Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Headaches for All

The day before publishing the newspaper, Ms. Cardinal has a migraine that stops her from working. Maude is doing her best to replace her, but she`s also inches away from a headache!



Réalisateur: Stephan Joly
Acteurs: Joseph Antaki, Aurélia Arandi-Longpré, Romane Denis, Marie-Soleil Dion, Louka Grenon, Alice Morel-Michaud, Natalie Tannous
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

[Début information à l'écran]

Maux de tête pour tous

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture

MAUDE entre dans le local du journal. MADAME CARDINAL est assise et lit des articles sur une tablette en se frottant les tempes.


MAUDE (Très enthousiaste)

Bonjour, Mme Cardinal!

C'est un grand jour!

Ah! Vous lisez les derniers

articles qui sont rentrés?

Ils sont bons? En tout cas,

celui de Félicie, il est super,

puis je dois avouer

que je trouve

que le mien est pas mal hot;

j'étais en feu!

Quand j'écrivais, on dirait

que les touches du clavier

faisaient des étincelles!

OK! On a encore une grosse

journée devant nous, hein?

Il faut tout relire,

faire la mise en page.

Il reste des images à trouver

plus les pubs à placer.

On va y arriver, je suis certaine.

Moi, je suis en pleine forme!

(MAUDE regarde MADAME CARDINAL. MADAME CARDINAL a les yeux fermés et se frotte toujours le front.)


MAUDE (Soucieuse)

Mme Cardinal,

est-ce que vous m'écoutez?


[MADAME CARDINAL:] Hein?

(Chez les Mazari, c'est l'heure du déjeuner. FATIMA sert à manger à NADYA pendant que SAMI ferme son sac d'école.)

[SAMI  :] Non, non, non!
[FATIMA:] Qu'est-ce qui

se passe, habibi?

Il est encore tôt,

tu n'es pas en retard!

[SAMI  :] J'avais dit à Maude

que j'arriverais plus tôt

pour l'aider avec le journal.

Peut-être que

si je pars tout de suite...


[FATIMA:] Non, tu vas prendre

le temps de manger,

je vais te préparer quelque chose.

Pourquoi tu m'as pas demandé

de te réveiller?


[SAMI:] J'avais demandé à papa.

Il est où?


[FATIMA:] Il lit son journal

dans le salon.


[NADYA:] Non, il dort.

(Criant)

Papa!

(SAAD se réveille dans le salon. SAAD a un bras dans le plâtre.)


[SAAD:] Quoi?

(Paniqué)

Sami!

(SAAD se lève précipitamment du divan. Pendant ce temps, dans le local du journal, MAUDE s'inquiète.)


[MAUDE:] Mme Cardinal, ça va?

Êtes-vous malade?


MADAME CARDINAL

Je commence

un début de migraine terrible.

J'ai pris des pilules.

Je prends ça quand je sens

que ça s'en vient,

puis des fois, ça passe.

Le médicament, en fait,

il me rend un peu endormie,

étourdie, pas concentrée...


[MAUDE:] Vous auriez dû

rester chez vous.

Moi, ma mère m'aurait jamais

laissé sortir comme ça.


MADAME CARDINAL

Ah! Malheureusement,

je ne vis plus avec ma mère.

(MADAME CARDINAL se frotte le front et soupire.)


[MADAME CARDINAL:] Ah!
[MAUDE:] C'est un article

pour le journal, ça?

Il est si mauvais que ça?


[MADAME CARDINAL:] Non, non.

C'est que quand j'essaie de lire,

ça me fait mal, comme si j'avais

un casque de bain trop serré

en... en béton.

(Dans la cuisine des Mazari, SAAD s'explique avec SAMI.)


[SAAD:] Je m'étais levé tôt,

car je me rappelais qu'il fallait

que je te réveille, mais

je me suis rendormi. Désolé!


[SAMI:] Ça va, papa. Peut-être que

si je pars en courant?


[FATIMA:] Non, tu vas prendre

ton sandwich avec toi

et je vais aller te reconduire.


[SAAD:] Non! Je vais y aller, moi!
[FATIMA:] Avec ton bras

dans le plâtre?


[SAAD:] Je suis presque guéri,

ils me l'enlèvent bientôt.

Je n'en peux plus de rien faire,

je suis en train

de devenir un végétal!

Il faut absolument que je fasse

quelque chose aujourd'hui!


[NADYA:] Papa, tu pourrais

assembler ma petite commode.

Elle est encore dans la boîte

en dessous de mon lit.


[SAAD:] C'est une excellente idée!

Je vais aller la chercher.

(SAAD sort de la cuisine.)


[NADYA:] Yé!
[SAMI:] Maman, est-ce qu'on

peut y aller?


[FATIMA:] C'est bien la première fois

que tu as hâte de rentrer

dans l'auto avec moi!


[SAMI:] C'est parce que

j'ai pas le choix.

(Pendant ce temps à l'école, MAUDE s'inquiète pour MADAME CARDINAL.)


[MAUDE:] Mme Cardinal,

vous pouvez aller vous étendre

dans le coin

de Mme Préfontaine.

Je vais le relire, l'article, moi.


MADAME CARDINAL

Bien oui, hein!


[MAUDE:] Je m'occupe de tout.

(MADAME CARDINAL se lève et MAUDE prend sa place à l'ordinateur.)


[MAUDE:] Euh... c'est quoi,

ce dossier-là?


