Universe image Miam! Universe image Miam!

Miam!

In the spotlight: Grandma Louise and Xavier, her precious (and mischievous!) grandson and chef's apprentice. Together, they have a passion for cooking. Xavier's little cousin, Naomi will sometimes join in the culinary adventure. To try the recipes et discover other fun foods, visit tfo.org/miam.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

First Nations Cuisine

Mamie teaches Xavier about First Nations cooking by preparing wild rice, Metis sea sole and bread called bannock. Xavier so loves bannock, he tries to make a sculpture.



Production year: 2011

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Miam! est une émission mettant en vedette XAVIER et sa MAMIE, qui concoctent différentes recettes à chaque épisode. À l'intérieur de sa cage, VICTOR, le hamster domestique de Xavier, ajoute occasionnellement son grain de sel en commentant les recettes.


Générique d'ouverture


Titre :
Miam!


VICTOR LE HAMSTER

Cette émission contient des scènes

qui pourraient vous inciter

à cuisiner avec vos enfants.


Dans la cuisine, XAVIER arrive auprès de MAMIE qui mâche de l'écorce.


XAVIER

Hé grand-maman! Qu'est-ce que

tu fais, tu manges de l'arbre?


MAMIE

Regarde, regarde! Je viens

de recevoir un cadeau

extraordinaire. Ça s'appelle

du mordillage. Et c'est fait

par une autochtone qui s'appelle

Téleshe Bégin, de Mashteuiatsh,

au Lac-St-Jean, et regarde

ce qu'elle fait! Puis j'essayais

de voir comment, j'essayais

de comprendre. Je vois

qu'elle a plié, elle a plié

l'écorce de bouleau, et là

avec les dents, c'est juste

comme ça avec les dents,

elle fait des motifs.


On montre la réalisation de Téleshe Bégin.


MAMIE

Écoute,

j'essaie autant comme autant

puis je n'y arrive pas.

Veux-tu essayer?


XAVIER

OK.


MAMIE

OK, fais attention.

Voir est-ce que ta dent marque

dedans. Peut-être que je n'ai

pas la bonne technique. Ah bien

oui, toi, ta dent a réussi

à marquer. Écoute, il va

me falloir beaucoup de pratique

pour arriver à faire le dixième

de ça. Hé, qu'est-ce que

tu dirais si on se cuisinait

une recette autochtone?


XAVIER

Oui.


MAMIE

Ah, oui.


XAVIER

Il y a plusieurs nations

autochtones.

Il y a les Iroquois,

les Algonquiens, les Hurons,

il y a les Montagnais

et plusieurs autres.

Grand-maman, qu'est-ce que

tu vas nous cuisiner?


MAMIE

J'ai envie de t'initier

à la cuisine autochtone.

Qu'est-ce que tu dirais

si je te faisais de la bannique?


XAVIER

C'est quoi de la bannique?


MAMIE

Bien, c'est du pain.

Mais c'est un pain autochtone.

Au début là, bon, on appelle ça

un pain, mais c'était plus

comme une galette.

Parce qu'évidemment,

il n'y avait pas de levure

au début. Puis il n'y avait pas

de petite poudre magique

pour faire gonfler la pâte.

Alors c'était plutôt plat.

Puis comme il n'y avait pas

de four pour le faire cuire,

ils faisaient cuire ça dans

les braises, ou alors,

ils entouraient la pâte autour

d'une branche, puis ils

faisaient cuire ça

sur le bord du feu, comme ça.

Mais tu sais que maintenant,

il y a autant de variétés de

banniques que il y a de variétés

de... de pâtés chinois!


Transition animée


XAVIER est devant le comptoir où sont placés les différents ingrédients nécessaires à faire de la bannique.


XAVIER

Kwei kwei. Pour faire

cette recette, ça vous prend:

de la farine de blé,

de la farine tout usage, du sel,

de la poudre à pâte, du sucre,

des canneberges, du beurre

et de l'eau.


MAMIE

Pour préparer notre bannique,

on a d'abord préchauffé le four

à 400 degrés Fahrenheit,

on a utilisé une plaque

à biscuits sur laquelle on a mis

du papier parchemin. Ça nous

prend 1 tasse de farine

de blé entier.


