Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Operation Shepherd`s Pie

Isabelle forces Melanie to ask for Maude`s help for the newspaper. Maude is really happy to hear the news, but Melanie has a diabolical plan.



Réalisateur: Sylvain Roy
Acteurs: Normand D'Amour, Romane Denis, Marie-Soleil Dion
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


Subito Texto suit le parcours de : Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, qui vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

[Début information à l'écran]

L'opération pâté chinois

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Présentation des différents personnages de l'émission avec des photos de famille. Vue de l'école où se déroule l'action avec des textos échangés entre les personnages.

Fin du générique d'ouverture

MAUDE et son père, JACQUES, entrent chez les Beaucage. Beaucoup de boîtes obstruent l'entrée. JACQUES tire une valise à roulettes.


[JACQUES:] Allô, on est là!
[JENNIFER:] Bonjour M. Fraser.
[JACQUES:] Salut, Jen.

(JENNIFER va chercher MAUDE et la tire par le bras.)


[JENNIFER:] Maude, viens voir

ma caricature pour le journal.

Elle est tordante.


[MAUDE:] Jen, je n'ai comme

plus trop le goût

d'entendre parler du journal.

(JENNIFER tire MAUDE jusqu'au comptoir de la cuisine, où se trouve un ordinateur.)


[JENNIFER:] Regarde ça.

(Sur l'écran de l'ordinateur se trouve une page du journal de l'école. On y voit une caricature de MONA, déguisée en autruche.)


[MAUDE:] Ah! Mona en autruche.

C'est drôle.


[JENNIFER:] On dirait que tu vas

t'étouffer

tellement que tu ris.


[MAUDE:] Excuse-moi, mais depuis

que j'ai quitté

La Victoire,

je me sens comme un...

(JACQUES complète la phrase de MAUDE de façon dramatique.)


[JACQUES:] Comme un oiseau

qui aurait quitté son nid.


[MAUDE:] Euh... Ouais, genre.
[JENNIFER:] Oui, mais, tu sais, si

le petit oiseau s'ennuie trop,

il peut toujours revenir.

(MAUDE regarde le journal sur l'ordinateur.)


[MAUDE:] C'est le journal en entier?
[JENNIFER:] Euh... Oui.

Eille, tu sais,

la critique de roman

que tu as faite l'autre fois,

La princesse imaginaire.

Bien, ça en prendrait d'autres

comme ça à Mélanie

parce que sinon le journal va

battre des records de minceur.


[MAUDE:] On ne peut pas

laisser faire ça.

En plus, il y a plein

de fautes d'orthographe.

« Tranquillité », ça prend deux L.


[JENNIFER:] Peut-être, mais ce n'est plus

votre problème.

C'est le problème de Mélanie.

(À l'école, MÉLANIE entre dans le local du journal, suivie de MARC-OLIVIER.)


[MARC-OLIVIER:] Regarde comment

c'est cool.

Ici, tu peux mettre le 6,

mais au bout tu ne peux pas.


[MÉLANIE:] Marc-O,

tu es dans ma bulle.


[MARC-OLIVIER:] Oh! Excuse,

je ne l'avais pas vue.

(MÉLANIE s'assoit à son bureau. MARC-OLIVIER s'assoit en face d'elle.)



[MÉLANIE:] OK...

Qu'est-ce que tu veux?


[MARC-OLIVIER:] J'ai fait des grilles

de sudoku

et je me suis dit

qu'on pourrait...


[MÉLANIE:] Marc-O, je t'arrête

tout de suite.

Moi, des judokas,

je n'en publie pas.

Occupe-toi plutôt du sondage

pour l'employé du mois.

(MADAME CARDINAL entre dans le local du journal.)



[MADAME CARDINAL:] Mélanie!
[MÉLANIE:] Quoi?

MADAME CARDINAL

J'ai fini de lire la maquette

pour le journal.

Il y a bien trop de fautes

et ça manque de contenu.

Tu vas rectifier ça

aujourd'hui, OK?


[MÉLANIE:] Ça va me faire plaisir,

Mme Cardinal.


[MADAME CARDINAL:] Je ne veux pas te bousculer,

mais le journal sort demain.

Tu m'as déjà livré des textes

de bien meilleure qualité.


[MÉLANIE:] Je sais.

Euh... Lesquels par exemple?


[MADAME CARDINAL:] Ta critique littéraire

de La princesse imaginaire.

Ça, c'était du Mélanie

à son meilleur.


[MÉLANIE:] Ah... Oui, mais je m'étais

full forcée.

(MADAME CARDINAL sourit à MÉLANIE qui baisse les yeux, gênée d'avoir menti.)

(Pendant ce temps, chez les Beaucage, JACQUES, JENNIFER et MAUDE sont encore dans la cuisine.)


[JACQUES:] Bon, les filles,

c'est le temps de partir.

Mononcle Jacques

s'apprête à faire

une super salle de bain

dans le sous-sol.

(BRIGITTE entre dans la cuisine.)



[BRIGITTE:] Allô, Jacques. Je ne t'avais

pas entendu entrer.

(BRIGITTE donne une feuille à JACQUES.)


[BRIGITTE:] Tiens, ça, c'est le reçu

qui va avec les matériaux.

(JACQUES prend la feuille.)



[JACQUES:] Merci, Brigitte.

Je vais regarder ça tantôt.

Pour l'instant, je vais aller

visiter les lieux du crime.


[BRIGITTE:] Est-ce que je peux

aller te regarder?

Ça m'impressionne toujours

quelqu'un qui a un talent manuel.

Bonne journée,

les filles.

(BRIGITTE et JACQUES descendent au sous-sol. JENNIFER et MAUDE les saluent.)



[JENNIFER:] Bye!

J'y pense, tu n'as pas participé

à un concours d'écriture, toi?

(MAUDE semble dépitée.)


[MAUDE:] Je n'ai pas gagné.
[JENNIFER:] Tu dois trouver ça plate

qu'India Desjardins

ne t'aidera pas pour ton roman.


