Universe image Les bleus de Ramville Universe image Les bleus de Ramville

Les bleus de Ramville

A story focusing on the members of the local semi-professional hockey league team's fan club. Although presenting very different personalities and interests, the four most active members of the club all share one passion - hockey. Particularly the hockey played by their team, the Dufresne Radiators. Owned by Polo Dufresne, an influential but slightly shady businessman, the Radiators' team is one of the most important elements of Ramville's cultural and social life. Especially since the mill, ...

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The Goalie

Gordie tries to recruit an old goalie from the NHL with the reputation of being angry. Christian needs Maureen`s help to fix his screw-up with his teacher. Julie interviews for a job in a video rental store.



Production year: 2010

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


GORDIE et POLO se promènent dans l'aréna.


GORDIE

C'est le pire temps de l'année

de trouver un goaler, mon Polo.

Les bons sont toute pris.


POLO

Maudit sans coeur à Mercier.

Aller se trouver une job ailleurs.

Voir si ça l'a de l'allure, ça, han.

Sacrer son équipe

là en pleine saison.

Il n'y a plus de

loyauté de nos jours.

Moi, je le sais

pas ce qui m'empêche

de vendre toute la patente.


GORDIE

Mais voyons Polo.

Han?

Quand que les choses vont mal,

tu dis tout le

temps la même affaire.

Haye, un abreuvoir pète

dans l'aréna, tu veux vendre.


POLO

Haye, j'ai acheté cette

équipe-là pour avoir du fun.

Regarde-moi là.

J'ai-tu de l'air d'avoir du fun?

Hmm?


GORDIE

Ce qui nous prend

c'est un gars à réflexes.

Han?

Un gars qui a

une mitaine qui trouve

la puck comme par miracle.


POLO

C'est plate, mais Patrick Roy,

il a déjà pris sa retraite.


GORDIE

Ahhh.

Non mais là, tu viens de me

donner une idée, toi là là.


POLO

Quoi?


GORDIE

Je pense à un autre retraité.

Le p'tit Blondin là.

Euh, euh, euh, Alex Blondin.


POLO

Qui ça?


GORDIE

Il a joué une année comme

auxiliaire là pour Toronto,

il y a quatre cinq ans.


POLO

Pas celui qui s'est sorti

lui-même de la game là,

parce qu'il en pouvait

plus de la pression?


GORDIE

Ben non. Il avait une

maudite bonne mitaine.


POLO

Trop fragile entre

les deux oreilles.

C'est un chokeux ça.


GORDIE

Ben là, c'est un talent

naturel, c'te gars là, Polo.

Han?

Tu sais ben, ça se fabrique

pas, un talent naturel.

Haye, avec un gars de même

là, tu l'entoures ben, tu,

tu le conseilles ben.

On sait pas, il pourrait venir

ici et repartir sa carrière.

Ben là Polo, on perd rien à

lui lancer un coup de fil.


POLO

Ça dépend, han.

Il reste où, c'te simonac-là?

C'est-tu une longue

distance d'icitte? Han?


On se retrouve chez O'Malley's avec JULIE, rêveuse, qui regarde des photos de MCNEIL. CHRISTIAN entre dans la pièce.


CHRISTIAN

Mmmm, belle assiette.

C'est jamais aussi beau que des

oeufs pis du bacon, mais bon.


JULIE

Cette fois ci là, je

suis vraiment décidée.

Haye, une nouvelle Julie est

à la veille de venir au monde.


CHRISTIAN

T'as décidé de

mettre la face de McNeil

pour chaque mois du calendrier?

C'est le fun.


JULIE

Ben non, niaiseux.

Je choisis la meilleure.


CHRISTIAN

Ah. Vite de même, on dirait

la même quinze fois.


JULIE

Ben non, ils sont

pas pareilles.

Regarde comme il faut.

Ben regarde.

Ici là, il a l'air rebelle.

Ici, il a l'air guerrier.

Mais là, il a l'air

d'un père de famille.


JULIE montre une photo de MCNEIL, torse nu, qui passe ses mains dans ses cheveux.


CHRISTIAN

Dis moi où ce que tu vois

père de famille là-dedans.


JULIE

Ben oui, le regard responsable.

Ah pis laisse donc faire! Pfff.


CHRISTIAN

Là, le calendrier, si

on le fait pas imprimer

cette semaine, aussi

ben laisser faire, han.


JULIE

Haye, pas question de sortir

le calendrier sans la face

du nouveau gardien, han.


