Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ombudsman : Great power

Ontario passes a law extending the powers of its Ombudsman to include municipalities, colleges and universities, as well as school boards. It is the greatest leap forward in 40 years, in the province, in terms of transparency.


Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Vos municipalités, vos hôpitaux

et vos conseils scolaires sont-ils

suffisamment surveillés?

Bienvenue à #ONfr.

(Générique d'ouverture)

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Les parlementaires de l'Ontario

viennent d'adopter une Loi sur

la responsabilisation dans les

secteurs publics et parapublics.

La nouvelle loi 8 permettra

entre autres à l'ombudsman de la

province, André Marin,

d'enquêter sur les pratiques

parfois douteuses des

municipalités.

C'est le plus grand bond en

avant depuis 40 ans sur le plan

de la responsabilisation et de

la transparence dans les

secteurs publics et parapublics

en Ontario.

(Diffusion d'images d'un entretien avec ANDRÉ MARIN, ombudsman de l'Ontario)


ANDRÉ MARIN

(Propos traduits de l'anglais)

Effectivement, nous doublons

le champ d'action de notre bureau.

Nous ajoutons 549 organismes

provinciaux aux quelque

500 organismes que nous surveillons

déjà. Nous sommes en train

d'évaluer les coûts. Nous allons

rencontrer tous les partis politiques.

Et nous ferons une soumission

à la Commission de régie interne

pour que notre bureau obtienne

les ressources adéquates pour

faire son travail.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

L'Ontario vient d'adopter une loi

qui donne à l'ombudsman

André Marin un droit de regard

sur les municipalités, les collèges

et universités, de même

que les conseils scolaires.


ANDRÉ MARIN

(Propos traduits de l'anglais)

Les dernières années nous ont

démontré que les municipalités

ont besoin de toute l'aide

qu'elles peuvent recevoir.

C'est un secteur pestiféré

de controverses, de conflits

d'intérêts et sans aucune

surveillance, qu'il s'agisse

de Brampton, Mississauga,

Toronto, Sudbury et London.

La liste est longue.

Notre approche n'est pas

de confronter les municipalités.

Nous sommes là pour aider.

Nous sommes là pour aider

les citoyens et nous sommes là

pour améliorer la gouvernance

au niveau municipal.

(En français)

Bien souvent, les citoyens des

municipalités sont préoccupés

par l'absence de transparence,

par l'absence de réponses, des

questions financières, le temps

que ça prend pour prendre des

décisions, l'ouverture de

l'appareil administratif au

public, ce genre de questions

là, conflits d'intérêts,

questions importantes.

Donc, on va être là pour prendre

ce genre de plaintes là.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

L'ombudsman a reçu à peu près

3400 plaintes pour lesquelles

il n'avait pas le pouvoir d'enquêter

en 2013. Près de la moitié

de ces plaintes concernaient

le secteur municipal.

(Diffusion d'images d'un entretien avec le ministre des Affaires municipales, Ted McMeekin)


TED MCMEEKIN

(Propos traduits de l'anglais)

Tous les Ontariens demandent

et méritent la transparence à tous

les niveaux du gouvernement.

La Loi 8 fait un bon bout

de chemin dans cette direction.

J'ai eu une brève conversation

avec l'Ombudsman qui m'a dit

que c'est le plus grand transfert

de surveillance publique dans

l'histoire de notre province.

Je lui ai demandé s'il s'en

réjouissait et il m'a dit oui.

C'est un pas dans la bonne

direction. Les gens nous demandaient

plus de responsabilisation.

Vous n'avez qu'à regarder

ce qui se passe dans le secteur

municipal pour savoir de quoi

je parle. L'adoption de cette loi

va améliorer la situation.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Même l'opposition y voit du bon.

(Diffusion d'images d'un entretien avec le chef progressiste-conservateur Jim Wilson)


JIM WILSON

(Propos traduits de l'anglais)

C'est bon pour l'Ombudsman.

Je crois qu'il est plus que temps

pour les municipalités qui n'ont

pas leur propre ombudsman

d'inviter M. Marin à leur table.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

La nouvelle loi doit aussi mener

à la création d'un deuxième

ombudsman, celui-là pour les

hôpitaux et les foyers de soins

de longue durée.


JIM WILSON

(Propos traduits de l'anglais)

Je n'ai jamais compris pourquoi.