[MAUDE:] Un peu, mais ça ne

m'empêche pas de l'écrire.

(MAUDE semble enthousiaste tout à coup.)


[MAUDE:] D'ailleurs, je suis

pas mal avancée.


[JENNIFER:] Ah! Tant mieux.

Mais ça va te prendre plus

que ça pour oublier le journal.

(MAUDE approuve.)


[JENNIFER:] Maude, au compte de 3...

(MAUDE ferme les yeux et JENNIFER agite ses mains devant son visage, à la manière d'un magicien.)


[JENNIFER:] … tu vas avoir oublié le journal.

1, 2, 3, pouf!

(MAUDE ouvre de grands yeux. MAUDE fait semblant d'être éberluée.)


[MAUDE:] Hein?

Journal?

Quel journal?

(MAUDE et JENNIFER rient. Au même moment, à l'école, MARC-OLIVIER parle avec MADAME CARDINAL dans le local du journal.)



[MARC-OLIVIER:] Tu sais, moi, je m'occupe

du sondage de l'employé du mois.

Mais je fais aussi des sudokus

qu'on pourrait placer...

(MADAME CARDINAL interrompt MARC-OLIVIER d'un geste de la main.)


[MADAME CARDINAL:] Un instant, Marc-O,

si tu permets.

Mélanie, tu vas demander

à Maude de l'aide.

Elle va t'aider, te donner

un coup de main, le temps de...


[MÉLANIE:] Non!
[MADAME CARDINAL:] Ce n'était pas une suggestion.

Tu vas demander l'aide de Maude.

Il n'y a rien de mal

à demander de l'aide.


[MÉLANIE:] Oui, mais Maude a abandonné

le journal.

Puis, mon père a dit...


[MADAME CARDINAL:] M. Prud'homme,

je m'en occupe.

Toi, en bonne

rédactrice en chef que tu es,

tu vas demander l'aide de Maude.


[MÉLANIE:] OK.
[MADAME CARDINAL:] Bon!

(Satisfaite, MADAME CARDINAL quitte le local du journal.)


[MARC-OLIVIER:] Avec mes grilles de sudoku,

on pourrait remplir...


[MÉLANIE:] Marc-O! Tu vas me faire

des judokas

qu'on va mettre

dans le journal.

Qu'est-ce que tu en penses?


[MARC-OLIVIER:] Bien, c'est ça

que j'essaie de...

Eille, mais tu ne trouvais pas

ça plate tantôt?


[MÉLANIE:] Oui, mais il faut bien remplir

le journal avec quelque chose.

(En lui parlant, MÉLANIE s'approche de MARC-OLIVIER qui recule un peu.)



[MÉLANIE:] Je suis dans ta bulle, hein?

(MARC-OLIVIER fait un sourire forcé à MÉLANIE. MÉLANIE recule.)



[MÉLANIE:] Tu peux aussi faire

d'autres sortes de jeux.

Envoye! On va le sortir,

ce journal-là.

(MÉLANIE et MARC-OLIVIER se remettent au travail. MÉLANIE semble incertaine.)

Pendant ce temps,

JENNIFER et MAUDE

discutent dans le couloir.

MAUDE ouvre son casier.]


[JENNIFER:] Tu viens dîner

chez nous ce midi?


[MAUDE:] J'ai mon lunch.
[JENNIFER:] Oui, mais si tu viens

manger chez nous,

tu vas pouvoir manger le fameux

pâté chinois de ma mère.

(MAUDE fait un sourire de contentement.)


[MAUDE:] OK.

Puis, je pourrai dîner

avec mon père en plus.

(MARC-OLIVIER arrive.)


[JENNIFER:] Marc-O, on dirait

que tu viens de rencontrer

M. Sudoku en personne.


[MARC-OLIVIER:] Mieux que ça!

Mélanie m'a donné le feu vert.

Deux pages de jeux

dans le journal, à moi!

Des sudokus,

des mots croisés,

le jeu des sept erreurs,

n'importe quoi!


MARC-OLIVIER (s'adressant à MAUDE)

Il va falloir

que tu m'aides ce midi.


[MAUDE:] Pourquoi?
[MARC-OLIVIER:] Pour faire des jeux,

des mots croisés.

Ça te tente?

(MAUDE se tourne vers JENNIFER.)


[MAUDE:] Ça ne te dérange pas trop?
[JENNIFER:] Bien non, on se reprendra

pour le dîner.

(JENNIFER a l'air déçue.)


[MAUDE:] Promis.
[JENNIFER:] Mais... j'y pense,

pourquoi Mélanie te donne

deux pages complètes?


[MAUDE:] C'est normal, elle n'est pas

capable de remplir le journal.

Ce matin, c'était

pratiquement vide.


[MARC-OLIVIER:] Puis, tu ne sais pas

la meilleure.

Mme Cardinal lui a demandé de te

demander de revenir au journal.


[MAUDE:] Non!

Tu me niaises?


[MARC-OLIVIER:] Je te jure.
[JENNIFER:] Oui, on dirait que l'oiseau

va revenir vers son nid.

(MAUDE sourit de contentement. MAUDE se met alors à rêver qu'elle sauve le journal. L'image devient floue puis on se retrouve dans le local du journal.)


[MAUDE NARRATRICE:] Le journal était en détresse.

Une seule personne

pouvait le sauver.

Et cette personne c'était...

Super Mia!

(Debout sur une table dans le local du journal se tient MAUDE, déguisée en super-héros. JENNIFER entre dans le local, essoufflée.)


[JENNIFER:] Mia! C'est fou, on n'a plus de

copies pour le journal, puis...

tout le monde en veut!

(JENNIFER éclate en sanglots. MARC-OLIVIER apparaît dans un coin du local.)


[MARC-OLIVIER:] Eille, yo, ça n'a pas

d'allure, là!

Même les élèves de Saint-Placide

en veulent une copie.


[MAUDE NARRATRICE:] Tout le monde

était étonné de ce triomphe,

sauf une personne...

Super Mia!

(MAUDE revient à la réalité.)


