Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

A Look Back at the First Half of 2016

The #ONFR team reviews the big issues that made the headlines in the first half of 2016. In federal politics, Francophones living in minority situations have high hopes for Justin Trudeau´s promises of change. Did he deliver on his promises? In Ontario, the French health services sector introduced new tools, namely the services of a navigator or translator, to improve the situation of Francophones. An active offer option has also been examined. Other matters have captivated our attention on the political scene, the fight against climate change chief among them. And finally, on the day after the Legislative Assembly adjourned, as Madeleine Meilleur was passing the Francophone Affairs torch to Marie-France Lalonde, Queen´s Park finally released its report on the establishment of a new Franco-Ontarian university.



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONfr


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, est en studio, s'adressant au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Bienvenue à

ONfr, une

édition toute spéciale. On fait

le point sur les grands dossiers

dont on vous a parlé

cette année et ce qu'il faut

surveiller pour l'avenir.

Sur la scène politique

évidemment, Justin Trudeau

a occupé beaucoup de place

au cours des derniers mois.

Les francophones en situation

minoritaire attendaient beaucoup

de lui, alors qu'il avait

promis du changement.

A-t-il livré la marchandise?

Les réponses nous sont fournies

par Benjamin Vachet.


Dans son reportage, SÉBASTIEN VACHET est devant le parlement canadien à Ottawa.


BENJAMIN VACHET

Les langues officielles

n'ont pas été sur le devant de

la scène lors de cette première

session parlementaire,

nous en avons parlé à

ONfr.

Mais la communauté peut

s'enorgueillir d'avoir obtenu

trois gains importants.

Premièrement: le retour du

formulaire long du recensement,

un formulaire obligatoire

qui va permettre de recueillir

des informations et

de mieux répondre aux besoins

de la communauté.


On nous montre des images de la publicité du gouvernement sur le recensement.


BENJAMIN VACHET

Deuxièmement:

on retiendra la multiplication

des annonces de financement

pluriannuel pour les organismes.

C'était une de leurs demandes,

notamment pour prévoir

à l'avance leurs activités

et leur programmation. Enfin,

on retiendra le retour d'un

programme visant à favoriser

et encourager l'immigration

francophone hors Québec.

C'est un point qui avait été

souligné comme une priorité

pour la communauté

afin d'assurer sa vitalité.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Comme vous les voyez,

les dirigeants politiques

veulent augmenter

le nombre de francophones

hors Québec. Mais y a-t-il

assez de services en français

pour répondre aux besoins

de tous les francophones?

En Ontario, il y a une

préoccupation concernant l'offre

de santé en français. Et s'il y

a un domaine où il est impératif

d'obtenir de l'aide dans sa

langue, c'est bien la santé. Au

cours de l'année, on a rencontré

des médecins, des psychologues

et d'autres intervenants de la

santé. Ils ont tous dit la même

chose: recevoir des soins dans

sa langue seconde peut avoir

des conséquences graves.


On nous présente des images d'archives de médecins s'occupant de patients dans un hôpital.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

C'est

prouvé: des incompréhensions

linguistiques entre

les patients et leur médecin

peuvent mener à de mauvais

diagnostics notamment.

Des acteurs francophones

de partout en Ontario mettent

de l'avant de nouveaux outils

pour améliorer la situation,

qu'il s'agisse de navigateurs

en santé ou de la présence

de traducteurs. L'offre active

est aussi un concept exploré.

On vous en parle davantage

avec Sébastien Pierroz.


SÉBASTIEN PIERROZ est en reportage à l'extérieur.


SÉBASTIEN PIERROZ

La Loi 8 sur les services

en français aura 30 ans au mois

de novembre. Les pressions

montent pour que le gouvernement

de Kathleen Wynne donne une

nouvelle impulsion à cette loi

symbolique pour plus de

600 000 Franco-Ontariens.


On nous montre des images d'archives de FRANÇOIS BOILEAU, le commissaire aux services français de l'Ontario.


