Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Budget: Ontario Rakes It In

On Thursday, February 25, at Queen´s Park, Kathleen Wynne´s Liberals presented their all-out budget. Unsurprisingly, it tackles climate change, but it also addresses tuition fees and pensions. With an optimistic projected growth rate of 2.2%, they expect to drive their $7.5 billion deficit down to $4.3 billion without easing off on expenses. They are also looking to balance the books in 2018.



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONfr


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, est en studio, s'adressant au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Bienvenue à #Onfr, une édition toute spéciale

entièrement dédiée au budget de

l'Ontario 2016. Il a été déposé

aujourd'hui à Queen's Park

par le ministre des Finances,

Charles Sousa. C'est un budget

résolument prudent qui nous a

été présenté. Le gouvernement

souhaite se donner la marge

de manoeuvre nécessaire pour

atteindre l'équilibre budgétaire

dans le prochain budget.

L'emploi est l'une des grandes

priorités alors que la province

vise la création de 300 000

emplois d'ici 2019.

En éducation, l'Ontario compte

aussi éliminer les droits

de scolarité pour les jeunes

provenant de familles avec

un revenu de moins de 50 000$.

Mais il y aura aussi des baisses

de droits de scolarité pour

les autres élèves qui viennent

de familles plus favorisées.

L'environnement occupe

évidemment aussi une large place

de ce budget. La lutte au

changement climatique, ça peut

paraître bien abstrait en temps

normal, mais les mesures

qui sont annoncées aujourd'hui

sont très concrètes et auront

un impact direct sur votre

portefeuille. François

Pierre Dufault explique.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT se trouve à la salle des journalistes de la Chambre des Communes.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Les Ontariens vont devoir

sortir leur portefeuille pour

soutenir la lutte au changement

climatique. Première

conséquence, ça va être

une augmentation du prix du

carburant d'environ 4 cents le litre

dès que la province aura

finalisé son adhésion à

un marché du carbone avec

le Québec et la Californie.

Ce sera au début de 2017.

Autre conséquence, il y aura

aussi une augmentation du prix

du chauffage au gaz naturel,

environ 5$ par mois en moyenne.

Le gouvernement libéral

de Kathleen Wynne espère ainsi

engranger 1,9 milliard de

dollars par année avec ce

nouveau système de plafonnement

et d'échange des crédits

du carbone, ce qu'on appelle

communément le

cap and trade.

C'est essentiellement une

taxe sur les gros pollueurs.

Cet argent doit ensuite être

réinvesti dans des initiatives

environnementales. Déjà le

gouvernement annonce dans son

budget pour environ 300 millions

de dollars d'initiatives

environnementales. On parle,

par exemple, d'un programme

de rénovation écoénergétique

ou encore d'incitatifs

à l'achat de véhicules verts.

Le budget ne nous a pas encore

apporté tout l'éclairage voulu

et pour ajouter à la confusion,

le gouvernement a déposé en

l'espace de 24 heures un budget,

un projet de loi et un document

technique de 75 pages

sur sa stratégie de lutte

au changement climatique.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le gouvernement réussit en

fait dans ce budget à accroître

ses revenus.


Les informations suivantes apparaissent sur un écran en studio: Budget Ontario 2016 Revenus: 130,6 milliards $ +3,2% Dépenses: 133,9 milliards $ +1,4%.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

On note une

augmentation des revenus de 3,2%

comparativement à l'an dernier.

Les dépenses, elles, sont

relativement stables: une faible

augmentation de seulement 1,4%.

Ça, c'est à peu près semblable

à l'inflation qui est de 1,2%.

Comment est-ce que les revenus

vont augmenter? C'est la

question qu'on se pose tous.

Il y a bien sûr les frais

reliés à la protection de

l'environnement, comme mon

collègue François Pierre vous

l'a dit. Il y a aussi d'autres

mesures avec notamment

l'augmentation de la taxe sur le

vin. Le vin va coûter plus cher,

2% de plus dès le mois de juin.

C'est ce qu'a annoncé

aujourd'hui le gouvernement.

Une mesure qui va affecter des

milliers d'Ontariens. Les frais

du Programme de médicaments

de l'Ontario vont aussi doubler

pour les aînés, une mesure

qui est déjà très critiquée

par plusieurs observateurs de

la scène politique. Par contre,

il n'y a pas d'augmentation des

impôts pour les particuliers.

Pour augmenter les revenus

de l'État, le ministre Sousa

mise aussi sur une croissance de

l'économie. Il dit que le dollar

canadien faible peut en fait

avantager la province. Ça va

motiver, donc, les exportations

vers l'étranger. Il reste qu'il

y aura quand même cette année

un déficit. Le ministre

des Finances croit cependant que

tout est en place pour atteindre

l'équilibre budgétaire l'an

prochain et le maintenir l'année

suivante.


Les informations suivantes apparaissent sur un écran en studio: Budget Ontario 2016 Déficit 2016-2017: 4,3 G$ 2017-2018: 0,0 G$ 2018-2019: 0,0 G$


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Voici à ce sujet

Charles Sousa, qui nous

explique sa vision des choses.


CHARLES SOUSA, le ministre des Finances de l'Ontario témoigne, lors d'un point de presse.


CHARLES SOUSA

(Propos traduits de l'anglais)

Nous équilibrons le budget

parce que nous avons fait

les démarches nécessaires

pour nous assurer que nous

présentons des chiffres prudents.

