Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Official sitefor Ciné TFO
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The Kidnapping of Michel Houellebecq

September 16th 2011. The TV news networks, newspapers, blogs, websites and radio stations are all reporting on one story: star author Michel Houellebecq, winner of the prestigious Prix Goncourt in 2010, has been abducted. Some members of the media go so far as to suggest that Al-Qaeda may be involved. For the next few days, the news ripples through literary circles and members of the press, feeding buzz and speculation. A brazen kidnapping? An identity crisis? A plan to escape abroad? A schizophrenic delirium? Michel will never provide the media with any rational explanation for what happened to him.



Réalisateur: Guillaume Nicloux
Acteurs: Michel Houellebecq, Françoise Lebrun, Mathieu Nicourt
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Dans une maison, un ENTREPRENEUR et MICHEL HOUELLEBECQ sont assis à une table et discutent en buvant du café.


ENTREPRENEUR

T'as pas envie de tout casser?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, cette cloison-là.


ENTREPRENEUR

Cette cloison-là?


MICHEL HOUELLEBECQ

Complètement.

On peut laisser l'escalier.


ENTREPRENEUR

Pas celle de la cuisine?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non. Celle de la cuisine est

bien. Non, non.

J'aime pas le blanc en fait.

J'aime pas le parquet,

de toute façon.

J'aime pas les bois clairs.

Je vais mettre un parquet

acajou.


ENTREPRENEUR

Tu voudrais ouvrir

complètement,

l'escalier apparent

dans la pièce.


MICHEL HOUELLEBECQ

L'escalier apparent dans la

pièce, c'est pas un problème.


ENTREPRENEUR

On vire le blanc

partiellement ou partout?


MICHEL HOUELLEBECQ

De l'orange, je crois.

Un bel orange.


ENTREPRENEUR

Et on referait les sols.


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum.

Parquet acajou.


ENTREPRENEUR

Un parquet acajou.

C'est la couleur claire...


MICHEL HOUELLEBECQ

J'aime pas ce parquet.

Ça fait scandinave.


ENTREPRENEUR

Bon, et sinon, la cuisine,

non?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, la cuisine est bien.


Titre :
L'Enlèvement de Michel Houellebecq


MICHEL HOUELLEBECQ

Je verrais bien celui du fond

en orange.

C'est agréable pour les pièces

où on mange, l'orange.


ENTREPRENEUR

Carrément?


MICHEL HOUELLEBECQ

Carrément, oui.


ENTREPRENEUR

Pas de la peinture.

Carrément autre chose.


MICHEL HOUELLEBECQ marche sur les rues d'une ville. Assis sur un banc, il lit un livre.


Dans une cage de combat d'arts martiaux mixtes, deux hommes luttent. MATHIEU leur donne des conseils.


MATHIEU

Passe sur ton flanc gauche.

Voilà.

Faut pousser sur la tête avec

l'avant-bras, Cosma. Voilà.

Rentre la tête, monte les

épaules, passe dans le dos.


Un homme soulève un haltère sous la direction de MATHIEU.


MATHIEU

Accélère.


MICHEL HOUELLEBECQ fume une cigarette sur une rue. Il tient une petite valise. Il fait signe à un taxi de s'arrêter. Le chauffeur de taxi s'arrête, sort et ouvre le coffre arrière de la voiture.


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... non.

Finalement, je vais prendre

le métro, tout compte fait.

Excusez-moi.

Non, j'ai un truc à acheter.


CHAUFFEUR

Vous me faites m'arrêter.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais excusez-moi,

j'ai un truc à acheter.


Dans un appartement, MICHEL HOUELLEBECQ écrit sur une feuille en écoutant de la musique.


Dans un parc, MICHEL HOUELLEBECQ parle avec une AMIE.


AMIE

T'as l'air fatigué, là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais je suis fatigué.

C'est pas grave.

Les médias, ça me stresse

quand même, mine de rien.


AMIE

Tu veux que je passe te faire

à manger, un de ces quatre?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, j'aime bien éplucher

les légumes, ça me détend.


AMIE

Tu sais, les enfants,

des fois, demandent après toi.


MICHEL HOUELLEBECQ

D'accord.


AMIE

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui?


AMIE

Oui.

Ça leur arrive de demander

après toi, quand même.


MICHEL HOUELLEBECQ

T'as pris des carottes?


AMIE

Oui, y a des carottes.

Je peux laisser les enfants

chez maman, c'est pas un souci.

OK?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui, je te dis.


AMIE

Tu me dis oui, mais je sais

que tu le feras pas, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je te promets

que je viendrai.

Je sais pas quand,

mais je te le promets.


MICHEL HOUELLEBECQ embrasse son AMIE.


MICHEL HOUELLEBECQ ramasse une vieille pièce de monnaie au sol.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, c'est un écu!


Dans le parc, LUC parle à un téléphone.


LUC

Je vais pas trop...

Mon petit cousin, je vais pas

trop te racave au téléphone,

parce que t'as vu, y a peut-être

des oiseaux sur la ligne.

T'as vu? Oui. Han-han.

Bien... eh bien dis-lui, à

Wilfried, ce que j'ai fait

avec les clés de l'auto,

il va te dire.


LUC entre dans un commerce où une EMPLOYÉE attend derrière un bureau. LUC lui montre un livre.


LUC

Michel Houellebecq, l'écrivain.

Il se fait un délire

sur un autre écrivain

qui s'appelle Lovecraft.


EMPLOYÉE

Tu vois, si ça avait l'air

macabre, fantastique, sombre...


LUC

Mais c'est normal.


EMPLOYÉE

Y a que ça.


LUC

Là, il te parle de...


EMPLOYÉE

De Lovecraft.


LUC

Pourquoi? Parce qu'il est

dans l'horreur.


EMPLOYÉE

Tu vois, il est cru:

"Ai-je déjà pissé?"

Regarde les mots.


LUC

La vraie question

qu'il se pose, c'est:

Est-ce que j'ai été

encore plus loin

que ma propre personnalité

me le permet?

Est-ce qu'il est capable

de se choquer lui-même

au point de se faire pisser

dessus?


Devant une église, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec un AMI.


AMI

On te voit pas trop

en ce moment, là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Si. J'ai fait plein de médias,

y a pas longtemps.


AMI

Ouais? D'accord.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Là, j'ai arrêté.


AMI

Ah, bon? Et alors là,

t'étais à la messe?

Je savais pas que t'allais

à la messe, toi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Je vais surtout aux messes

d'enterrement en fait.


AMI

Ah, oui. D'accord! Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Messes de mariage, non.


AMI

En tout cas, ça me fait

plaisir de te voir.


MICHEL HOUELLEBECQ

Merci. C'est gentil.


AMI

Faudrait que tu passes

à la maison.

Ça fera plaisir à Martine.


MICHEL HOUELLEBECQ

D'accord. Allez, au revoir.


AMI

Salut, Michel.


Dans une maison, FRANÇOISE joue du piano. MICHEL HOUELLEBECQ l'écoute en fumant une cigarette et en buvant du vin. FRANÇOISE arrête de jouer.


FRANÇOISE

Oh! Toi, tu joues encore?

Tu t'y es remis?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non.

Non.


FRANÇOISE

Tu jouais bien quand même.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais...


FRANÇOISE

Oh, essaye, écoute!

Ça me ferait plaisir.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non. Je n'ai plus envie.

Le problème du piano, c'est

qu'on peut jouer mal, quoi.


FRANÇOISE

Oui...


FRANÇOISE rit.


MICHEL HOUELLEBECQ

Alors que le violon,

tu peux pas.

Quand tu joues trop mal,

t'arrives même pas...

Le seul problème du piano,

c'est trop accessible.


FRANÇOISE

Moi, ce que j'aime bien,

c'est déchiffrer.

Parce que j'arriverai jamais

à un niveau de virtuose.


MICHEL HOUELLEBECQ

(En riant)

Non. Ça, c'est sûr.


FRANÇOISE

T'as remarqué.

Mais une chose qui me fait

vraiment beaucoup de plaisir,

c'est uniquement sur Bach,

c'est le fait de déchiffrer,

tu vois?


MICHEL HOUELLEBECQ

Si ça te fait plaisir...


FRANÇOISE

C'est déjà ça, tu vois.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien oui, voilà.


FRANÇOISE donne un paquet à MICHEL HOUELLEBECQ.


FRANÇOISE

Et voilà!

J'ai pas bien fermé le papier.


MICHEL HOUELLEBECQ ouvre le paquet et y découvre un chandail.


FRANÇOISE

Alors...

Montre-moi.

Tiens, passe-le un peu

pour voir ce ça fait.

Je crois que la taille est

bonne, mais passe-le.


MICHEL HOUELLEBECQ

Maintenant, là?


FRANÇOISE

Ouais, s'il te plaît.

Comme ça, si ça va pas,

je peux le changer, tu vois.


MICHEL HOUELLEBECQ met le chandail.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


FRANÇOISE

Fais voir.


FRANÇOISE ajuste le chandail sur le dos de MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


FRANÇOISE

Ah, c'est bien.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui...


FRANÇOISE

Ça te plaît?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui. Beaucoup.


FRANÇOISE

Je suis contente, écoute.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je fais pas un peu gay

comme ça?


FRANÇOISE regarde des partitions de musique. MICHEL HOUELLEBECQ fume une cigarette.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vraiment, un mec surfait,

c'est bien Mozart, quoi.

Mozart, Mozart...

Beethov, c'est quand même autre

chose, je suis désolé.


FRANÇOISE

Tu sais, une fois, j'avais

entendu une émission

sur France Culture,

ouais, France Musique,

et ils avaient joué sur

les histoires de rythme.

Et au bout d'un moment,

si tu ralentis Mozart,

tu peux te dire que c'est

du Beethov.

Bon, de toute façon, ils sont

héritiers.

Ils se sont progressivement

piqué des trucs.


MICHEL HOUELLEBECQ

T'as entendu ta preuve?

Si tu ralentis Mozart,

c'est du Beethov?


FRANÇOISE

Oui. Tu vas pas accélérer

un Mozart.

À ce moment-là, c'est quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est rien déjà.

C'est pas grand-chose, mais...


FRANÇOISE

Ou si tu accélères Beethov,

d'un seul coup, tu peux avoir

Mozart.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oh là là! Mais n'importe quoi!


FRANÇOISE

Je t'assure!

Je te parlais de Joplin,

j'aime vraiment beaucoup.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est une grande chanteuse,

oui.

Quasiment tout ce qui a été

enregistré en 66-70 est bon.


FRANÇOISE

Oui?


MICHEL HOUELLEBECQ acquiesce.


FRANÇOISE

C'est vrai que quand

je réentends des choses

de ces années-là, d'un seul

coup, je retrouve une vitalité,

une énergie que je ne ressens

pas actuellement.


MICHEL HOUELLEBECQ

Y a des périodes dans un art.

Y a des périodes...

de baisse et de hausse.

Par exemple, en littérature,

c'était nul.

Les mêmes années étaient nulles

en littérature.


FRANÇOISE

Qu'est-ce qu'il y avait, à

cette époque-là, en littérature?


MICHEL HOUELLEBECQ

Rien. Sollers. Rien, quoi.


FRANÇOISE

C'était la fin du Nouveau

Roman?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Ils agonisaient

doucement.

Donc y avait rien.

Le polar avait un bon niveau.

Y avait Manchette.


FRANÇOISE

Oui. Manchette.


MICHEL HOUELLEBECQ

Après y a eu Jonquet.

Enfin, y a toujours eu de bons

auteurs en polar.

Pouy. Enfin, y avait des trucs

pas mal.


FRANÇOISE

J'aime bien, oui.


MICHEL HOUELLEBECQ sort d'un immeuble. Un homme qui tient un livre l'accoste sur la rue.


CHRISTOPHE

Je vous ai reconnu d'en haut.

Vous avez un physique

particulier,

alors je me suis dit: Tiens.

Plateforme, c'est...

le livre qui m'a fait découvrir

votre oeuvre.

Je trouve que vous avez

une vision du monde...


MICHEL HOUELLEBECQ

J'aime pas trop la couverture.


CHRISTOPHE

C'est une vieille édition.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Je sais.

La récente est mieux.


MICHEL HOUELLEBECQ prend le livre que CHRISTOPHE lui tend avec un stylo.


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... bien oui.


CHRISTOPHE

Mon prénom, c'est Christophe.


MICHEL HOUELLEBECQ écrit dans le livre.


ADMIRATEUR

J'ai pas lu récemment

les poèmes,

mais malgré tout, j'ai vu

l'extrait que les hommes passent

la grande partie de leurs

journées à se faire sucer,

je pense que c'est

encore bien vu.

Personnellement, c'est mon cas.


ADMIRATEUR

C'est bien.


Ils rient.


Un homme soulève un haltère en récitant de la poésie.


MAX

De quel tigre a rêvé

ma mère...

enceinte de moi?


L'homme soulève l'haltère avec son autre bras.


MAX

Quand on pense que j'aimais

les fleurs.

Cela est étrange.

Et cependant,

pour cette action,

j'ai tout quitté.


L'homme prend une pause de culturiste devant un miroir.


Dans un appartement, l'ENTREPRENEUR et MICHEL HOUELLEBECQ sont assis sur un divan et discutent.


ENTREPRENEUR

Qu'est-ce qu'ils vous font en

bas, sur la dalle, en travaux?

Ils cassent tout?

Ils vous refont tout?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Je sais pas.

J'y vais pas, sur la dalle.

Personne n'y va,

de toute façon.

C'est l'idée Le Corbusier,

tu vois.

Séparer circulation

automobile-piéton,

puis une agora sur la dalle.

En fait, l'agora,

c'est que dalle.

Les magasins, ils ont fermé,

parce que personne n'y va.

Non, mais c'est de la merde,

les dalles.


ENTREPRENEUR

C'est trop directif,

y pas assez de....


MICHEL HOUELLEBECQ

La dalle d'Argenteuil,

n'en parlons pas.

Moi, je connais que des échecs,

quoi, en dalle, vraiment.

C'est vrai, hein.

De toute façon, Le Corbusier,

c'est un échec.

Je sais pas si t'es d'accord

avec moi.


ENTREPRENEUR

C'est une catastrophe

en urbanisme.

C'était intéressant

en termes de...

Oui... de maisons, mais-


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un esprit totalitaire

à la base.


ENTREPRENEUR

En urbanisme, c'était

monstrueux.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il aimait pas la campagne,

déjà.

