Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Out with a Bang

Vincent is only a few days away from leaving his school for Saint-Placide. He doesn`t want to go away without leaving his mark. What is he up to? Sami is going to try to find out.



Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

[Début information à l'écran]

Finir sur un bang!

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture

C'est le matin chez les Beaucage. BRIGITTE regarde le journal au salon, un crayon à la main. VINCENT arrive et commence à fouiller le divan.


[VINCENT:] Excuse-moi,

ma tante, je pense que...

t'es assise sur mon cellulaire.


[BRIGITTE:] Voyons...

(VINCENT fouille autour de BRIGITTE et trouve son téléphone.)


[VINCENT:] Ah!
[BRIGITTE:] Tu devrais

lui faire plus attention.


[VINCENT:] Il peut pas être

plus protégé que ça;

il est entouré de coussins!


[BRIGITTE:] Oui...

(VINCENT sort du salon. JENNIFER entre.)


[JENNIFER:] Allô, maman!
[BRIGITTE:] Allô, ma chouette.

Hé, je m'en vais visiter

un appartement, ce matin.


[JENNIFER:] Sans moi?
[BRIGITTE:] Bien... le propriétaire

était juste disponible à ce moment-là.

(VINCENT revient dans le salon et prend son sac d'école. VINCENT accroche BRIGITTE en sortant.)


[VINCENT:] Excuse-moi, hein.
[JENNIFER:] Peux-tu m'envoyer

les photos sur mon cellulaire?

Je les regarderai à l'école.


[BRIGITTE:] Ah, c'est parce que

je sais pas comment faire.


[JENNIFER:] Je vais te montrer.

Va chercher ton cell.


[BRIGITTE:] Ah, OK.

(BRIGITTE se lève et se dirige vers la cuisine. En sortant du salon, BRIGITTE s'accroche dans VINCENT qui revient au salon.)


[VINCENT:] Oh! Excuse.
[BRIGITTE:] Oh!

(BRIGITTE sort du salon.)


VINCENT (Criant)

Moi, j'y vais!
[JENNIFER:] Déjà?

T'es de bonne heure.


[VINCENT:] J'ai quelque chose

à faire à l'école avant les cours.


[JENNIFER:] Quelque chose

comme quoi?


[VINCENT:] Disons que c'est

ma dernière semaine

à « Victoire-Desmorons »,

puis j'ai envie de terminer

sur un gros bang!


[JENNIFER:] Ah, oui,

un mauvais coup?


[VINCENT:] Une surprise.
[JENNIFER:] J'ai hâte de voir ça.
[VINCENT:] Pas autant que moi.
[JENNIFER:] À tantôt, cousin!

(VINCENT quitte la maison et arrive à l'école peu de temps après. VINCENT va rejoindre FRANK qui est assis dans la salle des pas perdus.)


[VINCENT:] Hé, Frank!
[FRANK:] Oui?
[VINCENT:] As-tu

tout ce qu'il faut?


[FRANK:] Je pense que oui.

J'ai trouvé un restant de peinture

de la dernière fois

qu'ils ont peinturé

la salle des pas perdus.


[VINCENT:] Elle doit avoir

8000 ans cette peinture-là.


[FRANK:] Brasse-la

comme il faut.


[VINCENT:] Merci, Frank, cool.
[FRANK:] T'es... sûr que tu veux

passer à l'action?

(VINCENT hausse les épaules en souriant. Au même moment, chez les Beaucage, JULIEN entre dans le salon où se trouve encore JENNIFER. JULIEN est encore en pyjama et n'a pas l'air bien.)


[JENNIFER:] Hé, ça va pas, Julien?
[JULIEN:] Non.

(JULIEN va s'asseoir sur le divan à côté de JENNIFER.)


ALAIN (Criant de la cuisine)

Julien, viens manger!


[JULIEN:] Je pense

que je me sens pas

très bien, là, papa.

(ALAIN entre dans le salon.)


ALAIN (Préoccupé)

Ah, oui?

Qu'est-ce que t'as?


[JULIEN:] Tu m'as fait

jouer dehors, hier,

alors qu'il faisait froid.


[ALAIN:] Je pense pas

que c'est le froid, moi,

qui rend malade,

je pense que c'est les virus,

hein?

Envoye! Viens déjeuner,

ça va te faire du bien.

(ALAIN sort du salon.)


[JULIEN:] OK, là...

(JULIEN essaie de se lever mais commence à tousser.)


JENNIFER (S'adressant à ALAIN)

Je pense qu'il est

vraiment malade, hein.

(S'adressant à JULIEN)

On dirait qu'il y a

un petit bonhomme qui ira

pas à l'école, aujourd'hui.

(ALAIN revient dans le salon.)


[ALAIN:] Pis c'est quoi?

Il y a un gros bonhomme

qui ira pas travailler?


[JULIEN:] Je veux manger

dans le salon.

Une toast au beurre.


[ALAIN:] C'est drôle,

dans mon temps, aller jouer dehors,

ça rendait pas malade.

Même que c'était le contraire!

(JULIEN tousse encore.)


[ALAIN:] OK, c'est beau,

je vais aller te faire une toast.

(ALAIN sort du salon et s'accroche avec BRIGITTE qui revient avec son téléphone.)


[ALAIN:] Pardon.
[BRIGITTE:] Oh! S'cuse!

(BRIGITTE s'assoit dans un fauteuil près de JENNIFER.)


