Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ontario : Five major issues

From the Sudbury by-elections to the privatization of Hydro One, the #ONfr team comes back for the last show of the season and takes on five pressing political and Francophone issues for the winter 2015 session at the Legislative Assembly of Ontario.


Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Titre :
#ONfr


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT, animateur et reporter législatif, est en studio, s'adressant au public de l'émission.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Bienvenue à

#ONfr. Le budget

est adopté, les parlementaires

sont rentrés dans leurs terres

pour l'été, c'est maintenant

l'heure des bilans.

Nous vous proposons donc, pour

cette dernière émission de la

saison, un top 5 des enjeux les

plus marquants de cette session

parlementaire qui vient de

prendre fin, à Queen's Park.

Numéro 5: L'élection partielle à

Sudbury. Il faut vraiment avoir

vécu sous une roche tout l'hiver

pour ne pas avoir entendu parler

de cette élection partielle

du 5 février. Un scrutin qui a

engendré deux enquêtes de la

Police provinciale de l'Ontario

et d'innombrables questions

dans la législature.


JEFF YUREK, député PC de Eglin-Middlesex-London, ANDREA HORWATH, chef néo-démocrate de l'Ontario, et SYLVIA JONES, députée PC de Dufferin-Caledon, livrent des allocutions lors d'une Assemblée législative à Queen's Park.


JEFF YUREK

(Propos traduits de la langue anglaise)

Gerry Lougheed a été enregistré alors

qu'il offrait apparemment un pot-de-vin

au nom de votre parti.


ANDREA HORWATH

(Propos traduits de la langue anglaise)

La Première ministre refuse de

répondre à la question.


SYLVIA JONES

(Propos traduits de la langue anglaise)

C'est enregistré! Ce qui n'est pas clair,

c'est ce que vous avez fait, ce que vous

avez offert, ce que vous avez garanti...


On présente un montage d'images montrant Glenn Thibeault en campagne électorale, de même qu'Andrew Olivier dans ses anciennes fonctions de député.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Résumons un peu les faits. La

Première ministre Kathleen Wynne

cherchait à présenter dans

Sudbury sa nouvelle recrue,

Glenn Thibeault, un transfuge

néo-démocrate. Mais pour

ce faire, elle devait d'abord

écarter un ancien candidat

libéral, Andrew Olivier,

qui souhaitait faire

un deuxième tour de piste. Deux

organisateurs libéraux, Gerry

Lougheed et Patricia Sorbara,

auraient alors offert à

M. Olivier un emploi ou une

nomination pour le convaincre

de céder le passage à

M. Thibeault.


De retour en studio.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Une offre possiblement illégale

que M. Olivier a non seulement refusée,

mais qu'il a aussi choisi

de rendre publique sur Facebook,

en plus de se présenter

comme candidat indépendant.

Embarrassant, vous dites? Bien,

pas assez pour faire perdre M.

Thibeault, mais tout de même

assez pour que Mme Wynne doive

se soumettre à un interrogatoire

de la police.

En quatrième position,

l'Université franco-ontarienne.

C'est la pièce manquante

du système d'éducation de langue

française dans la province.

Une pièce dont la communauté

franco-ontarienne rêve depuis

quelques décennies déjà.

Verra-t-elle le jour? C'est la

première fois en tout cas qu'un

projet de loi sur la création

d'une université par et pour

les Franco-Ontariens se retrouve

sous la loupe des

parlementaires, à Queen's Park.

Ce projet de loi fait écho à une

demande en bonne et due forme

du Regroupement étudiant

franco-ontarien et ses

partenaires, la Fédération de

la jeunesse et l'Assemblée de la

francophonie, à la mi-février.


GENEVIÈVE LATOUR, co-présidente du Regroupement étudiant franco-ontarien, livre un discours lors d'un point de presse.


GENEVIÈVE LATOUR

Au nom de la communauté

franco-ontarienne, nous

demandons à la Première ministre

de l'Ontario, l'honorable

Kathleen Wynne, de s'engager

envers la mise sur pied

d'une nouvelle université

de langue française en Ontario.


De retour en studio.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Le hic, c'est qu'il s'agit

d'un projet de loi de la

néo-démocrate France Gélinas et

que rares sont les propositions

de l'opposition qui se rendent

jusqu'à la fin du parcours

législatif dans la province.

Qu'à cela ne tienne, le projet

de loi de Mme Gélinas aura forcé

un peu la main d'un gouvernement

libéral qui se cantonnait

jusque-là dans une simple

bonification de l'offre

des programmes d'études

en français dans le corridor

Toronto-Windsor.

Le commissaire aux services en

français François Boileau s'est

d'ailleurs réjoui que le débat

sur une université

franco-ontarienne soit

maintenant bien engagé,

tant au niveau politique

que communautaire. Numéro 3: la

grève des enseignants. La paix

syndicale en a pris pour

son rhume dans les écoles

de l'Ontario, et c'est le moins

qu'on puisse dire.


On présente des images montrant des enseignants en grève manifestant devant Queen's Park.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Les enseignants du secondaire

dans trois conseils scolaires

publics anglophones ont débrayé

ce printemps, certains pendant

plus d'un mois. Les enseignants

de l'élémentaire public

anglophone ont eux aussi entamé

des moyens de pression. Ceux des

écoles francophones et leurs

collègues des écoles catholiques

anglophones se sont donné

des mandats de grève forts

pour septembre.