Il voulait séparer l'unité

d'habitation

et nature.

C'est marrant.

Ce qui était l'idée

du village vertical, en fait,

c'est devenu une contre-utopie,

chez Ballard, par exemple,

dans les bouquins de Ballard.

Et...

là maintenant,

c'est rien du tout.

La tour où on est,

c'est pas un village.

Moi, je serais l'homme

le plus important du village,

parce que j'habite au dernier

étage.

Mais en fait, c'est juste pas

un village du tout.


ENTREPRENEUR

Ça pouvait marcher dans

des espaces très particuliers,

comme des espaces de vacances

et tout.

Je parle pas de l'allure

esthétique.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ouais. Ou dans un camp

de concentration.

Dans des endroits comme ça.


ENTREPRENEUR

Carrément.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'était ça, son idéal,

au fond.


MICHEL HOUELLEBECQ marche dans une église.


Devant une église, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec un homme.


AMI

Vous devriez en profiter

pour aller sur une autre terre

chilienne

qu'est l'île de Pâques.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais j'ai pas vraiment

le temps

parce qu'il faut que je sois

rentré

pour le prix 30 Millions d'amis.


AMI

Oui, 30 Millions d'amis,

c'est pas... c'est pas rien.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est fondamental.

Faut que j'arrive avec une

quinzaine de livres à lire.


AMI

Ah, ouais!


MICHEL HOUELLEBECQ

Et je les lis.


AMI

Non, mais je vous fais

confiance.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je suis un juré exemplaire

jusqu'à présent.


AMI

Le Goncourt devrait s'en

inspirer.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je les lis, je prends

des notes,

j'argumente au moment

de la discussion.


AMI

Et vous êtes combien de jurés?


MICHEL HOUELLEBECQ

On est...

Je crois qu'on est 10.


AMI

Et vous connaissez

vos colistiers?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien sûr. On se réunit

chez Drouant, comme le Goncourt.


AMI

Ah, ouais? Donc quand

je disais le Goncourt,

je disais que c'était tout

pour la bonne chère.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. C'est dans la même salle.


AMI

Ah, ouais?


Dans une cour, MICHEL HOUELLEBECQ boit une bière.


MICHEL HOUELLEBECQ sort d'un édifice. Il se touche l'oreille.


MICHEL HOUELLEBECQ

Putain...


On entend le bruit d'un hélicoptère.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un hélicoptère, ça.


MICHEL HOUELLEBECQ entre dans un édifice. LUC le suit de près. MAX et MATHIEU suivent LUC en portant une grosse caisse trouée. Ils entrent tous dans un ascenseur. Un passant entre.


LUC

Quel étage?


PASSANT

23e. Merci.


Le PASSANT sort au 23e étage. Au dernier étage, les hommes suivent MICHEL HOUELLEBECQ jusqu'à son appartement et y entrent de force.


MICHEL HOUELLEBECQ

Excusez-moi.

Où vous allez?


Chez lui, MICHEL HOUELLEBECQ est bâillonné et a les mains liées. LUC regarde par la fenêtre. MAX et MATHIEU sont assis sur un divan.


LUC

C'est une belle vue, hein?


MAX

Ouais, ouais, c'est joli.


LUC

Par contre, chaleur ici.

Quand t'es haut comme ça.

Vous avez pas chaud, les gars?


MAX

Ça va encore.


LUC

Tu sais que le bâtiment

que je vois là,

c'est la financière.

À vol d'oiseau, on est à 200 m.

Brigade financière.


MAX

TRACFIN.


LUC

TRACFIN, GIR...

Ça veut dire que si on prend

bien l'élan, là, on peut...


LUC consulte son téléphone.


LUC

C'est un peu long là.

MICHEL HOUELLEBECQ)

Comment tu fais pour tenir

avec cette chaleur?

Tu ouvres un peu la fenêtre,

de temps en temps, non?


MAX photographie MICHEL HOUELLEBECQ avec un exemplaire du journal Libération. Il donne la photographie à LUC.


LUC

Voilà.


LUC agite la photographie pour que l'image y apparaisse et la montre à MAX.


LUC

Max.


MAX

Je vois rien là.


LUC donne la photographie à MAX.


LUC

Attention.


MAX

Je vois rien non plus.

(En riant)

C'est pas possible.

Aïe! Aïe! Aïe!...


LUC indique MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

Ça le fait rire.


LUC regarde par la fenêtre.


LUC

Putain, elle est canon,

la vue.

Ils sont tout petits, les gens.


Un téléphone vibre.


MATHIEU

C'est bon, c'est lui.


MATHIEU répond à son téléphone.


MATHIEU

Oui, maître?


LUC montre un livre à MAX.


LUC

Son livre de chevet,

Tocqueville et la démocratie

en Amérique.


MATHIEU

(Au téléphone)

Oui, non, ça se passe bien.

On peut être...

Oui, on peut partir d'ici

un quart d'heure à peu près.


Sur la rue, MAX et MATHIEU portent la caisse. LUC marche devant eux. Ils mettent la caisse dans une voiture.


LUC

Attention.

Allez-y.


Dans une maison en campagne, les trois ravisseurs sortent MICHEL HOUELLEBECQ de la caisse.


LUC

Oui, ça va, je comprends.

On le déplie.

Doucement.

On le déplie. Doucement.

Non, pose les jambes.


MAX

Pourquoi tu veux

que je pose les jambes?

On va l'asseoir directement.

On est un peu coincés.

Voilà.


Ils assoient MICHEL HOUELLEBECQ sur une chaise. MICHEL HOUELLEBECQ a l'air inquiet.


MAC

On peut lui enlever son truc?


MATHIEU enlève le ruban adhésif que porte MICHEL HOUELLEBECQ sur la bouche.


MATHIEU

Oh! Pardon, désolé.


MICHEL HOUELLEBECQ

Putain...


MAX donne une cigarette à MICHEL HOUELLEBECQ et l'allume.


MICHEL HOUELLEBECQ

Merci.

On est loin de Paris, non?

On a mis au moins une heure.


MAX

Tu veux pas non plus

qu'on te donne l'adresse?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non. C'est juste...

Ça fait longtemps

que j'ai pas fumé, quoi.


LUC donne l'appareil photographique à MATHIEU.


LUC

Tiens, je te laisse gérer

la photo.


MAX

T'as rien à dire?


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous êtes qui, en fait?

Qu'est-ce que vous...

Qu'est-ce que vous voulez?


LUC donne un journal à MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

Vous pouvez tenir le journal

comme ça?

Le maintenir, c'est gentil.


MAX

On va t'enlever la cigarette

pour la photo.


MAX prend la cigarette des mains de MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est une blague.

Euh...

Si, quand même, faut m'expliquer

un peu ce que vous me voulez.

Parce que...


MATHIEU

Pour l'instant, on attend.

Donc on peut pas trop

t'expliquer.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous attendez un coup de fil?


MATHIEU

On va pas parler de ça.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ouais, mais--


LUC

Vous pouvez regarder dans

l'objectif, s'il vous plaît?


MAX photographie MICHEL HOUELLEBECQ.


MAX

Voilà.


Un téléphone sonne.


LUC

Tu réponds, Mathieu?


MATHIEU

Non, non.


MAX

Laisse tomber,

ils rappelleront.

MICHEL HOUELLEBECQ)

Tu fumes beaucoup?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


MAX

Et ta famille?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est pas...

c'est pas eux qui vont

s'inquiéter en premier,

je pense que c'est mon agent,

parce que j'ai jamais raté

un rendez-vous qu'il m'a donné.

Puis là, c'est un rendez-vous

important, en plus.

Faut qu'on discute

d'un contrat, quoi.

Il a besoin de mon accord

pour avancer.


MAX

Et t'es en bonne santé?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça va.


MAX

Rien de spécial?


MICHEL HOUELLEBECQ

Juste un glaucome.


MAX

Au niveau des yeux donc.

C'est ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Donc, c'est emmerdant

si je prends pas mes comprimés.

C'est pas un comprimé,

c'est un collyre. Du Lumigan.


MAX

Lumigan?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est ce qu'on appelle

un enlèvement.

Non?


MAX

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Et vous attendez un coup de

fil de quelqu'un...

qui vous a demandé

de m'enlever, c'est ça?

Mais je vois pas pourquoi vous

voulez pas m'expliquer, en fait.


LUC

Ce que t'as besoin de savoir,

c'est que pour l'instant,

t'es avec nous.

T'es bien là.

On te fait pas de mal.


Un téléphone sonne.


LUC

T'es tranquille.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ils vont quand même prévenir

la police.

Je vais toujours

à mes rendez-vous.


MAX

Pardon?


MICHEL HOUELLEBECQ

Je vais toujours à mes

rendez-vous quand j'en ai.

Donc ça arrive jamais

que je rate un rendez-vous.

Après ça, ils vont m'appeler.

Après, ça va être

en moins d'une semaine.


MAX

Ton téléphone, tu l'as

sur toi, de toute façon.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


LUC

Sur toi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien oui.


LUC

MAX)

Bien prends-lui son portable.

C'est quoi ces conneries?


MATHIEU

De toute manière, il va pas

répondre.


LUC

Oui, mais tu vas pas

prendre le risque

qu'il appelle non plus.

Prends-lui son portable.


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais il est éteint là.

De temps en temps,

j'ai vachement mal

à l'intérieur de l'oreille.

Je sais pas d'où ça vient.

C'est...


MAX

C'est violent?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Ça fait vachement mal.

Ce que...


MAX

Quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ahem...

J'ai un rendez-vous demain.


Dans une chambre, MATHIEU discute avec MICHEL HOUELLEBECQ.


MATHIEU

On va être obligés de

t'attacher, le soir,

juste pour être tranquille.

Et puis ce sera le même rituel

tous les jours malheureusement.


MATHIEU prend une chaîne qui est reliée à un lit.


MATHIEU

Tiens, s'il te plaît,

j'ai besoin que t'écartes

un peu les mains.


MATHIEU enchaîne les mains de MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je peux... on peut enlever

ma parka?


MICHEL HOUELLEBECQ s'assoit sur le lit.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je pourrais avoir du feu?


LUC allume une cigarette dans la bouche de MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

Ça ira, vous êtes bien là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ouais. Ça va.


LUC

Allez, on vous laisse

vous reposer.


MICHEL HOUELLEBECQ

À tout à l'heure.


MATHIEU

À tout à l'heure, Michel.


Autour d'une table, LUC, MAX et MATHIEU discutent.


LUC

On a dit qu'on était payés

en fin de semaine

plutôt qu'en début,

c'est ça, l'histoire.


MAX

Et c'était une fois

qu'on ramenait le gars ici,

on devait avoir les 20 000.


LUC

Ouais.


MAX

Bien, on y est, on a rien.


LUC

Mais il est bizarre, Maxime,

en ce moment.

Alors, Max...


MATHIEU

Ce qui me fait chier,

c'est ce qu'il dit pas, quoi.

C'est un mec fragile.


LUC

C'est ça. C'est ça.

C'est ça. On a perçu

la même chose, ouais.

C'est un mec fragile.


MAX

Je trouve que justement,

pour un mec fragile,

il prend le truc plutôt bien.


LUC

À mon avis, il a dû apprendre,

avec le temps,

à gérer ses stress, quoi.


Dans la chambre, MICHEL HOUELLEBECQ appelle ses ravisseurs.


MICHEL HOUELLEBECQ

Eh-oh!

Oh-oh!


Dans la cuisine, LUC revient s'asseoir avec MAX et MATHIEU.


LUC

J'adore... j'adore

les écrivains.

Moi, je suis un rabouin,

je comprends rien à tous

ses mots un petit peu...

(Avec la voix de MICHEL HOUELLEBECQ)

"Pourriez-vous intercéder

pour qu'on puisse me détacher?"


Ils rient.


MATHIEU

Il est complètement à l'ouest.


LUC

Alors je pense qu'il a envie

de marcher un petit peu.

Il en a marre d'être enchaîné.

Est-ce que l'un de vous

veut se sacrifier?


MATHIEU

Si ça commence comme ça,

ça se termine comment?


Dans la chambre, LUC, MAX et MATHIEU discutent avec MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je m'ankylose, quoi.


MAX

Michel, je vais juste

t'enlever tes pompes

parce que je voudrais pas

que tu...

que tu salisses

le dessus de lit.


LUC

Voilà. Michel, comment vous

vous sentez? Ça va?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Mais je m'emmerde un peu.

Je peux pas marcher,

je peux pas fumer,

y a rien à lire.


MAX

Y a un style de bouquin

que t'aurais envie de lire?


MICHEL HOUELLEBECQ

Plutôt des romans,

si vous avez.

C'est quoi, ça?


MAX donne un livre à MICHEL HOUELLEBECQ.


MAX

Tiens, regarde, Michel.

Mon père a lu ça, y a pas

longtemps,

il a trouvé ça pas mal.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Je l'ai...

Oui. Bon... je peux le relire.


MAX

Bien voilà!


MICHEL HOUELLEBECQ

T'as du feu au moins?


MAX

17 h 50. Putain,

c'est pas possible.

On peut te laisser alors.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui.


MAX

Pas de souci? Bon.


MICHEL HOUELLEBECQ

Et le...

Ça avance, le repas?


MATHIEU

De quoi, le repas?

Oui, mais il est 17 h 50,

alors si tu veux...


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais j'ai pas...


MATHIEU

Il commence à être

casse-couille. Franchement.


LUC

Y en a pour huit jours.


MATHIEU

Gentiment, il est en train

de me casser les couilles.


LUC

Laisse-moi le gérer!


LUC avance un cendrier vers MICHEL HOUELLEBECQ qui fume.


LUC

Regardez votre cendre, regardez.

La dernière fois, vous m'avez

fait le coup déjà.

Regarde, hop, dans le plumard,

direct.

MATHIEU)

S'il a envie de foutre le feu,

il le fout avec la cigarette.


MICHEL HOUELLEBECQ

Pourquoi je foutrais le feu,

alors que je me ferais brûler?

Faudrait être con.


LUC

Allez, Michel, on vous prépare

votre sandwich. OK?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


LUC

Allez, à tout de suite.


Les ravisseurs sortent de la chambre.


Dans un garage, deux hommes examinent un moteur.


Dans la chambre, MICHEL HOUELLEBECQ mange, assis sur une chaise.


MAX

T'en fous par terre, là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Avec les mains attachées,

c'est difficile.