XAVIER

1 tasse...


MAMIE

Non, non, non. Regarde

la quantité, ça prend 2 tasses

de farine tout usage,

2 c. à soupe de poudre à pâte,

1 c. à thé de sel,

1/4 t. de sucre,

1/4 t. de canneberges,

1/2 t. de beurre

qu'on a fait ramollir...


XAVIER

Et 1/2 t. d'eau.


MAMIE

À peu près 1/2 t. d'eau.


XAVIER

À peu près.


MAMIE

On va mélanger, tout d'abord,

nos ingrédients secs. Attention.

Et la poudre à pâte, et le sel.

Un, deux, trois!

Et le sucre. Je vais mêler

tout ça, doucement. Voilà venu

le temps de mettre le beurre.

Comme il est déjà bien ramolli,

je ne fais que le couper

comme ça.

Tu le coupes comme ça,

puis tu le mets. Et là, on va

sortir la cuillère,

on va se rajouter...


XAVIER

L'eau?


MAMIE

Petit à petit,

on rajoute l'eau.


XAVIER

OK.


MAMIE

Parfait, tu vois,

ça s'agglutine. Ici. Merci

beaucoup. Jusqu'à faire

une petite boule, assez sèche,

ici. Merci Monsieur.

Bien écoute, je vais voir

si ça fait une petite boule,

tout ça. Tu m'entends que j'ai

les mains propres. Et tu vois,

ça commence. On fait ça, tu vois

ça fait une pâte. Oui,

là, la boule se tient.


XAVIER

Grand-maman?


MAMIE

Oui?


XAVIER

Tu n'oublies pas

tes canneberges?


MAMIE

Ah! Mes canneberges!

Heureusement que tu es là,

heureusement! On va y aller,

on va les rajouter. On va voir.

Ne bouge pas, je vais renverser

ça. Je vais en rajouter,

comme ça. Et comme ça. Pour

qu'il y en ait un peu partout.


VICTOR LE HAMSTER

Vas-y mamie!


MAMIE

Et on prend la canneberge

et toute la canneberge

est incluse maintenant.

On met délicatement, comme ça.

Tu m'ouvres la porte,

je mets au four.


XAVIER

Tu m'ouvres la porte.


MAMIE

Je t'ouvre la porte. Tu fais

attention, c'est vraiment chaud

400 degrés.


VICTOR LE HAMSTER

Attention là, c'est chaud.

C'est chaud, là.


MAMIE

Un, deux, trois, attention

à la chaleur. Oui!

Merci beaucoup.


Dans le segment qui suit, on présente une autre forme d'art autochtone.


Comment on appelle

cette belle sculpture?


XAVIER

D'après moi,

c'est un inunkshuk.


MAMIE

I-nuk-shuk.


XAVIER

Inukshuk.


MAMIE

Inukshuk. Alors je te propose,

avec de la bannique, de se faire

chacun un inukshuk à l'image

de cette belle sculpture.


XAVIER

OK.

Pendant ce temps-là, moi,

je vais te parler de ce à quoi

ça servait les inukshuks,

anciennement. Il y a très

longtemps, je dirais que

les inukshuks servaient

pour la chasse. Alors

ils construisaient des inukshuks

et puis ils se cachaient

derrière alors que les autres

membres de la tribu

ils rabattaient le gibier près

de l'inukshuk. Là, ils sortaient

de l'inukshuk, et puis

ils tuaient leurs bêtes

pour la saison. Ils tuaient

leurs bêtes pour se nourrir,

tu comprends? Mais maintenant,

les inukshuks ont des formes

humaines. Ah! Tu es bien bon!

Mon inukshuk est un petit peu...


XAVIER

Youhou! Terminé! Terminé.


MAMIE

Ah!


XAVIER

Attends, essaie.


MAMIE

J'essaie.


XAVIER

Oh! Quel est le plus droit?


MAMIE

Bon, d'accord. Peut-être

que... Oh!

(Faisant tomber son inukshuk)

Mon inukshuk. Ah...

Hé, tu sais quoi?

Les autochtones cachaient

de la nourriture juste au pied,

devant les inukshuks,

pour aider les voyageurs.

C'est extraordinaire.


XAVIER

Oui.