[BRIGITTE:] J'ai fini

par le trouver, là.

Je devrais toujours

le ranger à la même place.


[JENNIFER:] La prochaine fois,

appelle-toi.

Tu vas le retrouver plus vite.

Bon, tu commences par aller

sur l'application de la caméra.

(BRIGITTE se lève.)


[BRIGITTE:] Oh, attends,

je vais prendre des notes.

(BRIGITTE se dirige vers la cuisine et entre en collision avec ALAIN qui revient au salon avec un verre d'eau pour JULIEN.)


[ALAIN:] Oh! Attention.

(ALAIN tend le verre d'eau à JULIEN.)


[ALAIN:] Tiens, mon grand,

commence par ça.


[JULIEN:] Est-ce que je pourrais

avoir un jus d'orange?

(JULIEN tousse.)


[ALAIN:] OK, c'est beau.

(ALAIN garde le verre et se dirige vers la cuisine. BRIGITTE revient avec un cahier de notes et un crayon au même instant. ALAIN et BRIGITTE s'accrochent encore dans le cadre de porte.)


[ALAIN:] Excuse.
[BRIGITTE:] Voyons!

(BRIGITTE se rassoit et voit JULIEN couché sur le divan.)


[BRIGITTE:] Ah!... Oh,

pauvre petit pou.

(Chuchotant à JENNIFER)

Jennifer...

tu trouves pas ça épuisant,

les matins, ici?


[JENNIFER:] Bien, on s'habitue.
[BRIGITTE:] Mais bientôt,

on ne sera plus dans les jambes

des Beaucage.

(Enthousiaste)

Ça va être juste toi puis moi.


JENNIFER (Incertaine)

Oui,

ça va être le fun, hein!


[BRIGITTE:] Oui!

OK, alors, euh...

(BRIGITTE est prête à prendre des notes. JENNIFER prend le téléphone de BRIGITTE.)


[JENNIFER:] Tu vas

sur l'application de la caméra.


[BRIGITTE:] Oui...

(Pendant ce temps, à l'école, FRANK et VINCENT sont toujours dans la salle des pas perdus.)


[VINCENT:] Je veux faire mes adieux

à Victoire-Desmarais

d'une manière baveuse,

mais sympathique.

Comme moi. Tu trouves

pas que j'exagères...


[FRANK:] Tes autres plans

étaient exagérés.


[VINCENT:] Pas tant que ça.
[FRANK:] Vider toutes

les poubelles de l'école

dans le bureau du directeur...


VINCENT (Riant)

Ça, tout le monde

aurait trouvé ça drôle.

Peut-être, à part M. Prud'homme.


FRANK (Souriant)

Oui, puis...

beurrer tous les sièges de toilette

avec du cirage à chaussures!


[VINCENT:] J'avoue que celle-là...
[FRANK:] Toute l'école

t'aurait chassé

à coups de pieds au derrière

jusqu'à St-Placide.

Mais là, au lieu

de faire un mauvais coup,

tu fais un hommage satirique.

Beaucoup mieux.


[VINCENT:] Hum... oui,

mais c'est pas aussi drôle

que le coup des poubelles.

Puis, au pire,

j'ai toute la journée

pour trouver un autre plan.

Quelque chose... de plus intense,

de... plus épique.


FRANK (Inquiet)

Vincent...
[VINCENT:] Bien non, je te niaise.

J'adore te faire marcher.

(VINCENT et FRANK se frappent les poings en signe d'amitié. VINCENT se lève.)


[VINCENT:] Ou pas.

(VINCENT part alors que FRANK lui fait signe qu'il le surveille. Entre temps, chez les Beaucage, ALAIN installe JULIEN confortablement sur le divan.)


[ALAIN:] Bon! T'as tout

ce qu'il faut, là, hein!


[JULIEN:] Est-ce que je peux

regarder « Les poings de la furie »?


[ALAIN:] Bien, non,

c'est un film à Francis.

Toi, t'es bien trop jeune!

(JULIEN tousse.)


[ALAIN:] OK, regarde,

on va faire un spécial,

mais t'en parles pas à ta mère.

OK?

(Alors qu'ALAIN va mettre le film de JULIEN, BRIGITTE entre dans la maison en coup de vent.)


[BRIGITTE:] Alain!

Je viens de trouver

l'appartement de mes rêves.


[ALAIN:] Ah, oui?

Il est dans quel coin?


[BRIGITTE:] Sur la rue Des Peupliers,

juste à côté du parc.


[ALAIN:] Ah, mais c'est pas donné

comme quartier, ça.


BRIGITTE (Riant)

J'ai dit

que j'avais trouvé

l'appartement de mes rêves,

pas nécessairement que

j'étais capable de le payer.


JULIEN (Impatient)

Papa!
[ALAIN:] Ça sera pas long.
[JULIEN:] Le film, le mets-tu?
[ALAIN:] Oui, oui.
[BRIGITTE:] Regarde.

(BRIGITTE montre des photos de l'appartement à ALAIN sur son téléphone.)


[ALAIN:] Oh, wow!
[BRIGITTE:] Ça, c'est le foyer.

Ah, puis regarde la cuisine.

(BRIGITTE montre une photo de la cuisine à ALAIN.)


[BRIGITTE:] Ça donne-tu assez

le goût d'apprendre à cuisiner, ça?


JULIEN (Impatient)

Papa!
[ALAIN:] Oui, ça sera pas long,

mon grand, OK?