MAX

Quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Avec les mains attachées,

c'est plus difficile.


MAX

Y a des gens qui écrivent,

je sais pas, pour le style,

d'autres pour, je sais pas...

pour les histoires.

Y en a qui font du style.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça dépend.

Ça dépend si c'est des poèmes

ou des romans.


MAX

Hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça dépend si c'est des poèmes

ou des romans.


MAX

D'accord.


MICHEL HOUELLEBECQ

Dans le roman, le plus

important,

c'est les personnages.


MAX

Et si c'est des poèmes,

c'est plus le style?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un peu...

encore le style, le mot convient

pas vraiment.

C'est une espèce de...

C'est plus difficile à

expliquer, quoi, en fait.


MAX

Mais les contraintes sont pas

les mêmes.


MICHEL HOUELLEBECQ

Y en a pas, en poésie.


MAX

Aucune?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


MAX

Mais je croyais

qu'il y avait...

Je sais pas...

La poésie en alexandrins,

y a forcément les contraintes

qui sont les alexandrins, non?


MICHEL HOUELLEBECQ

En fait, ça aide.


MAX

T'as quand même des repères,

des repères de...

de littérature, des repères...


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça joue pas tant que ça.


MAX

Ah...

C'est intéressant, ça.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ce qui est important,

c'est de...

... de rien faire, de s'ennuyer

un peu...

Y a quelque chose qui vient

pour se passer dans la tête.


MAX

J'ai rien compris.


MICHEL HOUELLEBECQ

Tu fais rien, tu t'ennuies

et y a quelque chose qui finit

par se passer dans la tête

et les idées viennent.


MAX

Faire le vide?


MICHEL HOUELLEBECQ

Des mots viennent.

Tu fais le vide.


MAX

Et t'arrives à faire le vide?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien oui. Mais il faut

bosser dans les conditions.

Par exemple, là, tu vas pas

écrire de livre

parce que t'attends

un coup de téléphone.

Alors, ça t'angoisse.


MAX

Mais oui, d'accord...


MICHEL HOUELLEBECQ

Même complètement libre,

en fait, pas un peu.


MAX

Pour pouvoir ressentir

les choses.


MICHEL HOUELLEBECQ

Voilà. Pour que des

choses se produisent.


MAX

Faut quand même

que t'aies vécu

certaines émotions

et certaines-


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais ça, tout le monde

vit un peu.

Moi, j'ai pas vécu beaucoup.


MAX

Ah, bon?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non. Pas plus

que n'importe qui.


MAX

Ah, oui?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


MAX

C'est pas une écriture

autobiographique, en fait.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non. Rien à voir.


MAX

Ah, ouais?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


MAX

Tu peux parler d'un sujet

que tu connais pas

et arriver à...


MICHEL HOUELLEBECQ

Pas totalement.

Pour des personnages,

faut parler à des gens.

Pas besoin de vivre

les trucs soi-même,

que parler à des gens

qui les ont vécus.

Parle avec un voyou et ça peut

donner un personnage de voyou.


MAX

D'accord. Donc t'es vachement

à l'écoute de...


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, je suis à l'écoute. Oui.

Je suis plutôt quelqu'un

à l'écoute.

Mais un rien me... me convient,

je veux dire.

Je parle à quelqu'un...

au supermarché qui se plaint

qu'on change toujours

les rayons de place,

un petit vieux qui ne retrouve

plus ses produits...


MAX

Tout de suite, ça te--


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça me fait déjà une scène.

Est-ce que je pourrais avoir

un peu de vin, s'il te plaît?

Un peu plus.


MAX

Oui, mais ceci dit, je...

j'ai bien compris que tu buvais

beaucoup.

Ceci dit, je veux pas que

tu te cartonnes la gueule...

comme ça, tu vois?


MICHEL HOUELLEBECQ

En mangeant,

boire du vin, c'est pas

excessif.


MAX

(En riant)

Tu négocies tout.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je négocie pas, j'essaye de...

Deux verres de vin, en mangeant

un sandwich, c'est pas excessif.


MAX

OK.

Hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

Je lis souvent,

mais c'est normal parce que

ça m'intéresse.


MAX

Je te jure, parfois, je te

comprends pas du tout.

Je t'entends pas.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je parle un peu tout seul

des fois.


MAX

Oui, c'est ça.

Je comprends très bien,

mais je t'entends pas

tout le temps.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais c'est parce que

je me suis mis à grommeler.


La nuit, MICHEL HOUELLEBECQ allume une lampe de chevet et s'assoit sur le lit.


MICHEL HOUELLEBECQ

(En criant)

Oh-oh!

Oh!


On entend un chien japper. MICHEL HOUELLEBECQ se lève et frappe une poupée avec son pied.


Dans un couloir, MATHIEU indique une porte à MICHEL HOUELLEBECQ.


MATHIEU

C'est par ici.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui. C'est là.


MICHEL HOUELLEBECQ s'assoit sur une toilette.


MATHIEU

Est-ce que ça va, Michel?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui.


Dans la cuisine, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec MATHIEU qui mange.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous avez...

réussi à joindre quelqu'un,

au téléphone?

Parce qu'il faut annoncer que...

Vous avez annoncé que

vous m'avez enlevé à...

À quelqu'un? À l'AFP?


MATHIEU reste silencieux.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai l'impression que vous avez

pas de plan, en fait.

Vous prenez les décisions

à trois ou...


MATHIEU

Hum-hum.


LUC et MAX entrent dans la maison.


MATHIEU

Ça y est?


LUC

Ouais.

Ça va, toi?


MATHIEU

Ça va, écoute.


LUC

Ouais.

MICHEL HOUELLEBECQ)

Bonjour.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bonjour.


LUC

Ça s'est bien passé?

Bonne petite nuit?

On a rendu la bagnole.

Toi, t'es de quelle région?


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi, je suis normand.


LUC

Normandie.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ouais.


LUC donne un paquet de cigarettes à MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

Michel, je vous ai pris

des cigarettes.


MICHEL HOUELLEBECQ

Merci.


LUC

Je vous en ai gratté une.


MAX

C'est toi qui lui as filé

le briquet?


MATHIEU

Oui, j'ai dû oublier

de le reprendre.


Dans la chambre, MAX, LUC et MATHIEU discutent avec MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

Vous avez lu ce qu'il a fait,

PPDA?


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... Alors non, ça,

je connais pas.


LUC

Non? Parce que Noah, il s'est

reconverti à la chanson.

Il paraît que PPDA, du 20

Heures,

il s'est reconverti en écrivain.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça fait longtemps qu'il écrit

des livres, PPDA.


Dans un salon, MATHIEU essaie de brancher les fils d'un appareil vidéo sous une télévision.


MATHIEU

Fait chier, putain!

Ah! C'est quoi ce bordel?


MICHEL HOUELLEBECQ

Sinon, on peut regarder

la télé.


MATHIEU

Non, non. Attends.

Je vais bien trouver comment

ça marche, Michel. C'est...


MICHEL HOUELLEBECQ

On pourrait voir Rocky sinon.

C'est bien aussi.


MATHIEU

Puisque vous voulez voir

des combats,

autant que je vous montre

des vrais.


MATHIEU et MICHEL HOUELLEBECQ écoutent des vidéos de combats d'arts martiaux mixtes.


MATHIEU

T'as vraiment une opposition

de style.

C'est-à-dire que mon adversaire

est un spécialiste en boxe,

moi, je cherche à le coller

pour le projeter, tu vois.


Sur l'écran de télévision, un combattant en projette un autre sur le tapis d'un ring.


MATHIEU

L'objectif pour moi, là,

c'était amener le combat au sol.

Où je sais que je devrais être

plus à l'aise que lui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum-hum...


MATHIEU

Là, c'est difficile pour moi

de frapper efficacement

et je peux pas travailler

sur des clés, par exemple.

Et là, j'ai un gros avantage.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il saigne, là.

C'est dégueulasse.


Sur l'écran, un combattant s'assoit sur son adversaire et lui donne des coups de poing.


MATHIEU

Il a dû prendre

un ou deux coups.

Là, il va saigner un petit peu.


MICHEL HOUELLEBECQ

Beaucoup même.


MATHIEU

En le frappant, je l'ai obligé

à... à écarter ses mains

pour se protéger.

Et là, tu vois, je termine

sur un étranglement.

Donc là, il frappe le tapis

en signe d'abandon, tu vois?


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum...

Je crois que c'est pas vraiment

mon truc, en fait.


MATHIEU

Oui. Ça, je... je me doutais

que c'était pas ton truc,

mais est-ce que tu peux

comprendre

qu'on y trouve un intérêt?

Ou si y a des gens qui n'aiment

pas,

ils sont pas obligés

de regarder.

Mais nous, si c'est ça

qui nous plaît.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui. Je... Oui.

Oui.


MATHIEU

Là, regarde, ça va aller assez

vite.

Je suis en dessous,

je chope sa jambe

et je vais faire une clé

avec son pied.

J'ai coincé son pied,

je tords le pied.

En fait, il a une clé

sur la cheville

et sur l'articulation du genou.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il a eu mal alors?


MATHIEU

Oui, oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais enfin, bon, le...


MATHIEU

Est-ce que tu pourrais écrire

un livre sur moi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. C'est pas impossible.


MATHIEU

C'est vrai?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.

Pourquoi pas?


Plus tard, MICHEL HOUELLEBECQ essaie sans succès d'ouvrir une porte pour sortir de la maison. Il se frotte l'oreille.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oh!

Qu'est-ce que j'ai, putain?


LUC et MAX discutent dans le salon.


MAX

Il t'a parlé des 20 000?


LUC

Je sais même pas.

Ouais, peut-être vite fait.

Peut-être qu'à toi, il t'en

parlera.

Je pense qu'il a dû comprendre

que quand il t'en parle devant

moi, ça t'agace.

Peut-être qu'il t'en parlera.


Par la fenêtre, on peut voit MATHIEU qui joue avec un chien.


MAX

Ils ont une belle relation.


LUC

Dis-moi, Max, y a combien

de temps

que vous avez pas été voir

Michel?


MAX

T'as qu'à y aller, toi.


LUC

Arrête de prendre les trucs

comme ça.


MAX

Mais non, mais à chaque fois,

tu l'as fait:

"J'ai mal au dos, ceci, cela."

Mais vas-y! Vas-y!


LUC

Oh, t'es lourd.


MAX

Non, je suis pas lourd,

mais c'est vrai, quoi.


LUC

Je t'ai posé une question

toute simple.

Ça fait combien de temps?


MAX

Tu me la fais tout le temps.


LUC

Alors tu veux que j'y aille?

J'y vais avec mon mal de dos.


Dans la chambre, MICHEL HOUELLEBECQ écoute un enregistrement audio.


VOIX MASCULINE

Le monde du réveil.

Je suis l'instant présent.

Je suis le vent du nord.

Le monde du réveil.

Tout a lieu en cet instant

présent.

Tout est là.

Le monde du réveil.


MICHEL HOUELLEBECQ dort sur le lit. MAX le réveille.


MAX

Michel.

Michel.

Michel!


MICHEL HOUELLEBECQ

Hein?


MAX

Pardon, excuse-moi.

Je croyais que t'étais mort.


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... ouais...


MAX

Hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh...

Si je meurs, j'ai pas

mes instructions.


MAX

Je comprends rien.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai laissé des instructions

si je meurs.


MAX

C'est-à-dire?


MICHEL HOUELLEBECQ

Pour l'enterrement, tout ça.


MAX

Je suis désolé.


MICHEL HOUELLEBECQ

Quelle heure il est, là?


MAX

Je sais pas.

Je vais regarder.


Dans la cuisine, MATHIEU et MICHEL HOUELLEBECQ rejoignent MAX, LUC et GINETTE.


MAX

Il fait pas beau.

Il fait beau, il fait pas beau.

Y a plus de temps, quoi.


GINETTE

Non.


LUC

Michel, Ginette.

Ginette, Michel.


GINETTE

Bonjour.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bonsoir.


MICHEL HOUELLEBECQ serre la main de GINETTE.


MICHEL HOUELLEBECQ

On est chez vous?


GINETTE

Oui. Vous êtes dans ma maison

et vous êtes chez moi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah.


MAX

Bien, remets-toi.


MATHIEU

Michel, je t'en prie.


MICHEL HOUELLEBECQ indique une bouteille.


MICHEL HOUELLEBECQ

Un bourbon?


LUC

GINETTE)

La route?


GINETTE

Pluvieuse.

Celle-ci, elle est plus forte.


MICHEL HOUELLEBECQ mange un saucisson.


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum-hum. C'est...

C'est du saucisson de quoi?


GINETTE

Ça, ça vient de...

C'est pas d'Alsace.

C'est de la Pologne.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous êtes polonaise?


GINETTE

Non, pas moi. Mon mari.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je suis allé une fois

quand j'étais jeune.


GINETTE

En Pologne?

Vous êtes allé une fois?

Moi, j'ai été trois fois,

je crois.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'y suis allé avant la...

la fin du Rideau de fer.


LUC

MICHEL HOUELLEBECQ)

Vous dormez comment,

d'habitude?

En caleçon, en pyjama?


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi, en pyjama.


LUC

En pyjama?

On va prendre un pyjama.

Vous pouvez pas rester habillé,

Michel, pour dormir.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est moins bien, oui.

Ce qui... m'étonne un peu

depuis le début...

c'est que vous avez pas

de masque.

Vous êtes à visage découvert.

Et donc, dans les romans...

c'est pas bon signe, quoi.

Parce que, quand les gens sont à

visage découvert,

c'est qu'ils ont pas peur

que leur victime

les reconnaisse,

que... parce qu'ils ont

l'intention de le tuer.


MATHIEU

Non, mais, Michel, il faut...


GINETTE

On en est pas là.


LUC

Non.


GINETTE

Non. On en est pas là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Voilà, c'est bien,

mais j'ai même l'impression

qu'on fête quelque chose, quoi.


MAX

On fête un peu, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

En fait, quand je suis arrivé,

je me suis dit:

Ils ont touché la rançon.

Non, non. Mais j'ai rien

critiqué, d'ailleurs.

Je... à part le briquet, mais...


MAX

C'est quoi cette histoire de

briquet?

Pourquoi tu as une passion

pour les briquets?


MICHEL HOUELLEBECQ

Parce que... mais ça...


MICHEL HOUELLEBECQ indique LUC.