On est de retour dans la cuisine où XAVIER et MAMIE sont prêts à manger leur bannique.


MAMIE

Est-ce que tu sais que

la bannique, ça trouve

son origine dans un pain

qui était fait par des Écossais

et des Anglais? Puis ce pain-là,

ils l'appelaient le

bannok.

Et puis, ils ont aimé ce pain-là

qui s'appelait

bannok,et

ils l'ont adapté à leur culture.

Et c'est devenu de la bannique.

Alors, tu vois encore une fois,

on voit l'influence des autres

cultures sur la nôtre.

Tout le temps.


XAVIER

Bon, on goûte?


MAMIE

On goûte! Mets-en qu'on goûte.

Alors je l'ai fait refroidir

un petit peu. Tiens.

Je te donne...

Non! Je te donne celle-ci,

attention au couteau.


XAVIER

Mmmm...Mmmm...

(S'adressant au public de l'émission)

Ça goûte le pain,

tout simplement ou le gâteau.

C'est comme vous voulez.


XAVIER rentre de l'école. Il est seul dans la cuisine.


XAVIER

Grand-maman! Je suis arrivé.


MAMIE

(Voix au loin)

Bonjour, mon crapaud d'amour!


XAVIER

J'ai faim!

Direction du vent?

OK, il n'y en a pas.


XAVIER lance son chapeau sur le comptoir et il atterrit directement sur un pot.


XAVIER

Yes!


VICTOR LE HAMSTER

Ça, c'est fort!

Parole de Victor.


XAVIER

(Ouvrant le réfrigérateur)

J'ai faim. Bon, il n'y a

rien ici.

(Voyant quelque chose qui cuit sur la cuisinière)

Ah, c'est quoi ça?


MAMIE

(Entrant dans la cuisine)

Ah! Ça... bonjour mon amour,

câlin, câlin. Oui.

Ça c'est ce qu'on va

déguster comme repas.


XAVIER

Es-tu sûre?


MAMIE

Oh! Je suis certaine.

J'étais à mon ordi, j'essayais

de trouver la signification

d'un mot. Je te l'épelle parce

que je ne sais pas vraiment

comment le dire.

M-A-N-O-M-I-N. Manomin.


XAVIER

Puis, est-ce que

tu l'as trouvé?


MAMIE

Bien oui! En fait, c'est

le mot qu'utilisaient

plusieurs peuples autochtones

de la région des Grands Lacs

pour nommer le riz sauvage

qu'ils cueillaient.


XAVIER

Ah!


MAMIE

Oui. Tu sais, le riz sauvage,

c'est comme un riz ordinaire,

si tu veux. Oh, regarde-moi ça,

si c'est beau.


XAVIER

C'est ça du riz sauvage?


MAMIE

Oui! C'est beau.

Ils cueillaient ça sur le bord

des lacs et des rivières.

Mais ça, ça fait des milliers

d'années qu'ils font ça.

On va se faire un petit riz

manomin qui va être

absolument délicieux.


Transition animée


XAVIER est derrière le comptoir pour présenter les ingrédients de la recette. Dans l'une de ses mains, il tient des ballons. Il s'envole dans les airs au fur et à mesure qu'il nomme les divers ingrédients.


XAVIER

Pour faire cette recette,

ça vous prend: du riz sauvage,

de l'eau, du beurre, du persil,

des champignons, un oignon,

du fromage râpé et des tomates.


MAMIE

Pour cuisiner notre riz

manomin, ça nous prend

1/2 t. de riz sauvage. D'abord,

on prend toujours trois

quantités d'eau pour la quantité

de riz. Là j'avais 1/2 t. de riz

sauvage, je l'ai fait bouillir

5 minutes dans 1 1/2 t. d'eau.

Je l'ai laissé tremper pendant

une heure. Au bout d'une heure,

j'ai rincé le riz, j'ai remis

1 1/2 t. d'eau, je l'ai fait

chauffer 30 minutes. Et tu vois,

maintenant, il est cuit. On va

ajouter à ça 1 c. à soupe

de beurre, 1/4 t. d'oignons

qu'on a hachés, 1/2 casseau

de champignons blancs tout

simples, 1/2 t. de fromage

cheddar râpé, ça c'est

mon préféré, 1 t. de tomates

en cubes, en boîte. Avant

de mettre au four, on rajoute

1/2 t. d'eau chaude.


