Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Patient Zero

Lice are all over the school, and Melanie is at war against those who carry them. She won`t give up until the culprit for bringing them into school is denounced in the newspaper.



Réalisateur: Sylvain Roy
Acteurs: Joseph Antaki, Aurélia Arandi-Longpré, Romane Denis, Camille Felton
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

[Début information à l'écran]

Patient zéro

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture

C'est le matin à l'école. MÉLANIE se regarde dans le miroir dans sa porte de casier. MÉLANIE porte une tuque. JENNIFER arrive avec un foulard noué sur la tête.


[JENNIFER:] C'est le fun qu'on puisse

porter des tuques dans l'école,

mais j'aurais aimé ça

que ça soit pour autre chose

que de se protéger des poux, hein?


[MÉLANIE:] Je le sais,

c'est vraiment dégueu.

Aurais-tu vu ma tuque panda?


[JENNIFER:] Je pense qu'elle est

dans la boîte des objets perdus.


[MÉLANIE:] Ouf! Parce que...

Karim Perrault m'a dit

qu'il la trouvait super belle,

ça fait que je vais la porter

pour son spectacle cet après-midi.


[JENNIFER:] C'est vrai,

tu l'as rencontré, chanceuse.

Il est comment en vrai?


[MÉLANIE:] Il est super fin!

Et super beau!

Regarde ça.

C'est l'entrevue qu'on a faite.

(MÉLANIE prend sa tablette, ouvre un document et la tend à JENNIFER.)


[JENNIFER:] Vous avez fait ça où

finalement?


[MÉLANIE:] Au studio

d'enregistrement.

C'était tellement cool!

Il m'a montré...

(Pendant que MÉLANIE parle, JENNIFER lit l'entrevue.)


[JENNIFER:] Tu lui as demandé

s'il chante bien

parce qu'il est noir?


[MÉLANIE:] Quoi?

JENNIFER (Lisant une question)

« Est-ce que c'est toi

qui as choisi ta chemise

dans ton dernier vidéoclip

parce qu'elle est un peu

passée de mode? »


[MÉLANIE:] Mais j'ai été

super polie.

J'aurais pu lui dire qu'elle était

vraiment très laide, sa chemise.


[JENNIFER:] Mélanie, tu ne vas pas

publier ça dans le journal?


[MÉLANIE:] Absolument,

c'est une excellente entrevue.

De toute façon, c'est moi,

la rédactrice en chef.

Ça fait que c'est moi qui décide.

Regarde les photos

qu'on a prises ensemble.

(MÉLANIE reprend la tablette et ouvre les photos. MÉLANIE redonne la tablette à JENNIFER qui regarde les photos. Toutes les photos représentent MÉLANIE devant KARIM PERRAULT. MÉLANIE porte sa tuque de panda sur certaines photos alors que, sur d'autres, c'est KARIM PERRAULT qui la porte.)


[MÉLANIE:] Tu préfères

avec ou sans la tuque?


[JENNIFER:] Je préfère une photo

où on voit plus Karim que toi.

(MÉLANIE reprend la tablette.)


[MÉLANIE:] Tu es juste jalouse

parce que c'est moi

qui ai rencontré

le beau Karim Perrault.

(MÉLANIE se gratte la tête.)


[JENNIFER:] Oh! On dirait

qu'il y en a une

qui a des poux, hein?


[MÉLANIE:] Je n'ai pas de poux, là.

C'est juste que tout le monde

n'arrête pas de parler de ça.

« Les poux, les poux, les poux! »

Ça fait que ça me donne envie

de me gratter.

C'est...

C'est psychédélique.

(JENNIFER lève les yeux au ciel. Pendant ce temps, chez les Mazari, SAAD lit dans la cuisine. NADYA arrive en rugissant et fait sursauter SAAD.)


[NADYA:] J'ai tellement hâte

à ma pièce de théâtre demain!


SAAD (Préoccupé)

Ah non!

Pas demain!


[NADYA:] Pourquoi?
[SAAD:] Bien, tu as rendez-vous

chez le dentiste demain.

(NADYA ouvre de grands yeux.)


NADYA (Paniquée)

Maman!

(FATIMA arrive dans la cuisine.)


[FATIMA:] Quoi encore?
[NADYA:] Je ne peux pas manquer

ma pièce de théâtre demain.

(SAAD regarde FATIMA en souriant discrètement.)


[NADYA:] S'il te plaît, annule

mon rendez-vous chez le dentiste.

Je n'ai pas de carie,

j'en suis certaine.

Regarde, ah!

(NADYA ouvre grand la bouche.)


[FATIMA:] De quoi tu parles?

(SAAD se met à rire. FATIMA le pointe gentiment du doigt en prononçant quelques mots en arabe.)


[SAAD:] Je m'excuse.

Je m'excuse, je te taquine.

Je ne pensais pas que tu allais

mordre à l'hameçon.


[NADYA:] Ce n'est pas drôle.
[FATIMA:] Tu sais, Dydy,

tu vas devoir apprendre

à ne pas écouter

tout ce que ton père te raconte.


[NADYA:] En passant, maman,

il faut que tu me fasses

un nouveau costume.


[FATIMA:] Tu plaisantes?

Qu'est-ce qui est

arrivé à celui de l'école?


[NADYA:] Bien, c'est

parce que je l'ai mis

pour aller au parc à chiens.

Je me suis dit

que ça allait être drôle.

Et les chiens ont un petit peu

tiré sur la queue.

Et ils l'ont un petit peu

beaucoup tout déchiré.


FATIMA (Découragée)

Dydy, c'est pas vrai?


[NADYA:] J'ai dit à ma prof

que tu étais super bonne

en couture et que tu allais

en faire un autre.


[FATIMA:] J'ai une traduction

à remettre, je ne peux pas

passer ma journée

à coudre un costume.


