Universe image Jacky and Jill AKA BOUBA Universe image Jacky and Jill AKA BOUBA

Jacky and Jill AKA BOUBA

It is one of every child's fondest wishes: to have a real cuddly baby animal of one's own. This dream comes true for the Indian boy Ram, who lives with his father at the foot of the majestic Rocky Mountains. For one day he finds two little grizzly bear cubs who have lost their mother. Jacky and Jill become the joy of his life - and a source of never-ending adventure!

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Winter comes

Winter comes.



Production year: 1977

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪

L'oncle Émile

Forestier John

Et surtout Daklahoma

Te font des cadeaux princiers

Que tu gardes pour ton papa

Joy t'aime beaucoup tu vois

Elle pleure quand tu n'es pas là

Et Moy le petit Indien... ♪


Fin chanson thème


Titre :
Le premier hiver


NARRATEUR

À la suite d'une imprudence

de Bonamy, la forêt

de Tallac est la proie des

flammes. Les animaux, guidés

par leur instinct, fuient

l'incendie et se réfugient au

coeur de la Sierra Nevada.

Bouba et Frisquette se sont

réfugiés à temps, eux aussi.


Quelques parts dans la forêt, BOUBA et FRISQUETTE sortent d'entre deux gros rochers.


FRISQUETTE

Bouba, qu'est-ce qu'on fait là?

Pourquoi tu nous

as fait venir par ici?


FRISQUETTE et BOUBA marchent dans la forêt.


BOUBA

Ne te plains pas tout le temps.


FRISQUETTE

Je voudrais retourner

là où on habitait avec maman.

C'est pas mieux?


BOUBA

Oui, bien sûr, tu as raison.

Mais c'est pas possible

aujourd'hui. T'as bien vu

qu'on n'a pas trouvé

de quoi manger.


FRISQUETTE

Mais notre tanière est sur

cette montagne. Et puis je

suis trop fatiguée, moi.

(En s'assoyant)

Je t'assure, j'en peux plus.


BOUBA

Veux-tu venir?

(En tirant le collier de FRISQUETTE)

Allez, lève-toi.


FRISQUETTE

Non, laisse-moi.


BOUBA

Fais un effort.


FRISQUETTE

Non, je veux rester là.


BOUBA

C'est pas possible.

Il faut continuer.


FRISQUETTE

Pourquoi?


BOUBA

Parce que je te le dis.


FRISQUETTE

Lâche-moi, tu me fais mal.


À force de tirer, BOUBA casse le collier de FRISQUETTE qui tombe à la renverse.


BOUBA

Allez, viens.

Ah...


BOUBA s'approche de FRISQUETTE et lui lèche le pelage pour la consoler.


BOUBA

J'aime bien notre montagne.

Mais il y a plus rien à manger

pour nous. Pas de fruits,

plus de mousse.

On n'est pas les seuls

dans cette situation. Les

autres animaux sont partis comme

nous. Alors, nous aussi, il faut

qu'on trouve un autre endroit

pour vivre. Allez, viens,

lève-toi. Viens.

On se reposera plus tard.


BOUBA et FRISQUETTE repartent ensemble dans la forêt.


À la cabane de DAKLAOMA, les travaux sont terminés.


DAKLAHOMA

Et voilà, elle est enfin terminée.


L'ONCLE ÉMILE

Ah, elle est beaucoup mieux

que l'ancienne maison. Elle est

très belle. Je suis content pour vous.


MOY

Merci, Oncle Émile.


L'ONCLE ÉMILE

Oh, bien j'ai pas

fait grand-chose.


DAKLAHOMA

Ce n'est pas vrai. Moy et moi,

nous devons te remercier.

Si tu ne nous avais pas aidés,

on n'aurait jamais pu

terminer aussi vite.


L'ONCLE ÉMILE

Mais alors, c'est naturel. Ton

fils avait besoin d'une maison.

Mais lui non plus ne s'est pas

tourné les pouces. Fais-moi voir

tes mains. Oh bien, tu vois,

tu as des ampoules partout.

