Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Unrolling the Red Carpet

Jennifer is getting an important visitor from Rimouski: her mother, Brigitte, with quite a surprise! Melanie also seizes the opportunity to question her about the jailed father. And Francis shaves for the first time.



Réalisateur: Stephan Joly
Acteurs: Antoine Olivier Pilon, Alice Morel- Michaud, Camille Felton
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

[Début information à l'écran]

La grande visite

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture

Dans la salle des pas perdus, BRIGITTE serre JENNIFER dans ses bras. BRIGITTE porte un gros sac de bagages.


[BRIGITTE:] Ah, t'es toute belle,

tout grande.

Je suis tellement contente

de te voir, ma cocotte.


[JENNIFER:] Ah, moi aussi, maman!

Une semaine à l'avance!

T'as décidé de venir

me voir sur un coup de tête?


[BRIGITTE:] Bien oui.

Quand je me suis levée,

je me suis dit:

il faut que j'assiste

au dévoilement de la murale

de ma fille.

J'ai fait ma valise et

j'ai pris le premier autobus.


[JENNIFER:] Hein? Mais...

est-ce que Marie est au courant?

Tu restes pour combien de temps?

(MÉLANIE arrive.)


[MÉLANIE:] Jennifer, est-ce que

je pourrais te parler?


[JENNIFER:] C'est parce que

je suis occupée, Mélanie.


[BRIGITTE:] Bonjour.

Je suis Brigitte.

(BRIGITTE tend la main à MÉLANIE.)


[BRIGITTE:] Je suis

la maman de Jennifer.

(MÉLANIE serre la main de BRIGITTE.)


[MÉLANIE:] Enchantée.

(Mal-à-l'aise)

Donc, c'est vous la femme de...


[BRIGITTE:] Bien oui, c'est moi,

la femme de...

(JENNIFER s'avance vers MÉLANIE et la retourne pour qu'elle s'en aille.)


[JENNIFER:] OK, bye, Madame Potin!
[BRIGITTE:] Jennifer...

JENNIFER (Adoucie)

Qu'est-ce que tu veux?


MÉLANIE (Mal-à-l'aise)

Bien, je trouve ça plate

que tu sois fâchée contre moi.

C'est un peu de ma faute

si toute l'école est au

courant de l'histoire de...


[JENNIFER:] Mélanie accouche!
[MÉLANIE:] Donc, pour me faire

pardonner... encore...

j'aimerais écrire un article

sur ta murale.

Si t'acceptes de te faire interviewer.


BRIGITTE (Enthousiaste)

Bien oui, elle accepte,

c'est sûr, hein?

C'est un bel honneur, il faut

pas que tu refuses ça!

(MÉLANIE regarde JENNIFER d'un air suppliant.)


JENNIFER (À contrecoeur)

OK...
[MÉLANIE:] Oh, cool! Merci, merci...

Je t'adore.


[BRIGITTE:] Tu passeras

à la maison, tantôt.

J'ai plein de scoops pour toi

sur Jennifer.


[JENNIFER:] OK! Viens-t'en, maman.

Je vais chercher mes affaires

à mon casier.


BRIGITTE (S'adressant à MÉLANIE)

Bye-bye!

(JENNIFER et BRIGITTE quittent la salle des pas perdus.)


MÉLANIE (Pour elle-même)

Plein de scoops... hi, hi!

(Pendant ce temps, HUGO et FRANCIS sortent ensemble d'un cours.)


[HUGO:] Bastien s'est mis en équipe

avec Julie-Pier.

Là, t'es pogné avec moi.


[FRANCIS:] Hugo, il est pas question

que je fasse

mon travail de sciences

sur la mousse de nombril.


[HUGO:] Come on, tout le monde

va prendre les sujets, genre,

l'oesophage ou le cancer du cerveau.

La mousse de nombril,

c'est original.

(HUGO et FRANCIS arrivent dans la zone des casiers. HUGO aperçoit BRIGITTE qui se tient debout en regardant le plafond. BRIGITTE attend JENNIFER qui est à son casier. HUGO pointe BRIGITTE à FRANCIS.)


HUGO (Riant)

Checke

la bonne femme

comme elle a l'air d'une perdue.


FRANCIS (Perplexe)

Ma tante Brigitte?


BRIGITTE (Surprise)

Ah, allô, mon beau Francis!


[FRANCIS:] Allô!

(FRANCIS va voir BRIGITTE et la serre dans ses bras.)


[FRANCIS:] Je pensais que t'arrivais

en fin de semaine.


[BRIGITTE:] Bien, j'ai voulu faire

une surprise à Jennifer.

Je te dis que t'as vieilli, toi.

T'es même rendu avec

une petite moustache.

(FRANCIS met la main devant son début de moustache, gêné.)


[FRANCIS:] Bien non!

(JENNIFER a terminé de prendre ses choses dans son casier.)


[JENNIFER:] Bon, on y va, là?
[BRIGITTE:] Oui.

(S'adressant à FRANCIS)

On se voit à la maison,

tantôt? OK.


[FRANCIS:] Bye!

(FRANCIS regarde partir BRIGITTE et JENNIFER. HUGO s'approche de FRANCIS.)


[HUGO:] Je m'excuse, le gros.

Si j'avais su que c'était

ta matante...


[FRANCIS:] Hé, Hugo...

le poil de barbe,

c'est original comme sujet.


[HUGO:] Le poil de barbe...

je suis un expert là-dedans.