[SAAD:] Je vais m'en occuper.
[NADYA:] Toi?
[FATIMA:] Mais tu n'as jamais

cousu un bouton de ta vie.


[SAAD:] Fatima, au cas où

tu l'aurais oublié,

je suis ingénieur.

Je peux fabriquer

une machine à coudre si je veux.

Je peux sûrement comprendre

comment m'en servir.


[NADYA:] Merci, papa.

(NADYA fait un câlin à SAAD.)


[SAAD:] De rien, ma chérie.
[FATIMA:] Je m'en souviendrai

la prochaine fois que tu as

des bords de pantalons à faire.

(NADYA rit. À cet instant, SAMI ouvre la porte de sa chambre.)


[SAMI:] Pourquoi personne

ne m'a réveillé?

Je vais manquer mon autobus.


[FATIMA:] Tu peux retourner

dormir, Bolbol.

Tu ne vas pas à l'école

aujourd'hui.


SAMI (Choqué)

Quoi?

(Au même moment, à l'école, MÉLANIE entre dans le local du journal en se grattant la tête. MÉLANIE dépose ses choses et va ouvrir la porte du relaxorium. MÉLANIE sursaute en voyant MADAME PRÉFONTAINE assise dans le relaxorium. MADAME PRÉFONTAINE porte aussi un foulard sur la tête.)


[MÉLANIE:] Voyons! Qu'est-ce que

vous faites là?


MADAME PRÉFONTAINE

Bien, comme d'habitude,

j'essaie de me détendre

avant la première période

et surtout j'essaie

de me tenir loin des poux.

Maintenant, si tu veux bien

m'excuser...


[MÉLANIE:] Il faudrait juste

que je prenne ma tuque

dans la boîte des objets perdus.


MADAME PRÉFONTAINE

C'est impossible, j'ai mis

la boîte en quarantaine.


[MÉLANIE:] Je n'en veux pas 40,

j'en veux juste une.


MADAME PRÉFONTAINE

Est-ce qu'il t'arrive

d'écouter en classe?

Quarantaine,

ça veut dire en isolement.

Tu comprends que

les objets perdus pourraient

rapidement devenir une colonie de poux

si on laissait n'importe qui

fouiller à l'intérieur.


[MÉLANIE:] Mais je n'ai pas de poux.

MADAME PRÉFONTAINE

Peux-tu le prouver

sans que j'aie besoin de regarder

ta tête de trop près?


MÉLANIE (Mal-à-l'aise)

Bien, euh...


MADAME PRÉFONTAINE

C'est ce que je croyais.

(MADAME PRÉFONTAINE fait signe à MÉLANIE de partir. MÉLANIE referme la porte du relaxorium. Pendant ce temps, chez les Mazari, toute la famille discute dans la cuisine.)


[SAMI:] Maman, tu ne peux pas

me faire ça, pas aujourd'hui.


[FATIMA:] Je ne vais pas

prendre le risque

de ramener des poux à la maison.


[NADYA:] Est-ce que je peux

manquer l'école, moi aussi?

(NADYA fait semblant de se gratter.)


[NADYA:] Je pense que j'ai des poux.
[SAMI:] Mais là! Je vais manquer

le spectacle de Karim Perrault.

Papa!


[SAAD:] Non, non,

quand il s'agit de bestioles,

vaut mieux ne pas

se frotter à ta mère.


SAMI (Fâché)

Déjà que c'est moi

qui l'ai invité avec le journal.

Puis, Mélanie

qui m'a piqué mon entrevue.


[FATIMA:] Désolée, Bolbol.

Peut-être qu'un jour, toi et moi,

on pourra aller voir

Karim Perrault en spectacle

dans un endroit sans poux.

Allez, viens, Dydy.

On va aller faire tes tresses.


[NADYA:] OK.

(FATIMA et NADYA sortent de la cuisine.)


SAMI (Déçu)

C'est super, hein?

(Un peu plus tard, à l'école, JENNIFER entre dans le local du journal et trouve MÉLANIE en train de se gratter la tête avec la main du modèle de squelette qui se trouve dans le local.)


[JENNIFER:] Ça te pique encore?
[MÉLANIE:] Hein? Bien non,

je me faisais un massage de tête.


[JENNIFER:] Hum... J'ai repensé

à l'entrevue avec Karim

et je pense qu'on devrait

demander à Sami de recommencer.


[MÉLANIE:] Oublie l'entrevue,

elle est parfaite comme ça.

(MÉLANIE se gratte la tête.)


[JENNIFER:] Je peux vérifier ta tête

si tu veux.


[MÉLANIE:] Bien non, voyons!

Je te l'ai dit, c'est psychopathique.

Les poux, les poux, les poux!

On fait juste parler de ça.

Les poux, les poux, les poux!

Je suis tellement écoeurée.

Tiens! Ça va être ça

ton prochain sujet d'article.


[JENNIFER:] Tu viens de dire

que tu es écoeurée

d'en entendre parler,

mais tu veux que je chiale

contre les poux?


[MÉLANIE:] Pas chialer...

Enquêter!

Je veux que tu trouves

l'origine des poux dans l'école.


[JENNIFER:] Ça ne sera pas facile.
[MÉLANIE:] Justement.

Ça va être un super gros scoop.

Les gens ont le droit de savoir

c'est la faute de qui

si on a des poux.

(MÉLANIE se reprend, mal-à-l'aise.)


[MÉLANIE:] Ceux qui ont

des poux, là,

ils ont le droit de savoir

c'est la faute de qui.


[JENNIFER:] Bien, je vais essayer.
[MÉLANIE:] Je ne veux pas

que tu essaies,

je veux que tu réussisses.

(Se levant, MÉLANIE remet un bloc-notes à JENNIFER en la poussant vers la sortie du local.)


