Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

#ONfr Nov. 5 - Mayors and the Francophonie

What position does French hold in the capital of Canada, Ottawa, and the country`s biggest city, Toronto? One year after their election, the mayors of the two cities share their perspective with #ONfr in exclusive interviews. In Ottawa, Jim Watson still refuses to make his city officially bilingual, in spite of pressure applied by the Francophone community and the unexpected intervention of the French Ambassador in Canada. In Toronto, after difficult years for Francophones under the controversial Rob Ford, the current mayor, John Tory, turns out to be an unexpected ally.



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à #ONfr.

Quelle place devrait avoir le français

dans la capitale du Canada, Ottawa,

et la métropole du pays, Toronto?

Un an après leur élection,

les maires des deux villes

nous ont partagé leur perspective

lors de deux entrevues exclusives.

À Ottawa, Jim Watson refuse

toujours de rendre sa ville

officiellement bilingue, malgré

la pression de plusieurs groupes

francophones et l'entrée en scène

inattendue de l'ambassadeur de France

au Canada. Le point sur les tout

derniers développements

avec Sébastien Pierroz.


SÉBASTIEN PIERROZ

Le projet de faire d'Ottawa

une ville officiellement

bilingue en 2017, date du

150e anniversaire de

la confédération,

n'avance toujours pas. Le maire

d'Ottawa, Jim Watson, et une

grande partie des conseillers

municipaux restent opposés à

cette idée et ce, malgré

les demandes répétées de la

communauté francophone à

cet endroit, mais aussi de

personnalités publiques.

Dernière en date: celle de

l'ambassadeur de France au

Canada. Il y a deux semaines,

en marge du grand rassemblement

de l'AFO à Toronto,

Nicolas Chapuis s'est déclaré

favorable au projet. Une

intervention qui n'est pas

du goût du maire

d'Ottawa, Jim Watson.


Entretien avec JIM WATSON, maire d'Ottawa


JIM WATSON

L'ambassadeur avait un point

de vue, mais ce n'est pas

une décision internationale,

c'est une décision locale.

Qu'est-ce que c'est, le

bilinguisme officiel? Je vais

te poser la question. On fournit

des services dans les deux

langues officielles.

On avait toutes les réunions du

conseil avec l'interprétation.

On avait des politiques pour

nos employés de parler français

et on fournit tous les

services dans les deux langues

officielles. Alors, je pense que

notre version de bilinguisme est

bonne pour la ville

d'Ottawa et ça marche.


SÉBASTIEN PIERROZ

Sur le terrain, les francophones

s'activent toujours

pour faire d'Ottawa une ville

officiellement bilingue en 2017.

L'ACFO d'Ottawa, Dialogue

Canada, mais aussi le Mouvement

pour une capitale bilingue,

n'arrivent cependant pas à

s'entendre sur la méthode à

utiliser pour parvenir à leurs

fins. Les francophones d'Ottawa

n'ont plus qu'un an et demi pour

convaincre le maire, Jim Watson.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

La timidité des autorités

municipales d'Ottawa d'augmenter

la place du français détonne

avec l'enthousiasme du maire

de Toronto. Après des années

difficiles pour les francophones

sous le règne du

controversé Rob Ford,

voilà que John Tory s'avère un

allié inespéré. Il a rétabli le

comité français de Toronto et

se décrit comme un francophile,

et est même prêt à travailler

à l'ouverture de la Maison de la

francophonie, un projet qui est

sur la table depuis maintenant

une trentaine d'années. Voici

mon entretien avec le maire

de la Ville Reine, qui a insisté

pour faire cette entrevue

entièrement en français.

(S'adressant à JOHN TORY)

M. Tory, merci beaucoup d'être

avec nous, aujourd'hui.


JOHN TORY

Merci à vous aussi.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Il y a un an, vous avez

remporté l'élection à la mairie

de Toronto. Ça a été au terme

d'une très longue campagne

de plusieurs mois. Et le soir

de votre victoire, vous étiez

devant vos partisans, votre

discours était diffusé d'un

océan à l'autre, et vous avez

décidé de le commencer en

français, une décision assez

surprenante. Ça reste toujours

un mystère. Pourquoi est-ce

que vous avez pris cette

décision-là? Expliquez-moi

un peu quels étaient vos

motivations et le message

que vous souhaitiez

envoyer aux Canadiens.


