Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

#ONfr Oct 8: Furious Francophones

Are Queen´s Park Liberals turning Penetanguishene Hospital into the next Montfort? The question arises a year after the announcement of the imminent closure of the hospital, partially designated under the Ontario French Language Services Act. Progressive Conservative leader Patrick Brown helms the resistance to closing the hospital in his riding. Liberal Kathleen Wynne now finds herself in the shoes of Conservative Premier Mike Harris, who tried to close down Montfort Hospital in Ottawa.

Meanwhile in federal politics, the election campaign hits its home stretch. At 78 days, it is the longest federal election campaign in modern history. And yet, issues concerning Francophones living in minority communities have only been marginally addressed, much to the outrage of Francophone rights organizations in the country. One would think discussing the Francophonie would pay off in such a tight election. The Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) focuses on 30 hotly contested francophile ridings.



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Titre :
#Onfr


[ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, est en studio, s'adressant au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Bienvenue à

#ONfr, mon nom

est Étienne Fortin-Gautier,

c'est un grand plaisir d'être

à la barre de l'émission pour

une première fois. L'hôpital de

Penetanguishene est-il en train

de devenir le Montfort du

gouvernement libéral de Kathleen

Wynne. La question se pose un an

après l'annonce de la fermeture

imminente de cet hôpital

pourtant désigné en vertu de

la Loi sur les services en

français de l'Ontario. Voici,

à ce sujet, les explications

de François-Pierre Dufault.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT, premier rédacteur, présente son reportage.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Un hôpital protégé sur le

billot, un gouvernement libéral

qui tente de limiter les

dégâts et un chef conservateur,

oui, qui se porte à la défense

des francophones. C'est le monde

à l'envers à l'Assemblée

législative de l'Ontario.


Des images représentant l'hôpital général Georgian Bay de Penetanguishene, de même que des images d'archives prises lors d'une manifestation pour l'hôpital Montfort viennent illustrer les propos de FRANÇOIS PIERRE DUFAULT.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Hormis les poursuites,

cette saga de l'hôpital de

Penetanguishene s'apparente

de plus en plus à celle de

l'hôpital Montfort d'Ottawa,

À la fin des années 1990.

Dans les deux cas, le

gouvernement provincial laisse

tomber le couperet sur l'hôpital

offrant des soins aux

francophones et propose par

la suite de le remplacer par

un simple point de service.

Sauf que cette fois, c'est

un progressiste-conservateur,

Patrick Brown, qui mène la

charge politique contre la

fermeture de l'hôpital

dans sa circonscription.


PATRICK BROWN, chef du Parti Conservateur de l'Ontario, s'exprime lors de la période de questions à l'Assemblée législative de l'Ontario.


PATRICK BROWN

Quand est-ce que notre premier

ministre va protéger l'hôpital

francophone si importante

à Penetanguishene?


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Et c'est la libérale Kathleen

Wynne qui se retrouve dans les

souliers de Mike Harris,

le premier ministre conservateur

qui avait tenté de fermer

Montfort.


Des images d'archives montrant Mike Harris, ex-premier ministre de l'Ontario de 1995 à 2002, et d'une manifestation contre la fermeture de l'hôpital Montfort, s'ajoute en alternance avec les propos de FRANÇOIS PIERRE DUFAULT. Des images actuelles de l'hôpital Montfort viennent aussi illustrer le propos.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Une position délicate

pour le parti au pouvoir, qui

a passé les derniers 12 ans

à casser du sucre sur le dos des

conservateurs, justement pour

avoir voulu fermer l'hôpital

francophone d'Ottawa.


Lors d'une période de questions, Le PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DE L'ONTARIO donne la parole à MADELEINE MEILLEUR.


PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DE L'ONTARIO

Le premier ministre.

The minister. Francophone first.


MADELEINE MEILLEUR, ministre déléguée aux affaires francophones de l'Ontario, s'exprime lors de la période de questions à l'Assemblée législative de l'Ontario.


MADELEINE MEILLEUR

Oui, le ministère de la Santé

et des soins de longue durée a

indiqué que le site de

Penetanguishene

ne pourra pas fermer ses

portes tant que les services aux

francophones ne seront pas

transférés à l'hôpital général

de la baie Géorgienne.