(S'adressant à BRIGITTE)

C'est... vraiment...

un bel appart, hein?


[BRIGITTE:] J'ai le goût

de le prendre.


ALAIN (Incertain)

Pour être beau, il est beau.

(ALAIN prend le film que JULIEN veut regarder pour l'installer dans le lecteur DVD. Le téléphone de BRIGITTE sonne.)


[BRIGITTE:] Oh, attends

un petit peu.

(BRIGITTE se dirige vers la cuisine pour répondre au téléphone.)


BRIGITTE (Parlant au téléphone)

Oui, allô, ma chouette?

Oui, as-tu vu les photos?

Je le sais, c'est encore

plus grand en vrai.

Oui! Tu l'aimes?

Ah, bien, c'est décidé,

je le prends.

J'appelle le propriétaire tout de suite.

OK, bye.

(Du salon, ALAIN écoutait la conversation de BRIGITTE. ALAIN se dirige vers la cuisine.)


[ALAIN:] Excuse-moi.

Tu te souviens

que t'es sans emploi?


[BRIGITTE:] Oui, mais

inquiète-toi pas.

J'appelle le propriétaire,

puis tout de suite après,

je me trouve du travail.

Pas de problème.

(ALAIN entend JULIEN tousser dans le salon. ALAIN va voir JULIEN.)


[ALAIN:] Oui. De quoi t'as besoin,

mon grand?


[JULIEN:] J'ai besoin de regarder

« Les poings de la furie ».


[ALAIN:] « Les poings de la furie »...

Oh! C'est bon, je le mets.

(Pendant ce temps, à l'école, VINCENT ferme son casier en souriant. SAMI arrive.)


[SAMI:] Hé! T'étais pas

au cours d'édu.

Je pensais que t'étais malade.


[VINCENT:] Non, j'ai eu

une permission spéciale;

pas question d'être malade

pendant ma dernière semaine

à « Victoire-Desmorons ».

(VINCENT s'apprête à mettre le cadenas sur le casier.)


[SAMI:] Barre pas,

que je range mes affaires.


[VINCENT:] Je vais avoir besoin

de la case à moi tout seul.


SAMI (Perplexe)

Quoi?

(VINCENT montre les choses de SAMI sur le banc devant les casiers.)


[VINCENT:] Oui, désolé, Sami.

J'ai sorti tes affaires.


[SAMI:] Tu peux pas faire ça...
[VINCENT:] Oui, je peux,

je viens de le faire.


[SAMI:] Pas question que je traîne

mes livres toute la journée.


[VINCENT:] Laisse-les

au local du journal.


[SAMI:] T'es mieux d'avoir

une bonne raison.


[VINCENT:] J'en ai une!

Fais-moi confiance.


[SAMI:] C'est quoi?
[VINCENT:] Je peux pas

te le dire sinon

ça va gâcher la surprise.


[SAMI:] Quelle surprise?
[VINCENT:] Celle que je prépare

pour fêter mon départ.


[SAMI:] Là, je pourrai pas

me servir de ma case

pour toute la semaine?


[VINCENT:] Pas de panique,

c'est juste pour aujourd'hui.


[SAMI:] Qu'est-ce que

tu prépares?


[VINCENT:] Je te l'ai dit:

une surprise.

(Souriant)

Une grosse surprise.


[SAMI:] C'est un mauvais

coup, hein.


[VINCENT:] Voyons, Sami...

(Faussement insulté)

Un mauvais coup, moi?


[SAMI:] Tu veux vandaliser

l'école, c'est ça?

C'est pas parce que tu vas

tripper avec tes amis du privé

que t'as tous les droits.

(VINCENT rit de bon cœur.)


SAMI (Fâché)

C'est pas drôle!

Tu resteras pas là toute la journée.

Je vais finir par trouver

ce que tu caches dedans.

(SAMI se dirige vers le casier.)


[VINCENT:] Bonne chance...

j'ai changé le cadenas.

(VINCENT donne un autre cadenas à SAMI.)


[VINCENT:] Tiens, ça, c'est l'ancien.
[SAMI:] Hé, c'est pas fini,

cette histoire-là.

(SAMI commence à prendre ses choses sur le banc. SAMI se rend au local du journal. JENNIFER est déjà dans le local.)


[SAMI:] Est-ce que tu sais

ce que Vincent prépare?


[JENNIFER:] Euh, comme quoi?
[SAMI:] C'est ça que je te demande.

Il m'a mis à la porte de notre casier

puis il dit qu'il prépare

une surprise.


[JENNIFER:] Ah, ça? Bien...

Je sais qu'il est parti

plus tôt, ce matin,

puis qu'il voulait quitter

l'école sur un gros bang!


[SAMI:] Un gros bang?

Qu'est-ce que ça veut dire?


[JENNIFER:] Bien, c'est une façon

de parler.

Il va sûrement pas faire sauter

des feux d'artifice!


[SAMI:] Non, quand même!

Quoi que...


JENNIFER (Triste)

Quand j'aurai

déménagé et Vincent changé d'école,

je ne pourrai plus voir

ses plans de fou!


[SAMI:] Vincent veut faire péter

la moitié de l'école

puis tu trouves ça cute?


[JENNIFER:] Il va pas

faire péter l'école.


[SAMI:] Pas par exprès.

Mais s'il fait péter

des feux d'artifice, ça se peut.

Il faut que tu m'aides.

On peut trouver des indices

sur l'heure du dîner...


