Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Collège Alfred : What kind of future?

The Ontario Francophone farming community is holding its collective breath in anticipation of a decision by Queen’s Park concerning the future of the only French-language agricultural education institution in the province. What will become of the Campus d’Alfred? The #ONfr team gives an account of the issue.


Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à #ONfr.

La communauté agricole

francophone de l'Ontario retient

son souffle dans l'attente d'une

décision de Queen's Park sur

l'avenir du seul établissement

d'enseignement agricole de

langue française de la province.

Qu'adviendra-t-il du Collège

d'Alfred? Nous vous proposons

cette semaine un état des choses.


Diffusion d'images du Collège d'Alfred


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

L'avenir demeure incertain pour

le Collège d'Alfred dans l'Est

ontarien.


Entretien avec TOM MANLEY, président du Conseil communautaire du Collège d'Alfred


TOM MANLEY

Le Collège d'Alfred existe

depuis environ 32 ans.

D'abord, une école du ministère

de l'Agriculture de l'Ontario,

mais en 1997, transférée à

l'Université de Guelph,

mais toujours un campus

collégial. Et le 7 mars 2014,

l'Université de Guelph a décidé

de se retirer pour raison de

coût de livraison des produits

scolaires, et dans le but de

concentrer ses efforts à Guelph.

Actuellement, nous avons deux

nouveaux partenaires, c'est à

dire La Cité collégiale à Ottawa

et le Collège Boréal à Sudbury,

qui ont pris en charge les trois

programmes collégiaux ainsi que

certains certificats, pour

continuer la livraison de ces

programmes. Par contre, nous ne

savons pas à l'heure actuelle

qui sera le nouveau maître,

propriétaire des lieux,

employeur du personnel, à

compter du mois de mai, et c'est

une décision que nous attendons

du ministre.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Début juin 2014, Queen's Park

a nommé un facilitateur, Marc

Godbout, ancien sous-ministre

adjoint et proche du Parti

libéral, pour se pencher sur une

solution sur le long terme pour

le Collège d'Alfred. La province

a nommé un autre facilitateur

pour le collège anglophone de

Kemptville, lui aussi menacé de

fermeture pour les mêmes raisons

qu'Alfred. Dans son rapport

rendu public à la mi-décembre,

Marc Godbout recommande une

nouvelle structure de

gouvernance pour le Collège

d'Alfred. Il souhaite la

création d'un conseil de

formation agricole auquel

siégeraient, entre autres, les

collèges Boréal et La Cité.


TOM MANLEY

Le rapport est très

enthousiaste dans le potentiel

et l'impact que le Collège

Alfred pourrait avoir au niveau

de l'économie ontarienne, et

surtout pour les Franco-

Ontariens, dans le domaine

agroalimentaire. Nous partageons

à peu près toutes ces

recommandations sur l'expansion

des programmes, l'augmentation

de la population étudiante, et

la multiplication des activités

dans d'autres domaines. Ce qui

est inconnu, c'est la structure

de gouvernance. Une structure a

été proposée dans le rapport

Godbout, que je trouve un peu

lourde. Alors nous attendons,

justement, une décision du

ministre sur la structure de

gouvernance et le financement,

et le transfert des opérations.

Nous voyons trois scénarios

possibles. La structure de

gouvernance telle que

recommandée par M. Godbout, qui

est une structure assez complexe

à mon avis. Un autre scénario,

c'est que carrément, le campus

soit un campus se rapportant à

un des deux collèges. Ou bien,

ce que nous recommandons

localement, c'est une

gouvernance locale.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Ce n'est pas la première fois

que le Collège d'Alfred est

menacé. L'établissement a

survécu à une première crise en

1997 lorsqu'il s'est retrouvé,

justement, sous la tutelle de

l'Université de Guelph.

Autre temps, autres moeurs.

Cette fois, l'élite politique à

Queen's Park est bien consciente

qu'Alfred pourrait devenir à

l'enseignement supérieur ce qu'a

été la saga de l'Hôpital

Montfort à la santé pour les

Franco-Ontariens.


Entretien avec JEFF LEAL, ministre de l'Agriculture de l'Ontario


JEFF LEAL

(Propos traduits de l'anglais)

Je siégeais au conseil municipal

de Peterborough à la fin des années

1990 alors que le gouvernement

de l'époque cherchait à fermer

l'hôpital Montfort, qui était le seul

hôpital francophone en Ontario.

Les leaders politiques ont depuis

appris qu'il y a de meilleures façons

de faire que celle adoptée à la fin

des années 1990.