XAVIER

Alors, on commence.


MAMIE

Attends... oui, tu peux

commencer par mélanger ça.

Mais là, tu dois m'attendre

parce que moi, je dois

me prendre une petite cuillérée

à soupe de beurre, tiens donc.

On va faire cuire

nos champignons et nos oignons.

Est-ce que tu sais qu'il y a

une nation autochtone,

on les appelle les Ojibwés,

bien les Ojibwés, pour eux,

le riz sauvage c'est un aliment

sacré. Ils profitaient

de la lune d'automne,

qu'ils appelaient "la lune

du riz sauvage", pour faire

la cueillette du riz.

Et là, je vais t'étonner.

Est-ce que tu sais

comment ils faisaient ça?


XAVIER

Mmm... non.


MAMIE

Alors, ils se promenaient

en canot dans des régions où

il y avaient des lacs et

des rivières, où il y avait

du riz sauvage. Et là, tu sais,

le riz pousse sur le bord

de l'eau, évidemment. Et avec

un bâton, ils raclaient

les grandes tiges et là, le riz

tombait dans le canot.


VICTOR LE HAMSTER

Mmmm... ça sent bon.


MAMIE

Tiens. On y va. Là maintenant,

c'est l'heure de mélanger.

Je verse tout ça. Je vais

rajouter les petites tomates.

Notre petit cheddar râpé.

Et puis, il faut aussi...

parfait. Tu sais pourquoi

on le fait cuire si longtemps?

Pourquoi on le fait tremper,

le riz. Parce que il a la tête

dure. Un peu comme un petit

crapaud que je connais.

Là tu vois, on est prêts

à mettre ça. Tiens. Voilà.

Et ça là, ce riz-là, il est

encore plus complet que les riz

qu'on est habitués de manger.

Mais il faut découvrir

ce goût-là.

C'est tellement savoureux.

Alors, une petite pellicule.

Tiens, par-dessus, et on est

prêts à mettre au four, à 350,

pendant une heure.


On présente maintenant un reportage avec ANDRÉ-MICHEL qui est peintre.


ANDRÉ-MICHEL

Je m'appelle André-Michel

et je suis peintre. Je dessine

beaucoup dans le bois.

Et un jour, j'étais dans le Nord

du Québec, et j'ai entendu

du bruit derrière moi.

J'ai arrêté de dessiner,

j'ai figé et c'était

trois Innus, trois Montagnais

qui descendaient du Nord. Puis

là, le plus courageux, il s'est

approché de moi, puis il me dit:

"Mais qu'est-ce que tu fais?"

Mais j'ai dit: "Tu vois bien,

je dessine." Mais il me dit:

"Pourquoi tu ne prends pas

un appareil photo, ça irait

bien plus vite!"

Les Amérindiens,

ils ne gaspillent jamais,

jamais, jamais. Tellement,

une fois, ils avaient tué

52 outardes, eh bien,

on les a ramenées au village

et ils ont partagé avec

les aînés, avec les malades,

avec les personnes handicapées.

Merveilleux!

Vous ne savez pas comment

les Amérindiens ont découvert

l'eau d'érable? C'est un jour,

un chef huron qui a planté

sa hache dans l'arbre

et puis là, l'eau s'est mise

à couler le long du manche

et quand il a voulu

la reprendre, ça collait.

Il a liché, c'était sucré.

Vous ne pouvez pas savoir

le nombre de choses que

j'ai vécues avec mes amis.

J'en aurais des histoires

à vous raconter, plein, plein,

plein. Mais ce que j'ai retenu,

c'est qu'il faut savoir écouter,

il faut savoir regarder, comme

les autres font, pour devenir

toujours meilleur.


Le reportage avec ANDRÉ-MICHEL est terminé. Dans la cuisine, XAVIER et MAMIE sont prêts à déguster leur riz.


MAMIE

Tu me donnes ton assiette?

Merci beaucoup. Je te sers.

Hé que ça va être bon, ça.


VICTOR LE HAMSTER

Mmmm... ça a l'air bon.


