne. ADRIANA s'éloigne du comptoir, puis s'arrête.)


ADRIANA

Tu me déçois.

Tu me déçois énormément.

(La sonnerie du téléphone reprend. ADRIANA va répondre.)


ADRIANA

Allo.

Je lui ai déjà pris.

Dimanche midi.

Dimanche au déjeuner.

(PAUL s'allume une cigarette et s'approche de la fenêtre qu'il ouvre.)

(ADRIANA termine l'appel et branche son téléphone. ADRIANA va vers PAUL qui est toujours à la fenêtre.)


ADRIANA

Donc voilà où nous en sommes.

“Toi l'idiote, occupe-toi de la maison,”

“pendant que moi je vais faire

un tour en ville.”


PAUL

Ce n'est pas comme ça.


ADRIANA

Je ne sais pas ce que tu t'imaginais,

que je vais devenir son amie,

que je vais fermer les yeux?


PAUL

J'imaginais rien du tout.

Comment je pourrais …

C'est justement pour ça

que je t'en parle.


ADRIANA

Mais c'est ce que tu voulais.


PAUL

Je ne pouvais pas vouloir

une telle chose.


ADRIANA

Tu ne le voulais pas.

En fait, tu ne voulais qu'elle.


PAUL

Adriana, je sais

que ce n'est pas possible autrement.


ADRIANA

Pourquoi pas?

Y a des femmes qui disent

à leur mari “vas-y, trompe-moi”.

C'est ça que t'imaginais?


PAUL

Je n'imaginais rien du tout,

c'est pour ça que je t'en ai parlé,

ça me semble correct ainsi.


ADRIANA

Et maintenant quoi?

T'attends que je te félicite?

Bravo Paul, merci de m'en avoir parlé

et d'avoir détruit ma vie.


PAUL

Adriana, je t'en supplie …


ADRIANA

T'as détruit ma vie.

Quoi, c'est pas vrai ce que je dis?

Qu'est-ce que tu vas me supplier

maintenant?


PAUL

Je veux que tu comprennes

que moi aussi je suis détruit.

En mille morceaux.


ADRIANA

Vraiment?

Et pourquoi es-tu si détruit?


PAUL

Parce que je ne veux pas

te faire souffrir.

Et parce que je sais très bien

ce que je perds.


ADRIANA

C'est pas croyable …

Faut toujours que tu joues

le rôle de la victime.


PAUL

Non, c'est faux.


ADRIANA

Et t'as pas honte?

Pourquoi tu me fais ce triste numéro?

Tu sais, t'es franchement minable.


PAUL

D'accord. Je suis minable.

Qu'est-ce que je peux faire

pour que tu me crois?

Que je me crève un œil,

c'est ça que tu veux?

Je ne peux pas prétendre

que rien ne s'est passé.


ADRIANA

J'attends de voir

comment tu diras à Mara

que son père et sa mère

ne sont plus ensemble.


PAUL

On lui dira ensemble.


ADRIANA

Paul, on ne fait plus rien ensemble.

À partir du moment où t'es

avec une autre femme, t'es plus ici.

On ne fait plus de truc ensemble.

Parce qu'on n'a pas couché

avec une autre femme ensemble.

Ou bien peut-être

que tu n'as pas couché avec elle.


PAUL

OK. Je lui dirai alors.


ADRIANA

Que son père bientôt …

Que son père aime une autre femme

et qu'il ne peut pas vivre sans elle.

N'est-ce pas?


PAUL

S'il te plaît, comprends-moi.

C'est arrivé, c'est tout.

Je ne l'ai pas voulu.


ADRIANA

T'as pas honte …

Moi, ça ne m'est pas arrivé.

Moi je ne m'envoie pas en l'air

avec des hommes mariés.

J'ai envie de me cogner la tête

contre ce radiateur

pour avoir détruit ma vie avec toi.

Tu ne m'as jamais aimée.


PAUL

Si, je t'ai aimée.

Je sais, ça sonne à la con,

mais c'est vrai.


ADRIANA

Super-con, oui.

Si tu m'aimais,

tu ne briserais pas notre foyer.

T'as un enfant, t'as une famille,

et vous, vous leur balancez

votre merde à la figure.

Toi et l'autre. Et tu oses faire

ton intello de merde.


PAUL

S'il te plaît, calme-toi,

tu te fais encore plus de mal.


ADRIANA

Plus de mal que quoi, Paul?

Plus de mal que quoi?

(ADRIANA se met à pleurer.)


PAUL

Plus de mal, à toi …


ADRIANA

Connard.