[JENNIFER:] Maude!

Youhou?

(MAUDE prend quelques secondes à sortir de ses pensées.)


[MAUDE:] Excusez-moi,

j'étais dans mon roman.


[JENNIFER:] Ouais, ça avait l'air bon.

Mais, pour Mélanie qui va te

demander de revenir au journal,

bien, il y a juste une chose.

C'est Mélanie.


[MAUDE:] Oui, puis?
[JENNIFER:] Qu'est-ce que tu vas faire

si elle te demande

de jouer à l'assistante?


[MAUDE:] Je ne le ferai pas, certain!
[JENNIFER:] Et si elle te demande

de corriger ses fautes?

Tu n'accepteras pas ça?


[MAUDE:] Non, certain!

Bien, à bien y penser,

si je commence

par corriger ses fautes,

après, je vais

peut-être pouvoir...


[JENNIFER:] Maude, Maude.

Je pense que le nid, des fois,

est un petit peu trop petit

pour deux oiseaux.

Puis, Mélanie peut être assez

vautour quand elle veut, aussi.


[MAUDE:] Tu as bien raison!

Qu'elle s'arrange!

(MAUDE et JENNIFER partent. MARC-OLIVIER interpelle discrètement MAUDE.)


[MARC-OLIVIER:] Mais Maude,

ça marche toujours,

notre rencontre ce midi?


MAUDE ne lui répond pas. MARC-OLIVIER est déçu.


[MARC-OLIVIER:] La suite

après le cours d'anglais.

(Un peu plus tard, MAUDE sort de classe. MÉLANIE l'intercepte.)



[MÉLANIE:] Maude!
[MAUDE:] Quoi?
[MÉLANIE:] Je parlais avec Mme Cardinal

ce matin et je lui disais

que ce serait vraiment cool

si tu revenais au journal.


[MAUDE:] Ce n'est pas plutôt elle

qui te l'a demandé?


[MÉLANIE:] Euh... Oui, mais je venais

tout juste d'avoir la même idée.

Donc, tu corrigeras

les fautes

et tu rempliras les trous

avec des textes.


[MAUDE:] Ah, bien oui! Je suis comme

votre bouche-trou, c'est ça?


[MÉLANIE:] Non, Maude, tu ne m'écoutes

pas quand je parle.

En tant qu'assistante,

tu m'aiderais,

tu corrigerais les fautes

et tu me remplacerais

quand je suis trop occupée.

(MAUDE répond à MÉLANIE de façon sarcastique.)


[MAUDE:] Et je nettoierais ton clavier

d'ordinateur aussi?

Non merci!


[MÉLANIE:] C'est ta décision, Maude.

Je vais aviser Mme Cardinal.

OK, bye!

(MÉLANIE s'en va rapidement, fière d'avoir obtenu ce qu'elle voulait. MAUDE regrette déjà d'avoir refusé l'offre de MÉLANIE. Peu de temps après, MAUDE est de retour à son casier. JENNIFER lui raconte quelque chose.)


[JENNIFER:] Tu aurais tellement dû voir

la face à Brandon-Lee

Il y avait même de la bave

sur son cartable.

(MAUDE ne répond pas.)



[JENNIFER:] Qu'est-ce qu'il y a?
[MAUDE:] Mélanie m'a offert le poste

de bouche-trou officiel.


[JENNIFER:] Tu as refusé, j'espère.
[MAUDE:] Tu aurais dû lui voir la face

quand j'ai dit non.

Elle avait l'air

tellement contente.


[JENNIFER:] Tu as bien fait.
[MAUDE:] Je me le demande.
[JENNIFER:] C'est sûr que

tu as bien fait.

Sinon, Mélanie se serait pavanée

devant tout le monde

et elle aurait dit: « Ah!

Regardez comme je suis bonne!

C'est moi

qui ai tout fait. »


[MAUDE:] Puis ça?

Mélanie passe sa vie

à se pavaner.

Si tu regardes

dans le dictionnaire,

il y a sa photo

à côté du mot « pavaner ».

Ce n'est pas une raison

pour refuser.


[JENNIFER:] Pourquoi tu n'as pas

dit oui d'abord?


[MAUDE:] Parce que je pensais

à ce que tu m'as dit tantôt.

Je n'aurais vraiment pas dû

t'écouter.


[JENNIFER:] Pardon? Tu ne vas pas

mettre ça sur mon dos?

C'est même toi,

ce matin, qui disait

que tu ne voulais plus

entendre parler du journal.

(MAUDE lève les yeux au ciel.)


[JENNIFER:] Tu es sûre que tu ne veux pas

venir manger chez nous?


[MARC-OLIVIER:] Je reste ici. Je te l'ai dit

tantôt, je dîne avec Marc-O.


[JENNIFER:] OK, c'est ça,

fais à ta tête.


[MAUDE:] Wow! Eille, merci

de me laisser faire

ce que je veux pour une fois.

(MAUDE part. JENNIFER reste là, de mauvaise humeur.)


[JENNIFER:] Gnagnagnagnagna!

(De retour à la maison des Beaucage, BRIGITTE sort un pâté chinois du four. JENNIFER entre dans la cuisine et s'assoit au comptoir.)


[BRIGITTE:] Oh! Si ce n'est pas

mon petit rayon de soleil!


[JENNIFER:] Pas ce midi,

maman, OK?


[BRIGITTE:] Je ne savais pas qu'il y avait

des moments précis

pour dire des belles choses

à ma fille.

(JENNIFER appuie sa tête sur sa main.)


[BRIGITTE:] Tiens, du bon pâté chinois!

(BRIGITTE sert une assiette de pâté chinois à JENNIFER.)


[JENNIFER:] Merci.

JACQUES monte du sous-sol.]


[JACQUES:] Maude n'est pas avec toi?
[JENNIFER:] Non.
[BRIGITTE:] Voyons, qu'est-ce qu'il y a,

mon petit rayon ...

Jennifer?


[JENNIFER:] Maude et moi, on est juste

un peu fâchées, c'est tout.