J'en produis plus que

de la mousse de nombril.

(HUGO donne un coup de poing amical sur l'épaule de FRANCIS.)


[HUGO:] Ha! Ha! Ha!

(Un peu plus tard, chez les Beaucage, MARIE parle au téléphone dans la cuisine alors que JULIEN fouille dans le réfrigérateur.)


MARIE (Parlant au téléphone)

Oui, mais faut pas oublier

la taxe de bienvenue aussi.


[JULIEN:] Maman, il y a rien

à manger!


MARIE (Parlant au téléphobne)

Si vous choisissez

un taux hypothécaire fixe,

ça devrait pas poser problème.

Ça vous aiderait quand même...

(JULIEN s'approche de MARIE en se mettant les mains en porte-voix.)


JULIEN (Criant)

Maman!

Il y a rien à manger!


MARIE (Parlant au téléphone)

Excusez-moi.

Oui, c'est mon fils.

Comme je vous disais,

si vous prenez un taux d'intérêt

hypothécaire fixe,

je sais pas, moi, 5%...

(À cet instant, JENNIFER, qui est entrée dans la maison par le salon, entre dans la cuisine.)


[JENNIFER:] Allô!

Une surprise pour vous autres!


[MARIE:] Jennifer, est-ce que ça

peut attendre...

(BRIGITTE entre aussi dans la cuisine.)


[JULIEN:] Ma tante préférée!

(JULIEN saute dans les bras de BRIGITTE. MARIE pose le téléphone et se lève pour embrasser BRIGITTE.)


[BRIGITTE:] Mon neveu préféré, allô!

Puis ma belle-soeur préférée.

Excuse-moi, j'aurais dû sonner.

Une chance que t'étais pas

toute nue, hein!

(MARIE montre le téléphone à BRIGITTE.)


[MARIE:] Je suis avec un client.

(Parlant au téléphone)

Oui, monsieur Leblanc.

Vous avez tout entendu ça,

d'accord.

C'est ma belle-soeur qui

arrive de Rimouski, oui.

Ça vous dérange pas

que je vous rappelle

dans dix minutes?

Merci beaucoup de votre

compréhension. Au revoir.

(MARIE raccroche le téléphone.)


[JENNIFER:] Une belle surprise,

hein?


[MARIE:] Toute une surprise!

Je t'attendais

la semaine prochaine.

Je suis pas vraiment prête

pour te recevoir.

Je pensais faire venir

de la pizza pour souper.


[BRIGITTE:] Stresse-toi pas

avec ça, je vais m'en occuper,

du souper.

Je fais des miracles avec des riens.


[JULIEN:] Tu vas être contente;

c'est juste ça qui reste, des riens!


[BRIGITTE:] Alors tu vas m'aider.
[JULIEN:] Yes!

MARIE (Étonnée)

C'est la première fois

qu'il est content

de pas manger de la pizza, lui.

Mais là, toi, tu restes pour...


[BRIGITTE:] Deux jours.

JENNIFER (Étonnée)

Juste deux jours?

(Au même moment, à l'école, HUGO et FRANCIS parlent de leur exposé.)


[HUGO:] On pourrait parler aussi

de poils de chest.

(HUGO s'avance vers FRANCIS en ouvrant le col de sa chemise. FRANCIS se recule, dégoûté.)


[FRANCIS:] Ah, non, ça sera

vraiment pas nécessaire.

Juste avec le poil de barbe,

on a dix pages au moins.


[HUGO:] T'es sûr de ça?
[FRANCIS:] Bien oui!

Surtout si on a nos propres cobayes.

On va pouvoir prendre

les données puis les comparer.


[HUGO:] Mais toi, tes données

de barbe, tu vas les prendre où?


[FRANCIS:] Bien, ici.

(FRANCIS pointe ces quelques poils de moustache.)


[FRANCIS:] De... ma moustache.

(HUGO s'approche de FRANCIS pour mieux voir.)


[HUGO:] Bon, OK...

ma barbe de trois ans,

elle se compare pas avec

ta bébé moustache.


[FRANCIS:] Une barbe,

c'est une barbe.


[HUGO:] Non, non.

Si tu veux que le travail

ait du sérieux,

on prend la mienne.


[FRANCIS:] Hugo, on peut pas

juste prendre un échantillon.

La rigueur scientifique,

qu'est-ce que t'en fais?


[HUGO:] Je pourrais prendre

ma barbe en photo

à chaque heure puis faire

un photomontage avec ça.

(Entre temps, chez les Beaucage, JENNIFER, BRIGITTE, MARIE et JULIEN sont toujours dans la cuisine.)


[JENNIFER:] Oui, mais deux jours,

c'est pas assez long!

J'ai de l'école demain, moi.


BRIGITTE (Déçue)

Ah...

t'as pas une journée pédagogique?

À Rimouski, les écoles

sont fermées demain.


[MARIE:] Ah, mais

les journées pédagogiques,

c'est différent

d'une région à l'autre.


[JENNIFER:] On n'aura presque pas

le temps de se voir.

Pourquoi tu restes pas

plus longtemps?


[BRIGITTE:] Parce que je travaille,

ma cocotte!

J'ai commencé à donner

des cours de yoga.


[MARIE:] Ah, oui?

(JENNIFER baisse les yeux, triste.)


[BRIGITTE:] Ah, déprime pas!

Je viens juste d'arriver.

Inquiète-toi pas,

on va avoir plein de temps,

juste pour nous deux.