[MÉLANIE:] Et n'oublie pas, hein,

si quelqu'un

n'est pas contre les poux,

ça veut dire

qu'il en a plein la tête.

OK, bye bye.

(MÉLANIE pousse JENNIFER dans le couloir. Dès que JENNIFER est partie, MÉLANIE se met à se frotter la tête frénétiquement. MÉLANIE arrête subitement de se gratter lorsque MADAME PRÉFONTAINE sort du relaxorium. MÉLANIE s'appuie dans le cadre de porte de façon nonchalante.)


[MÉLANIE:] Mme Préfontaine,

est-ce que je vous ai dit

que j'adore votre turban?

(MADAME PRÉFONTAINE croise les bras et regarde MÉLANIE d'un air sceptique. Au même moment, chez les Mazari, NADYA montre à SAAD le croquis qu'elle a fait de son costume.)


[NADYA:] Regarde, papa.

J'ai dessiné un plan

pour mon costume de lion.


[SAAD:] Montre-moi ça.

(Assis au comptoir de la cuisine, SAMI parle au téléphone.)


SAMI (Parlant au téléphone)

Jennifer, c'est Sami.

Je sais, toi, tu as l'afficheur.

Ma mère ne veut pas que j'aille

à l'école aujourd'hui

à cause des poux.

Peux-tu m'enregistrer

le spectacle de Karim Perrault?

(À côté, NADYA explique son costume à SAAD qui l'écoute en faisant de grands yeux.)


[NADYA:] Ça, c'est une queue mécanique

qui bouge toute seule

et qui donne des coups de fouet

dans les airs.


SAMI (Parlant au téléphone)

Mélanie n'a pas fait ça!

Tu n'es pas sérieuse?


SAAD (S'adressant à NADYA)

C'est faisable.


[NADYA:] Ça, c'est un haut-parleur

pour que mes rugissements

soient encore plus forts.


[SAAD:] J'imagine que

je pourrais cacher

un micro et un amplificateur

quelque part.


[NADYA:] Et mes yeux vont

s'allumer dans le noir

pour que ça ait l'air

encore plus sauvage.


SAMI (Parlant au téléphone)

Tu me niaises?

(NADYA entend SAMI et croit que SAMI lui parle.)


[NADYA:] Non, je te le jure.
[SAAD:] Ça peut s'arranger.

SAMI (Parlant au téléphone)

Non!

(NADYA croit encore que SAMI lui parle.)


[NADYA:] Eille, papa dit que oui.

Et est-ce que les griffes

peuvent sortir de mes pattes

pour que ça ait l'air

de vraies griffes?


SAMI (Parlant au téléphone)

Non.


NADYA (S'adressant à SAMI)

C'est à papa de décider.


[SAAD:] C'est plus compliqué,

mais je vais voir

ce que je peux faire.


SAMI (Parlant au téléphone)

Non!


[NADYA:] Sami, tu es fatigant!
[SAMI:] Je ne te parle même pas.
[SAAD:] Oublie ton frère,

il faut que tu ailles

à l'école maintenant.

Allez!


SAMI (Parlant au téléphone)

Je ne pense pas que ma mère

va me laisser sortir.


NADYA (S'adressant à SAAD)

Alors, tu vas faire mon

costume pareil à mon dessin?


[SAAD:] Je ne te promets rien,

mais je vais mettre au travail

tous mes talents d'ingénieur.


[NADYA:] Merci, papa.
[SAAD:] Allez, file à l'école.

SAMI (Parlant au téléphone)

Je vais m'arranger

pour venir. Bye.

(SAMI coupe la communication. NADYA s'apprête à sortir.)


[NADYA:] Bye, Sami.
[SAMI:] Bye.

(NADYA sort. SAMI va voir SAAD.)


[SAMI:] Papa...
[SAAD:] Sami, je te l'ai dit,

si tu veux sortir,

tu en parles à ta mère.

C'est sa phobie des bestioles.

(À l'école, JENNIFER est debout sur une chaise dans la salle des pas perdus.)


[JENNIFER:] Je répète: je cherche

la première personne

à avoir eu des poux.

(Tous les élèves ignorent JENNIFER.)


[JENNIFER:] Personne ne la connaît?

OK, bien, si vous avez des poux,

dites-moi depuis quand

et qui vous les a donnés.

Non, personne?

(MÉLANIE arrive.)


[MÉLANIE:] Heureusement que

je ne t'ai pas envoyée

incognito, toi.


[JENNIFER:] Personne ne veut

me répondre et c'est

un petit peu normal.


[MÉLANIE:] C'est pour ça qu'il faudrait

que tu sois un peu plus subtile.


[JENNIFER:] Comment veux-tu

que je trouve le premier pouilleux?


[MÉLANIE:] C'est super simple.

Tu commences par faire une liste

de tous ceux qui se grattent.

Ensuite, tu fais une liste

de qui se tient avec qui.

Et tu essaies de trouver un lien.

(Méprisante)

Ce n'est pas compliqué me semble.


[JENNIFER:] Bien oui,

c'est tellement facile.

J'aurais dû y penser avant.

Ah! La première personne sur

ma liste: Mélanie Prud'homme.


[MÉLANIE:] Je n'ai pas de poux,

je te l'ai dit.

C'est... C'est psychotique.


[JENNIFER:] Je sais

que c'est psychotique.

(MÉLANIE tourne le dos à JENNIFER et part. Entre temps, chez les Mazari, SAAD essaie de faire fonctionner la machine à coudre. FATIMA entre dans la cuisine et va se verser un thé.)


[SAAD:] Tu n'as pas une traduction

urgente à faire, toi?

(FATIMA répond à SAAD en arabe.)


[SAAD:] Encore du thé, hein?

Tu n'es pas en train

de te chercher des excuses

pour ne pas travailler?