MICHEL HOUELLEBECQ

Lui, il doit comprendre,

parce qu'il est gros fumeur.

Donc dès que tu n'as plus de

briquet, plus de cigarettes,

y a une espèce d'angoisse

qui monte.


LUC

Vous avez raison, mais...

pas envie forcément

qu'il y ait un petit accident

avec le briquet.


MICHEL HOUELLEBECQ

Est-ce que je peux en avoir

une, puisqu'on parle de ça?


Les convives sont assis autour de la table et mangent.


LUC

Excusez-moi, Michel.

Je me suis permis de...

de lire un de vos livres...

Warcraft...

vous savez,

sur l'espèce de génie

qui a fait les films d'horreur,

enfin les livres d'horreur.


MICHEL HOUELLEBECQ

On en parlait justement.


LUC

Et... je reviens là-dessus

parce qu'il y a un truc

qui m'étonne.

C'est vraiment vrai?

Vous avez été chiné pendant

un truc d'audience d'écrivains

le coussin de Warcraft,

avec sa bave, son sang-


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non.

J'ai pas fait ça.


LUC

C'est ce qui était écrit

dans votre bouquin, en tout cas.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


LUC

Si. C'est ce que j'ai lu.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, je me suis... je me suis

juste intéressé au truc...

À sa vie.

Mais j'ai pas fait de

fétichisme d'objets

qui lui ont appartenu. Rien.


LUC

Dans votre livre, vous dites

quand même

que vous retrouvez chez

un marchand de gages

le coussin de Lord Warcraft.

Et que vous sentez encore

cette espèce d'odeur,

vous voyez des traces,

sur le coussin,

de bave mélangée de sang.

Vous imaginez le saignement

du nez.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est pas du tout mon livre.


MAX

Quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est pas du tout mon livre.

Il confond avec un autre truc.


MAX

Je comprends pas

ce que tu dis, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il confond avec un autre truc.

J'ai pas écrit ça.


LUC

Je... Non...

Je l'ai lu le bouquin

à mon cousin.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


LUC

Donc y a pas de...


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi, je l'ai écrit.

Je sais un peu ce qu'il y a

dedans, quand même.


LUC

Ça me fout à bout

quand on me dit non.


MAX

Il le dit.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça me fout à bout.


MAX

C'est pas méchant.

Tu vas pas non plus...


MATHIEU

En même temps, quelque part,

il doit savoir ce qu'il a écrit.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien oui.

Merci de le rappeler.


LUC

(Irrité)

Même vous, je suis un gadjo.

Je dis de la merde, moi.

Moi, je suis une fausse couche,

moi.

Je vous raconte des conneries,

moi.

Je te dis qu'il a trouvé

un coussin

chez un marchand de gages

et il écrit noir sur blanc

comme quoi

il voit encore des traces

de bave et de sang dessus.

Maintenant, l'homme,

il me dit non.


MATHIEU

En même temps, on parle du mec

qui est censé l'avoir écrit.


MAX

C'est ce qui est écrit?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


LUC

Il me fout à bout là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous voulez que je lui dise

oui?


LUC

Tu sais pas, on est chez toi,

je le mets en miettes.


MATHIEU

Luc, quelque part--


LUC

Je le mets en miettes, là.


MATHIEU

Mais quelque part, il doit

bien savoir ce qu'il a écrit.


LUC

Alors, je le ramène, le livre.

Si je dis vrai,

alors comment on fait?


MAX

T'énerve pas. T'énerve pas.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je me souviens pas de tout,

peut-être.

Mais c'est pas le même...


LUC

Mais tu me fais passer

pour une fausse couche, Michel.

Ça veut dire que je sais pas

ce que je lis, moi.

Je suis un idiot, quoi.

Je suis l'idiot du village.


MATHIEU

Ou alors peut-être,

t'as pas tout compris.


GINETTE

Ça se peut aussi.


LUC

(En colère)

Donc tu comprends comme moi.

Je suis l'idiot du village.

Donc toi, mon ami,

je suis l'idiot du village.

Parce que moi, je comprends pas

quand tu me parles

depuis 25 ans.

Je le ramène, le livre,

et si c'est moi qui dis vrai,

je le mets en miettes

devant vous.

Ça va comme ça?


MAX

Luc...


LUC

(En colère)

Moi, je lui fais l'honneur de

lire son livre, je suis le seul.

MICHEL HOUELLEBECQ)

Regarde-moi dans les yeux

et dis-moi que t'as pas écrit

que t'as trouvé le coussin de

Warcraft

et qu'il y avait de la bave

et du sang dessus.


MATHIEU

Luc!


MICHEL HOUELLEBECQ

Je réponds?


MAX

Dites-lui oui.


LUC

Regarde-moi, moi.


MAX

Sincèrement,

vous lui dites oui.


GINETTE

On se calme. On se calme.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui, j'ai oublié.


LUC

Tu me prends pour une fausse

couche, toi.


MAX

Non. C'est pas ce qu'il a dit.

Sincèrement.


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi, j'ai jamais dit ça.

Je t'ai pas traité de fausse

couche, alors tu peux pas...

Il est bon, votre poulet.


GINETTE

Oui. Mais il est à peine

assez cuit.

Pourtant, j'ai fait traverser

et c'est rentré

comme dans du beurre.


MAX

T'as un frère, il est

diplomate, on le sait tous.

On s'est renseignés.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


MAX

Michel, Michel...


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais vous vous êtes renseignés

comment?


MATHIEU

T'es un personnage public.


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais tout est faux.


MATHIEU

Mais si t'avais une soeur,

on le saurait.


MICHEL HOUELLEBECQ

Tout est faux

dans la biographie.


MATHIEU

Où est-ce que t'as mis

le cendrier?

Parce qu'il va cramer la nappe.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est comme si tu croyais

que les journalistes

disent la vérité, quoi.

Oui, j'ai une soeur.

Et je vais l'appeler.


LUC

Comment elle s'appelle?


MICHEL HOUELLEBECQ

Catherine.


LUC

Pourquoi tu veux appeler

ta soeur

et pas ton frère qui est

diplomate?

Ta soeur pour la rassurer et ton

frère, t'en as rien à branler?


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais on s'est beaucoup...

On n'a pas la même vie.

On n'est pas très proches.


LUC

Explique.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il est pas diplomate, en fait.

Il est...


MATHIEU

Ah? Donc, t'as une soeur...


MICHEL HOUELLEBECQ

Il travaille au ministère

des Affaires étrangères, mais...


MAX

Quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ministère des Affaires

étrangères.

Dans les trucs plus

confidentiels.


LUC

T'es en train de me dire que

ton frère,

il est dans les renseignements?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


LUC

Et c'est ta soeur que tu veux

appeler pour la rassurer.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


GINETTE

Puis la soeur appellera

le frère.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai pas...

Enfin, pour des raisons...


LUC

Alors, Michel, très

honnêtement,

est-ce que vous pensez qu'on est

quatre imbéciles à table

et qu'on va vous laisser appeler

votre soeur?


MICHEL HOUELLEBECQ

Franchement, il faudrait

envisager une libération.

Si possible.


MATHIEU

Il faut dire que ça va pas

durer un an non plus.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais voilà...

Moi, je l'aime bien, lui.


LUC

Oui, oui.

MAX)

Il a pas réussi avec toi,

il attaque lui maintenant.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, mais il comprend que...

c'est pas ma vie normale.

Quoique je puisse apprécier

la cuisine, mais...

Moi, c'est pour ça, je m'excuse

d'insister,

mais qui peut payer pour moi?


LUC

Michel, alors pourquoi vous

vous inquiétez de votre rançon?

Vous en inquiétez pas,

on s'en occupe.


MICHEL HOUELLEBECQ

En plus, une célébrité...

Qui va payer pour me libérer?


MAX

Mais qu'est-ce que

t'en as à foutre?


LUC

Si vous continuez comme ça

à chaque repas,

on va vous faire manger

dans votre chambre

et on va manger entre nous.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non...


LUC

C'est pas ce que vous voulez?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non. C'est mieux comme ça.

Le milieu littéraire est

un milieu assez...


MATHIEU

Assez macho?


MICHEL HOUELLEBECQ

Assez conformiste.

Assez hétéro.


MAX

Ah, oui?


LUC

Assez "aimer les jeunes

filles" et assez alcoolique.

Donc, finalement, les trucs

genre...

homosexualité, cocalïne

ont très peu pénétré

dans ce milieu.


LUC

Cocalïne?

Il paraît que les écrivains,

ils tapent la schnouf.


MICHEL HOUELLEBECQ

Très peu. Y a plus d'alcool.

Ils sont volontiers

dans le pédophile,

ça, par contre, c'est vrai.


MAX et MATHIEU

(Étonnés)

Ah...


MICHEL HOUELLEBECQ

Et toujours pédophile hétéro.


MAX

C'est pas toi qui avais eu

un problème avec...

Ça a rien à voir avec...

Mais par contre, moi,

ça m'a fait...


LUC

J'avais 14 ans.

Vous le connaissez, Michel,

ou pas?


Un téléphone sonne.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, je connais pas.


LUC

Il m'a collé une main au cul,

je lui ai collé une tarte

dans la gueule.


MAX

C'est gentil, une main au cul.


LUC

Ouais. Il m'a mis un doigt

dans le cul.


MAX

Une main avec cinq doigts,

un doigt dans le cul.


LUC

Il m'a mis un doigt

dans le cul.


MAX

T'avais quel âge?


LUC

14 ans.


MAX

Non, mais faut le dire.


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi-même...

je suis vierge.


MATHIEU

Du cul?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


MATHIEU, LUC et GINETTE rient.


LUC

Ça fait rire Ginette.


Le mari de GINETTE arrive.


GINETTE

Ah, enfin, te voilà.


DÉDÉ

J'ai pris une douche,

je me suis lavé.


LUC

T'as lâché ton camion,

ça y est?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça a toujours été

un semi-pays.


LUC

Un semi-pays?


GINETTE

Ça fait longtemps.


MICHEL HOUELLEBECQ

La Pologne existe depuis peu.


MAX

C'est différent, ce que t'es

en train de dire.


MICHEL HOUELLEBECQ

La Pologne est un rêve.


MATHIEU

Mais l'identité polonaise

existe depuis longtemps déjà.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais c'est un rêve.


DÉDÉ

Dans le temps,

il y avait la Prusse qui avait

une partie,

y avait la Russie et l'Autriche.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est ça l'histoire

de la Pologne.


GINETTE

Mais remontons plus loin.

Elle a encore été envahie

par les Suédois aussi.


DÉDÉ

Oui. Voilà.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Enfin, c'est une histoire

d'un pays

qui n'existe pas, en fait.


LUC

La Pologne existe.

C'est quoi ces conneries

de "la Pologne était un rêve"?


MATHIEU

Ce que Michel veut dire,

c'est que la Pologne existe

en tant que pays,

en tant qu'entité depuis pas

si longtemps que ça.


MAX

Tu parles de la Pologne,

mais la langue polonaise...

elle existe comment?


MICHEL HOUELLEBECQ

Elle existe parce que

la Pologne existe, mais en exil.

On peut exister en exil

longtemps.


LUC

Un peu comme nous,

les rabouins, quoi.


MICHEL HOUELLEBECQ

T'es quoi, toi?


LUC

Un gitan.


MICHEL HOUELLEBECQ

Putain... c'est un gitan.

Je m'étonne pas qu'il me fasse

chier, quoi.


MATHIEU et GINETTE rient.


GINETTE

Auschwitz. Y a eu beaucoup,

énormément de gitans

qui ont été tués et qu'on ne

parle pas.


LUC

Il y avait six millions de

juifs de morts,

y a eu deux millions de gitans

et y a eu un million de...

la race de Charles Aznavour.


MAX

L'arménien?


LUC

Oui. Exactement.

Ils ont créé la similitude entre

les Arméniens et les Juifs.


MAX

Et les homosexuels.


LUC

Oui, mais enfin bon...


MAX

Oui, mais faut le dire.


LUC

C'était pas des

body builders.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai un grand-père

qui est mort à Auschwitz.

Venez pas me faire chier, quoi.


LUC

Pardon?


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai un grand-père qui est

mort à Auschwitz,

vous allez pas me faire chier.


MAX

Il est mort parce qu'il était

résistant?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, même pas.


LUC

J'ai deux grands-pères, moi,

qui sont morts à Auschwitz.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il était pas résistant,

il a été pris par hasard.


LUC

Max.


MAX

Oui?


LUC

Je vais ramener Michel,

je crois qu'il est épuisé.

Allez, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça va.


DÉDÉ

Si jamais la foudre...

Il y avait

beaucoup de...


GINETTE

La foudre est tombée.


LUC et MICHEL HOUELLEBECQ se lèvent de table.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bonsoir, hein.


GINETTE

Et les cousins...

Oui, bonsoir.


DÉDÉ

Bonsoir, Michel.


MAX

Bonsoir, Michel.


GINETTE

Dans la nuit...

L'arbre a été abattu,

dans la journée,

mais dans la nuit,

ils ont fait une croix.


Dans un conteneur, un MÉCANICIEN lit un journal. On entend une radio.


VOIX FÉMININE

(À la radio)

Certains médias

vont jusqu'à évoquer

la piste d'Al-Qalïda.

Rapt crapuleux,

délire schizophrénique,

perte d'identité

fuite à l'étranger,

Michel Houel...


LUC entre dans la chambre où MICHEL HOUELLEBECQ est assis sur un lit.


LUC

Bonjour, Michel!


MICHEL HOUELLEBECQ

Bonjour, Luc.


LUC

Vous allez bien?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien pas trop, ce matin.


LUC

Ah, oui?

Vous avez mal dormi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, un peu, oui.

Puis j'ai peut-être

un peu trop bu.


LUC

Oui. On a tous un petit peu

trop bu, hier.


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais le... le vin

ne me réussit pas trop.

Y a pas du vin rouge espagnol

au supermarché?


LUC

Du vin?


MICHEL HOUELLEBECQ

Vin rouge espagnol.

Du Ribera Del Duero.

Je préfère, en fait.


LUC

Je... sais pas, je verrai,

quand je ferai les courses,

si je vous trouve...


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, un Ribera Del Duero.


LUC

Si je vous trouve

du vin rouge espagnol.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai mal dormi aussi,

je sais pas,

y a une mauvaise odeur

dans la chambre.