TOM MANLEY

Le Collège d'Alfred joue un rôle

très important dans l'économie

ontarienne, mais surtout au

niveau des possibilités

économiques des Franco-Ontariens

en milieu agroalimentaire.

C'est la seule école en langue

française agroalimentaire au

Canada, hors Québec. Très

important, donc, pour les

Franco-Ontariens, et même pour

les Franco-Canadiens, les

Canadiens à l'extérieur du

Québec. Il faut que ça survive.

Il n'est pas question de tout

simplement repousser les

activités à l'Université de

Guelph dans sa ville de base,

à Guelph, et penser qu'on va

réussir. Au contraire, il faut

que le collège survive.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Le rapport Godbout plaît au

Collège La Cité, qui hériterait

sans doute d'une plus grande

part de la gestion du Collège

d'Alfred. La direction du

collège francophone d'Ottawa n'a

pas été en mesure de nous

accorder une entrevue, mais dans

un communiqué daté du 18

décembre, la présidente Lise

Bourgeois affirme que «la vision

proposée par le facilitateur

est réalisable et présente une réelle

compréhension des enjeux

de l'ensemble des communautés

agricoles et francophones de

l'Ontario».

Mais le Collège Boréal, lui, y

voit quelques zones grises.


Entretien avec PIERRE RIOPEL, président du Collège Boréal


PIERRE RIOPEL

On a beaucoup de questions.

On accueille le rapport Godbout

en reconnaissant que...

on parle de potentiel, on parle

d'avenir pour le campus

d'Alfred, et ça, je pense que

c'est très bien. Par contre, nos

préoccupations sont au niveau du

quotidien, au niveau de

l'opérationnalisation de

certaines des recommandations du

rapport Godbout. Donc, il y a 57

recommandations quand même.

Je pense que ça demande de la

réflexion, ça demande une

analyse, ça demande peut-être

certaines recherches afin de

trouver une solution qui est

durable, une solution qui est

vraiment à long terme.

Alors, quelles sont les

implications, par exemple, de la

recommandation 11, où on

recommande que la gouvernance et

la gestion du campus d'Alfred

soient assurées par La Cité, et

que deux autres centres, à New

Liskeard et à Windsor, que la

gouvernance et la gestion des

programmes qui sont offerts dans

ces deux centres-là soient

assurées par le Collège Boréal?

Alors, qu'est-ce qu'on veut dire

par "gouvernance", et quelle est

l'implication dans le quotidien,

dans le jour à jour, dans la

gestion de ces programmes-là?


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Le rapport Godbout, par

ailleurs, parle très peu

d'argent. Et la province, qui a

le dernier mot, est très

soucieuse des coûts du sauvetage

du Collège d'Alfred.


JEFF LEAL

(Propos traduits de l'anglais)

Nous voulons nous assurer

que les étudiants à l'heure actuelle

puissent terminer leurs études

et obtenir leur diplôme.

Deuxièmement, nous voulons

analyser l'impact financier

pour la province et l'impact

économique pour les communautés

d'Alfred et de Kemptville.

Troisièmement, dans le cas d'Alfred,

nous voulons nous assurer

que nous continuions à offrir

de la formation agricole en français.

Et quatrièmement, nous voulons

nous assurer que nous traitons

Alfred et Kemptville de manière

équitable.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Le ministre Jeff Leal doit rendre

son verdict à la fin janvier.


JEFF LEAL

Nous effectuons un examen approfondi de l'analyse et de l'information de M. Godbout dans le cas d'Alfred, et Lyle Vanclief, dans le cas de Kemptville. Nous prévoyons dévoiler publiquement les prochaines étapes d'ici la fin du mois. Mais c'est quelque chose que nous faisons avec beaucoup de prévenance et de sensibilité à l'égard des deux communautés dans l'Est ontarien. [FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Narrateur)

Pour Tom Manley, du Collège

d'Alfred, il est déjà minuit

moins une.


TOM MANLEY

Le temps presse pour une

décision et une mise en place

rapide de la solution finale.

Néanmoins, nous sommes inquiets

des mois qui s'enchaînent,

et l'entrée scolaire de 2015 en

septembre arrive très

rapidement. Et on sait que dans

un domaine complexe comme le

Collège d'Alfred et dans le

secteur gouvernemental, ça prend

du temps.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Vous voulez réagir?

Joignez-vous à nous sur Twitter.

Et n'oubliez pas de consulter

notre site d'information au

quotidien pour demeurer branché

sur l'actualité politique de

l'Ontario. Voilà ce qui conclut

cette émission d'#ONfr.

Rendez-vous jeudi prochain,

20h50. Au revoir.


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par