Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Patrick Brown : What future for PCC ?

Back to Patrick Brown’s election to the leadership of the Progressive Conservative Party of Ontario. What should we expect from the new opposition leader at Queen’s Park? And what are the challenges ahead of him?


Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Images de RICHARD CIANO, président du Parti PC de l'Ontario, annonçant les résultats officiels de l'élection à la chefferie.


RICHARD CIANO

(Propos traduits de l'anglais)

Patrick Brown, 88.861%.

Christine Elliott, 11.039%.

Patrick Brown vient d'être élu chef

du Parti PC de l'Ontario.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à #ONfr.

Vous venez de le voir, Patrick Brown

est, depuis le 9 mai, le nouveau chef

du Parti progressiste-conservateur

de l'Ontario. Un chef jeune, 36 ans,

qui a l'ambition de redémarrer

l'ancienne Big Blue Machine

qui a régné en maître sur la

province pendant plus de la

moitié du XXe siècle.


Images du discours de victoire de PATRICK BROWN


PATRICK BROWN

(Propos traduits de l'anglais)

Ma vision pour notre Parti PC

est un parti fort de quelque

100 000 membres. Des membres

de tous les milieux, de tous

les coins de notre province.

Je veux voir des membres

de notre partir à tous les coins

de rue, dans tous les quartiers

à travers notre province.

Je veux rétablir la connexion

avec la population de l'Ontario.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Patrick Brown a vraiment fait

flèche de tout bois dans son

discours de victoire. Il a

promis de remettre l'Ontario sur

la bonne voie, avec des finances

saines, et il a aussi promis de

relancer l'économie avec, entre

autres, des tarifs d'électricité

plus abordables.

Mais M. Brown est demeuré

silencieux sur les questions

d'ordre social, son talon

d'Achille. Pas un mot sur ce

projet de réforme de l'éducation

sexuelle du gouvernement

libéral, qui a donné mauvaise

presse à sa troupe ces derniers

temps. Le Parti PC aura, par

ailleurs, pour la première fois,

le chef le plus bilingue à

l'Assemblée législative.

Un chef qui a promis aux

Franco-Ontariens leur propre

université et un chef qui, dès

les premières minutes de son

mandat, a réitéré son appui

à l'Hôpital Montfort d'Ottawa.


PATRICK BROWN

(S'exprimant en français)

Et pour les communautés

francophones de l'Ontario, il y

a une raison...

il y a une raison pourquoi j'ai

visité toutes les villes

francophones de l'Ontario, comme

Sudbury, comme Sault-Sainte-

Marie, comme Hearst et l'autre

ville à côté d'Ottawa. La raison

est que la communauté

francophone, je connais qu'il y

a une voix conservatrice dans

ces communautés.

(Chaleureusement applaudi par ses partisans)

Nous allons nous concentrer sur

les enjeux importants pour les

francophones en Ontario.

Je sais que l'éducation en

français et les services de

santé en français, comme

l'Hôpital Montfort, sont

importants pour vous. Soyez

certains que nous allons

travailler avec vous pour

construire un meilleur Ontario.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Est-ce que ce sera suffisant

pour restaurer la confiance des

francophones dans le Parti PC?

Eh bien, ça, on le verra à

l'usure.

L'autre défi qui attend Patrick

Brown, un défi de taille, c'est

celui de se faire connaître des

Ontariens. On sait très peu de

choses de ce député fédéral de

Barrie, qui a réchauffé pendant

neuf ans l'arrière-ban aux

communes avant de soudainement

se hisser à la tête du Parti

conservateur provincial.

Mais une chose est sûre, Patrick

Brown entend défier les

conventions à Queen's Park. Il

ne s'est d'ailleurs pas gêné dès

sa première intervention à titre

d'invité spécial de la

législature, le 11 mai, pour

s'attaquer de front aux libéraux

sur la question de l'énergie.


Images de PATRICK BROWN faisant une intervention à l'Assemblée législative de l'Ontario, lors de la visite officielle de Philippe Couillard, premier ministre du Québec.


PATRICK BROWN

(Propos traduits de l'anglais)

En tant que chef du Parti PC

de l'Ontario, je suis intéressé

à savoir comment le Québec

gère son énergie. Je veux savoir

comment nous pouvons changer

nos politiques ici pour mieux

nous positionner de la sorte.

Monsieur le premier ministre

Couillard, vous savez comment

faire. Vous vous concentrez

sur une énergie abordable et vous êtes

en mesure d'attirer des emplois

dans votre province. J'applaudis

cette initiative.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Pour le parti au pouvoir,

l'arrivée prochaine de Patrick

Brown sur les premières lignes

de l'opposition représente

clairement une menace. La

preuve: le clan Wynne y est allé

d'une première campagne négative

dans les médias sociaux, dans les

heures qui ont suivi son

ascension à la chefferie.

Une campagne qui visait à

associer le nouveau rival Tory

au Tea Party, ce mouvement

controversé issu de la droite

libertarienne aux États-Unis.


Entretien avec STEVEN DEL DUCA, ministre des Transports de l'Ontario


STEVEN DEL DUCA

(Propos traduits de l'anglais)

Il avait l'occasion de revenir

vers les gens de Barrie,

les gens de la grande région

de Toronto et les gens du nord

pour leur dire qu'il n'allait pas

se rallier à ses collègues partisans

à Ottawa et qu'il allait se tenir

debout pour l'Ontario.

Nous avons besoin d'investissements

dans notre infrastructure et il

ne s'est pas battu pour nous.

Fondamentalement, il est un

militant radical du Tea Party

qui se situe très loin des courants

d'aujourd'hui. Ce n'est pas ce que

les gens de l'Ontario veulent.

Ce n'est pas ce qu'ils méritent.

C'est la raison pour laquelle

ils ont donné un mandat fort

à la première ministre Wynne

et à notre parti, en juin dernier.

Et nous nous affairons à bâtir

cette province.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Pour les néo-démocrates, le choix

de M. Brown s'inscrit dans

la continuité, après Tim Hudak et

ses politiques de droite.


Entretien avec JAGMEET SINGH, député néo-démocrate de l'Ontario


JAGMEET SINGH

Nous pensons, nous, les autres

partis, qu'on a essayé de

changer le Parti avec un nouveau

chef.

Avec les libéraux, on a vu que

la première ministre Wynne

n'était pas tellement différente

de M. Dalton McGuinty et que

c'était la même chose. Et je pense

aussi que dans ce cas, il sera

la même chose aussi.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Au moment d'enregistrer cette

émission, la rumeur voulait que

Patrick Brown remette sa

démission à Ottawa le 13 mai et

qu'il tente de se faire élire au

provincial dans Chatham-Kent

Essex ou dans Haldimand-Norfolk,

deux bastions du Parti PC.

À quoi ressemblera la suite?

Est-ce que le Parti

progressiste-conservateur va

continuer sa dérive vers la

droite ou va-t-il se positionner

juste au bon endroit pour

torpiller le navire libéral en

2018? Les paris sont ouverts.


Transition


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Il y a des enjeux linguistiques

ou politiques que vous aimeriez

que l'on aborde à l'émission?

Faites-nous signe sur Twitter.

Et n'oubliez pas de consulter

tous les jours notre site

d'information au tfo.org/onfr.

Voilà ce qui conclut cette

émission d'#ONfr.

On se retrouve jeudi prochain.

Au revoir.


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par