MADAME CARDINAL

C'est les articles acceptés.

Il reste juste à...

à regarder les fautes.


[MAUDE:] Parfait! Allez vous reposer,

je ferai pas de bruit.


MADAME CARDINAL

Hum!

(MADAME CARDINAL se dirige vers le relaxorium de MADAME PRÉFONTAINE. MAUDE reçoit un message sur l'ordinateur.)


MAUDE (S'écriant en lisant le message)

Quoi?

(Au même moment, chez les Mazari, FATIMA, NADYA et SAMI sont toujours dans la cuisine.)


FATIMA (Parlant à SAAD)

Tu es sûr que tu peux monter

ce meuble avec un seul bras?


SAAD (Criant d'une autre pièce)

Oui, je fais ça

les doigts dans le nez!


[FATIMA:] Non,

habibi,pas les deux

doigts dans le nez.

Comment tu vas tenir

ton tournevis, hein?

(FATIMA rit et se dirige vers la porte où SAMI l'attend déjà.)


[FATIMA:] Allez,

tu viens avec nous, Didi?


[NADYA:] Il est encore trop tôt.

Je vais partir tantôt avec Julien.


[FATIMA:] Ah!
[NADYA:] Pour l'instant,

papa a besoin de moi.


SAAD (Criant d'une autre pièce)

Je n'ai pas besoin d'aide!

(NADYA reste assise et compte les secondes sur ses doigts.)


SAAD (Criant d'une autre pièce)

Nadya, tu viens m'aider?

(Au local du journal, MAUDE parle à MADAME CARDINAL sur un ton catastrophé.)


[MAUDE:] C'est quoi, cet article-là,

« Le retour du chignon beigne »?


MADAME CARDINAL

Hein? J'ai approuvé ça, moi?


[MAUDE:] Oui, c'est dans le dossier

des articles acceptés.

Ça vient de Mélanie Prud'homme.


MADAME CARDINAL

Oui, oui, elle m'a envoyé ça

ce matin.

Je... Je pense que j'étais

un peu endormie.


MAUDE (Lisant l'article)

« Hé, les filles! C'est le

retour du chignon beigne!

Wow!

Fullhot! »

C'est comme vraiment

ordinaire, comme début.

Et comme milieu...

Puis il y a même pas de fin!


MADAME CARDINAL

Je suis désolée

d'avoir laissé passer ça.

Elle a le temps de le

retravailler aujourd'hui, hein?

En autant que ce soit prêt

d'ici la fin de la journée.


[MAUDE:] Elle va

le retravailler certain,

ça peut pas rester comme ça.

(MADAME CARDINAL part.)


MAUDE (Parlant à elle-même)

Ah! Pfft!

Chignon beigne.

Puis quoi encore?

Tresse muffin?

(Au même moment, chez les Mazari, NADYA a donné un coup de main à SAAD.)


[SAAD:] Ça va, Nadya.

À partir d'ici,

je peux me débrouiller

tout seul.


[NADYA:] D'accord!

(NADYA trouve le lecteur mp3 de SAMI en sortant du salon.)


NADYA (Faussement déçue)

Hon... Sami a oublié

son mp3.

(NADYA prend le lecteur mp3 et son sac à dos.)


[NADYA:] Alors, tu n'as plus

besoin de moi?


[SAAD:] Non, Nadya.

Je suis un grand garçon.

J'ai pas besoin d'aide

d'une petite fille, hum?


[NADYA:] Parfait! Alors...

moi, je vais y aller!

(NADYA met le lecteur mp3 de SAMI dans la poche de son jeans.)


[NADYA:] Bye!
[SAAD:] Bye!

(NADYA part pour l'école. Plus tard, à l'école, SAMI va voir MÉLANIE dans la salle des pas perdus.)


[SAMI:] Salut, est-ce

que t'as vu Maude?


[MÉLANIE:] Non, mais je vois

que t'es en retard.


[SAMI:] Comment ça?
[MÉLANIE:] Tes cheveux

sont plus ébouriffés.

On dirait que tu t'es peigné

avec ton oreiller.


[SAMI:] N'importe quoi!

(MAUDE arrive à cet instant.)


[MAUDE:] Ah! Sami, t'es en retard!
[MÉLANIE:] Je le savais.
[SAMI:] Je m'excuse. Je peux

aider quand même?


[MAUDE:] Ouais, je ne sais

plus trop.

Bien, merci!

(SAMI part.)


MAUDE (S'adressant à MÉLANIE)

Tu ne réponds plus

à tes textos, toi?


[MÉLANIE:] Non, j'ai téléchargé

un nouveau jeu sur mon cell!

Je ne suis plus capable de

m'arrêter, c'est tellement bon!


[MAUDE:] OK, continue à jouer,

mais écoute-moi.

Ton texte,

ça marche vraiment pas.

(MÉLANIE laisse son téléphone et se lève.)


MÉLANIE (Fâchée)

Quoi?

Non, non, Mme Cardinal

l'a approuvé, elle me l'a dit.


[MAUDE:] Qu'est-ce qu'elle

a dit, exactement?


[MÉLANIE:] Je suis allée la voir

et elle m'a dit...


[MAUDE:] Elle a dû dire

quelque chose dans le genre de...

(Imitant MADAME CARDINAL ce jour-là)

« Ouais... Hum, hum... »

Elle était sous l'influence

de médicaments

quand elle t'a dit ça.

