Universe image La portée des mots Universe image La portée des mots

La portée des mots

An artist tells the touching and powerful story of one of his or her songs, touching on themes that impact their art.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Samian - Les mots

In Samian´s view, words can create anything and destroy everything. Words have incredible power. In a series of memorable interviews, the Algonquin Francophone rapper reveals the depth of Les mots, his ode to the power of words.



Production year: 2013

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture

[Début information à l'écran]

Samian « Les mots »

[Fin information à l'écran]

SAMIAN marche dans les rues de Montréal.

Durant l'émission, on retrouve des entrevues en aparté de SAMIAN, face à la caméra, ainsi que des conversations entre SAMIAN et d'autres artistes.


SAMIAN (en aparté)

Ça s'est passé dans une

chambre d'hôtel à Sept-Îles.

C'était un moment de... Je peux

le dire, là. C'était un moment

de dépression totale, tu sais...

C'était un mal de vivre,

man.

C'est drôle parce que, des

fois, tu vis telle émotion puis

t'écrirais autre chose,

totalement. Puis

Les Mots, je

pense, c'est le parfait exemple.

Je me sentais vraiment pas bien.

Puis le refrain est sorti. J'ai

pris un petit bout de papier:

"Les mots chantent les drames.

"Les mots viennent de l'âme.

"Les mots n'ont peur de rien,

car les mots sont une arme"

Et, pour moi, c'était déjà le

noyau de la chanson.

Je suis reparti de ce voyage-là

avec ce bout de papier là

dans mes poches. Puis en arrivant

à la maison, bien, écoute, je l'ai

sorti, j'ai relu ça et le texte

est né. Quand t'as le noyau

d'une chanson, les choses se

font toutes seules. Je pense que

t'as déjà trouvé le plus gros

morceau que t'as à trouver sur

une chanson. C'est comme un

accouchement, aussi, tu sais.

Un coup que la tête est sortie,

fiou! Ça y va tout seul.

Tu sais, j'ai vu mon fils naître

de cette façon-là puis je pense

qu'une chanson, c'est la même

chose. Quand le gros morceau

sort, on dirait que le reste

y va tout seul.

(Dans la maison familiale, on voit l'espace de création de SAMIAN, avec ses instruments de musique, ses photos accrochées au mur. SAMIAN chante, entouré de ses musiciens ESMERALDA et DJ-HORG.)


SAMIAN

♪ Avec de simples mots♪

♪ On a le pouvoir

de tout détruire ♪

♪ Et avec les mêmes mots ♪

♪ On a le pouvoir

de tout décrire ♪

♪ Les mots prônent la haine ♪

♪ Mais ils chantent l'amour ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots ont

de la bravoure ♪

♪ Les mots ont de la colère ♪

♪ Mais ils ont une douceur ♪

♪ On se forge le caractère ♪

♪ Quand on chante nos douleurs ♪

♪ C'est grâce à l'écriture ♪

♪ Que je surmonte mes épreuves ♪


SAMIAN ET ESMERALDA

♪ Mot par mot ♪

♪ Je suis en train de bâtir

mon oeuvre ♪


SAMIAN

♪ Les mots ont du pouvoir ♪

♪ Car ils sont audacieux ♪

(SAMIAN se dirige maintenant vers une librairie, pour y rencontrer EZA POVENTI, cinéaste et auteure.)


[EZA POVENTI:] Hé!
[SAMIAN:] Hello!
[EZA POVENTI:] Salut!
[SAMIAN:] Ça va?
[EZA POVENTI:] Ça va. Toi?
[SAMIAN:] Oui, ça va bien.
[EZA POVENTI:] Je suis contente de te voir!
[SAMIAN:] Je suis tellement content

que tu sois là. Tiens.

(SAMIAN a apporté un café pour son amie.)


[EZA POVENTI:] Merci!
[SAMIAN:] Ça va?
[EZA POVENTI:] Ouais!

(en ricanant)

Tu me connais,

j'ai comme besoin de ça pour dire

des choses intelligentes le matin.


SAMIAN (en aparté)

Eza, artistiquement parlant,

elle m'a vu naître.

J'ai rencontré Eza il y a 10 ans

dans la roulotte de Wapikoni

Mobile. Et puis, ça a été...

Ça a vraiment cliqué en partant,

tous les deux. Il y a eu

une belle chimie. Elle est venue

passer deux semaines à Pikogan

à me montrer comment les caméras

marchaient, à faire du montage.