LUC

Une mauvaise odeur?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


LUC

Ah, bien,

c'est peut-être Freddy.


MICHEL HOUELLEBECQ

Qui c'est, ça, Freddy?


LUC

Bien... vous savez

que c'est la chambre à...

À Mathieu, avec son chien.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, je savais pas, non.


LUC

Freddy, c'est le chien.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah oui, c'est le chien

qui pue.


LUC

Oui. Bien, enfin,

avec l'odeur de la cigarette,

ça devrait quand même

masquer un petit peu...


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien oui, mais justement.

Je pourrais avoir du feu?


LUC

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, ça fait... ça fait

longtemps que j'ai pas fumé.


LUC

Oui, je comprends.


LUC allume la cigarette de MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Merci.

Je pourrais pas

garder le briquet?


LUC

Toujours pas, non, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Tu avais promis,

quand même, hier.


LUC

Je vous l'ai laissé, hier,

à table.


MICHEL HOUELLEBECQ

On m'a promis

qu'on me le laisserait.


LUC

Je vous l'ai laissé, hier,

à table.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais... qu'on me

le laisserait vraiment.


LUC

Vous l'avez eu toute la

soirée, mon briquet, hier.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je vais pas vous appeler

à chaque fois

que j'ai besoin de feu.


LUC

Si, n'hésitez pas

à nous appeler.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien, des fois,

vous répondez pas.


LUC

C'est possible.

Oui. C'est possible.


MICHEL HOUELLEBECQ

Enfin, bon,

ça fait beaucoup de...

Bon, bien, La Religieuse,

ça fait trois fois

que je le lis.

J'aimerais bien un autre,

quand même.


LUC

Oui, ça je peux...

je peux faire.

Vous êtes beaucoup dans

la réclamation, hein, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oh...

Faut dire les choses.

Puis aussi, j'ai toujours pas...

j'ai toujours rien

pour l'oreille.

Ça me fait toujours mal.

Des fois, ça lance,

c'est insupportable.


Dans la cuisine, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec LUC.


MICHEL HOUELLEBECQ

Forcément, je serai interrogé

par la police, quoi.

Et je saurai plein de trucs.

Vaudrait mieux pas

me les raconter.


LUC

Bien, faudra pas les raconter,

Michel, gardez-les pour vous!

Dites qu'on vous a drogué,

que vous savez pas,

vous aviez les yeux bandés...


MICHEL HOUELLEBECQ

J'étais drogué.


LUC

Oui! On vous a bandé les yeux.

Vous avez rien vu,

vous savez pas...


MICHEL HOUELLEBECQ

Puis j'ai dormi tout le temps.


LUC

Vous entendiez que des sons...

Michel, vous allez pas

nous balancer, hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, mais si je peux

raconter ça, effectivement,

j'y avais pas pensé.

Donc, j'ai dormi tout le temps.

Non, mais le plus de...

de groupies que j'ai eues,

c'est quand je lisais des

poèmes, au début, en public.

En fait, on est récompensé

quand on...

fait un truc en public, quoi.


LUC

Et y a pas des petites

groupies qui s'accrochent?


MICHEL HOUELLEBECQ

Si, là, oui. Mais en fait,

c'est pas le fait d'être connu.


LUC

Non, moi, j'ai été

en protection rapprochée

de Karl Lagerfeld.


MATHIEU arrive.


MATHIEU

Luc, je vais à la salle.


LUC

Oui.


MATHIEU

À plus, Michel!


MICHEL HOUELLEBECQ

À plus.


LUC

Salut, Freddy!


MATHIEU et son chien sortent.


MAX

Moi, mon avantage, c'est mon

côté armée israélienne...


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui, c'est une formation

reconnue.


LUC

J'étais quand même

sergent-instructeur

dans les arts martiaux, moi.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est connu

dans le monde entier.


LUC siffle l'air de la Marseillaise. MICHEL HOUELLEBECQ essaie sans succès de siffler.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais, en fait, je sais

pas... je sais pas siffler.


LUC

Essaye encore.


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais j'y arrive pas.


LUC

Serrez bien les lèvres.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


LUC

Serrez. Serrez les lèvres.


MICHEL HOUELLEBECQ siffle un peu.


LUC

Serrez plus.


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais si je sers,

il va rien sortir.


MICHEL HOUELLEBECQ essaie de siffler.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah... Comment...


LUC siffle. MICHEL HOUELLEBECQ n'arrive pas à siffler.


LUC

Vous vous foutez de ma gueule.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, je fais de mon mieux.

On laisse tomber,

j'y arrive pas.


LUC

Ah...


MICHEL HOUELLEBECQ

J'y arrive pas.


MICHEL HOUELLEBECQ regarde des livres sur une table. GINETTE tricote à proximité.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il y pas tellement de romans,

hein, finalement.


GINETTE

Ah, je ne sais pas.

Qu'est-ce qu'ils vous ont sorti?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien, c'est surtout de

l'histoire et... à la main.


GINETTE

Ah, si c'est les livres

de guerre, c'est mon mari.

Le reste, c'est moi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien, je lirai plus tard.

Pour l'instant, j'ai pas...

pas vraiment de lire.


GINETTE

Vous voulez un film porno?


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous avez des films pornos?


GINETTE

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non. Par contre, une fille...

je dirais pas non.

Là.

Une vraie fille, quoi.

Enfin... hum.

Pour une vraie relation

sexuelle, je veux dire. Pas...


Sur son lit, MICHEL HOUELLEBECQ essaie sans succès de siffler.


Dans la cuisine, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec MAX.


MAX

Normalement, dans trois jours,

c'est fini pour toi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, bon?


MAX

Oui. C'est fini

dans le bon sens.

C'est fini... t'es libéré.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bon.


MAX

Ça te fait plaisir?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui.

Oui, oui, oui.

Je dis pas ça contre vous.


MAX

Hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non, je suis...

Au fond, je vous aime bien,

mais je suis quand même content

de reprendre ma vie.


MAX

Oui...


GINETTE et DÉDÉ entrent brièvement.


GINETTE

Bonjour, Michel!


MICHEL HOUELLEBECQ

Bonjour.


DÉDÉ

Bonjour, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Trois jours, alors?


MAX

Trois jours, oui, trois jours.

Qu'est-ce que

je t'avais promis?


MICHEL HOUELLEBECQ

De me montrer la musculation.


MAX

Hum-hum. Tu veux?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.

Oui, ça m'intéresse, oui.


MAX

Vraiment?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui. Oui, oui.


MAX

Moi, je suis pas sec, hein,

je veux dire...


MICHEL HOUELLEBECQ

Sec?


MAX

Oui, je suis pas...

Je suis pas en mode compétition,

quoi.

Je vais te monter directement.

C'est mieux.

Hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum.


MAX enlève son chandail et prend une pose de culturiste.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est quoi les trucs, là,

sur le côté?


MAX

Quoi, les trucs sur le côté?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien...

ceux qui sont là.


MICHEL HOUELLEBECQ se touche le côté du corps.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ceux-là,

ils s'appellent comment?


MAX

Ça, c'est les dorsaux.


MICHEL HOUELLEBECQ

Les dorsaux?


MAX

Oui, c'est le grand dorsal.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui.


MAX

Ça, c'est les pecs.


MAX fait bouger ses muscles pectoraux.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, c'est marrant.

Oui, c'est rigolo, ça.


MAX

Tu peux pas le faire?

Essaie.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien...


MAX

Bien, essaie.

Pose de cage triceps.


MAX prend une autre pose de culturiste.


MICHEL HOUELLEBECQ

Pose de quoi? De cage?


MAX

Cage triceps.

Triceps.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.

Oui...

Sinon, vous avez pensé

au briquet?


MAX

Au briquet, quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Je peux avoir un briquet?

Comme Luc m'avait dit.

Il m'avait dit

qu'il me laisserait un briquet.


MAX

Oui, dans trois jours, on va

te le refiler, ton briquet.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, bon?

J'avais compris avant.

Mais enfin, bon, j'insiste un

peu parce que Luc m'avait dit

que je pourrais récupérer

mon briquet.


MAX

Je l'ai pas, ton briquet, moi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Enfin, un briquet quelconque,

je m'en fous.


MAX

On va te donner un briquet...


MICHEL HOUELLEBECQ

D'accord.


Dans la cour de la maison, MICHEL HOUELLEBECQ, LUC, MAX et MATHIEU sont assis sur des chaises.


LUC

On commence

par prendre l'air, Michel.

On marchera un peu plus tard.

En tout cas, je le trouve

courageux, moi.

Il réagit bien à la situation,

je trouve.


MATHIEU

Il est bonhomme, hein.


MICHEL HOUELLEBECQ

On m'a déjà dit

que j'étais courageux.


MAX

Oui, oui, tenace, courageux...


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un peu bizarre.


MAX

Hein?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un peu bizarre,

ma personnalité,

mais ça doit être vrai.


MATHIEU

C'est vrai que, moi,

à ta place,

je me serais un peu inquiété,

sur le moment, quand même.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien, oui,

mais la vie continue.


MAX

Oui. Eh bien, ça peut

s'arrêter aussi, hein.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oh, ça peut toujours

s'arrêter.


MAX

Oui, mais donc, c'est ça,

t'es quand même courageux.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais c'est peut-être

que j'ai assez vécu.

Donc, je m'en fous un peu,

en fait.


MAX

T'es sérieux quand tu dis ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


MAX

T'es vraiment sérieux?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


MATHIEU

Ça s'arrêterait maintenant,

ça te touche pas plus que ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Pas plus, non.


MAX

Tu t'emmerdes?


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... je ne crois plus trop

à la vie, oui.


MAX

Tu penses pas que...


MICHEL HOUELLEBECQ

Non. Honnêtement, non.

Le dernier mot d'Emmanuel Kant,

c'était...

"C'est suffisant".


MAX

Ouais.


LUC

Là, vous sentez pas que

le moment est venu, non?

C'est comme ça, l'état d'esprit

du moment, quoi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, c'est depuis un an

ou deux.


LUC

Vous allez pas nous faire

le coup du...


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non. Depuis un an

ou deux, je me dis: ça va.

Si je meurs maintenant,

c'est le moment, quoi.


MATHIEU

Est-ce que ça te dirait

de remplacer Luc

pour voir la sensation

que ça fait?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non, je préfère...


MAX

Allez, Michel.


MATHIEU installe un appareil matelassé autour du bras de MICHEL HOUELLEBECQ.


MATHIEU

Bien à l'horizontale ici,

tu vois? Là.

Tu peux le... voilà, ici.

Et surtout, tu lâches la poignée

pour qu'il puisse partir avec.

(À son chien)

Attaque!


Le chien saute vers le bras de MICHEL HOUELLEBECQ et emporte l'appareil en le mordant.


MATHIEU

Voilà!


Dans la maison, GINETTE parle au téléphone.


GINETTE

Écoute, ma puce, il faudrait

que tu passes demain soir.

Il faut absolument

qu'on te voie.

Exactement, quelqu'un de bien,

un écrivain...

Il est charmant, il est...

Beau? On va dire, oui,

quand même, pas mal.


GINETTE et DÉDÉ mangent à une table.


GINETTE

Allez! Vas-y, je te dis.

Emmène-le.


Dans un garage, DÉDÉ montre une voiture à MICHEL HOUELLEBECQ.


DÉDÉ

Ça, c'est un véhicule

de 1941, un Dodge.

J'ai tout refait: la station

électrique, les freins...

Le pare-brise,

cette pièce-là,

elle vient des États-Unis.

Et là, je vais y mettre...

une pièce qui vient ici.

Parce que le radiateur,

il est là-haut.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il y a quelqu'un

qui vous aide, là.


DÉDÉ

Bien, le monsieur qui est...

dans la combinaison bleue, là.

Il vit dans le container.


À l'extérieur, DÉDÉ fait visiter la cour à MICHEL HOUELLEBECQ.


DÉDÉ

C'est là que le gars,

il couche, là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Quoi... là?


DÉDÉ

Oui, là. Celui-là.


MICHEL HOUELLEBECQ est assis dans un véhicule. DÉDÉ est à proximité.


DÉDÉ

Les manos, ils sont pas

comme les machins militaires.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ils l'ont pas militarisé,

alors.


DÉDÉ

Non, ils l'ont pas militarisé,

celui-là.

Les sièges ont été refaits

à neuf, ils sont en similicuir.

Tout, les portières,

les marchepieds...


MATHIEU arrive.


MATHIEU

Putain, papa, fait chier.

Putain!

Il doit pas sortir de la maison.


DÉDÉ

Hé!

Je voulais lui montrer,

puis lui,

il voulait que je lui montre,

alors je lui ai montré.


MATHIEU

Tu fais pas

tout ce que tu veux, papa.

On t'a dit qu'il restait

dans la maison.

Michel, c'est fini, on sort.


MICHEL HOUELLEBECQ dort sur son lit. GINETTE le borde.


Autour d'une table, DÉDÉ et MICHEL HOUELLEBECQ mangent.


DÉDÉ

Est-ce que Michel, il a bien

dormi, cette nuit, non?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, j'ai presque pas dormi,

non.

Il y avait du bruit.


DÉDÉ

Il y avait du bruit,

c'est étonnant.

Il y avait un renard

qui se promenait, là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui?


DÉDÉ

C'est un renard qui se promène

et il cherche des nids de pies.


MICHEL HOUELLEBECQ

Pour quoi faire?


DÉDÉ

Pour les manger, pardi!


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah oui? Les renards mangent

les pies?


DÉDÉ

Ils mangent un peu de tout,

mais surtout...

C'était un jeune renard,

un renardeau.


MICHEL HOUELLEBECQ

Han-han.


DÉDÉ

Oui.


Dans le salon, MATHIEU montre des mouvements de kickboxing à MICHEL HOUELLEBECQ. LUC les regarde.


MATHIEU

Tu bloques,

tu envoies le gauche.


MATHIEU donne un coup de pied simulé à MICHEL HOUELLEBECQ qui exécute une contre-attaque.


MATHIEU

Bloque et le gauche.

C'est ça.

Alors, je veux que tu visses

le poing à l'impact

et que tu laisses partir

ton épaule.

Ça aura l'autre avantage qu'elle

va couvrir la pointe du menton,

donner plus d'allonge à

ta frappe et plus de puissance.


MATHIEU déplace les poings de MICHEL HOUELLEBECQ pour lui montrer une combinaison de boxe.