[FATIMA:] Pas du tout!

Bon, peut-être un peu,

mais c'est trop nul comme contrat.

Je devrais être en train

de traduire des romans,

pas des stupides manuels

d'instructions incompréhensibles.


[SAAD:] Eh bien, moi, pour ma part,

je dois avouer

que je me débrouille très bien.


FATIMA (Sceptique)

Tu sais

coudre maintenant?


[SAAD:] Presque.

Je comprends le fonctionnement

de la machine.

Il y a le cadran de tension,

un ressort compensateur

et une aiguille qui fait

de rapides mouvements verticaux

pour passer le fil à travers le tissu.

Ce n'est pas

de la haute technologie.


[FATIMA:] Impressionnant.
[SAAD:] Je te l'ai dit, Fatima,

un ingénieur peut toujours

se débrouiller.

(De retour à l'école, MÉLANIE et JENNIFER marchent côte à côte.)


[JENNIFER:] Ce n'est pas très

scientifique, ton affaire.


[MÉLANIE:] Ce n'est pas le temps

d'être scientifique.

Les gens ont besoin

d'accuser quelqu'un

pour pouvoir lui dire:

« C'est de ta faute. »

Ça s'appelle la justice.


[JENNIFER:] Tu prends ça

un petit peu trop à coeur,

je trouve.


[MÉLANIE:] C'est mon devoir

de découvrir la vérité, Jen.

La vérité! C'est à ça

que ça sert, La Victoire,

pas juste à écrire des potins.


[JENNIFER:] Attends!

Mélanie Prud'homme

vient juste de dire ça?

Répète ça, il faut

que je t'enregistre.

(JENNIFER sort son téléphone.)


[MÉLANIE:] Arrête de niaiser.

C'est une question

de sécurité capillaire.

Toute l'école vit dans la peur.

C'est notre devoir de les rassurer

en pointant quelqu'un du doigt.

C'est ton doigt que j'ai choisi

pour pointer le coupable, Jen.

Sois-en fière!


[JENNIFER:] Oui, tu as

peut-être raison.

(MÉLANIE pointe une élève qui passe derrière JENNIFER.)


[MÉLANIE:] Oh! Elle,

elle a l'air d'avoir des poux.

(Pendant que JENNIFER se tourne pour regarder, MÉLANIE se gratte la tête.)


[MÉLANIE:] Non, tu l'as manquée.
[JENNIFER:] Ah...
[MÉLANIE:] Je pense que j'ai

une idée pour démasquer

les pouilleux plus facilement.

Je m'en occupe.

En attendant,

surveille surtout les gars.

Si c'est la faute de quelqu'un,

c'est sûrement celle d'un gars.


[JENNIFER:] Bien, je pense

que c'est plus les filles

à cause des cheveux longs.


[MÉLANIE:] C'est tellement sexiste,

ce que tu viens de dire, Jen.

C'est les gars

qui ont plus de poux

parce qu'ils sont plus sales.

Tout le monde sait ça.

(JENNIFER regarde MÉLANIE s'éloigner d'un air sceptique. Au même moment, chez les Mazari, SAMI essaie de convaincre FATIMA de le laisser aller à l'école.)


[SAMI:] Maman, il faut absolument

que j'aille à l'école.

Mon prof de maths fait

un examen-surprise.


[FATIMA:] Et comment tu sais

si c'est une surprise?


[SAMI:] Bien, mon ami a le cours

juste avant moi.


[FATIMA:] Tu es au courant

que tu n'as pas

de cours de mathématiques

aujourd'hui, hein?


[SAAD:] On dirait que ta mère

connaît mieux l'horaire

que toi, hein, Bolbol?

(FATIMA regarde SAMI en riant.)


SAMI (Pris au dépourvu)

Je le savais, c'est juste que...

l'examen-surprise de maths est

pendant le cours de français

pour que ça fasse plus...

Surprise!


[FATIMA:] Tu ne vas pas à l'école

aujourd'hui, Bolbol.

Un point c'est tout.

(SAMI prend des ciseaux sur la table et agrippe ses cheveux.)


[SAMI:] OK, vous ne me laissez pas

le choix.

Si vous ne me laissez pas

aller à l'école,

je me coupe les cheveux.

(FATIMA et SAAD se regardent sans rien dire. FATIMA fait un signe de tête à SAAD.)


[SAAD:] Bon, enfin!
[FATIMA:] Tu serais tellement

plus mignon

avec des petits cheveux courts.


[SAAD:] Vas-y, fais

une première coupe.

Je vais chercher

mon rasoir électrique.


SAMI (Surpris)

Quoi?
[FATIMA:] C'est ce que tu voulais.

Comme ça, les petits poux

n'auront rien

sur quoi s'accrocher.


[SAMI:] Je vous jure,

je vais le faire.


[SAAD:] Bien, j'espère.
[SAMI:] Ça s'en vient.
[FATIMA:] Tu veux que je t'aide?

(Découragé, SAMI renonce et pose les ciseaux. SAAD et FATIMA éclatent de rire.)


[SAAD:] Bon, il faut que j'aille

au magasin de tissu.

Tu veux venir avec moi?


[SAMI:] Non.
[SAAD:] Ils n'ont pas de poux,

là-bas.


[FATIMA:] C'est vrai.

(SAAD sort de la maison.)


SAMI (Suppliant)

Maman,

il faut absolument que j'aille

à l'école.

Mélanie a fait

une horrible entrevue

de Karim Perrault.

Il faut que je la recommence.


[FATIMA:] Ça ne peut pas

être si mauvais que ça, Bolbol.


[SAMI:] Elle lui a demandé

s'il portait

des boxers ou des bobettes.


FATIMA (Scandalisée)

Elle a

demandé ça à Karim Perrault?