Hum? Bon.

(BRIGITTE pose ses sacs sur la table.)


[BRIGITTE:] Allez!

Aux chaudrons!


[JULIEN:] J'espère que tu connais

une recette avec des aubergines.

C'est le seul rien

qui reste dans le frigo.


[MARIE:] Franchement, Julien...

on a des carottes aussi.

(BRIGITTE va ouvrir le réfrigérateur.)


JULIEN (Sarcastique)

Woh!

Des aubergines aux carottes!

Menoum-menoum!

(Plus tard en journée, FRANCIS et HUGO sont encore dans la salle des pas perdus. MÉLANIE va voir HUGO et FRANCIS.)


[MÉLANIE:] Les gars... youhou...

l'école est finie.

Je sais que c'est vraiment

triste, là, mais...

il va y en avoir encore demain.


[HUGO:] On le sait.

On cherche des idées

sur notre travail de poils de barbe.


[MÉLANIE:] Ark!
[HUGO:] Toi, là, trouves-tu

que Francis a assez de poils

pour se raser?

(FRANCIS lève la tête et regarde MÉLANIE en essayant d'avancer subtilement sa lèvre supérieure.)


[MÉLANIE:] Tu sais quoi? Sûrement!

Parce qu'à chaque fois

que je lui parle, là,

son petit duvet me déconcentre.

(HUGO rit.)


[FRANCIS:] Exagère pas.

MÉLANIE (Riant)

Ça y est,

je suis déconcentrée.

Bye-bye!

(MÉLANIE part.)


[HUGO:] OK, c'est beau.

On se rase tous les deux.

Mais on commence ce soir.


[FRANCIS:] Yes.

(Après le souper, chez les Beaucage, MARIE essaie de travailler à la table de la cuisine. BRIGITTE, JENNIFER et JULIEN font la vaisselle en chantant.)

BRIGITTE, JENNIFER et JULIEN

(Chantant)

Chanter en travaillant

C'est comme faire voler

ses tourments

Perdre la tête

comme un enfant

Marcher dans la vie

en courant


MARIE (Exaspérée)

Est-ce que

c'est possible

de changer de chanson?


[JULIEN:] Mais c'était

ta chanson quand t'étais

Marie-Avril!

Tu l'aimes pas?

Tu devrais la...

(Chantant)

Chanter en travaillant

C'est comme faire voler...

(MARIE commence à ramasser ses choses sur la table.)


[BRIGITTE:] Julien...

je pense que ta maman

voudrait qu'on arrête.


[JULIEN:] Pour une fois

que c'était le fun

de faire la vaisselle.


[MARIE:] Je vais aller

travailler dans ma chambre.


[BRIGITTE:] Attends,

je vais t'aider.

(BRIGITTE se rend à la table.)


[MARIE:] Non, c'est beau!
[BRIGITTE:] Tiens.

(MARIE prend une partie de ses choses et sort de la cuisine.)


[MARIE:] Hop, là!

Bon, bien, merci.

(BRIGITTE ramasse le reste des choses de MARIE.)


[BRIGITTE:] J'apporte ça.

(BRIGITTE sort aussi de la cuisine. JENNIFER va voir JULIEN et lui tend son téléphone.)


[JENNIFER:] Julien, je te le prête

pour toute la soirée.

Prends-le puis va jouer

dans ta chambre, OK?


[JULIEN:] Ça me tente

de rester avec ma tante Brigitte,

moi.


[JENNIFER:] Je l'ai presque pas vue

depuis son arrivée.


[JULIEN:] Là, tu l'as vue

pendant trois heures.


[JENNIFER:] C'est ma mère;

j'aimerais être seule avec elle.


[JULIEN:] Pourquoi?
[JENNIFER:] Parce que, Julien,

OK?

(JENNIFER met son téléphone dans les mains de JULIEN et le pousse hors de la cuisine.)


[JENNIFER:] Bye.

(La sonnette de la porte retentit à ce moment. JENNIFER regarde la porte d'un air rageur. JENNIFER va ouvrir la porte.)


[MÉLANIE:] Allô!

JENNIFER (Perplexe)

Mélanie?

Qu'est-ce que tu fais ici?


[MÉLANIE:] Je suis venue

t'interviewer!


[JENNIFER:] Ah, schnout,

j'avais oublié!

Est-ce qu'on peut

remettre ça à plus tard?


[MÉLANIE:] C'est parce que

ça presse un peu.

(BRIGITTE revient dans la cuisine.)


[MÉLANIE:] C'est pour

la prochaine édition du journal.


[JENNIFER:] OK.

Mais fais ça vite.


[BRIGITTE:] Moi, je vais aller

porter mes choses

dans ta chambre, en t'attendant.


[MÉLANIE:] Ah non, restez!

J'aimerais vous interviewer,

vous aussi.


BRIGITTE (Enthousiaste)

Ah, oui?

(Un peu plus tard, FRANCIS essaie d'ouvrir la porte de la salle de bain à l'étage mais elle est barrée. FRANCIS va essayer la salle de bain du rez-de-chaussée mais elle est aussi occupée. En attendant, FRANCIS va s'asseoir sur le divan dans le salon. Sur ses genoux, FRANCIS déplie la serviette qu'il tient dans les mains. Dans la serviette se trouvent de la crème à raser et des rasoirs. Le téléphone de FRANCIS sonne à cet instant. FRANCIS pose ses choses sur le divan et se lève pour répondre. Sur l'écran du téléphone de FRANCIS se trouve HUGO, fraîchement rasé.)