Et vous, la toilette,

est-ce que c'est fini?

JACQUES prend un air surpris.]


[JACQUES:] Woh, là! Je ne suis pas

Johnny Potter.


[JENNIFER:] Harry Potter.
[JACQUES:] Hein? Ah, non, non!

C'est son cousin, Johnny Potter.

Lui, il rénove

avec sa baguette magique.

Ça lui prend

le temps de le dire.

(BRIGITTE et JACQUES rient.)



[JACQUES:] Qu'est-ce qui s'est passé

avec Maude?


[JENNIFER:] C'est parce que j'ai dit

à Maude de ne pas retourner

au journal parce que Mélanie

se fout d'elle.

Elle m'en veut parce que je

lui ai dit de ne pas retourner

et qu'elle voulait y retourner.

(JACQUES semble confus.)


[JACQUES:] Oh boy! Ça tourne tellement

que j'étourdis.

Puis, comment elle était, Maude,

quand tu es partie?


[JENNIFER:] Elle est partie dîner

avec Marc-O

parce qu'elle est fâchée

contre moi.

(BRIGITTE et JACQUES se regardent.)


[JENNIFER:] Ce n'est pas de ma faute!
[JACQUES:] Je n'ai pas dit ça, Jen.

Des petites chicanes, ça arrive.


[JENNIFER:] Je voulais juste

la protéger, moi.

Mélanie profite toujours

de tout le monde

et je ne trouve pas ça correct.


[BRIGITTE:] Écoute, je ne veux pas

me mêler

de ce qui ne me regarde pas,

tu sais que

ce n'est pas mon genre.

Bon, OK, c'est un petit peu

mon genre,

mais j'essaie de me corriger.

(JACQUES sourit.)



[BRIGITTE:] En tout cas, tout ce que

je veux dire, c'est que,

si Mélanie lui a offert

de revenir au journal,

peut-être qu'elle a

des bonnes raisons.


[JENNIFER:] Des bonnes raisons

pour Mélanie,

ce n'est pas nécessairement

des bonnes raisons pour Maude.

En plus, Maude m'a dit tantôt

que Mélanie avait l'air contente

qu'elle ne veuille pas

revenir au journal.


[JACQUES:] Ça, ça semble moins bon.
[JENNIFER:] Niaiseuse! J'aurais dû

y penser plus tôt.

(JENNIFER semble avoir eu une idée. De retour à l'école, MAUDE et MARC-OLIVIER mangent ensemble. MAUDE semble de mauvaise humeur. MARC-OLIVIER est mal-à-l'aise.)


[MARC-OLIVIER:] Eille, tu ne sais pas quoi!

La première ligne,

c'est mon numéro de téléphone.

Ouais!

(MAUDE regarde MARC-OLIVIER d'un air ennuyé.)


[MARC-OLIVIER:[ Bon, qu'est-ce que tu as, Maude? [MAUDE:] Je n'ai rien.
[MARC-OLIVIER:] OK, tant mieux.

Mais si tu as quelque chose,

peut-être que je pourrais

t'aider.


[MAUDE:] OK.

Mélanie m'a demandé

de revenir au journal.

Et j'ai dit non.


[MARC-OLIVIER:] Tu as dit non?

Tu ne voulais pas y retourner

au journal, il me semble?


[MAUDE:] Oui.

(MARC-OLIVIER semble confus.)


[MARC-OLIVIER:] OK...
[MAUDE:] Tu ne voulais pas

que je t'aide

à faire tes grilles

de sudoku?


[MARC-OLIVIER:] Laisse faire.

J'en ai plein.

De toute façon,

je sais que tu aimes mieux

les lettres que les chiffres.


[MAUDE:] Ouais.

C'est vrai que j'aime ça

écrire.

C'est ça qui me manque

avec le journal.


[MARC-OLIVIER:] Oui, et tu étais bonne

en plus.

Comme Mélanie. Les deux,

vous êtes bonnes pour écrire.

(MAUDE pouffe de rire.)


[MAUDE:] Mélanie?

Bonne pour écrire?


[MARC-OLIVIER:] Bien...
[MAUDE:] Prends-tu des médicaments

contre les allergies?

Ça fait dire des niaiseries.


[MARC-OLIVIER:] C'est Mme Cardinal

qui l'a dit.

Elle l'a félicitée

pour sa critique littéraire.


[MAUDE:] Quelle critique littéraire?
[MARC-OLIVIER:] C'était

La princesse imaginaire.


[MAUDE:] Quoi?
[MARC-OLIVIER:] La princesse imaginaire.
[MAUDE:] Ah, Mélanie Prud'homme!

(MAUDE est en colère. MARC-OLIVIER ne comprend pas pourquoi. Un peu plus tard, JENNIFER et MAUDE sont chacune à leur casier.)


[JENNIFER:] Je pensais à ça

pendant que je mangeais

mon pâté chinois tantôt.

Pourquoi tu penses

que Mélanie est contente

que tu ne reviennes pas

au journal?


[MAUDE:] Peut-être parce qu'elle

ne voulait pas que j'apprenne

qu'elle avait signé

ma critique littéraire.


[JENNIFER:] Attends, qu'est-ce

que tu as dit?


[MAUDE:] Mélanie a pris ma critique

de La princesse imaginaire

et elle a mis son nom dessus.

(JENNIFER est scandalisée.)


[MAUDE:] En plus, Mme Cardinal

l'a félicitée pour mon texte.


[JENNIFER:] Oh, la face de...
[MAUDE:] Pâté chinois!

Là, je m'en vais voir

Mme Cardinal

pour lui dire tout de suite.

(MAUDE s'apprête à partir.)


[JENNIFER:] Non, attends, attends!

(MAUDE se retourne.)



[MAUDE:] Quoi? Je n'ai pas l'intention

de t'écouter cette fois-ci.


[JENNIFER:] Maude, je m'excuse.

Mon conseil de ne pas

revenir au journal,

c'était pour bien faire et je ne

voulais pas te faire de peine.