CHRISTIAN

Bah, pour le poireau qu'ils

vont pouvoir se payer.


MAUREEN

(S'approchant du duo)

Ahem. C'est quoi ça?


MAUREEN tient une coupe dans laquelle une serviette est pliée en éventail.


CHRISTIAN

Ça? Je dirais que c'est

une serviette de table.


MAUREEN

Dans un verre à vin?!


CHRISTIAN

Bon ben, c'est ben le fun de

jaser comme ça là, mais moi,

il faut que j'y aille si je

veux pas être en retard

pour mon cours. Salut.


MAUREEN

Ahhh!

Ça fait une semaine que j'y

demande de monter des tables

comme du monde, pis

qu'est-ce qu'il fait?!

Ben, tu sais comment

ça s'appelle, ça?

De la résistance passive.

Il fait ce que je lui demande,

mais il s'arrange pour me faire

une jambette en passant.


JULIE

Ben, il est super pénible

ces temps-ci, han?



MAUREEN

Ah, je le sais.

Je m'ennuie du temps où

il était juste déplaisant.


JULIE

Ouain.

C'est son cours de français.

Oui, oui.

Son test de classement a

été super, super pénible.

Pis ses travaux?

Hyper pourris.


MAUREEN

Ouais.

Je sens que ça va être le

fun ici dedans cette semaine.


JULIE

Oui.

Si le Parlement vote pas

bientôt une loi contre la règle

du participe passé là,

il va couler son année.

Haye, regarde.


JULIE montre la photo de MCNEIL à MAUREEN qui soupire de dégoût et se remet au travail.


On se retrouve dans une salle de classe avec la professeure de CHRISTIAN, GENEVIÈVE.


GENEVIÈVE

Ah! Bon ben, merci tout le monde.

On se revoit la

semaine prochaine.


GENEVIÈVE approche CHRISTIAN.


GENEVIÈVE

Écoute Christian, je regarde

tes devoirs depuis une semaine

là, pis ça m'inquiète.


CHRISTIAN

Je suis rouillé

là, c'est tout.


GENEVIÈVE

Va falloir que t'ailles

chercher de l'aide.

Si tu veux, je peux te

donner des cours moi-même.


CHRISTIAN

C'est drôle, quand même.

Ben, t'es déjà ma prof.


GENEVIÈVE

Oui, je..?


CHRISTIAN

Il me semble que si tu

faisais bien ta job en partant,

tu serais pas obligé

de faire de l'overtime.


GENEVIÈVE

(Offusquée)

Écoute là, je t'offrais

juste un coup de main, là.


CHRISTIAN

Ah oui? Tu penses pas

que c'est plutôt

pour te donner bonne conscience?


GENEVIÈVE

OK. On va oublier ça, hein.

On va se contenter

d'espérer pour le mieux

pis on verra ce que ça donnera.


On se retrouve avec JULIE qui essaie des vêtements sobres dans une boutique.


JULIE

Pis, qu'est-ce t'en penses?


LA MÈRE DE JULIE

T'es sûre que tu

vas pouvoir porter ça

pis respirer en même temps?


JULIE

M'man! Je viens de commencer

un régime là.

Dans deux semaines,

tout devrait me faire.


LA MÈRE DE JULIE

Mais ça pas de bon

sens ton affaire.

C'est comme si tu commençais

à soigner des malades

et que t'allais chercher

ton cours de médecine après.


JULIE

Mais de toute façon, je

vois pas pourquoi je devrais

m'acheter du linge neuf pour

travailler dans un club vidéo.


LA MÈRE DE JULIE

Tu sais jamais qui

vient louer des films.

Je connais plein de

dentistes, des avocats, même,

même des entrepreneurs

qui louent des films.


JULIE

Ah, il doit y avoir

un rapport, han.

Je le vois juste pas.


LA MÈRE DE JULIE

Maureen a une job,

Christian a une job.

Avec toutes les entrevues

que je t'ai trouvées,

comment ça se fait que toi,

il y a rien qui marche?

Tiens, essaie donc ça.


JULIE

Ah.

Haye, si un film m'était

conseillé par quelqu'un habillé

de même là, c'est simple,

je le louerais pas.


LA MÈRE DE JULIE

Essaie quand même.


On se retrouve dans la loge du fan-club avec JULIE qui classe des photos et MIKE entre.


MIKE

Maureen est pas là?


JULIE

Euh, pas vraiment.

Je veux dire, non.