[SAMI:] Tu comprends maintenant

pourquoi il faut que j'y aille?


[FATIMA:] Bon, d'accord, d'accord.

Tu peux y aller.


[SAMI:] Yes!
[FATIMA:] Mais à mes conditions.

SAMI (Craintif)

Quelles conditions?

(Au même moment, à l'école, MÉLANIE entre discrètement dans le local du journal et va ouvrir la porte du relaxorium. MADAME PRÉFONTAINE est toujours là, en train de faire de la relaxation.)


MADAME PRÉFONTAINE

Personne ne touche

à la boîte des objets perdus.


[MÉLANIE:] Il faut absolument

que je prenne ma tuque

dans la boîte des objets perdus.

Karim Perrault m'a dit

qu'il la trouvait super belle

et je veux absolument la porter

pendant son spectacle.


MADAME PRÉFONTAINE

Ton chapeau aussi est très joli.


[MÉLANIE:] Oui, mais il va

peut-être plus me reconnaître

avec ma tuque.


MADAME PRÉFONTAINE

Si tu veux

qu'il te reconnaisse,

mets une étiquette avec ton nom.

Il n'y a rien d'autre

que je puisse faire.


[MÉLANIE:] Oui, vous pouvez faire

quelque chose.

Vous pouvez vous joindre

au combat de La Victoire

contre les poux.


MADAME PRÉFONTAINE

Comment? En faisant

un shampoing antipoux

à toute l'école?


[MÉLANIE:] Non, mais vous pourriez

inspecter la tête des élèves

qui ne sont pas sûrs

s'ils ont des poux.


MADAME PRÉFONTAINE

(Réfléchissant)

Ah...

(Entre temps, chez les Mazari, SAMI est assis sur un tabouret dans la cuisine. FATIMA vient de lui faire un shampoing et elle tient une bouteille remplie d'eau avec un embout pour vaporiser.)


[SAMI:] Je peux y aller, là?
[FATIMA:] Non, attends!

Attends,

il reste un produit.

Il reste l'huile

essentielle de lavande.


[SAMI:] Non! Je vais sentir

comme la salle de bain chez mamie.


[FATIMA:] Ça repousse les poux.
[SAMI:] Pas juste les poux.
[FATIMA:] Regarde, c'est juste

une goutte comme ça,

diluée dans l'eau.

(FATIMA tient aussi un flacon d'huile essentielle de lavande. FATIMA montre à SAMI la quantité d'huile essentielle qu'elle va mettre dans l'eau.)


[FATIMA:] Ça ne sentira rien.

(Derrière SAMI, FATIMA met beaucoup plus d'huile essentielle dans la bouteille d'eau. FATIMA vaporise l'eau à la lavande partout sur la tête de SAMI.)


[SAMI:] C'est bon, là,

j'y vais.


[FATIMA:] Attends.

Encore un truc.

(FATIMA tend un casque de douche à SAMI.)


SAMI (Horrifié)

Ah non!

Tu ne peux pas me faire ça.

(Un peu plus tard, à l'école, MADAME PRÉFONTAINE a installé un kiosque d'inspection de poux dans la salle des pas perdus. Le kiosque est entouré de rideaux.)


MADAME PRÉFONTAINE

Venez faire vérifier votre tête

en toute confidentialité.

Ne prenez pas de chances,

les poux sont partout.

Peut-être même sur vous.

(JENNIFER se tient près du kiosque avec son bloc-notes. SAMI arrive, une tuque sur la tête.)


[JENNIFER:] Ah... C'est pour ça

qu'on n'a pas le droit

de porter de tuque

à l'école d'habitude.


[SAMI:] Je ne veux pas risquer

d'avoir des poux

dans mes casquettes

ou dans mon chapeau.


[JENNIFER:] Mais je pense

que tu es mieux avec des poux

qu'avec ça sur ta tête.

(JENNIFER enlève la tuque de SAMI, révélant le casque de douche en dessous.)


JENNIFER (Riant)

Oh!

Non, tu es mieux

avec ça finalement.

(SAMI s'empresse de remettre sa tuque.)


[JENNIFER:] Ça ne sent pas

le pot-pourri tout d'un coup?


[SAMI:] Karim Perrault

n'est pas encore là?


[JENNIFER:] Euh... Bien non.

Le spectacle est

à la dernière période.

Il va sûrement arriver bientôt.


[SAMI:] C'est parfait.

Ça va me laisser le temps

de refaire l'entrevue avec lui

pendant la pause.

Après, il va juste falloir

convaincre Mélanie

de publier la mienne.


[JENNIFER:] Oui, bien, on peut montrer

les deux entrevues à Mme Cardinal

et lui demander de choisir.

Après tout, c'est elle

qui supervise le journal.

(Un élève sort du kiosque de MADAME PRÉFONTAINE. JENNIFER note quelque chose sur son bloc-notes.)


[SAMI:] Qu'est-ce que tu fais?
[JENNIFER:] Je fais une liste

des pouilleux de l'école.

Ceux qui sortent du cubicule

avec un air gêné

ont clairement des poux.


[SAMI:] Pourquoi?
[JENNIFER:] C'est pour faire des liens.

J'essaie de remonter les traces

jusqu'au premier pouilleux,

celui qui est responsable

de l'épidémie.


[SAMI:] Tu n'as pas honte?
[JENNIFER:] Bien non,

c'est une question

de liberté d'expression

et de protection du cuir chevelu.

(JENNIFER baisse les yeux, honteuse. SAMI regarde JENNIFER.)


[JENNIFER:] OK, oui, j'ai honte.
[SAMI:] C'est une idée de Mélanie?
[JENNIFER:] Évidemment!
[SAMI:] Ce n'est pas parce que c'est

la fille du directeur

et la rédactrice en chef du journal

qu'on est obligés

d'être ses marionnettes.