On a tourné des vidéoclips

ensemble.

Pour moi, Eza, ça représente

un peu ma naissance artistique,

si je peux dire ça comme ça.

(Retour dans la librairie)


SAMIAN

Je suis tellement content

que tu sois là! J'ai lu ton livre.

Tu m'as tellement fait voyager!


EZA POVENTI

Pour vrai? Tu as aimé ça?


SAMIAN

Je vais toujours me souvenir

de la fois... Je sais pas

si tu t'en souviens. Tu m'avais

donné un euro. Tu te souviens

de cette fois-là?


EZA POVENTI

Oui. Tu te rappelles de ça?


SAMIAN

Moi, je vais toujours...

Je m'en rappelais en m'en venant

tantôt. Tu m'avais donné un euro

et tu m'as dit: "Un jour,

tu vas aller en France..."


EZA POVENTI

"... et tu vas l'utiliser."


SAMIAN

Tu te souviens, on était

à Trouville ensemble. J'étais

sur scène. Je t'ai dit:

"Viens me rejoindre sur scène."

Je t'ai redonné ton euro.


EZA POVENTI

C'était comme, tellement,

un des plus beaux moments

de ma vie, là! C'était

tellement hot!


SAMIAN

Et là, il va falloir

que tu me donnes

de l'argent d'Afrique du Sud,

parce qu'il faut que j'y aille avec toi!

(Image du livre « Les souliers de Mandela », écrit par EZA POVENTI)


EZA POVENTI (en ricanant)

Ah oui, hein!

SAMIAN

Eza, je veux que tu me parles

de l'expérience, juste

d'écrire...


EZA POVENTI

D'écrire un roman?


[SAMIAN:] Oui. C'est ton premier,

puis...


EZA POVENTI

Sam, ça a tellement été long!


[SAMIAN:] C'est vrai?

EZA POVENTI

Oui, ça m'a pris

beaucoup de temps. à cause

de mon métier, dans la vie

de réalisatrice, ça me demande

beaucoup, beaucoup de temps.

Il y a un contrat qui est tombé

à l'eau. Je me suis retrouvée

avec un trois mois devant moi

qui, au départ, devait être

"overbookée" de tournages,

et tout à coup, je n'avais

plus rien.

Là, je me suis dit: "Eza

Paventi, depuis le temps que

tu veux écrire un livre, ça va

être maintenant!"


[SAMIAN:] C'est bon!

(Les deux amis éclatent de rire.)


EZA POVENTI

Fait que c'est ça qui est

arrivé. J'ai écrit cette

histoire-là.


SAMIAN

Pour toi, Eza, c'est quoi,

le pouvoir des mots?


EZA POVENTI

Euh... Tu sais, ce qui me

vient en tête, c'est: E=mc2.

(en riant)

C'est drôle, hein!

Lorsque Einstein a découvert

la force atomique, il s'est dit:

"C'est extraordinaire, tout

ce qu'on va pouvoir faire

avec cette force-là, et en même

temps, c'est incroyable tout le

danger que ça peut représenter!"

Pour moi, c'est ça. C'est

une force atomique, les mots.

C'est quelque chose qui peut

aider à construire des mondes,

à faire avancer les gens,

à réveiller les consciences,

à donner de la force, à donner

du courage, à faire en sorte

qu'on se sente moins seul

en tant qu'être humain.

Et c'est aussi quelque chose

qui peut détruire profondément.

C'est une force atomique,

les mots.


SAMIAN

Je pense même que tu résumes

ma toune.

(EZA POVENTI éclate de rire.)


EZA POVENTI

Qu'est-ce qu'ils sont

dans ta vie, les mots?

À quoi ils servent dans ta vie?

Ils ont une grande importance

pour toi, je pense, les mots?


SAMIAN

Bien, ça sauve. Moi, j'ai

toujours dit que ça sauvait

des vies. Ça change pas

le monde, peut-être,

mais j'ai plus l'impression

que ça sauve des vies,

que ça ouvre les consciences.

Surtout quand tu décides d'en

faire des textes plus engagés.

(EZA POVENTI dédicace son livre pour SAMIAN.)


[SAMIAN:] Ah! Je suis tellement content.
[EZA POVENTI:] Voilà!

SAMIAN

J'avais jamais entendu

de chanson par rapport aux mots,

spécifiquement là-dessus.