Non.


MIKE

Sais-tu où est-ce

qu'elle est passée?

Elle est pas chez elle,

pas chez O'Malley's.

J'ai figuré qu'elle

serait ici là.


JULIE

Ah ben, écoute,

t'as mal figuré.


MIKE

En tout cas, tu lui diras

que je la cherche, OK?


JULIE

OK.

Pas de trouble.


MIKE repart en éternuant. MAUREEN sort de sa cachette derrière les réfrigérateurs du bar.


JULIE

Maudit que j'haïs ça, des cachotteries!

Ben, qu'est-ce que t'as à le

bouder depuis une semaine là?

Il a pas dit qu'il voulait

pas déménager avec toi,

Mau, il a juste été

réservé dans sa réaction.


MAUREEN

Neutre.


JULIE

Quoi?


MAUREEN

Neutre. Il a été neutre.

Ben, c'est pire que réservé.

Neutre c'est rien pantoute.

Prends un char là.

Quand tu mets ça à neutre:

ça avance pas, ça recule pas.

Ça fait rien.


JULIE

Tu l'as pris par surprise.

Il a figé.

Ça a sorti neutre.


MAUREEN

C'est toujours la

première réaction qui compte.


JULIE

Il t'achète des roses

pis du chocolat noir.


MAUREEN

Pff, à mes yeux, quand un

gars apprend qui prend un

appartement avec moi, il a

quatre réactions possibles :

il est au ciel, il

pleure, il se met à crier

ou il me saute dessus.

Tout le reste là,

il est suspect.


JULIE

Regarde le fond de

l'histoire là, Mau.

Hmm? Mike t'aime.

Il est d'accord pour

habiter avec toi.

Il t'achète du chocolat noir.

Il est où, le problème?

Haye Mau, en passant, il t'en

reste-tu, du chocolat noir?


MAUREEN ne dit rien et repart, découragée.


On se retrouve le soir dans un bar avec GORDIE et ALEX BLONDIN.


GORDIE

T'sé, j'ai commencé des

études en marketing, moi là là.


ALEX

J'ai plus besoin du hockey.


GORDIE

Je te connais pas,

mais je connais ça,

les joueurs de hockey.

Quand un joueur de hockey a

pas choisi comment s'arrête

sa carrière, ses

affaires vont ben mal.

Y a toujours quelque

chose qui les achale.

Crois-moi, je sais

de quoi je parle.


ALEX

Je le sais que tout le monde

pense que j'ai craqué à cause

de la pression là, mais

honnêtement, moi je m'en fous.


GORDIE

Tu veux que je te dise

comment je vois ça?

Ben simple. Ton club t'a

donné zéro support.

Ils t'ont mis ben trop

de pression trop vite.


ALEX

C'est sûr que-


GORDIE

Quand tu vas venir

jouer à Ramville là,

tu vas pouvoir faire tes

petites affaires tranquilles.

Pis, si ça marche pas,

personne va le savoir,

mais si tu commences

à être en feu là,

pis à jouer comme t'es capable,

qui sait où tu peux atterrir

dans un an, dans deux ans?

L'Europe, la Ligue américaine.

Peut-être un p'tit retour dans

la Ligue nationale peut être?


ALEX

J'ai 27 ans là, moi.

Ça commence à être un p'tit peu

vieux pour croire au père Noël.


GORDIE

C'est exactement ça que je dis.

Si t'es pour avoir

une deuxième chance,

c'est maintenant

que ça va arriver.

Han, Alex?

Tu sais comme moi, faire

du hockey professionnel,

c'est spécial.

Ça met un smile dans

la face du monde.

T'as déjà vu quelqu'un

être excité de se faire

photographier avec un

directeur de marketing?


Alex éclate de rire.


GORDIE

Manque pas ta chance, mon chum.

Manque pas ta dernière

chance de faire quelque chose

de spécial dans la vie.


GORDIE et ALEX trinquent.


On se retrouve avec MAUREEN et MIKE. MIKE tend une boîte de chocolats en forme de coeur à MAUREEN. On voit sur la table des peluches, des fleurs et d'autres chocolats.


MIKE

Regarde, ils ont

l'air bon, han?


MAUREEN

Là, c'est trop là.

Ben, je sais plus

où tout mettre ça.


MIKE

Penses-tu que tu vas

te défâcher bientôt?


MAUREEN

Ben, j'avais besoin

de temps pour passer

par-dessus ta première réaction.


