Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Official sitefor Ciné TFO
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Macpherson

The friendship forged in Quebec around 1933 between Félix Leclerc and Frank Randolph Macpherson, a Jamaican chemical engineer who inspired the famous poet to write a song about the log drive. Moving between fiction and documentary and through scenes of history and songs put to images, the filmmaker uses paint-on-glass animation, delicately evoking the feelings that may have connected the engineer to one of the poet’s sisters.



Production year: 2012

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Texte informatif :
Au Québec, dans les années trente, l’auteur-compositeur-interprète Félix Leclerc se lie d’amitié avec l’ingénieur-chimiste jamaïcain Frank Randolph Macpherson


Il s’agit d’un film d’animation qui raconte le lien d’amitié tissé au Québec entre FÉLIX LECLERC et FRANK RANDOLPH MACPHERSON, un ingénieur-chimiste jamaïcain qui inspira au célèbre poète une chanson sur la drave. Le film est une mise en images de la chanson et l’animation de peinture sur verre évoque les sentiments qui auraient lié l’ingénieur et l’une des sœurs du poète.


Un bateau est amarré à un quai de Kingston en Jamaïque et des voyageurs en descendent.


Macpherson


VOIX MASCULINE

(Chantant)

♪ This long time gal

I never see you

Come make me hold your hand

A long time gal

I never see you

Come make me hold your hand

Peel-head John Crow

Sitting on the tree top

Pick out the blossom

Make me hold your hand gal

Make me hold your hand

Make me hold your hand gal

Make me hold your hand


FRANK RANDOLPH MACPHERSON, est chez lui et prépare du pain et le thé. La musique se poursuit, mais plus faiblement.


VOIX MASCULINE

(Chantant)

It’s a long time gal

I never see you

Come make me wheel and dance

It’s a long time gal

I never see you

Come make me wheel and dance

Peel-head John Crow

Sitting on the tree top

Pick out the blossom

Makes me wheel and dance boy

Makes me wheel and dance

Makes me jump and dance boy

Makes me jump and dance ♪♪


FRANK RANDOLPH MACPHERSON s’habille ensuite. Il arrête la musique au moment où quelqu’un frappe à sa porte. Il ouvre et FÉLIX LECLERC entre avec sa guitare. Les deux hommes se serrent la main.


On voit ensuite des hommes, des porteurs d’eau, gravir une montagne pour ensuite couper un arbre. L’arbre qui tombe se transforme en homme et va rejoindre plusieurs billots qui sont déjà là. Les billots, au sommet d’une colline, tombent à l’eau, dérivent avec le courant et finissent dans une usine où ils sont transformés en rouleau de papier.


FÉLIX LECLERC est assis à une table en février 1933, comme l’indique le calendrier devant lui et il gribouille quelques notes qui deviendront plus tard les paroles d’une chanson : « C’est en chantant cet air de jazz que Macpherson a pris le large sur son parka une fleur sauvage ».


En alternance, FRANK RANDOLPH MACPHERSON et FÉLIX LECLERC sont chacun à sa maison et regardent des images au mur. Pour FRANK RANDOLPH MACPHERSON il s’agit d’images de La Nouvelle-Orléans, tandis que pour FÉLIX LECLERC il s’agit d’images de la Jamaïque. Les deux hommes se réunissent devant une photo de groupe où l’on distingue chacun d’eux.


Plus tard, FÉLIX LECLERC joue une chanson à la guitare, pendant que FRANK RANDOLPH MACPHERSON sculpte des pièces pour son jeu d’échecs. Les cordes la guitare se transforment en une rivière où des hommes pratiquent la drave. Parmi ces hommes se trouve FRANK RANDOLPH MACPHERSON. Il attrape une fleur qu’il pose à sa boutonnière.


La chanson de FÉLIX LECLERC démarre et une animation illustre à peu près les paroles du poète. L’image de la fleur revient régulièrement, agissant souvent de transition entre les scènes de drave et les images illustrant la vie de FRANK RANDOLPH MACPHERSON parmi lesquelles la musique occupe une place importante.


