Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Hearst, Gallic Village in Northern Ontario

Northern Ontario Francophones are known for their pride in their language and identity. For those living in Hearst, there are virtually no barriers to living and working in French. Here is an overview of the issues facing Francophones in this community north of the 49th parallel. In other news, Ontario has a new Ombudsman. Since April 1, Paul Dubé has held this strategic position for overseeing government activities. A Francophone born in Alberta, he grew up and went into law practice in New Brunswick. In 2008, he was appointed Taxpayers´ Ombudsman for the federal government. Now, he arrives in Toronto during a turbulent time for the Office of the Ombudsman, following the highly publicized non-renewal of the appointment of his predecessor, André Marin. Meet the province´s new watchdog.



Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONFr


Dans le studio de #ONFr, ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur-reporter, s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Bienvenue à #ONfr. C'est

bien connu, les francophones du

nord de l'Ontario sont fiers de

leur langue et de leur identité.

À Hearst, on peut par exemple

vivre et travailler en français

sans problème. Sébastien Pierroz

s'y est rendu récemment. Il nous

peint le portrait des enjeux

qui touchent les francophones

de cette communauté au nord

du 49e parallèle.


SÉBASTIEN PIERROZ reporter aux affaires francophones se tient près d'une voie ferrée où un train est en arrêt et présente son reportage


SÉBASTIEN PIERROZ

La foresterie, voilà l'atout

économique numéro 1

de la ville de Hearst,

dans le nord de l'Ontario.

Au-delà de ça, Hearst,

c'est aussi une ville

de 5000 résidents

où 90% d'entre eux se

revendiquent francophones.

Une situation majoritaire et

quasi inédite en Ontario si l'on

excepte les villes de Casselman,

Kapuskasing ou encore

Hawkesbury. Malgré cette

particularité, la sauvegarde

de la francophonie reste

un défi permanent.


Plusieurs images de la ville de HEARST défilent.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

À un peu plus d'une heure

de Kapuskasing et moins de

six heures de Thunder Bay,

Hearst s'impose comme

un village gaulois.

La ville qui était à majorité

anglophone à ses débuts dans

les années 20 a bénéficié par

la suite de vagues migratoires

de francophones du Québec.


Une plaque intitulée : La présence française à Hearst apparaît. Un texte racontant l'arrivée des Canadiens français dans la région s'y trouve.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

La plupart tentaient alors

de trouver une vie meilleure,

travaillant dans le bois et les

scieries.


Plusieurs images évoquant l'industrie forestière défilent.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Aujourd'hui encore,

les entreprises forestières

Columbia Forest Products et

Tembec constituent les fleurons

de l'économie locale. Dans le

même temps, l'affaiblissement

de ce secteur a contribué

à vider la ville d'un millier

de ses résidents en 25 ans.


On retourne à différents lieux dans la ville de Hearst.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Un exode aussi observable dans

d'autres municipalités du nord

de l'Ontario. La proportion

de francophones à Hearst reste

stable et a même augmenté

sensiblement en 15 ans

puisque 84,2% des résidents

avaient le français comme langue

maternelle en 1996

contre 86,9% en 2011.


Un tableau intitulé : % Population de langue maternelle française à Hearst appuie les propos.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Un portrait idyllique même

si les défis demeurent.


OMER CANTIN, propriétaire de la librairie du nord, témoigne.


OMER CANTIN

Même si on est majoritaires,

tous nos médias sont

anglophones. On écoute...

on écoute la télévision en

anglais, on écoute de la musique

en anglais. Il y a aussi

les mariages interethniques.


De nouvelles images de Hearst défilent.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Concilier le fait francophone,

la présence de la culture

anglophone, mais aussi

autochtone: Hearst cherche

toujours un équilibre. Et sur la

question "Y a-t-il trop ou pas

assez de langue française à

Hearst?", les avis divergent.


Quelques habitants de Hearst témoignent dans la rue.


UN PASSANT

(Propos traduits de l'anglais)

Il y a trop de français ici.

Il y a beaucoup de bonnes

personnes anglophones qui ont

quitté Hearst à cause du français.


UNE DAME

Il y en a bien qui savent

parler français, mais ils...

ils parlent en anglais.


De nouveau, on présente des images de Hearst pour illustrer le propos.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Si Hearst réussit à maintenir

sa population francophone, c'est

aussi grâce à son système

éducatif. La ville possède entre

autres deux écoles élémentaires

et secondaires et aussi un

réseau universitaire avec un

bureau satellite du Collège

Boréal et surtout l'Université

de Hearst. Au fil des ans,

l'université s'est imposée comme

un joueur important pour le nord

de l'Ontario. Affiliée à

l'Université Laurentienne,

elle comprend entre autres un

bureau satellite à Kapuskasing,

mais aussi à Timmins. Pour son

recteur, Pierre Ouellette,

la mission est avant tout

d'accroître l'effectif de 150

étudiants sur les trois campus.

Pour se distinguer, l'université

offre notamment des cours en

bloc et souhaite faciliter à

long terme la venue d'étudiants

français ou encore africains.


On circule dans le campus de l'université de Hearst. Ensuite, PIERRE OUELLETTE recteur de l'université de Hearst, témoigne de son bureau.


PIERRE OUELLETTE

Oui, le défi de l'isolement

est là. Mais quand on part

d'Afrique et qu'on fait

7000 ou 8000 kilomètres,

en faire 900 de plus pour

se rendre à Hearst, je pense

que c'est pas... En tout cas,

la démonstration est faite

maintenant que c'est loin d'être

un projet qui est impossible.


Plusieurs nouvelles images évoquent le caractère francophone de la ville de Hearst.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Du côté de la municipalité de

Hearst, le français est aussi la

langue principale. Et le respect

du bilinguisme dans tous les

secteurs reste un objectif.