MIKE

Pis?


MAUREEN

Ben, c'est ça.


J'ai pris du temps.


MIKE

Fait que t'es défâchée?


MAUREEN

Mettons.


MIKE

Ça veut-tu dire que t'es prête

à ce qu'on déménage ensemble?


MAUREEN

Mettons.


MIKE

Bon. Cool!

Fait que, comment on fait ça?

Je m'installe ici ou

bien tu viens chez moi?


MAUREEN, furieuse, lance la boîte de chocolats au visage de MIKE.


MIKE

Haye! God!

Haye! Qu'est c'est qui te prend?


MAUREEN

Ben, c'est pas comme ça

que t'es supposé réagir!


MIKE

Ben!


MAUREEN

Ben, je viens de te

dire que c'est correct,

qu'on va déménager ensemble!


MIKE

Ben.

J'ai compris.

C-c-c'est cool.

C'est ça que j'ai dit aussi.

J'ai dit que c'est cool.


MAUREEN

C'est quoi le problème?

T'es supposé avoir

une émotion, merde!

Haye, quand tu

scores un but là,

ta réaction c'est pas

de dire ah, c'est cool.

Je sais pas moi, si, tu

cries, tu sautes dans les bras

des gars de ton équipe, je ...

Ah.


MAUREEN se croise les bras, découragée et boudeuse.


MAUREEN

C'est pas difficile à

comprendre, me semble.


MIKE

Je m'excuse, je m'excuse.

Je m'excuse mon p'tit loup.

Hmm? Envois. Donne

moi un bec là, han?


On se retrouve dans la loge du fan-club.


CHRISTIAN

Tu peux pas travailler

dans un club vidéo

si tu connais

pas tes classiques.


JULIE

Ben, je les connais,

mes classiques.


CHRISTIAN

Slap shot, Miracle, les

Mighty Ducks pis les Boys.

C'est des classiques

de hockey, Lachance.

Moi je te parle de

classiques tout court.

Top Gun, mettons.


JULIE

Connais pas.


CHRISTIAN

Un classique.

The Terminator?


JULIE

Jamais entendu parler.


CHRISTIAN

Oublie ça.

Ils te prendront jamais.


JULIE

Ben merci.

T'es super encourageant.


CHRISTIAN

J'ai pas tendance à

tourner autour du pot, moi.

Pis à part de ça, elle est

pas un point trop petit,

ta nouvelle chemise?


JULIE

Haye, coudonc là.

C'est-tu tes cours qui

te rendent bête de même?


CHRISTIAN prend un moment de silence.


CHRISTIAN

Je suis en train de couler.

Si ça continue de même là,

c'est sûr que je coule.

Je finirai jamais mon

secondaire pis je vais rester

pogné chez O'Malley's à

prendre les ordres de Maureen

pis à me casser la tête

pour trouver d'autres

manières de l'écoeurer.

Le pire là, c'est que ma

prof m'a offert des cours privés

pis je l'ai envoyée promener.


JULIE

Ben, t'es donc ben niaiseux!


CHRISTIAN

Merci beaucoup.


JULIE

Ben, je suis comme toi.

J'ai pas tendance à

tourner autour du pot.

Ben, fait que là, tu fais quoi?

Ben, tu te laisses couler?


CHRISTIAN a un regard entendu.


JULIE

Ben, retourne la voir.

Excuse-toi.

Mets-toi à genoux s'il le faut.

Ben, tu vas avoir besoin de

toute l'aide que tu peux avoir.


CHRISTIAN

Ouais.


Facile à dire. J'ai

ma fierté, quand même.


JULIE

Ah ben, comme tu veux, han.

Sur ton CV, t'écriras

“secondaire non terminé

pour cause de trop de fierté.”


On se retrouve près de la patinoire pendant une pratique de hockey. GORDIE et POLO discutent dans les estrades.


POLO

Qu'est c'est qui te

fait dire qu'il veut?


GORDIE

Il va passer ici pas plus

tard que cet après-midi.


POLO

OK, il veut.

Mais euh, pour le reste,

il était d'accord?


GORDIE

Le reste?


POLO

Ben, pour la paie, c't'affaire.


GORDIE

Ah, on n'a pas parlé de ça.


POLO

Vous avez pas parlé de paie?

De quoi vous avez

parlé, d'abord? De camping?

Vous avez échangé des recettes?


GORDIE

Stratégique, mon Polo.


POLO

Han?


GORDIE

Premièrement, tu y

donnes le goût de jouer.