Personne ne pourra plus

t'accuser de nous regarder

travailler.


MOY

(En regardant les mains de l'ONCLE ÉMILE)

Oh, regarde. T'en as

presque autant que moi.


L'ONCLE ÉMILE

Oh, oui. Oh... Ha ha ha!

Ah, quand on a les mains

burinées comme ça, c'est la

preuve qu'on est devenu un

homme. Allez, serre-moi la main.

Hou là, ouh... Quelle

poigne! Hum hum!

Plus tard, je parie que tu

seras plus fort que ton

père. Méfie-toi, Daklahoma.


MOY

Papa, tu crois pas qu'on

pourrait faire une fête?


DAKLAHOMA

Nous trois?


MOY

Mmm. Avec Joy aussi.

On va l'inviter pour fêter

la fin des travaux.


L'ONCLE ÉMILE

Oh, bravo. C'est une très

bonne idée. On a fait un travail

de Romains. C'est tout à fait

normal qu'on soit récompensés

par une petite fête.


DAKLAHOMA

Tu as raison. Va chez

Monsieur Forestier et demande

à Joy de venir dimanche.


MOY

Ouais! Merci, papa.

Bon, au revoir.

Je pars tout de suite.


L'ONCLE ÉMILE

(En ricanant)

Ha ha.

Regarde ton fils, il est fou de

joie. Il y a longtemps que je ne

l'avais pas vu si heureux.


DAKLAHOMA

Oui, c'est vrai.

(Chez le MONSIEUR FORESTIER, MOY prend le thé avec dans la salle à manger avec la famille.)


MONSIEUR FORESTIER

Eh bien, vous devez être

contents. Tout est terminé.

Finalement, ça a été rapide.


MME FORESTIER

Je ne suis pas étonnée. Je

connais votre ardeur au travail.

Joy m'en a souvent parlé et je

crois la connaître comme si

je l'avais déjà visitée.


JOY

J'en ai parlé à tout le monde.


MME FORESTIER

C'est un travail remarquable.


MOY

Oh, merci, Madame

Forestier. Merci à toi, Joy.


MONSIEUR FORESTIER

Je vais vous faire une

confidence. J'aimerais

bien voir cette maison.


JOY

C'est vrai? Tu veux bien

venir avec moi, papa?


MONSIEUR FORESTIER

Bien entendu. On doit bien ça

à nos amis, ma chérie, car on

ne bâtit pas une maison tous

les jours dans cette région.


HÉLÈNE

(Voix au loin)

Joy! Joy!

(En entrant dans la salle à manger)

Ah, enfin, tu es là. Ça fait

une heure que je te cherche.

Tu pourrais répondre.

Tu m'as dit que tu allais faire

tes devoirs.

(En voyant MOY)

Quoi? Tu es là, toi aussi?


JOY

Ça y est! Ils ont fini

de construire la maison, Hélène.

Ils vont donner

une fête dimanche.


HÉLÈNE

Oh non, c'est vrai?

Ils vont donner une grande

fête pour célébrer la

construction de la maison.


MOY

Pas du tout, Hélène. Papa veut

que ce soit une gentille petite

fête rien que pour nous.


HÉLÈNE

Oh, c'est pas grave, tu sais.

Une fête, c'est une fête.

Qu'elle soit grande ou petite,

c'est la même chose. De toute

manière, c'est une occasion

de s'amuser. Oh, il y a tellement

longtemps qu'il n'y a pas eu

de fête ici.

Je ne vais pas manquer celle-là.

Pour tout vous dire, en

venant m'enterrer ici, je m'y

attendais. Oh, je vais pouvoir

choisir des chaussures

et un beau chapeau.


JOY

Hélène, toi aussi, tu veux y aller?


HÉLÈNE

Mais bien entendu. Et compte

sur moi pour t'apprendre

la polka et la valse.


JOY

C'est vrai, tu sais danser?


HÉLÈNE

(En riant)

Ha ha ha!

(En quittant la pièce)

Ah... Ah...


MOY retourne vers son canoë accosté au bord du lac, accompagné de JOY.