C'est un peu un livre ouvert

où est-ce que... Une chanson,

c'est un peu ça, parce qu'écrire

des chansons, c'est souvent

finir les chansons des autres.


EZA POVENTI

C'est beau, ce que tu dis.


SAMIAN

J'ai entendu ça quelque part

un jour, je pense. Mais souvent,

tu entends un sujet. Tu fais

comme: "Ah! Il n'a pas tout dit.

J'ai une opinion." Tu continues

souvent les chansons des autres.

La musique, c'est un peu ça.

C'est un roulement.

Quand j'ai écrit

Les mots,

c'est ce que je me suis dit.

J'ai dit, comme: "OK, c'est

fait. On la lance. On la donne.

C'est fini. Ça ne m'appartient

plus." Ça ouvre le sujet ou

ça ouvre le débat, finalement.


SAMIAN (en aparté)

J'ai commencé à écrire à l'âge

de 12 ans.

J'étais un enfant qui parlait

pas beaucoup.

Je suis né à Amos. J'ai grandi

à Pikogan, jusqu'à l'âge

de 12 ans. Mais entre-temps

aussi, je suis allé en famille

d'accueil. Et, tu sais, bon,

c'étaient des années spéciales,

vraiment. Je marchais à Amos

et on pouvait me taper dessus.

On me battait parce que

je venais de Pikogan,

parce que j'étais un Indien.

J'arrivais à Pikogan,

on me tapait dessus parce que

j'étais un Blanc, parce que

mon père était Blanc.

Tu te cherches, là, tu sais.

C'est pas normal, en tant

qu'enfant, de se chercher à

ce point-là. En tant qu'adulte,

on peut se poser des questions.

On peut changer sa mentalité.

Mais en tant qu'enfant,

quand tu grandis en te disant:

"Je suis-tu Amérindien, moi?

Je suis-tu un Blanc?"

J'ai vraiment grandi comme ça.

À l'âge de 12 ans, j'avais

besoin d'écrire. Il fallait

que ça sorte. Il y a de quoi,

en dedans, qui fallait qui sorte

de moi, tout simplement.

(Diffusion d'images de différents quartiers de Montréal. Devant le Club Soda, SAMIAN entame une conversation avec le rappeur BIZ.)


SAMIAN

Je voulais qu'on vienne au Club

Soda, parce que mon plus beau

spectacle à vie, c'était comme

au Club Soda. Je suis content,

parce que tu étais là.


[BIZ:] C'était quand?

SAMIAN

Loco était là. C'était

ma rentrée montréalaise.

Le dernier album que j'ai fait,

Face à la musique.


SAMIAN (en aparté)

Je suis à l'aise quand je monte

sur scène, au Club Soda.

J'ai l'impression que c'est

une salle... Il y a du

soul, tu sais. Il y a vraiment

une âme qui vit au Club Soda,

puis on le sent quand on monte

sur scène. Moi, j'ai vu

des super de beaux concerts

là aussi, mais j'en ai donné

des pas pires aussi.

(Retour devant le Club Soda)


[BIZ:] Nous, notre premier vrai

spectacle devant du monde,

où on vend des billets

à des gens qu'on connaît pas,

c'était ici. Là, on a ouvert

les rideaux. On était derrière

les rideaux. Les rideaux

s'ouvrent. Et là, nous,

on commençait de dos la toune,

L'assaut. On se revire. Et là,

moi, je vois la salle pleine

de monde que je connais pas.

Et là, après la toune, je suis

là: "Mais vous sortez d'où,

vous autres? Vous êtes qui?

Vous êtes sûrs que vous vous

êtes pas trompés de soir? Vous

êtes venus nous voir, nous?"

Je capotais! C'était la première

fois que je prenais conscience

qu'on avait un public qui avait

pris la peine de se déplacer

pour venir nous voir.

C'était ici.

Nous autres, à chaque album,

on a eu un gros bon spectacle

au Club Soda. C'est comme

à la maison. C'est comme le

Centre Bell pour les Canadiens.

C'est vraiment ma meilleure

salle. Ma meilleure salle.

(SAMIAN et BIZ entrent dans le Club Soda et s'assoient à une table.)


SAMIAN

Pour toi, c'est quoi,

le pouvoir des mots?


[BIZ:] Moi, je pense qu'à partir

du moment où on est une société

moderne, comme on dit,

qu'on a quitté la préhistoire

et les massues, je pense

que c'est le plus grand pouvoir

qui existe pour un individu

ou pour une société.