(ADRIANA reprend ses esprits. Après, un moment, ADRIANA prend une cigarette. PAUL s'approche et l'allume.)


ADRIANA

Dis-moi depuis quand

je tiens le rôle de l'idiote?

Dis-moi juste ça,

depuis quand tu me trompes.


PAUL

Quelques mois.


ADRIANA

J'ai compris … Combien de mois?


PAUL

Presque cinq.


ADRIANA

Depuis quand exactement?


PAUL

Depuis cinq mois.


ADRIANA

Depuis août.

Depuis juillet!

On faisait quoi en juillet?

C'est qui?


PAUL

Raluca.


ADRIANA

Quelle Raluca?


PAUL

La dentiste …


ADRIANA

Celle qui lui a posé l'appareil.

Celle chez qui on a amené Mara?

Tu l'as laissé mettre ses mains

dans la bouche de la petite?

Tu l'as présentée à la petite,

n'est-ce pas?

Mara, voici ta future maman?


PAUL

Comment j'aurais pu faire ça?

Je n'ai rien dit à Mara.


ADRIANA

T'as emmené la petite chez elle,

pour qu'elle mette dans sa bouche

les mêmes mains qu'elle pose

sur ton entrejambe.

Répugnant, voilà ce que tu es.


PAUL

Ce que tu dis maintenant

est beaucoup plus répugnant.


ADRIANA

Raluca.

Et elle qui me parlait d'appareils

et de … C'est pas croyable …

Et moi qui restais comme une idiote

à l'écouter.

Avec la petite sur le fauteuil …

Comment cette fille sait

ce qui est le mieux pour ma fille?


PAUL

Que veux-tu dire?


ADRIANA

C'est terminé. Vous ne mettrez

aucun appareil à ma fille.


PAUL

“Comment elle sait”?

C'est son métier!

Mara a un problème

et doit être soignée.


ADRIANA

Et où a-t-elle trouvé l'argent

pour ouvrir son cabinet?


PAUL

Oh, arrête tes conneries!


ADRIANA

Je vais rien arrêter du tout, Paul!

J'ai le droit de savoir, non?

J'ai le droit de savoir qui tu baises!


PAUL

Demande-moi et je te répondrai.

Qu'est-ce que tu veux savoir?


ADRIANA

Donne-lui un coup de fil.

Appelle-la pour lui dire que je sais.

Plus besoin de continuer

à faire la conne. Appelle-la.

Pourquoi tu l'appelles pas?

Appelle-la, dis-lui que je sais.

Où est ce putain de téléphone?


PAUL

Allez, arrête.

(ADRIANA prend le téléphone de PAUL.)


ADRIANA

Comment elle s'appelle? Raluca.

Ralu-caca. Où est le R sur

ce téléphone de merde?


PAUL

Allez, donne-le-moi …


ADRIANA

Appelle-la, Paul.

Appelle-la pour lui dire

que je sais tout.


PAUL

Je vais le faire.


ADRIANA

Voilà, parfait. Mais peut-être

que tu lui as menti

à elle aussi?

Elle sait que t'as une femme?


PAUL

Je ne lui ai pas menti.

Elle sait que je suis marié.


ADRIANA

Elle t'a donc encouragé

à abandonner ta famille.


PAUL

Au contraire.

Elle n'y a jamais fait allusion.


ADRIANA

Comme c'est beau ce que tu dis

sur elle. Tiens, j'en ai les larmes

aux yeux …


PAUL

Je dis juste que c'est moi

qui ai pris la décision.

Elle n'a pas insisté. Elle n'a pas fait

la moindre pression sur moi.

S'il te plaît, crois-moi.


ADRIANA

Appelle-la.

Appelle-la!


PAUL

Salut, ça va? Je t'appelais juste

pour te dire que je viens

de tout raconter à Adriana.

Juste là, oui …

(ADRIANA pousse PAUL qui tombe à la renverse.)


ADRIANA

Va te faire enculer.

Sale gros connard de trouduc!

(ADRIANA frappe PAUL.)


ADRIANA

Putain de connard!

(PAUL prend les bras d'ADRIANA pour l'empêcher de frapper. PAUL force ADRIANA à s'asseoir sur le divan. ADRIANA frappe avec ses pieds. PAUL tente de contrôler ADRIANA.)


ADRIANA

Laisse-moi, Paul!

(PAUL est maintenant au-dessus d'ADRIANA et l'empêche de frapper. Le téléphone sonne.)