SÉBASTIEN PIERROZ

Le Commissariat aux services en

français a récemment recommandé

au gouvernement de modifier

la Loi 8 afin d'y inclure

l'offre active

dans la prestation des services,

notamment en santé. L'offre

active, c'est l'obligation

qu'a un organisme gouvernemental

d'offrir des services

en français dans les régions

désignées. Or, beaucoup ne sont

pas en mesure de le faire, comme

par exemple dans des cliniques

et des hôpitaux.


On nous montre des images de cliniques et d'hôpitaux ontariens.


SÉBASTIEN PIERROZ

La province

de l'Ontario compte actuellement

26 régions désignées, ce qui

représente environ 85% des

Franco-Ontariens. À cet égard,

la municipalité d'Oshawa réclame

depuis des années sa désignation

en vertu de la Loi 8,

un projet qui bloque toujours

et sur lequel est attendue la

ministre Marie-France Lalonde.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le monde de la santé

en Ontario est véritablement

en pleine transformation.

On l'a vu encore

récemment avec la nouvelle

stratégie de la province

en matière d'autisme. Portrait

de cette nouvelle approche

avec François Pierre Dufault.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT, est en reportage à l'extérieur.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Les libéraux à Queen's

Park ont annoncé 333 millions

de dollars sur cinq ans pour

réduire les temps d'attente pour

les services d'aide aux enfants

autistes. Mais l'Ontario

apportera également

des changements au programme

d'intervention comportementale

intensive, le seul programme

ayant amélioré de façon

quantifiée le développement

d'enfants autistes.


On nous montre des images d'un enfant autiste en compagnie de son intervenante.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Ça veut dire

que des jeunes de 5 ans et plus,

pour lesquels une fenêtre

d'efficacité biologique se

serait refermée, ne seront plus

éligibles aux traitements. Les

changements ont eu l'effet d'un

électrochoc pour de nombreux

parents d'enfants autistes

qui disent ainsi perdre

leur seule chance d'améliorer

le développement de leur enfant.


On nous montre des images d'une manifestation de parents d'enfants autistes.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

L'opposition n'a pas lâché

le morceau. Tout au long de la

session parlementaire, le Parti

PC et le NPD ont relayé dans

la législature des histoires

des histoires d'enfants autistes

qui étaient sur une liste

d'attente pour un traitement

d'ICI et qui se sont vus tout

à coup dirigés vers un programme

beaucoup moins intensif.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Ces changements vont aussi

toucher les parents francophones

qui ont des enfants autistes.

Ils espèrent qu'on tiendra

compte de leurs besoins

particuliers. L'accès à la santé

en français, on en parle

beaucoup, mais il y a d'autres

domaines qui préoccupent les

francophones. De nombreux défis

demeurent notamment en justice

et dans d'autres sphères

qui relèvent du fédéral,

comme vous allez le voir.


Dans son reportage, SÉBASTIEN VACHET est devant le parlement canadien à Ottawa.


BENJAMIN VACHET

Dans les prochains mois, le

gouvernement fédéral va être

attendu sur plusieurs dossiers.

L'accès à la justice notamment.

On sait que ça demeure un défi

pour les francophones à travers

le Canada, comme l'avait

souligné le commissaire

aux langues officielles Graham

Fraser. Également et toujours

en matière de justice,

il faudra voir ce que décide le

gouvernement de Justin Trudeau

par rapport au projet de loi

forçant la nomination de juges

bilingues à la Cour suprême

du Canada, un projet de loi

néo-démocrate.


On nous montre des images de JUSTIN TRUDEAU prononçant un discours en compagnie de son cabinet ministériel.


BENJAMIN VACHET

Également,

on voudrait en savoir plus

sur l'une des promesses de la

plate-forme libérale pendant la

campagne, à savoir, un service

en ligne gratuit d'apprentissage

et de maintien du français et de

l'anglais langue seconde. Enfin,

on le sait, le financement

des organismes communautaires

francophones reste gelé depuis

dix ans. Ceux-ci s'attendent

à une indexation dès 2017.

Que décidera le gouvernement?