MATHIEU

Direct,

direct,

crochet.


MICHEL HOUELLEBECQ pratique les mouvements de boxe.


MATHIEU

Très bien.

Direct arrière, très bien.

Crochet. Ça, c'est très joli,

ça, Michel.

Et à la fin du crochet,

reviens en garde tout de suite.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


MATHIEU

Encore une fois.


MATHIEU lance des coups de poing vers MICHEL HOUELLEBECQ.


MATHIEU

Et tu reviens en garde.

Et tu reviens en garde.

Gauche.

Low kick.

C'est pas mal.


LUC

Oh, super!


MATHIEU

C'est très, très bien, Michel.


LUC

Et plus à l'aise

avec les jambes.


MATHIEU

Et tu reviens...


LUC

Il faut qu'il sorte ses pouces

de ses mains.

Il va se casser les pouces.


MATHIEU

Attention, les pouces, Michel.

Là, pour l'instant, c'est moi.


LUC

Non, non, d'accord.


MATHIEU envoie des coups vers MICHEL HOUELLEBECQ qui les bloque.


MATHIEU

Direct,

direct...

middle kick.


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi, j'ai tendance à...


MICHEL HOUELLEBECQ contre-attaque.


MATHIEU

Direct, crochet du gauche.

Très bien.

Middlekick.

Très bien, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai toujours tendance

à baisser les bras.


MATHIEU

En garde, direct,

très bien, crochet.

Très bien.

Middle.

Pas mal, Michel, pas mal.


LUC

Non...

va directement

aux essentiels.

Les parties génitales.

Tu vois, les...

la pomme d'Adam.

Si tu gifles un gros,

même s'il fait 200 kilos,

tu le gifles à la pomme d'Adam,

il va se tenir

pendant cinq minutes.

Là, t'as largement le temps

de l'attaquer aux parties.

C'est beaucoup plus radical,

tu vois.

Tu vas chercher l'oreille,

tu l'arraches comme ça, tu vois?

C'est des trucs un peu plus

"armée", quoi.

C'est plus guerre, quoi.


MATHIEU donne des instructions à MICHEL HOUELLEBECQ qui tient le bras de LUC dans une position de clé au sol.


MATHIEU

Pas mal, Michel.

Un tout petit peu plus long

avec ta jambe. Voilà!


LUC tape pour signifier son abandon.


MATHIEU

Très bien, Michel.


LUC

Michel!


MATHIEU

Tu peux lâcher, Michel.


LUC

Il va me péter le bras,

ce con, là! Oh!

Ah, putain...


LUC se relève.


MATHIEU

T'as vu, Michel si...

Lorsque l'adversaire frappe,

ça veut dire que la clé marche.

Si tu continues à forcer, ça

veut dire que son coude pète.

Maintenant, je te montre

un étranglement en triangle.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui?


Sur le dos, MICHEL HOUELLEBECQ enserre le cou de LUC avec ses jambes. Il exécute les instructions de MATHIEU.


MATHIEU

Tu vas le rentrer

entre tes jambes.

Donc, tu pousses le poignet,

et donc, tu vas ouvrir ta jambe

et monter ta cuisse sur son cou.

Très bien, Michel.

Maintenant, tu lâches

cette main-là

et tu vas attraper ta cheville

avec cette main-là. Voilà.

Alors, essaye

de monter plus haut.

Voilà! Tu descends là.

Et là, tu prends sa tête

avec tes deux mains.

Tire la tête vers toi

et serre les cuisses.


LUC abandonne.


MATHIEU

Très bien. Là, tu peux le lâcher

parce qu'il va étouffer.

Voilà!


LUC se relève.


LUC

Oh, la vache!


MICHEL HOUELLEBECQ

Je boirais bien

un verre de vin aussi.


MATHIEU

OK, Michel, bien, je vais

te ramener à la chambre et...


LUC

Pas trop, hein, Mathieu.

On va manger après.


MATHIEU

Oui, oui.

Simplement un petit verre

pour se remettre

de ses émotions.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui. Oui, j'ai eu

des émotions, quand même.


Dans la salle à manger, LUC fouille ses poches.


LUC

(En criant)

Mathieu! Regarde

s'il m'a pas pris mon briquet!


MICHEL HOUELLEBECQ est couché sur son lit. DÉDÉ lui parle.


DÉDÉ

Les meilleurs rognons

que j'ai mangés, c'était à Toul.

Par contre...

elle les fait très bien.

J'ai mangé des rognons à...

À L'Escale.

C'était moins bien.

J'ai mangé, l'autre jour,

des rognons, là...

C'était pareil,

c'était pas si bon.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il faudrait que je me repose

un peu, maintenant.


DÉDÉ

C'est vrai, ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


DÉDÉ

Eh bien, reposez-vous,

reposez-vous.


Dans la cour, MICHEL HOUELLEBECQ fume sous le regard de MATHIEU.


MATHIEU

Allez, Michel! On rentre.

Michel!


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, attends!


MATHIEU

On rentre.


Autour d'une table, DÉDÉ, GINETTE, MATHIEU, MAX, LUC et MICHEL HOUELLEBECQ mangent et discutent.


MICHEL HOUELLEBECQ

Le truc est pas clair, quoi.

Je sais pas qui va payer

ma rançon ni rien.


LUC

C'est quoi qui quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Qui va payer.


LUC

C'est une bonne question, ça!


MAX

(Énervé)

C'est l'État

qui va payer ta rançon.

Hollande va payer ta rançon.

T'es content?


MICHEL HOUELLEBECQ

François Hollande?

Vous vous foutez de ma gueule,

quoi, en fait.

Personne va payer; c'est ça que

vous voulez pas me dire, quoi.


MATHIEU

Ton bonhomme, Maxime, on peut

l'attendre fin de la semaine?


MAX

À la fin de la semaine--


LUC

À lui, tu dis deux jours.

À moi, tu dis

fin de semaine.

À lui, peut-être demi

de semaine prochaine.

On sait pas où on met

les pieds, Maxime!

T'as pas d'infos.

T'as pas d'infos.


MAX

(En colère)

Mais on n'est pas salariés,

merde!

C'est pas une feuille de paie

où on sait

qu'à telle date,

ça va être payé.


MATHIEU

Y avait quand même

une question de date, si.


LUC

Tu l'appelles. Je veux 10 000

de plus par tête, maintenant.


MAX

Arrête! C'est pas comme ça

que ça se passe.

On a discuté,

on a un deal.

On va pas changer de deal

en plein milieu!


LUC

Bien, non! Il l'a bien changé,

lui, le deal!


MAX

Je vais défrayer!

MICHEL HOUELLEBECQ)

Et toi, tu fais chier.


MATHIEU

Quand tu vas rentrer, moi,

je suis coincé ici avec Michel.


LUC

C'est moi qui t'ai dit:

T'inquiète pas, pas de problème.


MATHIEU

C'est toi qui dis

qui va te barrer.


MAX

C'est de ma faute, là?


LUC

J'ai pas le droit

d'être fâché?

C'est l'anniversaire

de ma femme.


MATHIEU

T'as le droit d'être fâché.


LUC

Je suis là, je bouge pas.

Tu m'as demandé de venir,

je suis venu.

Tu m'as fait faire des prises.

Il m'a étranglé

tout l'après-midi.

J'ai rien dit,

j'ai pas dit un mot.


MICHEL HOUELLEBECQ se verse un verre de vin.


MAX

Encore une fois, c'est pas

une histoire carrée.

Forcément!


LUC

Et puis l'autre qui picole.


GINETTE

Bon, maintenant

que vous avez bien crié,

vous allez tous vous embrasser,

on va se calmer,

et moi, j'apporte le gâteau

pour faire la fête.


LUC, MAX et MATHIEU s'enlacent.


LUC

On est des frères entre nous.


MAX

Michel, je m'excuse.


LUC

Tu lui fais un câlin.


MAX

Je veux dire,

ça arrive comme ça...


DÉDÉ

Pas sur la bouche, hein.


MAX enlace MICHEL HOUELLEBECQ.


MAX

Je te souhaite le meilleur.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous avez des tensions.

Vous avez des tensions.

Vraiment.

Peut-être une erreur

dans le projet, au départ.


MAX

Y a pas d'erreur du tout.

On va pas recommencer

parce que là,

ça va me saouler.

Si vous recommencez

à foutre le bordel,

c'est pas possible, Michel.


Un gâteau avec cinq bougies est posé devant MICHEL HOUELLEBECQ.


MAX

Si t'éteins toutes les bougies,

tu seras libéré

dans trois jours.


MICHEL HOUELLEBECQ souffle sur le gâteau.


MATHIEU

Putain, Michel, tu l'as raté!


MICHEL HOUELLEBECQ

(En riant)

Merde, j'en ai raté.


MICHEL HOUELLEBECQ prend la bouteille de vin. LUC lui prend des mains.


LUC

Hop, hop, hop! Hé!


MICHEL HOUELLEBECQ

Mais avec le gâteau...


LUC

Avec le gâteau de quoi?


MAX

Donne-lui, donne-lui.

Donne-lui un petit coup

de pinard.


GINETTE

Il veut du vin blanc?


Autour de la table, les convives portent des masques de bal.


Le MÉCANICIEN entre.


LUC

Ah! Dédé, je crois

que c'est pour toi.


DÉDÉ

Elle va faire les pieds au mur

encore.


LUC

Dédé! Dédé!


MÉCANICIEN

Excusez-moi.


Le MÉCANICIEN parle en polonais avec DÉDÉ.


DÉDÉ

Il a pas de courant.

Je vais aller avec lui, là.


LUC

Ça va aller pour ton père?

Tu devrais lui faire tomber

le masque, peut-être, non?

MICHEL HOUELLEBECQ)

Le Seigneur des anneaux,

c'est quand même

un gros pédé qui a fait ça.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


LUC

Si! Le film en lui-même...

l'histoire et tout ça,

les "capes et d'épées",

les beaux gosses

contre les méchants,

moi, j'ai trouvé tellement ça

tiré par les cheveux

qu'un moment donné,

je me suis endormi.


MICHEL HOUELLEBECQ

(Étonné)

Tu t'es endormi?


LUC

Oui, endormi, oui.

Bien oui, quand t'as des arbres

qui transportent des nains

et quand t'as des machins,

et je sais pas...


MATHIEU

Il crée un monde

qui n'existe pas,

mais il arrive

à le rendre intéressant.


MICHEL HOUELLEBECQ

Alors que vous, non.


LUC

Intéressant pour une certaine

catégorie de personnes.


MATHIEU

Des personnes avec un cerveau.


MAX

Est-ce qu'on a le droit

d'avoir un autre avis?


MICHEL HOUELLEBECQ

(En criant)

Non! Non!


LUC

Comment ça, non?


MAX

T'as un bon avis.

Les autres ont qu'à se taire.

C'est ça que tu veux dire.


MICHEL HOUELLEBECQ

MAX)

Oui!

Toi, tu fermes ta gueule...


LUC rit.


MICHEL HOUELLEBECQ

... quand il est question

de littérature.


MAX

Je pisse sur toi, sur

tes enfants, sur ta famille...


LUC

Max, non, non.


MAX

...et sur tes ancêtres!

Je chie sur ton oeuvre

artistique de mes deux.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je vais t'envoyer

le cendrier à la gueule.


MAX

Ce qu'il aime...


MICHEL HOUELLEBECQ frappe sur la table.


MICHEL HOUELLEBECQ

Attends!

Merde!


MAX

(En criant)

Quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai jamais dit

que j'étais tolérant.

Prononce pas ce mot devant moi,

même.


MAX

Oui, t'es intolérant,

t'es intolérant.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


MAX

T'es profondément intolérant.


MICHEL HOUELLEBECQ

Profondément intolérant.

Et je t'emmerde!


MAX

Voilà! Dis-le!


MICHEL HOUELLEBECQ

(En criant)

Et je t'emmerde!


MICHEL HOUELLEBECQ se lève agressivement.


MATHIEU

Ça énerve le chien.


Un téléphone sonne.


MAX

Espèce de gros con!

Facho! Réact!


DÉDÉ entre.


DÉDÉ

Y a Fatima qui va arriver.

Elle vient pour Michel,

ce soir.


LUC

Fatima!


MAX

Non, attends.


LUC

Son cadeau d'anniversaire!


GINETTE

Michel, on va fermer

les yeux, là.


GINETTE met un bandeau sur les yeux de MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

Levez-vous, Michel, je vais

vous remettre les menottes.


GINETTE

Allez, venez.


GINETTE aide MICHEL HOUELLEBECQ à se lever.


MICHEL HOUELLEBECQ

On repart à zéro, quoi.

Les yeux bandés, les menottes,

c'est...


GINETTE fait entrer MICHEL HOUELLEBECQ dans une chambre et lui enlève son bandeau. FATIMA y attend en fumant une cigarette.


FATIMA

Je m'appelle Fatima.


Au matin, FATIMA se réveille à côté de MICHEL HOUELLEBECQ. Elle s'habille.


FATIMA s'approche de DÉDÉ dans la cuisine.


FATIMA

Bon, je vais y aller.


DÉDÉ lui donne un billet.


FATIMA

C'est tout?

Ginette m'avait dit que...


DÉDÉ

Oui, mais...

elle m'a rien dit, Ginette.


MICHEL HOUELLEBECQ marche à l'extérieur en compagnie de LUC.


MICHEL HOUELLEBECQ est assis en compagnie du MÉCANICIEN qui lui parle en polonais.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je comprends rien du tout,

en fait, au polonais

Je le sais pas le parler

du tout.

Non, pas un mot.


Le MÉCANICIEN montre une photographie à MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est vos parents?


Le MÉCANICIEN parle à MICHEL HOUELLEBECQ en polonais.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non, c'est pas la peine.

Non, non, non, non.

J'ai un truc à l'oreille, là.

Une douleur.

Faut que je rentre

dans la maison.


Dans la cuisine, MICHEL HOUELLEBECQ lit un livre. MATHIEU entre.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça a pas l'air d'aller.


MATHIEU

Non, ça va pas bien.

Je crois qu'il y a un truc du

repas d'hier qui est pas passé.


MATHIEU donne des médicaments à MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Merci.


MATHIEU

Je vais en prendre une aussi,

du coup.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un antidouleur?


MATHIEU

Oui, c'est ça.


MATHIEU examine l'oreille de MICHEL HOUELLEBECQ.


MATHIEU

C'est cette oreille-là

qui te fait mal?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, c'est la droite.