ADRIANA

Laisse-moi …

(PAUL et ADRIANA se calment. Le téléphone sonne toujours. PAUL la laisse, il recule de quelques pas. ADRIANA se rassoit en se frottant les poignets.)


ADRIANA

Laisse-moi partir.


ADRIANA

Je veux que tu prennes tes affaires

et que tu t'en ailles.

Va là où tu sais.


PAUL

C'est ce que je dois faire.

(PAUL prend son téléphone et va dans sa chambre.)

(PAUL est assis sur le lit. PAUL ouvre son armoire et prend ses vêtements, qu'il dépose sur le lit.)

(ADRIANA fume dans le salon, derrière elle, PAUL prend son manteau et l'enfile.)


PAUL

Tu me donnes les clefs s'il te plaît?

(PAUL s'approche et s'assoit devant ADRIANA.)


ADRIANA

Ne crois pas que tu auras la petite,

Paul. Je vais faire en sorte

que tu ne vois plus la petite.

L'autre, elle n'a qu'à t'en faire un.


PAUL

Je ne sais pas si c'est ce que je veux.

(PAUL caresse le visage de ADRIANA. ARIANA pleure en appuyant sa tête dans la main de PAUL. ADRIANA se retire en cessant de pleurer.)

(MARA suit sa leçon de piano. PAUL est assis et attend. MARA chante les notes en les nommant.)

Chez RALUCA, PAUL ouvre les rideaux. Il replace l'édredon sur le lit. Ramasse une chemise et la lance plus loin. PAUL prend son téléphone et appelle RALUCA. Pendant qu'il parle au téléphone, PAUL range de la bière dans le frigo. [PAUL

C'est moi. Écoute, je viens d'arriver …

Ça va, j'ai pas l'impression

qu'il fasse froid … Elle n'était pas là.

Elle sait que je passe prendre

mes affaires.

OK. Dis-moi, t'as déjà promis

que tu irais? Je vois.

Moi je dois voir avec elle,

et avec Mara et mes parents aussi.

Je peux jeter le café

qui est dans la boîte à pois?

Comment ça tu n'en as pas,

je la tiens dans la main.

Blanche avec des pois colorés …

Je croyais que c'était du vieux café …

Tant pis, je vais le mettre

dans autre chose.

(Une sonnerie résonne.)


PAUL

Attends, je dois ouvrir à Cristi.

Il m'aide à monter ce truc.

Ouais, je l'ai acheté.

Qu'est-ce que tu dis?

Pareil que les autres,

dans une teinte un peu plus claire.

Tu veux que je les mette

sur les étagères?

Attends une seconde.

(PAUL accueille CRISTI et l'aide avec la boîte que CRISTI porte. PAUL reprend sa conversation avec RALUCA.)


PAUL

Voilà.

Raluca te passe le bonjour.


CRISTI

Bonjour aussi …

… et demande-lui

pourquoi elle n'a pas de sapin.


PAUL

Elle dit que tu peux lui en acheter un.

(CHRISTI enlève son manteau. PAUL ouvre une armoire.)


PAUL

Il n'y a pas de moyen de dégager

de la place pour mes vêtements.

Tu pourrais déplacer tes affaires

quand tu reviendras.

D'accord.

(PAUL referme l'armoire.)


PAUL

Je ne sais pas. Si t'es ici avant midi,

tu pourras me prendre,

parce que je dois être

chez mes parents à 6 heures.

(PAUL relève une lampe suspendue qui tombe trop bas.)


PAUL

Après-demain?

Je pensais que c'était demain.

Non, y'a pas de problème.

Tu rentres quand tu peux.

On s'appelle vers dix heures.

Après que ta mère se soit couchée,

ouais. Allez, au revoir.


CRISTI

Donne-moi une bière,

tu veux bien.

(PAUL prend deux bières dans le frigo et en donne une à CRISTI qui s'est assis sur le lit.)


CRISTI

“Midi à quatorze heures

à l'est de Bucarest”

Elle l'a pris à Carturesti.


PAUL

Sans doute.


CRISTI

Sûrement.

Santé.

(CHRISTI fait le tour des lieux du regard.)


CHRISTI


PAUL

Qu'est-ce que tu veux?


CRISTI

Si vous restez ici

tous les deux …


PAUL

Ouais.


CRISTI

Bah, ouais.

La nouvelle année t'a apporté

un changement dans ta vie.


PAUL

On commence à monter ce truc?


CRISTI

Attends, on les termine d'abord,

détends-toi un peu.

(CHRISTI prend ses aises sur le lit. PAUL est assis sur le rebord de la fenêtre, les bras croisés. Les deux se mettent à rire.)