JOY

Alors, Moy, tu ne vois

vraiment pas? Tu ne sais pas

où ont pu passer

Bouba et Frisquette?


MOY

Pas du tout. Pourtant,

on a cherché partout. Mais

aujourd'hui, il y a plus

de bêtes dans la forêt. Elles se

sont toutes enfuies quand il

y a eu le grand incendie.


JOY

Je sais. Mais je pense

à eux toute la journée.

Où est-ce qu'ils sont?


MOY

Je sais pas. Il va falloir

qu'ils hibernent. Je crois qu'on

peut plus faire grand-chose

malheureusement.


JOY

Écoute, Moy. Maintenant, il va

y avoir de la fumée qui va

sortir de la cheminée. Ils vont

savoir que c'est habité. Ils

viendront. Tu les connais,

ils ont toujours faim. Ils se

souviendront sûrement

de nous et ils viendront,

j'en suis sûre.

Moy!

Tu crois qu'ils ne

reviendront jamais plus?


MOY marche vers son canoë.


MOY

Tu sais, je peux pas te

dire. Je veux pas y penser.


JOY

Au revoir et à dimanche

après-midi pour la fête.


MOY

C'est ça. à dimanche.


JOY

Je te ferai une surprise,

tu verras. Au revoir.

Ah!


Dans la cuisine, JOY prépare un gâteau.

Maman, est-ce que ça va?


MME FORESTIER

Ah oui. La pâte est superbe.

Tu te débrouilles très bien.

Et n'oublie pas de

mettre des amandes.


JOY

Oh oui!

C'est vrai.


MONSIEUR FORESTIER

Joy, qu'est-ce que tu fais?


JOY

Ah, papa.


MONSIEUR FORESTIER

Tu as de la farine

sur le bout du nez.


JOY

Hi hi. C'est parce que je fais

un gâteau pour la fête qui

a lieu demain, chez Moy.


MONSIEUR FORESTIER

Ah, excellente idée. Tu

es sûre que tu y arriveras?


JOY

Peut-être pas toute seule,

mais je compte sur l'aide

de maman, heureusement.


MONSIEUR FORESTIER

Non, c'est vrai? Tu as

besoin de quelqu'un?

(En riant)

Ha ha ha!


MME FORESTIER

(En riant)

Ha ha ha!


JOY

(En riant)

Ha ha ha!


BOUBA et FRISQUETTE marchent dans la forêt à la recherche de nourriture en reniflant le sol..


FRISQUETTE

Bouba, j'ai faim.


BOUBA

Tu me dis tout le temps ça.

Moi aussi, j'ai faim.

Mais je dis rien.


À la maison de DAKLAHOMA l'ONCLE ÉMILE apporte des boissons.


L'ONCLE ÉMILE

Daklahoma, viens m'aider.


DAKLAHOMA

Qu'est-ce que tu fais

avec toutes ces bouteilles?


L'ONCLE ÉMILE

Moi aussi, j'ai décidé de

participer à la fête. Alors, je

me suis occupé des boissons.

J'ai des bouteilles de vin et

des jus de fruits faits maison.


DAKLAHOMA

Tu es formidable. J'avais

complètement oublié.

Heureusement que tu es là.


L'ONCLE ÉMILE

Les bouteilles de vin sont

pour nous et les jus de fruits

pour les enfants, parce que je

suis sûr que Monsieur Forestier

veut pas que sa fille boive de

l'alcool. Elle est beaucoup

trop jeune. Je risquerais

de me faire gronder.


MOY arrive à ce moment.


MOY

Bonjour, tout le monde.


DAKLAHOMA

Alors, Joy vient à notre fête?


MOY

Joy va venir, mais il y aura

aussi Monsieur Forestier et

Hélène. Ils seront là dimanche.


DAKLAHOMA

Qu'est-ce que tu racontes?

Monsieur Forestier?


L'ONCLE ÉMILE

Daklahoma, ça va faire deux

personnes en plus. À mon avis,

on n'aura jamais assez de boissons.