On en saura sans doute plus lors

des premières consultations sur

la prochaine feuille de route

pour les langues officielles

qui devrait commencer cet été.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

De la colline parlementaire,

allons à Queen's Park, où

l'annonce du départ de Madeleine

Meilleur a surpris tout le monde

en fin de session parlementaire.

Après 25 ans de vie politique,

elle affirme qu'il est temps

pour elle de tourner la page.


On nous montre différentes images d'archives de MADELEINE MEILLEUR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

L'augmentation du nombre

d'écoles francophones et la

création du Commissariat aux

services en français sont deux

des réalisations dont elle est

la plus fière. Marie-France

Lalonde lui succède maintenant

à titre de ministre déléguée

aux Affaires francophones.

D'autres dossiers ont retenu

notre attention sur la scène

politique ontarienne,

notamment la lutte au

changement climatique.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT est en reportage à l'extérieur.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Alors qu'on croyait qu'un

budget hâtif à la fin février

scellerait rapidement le sort

de cette session parlementaire

à Queen's Park, c'est tout

le contraire qui s'est produit.

Pour certains dossiers,

le suspense aura duré jusqu'à

la toute fin. C'est notamment

le cas de la lutte au changement

climatique.


On nous présente des images d'une publicité ontarienne faisant la promotion de la lutte aux changements climatiques.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

On savait que

la province voulait se joindre

à un projet nord-américain

du carbone. Mais il manquait

une pièce maîtresse, un plan

d'action, et le gouvernement

Wynne aura attendu à la toute

fin de la session pour dévoiler

ce plan qui comporte tout un

éventail d'incitatifs aux

entreprises et aux consommateurs

pour les encourager à réduire

leur empreinte environnementale.


De retour en studio.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

Et au lendemain de la fin

des travaux parlementaires, le

gouvernement a enfin publié le

rapport tant attendu par les

militants en faveur d'une

université franco-ontarienne.

Retour sur les derniers

chapitres de ce dossier très

chaud dont on ne connaît

toujours pas le dénouement.


SÉBASTIEN PIERROZ est en reportage à l'extérieur.


SÉBASTIEN PIERROZ

Le projet d'une université

franco-ontarienne a légèrement

avancé. Le gouvernement

libéral de Kathleen Wynne

a récemment ouvert la voie à un

tel projet. La publication d'un

rapport d'un comité d'experts

sur les programmes dans

le Centre-Sud-Ouest recommande

en effet la création

d'un tel établissement géré par

les francophones, et ce dans le

Centre-Sud-Ouest. De son côté,

le Regroupement étudiant

franco-ontarien réclame toujours

la création d'un comité

transitoire en 2018, un projet

devant déboucher à long terme

selon lui sur la création

d'une telle université et de

préférence dans la

région de Toronto.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

L'une des problématiques

qui ressort de plusieurs des

dossiers dont on vous a parlé

au cours de l'année, c'est

l'absence de données suffisantes

sur la communauté francophone.

On ne sait par exemple pas

à quel endroit sont les médecins

francophones en Ontario, pas

plus le nombre de francophones

qui souffrent de VIH ou encore

combien il y a réellement de

citoyens qui s'expriment en

français à Toronto. Les acteurs

francophones s'entendent sur

le fait qu'ils manquent de

chiffres, de statistiques et de

données sur la communauté. Dans

ce contexte, il est difficile

pour eux d'exiger de nouveaux

services ou de justifier la

création de nouvelles ressources

en français. On attend beaucoup

du recensement fédéral et

plusieurs espèrent que davantage

de sous sera investi pour la

recherche pour mieux comprendre

et servir nos communautés. Voilà

ce qui conclut cette édition

d'ONfr. L'actualité

ne prend pas de vacances,

alors on vous invite à continuer

à visiter notre site internet

tout au long de l'été

au tfo.org/fr. Vous pouvez

aussi nous suivre en tout temps

sur Twitter et Facebook.

Au nom de toute notre équipe,

merci d'avoir été là.

À très bientôt.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par