Une fois qu'il a le

goût là, ben le goût,

là tu lui parles de paie.


POLO

Il lui a pas parlé de paie.


POLO regarde le gardien manquer des arrêts.


POLO

Quessé qui fait?


GORDIE

Anyway, je lui ai laissé

savoir qu'on serait fair.


POLO

(Propos en anglais)

Fair?


GORDIE

(Propos en anglais)

Fair.


POLO

Tu lui as dit ça de même?


GORDIE

Ouais.

Y as-tu un problème?


POLO

Tu voulais tu dire fair pour

lui ou fair pour nous autres?


Le gardien manque encore des arrêts.


POLO (Énervé)

Tabar-!


On se retrouve au club vidéo dans le bureau de LA GÉRANTE qui passe JULIE en entretien.


JULIE

Moi, mes films préférés là,

c'est vraiment les classiques.


LA GÉRANTE

Moi aussi.

Les films qui sortent astheure,

neuf sur dix sont pourris.


JULIE

C'est drôle han?

On dirait qui savent plus

faire ça, des classiques.


LA GÉRANTE

Mon préféré : Top Gun.


JULIE

Oh! Bon ben, ça c'est le

classique des classiques, han.

Ah, pis The Terminator.

Ah, ça c'était écoeurant.


LA GÉRANTE

T'as aimé The Terminator?


LA GÉRANTE affiche un air hautain.


JULIE

Ben écoeurant, du genre

à donner ben mal au coeur.


LA GÉRANTE

On va bien s'entendre,

je le vois tout de suite.


On a les mêmes goûts.

Même dans la manière de

s'habiller, tu trouves pas?


JULIE affiche un air un peu insulté.


LA GÉRANTE

(Tendant une feuille à JULIE)

Qu'est-ce que tu penses de ça?

Deux shifts de jour, trois de soir.


JULIE affiche un malaise.


LA GÉRANTE

T'inquiète pas han, c'est

les plus tranquilles.

Normal, les Radiateurs

jouent leurs games

locales ces soirs-là.

Tout le monde est à l'aréna.


On se retrouve avec MIKE et CHRISTIAN dans la chambre de MAUREEN avec des outils de rénovation.


MIKE

Je le sais pas pourquoi

qu'elle t'a demandé de faire ça.

Je peux installer ça

moi, des tablettes.


CHRISTIAN

Ah, ben c'est parce qu'on a

fait un deal, moi pis elle.


MIKE

Il me semblait que vous

étiez chicanés, vous autres?


CHRISTIAN

Officiellement, on

est encore en chicane.

Mais, c'est parce que

j'avais une petite faveur

à lui demander fait que ...


MIKE

Une faveur?

Quelle faveur?


MAUREEN entre dans la pièce.


MAUREEN

Il voulait réserver un coin

tranquille chez O'Malley's

pour un souper galant.


MIKE

Un souper galant

chez O'Malley's.

Tu manques

d'imagination, mon chum.


MAUREEN

Haye, attends une minute, toi.

Il va avoir le service

cinq étoiles, han,

pis ça lui coûtera

quasiment rien.

Juste trois tablettes.


CHRISTIAN

Ouais, bon, OK,

on a compris là.

Fait que, tu veux ça comment?


Tous regardent à l'intérieur de la garde-robe.


MAUREEN

Ben, tout le tour là.

Il faut que tout mon

linge d'été rentre là.


MIKE

Attends une minute

mon p'tit loup.

Moi aussi je veux mettre

du stock là-dedans là.


MAUREEN

Ben là, où s'est que je vais

mettre le reste, d'abord?


MIKE

J'ai tout pensé à ça, moi.

Tu prends une boîte, tu sacres

de la boule à mite là-dedans,

tu descends ça au

sous-sol, dans ton locker.

Facile.


CHRISTIAN

Facile.


MAUREEN (Insultée)

Ben, j-je vais aller

chercher une boîte, d'abord.


MAUREEN sort de la pièce.


MIKE

J'ai-tu dis quelque

chose de pas correct?


CHRISTIAN

Je pense que c'est le

boutte des boules à mites

qui a pas scoré fort fort.


MIKE

Ben, pourtant, c'est

prouvé, la boule à mite,

ça fait vraiment la job.


CHRISTIAN

Ben, je le sais.


MIKE

Fait ça comme il faut là, han.


CHRISTIAN

Ah oui.


De retour au club vidéo.