DAKLAHOMA

Ah, c'est pas grave, on

s'arrangera toujours. Le plus

important maintenant,

c'est la nourriture.


L'ONCLE ÉMILE

Bien, on va s'en occuper.


En reprenant son sac de bouteilles.


MOY

Oh, regarde, papa. Tu as

vu tous ces oiseaux?


Des volées d'oies traversent le ciel.


DAKLAHOMA

Ce sont des oiseaux migrateurs.

Ils ne reviendront

pas avant le printemps.


MOY

C'est vrai, c'est bientôt

l'hiver. Bouba et Frisquette

doivent trouver un endroit

où ils pourront dormir plusieurs

mois, mais ils sont tellement

jeunes... J'espère qu'ils

vont y penser.


Dans la montagne, BOUBA et FRISQUETTE observent la forêt sur un pic près d'une grotte.


FRISQUETTE

Tous les animaux ont disparu.


BOUBA

Oui.


FRISQUETTE

Il y a plus rien dans les arbres.

Il y a rien à manger.

Qu'est-ce qu'on va faire?


BOUBA

Je ne sais pas.


FRISQUETTE

Oh! Oh... J'ai froid.


BOUBA

Viens, il faut trouver à manger.


FRISQUETTE

Je suis fatiguée. Je veux dormir.


BOUBA

Pas maintenant.


FRISQUETTE

Et quand, alors?


BOUBA

Il faut qu'on mange d'abord.


NARRATEUR

Les rigueurs de l'hiver vont

obliger certains animaux à

hiberner. C'est le cas pour les

ours, donc pour nos amis Bouba

et Frisquette. Et comme les

autres ours, ils cherchent

un abri pour ces longs

mois d'hibernation.


Les oies volent dans le ciel.


BOUBA et FRISQUETTE cherchent dans la forêt en reniflant.


BOUBA

Snif snif!


Qu'est-ce qu'il y a?

FRISQUETTE


BOUBA

Regarde.


FRISQUETTE

Qu'est-ce que tu as trouvé?

Oh!


FRISQUETTE voit finalement un bosquet regorgeant de petits fruits.


BOUBA

On va enfin pouvoir manger!

Oh...


BOUBA et FRISQUETTE se précipitent sur les fruits bien rouges. Mais soudain, le gros OURS les devance et dévore tous les fruits en grognant pour les éloigner.


FRISQUETTE

(En fuyant apeurée)

Oh...


Le gros OURS poursuit BOUBA et FRISQUETTE qui courent aussi vite qu'ils le peuvent.


FRISQUETTE

Qu'est-ce qu'on fait?


BOUBA

Faut monter dans un arbre.


Le gros OURS s'approche dangereusement.


FRISQUETTE

Mais il va monter lui aussi.


BOUBA

On verra bien.


FRISQUETTE monte dans le premier arbre, mais BOUBA continue de courir, poursuivi par le gros OURS.


FRISQUETTE

Bouba!


BOUBA s'arrête en remarquant que le gros OURS a rebroussé chemin.


BOUBA voit le gros OURS frapper l'arbre où FRISQUETTE a grimpé.


FRISQUETTE

(Terrorisée)

Ah... Ah...


FRISQUETTE peine a tenir à la branche et tombe par terre.


FRISQUETTE

(Terrorisée)

Bouba!

(En reculant)

Ah... Ah...

Oh...


BOUBA

Attends!


BOUBA saute à la gorge du gros OURS qui rugit devant FRISQUETTE.


BOUBA

Han! Han!


Le gros OURS éjecte BOUBA sur le sol. Mais BOUBA se remet sur pieds et affronte le gros OURS en grognant à son tour.


FRISQUETTE

Bouba!


Finalement, BOUBA et FRISQUETTE prennent la fuite.


À la maison de DAKLAHOMA, les invités sont arrivés.


MOY

Oh, il est très joli, ce gâteau.


JOY

C'est moi qui l'ai fait.

Maman m'a juste un peu aidée.


MOY

Ah oui?


JOY

(En ricanant)

Hi hi hi! Pas tout à fait.