[MAUDE:] Je sais.

Puis, moi,

ce n'était pas correct

de dire que c'est ta faute.

Après tout, c'est ma décision.


[JENNIFER:] Pour ton texte,

si tu fonces dans le tas,

ça ne marchera pas.

Mélanie est bien trop

rusée pour ça.

Tu ne penses pas?


[MAUDE:] Oui, tu as raison.

As-tu une idée?


[JENNIFER:] Il faudrait la prendre

À son propre jeu.

(MAUDE et JENNIFER se regardent d'un air complice. Au même moment, MÉLANIE essaie d'écrire un article dans le local du journal.)


MÉLANIE (dans sa tête)

« Le groupe musical

a chanté des chansons. »

Wow! Wow! Bravo, Mélanie!

« Le groupe musical

a chanté des chansons. »

Des chansons musicales,

peut-être!

(MÉLANIE désespère devant son ordinateur.)


[MÉLANIE:] Je n'arriverai jamais

à faire ça!

(MADAME CARDINAL passe sa tête dans l'embrasure de la porte.)


[MADAME CARDINAL:] Puis?

Comment ça se passe?

(MÉLANIE se met à sourire tout de suite.)


[MÉLANIE:] Très bien,

j'ai quasiment fini.


[MADAME CARDINAL:] Puis, Maude?
[MÉLANIE:] Euh...

Je lui ai demandé,

mais elle ne veut pas m'aider.


[MADAME CARDINAL:] Hein?
[MÉLANIE:] Je vous jure.

Est-ce que je mentirais

à propos de ça?

(MADAME CARDINAL regarde MÉLANIE d'un air découragé. Pendant ce temps, toujours au casier, JENNIFER et MAUDE élaborent leur plan.)


[MAUDE:] Oui! Il faudrait

que Mélanie signe

un autre texte

qui ne vient pas d'elle.

Comme ça, Mme Cardinal pourrait

voir qu'elle a plagié

et qu'elle n'a pas d'allure

comme rédactrice en chef.


[JENNIFER:] Oui, oui, on peut prendre

n'importe quoi sur Internet.

As-tu déjà essayé de traduire

un texte avec Google?


[MAUDE:] Oh oui, c'est super drôle!

C'est comme

sur notre trampoline.

C'était écrit

« Jump in the air »

et en français, au lieu de

« Sautez dans les airs »,

c'était écrit

« Sautez dans les cheveux ».


[JENNIFER:] Ah oui, ma mère a

un sèche-cheveux

et c'est écrit

« sèche-chevaux » dessus.


[MAUDE:] C'est vraiment

une bonne idée,

mais penses-tu qu'elle va

s'en rendre compte?


JENNIFER

Bien non! Mélanie, c'est

la seule rédactrice en chef

qui ne lit pas son journal.


[MAUDE:] Tu as raison. Je vais demander

à Marc-O de nous aider.


[JENNIFER:] OK, mais il ne faut pas tout

révéler notre plan à Marc-O

parce qu'il est trop gentil.

Il pourrait

tout dire à Mélanie.

(JENNIFER prend un ton de conspiratrice.)


[JENNIFER:] Il n'y aura que nous deux

dans cette opération.

Et si quelqu'un parvenait

à le savoir,

nous devrions l'éliminer.

(MAUDE poursuit sur le même ton que JENNIFER.)


[MAUDE:] Et nous appellerons

cette opération...

(Un coup de tonnerre se fait entendre.)


[MAUDE:] … « l'opération pâté chinois ».

(MAUDE et JENNIFER éclatent de rire. Pendant ce temps, au local du journal, MADAME CARDINAL parle avec MÉLANIE.)


[MADAME CARDINAL:] Pourquoi Maude a refusé?
[MÉLANIE:] Je ne sais pas trop.

Elle ne voulait pas

se faire donner

des ordres par vous, je pense.


[MADAME CARDINAL:] Pardon?
[MÉLANIE:] Je ne voudrais pas

lui faire dire des choses

qu'elle n'a pas dites,

mais, moi, c'est ça

que j'ai compris.


[MADAME CARDINAL:] Je ne pensais pas

que Maude était comme ça.


[MÉLANIE:] Laissez faire ça,

Mme Cardinal.

Tout va bien, je m'en occupe.


[MADAME CARDINAL:] Tu es certaine

que tu n'as pas besoin d'aide?


[MÉLANIE:] J'ai Marc-O qui me donne

un coup de main.

C'est sûr que c'est moi qui fais

la grosse majorité du travail,

mais, pour un assistant,

il est correct.

Inquiétez-vous pas, ça va aller.

Il me reste juste un texte.


[MADAME CARDINAL:] Bon, OK.

Demain sans faute.


[MÉLANIE:] Sans faute... d'orthographe!

(MADAME CARDINAL rit de la blague de MÉLANIE.)


[MADAME CARDINAL:] C'est bon.

(MADAME CARDINAL sort du local. MÉLANIE se rassoit à son ordinateur.)



[MÉLANIE:] Non, je ne peux pas

publier ça. Ça n'a pas d'allure.

(MÉLANIE commence à écrire avec une expression désespérée. Au même moment, JENNIFER entre chez elle. JACQUES et BRIGITTE sont assis à la cuisine. JENNIFER reçoit un texto de MARC-OLIVIER. Le texto dit : « Oui, je remets les textes à Méla dans 1 minute. »)



JENNIFER (s'adressant à elle-même)

J'ai hâte de voir

si Mélanie

va mordre à l'hameçon.


[BRIGITTE:] Ça a l'air

d'aller mieux, toi.


[JENNIFER:] Ouais.
[JACQUES:] Puis, Maude, comment elle va?
[JENNIFER:] Super bien. Je lui ai

conseillé quelque chose,

elle l'a fait et ça va mieux.


JACQUES (s'adressant à BRIGITTE)

OK,

si j'ai bien compris,

elles se sont chicanées parce

que Jennifer a conseillé Maude.

Mais là, elles se sont

réconciliées

parce que Jennifer

a encore conseillé Maude.