Il faut juste que tu

le retravailles un peu,

mais c'est correct,

t'as toute la journée.

Tu peux même le recommencer

si tu veux.


[MÉLANIE:] J'écris pas

un nouvel article.

J'ai déjà annoncé

à toutes mes amies Facebook

que je parlais

du chignon beigne.


[MAUDE:] OK, OK!

Recommence-le pas au complet.

Ajoute de l'information.


[MÉLANIE:] Oui, mais là,

tu vas me dire

que c'est trop long.


[MAUDE:] Non. Tu répètes

des affaires deux, trois fois.

On va pouvoir les enlever.


[MÉLANIE:] Puis si ça me tente pas?
[MAUDE:] Je vais être obligée

d'écrire un autre article

pour remplacer le tien.


[MÉLANIE:] Bien, fais donc ça.

(Chez les Mazari, FATIMA revient et trouve SAAD dans la salle à manger en train de lire les instructions pour construire le meuble.)


FATIMA (Riant)

Tout va bien?
[SAAD:] Oui, oui!

Ça va très bien!

Nadya est partie

avec Marie et Julien.

Elle voulait rester

pour m'aider,

mais je lui ai dit

que c'est pas nécessaire.


[FATIMA:] Tu veux

que je t'aide

à lire le plan?


[SAAD:] Si ça peut

te faire plaisir.

(FATIMA s'approche de SAAD et ils regardent le plan ensemble. Au même moment, à l'école, MAUDE est dans le local du journal, Le téléphone sonne. MAUDE essaie de répondre rapidement pour ne pas déranger MADAME CARDINAL qui se repose dans le relaxorium.)


MAUDE (Chuchotant au téléphone)

Oui! Oui, allô?

Hum! Euh... non,

c'est Maude Allard-Fraser.

M. Côté de chez Côté Musique?

Oui, bonjour.

(Pendant ce temps, chez les Mazari, SAAD et FATIMA essaient de comprendre le plan.)


[SAAD:] Non, non, non.

Le début...

(La sonnerie d'un texto se fait entendre. FATIMA va chercher le téléphone qui a sonné.)


[FATIMA:] Ah! C'est le tien.

(FATIMA regarde qui appelle.)


[FATIMA:] C'est Bolbol?
[SAAD:] Peut-être pas.

C'est peut-être Nadya,

elle lui a emprunté son mp3.


[FATIMA:] C'est Didi.

Elle dit que...

(Lisant le texto)

« Dépêche-toi, papa,

je veux que ce soit prêt

pour midi. »

(Riant)

Midi!


SAAD (Insulté)

Puis?
[FATIMA:] Elle est pas sér...

(FATIMA arrête de rire.)


[FATIMA:] Viens, on va lire le plan.

(Dans le local du journal, MAUDE est toujours au téléphone.)


MAUDE (Parlant au téléphone)

Votre publicité...

Euh...

Oui, oui, la commandite,

la critique de disque.

Euh... hum! Je m'en occupe

personnellement, oui.

OK! Au revoir!

(MAUDE raccroche. MADAME CARDINAL sort du relaxorium.)


MADAME CARDINAL

Hum...

C'était qui?


[MAUDE:] Ah...

Le téléphone vous a réveillée?


MADAME CARDINAL

Oui, et je

t'entendais chuchoter.

Je me demandais

à qui tu parlais.

(MADAME CARDINAL s'approche de MAUDE avec un masque pour le sommeil remonté sur le front.)


[MAUDE:] C'est à cause

de votre migraine

que vous êtes déguisée

en Batman?


MADAME CARDINAL

Ha! ha! Non.

C'est parce que des fois,

la lumière, c'est trop fort,

ça fait que ça aide.

C'était qui, au téléphone?


[MAUDE:] C'était M. Côté

de chez Côté Musique.

Il dit qu'il nous fait

une commandite

et qu'on peut faire une critique

de CD de notre choix.

Vous êtes au courant?


MADAME CARDINAL

Ah oui, oui, oui.

J'ai réglé ça hier soir.

J'ai oublié de t'en parler

ce matin.


[MAUDE:] OK, donc,

tout est correct.


MADAME CARDINAL

Non. J'ai pas encore attribué

la critique, j'ai oublié.

C'est à cause de mon casque

de bain de béton!


[MAUDE:] C'est pas grave, là...

Ils sont où, les CD?


MADAME CARDINAL

Euh... Je les ai téléchargés

sur la tablette là.

T'as juste à regarder le

document marqué « Musique Côté ».

(MAUDE prend la tablette.)


[MAUDE:] Ah! Mais oui, je le vois.

MADAME CARDINAL

OK.


[MAUDE:] Bon, bien, OK!

Je vais la faire, moi, la critique,

quand je vais avoir fini

mon autre article.


MADAME CARDINAL

Quel autre article?


[MAUDE:] Celui que j'écris pour

remplacer celui de Mélanie.

Elle veut pas retravailler

ses chignons beignes.


MADAME CARDINAL

Mais t'as déjà deux articles

dans le journal, Maude.


[MAUDE:] Oui...

(SAMI entre dans le local.)


[SAMI:] Bonjour, Mme Cardinal!

Oh! Beau masque.


MADAME CARDINAL

Ah...


[MAUDE:] OK, Sami!

Veux-tu faire

une critique de disque?