[JENNIFER:] Tu as raison.

Elle a juste à le trouver

elle-même, son stupide scoop.


[SAMI:] Bien dit.
[JENNIFER:] Tellement que je vais

le dire encore, mais dans sa face.

(SAMI regarde JENNIFER, l'air faussement impressionné, puis s'en va. MADAME PRÉFONTAINE l'interpelle en ouvrant le rideau de son kiosque.)


MADAME PRÉFONTAINE

Ah, Sami!

(SAMI ignore MADAME PRÉFONTAINE et se sauve. Peu de temps après, JENNIFER se rend au local du journal et trouve MÉLANIE qui fouille dans les boîtes des objets perdus dans le relaxorium.)


[JENNIFER:] Je démissionne.
[MÉLANIE:] Du journal?
[JENNIFER:] Non, de ton enquête stupide.

C'est méchant, dénoncer

quelqu'un dans le journal.

Il n'est pas question

que je fasse ça.


[MÉLANIE:] Si tu n'es pas

contre les pouilleux,

ça veut dire que tu es

une pouilleuse.


[JENNIFER:] Tu as tellement

pas rapport.


[MÉLANIE:] On verra, je vais

continuer l'enquête moi-même

jusqu'à ce que je trouve

qui a apporté les poux

dans notre école.

Et tu es mieux de souhaiter

que ce ne soit pas de ta faute.

(MÉLANIE sort du relaxorium, laissant JENNIFER en plan. Pendant ce temps, chez les Mazari, SAAD essaie de faire fonctionner la machine à coudre. Assise à l'ordinateur, FATIMA rit de SAAD.)


[FATIMA:] Ce qui est bien

avec les ingénieurs,

c'est qu'ils trouvent toujours

le moyen de se débrouiller.


[SAAD:] Je comprends

le fonctionnement de la machine.

Il me reste juste

à l'apprivoiser, c'est tout.

(À cet instant, NADYA entre dans la maison en rugissant.)


SAAD (Paniqué)

Non, non, non!

Vite, aide-moi à cacher ça.

(SAAD cache son ébauche de costume sur ses genoux. NADYA entre dans la cuisine.)


[NADYA:] Est-ce que je peux

voir mon costume?


[SAAD:] Il n'est pas terminé.
[NADYA:] Ce n'est pas grave,

je veux juste le voir.


[FATIMA:] Non, ce que ton père

essaie de te dire, Dydy,

c'est que ça gâcherait

la surprise.


[NADYA:] Mais non, donne-moi ça.

(NADYA prend le costume sur les genoux de SAAD et le regarde.)


[NADYA:] Ça ne ressemble

même pas à un lion.


[SAAD:] C'est parce

qu'il me reste, tu sais,

les moteurs et les petits

machins à ajouter.


[NADYA:] Maman,

papa gâche mon costume.


[SAAD:] Dydy, j'ai fait beaucoup

d'efforts pour toi aujourd'hui.

Un peu de respect, s'il te plaît.


[NADYA:] Oui, mais je ne peux

pas mettre ça

pour ma pièce de théâtre.

Maman, pourquoi tu ne fais pas

le costume, toi?


[FATIMA:] Je n'ai pas le temps.

Déjà avec l'histoire de Sami,

je n'ai presque pas avancé

dans ma traduction.


[NADYA:] Papa pourrait faire

la traduction pour toi.

Et toi, mon costume.


[SAAD:] Ça ne marche pas comme ça,

la vie, Dydy.

Papa a son travail,

maman a le sien, c'est tout.


[FATIMA:] Crois-moi que j'aimerais

mieux passer ma journée

à coudre un costume

qu'à traduire un horrible

manuel d'instructions

sur un laser industriel

que je ne comprends même pas.

(SAAD regarde FATIMA, intrigué.)


[SAAD:] C'est quoi les paramètres?
[FATIMA:] C'est au début du document.

(SAAD se lève et donne le costume de lion à FATIMA, qui s'assoit derrière la machine à coudre en riant.)


[SAAD:] Yalla, yalla!

(Au même moment, à l'école, SAMI est au téléphone devant son casier.)


SAMI (Parlant au téléphone)

Le directeur est au courant?

(JENNIFER arrive.)


[JENNIFER:] Je l'ai dit à Mélanie,

puis direct, hein!

Bam!

(SAMI fait signe à JENNIFER d'attendre.)


SAMI (Parlant au téléphone)

OK, oui, oui, on se reprendra.

Oui, bye.

(SAMI coupe la communication et ferme son téléphone, qui n'est pas un téléphone intelligent.)


JENNIFER (Moqueuse)

Laisse-moi deviner.

L'an 2000 veut ravoir

son téléphone.


[SAMI:] Ça fait 50 fois

qu'on me la fait, celle-là.

C'était Karim Perrault.


[JENNIFER:] Hein? Il a

ton numéro de téléphone?


[SAMI:] Mais oui, c'est moi

qui l'ai invité.

Mais là, il vient

d'annuler son spectacle.


[JENNIFER:] T'es pas sérieux?

C'est à cause des questions que

Mélanie lui a posées, j'imagine.


[SAMI:] Il a des poux.
[JENNIFER:] Non!
[SAMI:] Comment Karim Perrault

a fait pour avoir des poux?

Il ne faut pas le dire

à Mélanie.

Elle est capable

de l'écrire en gros

à côté de son article

dans le journal.


[JENNIFER:] Puis, en dessous,

mettre les photos d'elle

avec lui, collés, collés.

(SAMI et JENNIFER se regardent et comprennent en même temps.)


[SAMI:] Oh, la...
[JENNIFER:] Je le savais que

ce n'était pas psychédélique,

son grattage.


[SAMI:] Ça explique pourquoi

elle veut dénoncer les pouilleux.