SAMIAN (en aparté)

Biz, je pense qu'il a

un imaginaire incroyable aussi.

Je veux dire, il a fait

des livres, ses albums,

ses textes. Il a sa propre

philosophie à lui, je pense,

parce qu'on se rejoint tellement

pas sur certains...

Sur la religion, sur nos

croyances, on est à l'opposé,

moi et lui. On est vraiment

de deux mondes.

J'apprécie beaucoup

son ouverture, justement,

qu'il a eue pour notre peuple.

Ça, ça a été quelque chose

que j'ai beaucoup, beaucoup

apprécié de Biz.

(Retour à la conversation au Club Soda)


[BIZ:] Tu regardes les guerres.

Qu'est-ce que c'est une guerre?

C'est l'échec du dialogue.

C'est quand on n'est plus

capable de parler, quand

il n'y a plus rien à dire,

il faut qu'on se tape dessus.

Et tant qu'on se parle,

il y a encore de l'espoir.

Donc, pour moi... Ça, ça va

d'un point de vue collectif,

mais d'un point de vue

individuel, tu peux engendrer

la vie à cause des mots.

Si tu "cruises" une fille,

tu peux la ramener dans ton lit,

tu vas faire l'amour avec,

avec le pouvoir du langage,

tu comprends?

Alors, pour moi, en ce qui

me concerne, c'est beaucoup

plus puissant que des fibres

musculaires dans un bras.

C'est la plus grande source

de pouvoir, autant pour

un individu que pour

une collectivité. C'est

les mots, c'est le langage,

c'est le discours.

Nous, on a commencé à faire

du rap à cause... C'est un genre

qui est appuyé sur les mots.

C'est du

drum avec des mots.

C'est rien que ça, du rap.

C'est quelque chose qui nous

intéressait à cause de ça.

Puis, c'est pour ça que

la chanson que toi, tu as faite

sur les mots, sur le pouvoir

des mots... Toi, c'était assez

important que tu fasses

une chanson là-dessus

spécifiquement. Tu avais quelque

chose à dire là-dessus, sur

la puissance des mots, en fait.


SAMIAN

J'étais dans la chambre

d'hôtel sur un

« badtrip » total.

La seule affaire que j'ai

prise... Tu sais, tu as

des petits

pads, à l'hôtel.

Avec un stylo. J'étais assis

et... En tout cas. Et j'ai

marqué ça: "Les mots chantent

les drames. Les mots viennent

de l'âme. Les mots n'ont peur

de rien, car les mots sont

une arme."

C'est ça que... Et j'ai fait,

comme... Je l'ai relu, comme...

J'ai fait: OK.


BIZ

Il y a quelque chose à faire

avec ça.


SAMIAN

Il y a de quoi à faire

avec ça et c'était le noyau

de ma chanson. Je me suis dit:

"C'est pas un refrain à tout

péter", mais tu as tellement

le sens du pouvoir des mots,

de ce que les mots peuvent

apporter dans n'importe quoi,

que ce soit dans la musique,

que ce soit politique,

que ce soit...

Tu sais, les plus grands

discours de tous

les politiciens, que ce soit

Martin Luther King...


BIZ

Tu peux changer le monde

avec des mots.


SAMIAN

Exactement. Puis, il y a

du monde... Contrairement

à tout ça, il y a des gens

qu'on enferme à cause des droits

de parole et à cause de tout ça.


BIZ

La preuve que c'est

dangereux, c'est qu'on enferme.

On les considère... Les régimes

totalitaires considèrent

les libres penseurs

et les libres parleurs

aussi dangereux que s'ils

avaient des

guns pour tirer

sur le monde.

Mais dans ta chanson, ce qui m'a

fait réfléchir, c'est que

les mots, tu les connotes.

Tu dis: "Les mots des fois,

ils sont violents. Des fois

ils sont ci, des fois ils sont

ça." Moi, ça me donnait

l'impression... C'est comme

des couleurs pour un peintre.

Tu sais, un peintre,

il a une palette. Mettons,

il a sept, huit couleurs. Avec ça,

il peut peindre une toile,

n'importe quoi.

Mais en lui-même... Disons

la couleur rouge, à la base,

elle n'est pas connotée. Il peut

faire du sang avec ou il peut

dessiner un coeur et dire la

Saint-Valentin avec. Donc, ce

rouge-là, il peut être soit très

méchant, très mauvais ou très,

très beau, très gentil, très

doux.