FÉLIX LECLERC

♪ À l’Angélus de ce matin

Le chef de drave

Le gros Malouin a dit

Les billots sont pris

Qui d’entre vous avec sa gaffe

Va faire un trou

Pour que ça dégrafe

Celui-là reviendra pas

C’est en chantant

Cet air de jazz

Que MacPherson a pris le large

Sur son parka une fleur sauvage

Au-dessus de sa tête

Un petit nuage

Du soleil jusqu’à l’Occident

Des diamants

Plein le lac Saint-Jean

Des symphonies

Dessous les flots

Un homme tout seul

Sur son radeau

Ring ring

Va MacPherson

Ring ring

Où ce que ça sonne

Ring ring

Regrette pas personne

La vague est bonne bonne

Quand le noir s’est vu au large

Tout seul avec la bouée Éternité

Qui lui jazzait au nez

A oublié le monde entier

À son enfance

Il a rêvé

Il a revu sa vieille Marie

Qui l’a aidé à débarquer

Ring ring

Viens MacPherson

Ring ring

Viens qu’on te donne

Ring ring

Ce que t’as mérité

Qu’on t’a jamais donné

Dans les remous on a retrouvé

Un vieux radeau tout défoncé

Les chaînes arrachées

Mais MacPherson en paradis

Fut emporté par ses amis

C’est Malouin

Qui l’a dit

Les anges chantaient

Son air de jazz

Quand MacPherson

A pris le large

Sur son parka

La fleur sauvage

Brillait comme l’étoile

Des mages

Et le soleil à l’Occident

Mettait du rouge

Sur son vêtement

Les symphonies dessous les flots

Ont fait éclater le radeau

Ring ring

Sonnez cloches du lac Saint-Jean

L’âme de celui qu’est triomphant

Ring ring

Les billots ont repris

Le courant

Et Malouin est content

Et tout le monde est content

MacPherson est content ♪♪


FÉLIX LECLERC finit de jouer la chanson pour son ami FRANK RANDOLPH MACPHERSON.


Les deux hommes terminent la partie d’échecs entamée. FRANK RANDOLPH MACPHERSON donne à FÉLIX LECLERC le pain qu’il a fait. Au son de la musique de Schubert, les deux hommes regardent une photo. À gauche de l’image se trouve un piano. Une femme en joue et FRANK RANDOLPH MACPHERSON l’écoute attentivement, dans un moment de calme et de tendresse. À droite, FÉLIX LECLERC à la guitare est entouré de plein de gens, lors d’une réunion familiale. Cette image présente un fort contraste entre deux représentations de la musique. La partie gauche de l’image s’anime alors et la femme qui joue du piano et FRANK RANDOLPH MACPHERSON se retrouvent sur les notes du piano. FRANK RANDOLPH MACPHERSON offre à la femme un bouquet de fleurs et, lors de leur étreinte, les deux personnages se transforment en une fleur comme celle que FRANK RANDOLPH MACPHERSON porte en boutonnière. Les pétales s’envolent au vent et la fleur est recouverte par l’eau. L’eau se transforme en oies sauvages qui s’envolent.


Mon premier ami : Il arrivait le dimanche

soir avec son cahier de musique de Schubert.

Timidement, il invitait ma sœur à se mettre

au piano... C’est aussi un savant. Ma mère

l’aimait comme un fils lointain...

Après, moi, devenu un homme, je suis parti

bien loin. Dans une lettre venant de la maison,

on me racontait sa mort. Il est mort gelé,

en février de tempête, assis à la table...

Il n’y eut ni glas, ni fleurs, mais des pleurs

de celle qui jouait Schubert...

Félix Leclerc (Paris/décembre 1959)


L’image, que FÉLIX LECLERC et son ami FRANK RANDOLPH MACPHERSON regardent ensemble durant l’animation, apparaît à la fin du film, mais cette fois-ci sous la forme d’une véritable photographie. On y distingue clairement chacun des deux hommes.


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par