ANDRÉ MARIN

(Propos traduits de l'anglais)

Ce n'est pas mon projet de loi.

C'est le projet de loi du

gouvernement. Je ne l'aurais

pas rédigé de cette façon.


JIM WILSON

(Propos traduits de l'anglais)

Au moins, il y aura plus

de surveillance dans nos hôpitaux.

Il est temps d'y amener

une plus grande transparence,

surtout sur la question

des salaires. Nous l'entendons

aussi de la Vérificatrice générale.

Ce gouvernement n'évalue rien.

Il ne suit pas les meilleures

pratiques. Il n'est pas transparent.

Clairement, le thème principal ici

est le retour sur notre

investissement. L'Ombudsman

peut aider à résoudre les problèmes

des citoyens et, avec la Vérificatrice

générale, il peut nous aider

à améliorer les retours sur nos

investissements.

(Diffusion d'images d'un entretien avec la présidente du Conseil du trésor, Deb Mattews)


DEB MATTEWS

(Propos traduits de l'anglais)

Les patients ont besoin d'une

ressource au-delà de l'institution

avec laquelle ils ont un problème.

Ils auront maintenant accès

à un ombudsman des patients

qui pourra enquêter sur des cas

individuels et mener à des

changements positifs dans le

système de santé. Il sera

à l'écoute des patients. Ça va

nous aider à bâtir un système

de santé plus fort et mieux intégré.

(Diffusion d'images d'un entretien avec Andrea Horwath, chef néo-démocrate)


ANDREA HORWATH

(Propos traduits de l'anglais)

Le gouvernement continue

d'ignorer les patients en leur

refusant une surveillance

indépendante dans le secteur

de la santé. Nos hôpitaux

représentent la plus grande partie

du budget de la santé.

Et il n'y aura aucune surveillance

indépendante par notre

Ombudsman. Ce n'est pas

suffisant.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

La Loi sur la responsabilisation

dans les secteurs publics et

parapublics viendra finalement

plafonner les salaires des hauts

fonctionnaires provinciaux, mais

la hauteur du plafond prête à

interprétation pour l'instant.


DEB MATTEWS

(Propos traduits de l'anglais)

Il y a un processus en place.

Nous devons justifier quel sera

ce plafond. À l'heure actuelle,

c'est chaque organisation

qui décide.


ANDREA HORWATH

(Propos traduits de l'anglais)

Il n'y a, dans cette loi, aucun plafond

précis pour les salaires des PDG

dans le secteur parapublic.

Nous attendons ça depuis plus

d'une décennie. Cette loi ne répond

pas à nos attentes. Nous sommes

estomaqués de voir que

le gouvernement n'a pas agi

avec cette loi.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Avec deux fois plus d'organismes

à surveiller et un milieu

municipal qui se relève de

plusieurs scandales depuis les

dernières élections, c'est donc

une tâche colossale qui attend

l'ombudsman.


ANDRÉ MARIN

Il faut se rappeler que maintenant,

on est financés pour la surveillance

de 500 différentes agences

provinciales. Et puis maintenant,

on vient d'ajouter 549 nouvelles

agences dans le secteur

des municipalités, des universités

et des écoles.

Et donc, il va falloir que ça soit...

Il va falloir y avoir

des ressources additionnelles.

(Transition)

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Vous voulez réagir? Joignez-

vous à nous sur Twitter, et

n'oubliez pas de consulter notre

blogue pour demeurer à l'affût

de tout ce qui se passe ici à

Queen's Park.

Un mot en terminant sur le

Collège d'Alfred, le seul

établissement franco-ontarien

de formation agricole. On sait

que son avenir est incertain

depuis que l'Université de Guelph

a décidé de s'en désinvestir

plus tôt cette année. La province,

en juin, a nommé un ancien

sous- ministre et un proche

du Parti libéral, Marc Godbout,

pour se pencher sur l'avenir

du collège. Nous attendons

le rapport de M. Godbout

à l'Assemblée législative au cours

des prochains jours. Nous allons

suivre ce dossier avec attention

et nous vous tiendrons au

courant.

Voilà ce qui conclut cette

émission de #Onfr.

Rendez-vous jeudi prochain,

20h50, pour une rétrospective

de l'année 2014.

Au revoir.

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par