Et moi, les mots,

ça m'apparaissait de la même

façon. C'est des cartouches

que tu charges dans ton fusil,

et après, tu vas

à la chasse avec.

(Diffusion d'images de Montréal. Puis retour à la conversation au Club Soda.)


SAMIAN

J'avais 12 ans. Il fallait

que j'écrive un poème. Ma soeur

m'avait inscrit dans un concours

de poèmes, genre. Je le savais

même pas. On m'a dit: "Tu dois

écrire un texte."

J'avais écrit un truc sur

le courage ou un truc comme ça.

Là, ils étaient supposés de

mettre le texte dans une salle

pour que le monde passe pour

le lire. J'ai dit: "Non, non.

Je vais prendre un micro."

J'avais pas le but de faire

du rap dans la vie. J'avais

pas... Mais j'ai vu les yeux

du monde, et c'est là que

j'ai fait: OK, ça a une portée.


[BIZ:] Ça peut être utile.

SAMIAN

Je peux me servir de ça.


SAMIAN (en aparté)

Je crois que la plume est plus

forte que l'épée.

Tu sais, je veux dire,

si littéralement, tu regardes

une plume, c'est extrêmement

léger, ça a l'air inoffensif,

mais ce qu'on peut faire avec,

ça peut être très lourd de sens.

Quand on prend les mots,

on les utilise de cette

façon-là... Ça peut donner

des claques, ça peut donner

des coups et ça peut frapper

les gens. Moi, j'y crois.

Je crois réellement qu'on peut

se battre avec des mots.

(Dans un grand parce boisé, le slammeur SAGE récite un texte.)


SAGE

Je suis un homme

pour qui les mots prennent vie.

Une partie de rimes

sur morceaux de poésie.

Je vous prie

de ne pas juger le paraître

Mes origines ou ma race,

mais plutôt mon être.

Je suis un fils fidèle

à famille qui m'élève.

Pour famille naturelle

et adoptive, je me lève.

Je dois "focuser".

Les liens, les tisser.

Construire un Québec

pour mes enfants métissés.

Je suis un poète qui aime manier

les mots, non pour la monnaie.

Les millions me donnent

des maux de tête.

Je crie, je ressens et je répète

les récits récents.

Infinie est ma quête.

Je suis un sage rempli de folie.

Une tête droite

avec un torticolis.

Un petit emprisonné dans un

corps de grand.

Jeune adulte souvent,

on s'y méprend.

Je suis un géant.

Appelle-moi "le grand ours".

Je tiens à la vie

beaucoup plus qu'à la bourse.

La santé de l'esprit,

du corps, du coeur.

Un salaire quantifié

par du bonheur par heure.

Je suis un signal électrique

converti.

Une onde sonore voyageant vers

esprit, construite par Afrique,

Europe et Amérique, s'exprimant

en format MP3 et numérique.

Je suis une rime,

une syllabe incomplète.

Complote avec les mots

pour faire des concepts,

faire des concerts,

des balades dans les salles.

Public attentif

pour planer dans le calme.

Je suis un frisson.

Papillon dans le ventre.

Un tremblement dans le cerveau

et épicentre qui veut se

propager à la moindre occasion.

Générer émotions,

le but de ma création.

Je suis un texte

qui tire à sa fin,

qui cherche son titre,

le but de son destin.

Une quête qui dure des jours,

des nuits.

Je prouve mon existence,

car je suis.

Car je suis.

Car je suis.

(SAGE et SAMIAN discutent en marchant dans le grand parc boisé.)


SAGE

Ta chanson

Les mots, de ce que

j'ai aimé le plus, ce qui m'a

marqué le plus, c'est quand

tu dis: "Les mots sont

modestes." Ça résume assez bien

ma philosophie de la poésie.

Ce que j'ai aimé aussi, c'est

l'image que tu as dite quand

tu dis: "Les mots donnent la vie

parce que mes phrases sont

vivantes." J'ai vraiment adoré

la métaphore.


SAMIAN

Tu sais, je veux dire, moi,

je viens tellement du milieu

rap. J'ai grandi avec la culture

rap. Un jour, j'ai vu un film

qui s'appelle

Shackles. Je sais

pas si tu connais.


[SAGE:] Non.
[SAMIAN:] Il faut que tu voies

ce film-là.