BRIGITTE (s'adressant à JACQUES)

Ne cherche

pas à comprendre.


[JENNIFER:] Puis, vous, est-ce que

la toilette est finie?


[JACQUES:] Oui, bien, je veux dire,

la préparation est finie.

Le stock est rendu en bas.

Je commence demain pour de vrai.


[JENNIFER:] C'est long!
[BRIGITTE:] Jennifer!

(JENNIFER regarde des papiers sur le comptoir.)


[JENNIFER:] Est-ce que c'est normal que

l'adresse sur ce papier-là

n'est pas la même qu'ici?


[JACQUES:] Bon, la grande

veut faire sa comique.

(JACQUES se lève pour aller voir.)



[JACQUES:] Montre-moi ça.

(JACQUES regarde les papiers.)


[JACQUES:] Eh bien merde!

Elle a raison.

Ce n'est pas

la bonne commande.


[BRIGITTE:] Ça veut dire que ce n'est pas

les bons matériaux.


[JACQUES:] C'est pour ça qu'il y avait

beaucoup de stock.


[BRIGITTE:] Pauvre toi!
[JACQUES:] Non, non, regarde,

ce n'est pas grave.

Je vais remonter ça demain

et on va recommencer.

Il n'y a pas mort d'homme.


[JENNIFER:] Maman.

(JENNIFER apporte une feuille à sa mère.)


[JENNIFER:] Veux-tu faire ça?

C'est Marco qui l'a inventé.

Il veut voir

si c'est trop difficile.


[BRIGITTE:] Des mots croisés?
[JACQUES:] Ah! Ça j'aime ça faire ça.

Je suis vraiment une ceinture

noire en mots croisés.

Je vais faire ça les deux mains

attachées dans le dos.


[BRIGITTE:] Ça va être dur pour écrire.

(JACQUES rit de la blague de BRIGITTE.)


[JACQUES:] Elles sont drôles

de mère en fille.

Oui, je vais

faire ça ce soir.

(JACQUES prend la feuille et la plie.)



[JACQUES:] Bon, je vais y aller, moi.

(JACQUES se lève et part. Le téléphone de JENNIFER sonne. JENNIFER répond.)



[JENNIFER:] Allô, Maude.

Ouais! L'opération pâté chinois

est en marche.

(Entre temps, au local du journal, MÉLANIE fait les cent pas.)


[MÉLANIE:] Qu'est-ce qu'il fait?

(MARC-OLIVIER arrive.)


[MÉLANIE:] Ah!

Marc-O!

Ça a été super long.

J'aurais eu le temps

d'écrire deux textes.


[MARC-OLIVIER:] Pourquoi tu ne l'as pas fait?
[MÉLANIE:] Parce que je n'ai pas

juste ça à faire.

Tu as la clé USB?

(MARC-OLIVIER donne une clé USB à MÉLANIE.)


[MÉLANIE:] C'est vraiment Maude

qui a écrit les quatre textes?


[MARC-OLIVIER:] Oui, madame.
[MÉLANIE:] OK!

(MÉLANIE branche la clé dans l'ordinateur.)


[MÉLANIE:] Pourquoi elle n'est pas venue me

les donner elle-même, d'abord?


[MARC-OLIVIER:] Elle se sentait mal

pour ce matin.

Elle a refusé de t'aider.

Ça, c'est un peu

comme une offre de paix

pour qu'elle puisse revenir.


[MÉLANIE:] C'est donc bien fin!

Mais tu lui diras de ne pas

se faire d'illusions, OK?

(Les textes apparaissent sur l'écran de l'ordinateur.)



[MÉLANIE:] Ah! Ça marche!

Quatre textes!

Copier...


[MARC-OLIVIER:] Tu les copies

sans les vérifier?


[MÉLANIE:] Bon, Marc-O,

tu es super fin.

(MÉLANIE redonne la clé USB à MARC-OLIVIER.)


[MÉLANIE:] Mais là, tu en as déjà

fait assez, hein?

Des jeux, des textes,

ça ne finit plus!

Je prends la relève, OK?


[MARC-OLIVIER:] Oui mais

c'est juste que tu devrais peut-être...


[MÉLANIE:] Marc-O, inquiète-toi pas

pour tes karatékas,

je vais les mettre

dans le journal.

(MÉLANIE commence à pousser MARC-OLIVIER.)


[MÉLANIE:] Maintenant, envoye, bye bye!

(MÉLANIE sort MARC-OLIVIER du local.)


[MÉLANIE:] OK, bye!

Ouf! OK!

(MÉLANIE s'assoit à l'ordinateur.)


[MÉLANIE:] Il reste à faire

la mise en page.

OK!

(Le lendemain matin, MÉLANIE croise MADAME CARDINAL dans le couloir.)



[MÉLANIE:] Bonjour, Mme Cardinal.

Vous êtes en train de lire

la maquette du journal.


[MADAME CARDINAL:] Ouais.
[MÉLANIE:] Puis, êtes-vous contente?

(MADAME CARDINAL observe MÉLANIE d'un regard noir.)


[MÉLANIE:] Il n'y a pas

trop de fautes, hein?

(Devant le regard insistant de MADAME CARDINAL, MÉLANIE perd confiance.)


[MÉLANIE:] Au moins, il y a quatre textes...
[MADAME CARDINAL:] Désolée, Mélanie,

je n'appelle pas ça des textes.

(MADAME CARDINAL lit un extrait à MÉLANIE.)


[MADAME CARDINAL:] « Monsieur facture clôture

a inventé fenêtres. »

(MÉLANIE cherche l'erreur.)


[MÉLANIE:] Les fenêtres...
[MADAME CARDINAL:] « Monsieur facture clôture

a inventé fenêtres. »

C'est la traduction littérale

de « Monsieur Bill Gates

a inventé Windows. »

(MÉLANIE semble confuse.)


[MADAME CARDINAL:] Facture, clôture, fenêtres.

Bill Gates, Windows.

(Soulagée, MÉLANIE rit.)