MAMIE

Voilà. Est-ce que tu connais

les trois soeurs, toi?


XAVIER

Non.


MAMIE

Les trois soeurs,

ce sont le maïs...


XAVIER

Le maïs.


MAMIE

... le haricot...


XAVIER

Le haricot.


MAMIE

... et puis la courge.


XAVIER

Et la courge.


MAMIE

Ces trois plantes-là

s'entraident. Ils plantent

d'abord le maïs. Le maïs pousse.

Alors ils plantent le haricot

qui vient se tortiller autour

du maïs et ensuite, ils plantent

la courge qui, avec ses grandes

feuilles, va faire de l'ombre

et va protéger la base de tous

ces plans et il va y avoir moins

de mauvaises herbes.

Donc c'est efficace

et c'est drôlement ingénieux.


XAVIER

Oui. On goûte.


MAMIE

Bien... bon appétit!


XAVIER

(S'adressant au public de l'émission)

Mmmm... le riz est très

goûteux. Oui, ça m'étonne.


Transition animée


XAVIER est au comptoir de la cuisine et observe un globe terrestre.


MAMIE

Qu'est-ce que tu fais, Xavier?


XAVIER

Je fais un projet sur

le deuxième voyage de Jacques

Cartier. J'ai regardé, puis

il est arrivé de quelque part

dans la France, il est parti,

puis là il est non seulement

allé à l'entrée du golfe de...


MAMIE

Du St-Laurent?


XAVIER

Oui. Mais il est rentré

dans le golfe et il est allé

jusqu'à Stadaconé, qui est

maintenant Québec, puis avec

les Iroquois ou les Algonquiens,

il est allé jusqu'à Hochelaga,

qui est maintenant Montréal.


MAMIE

Est-ce que tu savais que

la majorité des explorateurs,

à travers le monde, quand

ils arrivaient quelque part,

qu'ils pensaient découvrir

un pays, il y avait déjà

des habitants? On appelle ça

les Premières Nations.

C'est fascinant de penser que

les Amériques étaient habitées

bien avant que nous, les Blancs,

on y mette les pieds. L'Asie

aussi. Les Premières Nations,

c'est vital.

Tu sais que même avant

les explorateurs, il y avait

déjà des bateaux de pêche

qui venaient pêcher en eaux

canadiennes, parce c'étaient

des eaux pleines de poissons

de tout ordre. Particulièrement

la morue. Alors, on peut penser

même que les premiers contacts

entre les autochtones

et les Européens, ça s'est fait

grâce à la pêche.

Ah, moi ça me donne faim.

J'ai envie de manger du poisson.

Je n'ai pas de morue, mais

j'ai de la sole, qui est

un poisson aussi à chair

blanche. Qu'est-ce que tu dirais

si on se faisait une sole

métisse des mers?


XAVIER

Oui.


Transition animée


XAVIER est derrière le comptoir de la cuisine avec ses lunettes de plongée pour présenter les ingrédients de la recette.


XAVIER

Pour faire cette recette,

ça vous prend: du blanc d'oeuf,

du concentré de jus d'orange,

de la sauce soya,

de la chapelure, du citron,

de l'huile et de la sole.


MAMIE

Pour cuisiner notre sole

métisse sur mer, on a d'abord

fait préchauffer notre four

à 475, on va faire cuire pendant

10-15 minutes. D'accord? Alors,

ça nous prend nos filets

de sole, 1/2 livre, ensuite

un blanc d'oeuf, avec

2 c. à soupe de concentré de jus

d'orange congelé, qu'on a fait

dégeler, avec aussi 1 c. à soupe

de sauce soya légère, avec

1/3 t. de chapelure régulière,

1/3 généreux, avec 1 c. à thé

de jus de citron et 2 c. à thé

d'huile de canola.


XAVIER

OK!


MAMIE

Alors, je vais te demander

de me mêler les ingrédients

liquides ici. Ce dans quoi

on va...


XAVIER

Quelle science!


MAMIE

Quelle science, hein?

On va passer la sole. Tiens.


XAVIER

Ah, ça sent bon.


MAMIE

C'est vrai que ça sent bon,

le citron. Oh là là, que ça sent

bon. On aime ça, hein? Parfait.