À la gauche, j'ai rien.


MAX et LUC discutent.


LUC

Il a quoi?


MAX

Bien, il chie, il vomit,

il a des nausées. À mon avis,

son chien lui a refilé ça.


LUC

Non, mais c'est quoi?

C'est une gastro?


MAX

J'en sais rien, moi.


MICHEL HOUELLEBECQ, MATHIEU et GINETTE jouent aux cartes sur une table.


GINETTE

Comment ça s'est passé

avec Fatima?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, très bien, très bien.


MATHIEU

C'est pour moi, maman.


GINETTE

C'est une gentille fille.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, oui, très gentille.

J'ai passé une très bonne nuit.

Elle vit où?


GINETTE

Au village.


MICHEL HOUELLEBECQ

Avec ses parents?


GINETTE

Non, elle a eu

un grand malheur.

Ses parents sont...

décédés dans un accident.

C'est son oncle

qui l'a élevée après.


MICHEL HOUELLEBECQ

Tout seul?


GINETTE

Tout seul.


MICHEL HOUELLEBECQ

Et elle travaille sinon?

À part....


GINETTE

Elle fait des petits boulots,

des...

Du ménage,

ce qu'elle peut, quoi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, vraiment,

ça s'est bien passé, quoi.


MATHIEU

Je sais pas si c'est le vin

de papa ou celui de Maxime,

mais ça m'a foutu mal bide.


GINETTE

Ah...


MICHEL HOUELLEBECQ

Moi, je pense

que c'est la viande des pâtes.


MATHIEU

La viande des pâtes, maman,

tu l'avais achetée

à la boucherie?


GINETTE

Non, dans un supermarché.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah bien, oui, mais...

Y a le renard qui est revenu,

mais bon, là,

comme j'étais occupé,

ça m'a pas trop dérangé.


Dans un bureau, MAX et LUC discutent.


MAX

Je sais pas qui c'est.

J'en sais rien.

Je traite qu'avec un

intermédiaire. Je peux pas...

Les juifs, les Arabes,

faut arrêter le délire, là.


LUC

Pourquoi?


MAX

Pourquoi... Pourquoi ils

s'attaqueraient à Houellebecq?


LUC

Il a des antécédents

quand même.

Moi, j'ai lu dans la presse

qu'il était avec une musulmane.


MAX

Et alors?


LUC

Et alors, va savoir.

Peut-être que ça plaît pas

aux musulmans.

Peut-être que ça plaît pas

aux juifs. J'en sais rien.


MAX

Tu vas enlever un type

parce qu'il vit

avec une musulmane

ou il sort avec une musulmane?


LUC

Je sais pas.

Peut-être

qu'il veut faire parler de lui

et qu'il a commandité

son propre truc.


MAX

Alors, c'est pas les juifs

ni les Arabes si c'est lui.


Dans le salon, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec GINETTE.


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... j'ai beaucoup pensé,

ce matin et...

En fait, j'aimerais beaucoup que

Fatima puisse revenir ce soir.


GINETTE

Ah...


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça pourrait être important

qu'elle revienne.


GINETTE

Vous me prenez de court, là,

parce que, réellement...


MICHEL HOUELLEBECQ

Ce qu'il faut voir, vous

vous rendez bien compte,

c'est que je suis là peut-être

pour deux jours,

trois jours, quatre jours,

mais pas éternellement, quoi.


GINETTE

Non, je sais. Donc, vous

voulez la voir avant...


MICHEL HOUELLEBECQ

Avant de repartir,

oui, ce serait...

Je pense que ça pourrait être...

important.


GINETTE

Bénéfique pour vous.


MICHEL HOUELLEBECQ

Pour elle aussi.

Je dirais. Pour...

Vous aimeriez,

si vous réussissez,

que je vous écrive un poème?


GINETTE

À moi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, pour vous.

Ou une chanson,

comme vous voulez.


GINETTE

Ça me ferait plaisir.

Un poème,

ça irait très, très bien,

je préférerais même

un poème.


MICHEL HOUELLEBECQ

Un poème, oui!

Je peux le faire.


GINETTE

Ah, j'en doute pas, mais...

Là, vous me causez...

une difficulté

parce qu'il faut que je...


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est un poème à vous.

Tout ça est entre nous.


À l'extérieur, LUC, MAX et MATHIEU discutent.


LUC

Vous allez pas me dire

qu'à nous trois,

on va pas être

plus intelligents que lui.


MAX

Non.


MATHIEU

Ce qu'on dit,

c'est qu'il faut pas se

laisser amadouer par le gars.


LUC

Je me fais pas amadouer.

Regarde.

On lui laisse un maximum

de liberté.

Bon, il est attaché et...

il discute avec tout le monde.

On l'empêche pas

de dire ses mots.


Assis sur son lit, MICHEL HOUELLEBECQ écrit sur une feuille.


MICHEL HOUELLEBECQ

(En criant)

Du feu!


LUC arrive.


LUC

Woh, woh, woh!

C'est quoi, ces cris, là? Ho!


LUC allume la cigarette de MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bon, c'est pas... euh...

C'est pas exactement un poème.


MICHEL HOUELLEBECQ chante.


MICHEL HOUELLEBECQ

♪ Mes geôliers habitent ♪

♪ Dans le Loir-et-Cher ♪

♪ Ces gens ne font pas

de manières ♪

♪ Ils passent leur hiver

à construire des camions ♪

♪ à retourner les hectares

de terre ♪


LUC

Vous parlez de la situation?

C'est ça qui me... qui...

m'embête un peu.

La situation, Michel,

va falloir que vous l'oubliez.

On était d'accord, vous et moi.

Vous aviez un bandeau,

on vous mettait de la musique,

vous avez vu personne...

Faut mentir, là.

Là, vous écrivez une chanson,

un poème pour Ginette.

Ou bien vous dites son nom

ou vous dites le nom de Dédé,

vous dites le Loir-et-Cher.

Michel, je vous ai expliqué,

je vais pas vous laisser

faire ça, vous le savez.


MICHEL HOUELLEBECQ

Parlez-en à Ginette.


LUC

Non, non, j'en parle pas

à Ginette, Michel.

Je vous laisserai pas faire,

c'est aussi simple que ça.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, c'est pas aussi simple

que ça.


LUC

Si, si, c'est très simple,

Michel.

C'est très simple.


Dans le salon, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec MAX, LUC et MATHIEU.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai joué dans un court

métrage, à l'époque.

Je devais fumer, ils trouvaient

que j'avais un beau geste.

Fallait que je fume

tout le temps.

Résultat: je suis tombé accro

en trois jours.


LUC

Elle est bizarre,

ta façon de tenir ta clope.


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est parce que

je me suis cassé un doigt

au basket, petit.

Oui, c'est vrai que, pour

le piano, ça m'a un peu gêné,

mais en fait, tu peux compenser.


MATHIEU

Et la boisson,

c'est pour le film aussi?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, la boisson,

c'est que j'ai eu...

un prix littéraire

où il y avait du vin.


MATHIEU

Moi, y a quand même un truc

dont je voulais te parler,

Michel...

dont t'as discuté avec maman.

Là, t'étais en train de lui

raconter ton futur bouquin.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, non, c'est surtout elle

qui a parlé, mais...

mais elle m'a dit

de pas en parler.


MATHIEU

Oui, mais c'est ça qu'on

n'aime pas beaucoup, Michel,

tu comprends?

Parce que...

si tu parles avec l'un,

tu parles avec l'autre.

À chaque fois, faut pas

en parler aux autres.

On a l'impression que

tu cherches à nous monter

les uns contre les autres.


MICHEL HOUELLEBECQ

Pas du tout.

Pas du tout.


LUC

Et de quoi il fallait pas

nous parler, Michel?


MICHEL HOUELLEBECQ

De ce dont on a parlé

parce que ça concernait...

son passé, Dédé...

Enfin, bon.

C'était des choses qui...

Voilà, elle m'a dites à moi.

Je sais pas pourquoi,

d'ailleurs.


MATHIEU

Tu me dis

que ma mère te raconte

des choses sur mon père

qu'elle m'a pas dites à moi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien... j'ai pas demandé,

hein, non plus.

Et puis, je suis

quelqu'un qui...

tient ses promesses, quoi.


LUC

Comment ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bon, Luc, tu m'avais promis...


LUC

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

...que j'aurais un briquet.


LUC

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Tu me l'as donné,

tu me l'as repris.

Moi, je fais pas

des trucs comme ça.

Je donne un truc,

c'est définitif.


LUC

Ah....

Je vais faire un geste:

je vais t'enlever tes menottes.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, bien, ça, d'accord.


MAX

Pourquoi tu lui enlèves

ses menottes?


LUC

On est entre nous, là.

C'est suite à la discussion

de l'amitié,

qu'il est pas un délateur.

C'est bien

de pas être un délateur.

J'étais en sixième

et il nous avait donné

un devoir:

il fallait faire

sa propre poésie.


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum-hum.


LUC

Aujourd'hui, j'ai 44 ans,

et le poème que j'ai écrit,

je m'en souviens encore.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, oui?


LUC

C'était sur la chasse,

le thème.

Et ça fait ça.

Ça fait...

« La chasse

Des années et des années passent

« Et je n'aime toujours pas

la chasse

« J'aime les animaux en liberté

« Quand on n'a pas besoin

de les tuer

« Je préfère aussi les biches

les lièvres

« Les sangliers les cerfs

Ces beaux troupeaux

« Qui se promènent

dans la verdure si pure

« Existe-t-il sur la Terre

« Quelque chose

de plus extraordinaire

« Que cette chose en plein air


MICHEL HOUELLEBECQ éclate de rire.


LUC

« Comment les chasseurs

peuvent-ils les tuer »

« Ils n'ont pas de coeur

et donnent aussi le malheur

« Aux pauvres mères

qui viennent de perdre

« Leurs enfants

qu'ils aimaient tant »


MICHEL HOUELLEBECQ rit.


LUC

« Pour les animaux

D'après moi »


MAX

C'est toi qui as écrit ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ça se termine par

« D'après moi »?


LUC

Oui parce que c'est moi

qui l'ai écrit.


MATHIEU

En fait, t'étais un amoureux

de la nature en sixième.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, y a une vraie

sensibilité

à la nature, quoi.


LUC

Je vous emmerde

très profondément.


MATHIEU

J'étais pas

en train de me moquer.


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai un ami écologiste,

enfin, pas un ami, mais...


LUC

(Au téléphone)

Attendez, quittez pas.

Une seconde, s'il vous plaît.

MICHEL HOUELLEBECQ)

T'es en train d'ouvrir

ta gueule, là.

Tu peux faire mieux?

J'avais 14 ans.

Tu peux faire mieux?

Tu peux faire mieux?


MAX

À 14 ans,

t'écrivais même pas, Michel.


MATHIEU

Luc, t'étais en sixième,

tu dis?

C'est pas un peu vieux

pour être...


LUC

Quand je suis arrivé

d'Israël,

ils m'ont jeté directement

en sixième.


MICHEL HOUELLEBECQ rit.


MAX

Pourquoi vous rigolez, Michel?


LUC

Il rigole, il rigole...


MAX

Il faut arrêter, là.

Chacun a son histoire.


LUC

Je te retrouve, toi.


MAX

Bien, c'est pour ça qu'hier,

je suis monté dessus, tu vois?


Dans une chambre, un MÉDECIN examine MATHIEU.


MÉDECIN

Bon. C'est pas trop grave,

ce qui t'arrive.

T'as attrapé une bestiole.


MATHIEU

J'ai pensé au steak haché...

de la sauce bolognaise.


MÉDECIN

Mais tout le monde en a mangé.


MATHIEU

Voilà, c'est ça, on est

plusieurs à en avoir mangé.


Le MÉDECIN examine MICHEL HOUELLEBECQ dans sa chambre.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien oui, c'est plus

que la fatigue.

Ça fait vraiment mal, quoi,

quand ça arrive.


MÉDECIN

D'accord. Vous n'avez pas

eu mal à la gorge?


MICHEL HOUELLEBECQ

La gorge, non, rien.


MÉDECIN

Et vous toussez?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


MÉDECIN

Vous fumez pas mal,

quand même,

quand je vois le cendrier,

là-bas.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais je tousse pas.


Le MÉDECIN mesure le pouls de MICHEL HOUELLEBECQ.


MÉDECIN

D'accord.

Il bat un petit peu vite.

Mettez-vous assis, pour voir.

D'accord.


Le MÉDECIN examine la bouche de MICHEL HOUELLEBECQ.


MÉDECIN

Wow! Oui.

Vous fumez bien, quand même.


MICHEL HOUELLEBECQ

Han-han.


Le MÉDECIN regarde dans l'oreille de MICHEL HOUELLEBECQ.


MÉDECIN

Ah, oui.

Alors, qu'est-ce

qu'on va trouver, là?

Je vois pas grand-chose.

Ça vous fait mal

quand j'appuie là?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.


MÉDECIN

Vous faites quoi

comme activité physique?


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien, là, pas tellement.


MÉDECIN

Vous avez pas prévu

de faire un peu de sport?


MICHEL HOUELLEBECQ

Si. À votre avis, le

body-building et le free fight,

lequel est le meilleur?


MÉDECIN

Peut-être le body-building.


MICHEL HOUELLEBECQ

Body-building, oui.


Dans la cuisine, le MÉDECIN rencontre LUC, MAX, MATHIEU et DÉDÉ.


MÉDECIN

Alors... bien, voilà.

Y a deux solutions: soit

c'est un problème de fatigue,

psychosomatique ou autre,

soit c'est une tumeur

ou un abcès...


MATHIEU

Quoi? Mais... on n'avait parlé

d'une bestiole, tout à l'heure.

Là, maintenant,

on est passé au psychosomatique.


MÉDECIN

On ne parle pas de toi.

Non, toi et ton chien, et tes

parasites, c'est autre chose.


MATHIEU

Ah, bon, d'accord.


MÉDECIN

Non, je parle de Michel.


MÉDECIN

On était en train

de parler de Michel.


À l'extérieur, MICHEL HOUELLEBECQ fume sur un banc.


MICHEL HOUELLEBECQ, MAX, LUC et MATHIEU mangent autour d'une table.


MICHEL HOUELLEBECQ

Qui pourrait jurer

ne pas avoir d'enfant.

Enfin, si... malheureusement...


MAX

Si vous avez un enfant, vous

le connaissez pas. C'est ça?