Des images d'archives montrant une manifestation concernant l'hôpital Montfort viennent illustrer les propos de FRANÇOIS PIERRE DUFAULT.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Pendant des années, les

progressistes-conservateurs ont

cherché à faire oublier cette

saga de l'hôpital Montfort,

qui leur a aliéné la majorité du

vote franco-ontarien. Mais sans

jamais poser de gestes

concrets dans ce sens.

Avec la fermeture annoncée de

l'hôpital de Penetanguishene

et l'incertitude qui plane

toujours, un an plus tard, quant

au maintien des soins en

français dans cette région,

voilà une occasion presque

inespérée pour la troupe de M.

Brown de renverser la vapeur

avec l'électorat francophone.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

On verra, avec le temps, la

durabilité de cet engagement

de Patrick Brown envers les

Franco-Ontariens. Un engagement

verbal pour l'instant, mais

qu'il devra rapidement appuyer

de mesures concrètes s'il

souhaite que son parti

redevienne un jour un

interlocuteur crédible

de la francophonie.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Sur la scène politique

fédérale, la campagne électorale

était dans son dernier droit.

Malgré sa durée de 78 jours,

un record dans

l'histoire canadienne,

les dossiers francophones n'ont

été que très peu été abordés. Ça

a d'ailleurs provoqué la colère

de plusieurs francophones d'un

océan à l'autre, on en parle

avec mon collègue à Ottawa,

Benjamin Vachet.

Bonjour, Benjamin.


BENJAMIN VACHET, reporter national, apparaît dans un écran en studio.


BENJAMIN VACHET

Bonjour, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Benjamin, on parle

beaucoup d'économie de classe

moyenne dans cette campagne, les

enjeux francophones, cependant,

semblent avoir été mis de côté.


BENJAMIN VACHET

Effectivement, Étienne. Si ce

n'est quelques déclarations de

bonnes intentions,

pourtant, la FCFA,

l'organiste qui représente les

francophones hors Québec a

évoqué des priorités assez

claires et connues des partis

politiques. On pourrait

citer notamment, eh bien,

l'augmentation de l'immigration

francophone hors Québec.

Également, le respect de la loi

sur les langues officielles

ou encore, de meilleurs

financements pour les

organismes. Pourquoi les

francophones sont-ils ainsi peu

considérés? J'en ai parlé avec

Linda Cardinal, de

l'Université d'Ottawa.


Entretien avec LINDA CARDINAL, titulaire de la chaire de recherche sur la francophonie de l'université d'Ottawa.


LINDA CARDINAL

Je pense qu'il y a deux séries

de facteurs. Dans un premier

temps, quand on regarde le bilan

du gouvernement conservateur,

on voit que la question des

langues officielles est à

l'arrière-plan, pour toutes

sortes de raisons, politiques

entre autres.


Des images montrant Paul Martin et Justin Trudeau se serrant la main lors d'un rassemblement en campagne électorale illustrent le propos de LINDA CARDINAL.


LINDA CARDINAL

C'est associé

beaucoup à l'héritage libéral et

puis on sait que M. Harper

voulait rompre à tout prix

avec l'héritage libéral. Et puis

aussi, c'est que les langues

officielles, bien ça peut

attiser les passions et là,

encore une fois, on sait que M.

Harper veut pas de chicanes sur

les langues officielles, parce

que ça pourrait lui faire perdre

des votes.


Des images montrant Stephen Harper et Justin Trudeau en campagne électorale sont montrées en alternance avec les propos de LINDA CARDINAL.


LINDA CARDINAL:]

Et puis, du côté

des libéraux, on tient peut-être

pour acquise cette question-là,

donc les gens ont pas besoin

d'en parler, parce que de toute

façon, les gens savent qu'en

votant pour nous, on est du côté

des langues officielles. Et du

côté du NPD, bien on a eu droit

À quelques déclarations, mais

tout de suite, c'est allé sous

le tapis, parce que c'est

peut-être pas vu comme les

vraies affaires,

encore une fois.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Cette absence d'intérêt a été

particulièrement visible lors

du débat en français du 24

septembre, où la grogne était

vraiment palpable sur les

réseaux sociaux. Que retenir de

ce mouvement de contestation

qui se prolonge?