La vérité, c'est que c'est maman

qui l'a fait. Et moi, je

l'ai juste un peu aidée.


DAKLAHOMA

Monsieur Forestier, c'est un

grand honneur de vous

recevoir chez moi.


MONSIEUR FORESTIER

Je dois avouer que j'étais

comme ma fille. Je n'ai pas

résisté au plaisir de venir

voir votre travail.


HÉLÈNE

Moy, regarde ce que je t'ai

apporté.

(En offrant un cahier)

C'est pour toi.


MOY

Pour moi?

Oh! Oh, merci, Hélène.

C'est très gentil.


HÉLÈNE

Comme ça, tu vas

pouvoir travailler.


MONSIEUR FORESTIER

Moy, moi aussi, je t'ai

apporté quelque chose. Regarde.


MOY

Oh, une lampe.


MONSIEUR FORESTIER

Maintenant, tu pourras

étudier même le soir.


MOY

Merci beaucoup,

Monsieur Forestier.


JOY

Allez. Il faut commencer le repas.

Et si on célébrait Noël aujourd'hui?


MOY

Et pourquoi aujourd'hui?


JOY

Eh bien, pendant Noël, il y a

beaucoup trop de neige. Et

on ne reviendra pas avant le

printemps. Alors, comme on

est tous là aujourd'hui, on

peut peut-être fêter Noël?


L'ONCLE ÉMILE

Célébrer Noël et la fin

des travaux de la maison de

Daklahoma. Oh, j'aime beaucoup

cette idée. Et comme ça fait

tellement longtemps que je n'ai

pas fait la fête de Noël, je ne

sais plus vraiment à quoi

ça ressemble. Mais ce sera

l'occasion de remercier le

Seigneur.

(En riant)

Ha ha ha!


JOY

Oui, mais moi, aujourd'hui,

je vais dire une prière pour

lui demander de retrouver les

pauvres Bouba et Frisquette.


MOY

Ça marchera?


JOY

Oui, bien sûr. Je sais

qu'il nous entendra

et qu'il les sauvera.


MOY

Ah bon?

Seigneur, entends-nous.


JOY

(En joignant les mains)

Je t'en supplie, fais qu'on

retrouve les deux oursons.


MOY regarde les bougies scintiller autour de lui et se rappelle le plaisir qu'il avait avec les deux oursons.


Soudain JOY sort en courant de la maison. MOY rejoint JOY.


MOY

Joy! Qu'est-ce que tu as?


JOY

(En pleurant)

Rien. Rien, mais quand

je pense à Bouba et Frisquette,

qui sont tout seuls dans la montagne,

ça me rend triste.


MOY

Je sais.


JOY

Et si on allait faire un tour

dans la montagne en criant

leur nom? On ne sait jamais.


MOY

On sait jamais. Peut-être.


JOY

Il y a longtemps qu'ils sont

partis de Sacramento. Ils rôdent

peut-être autour de nos maisons.

Allez, viens avec moi.

Sois gentil, viens!


JOY entraîne MOY avec elle dans la forêt dévastée par le feu.


MOY

Bouba!


JOY

Frisquette!


MOY

Il reste plus aucun animal

dans cette partie de la montagne

après l'incendie. Ils trouveront

plus rien à manger.

Joy...


Des flocons de neige tombent du ciel.


JOY

Il neige.


MOY

Ça y est, l'hiver est là

maintenant. Allez, viens, Joy.

Il faut rentrer.


JOY

Ah, j'avais oublié.

J'ai apporté des bonbons.


MOY

Des bonbons?


JOY

Oui, pour Bouba et Frisquette.

On va les laisser par terre.

Comme ça, si par hasard, ils les

voient, ils retrouveront

le chemin de la maison.


JOY retourne vers la maison en semant des bonbons.


MOY

Peut-être.


MOY suit JOY sur le chemin du retour et sème aussi des bonbons.


JOY

Et voilà. Comme ça, on a

peut-être une chance

de les revoir un jour.


De retour à la maison, HÉLÈNE sort en compagnie de MONSIEUR FORESTIER.