[SAMI:] Hein? Bien oui!
[MAUDE:] Bon, bien, parfait!

Prends la tablette, regarde

le dossier « Côté Musique »,

choisis un CD, écris 1,5 page.

(MAUDE donne la tablette à SAMI.)


[SAMI:] Tu me prêtes la tablette

en plus? C'est génial!

Wow!

(Chez les Mazari, SAAD et FATIMA construisent le meuble de NADYA. Le téléphone de SAAD sonne encore.)


[SAAD:] Ah non! Pas un autre texto

de Nadya!

Je lui ai dit

de me laisser travailler.

(FATIMA prend le téléphone.)


[FATIMA:] Non, c'est Bolbol.

Il écrit de la tablette du journal.

Il dit qu'il va devenir

critique de disque.

Dis donc, c'est bien!


[SAMI:] C'est très bien,

dis-lui que j'applaudirai

quand on m'enlève

mon plâtre.

(De retour dans le local du journal, SAMI écoute un disque avec des écouteurs. La musique est très forte.)


SAMI (Criant)

C'est vraiment

super bon!


[MAUDE:] Chut...

(MADAME CARDINAL ouvre la porte du relaxorium en soupirant.)


MADAME CARDINAL

Ah... Un petit peu moins fort,

s'il vous plaît, les amis.


[MAUDE:] Sami?

SAMI (Criant)

Quoi?

(SAMI enlève les écouteurs. MAUDE lui fait des gros yeux en montrant MADAME CARDINAL qui referme la porte du relaxorium.)


SAMI (Perplexe)

Oui,

mais j'ai mes écouteurs.


[MAUDE:] Pas la musique,

ta voix!

T'as choisi le CD

que tu voulais critiquer?


[SAMI:] Oui, c'est un nouveau groupe

alternatif de Sherbrooke.

C'est les Black potirons,

super intéressant!


[MAUDE:] Hum... c'est quel genre

de musique?


[SAMI:] Ça ressemble à...

Non, c'est plus comme...

On dirait...

Je sais pas exactement,

mais c'est super bon.

(MADAME CARDINAL ressort du relaxorium.)


MADAME CARDINAL

Ah...

Je pense que je vais

vous laisser travailler.

Je vais aller me reposer

dans la salle des profs.


[SAMI:] C'est pas nécessaire,

on va parler moins fort.

(SAMI donne ses écouteurs à MAUDE qui les met sur ses oreilles.)


SAMI (Chuchotant)

Écoute

si c'est bon, là!

Les guitares puis tout!

(SAMI part la musique.)


[MAUDE:] C'est spécial.

(Criant)

Mais c'est comme

vraiment original.


[SAMI:] Maude! Chut! Chut!
[MAUDE:] Quoi?

(MAUDE enlève les écouteurs.)


[SAMI:] Parle moins fort!

Je vais aller dans la salle

des pas perdus.

Je risque de moins déranger là-bas.

(SAMI reprend les écouteurs.)


[MAUDE:] OK! Avant la fin

de la journée, hein?


[SAMI:] Promis.

(Pendant ce temps, chez les Mazari, SAAD place le plan devant lui.)


[SAAD:] Comme ça.

Ouais.


FATIMA (Sceptique)

Tu es sûr,

toi, l'ingénieur?


[SAAD:] Oui! Justement,

c'est qui l'ingénieur ici?

(FATIMA regarde SAAD d'un air peu convaincu.)


[SAAD:] Qu'est-ce qu'il y a?

(À l'école, MÉLANIE entre dans le local du journal.)


[MÉLANIE:] Tu m'as textée?

Tu voulais m'insulter

encore un peu?


[MAUDE:] Non.

Mélanie, je m'excuse si je t'ai

blessée tantôt, je voulais pas.

Mais là, j'ai comme vraiment

besoin de ton article.


[MÉLANIE:] Tiens! Tu veux pas

le remplacer

par un de tes chefs-d'oeuvre?


[MAUDE:] Non. Moi, j'ai déjà deux

articles dans le journal.

(MAUDE envoie un message avec son téléphone.)


[MAUDE:] Mélanie, s'il te plaît,

je t'ai envoyé des suggestions.


[MÉLANIE:] Je vais voir

ce que je peux faire.

On le sait bien, je suis pas

aussi bonne journaliste que toi.


[MAUDE:] Mélanie, je vais

quand même pas te supplier.


[MÉLANIE:] En fait, oui.

J'aimerais ça

que tu me supplies.

(Un peu plus tard, SAMI est assis dans la salle des pas perdus. SAMI écrit sur la tablette, ses écouteurs sur la tête.)


SAMI (Se parlant à lui-même)

Article terminé... « Envoyer ».

(MÉLANIE arrive et se dirige vers SAMI.)


[MÉLANIE:] Sami!

Tu voudrais pas

te révolter avec moi?

(SAMI rit.)


[MÉLANIE:] Félicie a raison:

Maude Allard-Fraser

est une vraie dictatrice.


[SAMI:] Je la trouve

pas si pire, moi.

Il faut dire qu'elle vient

de me donner ma chance

comme critique musical

à La Victoire.


[MÉLANIE:] Ah oui? C'est cool.

J'aurais aimé ça faire ça.

Tu parles de quoi?


[SAMI:] Un nouveau groupe alternatif

de Sherbrooke,

C'est super intéressant!

Veux-tu écouter?