[JENNIFER:] Je peux pas,

je vais manger chez nous.

Bien, chez mon cousin.

(Parlant à elle-même)

Bientôt, je ne les verrai plus

aussi souvent.


[SAMI:] Ah! Peux-tu au moins

laisser un message sur Facebook?

Peut-être que quelqu'un

a vu Vincent

faire quelque chose de suspect.


[JENNIFER:] Ça sera pas dur à trouver;

Vincent est toujours suspect.

Peux-tu croire que je vais

m'ennuyer de lui?


[SAMI:] Moi aussi.

Mais pas de ses mauvais coups.

(JENNIFER sourit. SAMI sort du local. Au même moment, chez les Beaucage, JULIEN est seul au salon et joue aux jeux vidéos. JULIEN a l'air très bien. JENNIFER entre.)


[JENNIFER:] Puis? Comment va

mon pauvre petit Julien malade?


[JULIEN:] Arrête, tu vas

me faire mourir!

(Des signaux sonores se font entendre dans le jeu de JULIEN.)


[JULIEN:] Ah! Tu vois, là!

J'ai mouru.

(JENNIFER s'assoit à côté de JULIEN.)


[JENNIFER:] Ouais, t'as l'air

en pleine forme

pour un gars qui est mouru.


[JULIEN:] Je suis pas malade

pour vrai.


JENNIFER (Souriant)

Ah,

le petit monstre!


[JULIEN:] C'est la faute à papa.

Il m'a obligé à aller dehors,

puis il m'a fait manquer

le dernier épisode

de mon émission préférée.


JENNIFER (Sarcastique)

Ah,

ça, c'est chien, hein.


[JULIEN:] Mets-en!

Si j'étais allé à l'école,

tout le monde m'aurait raconté

la fin.

Alors, là, j'attends

la reprise de ce soir.

(JENNIFER se jette sur JULIEN pour lui faire un câlin.)


[JENNIFER:] Ah, tu vas me manquer

quand je ne serai plus là!


[JULIEN:] Arrête, lâche-moi!

(Le téléphone sonne. JENNIFER se lève pour répondre.)


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Allô?

Oui, un instant, s'il vous plaît.

(Criant)

Maman!


[JULIEN:] Elle est pas là.

JENNIFER (Parlant au téléphone)

Elle est pas là.

Je peux prendre le message?

(JENNIFER prend une feuille et un crayon.)


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Oui. Signer le bail

avant 17 h... Hum-hum.

Oui. 555-2417...

Oui, je vais lui dire.

Oui, sinon l'appartement va

être loué à quelqu'un d'autre.

Monsieur, j'ai compris.

J'ai 13 ans et demi.

Je peux faire

un message de deux phrases.

OK, bye. Merci.

(JENNIFER raccroche.)


JENNIFER (Parlant à elle-même)

Il est donc bien niaiseux, lui.

(BRIGITTE entre dans la maison. Tout de suite, JULIEN pose la manette de jeu vidéo et se couche sur le divan en gémissant.)


[JULIEN:] J'ai mal au coeur...

BRIGITTE (Soucieuse)

Ça va pas mieux, toi?


[JULIEN:] Non...

(BRIGITTE voit JENNIFER.)


[BRIGITTE:] Ah... Allô!

Je suis allée porter mon C.V.

dans plein de studios de yoga.

(Riant)

J'espère qu'il y en au moins

trois-quatre qui vont me rappeler

parce que ça va prendre

trois-quatre jobs pour pouvoir

payer notre futur loyer.


JENNIFER (Inquiète)

Quoi,

c'est si cher que ça?


[BRIGITTE:] Ah, bien non!

Bien oui. Mais inquiète-toi pas,

on va s'arranger.

(JENNIFER pince les lèves. ALAIN entre.)


[ALAIN:] Je commande de la pizza.

On est tu juste trois?


[JULIEN:] Non, quatre.
[ALAIN:] Bien non,

toi, t'es malade.

Je vais te faire un bon

bouillon de poulet!


JULIEN (Déçu)

Schnout.

(JENNIFER regarde JULIEN en souriant puis garde le silence en regardant le message dans ses mains.)


[BRIGITTE:] Y a quelque chose

qui va pas, ma chouette?


[JENNIFER:] Hein? Non, non, rien.

(Pendant ce temps, à l'école, VINCENT regarde son téléphone en souriant, assis dans la salle des pas perdus. SAMI vient s'asseoir en face de VINCENT.)


[SAMI:] Il y a sûrement quelqu'un,

quelque part,

qui sait ce que tu prépares.

Bientôt ça va être sur Facebook

et tout le monde va le savoir!


[VINCENT:] Il y a déjà des théories

intéressantes.

Grâce à Jennifer, tout le monde

me prend pour un badass,

j'adore ça!


[SAMI:] Moi, je suis pas sur Facebook.

Qu'est-ce que ça dit?

(VINCENT lit les hypothèses des autres élèves sur son téléphone.)


[VINCENT:] Il y a Brandon-Lee

qui dit que je vais inonder

le gymnase puis remplacer

le cours d'édu par un cours de pêche!

Pas très réaliste.

Sinon... d'autres pensent que

je vais relâcher des criquets!

Ça, j'avoue que ce serait

très drôle.


[SAMI:] C'est stupide.

Moi, je sais ce que tu prépares.

Tu veux faire péter

des feux d'artifice dans l'école.