HÉLÈNE

Joy, où étais-tu passée?

Tu sais que je t'ai demandé de

ne pas t'éloigner sans prévenir.


MONSIEUR FORESTIER

De toute façon, il faut

rentrer avant que le chemin

ne soit couvert de neige.


JOY

Oui. Bon, cette fois, on va se

quitter pour plusieurs mois.

On ne pourra plus revenir

avant la fonte des neiges.


MOY

Oui. Alors, quand on se

reverra, on aura sûrement

beaucoup grandi.


JOY

Et on aura certainement

beaucoup de choses à se

raconter. Dis, Moy, Bouba et

Frisquette eux aussi, ils auront

grandi. On ne pourra plus

les prendre dans nos bras.


MOY

Oh, tu crois vraiment?


JOY

Tu te souviens?

(En montrant sa taille)

Ils étaient grands comme ça.


MOY

Pas beaucoup plus en tout cas.


JOY

On va les retrouver

hauts comme ça.

(En levant le bras)


MOY

Si grands que ça?


JOY

Oui, et à ce moment-là, les

ours peuvent vivre tout seuls.


MOY

C'est vrai, ils auront plus

besoin de nous. Ils

seront assez forts.


MONSIEUR FORESTIER

Joy!


JOY

(En serrant les mains de MOY)

Au revoir, il faut que je parte.


MOY

Oui, alors on se revoit après

l'hiver? Tu reviendras jouer?


JOY

Hum-hum. Hi hi!


MONSIEUR FORESTIER

Au revoir. Nous remonterons

quand l'hiver sera fini.


HÉLÈNE

Au revoir, Moy.


JOY

Au revoir!


HÉLÈNE conduit le chariot tandis que MONSIEUR FORESTIER part à cheval.


MOY

Au revoir!


L'ONCLE ÉMILE

Moi aussi, il faut que je

me dépêche de rentrer,

sinon j'aurai du mal à

retrouver ma cabane.


MOY

Hum-hum.


L'ONCLE ÉMILE

Au revoir, Daklahoma. Et merci.


DAKLAHOMA

Ne te fais pas

surprendre par le froid.


L'ONCLE ÉMILE

(En quittant vers la forêt)

Oh, ne t'inquiète pas.

♪ Oh my darling ♪

♪ Oh my darling ♪

♪ Oh my darling Clementine ♪


Dans la cabane près du feu de foyer, DAKLAHOMA prépare des bûches pour le feu.


DAKLAHOMA

Ne reste pas à ne rien faire.

Tu devrais écrire sur l'ardoise

qu'Hélène t'a donnée.


MOY

J'ai pas envie.


Un bruit attire l'attention de MOY.


MOY

Oh!


DAKLAHOMA

Qu'est-ce qu'il y a?


MOY

J'ai entendu un bruit. C'était

peut-être Bouba et Frisquette?


DAKLAHOMA

Ne pense pas toujours à eux.

Mais vas-y, jette un coup

d'oeil, si ça peut te rassurer.


MOY ouvre la porte et remarque un jeune cerf qui mange le bonbon laissé sur l'escalier.


Le cerf s'enfuit et MOY rentre avec son père.


Dans la forêt, les oursons marchent dans la neige à la recherche d'un endroit pour hiberner. [FRISQUETTE

Quand est-ce qu'on

va dormir? J'ai sommeil.


BOUBA

Pas tout de suite. On

n'a pas assez mangé.


FRISQUETTE

Mais il y a plus rien. Je suis

fatiguée, moi. Je veux dormir

dans une grotte comme les autres.


BOUBA

Quand on aura assez

mangé. Allez, viens.


NARRATEUR

Nos deux amis se préparent

à vivre leur première

hibernation. Bien que sa mère

Amandine ne soit plus là

pour le lui dire, Bouba sait

instinctivement qu'il doit

emmagasiner suffisamment de

réserves de graisse pour

tenir jusqu'au printemps.


BOUBA trouve quelques baies qu'il partage avec FRISQUETTE.


Générique de fermeture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪


Fin chanson thème




Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Fiction

Résultats filtrés par