[MÉLANIE:] OK.

(MÉLANIE prend les écouteurs.)


[SAMI:] Attention.

(SAMI met la musique. MÉLANIE enlève les écouteurs presque immédiatement.)


[MÉLANIE:] J'espère que ta critique

est full négative!


[SAMI:] Tu trouves pas ça bon?
[MÉLANIE:] C'est méga poche.
[SAMI:] Je trouvais pas ça si pire,

moi. Puis Maude, elle aimait ça!


[MÉLANIE:] Depuis quand Maude

s'y connaît en musique?


[SAMI:] OK, je vais la refaire.

MÉLANIE (Condescendante)

Pauvre Sami!

Il faut demander

aux bonnes personnes!

(SAMI envoie un texto à MAUDE pour lui dire d'ignorer sa critique. SAMI regarde MÉLANIE avec un grand sourire.)


[SAMI:] Aux bonnes personnes?

Oui, mais oui! Merci, Mélanie,

pour la super idée!

(Pendant ce temps, SAAD construit toujours le meuble alors que FATIMA revient de faire des courses.)


[FATIMA:] Mais tu as pas

encore fini?


[SAAD:] Ça a avancé, non?

Je suis presque à destination!


[FATIMA:] Non, je dirais que tu fais

encore la file à l'aéroport.

Là, les enfants arrivent dîner.

Il faut libérer la table.

(FATIMA commence à enlever les choses de la table à manger.)


[SAAD:] D'abord,

je m'en occupe! Hum!

(SAAD essaie de prendre une boîte avec son seul bras valide.)


[SAAD:] Je suis pas totalement invalide

tu sais.


[FATIMA:] Non,

habibi,à ce rythme-là,

on sera jamais prêts.

Laisse-moi m'occuper

des morceaux.

(FATIMA prend la boîte pour SAAD.)


[SAAD:] Et le dîner?
[FATIMA:] On va utiliser

ce que j'avais préparé

pour le souper, d'accord?

(FATIMA va mettre la boîte dans le salon.)


[FATIMA:] Et on va accélérer

le processus de décongélation

avec le micro-ondes.

Tiens, tu peux t'occuper

du micro-ondes!

Ça, c'est quelque chose

que tu peux très bien faire

avec un seul bras!

(SAAD va dans la cuisine. FATIMA continue de ranger. NADYA arrive à cet instant.)


[NADYA:] Allô!
[SAAD:] Allô!

(NADYA voit la boîte dans le salon.)


[NADYA:] Papa, t'as pas

encore fini?


[SAAD:] T'en fais pas, Didi.

Je suis beaucoup plus avancé

que j'en ai l'air.


[FATIMA:] Viens, Didi.

Aide-moi avec la nappe.

(FATIMA et NADYA prennent la nappe que SAAD avait mis pour protéger la table et la mettent sur la table du salon.)


NADYA (Chuchotant)

Papa va jamais

être capable de le finir.

On va le faire, nous,

d'accord, maman?


[FATIMA:] Chut! Hum...
[NADYA:] Parfait, on y va!

(SAAD arrive dans le salon,)


[SAAD:] Non, non!

Vous pouvez pas me faire ça!

C'est tout ce que j'ai

à faire aujourd'hui.


[FATIMA:] Tu vas t'occuper du dîner,

habibi. Allez, va!

(Dans le local du journal, MAUDE travaille à l'ordinateur. MÉLANIE entre avec une tablette et envoie quelque chose.)


[MÉLANIE:] Tiens! Je viens

de t'envoyer mon article.

(MAUDE reçoit le courriel de MÉLANIE.)


[MAUDE:] Super! Quand est-ce

que t'as fait ça?


[MÉLANIE:] Pendant le cours de maths.
[MAUDE:] T'écoutes pas

pendant le cours?


[MÉLANIE:] Rarement, ça répète

toujours la même chose.

Bon! C'est tu correct?


[MAUDE:] Attends, là,

je regarde.

(MAUDE lit l'article.)


[MAUDE:] Mélanie,

t'as juste ajouté

un petit bout au début.


[MÉLANIE:] Allô! Ça s'appelle

une introduction!


[MAUDE:] Tu fais juste énumérer

les coiffures que tu trouves laides,

dont la couette

sur le côté, merci.

(MAUDE a une couette sur le côté ce jour-là.)


[MÉLANIE:] Tu m'as demandé

de retravailler, j'ai retravaillé.


[MAUDE:] C'était pour l'améliorer;

c'est pas vraiment mieux.


[MÉLANIE:] Tu gosses! Mon article

était parfait avant!

C'est le bout que tu m'as fait

rajouter qui est poche,

je vais l'enlever!


[MAUDE:] Mélanie, j'aimerais

juste comprendre c'est quoi

un chignon beigne!


MÉLANIE (Méprisante)

Tu sais pas c'est quoi

un chignon beigne? Ha! ha!

Bien là, il me semble

que c'est évident.

Ça s'appelle

un chignon beigne!

Un chignon...

Un chignon, tu sais c'est quoi

un chignon.

T'as comme un beigne,

tu sais, comme un beigne.


[MAUDE:] Tu te mets

pas vraiment un dessert

dans les cheveux?

(MÉLANIE regarde MAUDE d'un air perplexe.)


[MAUDE:] Bon! Hum!

Explique clairement ce que c'est,

puis ton article va être mieux.