[VINCENT:] Ha! Ha! C'est vrai que

c'est beaucoup moins stupide.


[SAMI:] Je le savais.

Ris-tu parce que j'ai raison ou

parce que je suis dans le champ?


[VINCENT:] Ah! Tu verras demain!

(VINCENT se lève et part. SAMI se lève et aperçoit FRANK.)


[SAMI:] Oh, Frank, Frank, Frank!

J'ai besoin d'aide.

Vincent prépare un mauvais coup

pour fêter son départ.

Il veut faire péter

des feux d'artifice dans l'école!


FRANK (Inquiet)

Hein?

Qu'est-ce qui te fait dire ça?


[SAMI:] Rien de précis,

mais j'ai pas un bon pressentiment.


FRANK (Soulagé)

Ah! Relaxe, Sami.

Je sais ce que Vincent prépare.

(FRANK s'assoit pour manger. SAMI s'assoit avec lui.)


[SAMI:] Hein? C'est quoi?
[FRANK:] Je peux pas te le dire,

j'ai promis à Vincent.

Mais... je te jure

que c'est pas grave.


[SAMI:] Qu'est-ce qui te fait dire

qu'il t'a pas menti?


[FRANK:] Vincent, il ferait pas ça.
[SAMI:] Il veut partir

sur un gros bang!

Ce qu'il t'a dit

est-ce que ça ressemble

à un gros bang?


[FRANK:] Plus un... petit pouf.

Je lui ai donné de la peinture.

(SAMI se lève.)


[SAMI:] C'est ça que je pensais;

Vincent veut faire un tag

dans l'école.


[FRANK:] T'as dit qu'il voulait

faire des feux d'artifice.


[SAMI:] J'ai pensé bien des affaires.

(FRANK se lève aussi, inquiet.)


[FRANK:] Si Jean-Pierre apprend

que je lui ai donné de la peinture,

pour faire un tag... je vais me

faire mettre à la porte.


[SAMI:] Quand même Frank,

Vincent a rien fait encore.


[FRANK:] Non, t'as raison.

Je vais lui parler.

Il est encore temps de le

convaincre de tout abandonner.

L'avenir de l'école en dépend.


[SAMI:] T'exagères pas un peu?
[FRANK:] Mettons que MON avenir

en dépend.

(FRANK prend son lunch sur la table et quitte la salle des pas perdus. Au même moment, chez les Beaucage, JENNIFER est assise au salon, la tête de JULIEN sur les genoux. JENNIFER flatte la tête de JULIEN qui dort.)


[JENNIFER:] Tu comprends?

Tu sais, si je déménage,

je vais sûrement changer d'école,

aussi, mais je veux pas les perdre,

moi, mes amis.

Puis j'aime ça, vivre ici,

moi, avec vous autres.

Mais c'est pas que je veux pas

aller vivre avec ma mère...

Ah, c'est dur à dire.

(BRIGITTE entre dans le salon et met un doigt devant sa bouche quand elle voit que JULIEN dort. BRIGITTE s'assoit à côté de JENNIFER.)


BRIGITTE (Chuchotant)

Puis, ma chouette,

as-tu pensé à comment tu veux

décorer ta future chambre?


[JENNIFER:] Bien, on verra

rendu là.

Est-ce que c'est loin d'ici?


[BRIGITTE:] Ah. Euh,

juste une dizaine de minutes.


[JENNIFER:] À pied?
[BRIGITTE:] Non, en auto.

JENNIFER (Déçue)

Ah.

(ALAIN entre dans le salon et voit que JULIEN dort.)


[ALAIN:] Ah!... Bon.

J'ai bien fait de mettre

un somnifère

dans son bouillon de poulet.

(BRIGITTE regarde ALAIN d'un air perplexe.)


[ALAIN:] Voyons, c'est une blague.
[JENNIFER:] Oui, on avait compris.
[BRIGITTE:] J'espère que t'en as

pas mis dans la pizza aussi...


[ALAIN:] Il avait pas mal d'appétit

pour un grand malade, lui!


[BRIGITTE:] Penses-tu

qu'il fait semblant?


JENNIFER (Faussement surprise)

C'est pas vrai!


[ALAIN:] Réveille-le pas

tout de suite.

Ça va être à mon tour

de rire un peu.

(ALAIN prend les couverts du dîner de JULIEN et sort du salon. Pendant ce temps, à l'école, VINCENT lit quelque chose sur son téléphone dans la salle des pas perdus. FRANK vient le rejoindre.)


[FRANK:] Hé! Le plan...

se déroule comme prévu?


[VINCENT:] Encore mieux

que je pensais.


[FRANK:] Cool, cool, cool.

Euh, Vincent...

est-ce que je t'ai déjà raconté

la fois où je me suis fait virer

d'un magasin de sport?

(FRANK s'assoit à côté de VINCENT.)


[VINCENT:] Non.
[FRANK:] J'avais 16 ans.

Je travaillais

dans une boutique de sport.

Puis mon fun, c'était de

placer des mannequins

dans des positions bizarres

pendant l'absence du patron.


VINCENT (Riant)

Classique.
[FRANK:] Oui, sauf qu'un jour,

j'ai oublié de les remettre

en position normale

avant de fermer le magasin.

Le lendemain, je reçois un appel

de mon patron, en joual vert.

Il me met à la porte

et me demande mes clés.


[VINCENT:] T'es-tu vengé?
[FRANK:] Ouais!