(PAUL entre chez ses parents.)


NUCU

Adriana n'est pas avec toi?


PAUL

Je croyais qu'elle était déjà là.

Quand je lui ai parlé,

elle était boulevard Mosilor.

(PAUL dépose son manteau dans la penderie et va retrouver les autres dans la salle à manger.)


ICA

Nucu, allez, mettons la table.


NUCU

Ah. Oui on va le faire.

Allez, Mara, tu vas m'aider toi aussi.


MARA

Ça va, papa?


PAUL

Très bien, mon coeur, ça va?


NUCU

Ouais, elle est très travailleuse.

Elle m'aide.


PAUL

Comment tu vas?


ICA

T'es tout seul?


PAUL

Adriana va bientôt arriver.


MARA

Papa, tu veux que je te montre

ce que j'ai eu?

(ICA touche son fils comme pour le conforter.)


PAUL

J'espère qu'elle n'a pas trouvé

les cadeaux.


ICA

Olga est venue hier, t'imagines …

(NUCU et ICA dressent les couverts. PAUL s'assoit au bout de la table.)


MARA

Regarde ce que j'ai eu!

(MARA arrive avec un gros yacht de Barbie rose.)


PAUL

Waouh, ce que c'est chouette!


NUCU

L'Arche de Noé.


MARA

Ce n'est pas l'arche de Noé!

C'est Barbie Party Cruiser.

Tu vois, il a même une alarme!

Et quand tu l'ouvres,

y'a une boule à facettes dedans.


PAUL

Depuis quand Barbie est noire?


MARA

Elle est pas noire, juste bronzée.

Mamie, où est le bar?


ICA

Là, où tu l'as laissé, mon coeur.


MARA

Ah, ouais!

(MARA retourne dans la pièce voisine et elle revient avec un accessoire complémentaire de son nouveau jouet.)


NUCU

Je l'ai trouvé!


MARA

Regarde, papa, c'est son bar.

T'appuies et il commence à bouger.

Je peux avoir Barbie une seconde?


ICA

Tu l'entends zozoter?

Pourquoi vous lui avez mis

ces fils de fer sur ses dents?


MARA

T'en sais rien!


PAUL

Ne parle pas comme ça.


ICA

Le Père Noël pourrait l'entendre

et décider de ne plus venir.


MARA

Regarde, papa, elle veut de la pizza.

(NUCU fredonne.)


NUCU

Donne lui un peu.


MARA

Regarde, elle a mis

ses cheveux dans la nourriture.

(ICA regarde dans le frigo en faisant état de son menu. PAUL fume une cigarette à table en écoutant sa mère.)


ICA

Pour commencer

on a une salade de boeuf,

… des oeufs farcis,

plus de la charcuterie.

En plat principal, une dinde

et des feuilles de chou farcies.


NUCU

Oui, je vais les sortir du four

dès maintenant.


ICA

Vous avez dit

que vous apportiez le gâteau.


PAUL

J'espère qu'Adriana n'a pas oublié.

(MARA revient avec sa Barbie.)


ICA

J'ai en réserve quelques petits

croissants. Jettes-y un oeil.


MARA

Je peux en prendre un maintenant?


PAUL

Après le dîner, bébé.


MARA

Mais Barbie peux en avoir un?


PAUL

Barbie a le droit.


MARA

C'est vraiment bon …


PAUL

On enlève l'appareil

avant le dîner, d'accord?


NUCU

Les cadeaux, quand est-ce

qu'ils arrivent?


PAUL

Maman d'abord, les cadeaux ensuite.


ICA

D'abord maman et le Père Noël

arrivera ensuite. Tiens, on va

apporter les plats, ça le fera venir.

(ICA tient des assiettes, MARA va avec sa grand-mère.)


NUCU

Appelle donc Adriana,

il commence à être tard …


PAUL

Tard pour quoi?


NUCU

Qu'est-ce qu'elle peut bien faire?


PAUL

Elle achète le gâteau.


NUCU

Je commence à avoir faim …

(La sonnette d'entrée résonne.)


MARA

C'est maman! C'est maman!


ADRIANA

Comment ça va mon coeur?

J'étais prête de dire

que tu as encore grandi.

On dirait qu'elle a changé,

qu'elle est plus lourde.

(ICA et NUCU accueillent ADRIANA pendant que PAUL reste assis à la cuisine.)


NUCU

Regarde qui est là …


ADRIANA

Ica et Nucu te font suivre

une cure d'engraissement.