[MÉLANIE:] OK. Donc,

si je comprends bien,

tu me demandes de faire

le chignon beigne pour les nuls.


[MAUDE:] Genre.

(MAUDE se remet au travail. MÉLANIE soupire. Pendant ce temps, chez les Mazari, SAAD fait chauffer le dîner au four à micro-ondes alors que SAMI entre en dansant, ses écouteurs sur les oreilles.)


[SAAD:] Ah! Mon fils,

le critique musical.


[SAMI:] Oui, c'est moi.
[SAAD:] Qu'est-ce que tu fais?

T'es critique

ou contorsionniste?


[SAMI:] Ah! Je t'explique.

D'abord, je trouvais

la chanson super bonne.

Puis après,

Mélanie est venue me dire

qu'elle la trouvait... poche.

Ça fait que bonne, poche,

je ne savais plus quoi dire.

(Le four à micro-ondes sonne.)


FATIMA (Criant du salon)

Sousou! Le micro-ondes!

(SAAD va ouvrir le four à micro-ondes.)


[SAAD:] Alors, qu'est-ce

que t'as fait?


[SAMI:] J'ai demandé

aux bonnes personnes.

Je suis allé sur le blogue

de Jean-Sylvain Brunois

puis je lui ai écrit.


[SAAD:] Brunois? Qui écrit

dans le journal,

qui passe à la radio,

à la télé?


[SAMI:] Et sur le Web!

Je lui ai demandé

comment on faisait pour savoir

si une chanson est bonne.


[SAAD:] Bonne question!

Qu'est-ce qu'il t'a répondu?


[SAMI:] Il m'a donné

sa liste de critères,

comme des paroles significatives,

une musique originale,

un refrain accrocheur.

Il m'a dit qu'il fallait

que la chanson

corresponde à mes critères.


[SAAD:] Hum! Intéressant.

Et quels sont

tes critères à toi?


[SAMI:] Je me suis dit

qu'une chanson,

ça doit donner envie de danser.

Ça fait que oui,

j'ai envie de danser.

Là, je m'en vais dans ma chambre

pour mon deuxième critère.


[SAAD:] Quoi? Il faut aussi

que ça te fasse dormir?


[SAMI:] Non. La musique,

ça doit donner envie

de faire de la musique.

Je vais trouver

les accords avec ma guitare.


[SAAD:] OK, mais oublie pas

de venir manger, hein!

(Après avoir mélangé le dîner, SAAD le remet au four à micro-ondes. SAMI monte dans sa chambre. Dans le salon, FATIMA et NADYA montent le meuble.)


[NADYA:] Il faut mettre ça,

maman.


[FATIMA:] Ah! Ici...

(SAAD va voir comment ça se passe dans le salon.)


[SAAD:] Alors, comment ça va, ici?
[NADYA:] Super bien, papa!

Pas vrai, maman?


FATIMA (Riant)

Hum, hum!

Tu veux nous aider?

Hein?

(SAAD fait un sourire sarcastique à FATIMA. Au même moment, à l'école, MADAME CARDINAL entre dans la salle des pas perdus avec un plateau de dîner. MÉLANIE est assise à une table.)


[MÉLANIE:] Mme Cardinal!

Vous êtes guérie?


MADAME CARDINAL

Hein? Non, non,

pas tout à fait, là, mais...

je suis allée me chercher

une petite soupe à la café'.


[MÉLANIE:] Une soupe de la café'?

Elle est dégueu.

Vous avez pas peur

qu'elle vous rende plus malade?


MADAME CARDINAL

Non, elle est pas si pire;

c'est une crème de brocoli

avec quasiment pas

de « mottons ».

Toi, tu retravailles

ton article?


[MÉLANIE:] Ouais, mais ça

me tente vraiment pas.


MADAME CARDINAL

Mais essaie! T'es chanceuse

de pouvoir travailler.

Je suis tellement mal,

je suis pas capable de rien faire.

Ça me rend malade, justement!

Bon, allez! Courage!

(MADAME CARDINAL veut donner une tape d'encouragement à MÉLANIE mais elle lui met sa main dans le visage. MADAME CARDINAL regarde autour d'elle, désorientée.)


MADAME CARDINAL

Euh...

le local du journal,

il est par où, donc?


MÉLANIE (Perplexe)

Bien, il est par là.


MADAME CARDINAL

Ah bien oui!

Par là.

(MADAME CARDINAL part. MÉLANIE soupire et, en faisant un faux mouvement, fait tomber sa fourchette et s'échappe de la nourriture sur la main.)


[MÉLANIE:] Aie!

Aie...

(Entre temps, chez les Mazari, FATIMA, SAAD et NADYA dînent.)


[FATIMA:] C'est bien beau, les articles

dans le journal,

mais nous, on a terminé,

et il a pas encore commencé.

(FATIMA appelle SAMI en arabe.)


[SAAD:] Il t'entend pas,

il a ses écouteurs.

(Criant)

Sami! À table!


SAMI (Criant)

J'arrive!

Le temps de ranger ma guit'.


[FATIMA:] Moi, j'ai un appel important

à faire.

Tu t'assures que Bolbol mange.

D'accord, Sousou?


[SAAD:] Je peux faire ça

avec une main!

(FATIMA sort de table. NADYA se lève.)


[NADYA:] Alors, moi, je vais finir

de visser les écrous papillon A

sur les obliques tiges B.