[SAGE:] OK.
[SAMIAN:] Quand j'ai vu

Shackles...

C'est l'histoire d'un gars qui

va en prison. Il cherche une

façon d'amener les jeunes, dans

l'école, en prison. Les jeunes

commencent à faire de la poésie.

Je dis "les jeunes", mais...

C'est là que je me suis dit: "Je

vais faire du slam dans la vie."

Ça m'a donné la piqûre de faire

du slam. C'est vraiment en

voyant ce film-là que je me suis

intéressé plus. Alors, j'ai pas

lâché le rap, mais de me mettre

sur la scène slam...

Toi, il y a-tu de quoi qui t'a

allumé comme ça, qui t'a dit:

"Je vais faire du slam"?


SAGE

Tu vois, ce que tu dis,

on sent... On dirait que tu es

un petit peu mal à l'aise quand

tu dis: "Je lâche le rap

et je vais dans le slam."

Pour moi, l'un ne peut pas vivre

sans l'autre. Le slam...

Si j'enlève le

beat d'un texte

de rap, ça devient du slam.

On est d'accord?


[SAMIAN:] Exact.

SAGE

Le slam, si on regarde

la définition même, regarde,

c'est une scène ouverte,

un micro ouvert. N'importe qui

peut venir et peut lancer

un texte. On n'est plus

dans le "je te récite la poésie

de Molière". On est vraiment

dans: tu dis ce que tu veux,

quand tu veux. Tu te lèves,

tu prends le micro

et tu dis ce que tu veux.

Pour moi, le rap, c'est

l'essence même. C'est prendre

un papier, prendre un crayon,

écrire ses émotions et ensuite

les vomir sur un beat.

C'est ça, le rap.

Le slam... Le rap est important,

mais en fait, c'est pas

seulement ça. C'est plutôt:

toute forme d'expression est

importante. Si on garde

ses émotions à l'intérieur,

écoute, on devient un volcan,

et un volcan, ça fait des dégâts

quand ça explose. Le mieux,

c'est de sortir ce qu'on a dans

le coeur et le mettre sur papier

ou le mettre sur chanson.


SAMIAN

La puissance des mots,

la force des mots, ça a deux

sens, pour moi. Je veux dire,

c'est tellement constructif

comme ça peut tellement...

Tu peux tellement détruire

la vie de quelqu'un. C'est

toujours de cette façon-là

que je l'ai vu. C'est important,

je pense, de choisir tellement

les mots, mais il y a

une question aussi que je vais

te poser qui est un peu

la question qui tue, comme

on parlait. C'est quoi,

le pouvoir des mots, pour toi?


SAGE

Le pouvoir des mots?

Le pouvoir des mots, c'est,

écoute... On peut partir

de rien, et avec les mots,

on peut arriver quelque part.

Quand je dis ça, je sais que

ça paraît simple, mais combien

de monde a pu voir... peut se

réveiller juste... On appelle ça

les coachs de l'inconscient.

Ceux qui vont t'aider,

avec des mots, à te remettre

en énergie, à te...

C'est que des mots! T'es

d'accord avec moi? C'est pas

un outil qu'on donne, c'est pas

une pilule qu'on fait avaler au

monde. C'est juste une vibration

de la voix qui fait que le monde

va réagir ou va bouger.

Des petits mots, ça peut devenir

une tempête. Comme on dit,

le battement des ailes

d'un papillon peut créer

un ouragan. Imagine ce que

les mots peuvent faire! Ça peut

détruire la terre comme ça peut,

comme tu dis, la construire.

Le pouvoir des mots,

c'est grandiose.

(SAMIAN est maintenant en compagnie de GHISLAIN PICARD, chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador.)


SAMIAN

En tant que chanteur, poète,

artiste, peu importe, on a

une liberté d'expression totale,

je pense, en Amérique du Nord.

Je pense que c'est un privilège.

C'est vraiment... Moi, je le

vois comme un privilège d'avoir

cette liberté d'expression là.

Mais est-ce qu'en politique...

Je sais pas comment dire ça,

mais est-ce que vous avez moins

cette liberté d'expression là?

Est-ce que vous êtes un peu...

Ça vous dérange de pas avoir

la même liberté d'expression

qu'un chanteur, par exemple?


GHISLAIN PICARD

Ah, c'est sûr! Vois-tu, moi,

je suis arrivé en politique,

j'avais plein d'illusions

fondées sur ma vision du monde,

ma vision des choses, ma vision

des défis qui se présentent

à nous comme peuple.