FRANCIS (Impatient)

Oui, Hugo,

je l'ai reçue, ta photo.


[HUGO:] Justement, ça en fait

deux que je t'envoie

puis tu m'en as pas encore

envoyé une.

(Pendant que FRANCIS parle à HUGO, JULIEN entre discrètement dans le salon.)


[FRANCIS:] Je me suis

pas encore rasé.


[HUGO:] Comment ça?
[FRANCIS:] C'est pas de ma faute.

Les deux salles de bain

sont occupées.


[HUGO:] T'insistais pour

qu'on se rase en même temps.

(JULIEN va prendre les articles de rasage de FRANCIS sur le divan.)


[FRANCIS:] Il va y avoir un décalage

de quelques heures.

C'est pas grave.


[HUGO:] J'espère.

Je me suis donné au bout

pour mon montage photo.

(MARIE sort de la salle de bain.)


[FRANCIS:] OK, attends. Bye.

(FRANCIS met fin à la communication.)


[MARIE:] Ah?

T'as pas encore

pris ta douche, toi?


[FRANCIS:] Non, Brigitte est dans

la salle de bain d'en haut.

(Avant d'aller dans la salle de bain, FRANCIS regarde sur le divan.)


[FRANCIS:] Mon kit, il est où?
[MARIE:] Quel kit?

FRANCIS (Mal-à-l'aise)

Mon kit de... de...

de crème d'acné!

Il était ici, tantôt.


[MARIE:] Je sais pas.

Tu peux te passer

de crème pour ce soir.

Tu continueras à chercher

demain matin.

(Du bruit se fait entendre à l'étage. MARIE pointe le plafond.)


[MARIE:] Ah! La douche est libre!

Go. Allez, allez!

Bon...

(MARIE s'assoit et prend le téléphone. Avant de composer un numéro, elle s'arrête, l'air fatiguée. Pendant ce temps, à l'étage, BRIGITTE entre dans la chambre de JENNIFER. JENNIFER a collé sur sa porte un carton disant : « Ne pas déranger!!!!!!! »)


[BRIGITTE:] Ouais... il y en a,

des points d'exclamation!


[JENNIFER:] Bien quoi!

J'ai le droit de vouloir

être seule avec ma maman.

(JENNIFER ferme la porte de sa chambre. BRIGITTE s'assoit sur le lit de JENNIFER et fait signe à JENNIFER de venir s'asseoir à côté d'elle.)


[JENNIFER:] Maman...

C'est parce que c'est court,

deux jours.


[BRIGITTE:] Bien oui,

mais moi aussi,

je trouve ça court,

deux jours.

Puis là, j'ai pas envie

qu'on soit tristes.

Non, je veux

qu'on pense à rien

puis qu'on ait du fun.

Est-ce que tu savais que,

des fois,

je m'ennuie tellement de toi

que je dors dans ton lit?


JENNIFER (Bâillant)

Pour vrai?
[BRIGITTE:] Hum-hum.

Pour vrai.

(JENNIFER ferme les yeux.)


[BRIGITTE:] Puis là, je regarde...

les affiches sur tes murs,

tes dessins, tes vieux toutous.

(JENNIFER se couche sur son lit en mettant sa tête sur les genoux de BRIGITTE.)


[JENNIFER:] Maman...
[BRIGITTE:] Ouais?
[JENNIFER:] Je pense que je suis

en train de m'endormir.

Mais je veux pas...


[BRIGITTE:] Mais c'est correct,

ma chouette.

Dors, t'es fatiguée.


[JENNIFER:] Demain, on va se faire

de la super bonne bouffe

puis on va dîner ensemble, OK?


[BRIGITTE:] Ouais.

Puis moi, je vais te faire

ta salade de pâtes préférée.

Tu sais, avec les câpres.

Hum?

(JENNIFER dort.)


[BRIGITTE:] Ma Jennifer.

(Le lendemain matin, chez les Beaucage, FRANCIS se tient devant JULIEN dans la cuisine.)


[FRANCIS:] Dis-moi

où tu les as cachés?


[JULIEN:] Je t'ai dit que j'y ai

pas touché!


[FRANCIS:] Dis-moi ils sont où!

(MARIE s'approche, le téléphone sur l'oreille.)


[MARIE:] Hé! Qu'est-ce qui

se passe ici?


[FRANCIS:] Julien a pris

mon kit... de crème.

Puis il veut pas me dire

où il l'a mis.


[JULIEN:] C'est même pas vrai!
[MARIE:] Votre père fait dire:

calmez-vous, sinon, il envoie

le ministre de la Justice

pour vous arrêter.


[FRANCIS:] Han.

MARIE (Parlant au téléphone)

Alain, as-tu ça... un kit

de crème hydratante

pour hommes?


[FRANCIS:] Il est parti à Québec

avec sa trousse.


MARIE (Parlant au téléphone)

Francis dit qu'il fait de l'acné.

Attends-moi deux secondes.

(S'adressant à FRANCIS)

Montre-moi donc ça,

ce... bouton-là.

(MARIE examine le visage de FRANCIS de plus près.)


[MARIE:] Si tu fais

une poussée d'acné,

elle est vraiment très discrète.


[FRANCIS:] Regarde, Julien...

si tu me dis pas ils sont où,

je vire ta chambre à l'envers

pour les trouver.

(FRANCIS court vers l'escalier.)