Là, on est prêts. On va

simplement passer notre filet

pour que ça adhère. On le

retourne, on le repasse encore.

Ensuite, quand on a

bien fait ça...


XAVIER

On le trempe

dans la chapelure?


MAMIE

On le trempe

dans la chapelure.

Tu vois comment c'est simple.


XAVIER

Je veux essayer!


MAMIE

Oui, attends, le prochain.

Le prochain. D'accord? à toi,

délicatement, tu le trempes

comme il faut pour qu'il ait

vraiment toutes les saveurs

du jus d'orange et la sauce

soya. Puis tu sais, le blanc

d'oeuf c'est vraiment pour que

ça adhère bien. Ça fait

une belle petite croûte mince.

Tiens. Oui! Je continue puis

tu feras le prochain.

Merci beaucoup.

Pendant ce temps-là, moi,

j'ai du jus de citron. Ensuite

je vais mettre... OK, une, deux.

Il faut que je me lave

les mains. Oui, là ça va aller

bien. Je mêle tout ça. Est-ce

que tu l'as secoué un petit

peu, pour enlever l'excédent?


XAVIER

Et voilà.


MAMIE

Et voilà. Alors on met...

on mêle un peu l'huile et puis

le jus de citron, et là, tiens,

je ne fais qu'arroser

délicatement. Tu vois,

on en a mis, comme ça. Et puis

on est prêts à mettre au four.

10-15 minutes.


XAVIER

OK, attends.


MAMIE

C'est beau?


XAVIER

Oui!


MAMIE

Merci monsieur. Tiens. Alors,

tu m'ouvres ça,

tu fais attention, 475!

Ouh, c'est chaud!


VICTOR LE HAMSTER

Je pense que j'ai

un petit creux.


Dans le segment qui suit, MAMIE montre à XAVIER comment parer un poisson en deux filets.


MAMIE

Tu vois, ça c'est un couteau

extrêmement coupant et tu vois

sa particularité, il est mou.

Alors il est fait pour fileter.

Là, ce que je fais, tu vois

il y a l'arrête dorsale, on dit

l'arrête dorsale. Et pour faire

des beaux filets, je vais suivre

l'arête dorsale comme ça,

jusqu'au bout. Et là,

tranquillement, je vais lever,

puis tu vas voir, à la fin,

je vais faire ça comme ça.

Il peut rester des petites

arêtes, on s'entend. Ici et là,

je vais renverser, tiens

regarde-moi ça. Et voilà.

Et tu sais, même cette

partie-là, après ça tu la lèves,

tranquillement, comme ça.


XAVIER

Ça c'est comme

sa colonne vertébrale?


MAMIE

Oui, c'est exactement

la colonne vertébrale.

Et quand tu as coupé,

tu as deux beaux filets.


XAVIER

(S'adressant au public de l'émission)

Ma grand-mère elle a

des fées de doigt. Heu... non,

des doigts de fée.


XAVIER et MAMIE sont prêts à déguster leur poisson.


MAMIE

Tiens mon ami.


XAVIER

Je mets ça après.


MAMIE

Ah, toi tu l'aimes mieux dans

ton verre d'eau. Moi j'aime bien

le citron sur le poisson,

je trouve ça délicieux. Est-ce

que tu savais, toi, que

les autochtones étaient

les ancêtres des barres tendres?


XAVIER

Hein?


MAMIE

Oui, eh bien oui. Tu sais

ce qu'ils faisaient?

Ils partaient pour des très,

très longs voyages, à la chasse

et tout. Alors, ce qu'ils

faisaient, c'est qu'avant

de partir, ils faisaient sécher

du gibier, de la viande de bois,

et ils mêlaient à ça un gras

animal, puis ils rajoutaient

des fruits, de petites baies,

des fruits sauvages et

ça devenait comme des barres

qu'ils traînaient avec eux,

partout pendant leurs longs

voyages et ils avaient toujours

de la nourriture à portée

de la main. Les ancêtres

des barres tendres, je te jure.


XAVIER

(S'adressant au public de l'émission)

Le poisson, ça goûte

vraiment le poulet.

Le poisson, il est vraiment bon.


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Season
  • Category Documentary

Résultats filtrés par