Mais les illusions ont vite été

remplacées par la réalité

politique avec laquelle

tu dois apprendre à composer.

Ma responsabilité première,

c'est de faire en sorte

que les choses avancent,

progressent positivement.

Je vois dans l'art, vraiment,

une manifestation...

Ce que tu dis dans tes paroles,

je veux dire, avec tes chansons,

je vois un peu la même chose.

C'est d'autres artistes,

d'autres médiums. Là-dessus,

je pense qu'on poursuit tous

le même objectif.

C'est qu'on espère voir un jour,

rapidement peut-être, en tout

cas, souhaitons-le, des sociétés

qui sont vraiment autonomes,

qui sont capables de se suffire

à elles-mêmes et qui connaissent

vraiment la plénitude

sur tous les plans.

(Retour au Club Soda)


BIZ

Dans ta communauté,

le langage, il est porté surtout

par les plus vieux,

par les aînés. Les jeunes,

ils le parlent. Ils parlent

moins, mieux, plus, pas?


SAMIAN

Quasiment pas. C'est ça

qui est plate. On est en train

de perdre la langue...

Par manque d'intérêt aussi.

Je veux dire, on vit dans

une société où, comme on se dit,

peut-être: l'algonquin, c'est-tu

vraiment utile? On est tellement

bombardés par le français, par

l'anglais surtout aujourd'hui.

C'est triste parce que moi,

mon arrière-grand-mère m'a dit

une fois, et je vais m'en

souvenir toute ma vie:

"Tu parles pas en indien,

t'es pas un Indien."


[BIZ:] Ah ouais?

SAMIAN

(propos en anglais puis en français)

Ouais, straight up.

C'était vraiment...

Elle m'a dit ça comme ça.

"Non, t'es pas un Anishinabe

si tu me parles pas

en anishinabe.

Si tu me parles en français,

t'es un Blanc." C'est

une question de langue.


BIZ

Donc, le passeport pour être

Première Nation, c'est pas un

bout de papier, c'est la langue?


SAMIAN

C'est la langue. Ça part

par la langue.


BIZ

Parce que cette langue-là

te donne accès à la culture,

au mode de vie, la chasse,

la pêche?


SAMIAN

La seule façon de s'intégrer

à une culture, c'est en parlant

la langue.


BIZ

Mais quand ta grand-mère

te dit ça, ça doit rentrer

dans le coffre en maudit!


SAMIAN

Tu te sens petit. Je veux pas

dire "petit" parce que...

Tu te sens... T'es un Blanc.

T'es comme: Ayoye, OK.


BIZ

Mais toi, dans ton cas,

tu as les deux. Tu es métis,

toi.


SAMIAN

Je me souviens, j'avais

des 100 % dans mes cours

d'algonquin. J'ai toujours

bien parlé français.

Je me débrouillais super bien

en algonquin quand j'étais plus

jeune. Mais on me tapait dessus

parce que j'étais Blanc ou on me

tapait dessus parce que j'étais

Indien. J'ai grandi de même.

C'est vraiment à travers

l'écriture, à travers le rap,

à travers la poésie que

je me suis formé une identité,

finalement, que j'ai découvert

qui j'étais. Oui, je me suis

découvert à travers l'écriture,

carrément.

(Diffusion d'images de Montréal)


SAMIAN (en aparté)

Mais aussi, en tant qu'artiste,

on a une responsabilité. Ça,

moi, je m'en suis rendu compte

quand on m'a présenté des bébés

qui s'appelaient Samian.

Wow. OK. Tu réalises que ce que

tu dis sur scène, ce que tu fais

sur scène, ce que tu dis

publiquement, ça a un impact.

Le pouvoir des mots, pour moi,

c'est de réveiller

les consciences. C'est

le meilleur exemple. Je pense

qu'avec des mots, on peut...

On changera pas le monde, mais

on va conscientiser le monde.

Moi, c'est mon but.

(Retour à la maison familiale, avec SAMIAN et ses musiciens.)