NUCU

Je vais aller chercher

le vin et l'eau.


PAUL

Les cadeaux?


NUCU

Dans la réserve.


PAUL

N'oublie pas de la distraire

à un certain moment.


NUCU

Je l'appellerai sur le balcon

pour les feux d'artifice.

(Au loin, MARA parle avec sa mère.)


ADRIANA

J'ai vu oui.

Très joli.


ICA

J'ai du mal à voir en quoi

c'est joli.

(PAUL reste seul dans la cuisine, il fume. En arrière-plan ICA sort du salon.)

(ADRIANA range son manteau dans la penderie.)


MARA

Regarde, il est rose à l'intérieur.


ICA

Laisse maman enlever son manteau.


MARA

Mais je veux montrer à maman.

J'ai eu Barbie Party Cruiser

avec Barbie, le bar et la piscine.


ADRIANA

Qu'est-ce que tu as eu?

(PAUL est debout et attend sur le bord des portes de la salle à manger.)


PAUL

Un bateau Barbie de la part d'Olga.

(ADRIANA passe à côté de lui sans le regarder. PAUL reste sur le bord de la porte.)


NUCU

On met la table d'abord

et ensuite on joue.


ICA

Tu ne veux pas que Père Noël

nous trouve comme ça, non prêts?

Allez, pose ça

sur la table de grand-mère.


NUCU

Oh comme la vie est dure

pour nous …

(PAUL et ADRIANA sont assis à table, dans la cuisine. ADRIANA fume une cigarette.)


ADRIANA

Je ne vais pas rester longtemps.

Je vais leur dire.

Je suppose que tu leur as dit.


PAUL

Après les fêtes.


ADRIANA

C'est bien, tu prends soin

de ne pas leur gâcher la fête.


PAUL

Tu veux que je leur dise maintenant?


ADRIANA

Ce que je veux moi,

je préfère ne pas le dire …

Sur un autre sujet:

je vais partir avec Mara à Kaprun.


PAUL

Ça signifie que tu veux

qu'on le dise à Mara avant?


ADRIANA

On ne s'est pas mis d'accord

sur ce qui est le mieux.

Je ne veux pas qu'on fasse

semblant que rien ne s'est passé.

Mais je ne veux pas non plus

que tu la traumatises.

Quand est-ce qu'elle va l'apprendre,

qu'est-ce qu'elle va apprendre

… on en parle.


PAUL

Donc tu ne veux pas annuler

les vacances.


ADRIANA

Paul, on va annuler tout

ce qui relève de nous deux.

Si je pars, c'est pour Mara.


PAUL

C'est bien ce que je disais.

(ICA vient au frigo et prend un contenant de crème sous pression.)


ICA

Mieux dans une coupe?

C'est moche comme ça.


PAUL

Laisse-la dans le tube.


ICA

C'est pour ceux qui en veulent

avec les oeufs farcis.


MARA

Nucu a dit

que tu devrais ficher le camp.


ICA

Tu vas voir le mauvais quart d'heure

que Nucu va passer ...

On met les cadeaux maintenant?


PAUL

On va les mettre, maman.

Sérieux, on dirait

que c'est vous les enfants …


ICA

Je comprends même quand

on me parle sur un ton gentil.

(ICA sort de la pièce.)


ADRIANA

Pour aller en Autriche,

j'aurai besoin de ton accord écrit.

Quand le divorce sera prononcé

et qu'on me confiera la garde de Mara,

tu n'auras plus besoin de le faire.


PAUL

Je comprends.


ADRIANA

Mais pour le moment,

c'est comme ça … En conclusion:

… demain non, ni après-demain …

le 27 au matin, appelle-moi

et on ira chez le notaire

pour que tu me fasses la déclaration.

Et on décidera alors ce que tu diras

à Mara et quand.

D'accord?

(On sonne à la porte.)


ICA

Qui c'est?

Laisse-les, ce sont des enfants.

(NUCU avance dans l'embrasure de la porte.)


NUCU

Paul! Les cadeaux!

(Des enfants chantent un chant de Noël dans l'entrée.)

(PAUL se lève et sort de la pièce, suivi de ADRIANA.)

(PAUL prend les cadeaux dans le débarras et les apporte dans la salle à manger. NUCU et ADRIANA écoutent en silence.)


PAUL

C'est tout? Et “Louons l'Éternel”

vous savez le chanter?

(PAUL se dépêche de transporter les cadeaux.)

(ADRIANA sort un cadeau de son sac et le donne à PAUL. PAUL revient .)

(Générique de fermeture.)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par