MICHEL HOUELLEBECQ

Je sais pas.

Je ne sais plus.


MAX

Vous auriez aimé avoir

un enfant?


LUC

C'est comme toi,

t'aurais aimé avoir un enfant.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je sais pas.


MATHIEU

Tu nous avais bien raconté

une histoire.

Y a bien une de tes anciennes

copines qui t'a annoncé

qu'elle était enceinte.


LUC

Ouais, de toi.


MATHIEU

Je peux admettre que c'est pas

spécialement agréable,

mais toute la situation, là,

limite dépressive,

ça vient quand même

de tout ça, non?


LUC

Ouais. Que t'as pété un câble.

MICHEL HOUELLEBECQ)

Vous avez pas répondu.

Vous avez des gosses ou pas?


MICHEL HOUELLEBECQ

Peut-être... peut-être.


MATHIEU

C'est quand même

la première fois

que tu pouvais te sentir père.

C'est quand même quelque chose

qui est important

dans la vie d'un homme.


MAX

Tu deviens père quand...


MAX pleure.


LUC

Allez, ça va, bonhomme!

Woh, woh, woh!


MATHIEU

Allez, Maxime, allez, allez.


LUC

Allez, ho!


MAX pleure.


LUC

À tous les enfants qu'on a eus

et qu'on n'a pas eus, hein.


MATHIEU

Tu peux m'en servir

un petit verre?


LUC

Ah, bien,

je te retrouve enfin!

Allez, lève-moi

ce putain de verre, vas-y.


MATHIEU

Allez, Maxime!


LUC

Ça forge le respect,

les larmes d'un homme.

Allez, Michel!


LUC, MATHIEU et MICHEL HOUELLEBECQ lèvent leurs verres.


MATHIEU

Allez, Michel.


LUC

À tous vos enfants!


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.

Maxime, quand on éclate

comme ça...

en sanglots,

quand on dit un truc,

c'est...

c'est parce qu'il y a un mot

que vous savez

qu'il allait venir.

Et ce mot... est très,

très horrible...

À prononcer.

Moi, ça m'effraie,

être père aussi.

C'est pour ça

que je vous le dis.

J'avais écrit un poème

où le fait que le mot...

père allait revenir,

je craquais chaque fois,

je n'y arrivais plus.

J'étais trop ému.

J'ai compris que le mot qui me

faisait peur, c'était père.


LUC

Qu'est-ce que t'as eu

avec ton père?


MICHEL HOUELLEBECQ

J'ai pas envie

de détailler, quoi.


MATHIEU

Tes enfants, ils existent pas,

ton père, on ne sais plus...


MICHEL HOUELLEBECQ

Lui aussi, donc on a ça

en commun.


MAX

Je sais pas si j'ai...

si j'étais armé pour supporter

certaines choses, quoi.


MICHEL HOUELLEBECQ

Il dit: « J'étais pas

très bien armé. »

Hop! Il était mal armé.

J'ai pensé à Malarmé.

(En riant)

Non, mais c'est même pas

une blague.


LUC

Michel et toi, lui,

dans sa lecture,

et toi, dans ton body-building,

vous vous êtes rattaché à ça

pour éviter d'avoir les couilles

d'assurer vos enfants?

C'est ça, l'histoire?


MICHEL HOUELLEBECQ

C'est pas faux

comme raisonnement.


LUC

J'essaye de comprendre,

mais si c'est ça...


MICHEL HOUELLEBECQ

On peut raconter l'histoire

comme ça.


LUC

Dieu merci, je sais

où sont mes enfants,

parce que je me voyais pas

écrire de bouquins

ou faire du « bouda building ».


MAX

C'est pas

du « bouda building ».


MICHEL HOUELLEBECQ rit.


MAX

À chaque fois, t'écorches

tous les mots.

Tu devrais aussi partir

en analyse,

parce que là...


LUC

J'ai essayé, une fois,

d'aller en analyse.

Et le type, il m'a reçu

deux fois,

et il n'a plus voulu

me revoir.


MICHEL HOUELLEBECQ rit.


La nuit, FATIMA réveille MICHEL HOUELLEBECQ qui dort. Ils ont une relation sexuelle.


Au matin, MICHEL HOUELLEBECQ mange avec FATIMA dans la cuisine.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous avez quel âge, Fatima?


FATIMA

Vingt-et-un.

Et vous?


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous me donnez?


FATIMA

Cinquante.

Cinquante-cinq.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, 55.

Moi, ça me dérange pas.

Ginette m'a dit que votre père

était prof de piano.


FATIMA

C'est pas mon père,

c'est mon...

mon beau-père.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous vous entendez bien

avec lui?


FATIMA

Ouais.

Vous allez rester là longtemps?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oh... je sais vraiment pas.

Ils me disent plein de trucs,

mais ça change tout le temps,

j'ai l'impression, quoi.

Vous faites quoi

comme métier sinon?


FATIMA fait « non » de la tête.


Dans le salon, MATHIEU parle au téléphone.


MATHIEU

Il me demande si Fatima peut

rester encore un peu?

En même temps, je me dis

que ça l'occupe.

Ouais, mais le médecin a dit

qu'il fallait qu'il se détende.

Quelque part,

ça l'aide à se détendre.

Ça fait un bout de temps,

ça commence à faire long.


Dans le salon, DÉDÉ et GINETTE sont assis à la table. MAX et LUC entrent et les embrassent.


MAX

Bonjour.


GINETTE

Bonjour.


LUC

Bonjour, Dédé.

Ça va bien?


MAX

Ça va, Dédé?


LUC

Ça va, Ginette?

Vous allez bien?

Il est où, mon Mathieu?


DÉDÉ

Il dort.

Mathieu!


LUC et MAX réveillent MATHIEU. LUC porte une cravate.


MATHIEU

C'est quoi cette cravate?


MAX

C'est pour aujourd'hui.


MICHEL HOUELLEBECQ dort sur son lit. FATIMA fume à ses côtés. MATHIEU entre.


MATHIEU

Viens.


À l'extérieur, LUC fait signe à des voitures d'entrer dans la cour. Un AVOCAT sort d'une voiture et salue MAX et MATHIEU.


Dans la maison, MAX dirige l'AVOCAT.


MAX

Sur votre droite.

Je vais passer devant vous.


Dans sa chambre, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec l'AVOCAT.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je vous ai déjà vu.

Y a pas un procès

de terroristes

où vous étiez, comme avocat?


AVOCAT

C'est possible.

Vous avez été bien traité?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.

Oui, oui, je peux dire oui.


AVOCAT

Alors, j'ai une bonne

nouvelle.

Vous allez être libéré.

Vous comprenez?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


AVOCAT

Alors, mon client envisage...


MICHEL HOUELLEBECQ

Hum? Pardon?


AVOCAT

Mon client...


MICHEL HOUELLEBECQ

Envisage.


AVOCAT

...envisage, compte tenu

de ce que vous avez subi,

de vous indemniser.


MICHEL HOUELLEBECQ

D'accord.

Votre client, c'est qui?


AVOCAT

Je ne peux pas vous répondre.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous êtes pas habilité

à me dire qui a payé la rançon,

évidemment.


AVOCAT

Je ne pourrai pas répondre

à ça.


MICHEL HOUELLEBECQ

Les autres, ils disent

que c'est François Hollande...


AVOCAT

Non, ce n'est pas

François Hollande.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, évidemment.

Je l'ai jamais cru parce que

c'est pas son style, quoi.

Puis bon, je...


AVOCAT

Vous me paraissez quand même

très affaibli.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, mais c'est parce que

j'ai pas assez bougé.

Leur connerie de menottes, là.

On a envie de bouger un peu.


AVOCAT

Oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, je me...

Vous pourrez dire à vos...

clients...


AVOCAT

Des clients.


MICHEL HOUELLEBECQ

Des clients.

Vous pourrez dire à vos clients

que je me plaindrai pas.


Dans la cuisine, l'AVOCAT rencontre DÉDÉ, GINETTE, MAX, FATIMA, LUC et MATHIEU.


AVOCAT

Je peux utiliser votre table?


DÉDÉ

Bien sûr.


L'AVOCAT sort des documents d'une mallette et les remet à MAX, LUC et MATHIEU.


MAX

Merci.


MATHIEU

Merci.


AVOCAT

Voilà.

Je crois que tout est en ordre.


MATHIEU

Je vous propose un café?


AVOCAT

Non, ça pas être possible,

je vous remercie.


MAX

Je vous raccompagne.


AVOCAT

Merci.


L'AVOCAT sort.


Dans la cour, MAX, MATHIEU et LUC tirent sur des bouteilles avec une carabine.


Dans le salon, MICHEL HOUELLEBECQ discute avec GINETTE et DÉDÉ. LUC les regarde avec impatience.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bon, Ginette,

je vais pas tarder à y aller.


GINETTE

Oui.

Ça va faire un vide.


MICHEL HOUELLEBECQ

Bien, c'est gentil.

Je vous remercie

d'avoir rendu ma...

ma captivité...

agréable.


GINETTE

J'ai fait ce que j'ai pu.

C'est pas toujours facile

avec les garçons.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous êtes bien ici, quoi.


GINETTE

Oui, c'est un coin plaisant.

C'est calme.


MICHEL HOUELLEBECQ

Plaisant?


DÉDÉ

C'est plaisant, oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Non, je serais bien rester

plus longtemps, en fait,

pour vous dire.

Bien oui!

Ça vous surprend?


DÉDÉ

Oui, bien surpris.


MICHEL HOUELLEBECQ

Pour tout vous dire, j'ai

repéré un petit container,

près de celui de votre ouvrier.

Moi, je pourrais venir, de temps

en temps, le week-end,

et vous le louer

pour le week-end.


DÉDÉ

Tu vois.


GINETTE

On a passé

un bon moment ensemble.

On se connaît maintenant.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, on se connaît maintenant.

Et puis, je vous ai promis

un poème aussi.


GINETTE

Ah, ça, c'est exact.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous l'aurez.

À ma prochaine visite,

j'arrive avec le poème, fini.


GINETTE

Bien.


DÉDÉ

Eh bien pour la peine,

donne-lui une bouteille.

Qu'il aime.


GINETTE donne une bouteille à MICHEL HOUELLEBECQ.


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah, ouais!


GINETTE

De la prune, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

(En souriant)

Oui, c'est la prune.


GINETTE

Celle que vous avez bue...


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, celle-là,

elle est vraiment bien.


GINETTE

Oui? Vous l'avez apprécié?


MICHEL HOUELLEBECQ

Ah oui, c'est une des

meilleures que j'ai bues.

Ça pourrait devenir

une habitude, un poème...


LUC

Michel!

Va peut-être falloir y aller là.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, bien... oui.

On y va, Luc.

Bon, bien, je vous embrasse.


MICHEL HOUELLEBECQ embrasse GINETTE et serre la main de DÉDÉ.


GINETTE

Allez, au revoir, Michel.

Et à bientôt, j'espère.


MICHEL HOUELLEBECQ

Au revoir, André.


DÉDÉ

Au revoir, Michel

et à bientôt.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui, à bientôt.


LUC

À plus tard, Ginette!


GINETTE

À plus tard, Luc.


LUC

Salut, Dédé!


Sur le bord d'une route, LUC ouvre la portière d'une voiture. MICHEL HOUELLEBECQ y est assis avec un bandeau sur les yeux.


LUC

Michel! Je pense

que c'est bon là,

je vais pouvoir

vous enlever le bandeau.

Allez.


LUC enlève le bandeau des yeux de MICHEL HOUELLEBECQ.


LUC

On va fumer

une petite cigarette?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


Sur une table à pique-nique, LUC et MICHEL HOUELLEBECQ discutent.


MICHEL HOUELLEBECQ

Une démocratie, pour moi,

c'est quand les...

les propositions de loi sont...

viennent de la population,

donc la pétition,

et soient adaptée ou refusée

par l'ensemble,

par référendum.


LUC

Un référendum, oui.


MICHEL HOUELLEBECQ

Sinon, c'est pas

une démocratie.

C'est même pas une parodie

de démocratie, c'est...

À mon avis, même, la vraie

vocation de l'Europe,

c'est de rendre impossible

toute démocratie

et installer définitivement

le gouvernement des experts.


LUC

Et vous, l'Europe, ça vous

emmerde, en fin de compte.


MICHEL HOUELLEBECQ

Je suis contre.

C'est pas que ça m'emmerde.

C'est que je suis contre

pour les raisons

que je viens de vous dire,

parce que ça ne sera jamais

une démocratie.

Pour moi, une démocratie,

c'est le futur.

L'Europe, c'est une régression.

À partir du moment où il y a

élection d'un représentant,

pour moi, il n'y a plus

démocratie.


LUC

On est quand même assez

libres, en France, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Vous trouvez?


LUC

Bien, je sais pas, enfin...


MICHEL HOUELLEBECQ

Au point où c'en est,

je souhaite que ça finisse

en insurrection.


LUC

En quoi?


MICHEL HOUELLEBECQ

En insurrection.

Et je trouve que Bruxelles

serait un très bel endroit

pour une guerre civile.

Y a pas de démocratie,

à l'heure actuelle.

Sinon, dans une légère mesure,

une certaine mesure, la Suisse.

Euh...


LUC

La Hollande? La Suède?


MICHEL HOUELLEBECQ

Non.

Sûrement pas.

La Suède est un des pays les

plus antidémocratiques du monde.

C'est une véritable dictature,

la Suède.

Il y est impossible

de penser ce qu'on veut.

C'est pire qu'en France même.

Ça vous ennuie si je conduis

un peu, en rentrant,

cette voiture?

Elle est belle, quand même.


LUC

Elle est belle?


MICHEL HOUELLEBECQ

Oui.


LUC

Mais vous savez

que c'est la vôtre, Michel.


MICHEL HOUELLEBECQ

Oh?


LUC

Oui, c'est votre dû.

C'est votre part.


MICHEL HOUELLEBECQ conduit la voiture sur une route. LUC est assis sur le siège du passager.


MICHEL HOUELLEBECQ

On peut avoir un peu de

musique, Luc, s'il vous plaît?


LUC

Oui.

Bien sûr.


LUC allume la radio. MICHEL HOUELLEBECQ accélère.


LUC

Michel, vous roulez

à combien, là?


MICHEL HOUELLEBECQ

Euh... 220.

250.


Titre :
L'Enlèvement de Michel Houellebecq


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par