[SAAD:] Mais non, laisse!

Je vais faire ça cet après-midi.


[NADYA:] T'es drôle, papa.

SAAD (Parlant à lui-même)

J'ai rien dit de drôle.

(Plus tard, à l'école, MADAME CARDINAL sort du relaxorium. MAUDE travaille toujours à l'ordinateur.)


MADAME CARDINAL

Ça va, Maude?

Tu y arrives?


[MAUDE:] Oui, oui.

Si Sami peut se décider.


MADAME CARDINAL

Ah! Je suis désolée de pas

pouvoir t'aider plus.

J'ai appelé mon médecin,

il m'a dit de prendre

un deuxième comprimé.

Ça devrait faire effet bientôt.

(MADAME CARDINAL referme la porte du relaxorium. Au même moment, MÉLANIE entre dans le local du journal, un bandage sur la main.)


[MAUDE:] Mélanie!

Qu'est-ce qui t'est arrivé?


[MÉLANIE:] Il faut que je conte ça.

Écoute, c'est en mangeant...

Il faut que je m'assoie. Ah!

Je me suis éclaboussée avec

la sauce du rôti de porc.

Ça brûlait au bout!

J'ai crié, là!


[MAUDE:] T'es allée à l'infirmerie?
[MÉLANIE:] Ouais.

Non. Non... Je suis allée

au bureau de mon père.

Il a plein de bandages.


MAUDE (Sceptique)

Hum...
[MÉLANIE:] En tout cas,

je ne peux plus écrire.


[MAUDE:] Ah non?
[MÉLANIE:] Non, désolée.

J'ai essayé de taper,

mais c'est juste...

Ah! Ça fait trop mal!

Je peux pas tenir un crayon,

là, c'est trop...

(MÉLANIE essaie de mettre un crayon dans sa main et l'échappe aussitôt.)


[MÉLANIE:] Ah! Aie! Aie!

(MADAME CARDINAL ouvre la porte du relaxorium pour voir ce qu'il se passe.)


[MAUDE:] J'imagine que t'avais

pas eu le temps

d'écrire ton article avant.


[MÉLANIE:] Non... Désolée!

Il va falloir que tu le prennes

tel qu'il est.


[MAUDE:] Bien là, non.

(MÉLANIE touche sa main.)


[MÉLANIE:] Aie!

Hum... Ça brûle encore.

Il va falloir que j'aille

remettre de l'onguent.

(MÉLANIE sort du local, laissant MAUDE découragée. Au même moment, chez les Mazari, SAMI est assis à table avec SAAD, ses écouteurs toujours sur les oreilles.)


[SAAD:] Hé! Hé! Hé! Tes écouteurs

avant de manger.

On enlève les écouteurs

avant de manger!


[SAMI:] Excuse-moi,

je les avais oubliés.

C'est comme si je les avais

toujours eus!

(SAMI enlève ses écouteurs.)


[SAMI:] De toute façon, là, regarde,

ma critique est terminée

et envoyée.

(SAMI envoie son article à l'aide de la tablette posée à côté de lui.)


[SAAD:] Bravo, Sami.

Alors, comment elle est,

ta première critique?


[SAMI:] Super positive

parce que la chanson

répond à tous mes critères.

Tout ça grâce à J.S.B!


[SAAD:] Qui?
[SAMI:] Jean-Sylvain Brunois.
[SAAD:] Ah! Je savais pas

qu'il écrivait un blogue.

Tu permets que je regarde

pendant que tu manges?

(SAAD prend la tablette.)


[SAMI:] Hum, hum. Fais-lui attention,

c'est la tablette du journal.


[SAAD:] Ah, tiens! Il a mis un texte

en ligne ce matin.

Comment il s'appelle,

déjà, ton groupe?


[SAMI:] Les Black potirons

de Sherbrooke.


SAAD (Lisant l'article)

« Un jeune correspondant

m'a signalé un nouveau groupe

originaire de Sherbrooke,

les Black potirons. »


SAMI (Excité)

Hein? Qu'est-ce

que ça dit?


[SAAD:] « Si j'avais eu des attentes,

ça aurait été

une immense déception. »


[SAMI:] Quoi?
[SAAD:] « Des paroles

d'une insignifiance

à ramollir les tympans,

des rythmes anémiques

comme le moteur d'une vieille

minoune des années 70. »

Je pense qu'il a pas

tellement aimé, hein.


SAMI (Désespéré)

Je viens d'écrire une critique

genre exactement le contraire!


[SAAD:] Tiens, prête-moi ça.

(SAAD prend les écouteurs de SAMI.)


[SAAD:] Baisse un peu le volume,

quand même.

Mais t'as raison, hein!

Moi, je trouve ça très chouette!


[SAMI:] Chouette? Papa, un groupe

de rock peut pas être chouette!

Si toi, t'aimes ça,

c'est pas bon signe: t'es

quasiment une personne âgée!


SAAD (Insulté)

C'est ça!

Et n'oublions pas

handicapée aussi, hein.


[SAMI:] Ça va mal, ça va mal.
[SAAD:] Je suis pas

si vieux que ça!

(Plus tard, au local du journal, SAMI entre pour voir MAUDE.)


[MAUDE:] Sami, puis,

as-tu finalement

fini enfin ta critique?


[SAMI:] Je m'excuse, Maude.

J'ai essayé de refaire

une critique négative,

mais je suis pas capable.