Et nous travaillons de près

avec le gouvernement fédéral

parce que c'est dans son intérêt

d'avoir un Ontario fort. Un

Ontario fort, c'est un Canada fort.

Et c'est dans son intérêt de s'assurer

que nous travaillons tous ensemble

collectivement pour le bien de tous.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Vous vous en doutez bien,

évidemment, l'opposition n'est

pas du tout convaincue par

la stratégie du gouvernement

Wynne. Pour les chefs du Parti

progressiste-conservateur

et du NPD, le gouvernement

Wynne a fait les mauvais choix

et ce sont les citoyens

qui vont payer le fort prix.

On peut les écouter.


PATRICK BROWN, le chef du parti PC de l'Ontario témoigne, lors d'un point de presse.


PATRICK BROWN

(Propos traduits de l'anglais)

Nous avons demandé au gouvernement

un plan crédible pour équilibrer le budget,

y compris des mesures immédiates

pour rembourser la dette. Mais,

après 13 ans de dépenses inconsidérées,

le gouvernement essaie d'équilibrer

son budget sur le dos des étudiants,

des aînés et des familles.


ANDREA HORWATH, la chef néo-démocrate de l'Ontario témoigne, à son tour lors d'un point de presse.


ANDREA HORWATH

Pour la plupart des gens

de cette province, la vie est

de plus en plus difficile.

(Propos traduits de l'anglais)

C'est un budget avec des objectifs souples.

C'est l'admission par ce gouvernement

qu'il a raté toutes ses cibles sauf celles

d'avoir des gros déficits. Pour la plupart

des Ontariens, rien ne change pour le mieux.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Ce nouveau budget ontarien est

peut-être provincial, mais

il dépend aussi grandement

du gouvernement fédéral. C'est

écrit noir sur blanc à plusieurs

reprises dans le budget:

sans l'argent neuf promis par le

gouvernement Trudeau pendant la

campagne électorale, l'Ontario

ne pourra simplement pas aller

de l'avant avec plusieurs

de ses initiatives. Mon collègue

Benjamin Vachet nous dit que,

plus que jamais, Kathleen Wynne

a besoin de Justin Trudeau

pour atteindre ses objectifs.


BENJAMIN VACHET, reporter national, se trouve à la salle des journalistes de la Chambre des Communes.


BENJAMIN VACHET

Par le passé, la présentation

du budget de l'Ontario pouvait

virer à la partisanerie.

Mme Wynne n'hésitait pas

à l'occasion à fustiger

le gouvernement fédéral

pour son manque d'engagement.

Mais voilà, Justin Trudeau

a été élu à Ottawa et

le ton aujourd'hui a changé.


Texte informatif :
Kathleen Wynne: Première ministre de l'Ontario Justin Trudeau: Premier ministre du Canada.


BENJAMIN VACHET

Un seul terme domine,

celui de collaboration.

Et si le gouvernement ontarien a

décidé de présenter son budget

le 25 février, soit un mois

avant le gouvernement fédéral et

à quelques jours d'une rencontre

entre les premiers ministres

des provinces et territoires,

ce n'est pas pour rien. Car qui

dit coopération, dit également

attentes et la province

de l'Ontario en a beaucoup.

En termes d'infrastructures,

le gouvernement de l'Ontario

souhaiterait que les 125

milliards de dollars prévus

sur dix ans par le gouvernement

fédéral s'arriment avec sa

propre politique et ses propres

promesses de 137 milliards de

dollars pour les infrastructures

sur dix ans. Pour l'éducation,

l'une des promesses phares de ce

budget 2016, soit la suppression

ou la diminution des frais

de scolarité pour les collèges

et universités pour les familles

à plus faible revenu, dépend

des promesses du parti libéral

du Canada. C'est la même chose

pour le régime de pension de

la province de l'Ontario dont on

attend avant de le lancer

de savoir si oui ou non le

gouvernement fédéral bonifiera

le Régime de pensions

du Canada. Enfin, en matière

d'environnement, le gouvernement

ontarien a dévoilé sa stratégie

et il espère que le gouvernement

fédéral, lorsqu'il dévoilera la

sienne, respectera les mesures

mises en place. Récemment, le

ministre fédéral des Finances,

Bill Morneau, avait dévoilé

une mise à jour économique

propre à calmer les ardeurs,

mais le gouvernement de

l'Ontario vient aujourd'hui

de lui rappeler également

ses promesses électorales.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Évidemment, les attentes des

Francos-Ontariens à l'endroit de

ce budget étaient très grandes.

Ça a été un début d'année chargé

pour la francophonie, il faut

le rappeler. Il y a eu le

dossier de l'université

franco-ontarienne qui est revenu

à l'avant-plan. Il y a eu aussi

ces excuses en début de semaine

pour le Règlement 17 qui

interdisait l'enseignement

du français. Mais dans le budget

2016, il y a cependant que

très peu de mentions du fait

français, pas d'argent pour

la création d'une université

franco-ontarienne ou même

d'une maison de la francophonie.

L'Office des affaires

francophones voit cependant

son budget augmenter légèrement

comparativement aux sommes

qu'il avait avant le 400e.

De son côté, le Collège La Cité

a été choisi pour la création

d'un incubateur de créativité.

Voilà ce qui complète cette

édition spéciale de notre

émission #ONfr version budget

2016. Pour tout savoir sur

ce budget, on vous invite

à visiter notre site web au:


L'adresse électronique suivante apparaît: TFO.ORG/ONFR


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

À la semaine prochaine.

Au revoir.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par