BENJAMIN VACHET

Effectivement, sur

les médias sociaux,

un nouveau mot-clic a fait son

apparition: #nouscomptons, qui,

depuis le débat, est devenu

un véritable phénomène. Il

représente une sorte de

frustration pour les

communautés francophones

hors Québec, qui reprochent

qu'on ne parle pas assez d'eux,

même le chef du Parti libéral du

Canada, Justin Trudeau, a

utilisé le #nouscomptons sur son

compte Twitter. L'AFCFA a déjà

promis qu'elle déposerait deux

plaintes contre le diffuseur

national, à cause, justement, de

cette absence de francophonie

hors Québec dans le débat, une

plainte auprès de l'ombudsman et

une plainte auprès du CRTC.

Mais, ce #nouscomptons pourrait

marquer un véritable tournant

pour une minorité qui

d'habitude, a tendance à peu

se faire entendre et à peu

revendiquer. On écoute

là-dessus Linda Cardinal.


LINDA CARDINAL

Si c'est une action citoyenne,

ça peut avoir une suite.

Parce qu'évidemment, c'est

circonstanciel, en ce moment,

c'est lié à une campagne

électorale, mais peut-être que

ça peut... que ça peut inciter

les gens à se dire, bien, on

va compter aussi après les

élections, donc. Parce que c'est

ça, la beauté d'une action

citoyenne, c'est que ça peut

avoir une continuité, ça peut

aussi donner lieu à autre

chose après. Les initiatives

citoyennes, souvent, c'est pas

les groupes communautaires

qui peuvent les lancer, parce

qu'eux, ils sont financés par

les gouvernements. Souvent, ils

se disent: Bien, il faut que je

fasse attention, je peux pas

trop m'avancer parce que je vais

perdre mon financement. Mais les

initiatives citoyennes, elles,

c'est important pour ça. Mais je

pense que les jeunes, aussi, je

vois beaucoup de jeunes qui

interviennent. Les jeunes de la

revue Astheure, par exemple.

Eux, ils occupent l'espace.

Il faut occuper l'espace.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Et comment expliquer que les

partis politiques parlent si peu

des francophones en

milieu minoritaire?


BENJAMIN VACHET

Étienne, c'est peut-être tout

simplement parce que ça ne fait

pas partie de leur plate-forme.

On sait que le parti

conservateur se concentre

beaucoup sur l'économie. Le

NPD a fait quelques propositions

d'augmenter notamment de

30 millions sur quatre ans la

feuille de route sur les langues

officielles. Du côté du Parti

libéral dans la plate-forme

dévoilée cette semaine, on parle

de favoriser et d'encourager

l'utiliser des deux langues

officielles. Pourtant, pour

Linda Cardinal, ça vaudrait

peut-être le coup pour les

partis politiques, de promettre

de choses aux francophones et de

parier sur les francophones

parce que c'est une élection

très serrée et qu'elle

va peut-être se jouer à

quelques voix dans certaines

circonscriptions et l'équation

francophonie égale libéral

n'est plus tout à fait vraie

aujourd'hui. On l'a vu lors

des dernières élections. Bref,

cette voix, aussi minoritaire

soit-elle, peut compter.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Merci, Benjamin.


BENJAMIN VACHET

Merci, Étienne.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Et comme mot de la fin,

on vous parle de l'inquiétude de

plusieurs acteurs du

tourisme en Ontario.

Direction Ontario, l'organisme

qui faisait la promotion du

tourisme francophone a fermé ses

portes le printemps dernier.

Il n'y a toujours aucun plan

d'annoncé pour le remplacer.


Des images montrant des activités touristiques pratiquées dans des régions franco-ontariennes sont montrées en alternance avec les propos de ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Des millions de dollars en retombées

économiques provenant des

touristes francophones sont en

jeu. Tourisme Franco-Niagara

et tourisme Prescott-Russell

exigent qu'une stratégie

concertée soit mise en place

rapidement par le gouvernement

et ses partenaires afin que

l'Ontario ne laisse pas passer

cette manne touristique. Vous

voulez en savoir davantage sur

ce sujet et les autres grands

dossiers de la francophonie

ontarienne et canadienne,

visitez notre site Internet

au tfo.org/onfr. Vous pouvez

aussi interagir avec nous via

Twitter. Voilà ce qui complète

cette édition

#d'ONfr, on se

retrouve jeudi

prochain. Au revoir.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par