J'ai ramené les clés,

mais j'ai jeté

le trousseau dans la toilette.

(VINCENT rit franchement.)


[FRANK:] Ah, c'est pas drôle, là.

La toilette a débordé;

il y avait de l'eau partout

dans le magasin.


[VINCENT:] C'est encore mieux!
[FRANK:] Non. Devine qui a été

obligé de tout nettoyer.

Mes amis qui travaillaient

dans le magasin.

Tu comprends la morale

de l'histoire?


VINCENT (Innocemment)

Toujours jeter les clés

une par une

pour pas qu'elles coincent

dans la toilette?


[FRANK:] Ouais. Mais surtout

que ça prend pas grand-chose

pour qu'une mauvaise blague

vire à la catastrophe.

Puis qu'au final, c'est tes amis

qui vont payer le prix.


[VINCENT:] Qu'est-ce qui peut

arriver de mal avec mon plan?


[FRANK:] Si c'est juste ce que

tu m'as dit, pas de problème.

Je me demande s'il y a pas

autre chose.

T'as pas décidé soudainement

de tagger l'école, j'espère?

(VINCENT hausse les épaules.)


[VINCENT:] Qui sait?
[FRANK:] Pas de blague, Vincent.

Je t'ai donné la peinture.

Si tu fais un tag,

je peux me faire mettre

à la porte!


[VINCENT:] Inquiète-toi pas,

personne saura que c'est toi

qui me l'as donnée.

(VINCENT part.)


[FRANK:] OK!

(Criant)

Hé! Attends!

(FRANK se lève et part derrière VINCENT.)


[FRANK:] T'as pas répondu

à ma question.

Tu vas pas faire un tag

dans l'école, toujours?

(VINCENT ne répond pas. Un peu plus tard, SAMI et FRANK se rendent au casier de SAMI et VINCENT. FRANK a une grosse paire de pinces.)


[SAMI:] OK, peu importe

ce que Vincent prépare,

les preuves sont là-dedans.


[FRANK:] OK.

(Avec les pinces, FRANK brise le cadenas. SAMI ouvre et fouille le casier.)


[SAMI:] Il y a rien.

Vincent devait se douter

qu'on allait fouiller la case.


[FRANK:] Je vais tellement perdre

mon emploi, moi...


[SAMI:] Bon, qu'est-ce qu'on fait?
[FRANK:] OK.

Vincent peut rien faire,

tant que l'école

est pas terminée

puis qu'il est en cours.

On a le temps de contre-attaquer

là où ça fait mal.


[SAMI:] OK, je vois.
[FRANK:] On va appeler ses parents.
[SAMI:] Ah, c'est encore mieux.
[FRANK:] Bien, tu pensais à quoi?
[SAMI:] Un coup de pied

dans les parties.

(FRANK rit.)


[SAMI:] T'as dit

« là ou ça fait mal »...

(FRANK et SAMI partent. Un peu plus loin, JENNIFER entre dans la salle des pas perdus et va s'asseoir avec VINCENT.)


[JENNIFER:] Salut!
[VINCENT:] Bon... une autre

qui vient me convaincre

de pas faire de mauvais coup.


[JENNIFER:] Non, juste passer

du temps avec toi.


[VINCENT:] Avant qu'on me jette

en prison?

Hé, j'ai vu les photos de ton

futur appart sur Facebook.

C'est beau.


[JENNIFER:] Ouais...

un vrai appart de vedette!


[VINCENT:] Tu sais, même si

t'as pris ma chambre,

que tu passes beaucoup

trop de temps aux toilettes

puis que t'écoutes

des émissions plates,

je vais m'ennuyer de toi.

(JENNIFER sourit.)


[JENNIFER:] Écoute, je veux

pas savoir ce que tu prépares,

mais... dis-moi

que tu vas pas trop t'attirer d'ennuis.


[VINCENT:] Je te le dis,

demain Jen,

ça va faire bang!

(VINCENT frappe sur la table. JENNIFER sursaute.)


[VINCENT:] Whouh!
[JENNIFER:] Eh que t'es niaiseux!

(La cloche sonne. VINCENT se lève.)


[VINCENT:] Attention, c'est de famille.

(VINCENT part. JENNIFER reste songeuse et sort de son sac à dos le message du propriétaire de l'appartement qu'elle a pris plus tôt à la maison. JENNIFER chiffonne la feuille, se lève et va la jeter à la poubelle. Chez les Beaucage, JULIEN lit une bande dessinée dans le salon. ALAIN entre et prend une manette de jeu vidéo.)


[JULIEN:] Qu'est-ce que tu fais?
[ALAIN:] Ah, j'ai décidé

de me remettre en forme.

T'as des jeux pour ça,

toi, non?


[JULIEN:] Oui! J'ai un super jeu

de kung-fu, regarde.

(JULIEN se lève et prend la manette.)


[ALAIN:] Hum... T'as pas appris

le kung-fu avec ça!

(JULIEN commence son jeu.)


[JULIEN:] Ouais!

Je suis ceinture noire!

(JULIEN monte sur le divan.)


[JULIEN:] Regarde ça.

(JULIEN fait des mouvements de kung-fu.)


[JULIEN:] Ouha... ya!
[ALAIN:] Ouais, t'as l'air

d'aller mieux!

(JULIEN tombe sur le divan et se remet à tousser.)


[JULIEN:] Oh, je sens que

ça revient, là.