JOHN TORY

J'ai pensé que c'est un

petit signe de respect

pour les autres Canadiens,

en particulier les

Canadiens francophones.

Et nous sommes un pays avec les

deux langues et avec les deux

histoires. Et j'ai pensé que

c'est très important d'envoyer

un petit signe de respect pour

les autres, pour le reste

du Canada, «including»...


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

D'ouverture.


JOHN TORY

D'ouverture. Les francophones

et les Québécois aussi.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Est-ce que vous croyez qu'on

devrait offrir plus de services

bilingues à Toronto et que le

français devrait être plus

visible? Il y en a, notamment,

dans les organismes

communautaires francophones, qui

disent qu'on devrait faire de

Toronto une ville officiellement

bilingue, parce que c'est la

métropole du Canada, un pays

bilingue. Qu'en pensez-vous?


JOHN TORY

Je pense qu'à Toronto, c'est

possible d'obtenir les services

en français et je pense, je

sais, par exemple, que les

documents très importants

ici, à l'hôtel de ville de

Toronto, sont en français

et en anglais, et les

autres langues aussi.

Mais si nous avons seulement

un peu d'argent pour tous

les services, je pense que c'est

pratique de "proviser" les

services et les documents, etc.,

en français de temps en

temps, mais pas une ville

officiellement bilingue.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Un des grands projets de

la communauté francophone de

Toronto, c'est l'ouverture d'une

Maison francophone. C'est un

projet qui est dans l'air depuis

plusieurs années déjà. Est-ce

que c'est un projet qui vous

semble intéressant? Est-ce que

vous êtes prêt à l'appuyer

et même à mettre de l'argent

pour que ça puisse voir le jour?


JOHN TORY

Je pense que ce projet est

très important pour rassembler

les gens francophones. La ville

n'a pas beaucoup d'argent pour

tous les services, mais je pense

que peut-être les autres

méthodes d'assister...

Par exemple, nous cherchons,

maintenant, pour une utilisation

pour l'ancien hôtel de ville

et nous avons aussi les

autres édifices publics.

Mais je pense que c'est une

bonne idée et c'est une idée

que je veux aider et avec cette

idée, si c'est possible.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

M. Tory, le comité aviseur du

français à Toronto va bientôt

se rencontrer au cours des

prochaines semaines. Norm Kelly,

un conseiller de la ville, va

représenter Toronto. Dites-moi

un peu c'est quoi le rôle de ce

comité aviseur là du français.

Et est-ce que ça peut vraiment

influencer vos décisions,

en tant que maire?


JOHN TORY

Oui, c'était tout de suite

une autre «recognition»

officielle de l'importance

de la langue française et de

la population francophone de

Toronto. Et quand je suis arrivé

ici maire, comme l'année passée,

les officiels ont demandé à

moi: "Est-ce que vous voulez

continuer avec ce comité?"

Et j'ai dit: "Oui. C'est

très important."

Et M. Kelly, l'autre homme, ici

à «city hall», le membre du

conseil qui parle français un

peu comme moi, maintenant, qui

est le président de ce comité...

J'ai offert mes services comme

président de ce comité, mais ce

n'est pas très bien, parce que

l'occupation du maire

est très occupée et M. Kelly

a indiqué qu'il est

disponible pour être

le président. Et...

Mais la chose la plus importante

pour moi est que nous avons

continué avec ce comité, parce

que nous pensons que ce comité

est très important de respecter

et de reconnaître l'importance

de la communauté francophone

à Toronto.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Monsieur le maire, merci

énormément pour cette entrevue.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Vous voulez en savoir plus sur

l'actualité de la francophonie

ontarienne et canadienne?

Visitez notre site Internet au:

tfo.org/onfr. Vous pouvez aussi

interagir avec nous via notre

compte Twitter. Voilà ce qui

complète cette édition de

#ONfr. Au nom de toute notre

équipe, merci d'avoir été là.

On se retrouve jeudi

prochain. Au revoir!


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par