De retour en studio.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Les négociations

achoppent sur un vaste éventail

d'enjeux, du nombre d'élèves

par classe aux horaires de

surveillance. La ministre

Liz Sandals dit qu'elle veut des

ententes négociées, mais rien

ne semble la rapprocher

des quatre syndicats ontariens

de l'enseignement.


LIZ SANDALS, ministre de l'Éducation de l'Ontario, commente, lors d'un point de presse.


LIZ SANDALS

(Propos traduits de la langue anglaise)

La Première ministre s'est engagée à

négocier. Et la solution ultime à

ce conflit est la négociation de

nouvelles conventions collectives.


De retour en studio.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Est-ce qu'on se dirige vers une

grève générale de l'enseignement

à la rentrée? Eh bien, c'est

à suivre. Au deuxième rang

de notre top 5 de la session

parlementaire: l'élection de

Patrick Brown à la chefferie du

Parti progressiste-conservateur.


On présente un montage d'images montrant Patrick Brown lors de la course à la chefferie du Parti conservateur de l'Ontario.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

L'ancien député fédéral

de Barrie en a surpris plus

d'un lorsqu'il s'est hissé à la

direction du parti d'opposition

à Queen's Park début mai.

Peu connu sur la scène

provinciale, Patrick Brown

a dû courtiser tous azimuts pour

arriver à ses fins. On l'a vu

poser avec la communauté

sikhe de Brampton, avec des

agriculteurs libertariens de

l'Est ontarien, les Landowners,

et aussi avec les francophones.


De retour en studio.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Le Parti PC aura d'ailleurs,

pour la première fois, le chef

le plus bilingue à l'Assemblée

législative. Un chef qui a

promis aux Franco-Ontariens leur

propre université. Et un chef

qui, dès les premières minutes

de son mandat, a réitéré son

appui à l'Hôpital

Montfort d'Ottawa.


PATRICK BROWN, chef du PC de l'Ontario, commente, lors d'un point de presse.


PATRICK BROWN

Les institutions françaises

sont importantes et ça, c'est

pour cette raison que je suis

un big supporter de l'Hôpital

Monfort et de toutes les

institutions françaises

de l'Ontario.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

À quoi ressemblera la suite

pour Patrick Brown et les

progressistes-conservateurs?

Le nouveau chef va-t-il pousser

sa formation plus loin sur

la droite? Où va-t-il la

positionner juste au bon endroit

pour remporter les prochaines

élections? On verra bien.

Entre-temps, la grande question

pour M. Brown est de savoir où

et quand il a l'intention de

se faire élire à Queen's Park.

Et numéro 1: la privatisation

d'Hydro One. Impossible

de passer à côté.

C'est de loin le changement

le plus important à l'appareil

gouvernemental depuis les années

1990. Cette étape que Mike

Harris lui-même n'a pas osé

franchir.


On présente un montage d'images montrant divers députés débattant en chambre à Queen's Park, de même qu'une rencontre face à face entre Charles Sousa, ministre des Finances de l'Ontario, et Kathleen Wynne.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Avec l'adoption

du budget 2015 de l'Ontario, la

table est bel et bien mise

pour la privatisation de 60%

de la société provinciale de

distribution et de transmission

d'électricité. Le gouvernement

libéral à Queen's Park a jugé

cette vente nécessaire pour

réinvestir jusqu'à 4 milliards

de dollars dans les routes

et les transports en commun

de la province.


CHARLES SOUSA témoigne, lors d'un point de presse.


CHARLES SOUSA

(Propos traduits de la langue anglaise)

Nous devons investir dans l'infrastructure.

Ce budget a pour but de redéployer

et de trouver des fonds nécessaires pour

bonifier nos investissements dans

l'infrastructure: routes, ponts et

transports en commun, pour le

bénéfice de la population de

l'Ontario. C'est ça le but.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

L'opposition, elle, s'inquiète

de la dilapidation d'un fleuron

de la province pour quelques

kilomètres de routes ou de

rails. Elle s'inquiète aussi

de l'absence d'une surveillance

indépendante une fois

que Hydro One sera cédée

au secteur privé. La chef

néo-démocrate Andrea Horwath a

promis qu'elle ne lâcherait pas

le morceau. Mais réussira-t-elle

à rassembler les appuis

nécessaires sur la pelouse de

Queen's Park pour faire reculer

le gouvernement? Eh bien,

les paris sont ouverts.


Transition


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Voilà pour ce top 5 des enjeux

les plus marquants à Queen's

Park ces derniers mois.

Vous voulez réagir?

Joignez-vous à nous sur Twitter

et restez branché sur

l'actualité politique

de l'Ontario sur notre site

d'information quotidien, qui

demeurera d'ailleurs actif

tout l'été, au tfo.org/onfr.

Voilà ce qui conclut cette

dernière émission

#ONfr

de la saison. Au nom de toute

l'équipe, je vous souhaite

un bon été, reposez-vous bien,

profitez du soleil, soyez

prudent sur la route

et on se retrouve en

septembre. Au revoir.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par