JULIE

Mais vous avez dit

tantôt que neuf films

sur dix étaient pourris.


LA GÉRANTE

J'étais généreuse.

Neuf et demie sur

dix sont pourris.

Le dixième est à moitié bon.

Crois-moi, je les vois toute.


JULIE

Oui mais, vous faites quoi

quand les gens veulent louer

des films poches?

Vous les laissez faire?


LA GÉRANTE

Tu sais Julie, quand on est

un commis dans un club vidéo,

on est un commis

dans un club vidéo,

pas un critique de films.

Tu me suis?


JULIE

Oui, mais si les gens louent

toujours des films poches,

ils reviendront plus.

Vous me suivez?


LA GÉRANTE

Ça dépend.

Peut-être qu'ils aiment

ça, louer des films poches.

Tu me suis?


JULIE

Oui, mais si on laisse les gens

partir avec des films poches,

les studios vont continuer

à faire des films poches,

pis là on s'en sortira pas.

Vous me suivez?


LA GÉRANTE

Nous on n'a pas à s'inquiéter

à ces affaires-là, Julie.

On loue des films.


JULIE commence à être énervée.


JULIE

Oui.

Mais moi, je vas ben mal dormir

si je le sais que le monde

partent avec des films poches.


LA GÉRANTE

Là, je te suis plus, Julie.


JULIE

Ben moi non plus,

je vous suis plus.


JULIE repousse la feuille d'offre de LA GÉRANTE sur la table.


On se retrouve plus tard avec JULIE et MAUREEN qui marchent dans les couloirs de l'aréna.


JULIE

Pis là, je lui ai demandé :

toi, est-ce que tu fais

Montignac ou Weight Watchers?


MAUREEN

Ah, Julie.


JULIE

Ben, pis pour être sûre

qu'elle m'engagerait pas,

je lui ai dit que quand je

devenais super stressée là,

mes caisses balançaient jamais.

Haye, non mais tu te

rends compte, haye,

si fallait qu'elle

m'engage, j'étais faite.

Il fallait que je

travaille les mercredis,

vendredis et samedis soirs.

Il fallait que je

lâche le fan-club.


MAUREEN

Ben, comment est-ce que tu

vas annoncer ça à ta mère?


JULIE

Ahhh.

Ben, je vais lui demander

qu'elle vienne me rejoindre

chez O'Malley's.

Umm, pis tu vas te

tenir pas loin, OK?


MAUREEN

OK.


On se retrouve dans la loge du fan-club avec GORDIE et ALEX.


ALEX

Ça vous ferait une super

loge corporative, ça ici.


GORDIE

Je le sais. Je me le fait dire au

moins dix fois par jour.

Mais notre fan-club est

important, tu sais, c'est...


JULIE et MAUREEN arrivent dans la pièce.


GORDIE

Ah. Les voilà.

Alex, je te présente Julie.

Julie c'est la

trésorière du fan-club,

statisticienne de l'équipe,

et depuis cette année,

la photographe officielle.


JULIE

(Serrant la main d'ALEX)

Ben, enchantée.


GORDIE

Et Maureen est...


ALEX

Votre inspiration, sûrement.


TOUS ont un petit rire et MAUREEN affiche un sourire timide.


JULIE

Est-ce que vous allez venir

jouer pour nous autres?


ALEX

Je sais qu'il y en a qui vont dire :

ayoye, de la LNH à Ramville,

c'est une moyenne drop.

Mais, mais moi je

pense pas comme ça.

à la seconde où Gordie

m'a invité à revenir ici,

j'ai senti quelque chose

bouger en dedans de moi.

Mon gut feeling me

dit de venir ici, ça fait que c'est

ça que je vais faire.


GORDIE

Julie, pourquoi tu prends pas

une photo d'Alex tout de suite.

Hmm? Pour le calendrier.


ALEX

Euh, ben, est-ce que c'est réglé?

Votre avez signé votre contrat?


GORDIE

Bon. On s'occupe de ça.

Han? Alex et moi, on

s'en va au vestiaire.

Viens donc nous

rejoindre avec ton kodak.


JULIE

OK.


GORDIE

Han? Salut les filles.

(Faisant signe à ALEX de le suivre)

Alex?


ALEX

Bon bien, à tout de suite.


MAUREEN

Ouain, c'est ça.


JULIE (Exagérant)

“Votre inspiration, sûrement.”


MAUREEN

Ahhh. Arrête donc.

Il est super fin.