[MÉLANIE:] Mais au moins,

c'est bien traduit.


[MADAME CARDINAL:] Mélanie!

Prendre un texte sur Internet

et le faire traduire

par un traducteur web,

déjà ce n'est pas

une très bonne idée,

mais mettre ton nom sur un texte

que tu n'as pas écrit,

c'est une faute d'éthique grave.


[MÉLANIE:] Ce n'est pas de ma faute.

En plus, ce n'est même pas moi

qui l'ai...

(MÉLANIE se rend compte qu'elle allait se trahir.)



[MÉLANIE:] C'est Marc-O!

C'est Marc-O, le problème.

Il était supposé m'aider,

mais il ne l'a pas fait,

donc j'ai dû m'arranger

avec ce que j'avais.


[MADAME CARDINAL:] Désolée, Mélanie,

mais, dans ces conditions-là,

le journal ne sera pas imprimé.


[MÉLANIE:] Non, non, vous ne pouvez pas

faire ça.

Vous ne pouvez pas faire ça.

Tout le monde va savoir

que c'est de ma faute

si le journal n'est pas paru.


[MADAME CARDINAL:] Mélanie, le journal

est un ambassadeur.

Il nous représente

à l'extérieur de l'école.

Ce n'est pas

ton image qui compte,

c'est l'image

de l'école au complet.

On s'en reparle à midi au local

du journal. Sans faute!

(MADAME CARDINAL part. MÉLANIE est en colère.)


[MÉLANIE:] Maude Allard-Fraser!

(MÉLANIE retient un cri de rage. Un peu plus loin, MADAME CARDINAL croise MARC-OLIVIER dans le couloir.)



[MADAME CARDINAL:] Ah, Marc-O!

Je peux te parler une seconde?

C'est à propos du journal.


[MARC-OLIVIER:] C'est à cause que j'ai juste

fait trois pages de jeux?


[MADAME CARDINAL:] Trois pages? Wow!

Non, je veux te parler

des textes.


[MARC-OLIVIER:] J'ai essayé

de dire à Mélanie

qu'elle devrait vérifier

les textes de Maude

avant de les mettre

dans le journal...


[MADAME CARDINAL:] Quels textes

de Maude?


[MARC-OLIVIER:] Bien, les quatre textes

que Maude a écrits

pour Mélanie hier.


[MADAME CARDINAL:] C'est Maude

tu es sûr?


[MARC-OLIVIER:] Certain, c'est moi

qui ai fait

le messager entre les deux

avec ma clé USB.


[MADAME CARDINAL:] Il va falloir que je parle

à Mlle Maude, moi.

C'est beau, Marc-O,

tu n'as rien à te reprocher.

(MARC-OLIVIER est soulagé.)


[MADAME CARDINAL:] Puis, eille,

bravo pour tes grilles de sudoku!

(MARC-OLIVIER commence à enlever son sac de sur son dos.)


[MARC-OLIVIER:] Justement...
[MADAME CARDINAL:] Les cours

vont recommencer.

Tantôt, OK?

(MADAME CARDINAL part.)


[MARC-OLIVIER:] Coudonc,

personne ne veut

les voir, mes grilles!

(Sur l'heure du midi, MAUDE et JENNIFER s'expliquent avec MADAME CARDINAL à la cafétéria.)


[JENNIFER:] C'est la faute à Mélanie.

C'est elle qui a commencé.


[MADAME CARDINAL:] Woh! Pour commencer,

je parlais à Maude.


[MAUDE:] C'est Mélanie qui a commencé.
[MADAME CARDINAL:] OK, bon, ça, je l'ai compris.

Commencé quoi, je ne sais pas,

mais il y a quelque chose

que j'aimerais comprendre.


[MAUDE:] Quelle autre chose, madame?
[MADAME CARDINAL:] Que tu veuilles quitter

le journal, ça te regarde.

Mais que tu donnes quatre

textes copiés sur Internet,

ça, c'est inadmissible.


[JENNIFER:] On voulait juste donner

une bonne leçon à Mélanie.


[MAUDE:] Sa fameuse critique

de La princesse imaginaire

qui était si bien écrite,

bien, elle vient de moi.

Mélanie a juste mis

son nom dessus

comme si c'était elle l'auteure.

(MADAME CARDINAL est consternée.)



[MADAME CARDINAL:] Pourquoi

vous n'êtes pas venues

me voir directement?


[MAUDE:] Je sais que ça aurait été

la chose correcte à faire,

mais on pensait

qu'elle méritait une leçon.


[JENNIFER:] Puis, on voulait voir

jusqu'à quel point

Mélanie faisait mal son travail

de rédactrice en chef.


[MAUDE:] Et on l'a vu.

C'est pour toutes ces raisons

qu'on a pensé à...


[JENNIFER:] L'opération pâté chinois.
[MADAME CARDINAL:] Pâté chinois,

c'est quoi, ça?


[JENNIFER:] Steak, blé d'Inde, patate.
[MADAME CARDINAL:] Je le sais,

Jennifer, je veux

dire l'opération pâté chinois.


[MAUDE:] Ah! Ça, c'est le nom

qu'on a donné

à l'opération

pour coincer Mélanie.


[MADAME CARDINAL:] OK.

Et si je te demandais

une preuve

que c'est bien toi

qui as écrit la critique?


[MAUDE:] Le texte est sur ma clé...

(MAUDE sort une clé USB de son sac à dos.)


[MAUDE:] … avec mon nom et la date.

(MAUDE donne la clé USB à MADAME CARDINAL.)


[MADAME CARDINAL:] OK.

(MADAME CARDINAL fait mine de partir, puis elle fait demi-tour.)


[MADAME CARDINAL:] Euh...

Les filles, le journal

La Victoire se cherche

une nouvelle rédactrice en chef.

Avez-vous des suggestions?

(JENNIFER pointe MAUDE.)


[MAUDE:] Bien là, M. Prud'homme...
[MADAME CARDINAL:] Il est d'accord. Puis?
[MAUDE:] J'accepte!
[MADAME CARDINAL:] OK.