[ALAIN:] Julien...
[JULIEN:] Bon, OK!

J'avoue, là!

Mais c'est de ta faute!

C'est toi qui m'as obligé

à aller jouer dehors, hier.

Puis tu m'as fait manquer

le dernier épisode

de mon émission préférée.


ALAIN (Sarcastique)

Ah,

pas le dernier, dernier!


[JULIEN:] Oui!

Puis tout le monde

m'en aurait parlé à l'école.

Ça fait que j'aurais su

comment ça a fini.


ALAIN (Sarcastique)

Ah ben là,

je comprends pourquoi

t'es pas allé, pauvre petit!


[JULIEN:] Ouais!

Là, ce soir,

il y a une reprise;

je vais la regarder.

Comme ça, demain, je vais

pouvoir aller à l'école.


[ALAIN:] Mais avant ça, là,

tu vas faire un petit quelque

chose pour moi, Julien.


JULIEN (Craintif)

Quoi?
[ALAIN:] Tu vas t'excuser

de m'avoir menti

puis de m'avoir fait perdre

mon temps.

Puis si ça recommence, là,

je t'emmène à l'école de force,

en te traînant.


[JULIEN:] OK, je m'excuse,

je m'excuse.

T'es-tu encore fâché?


[ALAIN:] T'es chanceux parce que

je t'aime pareil.

(Le téléphone d'ALAIN sonne.)


ALAIN (Répondant au téléphone)

Clinique de la Sainte-Menterie,

bonjour!

(C'est FRANK qui appelle ALAIN du local du journal à l'école. FRANK a mit le téléphone sur le haut-parleur pour que SAMI, qui est avec lui, puisse entendre aussi.)


FRANK (Parlant au téléphone)

Euh... oui, bonjour,

monsieur Beaucage.


ALAIN (Parlant au téléphone)

Oui, c'est moi.


FRANK (Parlant au téléphone)

Frank Davidson-Blouin,

technicien en loisirs

à l'école Victoire-Desmarais.

J'appelle au sujet de Vincent.


ALAIN (Parlant au téléphone)

Ah? Qu'est-ce... qu'il y a?


FRANK (Parlant au téléphone)

Ah, inquiétez-vous pas,

Vincent va bien.

Je suis avec Sami.


SAMI (Parlant au téléphone)

Oui, bonjour, monsieur Beaucage.


FRANK (Parlant au téléphone)

On croit que Vincent

prépare un mauvais coup...

On voudrait l'empêcher de...

s'attirer des ennuis.


ALAIN (Parlant au téléphone)

Quel genre de mauvais coup?


FRANK (Parlant au téléphone)

Bien, c'est ça, le problème,

on le sait pas.


SAMI (Parlant au téléphone)

Mais ça va être gros!


FRANK (Parlant au téléphone)

On a essayé de lui parler,

mais il veut rien entendre.


ALAIN (Parlant au téléphone)

OK, mais je connais Vincent.

Il est peut-être malcommode,

mais c'est un bon petit gars.

Puis, en plus,

il ferait rien pour nuire

à son transfert à Saint-Placide.


SAMI (Parlant au téléphone)

Justement! Vu qu'il s'en va,

il se pense intouchable.

Comme s'il avait...

l'immunité diplomatique.

(Expliquant à FRANK)

J'ai vu ça dans un film.


ALAIN (Parlant au téléphone)

Bon, avez-vous des preuves?


FRANK (Parlant au téléphone)

Disons qu'on a des indices.

On sait qu'il a de la peinture.


ALAIN (Parlant au téléphone)

De la peinture en aérosol

ou de la gouache?


FRANK (Parlant au téléphone)

Non, pour les murs.

C'est les restes

que l'école a utilisés pour

la salle des pas perdus.


ALAIN (Parlant au téléphone)

OK, la peinture de la salle

des pas perdus.

C'est tout, là?

Vous avez rien de plus

pour accuser mon gars?


[SAMI:] Vincent dit qu'il veut partir

sur un gros bang!

Ça veut dire

qu'il prépare quelque chose.

(JULIEN, qui est assis à côté d'ALAIN, ajoute son grain de sel.)


[JULIEN:] Le coup le plus chien à faire

avec de la peinture,

ce serait de repeindre

sur la murale.

Parole d'expert.


ALAIN (Parlant à JULIEN)

Oui, mais c'est Jennifer

qui a fait la murale.

Pourquoi il ferait ça

à sa cousine?


FRANK (Parlant au téléphone)

C'est vrai que...

ce serait un coup d'éclat.


ALAIN (Parlant au téléphone)

Gardez un oeil sur Vincent;

moi, je vais le texter.


FRANK (Parlant au téléphone)

OK! OK.

(FRANK met fin à l'appel.)


[ALAIN:] Bon.

(ALAIN se lève.)


[JULIEN:] Qu'est-ce

que je fais, moi?


[ALAIN:] Toi, tu vas venir

avec moi.

On va aller à l'école

de Vincent

puis tu vas m'attendre

dans l'auto.

Puis si tu penses amener

un DVD ou un jeu vidéo,

tu rêves, mon gars.

Envoye, viens-t'en.

(JULIEN se lève.)


[ALAIN:] T'es en pyjama...

Va t'habiller!

Envoye! Go, go, go!

(JULIEN sort du salon, ALAIN derrière lui. Un peu plus tard, à l'école, JENNIFER essaie de fouiller dans la poubelle de la salle des pas perdus. SAMI essaie d'empêcher JENNIFER de fouiller dans la poubelle. FRANK arrive.)