C'est pour que personne

ne la soupçonne d'en avoir.


[JENNIFER:] Comme ça,

elle peut se venger

sur le premier

qui a apporté les poux.


[SAMI:] C'est Mélanie

qu'on devrait dénoncer

dans le journal.

(JENNIFER sourit.)


[SAMI:] Mais on ne fera pas ça.
[JENNIFER:] As-tu le goût

de faire suer Mélanie

un petit peu?


[SAMI:] Tu n'as pas idée

à quel point.


[JENNIFER:] Bien, viens avec moi,

on va avoir du fun.

(JENNIFER se dirige vers MADAME PRÉFONTAINE dans la salle des pas perdus. SAMI suit JENNIFER.)


[JENNIFER:] Mme Préfontaine.

MADAME PRÉFONTAINE

Oui?

(Peu de temps après, SAMI, JENNIFER et MADAME PRÉFONTAINE sont dans le local du journal avec la boîte des objets perdus.)


MADAME PRÉFONTAINE

Êtes-vous certains

qu'il y a des poux

dans la boîte des objets perdus?

Parce que c'est justement pour

éviter qu'elle soit infestée

que je l'ai mise en quarantaine.


[JENNIFER:] Nos sources

sont formelles.


MADAME PRÉFONTAINE

Bon, d'accord, on va l'ouvrir.

On va en avoir le coeur net.

Ciseaux.


[SAMI:] Ciseaux.

(SAMI donne des ciseaux à MADAME PRÉFONTAINE. MADAME PRÉFONTAINE essaie de couper le plastique dans lequel elle a emballé la boîte mais elle a des hauts-le-coeur.)


[SAMI:] Je vais le faire.

MADAME PRÉFONTAINE

Ah! Merci, Sami.

(SAMI prend les ciseaux.)


[JENNIFER:] Ça ne t'écoeure pas?
[SAMI:] S'il y a des poux

là-dedans, mon odeur

de permanente à la lavande

va les tuer net.

(SAMI coupe le plastique. MÉLANIE entre dans le local à cet instant.)


[MÉLANIE:] Qu'est-ce

que vous faites?


MADAME PRÉFONTAINE

N'approche pas trop, Mélanie.

Il y a peut-être

un million de poux

assoiffés de sang

dans la boîte.


[MÉLANIE:] C'est ridicule.

Il faudrait remettre

la boîte à sa place,

elle est en quarantaine.


[JENNIFER:] Mélanie,

vois le bon côté des choses.

Si jamais on se trompe et qu'il

n'y a pas de poux là-dedans,

tu vas pouvoir retrouver

ce que tu as perdu.

C'était quoi déjà?


MÉLANIE (Mal-à-l'aise)

Un... soulier d'éduc.


MADAME PRÉFONTAINE

Tu ne m'as pas dit

que c'était ta tuque?


[MÉLANIE:] Tuque? J'ai dit tuque?

Je voulais dire espadrille,

bien oui.

Je me mélange toujours

entre les deux.


[SAMI:] On fait un concours.

Le premier qui trouve des poux.


[JENNIFER:] Oh oui, c'est cool.

On va rire.

(La boîte est maintenant ouverte, SAMI et JENNIFER se mettent à fouiller dedans.)


MADAME PRÉFONTAINE

Faites attention,

ce n'est pas un jeu.


[JENNIFER:] Je vais commencer

par cette belle espadrille,

euh, je veux dire tuque.

(JENNIFER sort la tuque de panda de MÉLANIE de la boîte et inspecte l'intérieur.)


[MÉLANIE:] Ah! J'en vois un!

J'en vois un!


[SAMI:] On dirait

qu'on a une gagnante.

(SAMI prend la tuque et regarde aussi.)


[SAMI:] Oh! Il y en a plus qu'un.
[JENNIFER:] Attends, je vais prendre

une photo pour le journal.

(JENNIFER prend la tablette du journal et prend une photo.)


MADAME PRÉFONTAINE

Vite, vite, vite, là!

(JENNIFER prend plusieurs photos.)


MADAME PRÉFONTAINE

Bon, il va falloir

décontaminer la boîte.

Referme ça, Sami.

(SAMI referme la boîte et la remet dans le plastique.)


MADAME PRÉFONTAINE

Je vais aller porter ça

au concierge.

Bon travail, vous deux!

Attention, poux devant!

(MADAME PRÉFONTAINE prend la boîte et sort du local.)


MADAME PRÉFONTAINE

Attention! Attention!

(MÉLANIE rit et regarde SAMI et JENNIFER.)


[MÉLANIE:] Ce n'est peut-être

pas ma tuque.

Il y en a tellement plein,

des pareilles.


[JENNIFER:] Je ne penserais pas

Mélanie parce que,

quand tu as fait ton entrevue

avec Karim Perrault,

tu en portais une identique.

(JENNIFER montre à MÉLANIE les photos de MÉLANIE avec KARIM PERRAULT sur la tablette.)


[JENNIFER:] Et tu t'es

clairement collée.

Et surtout que,

comme par hasard,

aujourd'hui,

Karim a des poux.


[MÉLANIE:] Quoi?
[SAMI:] Bien oui, il a des poux.

À cause de toi, il vient

d'annuler son spectacle.


[MÉLANIE:] Je vous jure

que je ne savais pas

que j'avais des poux

quand j'ai fait l'entrevue

avec Karim Perrault.

C'est peut-être lui

qui m'en a donné.


[SAMI:] Je ne pense pas, non.
[JENNIFER:] Je ne penserais pas,

moi non plus.

On a peut-être perdu un concert,

mais, au moins,

on a gagné un scoop, hein?

Tu devrais être contente,

Mélanie, toi qui voulais

dénoncer quelqu'un dans le journal.


[SAMI:] J'ai déjà le titre:

« La pouilleuse et la vedette ».