[JULIEN:] Maman! Il a

pas le droit, là!

(JULIEN se lève pour courir derrière FRANCIS.)


[MARIE:] Chut! Brigitte puis Jennifer

dorment encore!

Les gars! Les gars!

Chut!!!

(Plus tard, à l'école, JENNIFER se rend à son casier et aperçoit BRIGITTE et MÉLANIE qui rient aux éclats.)


[BRIGITTE:] Très drôle.
[MÉLANIE:] Je sais.

(JENNIFER va voir BRIGITTE et MÉLANIE.)


[JENNIFER:] Maman... qu'est-ce

que tu fais là?

Avec Mélanie.


[BRIGITTE:] Bien, je pensais...

qu'on devait

dîner ensemble, non?


[JENNIFER:] Je parlais de manger...

à la maison, moi.

Toutes seules.


[BRIGITTE:] Mais il fait

tellement beau!

Je me suis dit que ce serait

parfait pour un pique-nique!


[JENNIFER:] OK, on va aller

s'installer au parc, d'abord.

(BRIGITTE et JENNIFER partent, suivies de MÉLANIE.)


[JENNIFER:] Euh...

qu'est-ce que tu penses

que tu fais, là?


[MÉLANIE:] Ah, bien, j'aurais encore

deux ou trois questions

à vous poser.


[JENNIFER:] C'est quoi ton article?

Raconter la vie d'une

ex-femme de fraudeur?


[MÉLANIE:] Pas rapport!
[BRIGITTE:] Jennifer, qu'est-ce

qu'on s'est dit, hier soir?


[JENNIFER:] On pense à rien

puis on a du fun.


[BRIGITTE:] Alors, est-ce

qu'on pourrait terminer l'entrevue

avec Mélanie dans la joie

avant d'aller pique-niquer?

(De retour chez les Beaucage, FRANCIS entre rapidement et va dans la salle de bain en fermant la porte derrière lui. HUGO entre et va attendre FRANCIS à côté de la porte. FRANCIS sort de la salle de bain, une trousse de toilette à la main.)


[HUGO:] Tu te caches parce que

tu t'es pas encore rasé?


FRANCIS (Surpris)

Hein? Non.
[HUGO:] Je t'ai vu partir

en courant après la cloche du midi.


[FRANCIS:] Puis tu m'as suivi?
[HUGO:] Fallait répondre

à mes textos.

Ça commence à presser,

notre affaire.


[FRANCIS:] Hugo, je le jure,

ça changeras rien

si je me rase après toi.

Ton poil pousse

bien plus vite que le mien.


[HUGO:] La rigueur!

Je me suis levé toutes les heures

pour prendre en photo

ma barbe qui pousse.


[FRANCIS:] Ah, oui?
[HUGO:] Ouais!

Là, on fait le travail sur

une barbe: la mienne.


[FRANCIS:] Regarde, je me rase

dans cinq minutes.

C'est pour ça

que je suis venu ici.


[HUGO:] Si, t'es pas rasé

après le dîner, je vais dire

au prof que tu botches

notre travail.

Rigueur, man. Ri-gueur.

C'est bon?

(HUGO sort de chez FRANCIS. Pendant ce temps, à l'école, BRIGITTE répond aux questions de MÉLANIE alors que MÉLANIE enregistre avec son téléphone.)


[BRIGITTE:] Tu devrais voir

sa chambre à Rimouski.

Ses murs sont tapissés de dessins.


JENNIFER (S'adressant à MÉLANIE)

Bon. As-tu fini avec tes questions?


[BRIGITTE:] Puis t'en rappelles-tu,

à ta fête de huit ans,

quand ton père puis moi,

on t'a offert

ta première table à dessin?


[JENNIFER:] Parle pas de papa...

(Regardant MÉLANIE)

Mélanie attend juste ça.

(MÉLANIE perd son sourire en regardant JENNIFER.)


[BRIGITTE:] Je te parle pas

de ton père, je te parle

de ta table à dessin.


[JENNIFER:] Tu la connais pas;

si tu lui donnes un morceau,

elle va sauter dessus!


[MÉLANIE:] OK, OK!

(MÉLANIE éteint son téléphone.)


[MÉLANIE:] C'est beau Jennifer,

j'ai compris.

De toute façon,

j'ai enregistré ce qu'il me fallait.

Bon tête-à-tête.

(MÉLANIE part.)


[BRIGITTE:] Ma cocotte...

Mélanie veut se racheter.

Elle fera pas quelque chose

pour t'humilier.


[JENNIFER:] Maman, je sais

que tout le monde est gentil

sur ta planète de peace and love,

mais Mélanie,

c'est une manipulatrice.

De quoi vous parliez

avant que j'arrive?


[BRIGITTE:] Euh, bien de toi,

de moi...


[JENNIFER:] As-tu parlé de papa?
[BRIGITTE:] Euh, non.

Bien, peut-être un peu...


[JENNIFER:] Maman!
[BRIGITTE:] Hum?
[JENNIFER:] Va m'attendre dehors.

Je vais aller porter ça à mon casier.

(BRIGITTE part et JENNIFER se dirige vers son casier. JENNIFER sort son téléphone et compose un numéro.)

(Au même moment, chez les Beaucage, FRANCIS est assis à la cuisine avec une trousse de toilette devant lui. Le téléphone de FRANCIS sonne.)


FRANCIS (Répondant au téléphone)

Allô, Jennifer.