Tu as deux jours

pour finir le journal.

Et cette fois-ci,

pas de texte copié d'Internet.

(MAUDE fait non de la tête.)


[MADAME CARDINAL:] Bon,

je vais aller parler à ma

petite maniganceuse préférée.

(MADAME CARDINAL quitte la cafétéria.)



[JENNIFER:] Maniganceuse?

(MAUDE fait signe à JENNIFER de s'approcher d'elle.)


[MAUDE:] Opération pâté chinois

réussie!


[JENNIFER:] Réussie! Même que l'affaire

est ketchup.

(MAUDE et JENNIFER rient. Un peu plus loin, MÉLANIE entre dans le local du journal, suivie par MADAME CARDINAL.)


[MÉLANIE:] De toute façon, j'ai décidé

d'abandonner le journal.


[MADAME CARDINAL:] Ah oui?

Tu penses que tout

va se régler comme ça?

Tu as mis ton nom sur les quatre

textes de Maude.

C'est du plagiat, ça.

Sans compter ton nom

sur sa critique littéraire.

Le plagiat à l'école,

c'est passible de suspension.


[MÉLANIE:] Oui, mais ce n'était pas

les pendant les cours.


[MADAME CARDINAL:] Tu aurais eu

bien moins de problèmes

si tu avais demandé de l'aide.

Le réalises-tu, ça?


[MÉLANIE:] Oui, madame.
[MADAME CARDINAL:] Bon,

j'espère que ça va

te donner une bonne leçon.


[MÉLANIE:] Je le sais que c'est vraiment

niaiseux ce que j'ai fait.

Je ne le referai plus, promis.


[MADAME CARDINAL:] OK.
[MÉLANIE:] Je peux y aller maintenant?

(MÉLANIE se dirige vers la sortie du local.)


[MADAME CARDINAL:] Oui, mais

tu reviens demain.

Le journal

n'est pas fini encore.


[MÉLANIE:] Je pense qu'on ne s'est pas

très bien comprises.

j'abandonne le journal.


[MADAME CARDINAL:] Oui, je t'ai entendue.

Mais j'ai parlé avec ton père

et on a convenu

d'une conséquence.

À partir de maintenant, tu vas

être l'assistante de Maude,

la nouvelle

rédactrice en chef.

(MÉLANIE est insultée.)


[MÉLANIE:] Pardon?
[MADAME CARDINAL:] Je veux

que tu apprennes

à travailler en équipe.


[MÉLANIE:] OK.
[MADAME CARDINAL:] Bon, je t'attends ici

demain midi.

Je vais aller manger, moi.

(MÉLANIE fait une grimace dans le dos de MADAME CARDINAL lorsque celle-ci quitte le local. En quittant le local, MADAME CARDINAL croise MARC-OLIVIER.)


[MADAME CARDINAL:] Allô.

(MARC-OLIVIER entre dans le local, une tablette à la main.)


[MARC-OLIVIER:] Ça y est,

le sondage est terminé.

L'employé du mois est...

(MARC-OLIVIER fait glisser son doigt sur la tablette pour faire apparaître le résultat.)


[MARC-OLIVIER:] Eille, la gagnante

est Mme Cardinal!

C'est le fun, hein?

(MÉLANIE lui répond de façon sarcastique.)


[MÉLANIE:] C'est super le fun.

(MÉLANIE quitte le local en colère. MARC-OLIVIER soupire.)


[MARC-OLIVIER:] Maudit que c'est compliqué,

des filles!

(Plus tard, MAUDE et JENNIFER entrent chez les Beaucage.)



[JENNIFER:] J'aimerais tellement ça

voir la face de Mélanie

quand Mme Cardinal lui a dit

qu'elle serait ton assistante.


[MAUDE:] J'aurais aimé ça

la filmer.

(MAUDE et JENNIFER entrent dans la cuisine où sont assis JACQUES et BRIGITTE.)


[JACQUES:] Eille!

Ça a l'air d'aller mieux, toi.


[MAUDE:] Oui, oui, je suis

de retour au journal.


[JACQUES:] Ah oui?

Wow, super nouvelle!

(MAUDE regarde le désordre de la cuisine. Des matériaux de construction sont posés sur la table.)


[MAUDE:] Qu'est-ce que vous faites?
[JACQUES:] Ah! Un travail très sérieux.

D'ailleurs, les filles, un peu

de silence, s'il vous plaît.


[BRIGITTE:] Il nous manque juste un mot

pour finir les mots croisés.


[JACQUES:] Depuis hier

que je suis là-dessus.

Je vais trouver ce mot-là.

Mon honneur est en jeu.


[MAUDE:] Papa, tu n'as pas

encore commencé?


[JACQUES:] Je viens de te dire

qu'on achève, là.

Voyons, qui commence par M.


[MAUDE:] Je parlais

de la salle de bain.


[JACQUES:] Ah... Ça, mais c'est

une erreur.

Je vais commencer,

juste le temps de finir ça.

(MAUDE regarde son père d'un air peu convaincu.)


[JACQUES:] Manipulatrice?
[BRIGITTE:] Manipula... Non, non.

Ça ne rentre pas.

Il y a une lettre de trop.

(JACQUES lit l'indice des mots croisés.)


[JACQUES:] « Une fille qui fait

des manoeuvres secrètes »...


[JENNIFER:] Ah, bien là!

C'est simple, hein, Maude?

« Une fille qui fait

des manoeuvres secrètes. »


[MAUDE et JENNIFER:] Une maniganceuse.
[JACQUES:] Hein!

(JACQUES essaie d'écrire « maniganceuse » dans la grille.)


[BRIGITTE:] Bien oui!

(JACQUES et BRIGITTE se tapent dans la main.)



[BRIGITTE:] Bravo!

Bravo, les filles!


[JACQUES:] Vous êtes bonnes.

Wow!

(MAUDE et JENNIFER sourient, fières d'elles.)

(Générique de fermeture)

(Fin émission)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par