[JENNIFER:] Ah!

(MÉLANIE se sauve du local en courant.)


[JENNIFER:] On a peut-être

été un peu loin.


[SAMI:] Oui, on a peut-être été

« mélanesques ».


[JENNIFER:] Je vais aller

la voir.

(JENNIFER quitte le local et va retrouver MÉLANIE qui se dirige vers la sortie. JENNIFER bloque la porte à MÉLANIE.)


[JENNIFER:] Qu'est-ce

que tu fais?


[MÉLANIE:] Je change d'école.
[JENNIFER:] À Saint-Placide,

j'espère.

Comme ça, tu vas pouvoir

infester leur école de poux.


[MÉLANIE:] Lâche-moi, OK?

Je te jure que je ne le savais

vraiment pas

que j'avais des poux quand

j'ai rencontré Karim Perrault.

Je ne suis pas sale.


[JENNIFER:] Pas besoin d'être sale

pour avoir des poux.

Mélanie, ça peut arriver

à n'importe qui.


[MÉLANIE:] Raison de plus

pour dire que c'est

peut-être Karim qui m'en a donné.


[JENNIFER:] Tu sais quoi,

ça se peut, mais il n'y a

pas moyen de le savoir.


[MÉLANIE:] J'ai tellement honte,

tu n'as pas idée.


[JENNIFER:] C'est normal,

mais il n'y a pas de quoi.


[MÉLANIE:] Vas-tu me dénoncer

à toute l'école?


[JENNIFER:] Bien, c'est sûr

que ça ne serait pas très gentil,

hein, de dénoncer

que quelqu'un a des poux.


[MÉLANIE:] Ça va, j'ai compris.

J'ai compris le message.

Je suis vraiment poche comme

rédactrice en chef, hein?


[JENNIFER:] Bien, si tu continues

d'apprendre de tes erreurs,

tu vas devenir excellente.


[MÉLANIE:] Merci.

(JENNIFER prend MÉLANIE dans ses bras puis s'éloigne subitement.)


[JENNIFER:] Non, non, non!

(JENNIFER se met à se gratter la tête.)


[MÉLANIE:] Ne panique pas.

Inquiète-toi pas,

je ne t'ai pas donné de poux.


[JENNIFER:] Non, désolée,

c'est psychosomatique.


[MÉLANIE:] Psychosomatique!

C'est ça, le mot

que je cherchais.

Merci.

(Un peu plus tard, chez les Mazari, SAAD termine la traduction de FATIMA sur l'ordinateur. Assis au comptoir de la cuisine, SAMI attend.)


[SAMI:] As-tu bientôt fini?

Je skype avec Karim Perrault

dans cinq minutes.


[SAAD:] Oui, oui, j'envoie

ce courriel et je te le laisse.

(Vêtue de son costume, NADYA entre dans la cuisine en rugissant.)


[SAAD:] Une terrible lionne

dans la maison!


SAMI (S'adressant à SAAD)

C'est toi qui a fait ça?


[SAAD:] Non, je suis peut-être

un bon ingénieur,

mais l'artiste dans la maison,

c'est ta mère.

(FATIMA entre dans la cuisine.)


[FATIMA:] Alors, j'ai fini

ma part du contrat.

La traduction, ça avance?

(SAAD envoie la traduction à FATIMA à cet instant.)


[SAAD:] Déjà dans ta boîte

de réception.

(FATIMA remercie SAAD en arabe.)


SAAD (S'adressant à NADYA)

Bon, allez, viens,

bête féroce.

Il me reste la soirée pour installer

des yeux qui brillent dans le noir.


[NADYA:] Et aussi des griffes

qui sortent de mes pattes.


[SAAD:] On verra ça.

(SAAD et NADYA sortent de la cuisine. SAMI s'installe à l'ordinateur et le signal de Skype se fait entendre.)


[SAMI:] C'est lui.

(FATIMA vérifie que ses cheveux sont bien placés avant de s'avancer vers l'ordinateur. KARIM PERRAULT apparaît à l'écran de l'ordinateur.)


[SAMI:] Salut, M. Perrault.

FATIMA (Très excitée)

Bonjour, M. Perrault!


SAMI (Gêné)

Maman!
[FATIMA:] Ça ne sera pas long.

Je voulais juste vous dire

que je suis une de vos

plus grandes admiratrices.

Et Bolbol... c'est-à-dire Sami,

m'a dit que vous avez des poux.

(Souriant jusque là, KARIM PERRAULT perd son sourire.)


SAMI (Gêné)

Maman!
[FATIMA:] Non, non,

il n'y a pas de honte.


[SAMI:] Excusez-moi,

M. Perrault.


[FATIMA:] J'ai un remède naturel,

si ça peut vous intéresser.


[SAMI:] Il n'en veut pas,

de ton truc.


[FATIMA:] Mais si, ça l'intéresse.

Allez, tu nous laisse parler.

(FATIMA prend les écouteurs de SAMI et le pousse de la chaise d'ordinateur.)


[FATIMA:] Vous ferez

votre entrevue plus tard.

(FATIMA s'assoit devant l'ordinateur.)


[FATIMA:] Alors...

D'abord, il faut commencer

par badigeonner

avec de l'huile d'olive.

Il faut que l'huile s'imprègne

vraiment dans le cuir chevelu.

(KARIM PERRAULT se lève et sort du champ de la caméra.)


[FATIMA:] Et puis ensuite...

Assurez-vous d'avoir de l'huile

essentielle de lavande.

C'est très important.

Ça repousse les poux.

Rappelez-moi pour me dire...

(Derrière FATIMA, SAMI se cogne la tête sur le comptoir de la cuisine, découragé.)


FATIMA (S'adressant à SAMI)

Il va me rappeler

sûrement, hein?

Il est gentil, Karim.

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par