OK, je t'écoute.

(FRANCIS écoute JENNIFER mais on n'entend pas ce que dit JENNIFER.)


FRANCIS (Parlant au téléphone)

Je sais pas. C'est quand même gros,

ce que tu me demandes.

OK. Je t'aide,

mais à une condition.

(Hésitant)

Où est-ce que tu gardes

tes rasoirs jetables?

Quelle couleur?

(Quelqu'un entre dans la maison par la porte du salon.)


MARIE (Criant)

Coucou!

FRANCIS (Parlant au téléphone)

OK, bye, on se reparle.

(FRANCIS raccroche et se lève rapidement en prenant la trousse de toilette. FRANCIS va cacher la trousse dans le four à micro-ondes. MARIE entre dans la cuisine. FRANCIS est maintenant assis au comptoir.)


[MARIE:] Yé! Je vais pouvoir

dîner avec un de mes fils!


[FRANCIS:] Yé!

T'avais pas un rendez-vous

ce midi?


[MARIE:] Mon client a annulé,

j'ai deux belles grandes heures

devant moi.


[FRANCIS:] Tu vas pas avoir

besoin du micro-ondes...


[MARIE:] Non. Je suis allée

me chercher des sushis.

Puis regarde ce que je t'ai acheté.

(MARIE sort un pot de crème de son sac et le donne à FRANCIS.)


[FRANCIS:] Ah, de la crème à acné!
[MARIE:] Hum-hum.
[FRANCIS:] Eh, merci!
[MARIE:] Tu vas pas t'en mettre

tout de suite?

Ça avait tellement l'air

de presser, ce matin.


[FRANCIS:] Euh, bien oui.

OK, bye.

(FRANCIS se lève pour quitter la cuisine mais revient et pointe le four à micro-ondes.)


[FRANCIS:] Tu vas pas faire

réchauffer tes sushis, hein.


[MARIE:] Voyons, Francis,

depuis quand on fait réchauffer ça,

des sushis?

(MARIE regarde FRANCIS et croit qu'il faisait une blague.)


[MARIE:] Ah, ha, ha, ha!

(FRANCIS sourit à MARIE et quitte la cuisine.)


[FRANCIS:] Je disais ça de même!

(Un peu plus tard, à l'école, HUGO et FRANCIS parlent devant les casiers.)



[FRANCIS:] Toi, tu vas la distraire,

pendant que moi,

je m'occupe du reste.

Vas-tu être capable?


[HUGO:] Dude, distraire les filles,

c'est ma spécialité, OK?


[FRANCIS:] Hé, puis en passant,

merci de pas être allé voir

le prof même si je me suis pas

encore rasé.


[HUGO:] Pas de trouble!

T'aurais dû me le dire

que ça te stressait de même.


FRANCIS (Gêné)

Oui, je sais.
[HUGO:] Capote pas avec ça.

Je vais te coacher dans ton

rasage puis tout va bien aller.

(À cet instant, MÉLANIE s'avance vers FRANCIS et HUGO en textant sur son téléphone.)


[HUGO:] Ah! Elle s'en vient.

(MÉLANIE s'arrête à son casier et commence à débarrer son cadenas.)


HUGO (Enthousiaste)

Hé, Mélanie!

MÉLANIE (Enthousiaste)

Hé!

(HUGO rit. MÉLANIE se retourne et regarde FRANCIS et HUGO.)


[MÉLANIE:] Coudonc, êtes-vous

en train de devenir des best,

vous deux?


[HUGO:] Yes! Des best de poils!

Regarde ça.

Hé!

(FRANCIS et HUGO se serrent la main et se frappent les poings en signe d'amitié.)


[FRANCIS:] Wouh!
[MÉLANIE:] Ha, ha!

(MÉLANIE fouille dans son casier.)


HUGO (Hésitant)

Parlant de ça,

tu sais... notre travail sur la barbe,

on voudrait publier

des résultats dans le journal.

(MÉLANIE se retourne et regarde FRANCIS.)


[MÉLANIE:] Je vois pas d'évolution,

moi, pourtant.

(HUGO se met aussi à observer FRANCIS. FRANCIS est gêné. HUGO sort son téléphone.)


[HUGO:] Bon, regarde bien ça.

J'ai pris ma barbe en photo,

heure par heure...

Viens voir. Regarde.

(MÉLANIE s'approche d'HUGO pour regarder les photos sur son téléphone.)


[HUGO:] Ha, ha, ha.

Celle-là est écoeurante.

Ha! Ha! Ha!

Regarde celle-là.

(Pendant qu'HUGO distrait MÉLANIE, FRANCIS prend le téléphone de MÉLANIE dans son casier.)


MÉLANIE (Peu convaincue)

Bien oui.
[HUGO:] Hi!

Regarde-moi le sourire,

les belles dents, tout.

Digne d'Hollywood, toi.

Hein?

(FRANCIS cherche quelque chose sur le téléphone de MÉLANIE.)


[HUGO:] Ha! Ha! Ha!
[MÉLANIE:] Euh, Hugo, elles sont

pas mal toutes pareilles.


[HUGO:] Regarde celle-là.

Je souriais moins, un peu.

Mais il était 3 h

du matin, aussi.

(FRANCIS remet le téléphone de MÉLANIE dans son sac à dos dans son casier.)


[HUGO:] Dans le fond, Francis,

il va faire la même affaire,

sauf que moi,

j'ai une barbe de trois ans,

puis lui, une barbe d'aujourd'hui.