La municipalité souhaite

la désignation de plus de postes

bilingues pour la Police

provinciale de l'Ontario afin

que tous les agents de Hearst

soient capables de

communiquer en français.

La situation de la francophonie

est donc très enviable à Hearst,

mais la ville doit maintenant

travailler pour attirer du monde

et aussi ne pas être oubliée

des grands centres de

décision politique.


De retour dans les studios de #ONFr, ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

L'Ontario a un nouvel

ombudsman. Paul Dubé occupe

depuis le 1er avril ce poste

névralgique de surveillant du

gouvernement. Franco-Albertain

de naissance, il a grandi et a pratiqué

son droit au Nouveau-Brunswick.

Puis il a été nommé ombudsman

fédéral des contribuables en 2008.

Il arrive maintenant à Toronto

dans une période mouvementée

au Bureau de l'ombudsman, après

le non-renouvellement très

médiatisé du mandat de son

prédécesseur, André Marin.

François Pierre Dufault a

rencontré Paul Dubé.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT, premier rédacteur, rencontre PAUL DUBÉ, ombudsman de l'Ontario, dans une salle de réunion.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

M. Dubé, bonjour.


PAUL DUBÉ

Bonjour.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Merci de me recevoir

à votre bureau.


PAUL DUBÉ

C'est un plaisir, bienvenue.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Vous avez un parcours

personnel et professionnel

qui vous a amené un peu partout

au Canada. Racontez-nous un peu

ce qui vous a finalement

amené à Toronto.


PAUL DUBÉ

Bien, je suis né d'un

père francophone originaire

d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick,

qui s'est retrouvé à Calgary.

Éventuellement, on a déménagé

au Nouveau-Brunswick, durant

mon adolescence. Mais je me suis

retrouvé à Ottawa pour les

études, éventuellement à

Windsor, et même un parcours

en Écosse, à l'École de droit

à Édimbourg; pratique de droit

criminel au Nouveau-Brunswick

pendant une quinzaine d'années.

Et j'ai voulu retourner en

Ontario. Je me suis retrouvé à

Ottawa en 2005. Et en 2008, j'ai

été nommé premier ombudsman des

contribuables au Canada. L'année

dernière, j'ai vu qu'il y avait

la possibilité de postuler pour

ombudsman de l'Ontario. J'avais

la chance de réaliser mon rêve.

Ha! Et c'est devenu réalité.


Des extraits d'archives défilent pour illustrer le propos.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Déjà, vous avez parlé

d'isolement dans les prisons.

Ça, c'est un dossier qui

est très important pour ce

Bureau-là. Vous allez avoir

un rapport bientôt sur le

désamorçage des conflits. On

parle de l'histoire de

Sammy Yatim, ici à Toronto.

Ç'a beaucoup fait jaser. Qu'est-ce

que vous espérez obtenir

du gouvernement?


On revient à l'entrevue avec monsieur PAUL DUBÉ.


PAUL DUBÉ

D'abord, je m'attends à ce

qu'il y ait une reconnaissance

qu'il y a un problème, ou des

problèmes, et deuxièmement du

mouvement, du progrès et des

solutions.


De nouveau, des images d'archives illustrent le propos.


PAUL DUBÉ

C'est nous qui

recevons le plus de plaintes,

que ce soit sur l'isolement dans

les prisons ou les conflits et

les tensions entre les policiers

et les citoyens. C'est nous

qui recevons les plaintes, c'est

nous qui avons les données.

Je pense que nous avons la

possibilité d'agir comme un

agent de changement positif.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT poursuit l'entrevue avec PAUL DUBÉ.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Évidemment, vous

arrivez dans le Bureau

après une période mouvementée.

Le départ d'André Marin ne s'est

pas fait nécessairement de

façon douce et délicate.

Vous avez amené une méthode

de travail très différente.

Pourquoi vous sentiez le besoin

de changer peut-être un peu

le discours au Bureau ici?


PAUL DUBÉ

Parce que c'est mon style.

Ha, ha! Et j'ai le privilège

d'imprimer mon style sur le

Bureau, si vous voulez. Écoutez,

M. Marin était très, très

"effectif" de sa façon. Je lui

dois beaucoup personnellement.

J'ai appris beaucoup de lui.

Je mise beaucoup sur la

collaboration. Et ça m'a bien

servi, Ottawa. Je pense que même

sans les pouvoirs que j'ai

présentement, j'ai fait

accepter toutes mes

recommandations à Ottawa.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Vous avez un mandat de cinq

ans. Où est-ce que vous aimeriez

voir votre Bureau dans cinq ans?


Sur un mur, on peut lire Ombudsman Ontario, Chien de garde de l'Ontario.


PAUL DUBÉ

J'aimerais que le Bureau

demeure un des bureaux les plus

reconnus mondialement, avec

une bonne fiche, une fiche

d'accomplissements qui maintient

l'héritage ou la réputation

du Bureau.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

M. Dubé, merci beaucoup.


PAUL DUBÉ

Je vous en prie.


On retourne à ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER qui s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Voilà ce qui conclut cette

édition de #ONfr.

Pour tout savoir de l'actualité de

la Francophonie ontarienne

et canadienne,

visitez notre site Internet au:


Les adresses internet suivantes apparaissent : @ONFR_TFO et TFO.ORG/ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Je vous invite aussi à commenter

et à partager nos sujets en

visitant notre compte Facebook.

Suivez-nous aussi sur Twitter

pour toute l'actualité en

direct. Au nom de toute notre

équipe, merci d'avoir été là.

On se retrouve la semaine

prochaine. Au revoir.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par