JENNIFER (S'adressant à SAMI)

Lâche-moi!


[FRANK:] Jennifer! Vincent viendra

jamais repeindre la murale

s'il te voit en plein milieu

de la salle des pas perdus.


[JENNIFER:] Pourquoi je voudrais

le laisser repeindre sur MA murale?


[SAMI:] On le laissera pas faire.

On va l'arrêter

avant qu'il commence.


[FRANK:] Oui, mais

pour qu'il vienne,

il faut que la place

ait l'air déserte.


[JENNIFER:] Il est pas question

que je vive une journée de plus

dans la même maison que Vincent.

Ah, il est où, ce maudit numéro

de téléphone-là?!

(JENNIFER retourne à la poubelle. VINCENT entre dans la salle des pas perdus, une banderole de papier roulée à la main.)


[VINCENT:] Vous êtes vraiment pas

capables d'attendre à demain

pour votre surprise, hein.

(JENNIFER, en colère, se dirige vers VINCENT.)


[JENNIFER:] Toi, si tu penses

que je vais te laisser repeindre

par-dessus ma murale...


[VINCENT:] Je ferais jamais ça.

Franchement!


[SAMI:] Qu'est-ce que

tu veux faire d'abord?


[VINCENT:] Accrocher une banderole.

(VINCENT déroule sa banderole.)


[FRANK:] Ça fait que t'as

décidé de suivre ton plan,

finalement?


[VINCENT:] J'ai pas arrêté

de vous le dire.


SAMI (S'adressant à FRANK)

Je me sens un peu cave, là.


[JENNIFER:] Ouais, t'es pas le seul.
[VINCENT:] Non, il faut pas.

Grâce à vous, j'ai passé une

journée épique...

Il faudrait que toute ma semaine

soit comme ça.

(VINCENT accroche sa banderole sur laquelle il est écrit : « Victoire-Desmarais perd son meilleur élève. Bye bye Vincent. »)


[SAMI:] J'aurai bien

ma revanche.


[VINCENT:] Ouh... bonne chance!

Je suis pas une cible facile.

(ALAIN entre dans la salle des pas perdus à cet instant.)


[ALAIN:] Vincent, qu'est-ce

qui se passe?


[FRANK:] Non, non,

monsieur Beaucage...

fausse alerte.


[ALAIN:] Je le savais, hein.

Quand même, tu m'inquiétais.

Tu répondais pas à mes messages!


[VINCENT:] C'était le but!

Je l'aime, l'école, au fond.

Je pouvais pas être trop méchant

alors, je me suis contenté

de vous faire marcher

tou...te la journée!


[FRANK:] Ouais, je le sais.

T'aimes ça,

nous faire marcher.


[VINCENT:] La banderole,

c'est juste un adieu.


[ALAIN:] Oui, montre donc ça.

(ALAIN s'éloigne pour lire la banderole.)


[ALAIN:] Ah, bien, j'aime ça!

C'est baveux, mais sympathique.


[JENNIFER:] Oui, comme Vincent!

(FRANK donne une tape amicale sur l'épaule de VINCENT. Plus tard ce jour-là, chez les Beaucage, ALAIN et VINCENT vont s'asseoir au salon avec JENNIFER.)


[VINCENT:] Julien a réussi

à te faire croire qu'il était malade?

J'ai jamais réussi, moi.


[ALAIN:] Oui, mais là,

j'ai pas marché longtemps.

Je l'ai démasqué

vers l'heure du midi.


[JENNIFER:] T'es pas le seul

petit comique de la famille,

hein, Vincent!


[VINCENT:] J'arrive pas

à la cheville de Julien.

(BRIGITTE entre dans le salon, découragée.)


[BRIGITTE:] Ah!... Je viens de parler

au propriétaire de l'appartement

puis il l'a laissé

à quelqu'un d'autre.

Je m'excuse, ma chouette!


[JENNIFER:] C'est de ma faute,

j'avais pris le message, mais...


[BRIGITTE:]T'as oublié?

C'est pas la première fois

que t'oublies de me faire

un message, mais là,

t'aurais pu faire un effort!


[JENNIFER:] Désolée.
[ALAIN:] Oui, mais tu sais,

dans le fond...

c'est peut-être mieux

comme ça.


[BRIGITTE:] Oui, t'as raison,

Alain, là.

C'est vrai que j'avais pas vraiment

les moyens de nous payer ça.

Je vais nous trouver

un autre logement,

plus abordable.

Pas trop déçue?


[JENNIFER:] Non, je vais survivre.

(La chanson-thème d'une émission se fait entendre à la télévision.)


ALAIN (Criant)

Hé... Julien!

C'est ton émission qui commence!


[VINCENT:] Julien, il joue dehors.
[JENNIFER:] Oui, il a regardé

son émission sur Internet, tantôt.


[ALAIN:] Quoi?
[JENNIFER:] Oui, sur l'ordinateur.
[ALAIN:] Ah, bien, le petit bon-yen.

Il va venir la regarder,

son émission.

Je peux pas croire.

(ALAIN se lève et ouvre la porte de la maison.)


ALAIN (Criant)

Julien Beaucage!

Viens regarder la télévision, sinon...

je te prive de télévision

pendant cinq ans!

(ALAIN ferme la porte. VINCENT, JENNIFER et BRIGITTE rient.)

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par