SAMIAN

♪ Avec de simples mots♪

♪ On a le pouvoir

de tout détruire ♪

♪ Et avec les mêmes mots ♪

♪ On a le pouvoir

de tout décrire ♪

♪ Les mots prônent la haine ♪

♪ Mais ils chantent l'amour ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots ont

de la bravoure ♪

♪ Les mots ont de la colère,

mais ils ont une douceur ♪

♪ On se forge le caractère,

quand on chante nos douleurs ♪

♪ C'est grâce à l'écriture

que je surmonte mes épreuves ♪


ESMERALDA

♪ Mot par mot ♪

♪ Je suis en train de bâtir

mon oeuvre ♪


SAMIAN

♪ Les mots ont du pouvoir ♪

♪ car ils sont audacieux ♪

♪ Et on s'inspire d'eux

car ils sont courageux ♪

♪ Les mots ont de la tristesse,

les mots ont une noblesse ♪

♪ Ils se collent à ma vie,

car les mots sont modestes ♪

♪ Les mots me grugent

de l'intérieur ♪

♪ Ils me font voyager

en attendant un monde meilleur ♪

♪ C'est grâce aux mots

que je raconte mon histoire ♪

♪ Les mots peuvent me guérir ♪

♪ Les mots me donnent

de l'espoir ♪

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


ESMERALDA

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


SAMIAN

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


ESMERALDA

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


SAMIAN

♪ Il y a les mots

qui instruisent, détruisent ♪

♪ Les mots qui méprisent ♪

♪ Les mots qu'on utilise

quand on veut se faire la bise ♪

♪ Il y a les mots qui prédisent,

s'enlisent ♪

♪ Les mots qu'on banalise ♪

♪ Les mots qui nous divisent,

et les mots qui nous brisent ♪

♪ Il y a les mots qui s'entendent, qui se répandent ♪

♪ Les mots qui prétendent ♪

♪ Les mots qui nous offensent

et les mots plus tendres ♪

Il y a les mots qu'on prononce

avec prudence ♪

♪ Et les mots qu'on lance ♪

♪ Les mots qui nous dénoncent

et ceux qui nous défendent ♪

♪ Il y a les mots qui blessent,

qui fessent ♪

♪ Les mots qui protestent ♪

♪ Les mots d'ivresse

remplis de promesses ♪

♪ Qui te laissent, grotesque ♪

♪ Les mots plus doux,

les mots plus sales ♪

♪ Les mots plus fous,

les mots plus joual ♪

♪ Les mots qui se cachent

dans un journal ♪

♪ Les mots qui parlent ♪

♪ Les mots qui partent

scandales ♪

♪ Les mots plus graves ♪

♪ Que ceux qu'on grave

sur une pierre tombale ♪

♪ Les mots qui pleurent,

les mots du mal ♪

♪ Les mots du coeur,

le mot final ♪

♪ Les maudits mots,

les mots du mal ♪

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


ESMERALDA

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


SAMIAN

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


ESMERALDA

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


SAMIAN

♪ Les mots sont bohèmes,

ils prônent le blasphème ♪

♪ Ils chantent nos problèmes ♪

♪ Mais les mots récitent

nos poèmes ♪

♪ Les mots ont une devise,

les mots ont plusieurs thèmes ♪

♪ Et ils sauvent des vies,

car ils donnent de l'oxygène ♪

♪ Les mots marquent le temps,

racontent le présent ♪

♪ Les mots s'envolent

et nous éclairent en tombant ♪

♪ Les mots sont optimistes,

ils portent nos cicatrices ♪

♪ Les mots nous font peur,

car ils sont réalistes ♪

♪ Ils sont plutôt espiègles,

les mots n'ont pas de règles ♪

♪ Ils racontent nos vérités,

car les mots sont intègres ♪

♪ Les mots valent mille images ♪

♪ S'expriment

dans plusieurs langues ♪

♪ Mes mots ont de la vie,

car mes phrases sont vivantes ♪

♪ Ce qui m'inspire,

c'est la vie que je respire ♪

♪ Les peines comme les sourires,

la beauté de mes souvenirs ♪

♪ Et les mots m'ont appris

qu'on se doit d'être sincère ♪

♪ Quand les mots sortent

du coeur ♪

♪ Il n'y a pas que nous

qu'on libère ♪

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


ESMERALDA

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


SAMIAN

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪


ESMERALDA

♪ Les mots chantent les drames ♪

♪ Les mots viennent de l'âme ♪

♪ Les mots n'ont peur de rien ♪

♪ Car les mots sont une arme ♪

♪ Sont une arme ♪

♪ Les mots ♪

♪ Sont une arme ♪

♪ Les mots ♪

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par