(MÉLANIE ne répond pas, perplexe. FRANCIS se râcle la gorge pour faire diversion.)


MÉLANIE (Incertaine)

C'est vrai qu'on...

manque toujours de sujets de gars.


[HUGO:] Hé, ça,

c'est tellement vrai, hein.


[FRANCIS:] Oui, oui, oui.
[MÉLANIE:] Euh, bon, bien, OK.

(Plus tard, chez les Beaucage, MARIE est au téléphone dans la cuisine.)


MARIE (Parlant au téléphone)

D'accord.

À tantôt, au revoir.

(MARIE raccroche puis se tourne vers BRIGITTE qui range de la nourriture au réfrigérateur.)


[MARIE:] Voyons, Brigitte,

t'étais pas obligée de faire l'épicerie.


[BRIGITTE:] Ah, mais ça

me fait plaisir.

De toute façon, j'avais

besoin d'ingrédients pour préparer

mon chili végétarien, pour souper.

(JENNIFER entre dans la cuisine.)


[MARIE:] Oh, je suis pas certaine

que les enfants aiment ça,

un chili végétarien.


[BRIGITTE:] Ils vont raffoler du mien.

Tu vas voir.

(BRIGITTE se tourne vers JENNIFER.)


[BRIGITTE:] Hé!

Est-ce que tu t'es remise

de tes émotions de ce midi, toi?


[JENNIFER:] Oui.
[MARIE:] Il s'est passé

quelque chose ce midi?

(Quelqu'un entre dans la maison et claque la porte. MÉLANIE entre dans la cuisine.)


MÉLANIE (Fâchée)

Jennifer Blais!

C'est toi qui as effacé

toutes mes entrevues?


JENNIFER (Faussement surprise)

Quoi?


[MÉLANIE:] Hé!

Toutes mes entrevues sur mon

enregistreur ont été effacées.

Tu vas pas me dire que t'as rien

à voir là-dedans?


[BRIGITTE:] Jennifer, est-ce que

c'est toi qui as effacé

les entrevues de Mélanie?


[JENNIFER:] Non!

J'ai juste demandé à quelqu'un

de le faire à ma place.

(JENNIFER sourit innocemment à MÉLANIE.)


[BRIGITTE:] Pourquoi t'as fait ça?
[JENNIFER:] Tu lui as donné plein

de détails sur papa puis elle allait

s'en servir pour son article.


[BRIGITTE:] Pardon, j'ai pas donné

plein de détails sur ton père.


[MÉLANIE:] Je voulais juste écrire

un article sur ta murale, moi.


[JENNIFER:] Bien oui, il me semble.
[MÉLANIE:] T'es bornée, toi, hein!

Puis ton petit article,

tu peux l'oublier.


[JENNIFER:] Oh, bou-hou-hou,

j'ai de la peine!

(MÉLANIE part.)


[BRIGITTE:] Jennifer!...

C'est quoi,

cette attitude-là?


[JENNIFER:] Ça fait mille fois

que je te dis qu'elle est potineuse.

Mais toi, t'écoutes pas.

Tu fais ce que tu veux,

même si ça dérange les autres.


BRIGITTE (Triste)

C'est pas vrai, ça.
[JENNIFER:] Oui.

Tu débarques ici une semaine

à l'avance sans prévenir personne.

Tu fais un chili végétarien

même si Marie veut pas

puis tu viens pique-niquer

à l'école sans m'avertir

parce que... oups! on a juste

deux jours pour se voir.

Puis tu penses que

ça dérange personne, ça?

(BRIGITTE ne répond pas. JENNIFER monte à sa chambre et va se coucher sur son lit. Plus tard ce jour-là, FRANCIS sort de la salle de bain pendant qu'HUGO l'attend sur le divan du salon. FRANCIS a quelques coupures sur la lèvre supérieure.)


[HUGO:] Oh, boy!

Ha! Ha! Ha!

(HUGO prend une photo de FRANCIS.)


[HUGO:] Tu t'es pas manqué.

Quelle sorte de rasoir t'as pris?

Une vieille affaire cheap

en plastique jaune?


[FRANCIS:] Non, en rose.

(HUGO rit. JENNIFER est toujours dans sa chambre. MÉLANIE va cogner à la porte.)


MÉLANIE (À travers la porte)

Jen?...

Je suis venue pour te faire lire

quelque chose.

C'est... l'introduction

de mon article.

(JENNIFER ne répond pas. MÉLANIE glisse un papier sous la porte de JENNIFER. JENNIFER prend le papier et le lit.)


MÉLANIE (Narratrice)

Pour connaître Jennifer Blais,

celle qui a imaginé

notre nouvelle murale,

il faut faire connaissance

avec sa mère Brigitte.

C'est elle qui l'a encouragée

à dessiner

et c'est sa plus grande admiratrice.

(JENNIFER sourit et va ouvrir la porte de sa chambre.)


[JENNIFER:] C'est beau.

(Entre temps, HUGO et FRANCIS sont toujours au salon.)


[HUGO:] Tu t'es rasé

avec un rasoir de fille.


[FRANCIS:] Hé, c'est tout

ce que j'avais!


[HUGO:] Il faut qu'on parle

de ça dans l'article.


[FRANCIS:] T'es-tu malade?

Il est pas question de mettre

des photos de mon ex-moustache

dans le journal de l'école.


[HUGO:] Come on,le gros.