Pis t'as vu comment il

est pas sur le neutre, lui?

Han.

Il a vu une chance

pis il a sauté dessus.

C'est ça que

j'essayais de te dire.


Plus tard au O'Malley's, JULIE parle avec sa MÈRE.


JULIE

Pis là, elle m'a demandé

de lui chanter le thème

du film Le parrain.


LA MÈRE DE JULIE

Ridicule. Du harcèlement.

Franchement, voir si ça

va t'aider à travailler

dans un club vidéo.


JULIE

Mais je le sais.

C'est ça que je

lui ai dit aussi.


MAUREEN

Ben, à un moment donné,

elle lui a même demandé

le nom du réalisateur

des films de Denys Arcand.


LA MÈRE DE JULIE

Ben là ...


MAUREEN

L'auriez-vous su, vous?


LA MÈRE DE JULIE

Ben, c'est Denys Arcand, non?


MAUREEN

Justement.

Julie aussi a pensé

que c'était un piège.

Elle a figé.


JULIE

Ben, elle voulait vraiment

pas que je travaille là là.

C'est tellement évident.


LA MÈRE DE JULIE

Bon, ça va là.

On laisse faire, on laisse tomber

pis on passe à autre chose.

De toute façon, je vais t'en

trouver d'autres entrevues.

Mais il va falloir faire vite.

Avec la fermeture de la Mills,

toutes les bonnes jobs

vont être prises bientôt.

(S'adressant sèchement à MAUREEN)

Café.

(S'adressant de nouveau à JULIE)

Tu va voir, je vas t'arranger ça.

Ça sera pas long.

Connais-tu Jean-Guy Baudouin?


JULIE

Non.


On se retrouve dans le bureau de POLO avec GORDIE et ALEX. Le groupe rit.


GORDIE

Haye, deux autobus pleins.

Tu te souviens, Polo?

Haye, on menait plus de train

là que la foule locale, han.

Ah, les bonnes années.


GORDIE montre une photo d'ALEX vêtu de l'équipement des Radiateurs.


GORDIE

Haye, as-tu vu?

Han? As-tu vu comment nos

couleurs lui vont bien?

Polo?


POLO

Je te dis ça. Ah, c'est pas que

je m'ennuie là, han.

On pourrait toujours

discuter d'une quelques détails,

mais en gros, notre offre est là.


POLO tend un document à ALEX qui affiche un air dubitatif.


ALEX

Maintenant,

je comprends mieux

dans quel contexte

vous travaillez.


POLO

Ce contrat-là,

c'est fret net sec.

Avec moi, il y a pas de niaisage

de verbiage d'avocat, là.

(Propos en anglais)

What you see is what

you get, tabaslaque.


ALEX tend la main à POLO qui la serre.


ALEX

Ben, je vous

souhaite bonne chance

pour la fin de la saison.


POLO

Bonne chance avec tes études.


ALEX va pour s’en aller.


GORDIE

Whoa seconde! Alex, excusez.

Est-ce qu'on pourrait

avoir quelques minutes,

Polo et moi, tout seul?


ALEX sort. GORDIE examine le document.


De retour au O'Malley's avec CHRISTIAN et GENEVIÈVE.


GENEVIÈVE

Je pense que si on est

pour bien s'entendre,

va falloir que tu

changes d'attitude.


CHRISTIAN

Pas de problème, mais

c'est pas de ma faute.

J'ai pas tendance à

tourner autour du pot pis

je dis les vraies affaires.


MAUREEN

Bonsoir!

Je peux vous servir

quelque chose à boire?

Bière, vin, eau minérale?

Eau plate?


GENEVIÈVE

Eau minérale pour

moi, s'il vous plaît.


MAUREEN

Et pour notre petit monsieur?


CHRISTIAN

Une draft, s'il vous plaît.


MAUREEN

Et une draft pour

le petit monsieur.

Je vous ai jamais

vus ici avant.

Êtes-vous de passage?


GENEVIÈVE

Non, c'est juste

que ça a jamais adonné

que je vienne ici.


MAUREEN

Espérons qu'on va vous voir ici

plus souvent, monsieur aussi.


GENEVIÈVE

Dites-moi, les, les

serviettes de table,

c'est votre initiative?


MAUREEN

C'est un de nos employés

qui a décidé de faire du zèle.

Un frustré.


MAUREEN s’éloigne.


GENEVIÈVE

Alors. Tu voulais me parler

de cours privés, je pense.


CHRISTIAN

Euh, oui, c'est ça.