Il y a plein de petits gars

avec des duvets qui vont

se reconnaître.


[FRANCIS:] Moi, je vais passer

pour un moron.


[HUGO:] Pas pantoute!

Sais-tu ce qu'Audrey

m'a dit, tantôt?

Qu'elle te trouvait super courageux

de parler de ta première expérience

de rasage dans le journal.


FRANCIS (Intéressée)

Audrey

a dit ça?


[HUGO:] Je te le jure.

Man, assume-le,

ton duvet-moustache.

Plus tu l'assumes, plus les filles

trouvent ça cute.


FRANCIS (Perplexe)

Tu penses?
[HUGO:] Je te le dis.
[FRANCIS:] Le rasoir rose,

je l'assume-tu aussi?


[HUGO:] Non, ça, tiens ça mort.
[FRANCIS:] C'est ça que je pensais.

(Dans la chambre de JENNIFER, MÉLANIE s'explique.)


[MÉLANIE:] OK, regarde,

je l'avoue, là.

J'ai été tentée de faire

un article sur ta mère

qui a un ex-mari en prison.


[JENNIFER:] Je le savais.
[MÉLANIE:] Non, juste pour 10 secondes.

Même Maude aurait été tentée.


[JENNIFER:] Pourquoi t'étais

tout le temps collée sur ma mère?


[MÉLANIE:] Elle m'a dit qu'elle avait

plein d'histoires sur toi

à me raconter.

Je l'ai quand même pas

forcée à parler.


[JENNIFER:] Oui, c'est vrai que...

elle aime beaucoup ça,

parler de sa vie, hein,

puis de la mienne.


[MÉLANIE:] Oui, mais elle a rien dit

sur ton père.

Elle a juste dit

des super belles choses sur toi.

Mon but, avec l'article,

c'était vraiment juste

de m'excuser.

Tu me crois-tu?


[JENNIFER:] Bien oui.

MÉLANIE (Soulagée)

Ah! Enfin!

Je commençais à croire

que tu me prenais juste

pour une grande potineuse!


[JENNIFER:] Mais non. Je sais que,

quand tu te forces,

tu peux penser à d'autres choses

qu'aux potins.


[MÉLANIE:] Ah, mets-en.

Hé, savais-tu que...

Francis a commencé

à se raser?

(JENNIFER sourit sans répondre.)


MÉLANIE (Riant)

Il n'a plus

de petite...

(Plus tard, dans la cuisine, JENNIFER et FRANCIS discutent du souper.)


[JENNIFER:] De la végé, d'abord,

mais pas de champignons.


[FRANCIS:] C'est ce qu'il y a

de meilleur.

(MARIE entre dans la cuisine et regarde FRANCIS attentivement.)


[FRANCIS:] Oui, maman,

je me suis rasé.


MARIE (Mal-à-l'aise)

Ah, ça me dérange pas.

C'est juste que... je suis surprise.

Mais... hum, t'as bien fait ça.

(JULIEN entre dans la cuisine, de la crème à raser sur le visage.)


[MARIE:] Ah mon Julien!
[FRANCIS:] Je le savais

que c'était toi qui avais

piqué mon kit.


MARIE (S'adressant à FRANCIS)

Si t'avais besoin de crème à raser,

pourquoi tu l'as pas dit?


[JULIEN:] Parce qu'il était gêné!
[FRANCIS:] Ça me dérange pas;

je suis un homme maintenant.


[MARIE:] Un homme!

Arrête de grandir trop vite, toi.

(BRIGITTE entre dans la cuisine.)


[BRIGITTE:] Allô!
[MARIE:] Allô.
[BRIGITTE:] Je suis allée prendre

une longue marche.

C'est vrai, ma cocotte, que j'aurais

dû appeler avant de venir.

Puis, Marie,

je t'ai prise au dépourvu,

je t'ai dérangée...


[MARIE:] Ben non.
[BRIGITTE:] Puis c'est vrai

que deux jours, c'est pas long

quand ta fille a de l'école

puis que tu l'as pas vue

depuis des mois.

Je m'excuse d'avoir agi

sur un coup de tête.

Je le sais, je suis impulsive.

C'est juste que je m'ennuyais

tellement, là!

Je pouvais pas attendre

une semaine de plus.

(JENNIFER se lève et fait un câlin à BRIGITTE.)


[JULIEN:] Bien, moi, je suis content

que tu nous aies fait

une grosse surprise.

(JULIEN fait un câlin à BRIGITTE aussi.)


[FRANCIS:] Oui, c'était cool.

Le chili végétarien, c'était pas

super cool, mais...

on t'aime quand même.

(FRANCIS se lève pour faire un câlin à BRIGITTE.)


[MARIE:] Moi, j'aurais aimé ça

être capable de te recevoir

autrement

puis avec autre chose

que de la pizza.


[BRIGITTE:] Justement.

J'ai pris une grande décision.

Étant donné que t'es très occupée,

que ma fille s'ennuie de moi

et qu'à Rimouski, c'est rendu

invivable

parce que tout le monde

me reconnaît,

j'ai décidé de pas y retourner.


[JENNIFER:] Hein?
[BRIGITTE:] Je vais rester ici.

Je vais chercher un appartement

et un emploi

puis on va repartir en neuf.


[JULIEN:] Ouais!

(JULIEN saute dans les bras de BRIGITTE. JENNIFER reste bouche bée mais souriante.)


[BRIGITTE:] Yé!

C'est le fun, hein?

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par