GENVIÈVE

Vas-y.

Je t'écoute.


CHRISTIAN

Ben, c'est ça, là. Euh...

Je suis prêt à commencer.

N'importe quel jour.


GENEVIÈVE

OK.


CHRISTIAN

Sauf les mercredis,

vendredis pis samedis soirs.


De retour dans le bureau de POLO.


GORDIE

(Énervé)

C'est quoi, cette offre-là?


POLO

C'était quoi l'idée de

le poser dans notre gilet

avant qu'on le signe?


GORDIE

Stratégique, Polo!

Comme ça, le gars commence

à se voir dans l'équipe.

Han? Pis, après ça,

tu peux lui faire signer

n'importe quoi de fair!

Mais ça, pas fair pantoute.


POLO

J'aimerais ça que tu

m'expliques quelque chose, là.


GORDIE

(Propos en anglais)

Shoot.


POLO

T'es actionnaire du

club à 10%, right?


GORDIE

(Propos en anglais)

Yes sir.


POLO

Dix pourcent des

salaires des joueurs

sors de ta poche, right?


GORDIE

C't'en plein ça.


POLO

Comment ça ce fait que

quand je t'entends parler là,

j'ai toujours

l'impression que j'entends

parler un agent des joueurs?!

T'es-tu avec moi ou

contre moi, simonac?!


GORDIE

Écoute moi ben là, Polo.

OK? D'un bord, t'as la

direction du club.

Ça, c'est toi pis moi.

90/10%. De l'autre bord, t'as

les joueurs, un par un.

Pis au top, ben, t'as

l'équipe, les Radiateurs.

Moi, moi je suis sur ce bord-là.

Compris?


De retour dans la loge du fan-club.


JULIE

Ah, je comprends pas.

T'as-tu vu l'heure?

Il m'a dit qu'ils

viendraient ici tout

de suite après la signature.


CHRISTIAN

Ça a dû foirer.


MAUREEN

Polo a dû sortir sa carabine.

Ça ralentit toujours une

négociation quand il fait ça.


CHRISTIAN

Ça a foiré, c'est sûr.

Anyway, voir si on avait

une chance réelle d'avoir

un goaler de la Ligue

nationale icitte à Ramville.

(Propos en anglais)

Come on.


JULIE

Ben, à quatre heures,

ça ressemblait à ça.


MAUREEN

C'est sûr.

Il a sorti sa carabine.


CHRISTIAN

De toute façon, aller chercher

un has been qui a pas joué

depuis quatre ans, c'était une

ben mauvaise idée en partant.


JULIE

Cou'donc, décide-toi.

Une minute tu dis qu'on

est pas digne de lui,

puis la seconde d'après, c'est

lui qui fait pas l'affaire.


MAUREEN

Je me comprends.


POLO, GORDIE et ALEX arrivent dans la pièce et passent près du groupe. GORDIE s’arrête.


JULIE

Pis?


GORDIE

Ah, ça va.

Il nous reste encore

quatorze points à discuter

mais on discute.

Je suis pas inquiet pantoute.

Je vous jure qu'ils sortent pas

d'ici sans d'avoir un deal.


On se retrouve avec MAUREEN et MIKE, couchés en cuillère dans un lit.


MAUREEN

As-tu aimé ça?


MIKE

Oui. C'était super bon.

C'était, c'était fantastique.


MAUREEN

Comme ça, tu regrettes

pas d'être venu icitte

à cette heure-là?


MIKE

Ben, quand t'as des

bonnes idées de même,

tu te gênes jamais de m'appeler.


Il y a un moment de silence.


MIKE

À quoi tu penses?


MAUREEN

Ah ben, je pensais juste que

quand on va rester ensemble,

là, ben on s'écrira plus d'emails,

on s'invitera plus à

souper ou à coucher.


MIKE

Mhmm.


MAUREEN

Tu penses-tu qu'on

fait la bonne affaire

de déménager ensemble?


MIKE

Ben, il y a pas si

longtemps, tu disais que...


MAUREEN

Ben, je le sais.

Je le sais.

J'arrête pas de changer d'idée.

Ça m'énerve.


MIKE

Hey, on peut-tu parler

de ça une autre fois?


On entend un fracas.


MIKE

Qu'est c'est ça?!


MAUREEN

Ahhh.

Les tablettes de

Christian ont lâché.

Ah.


MAUREEN se lève et ouvre la garde-robe qui est en désordre.


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par