[MAUDE:] On va publier

la positive, d'abord.


[SAMI:] Non, non! Elle est fausse,

tout le monde le dit.


[MAUDE:] Arrête de faire

la critique de ta critique!


[SAMI:] Attends-moi.

J'ai fait une liste de mots négatifs.

Je vais refaire ma critique

en disant le contraire

de ce que je dis,

puis ça va être super bon!

(SAMI sort du local alors que MADAME CARDINAL sort du relaxorium.)


[MAUDE:] Vous avez entendu ça?

Puis Mélanie qui fait sa diva!


MADAME CARDINAL

Ouais... C'est clair que Mélanie,

elle veut pas le retravailler,

son article.

Tu peux pas la forcer, Maude.


[MAUDE:] Qu'est-ce qu'on va

publier, à la place?

En plus, on n'est même pas sûrs

d'avoir le texte de Sami.


MADAME CARDINAL

Ah... On peut

sauter un numéro.

Il y a rien qui nous oblige

à publier.


[MAUDE:] Ça serait trop plate!

MADAME CARDINAL

Bien... Il va juste être

meilleur la prochaine fois.


[MAUDE:] C'est de ma faute.

J'ai pas été assez gentille

avec ma gang.


MADAME CARDINAL

Non. T'es super bonne.

C'est moi qui t'en ai trop mis

sur les épaules.


[MAUDE:] Oui... Avant d'abandonner,

je vais essayer une dernière chose.

(MAUDE sort du local. MADAME CARDINAL sourit tout à coup.)


MADAME CARDINAL

Ah!

Hein? Ma migraine est partie!

(MAUDE trouve MÉLANIE dans la salle des pas perdus.)


[MAUDE:] Mélanie,

j'ai vraiment besoin

de ton article.


[MÉLANIE:] Mais je peux

pas écrire, je te l'ai dit!


[MAUDE:] Mélanie, je sais

que t'es pas blessée pour vrai.

Il y a pas de sauce brûlante

à la cafétéria.

Même l'eau chaude

pour les tisanes est tiède!


[MÉLANIE:] OK! J'avoue, bon!

(MÉLANIE se met à enlever son bandage.)


[MÉLANIE:] Mais c'est clair

que t'es sur mon cas.

Je suis vraiment tannée

que tu me gosses!


[MAUDE:] Mais pas du tout,

Mélanie!

Je veux juste

que le journal sorte!

Écoute, ton article est pas clair.

Je sais toujours pas c'est quoi,

moi, un maudit chignon beigne.


[MÉLANIE:] Oui, mais j'ai essayé

de mettre ça dans l'article,

mais c'est trop compliqué!

« Prenez une couette,

enroulez-la

mèche par mèche... »

Ça ne finit plus!


[MAUDE:] Montre-moi

comment faire,

puis je vais l'écrire, moi.


[MÉLANIE:] On pourrait

mettre des photos!

Il y en a plein sur Internet.


[MAUDE:] C'est une

super bonne idée,

mais on pourrait

prendre les nôtres.


[MÉLANIE:] Oh oui! Bonne idée!

Après l'école, je vais te faire

un chignon beigne,

et on va prendre plein de photos

pour mettre dans le journal.


MAUDE (Incertaine)

À... à moi?

Ha! Je suis pas sûre

que ça me tente.


[MÉLANIE:] Si tu veux ton article,

ça va te tenter.


[MAUDE:] OK. Il faut juste

que je fasse une petite chose

avant, mais...

(Au même moment, chez les Mazari, SAMI et SAAD ont terminé de monter la commode.)


[SAMI:] C'est normal

qu'il reste des morceaux?


[SAAD:] Oui, ils en mettent

toujours plus au cas

que t'en perdes.

(Maude entre chez SAMI.)


[MAUDE:] Allô!
[SAMI:] Que fais-tu ici?
[MAUDE:] Je suis venue

te convaincre en personne

de me remettre ta critique,

positive ou négative.


[SAMI:] Je suis le seul

à les avoir aimés,

je suis pas un bon critique!


[SAAD:] Mais non, habibi!

Moi aussi, j'ai aimé

les Black potirons.


[SAMI:] N'importe qui serait

meilleur que moi.

Tu devrais demander à Hugo

et bébé chat.


[MAUDE:] On t'a demandé

de faire la critique

parce qu'on veut avoir

ton opinion à toi.


[SAAD:] C'est pas juste J.B.S.

qui a le droit d'avoir une opinion.

Toi aussi, t'as le droit

d'avoir une opinion.


[SAMI:] Tu penses que le monde

va me croire?


[MAUDE:] Oui!

Fais-toi confiance, Sami.


[SAMI:] C'est vrai ça!

J'ai le droit d'être positif,

même si je suis le seul

à avoir aimé le groupe.

(Regardant SAAD)

Tout seul de jeune,

je veux dire.


[MAUDE:] Donc je prends

la dernière version

que tu m'as envoyée?


[SAMI:] Non. Je refais une critique,

mais je la fais cent fois

plus positive.

Ça sera pas long, je vais juste

ajouter deux, trois adjectifs.

(SAMI part.)


[SAAD:] Bon! Maude,

tu me donnes

un coup de main?

On va aller porter ça

dans la chambre de Nadya.


[MAUDE:] OK!
[SAAD:] Allez! Un, deux, trois...

(MAUDE et SAAD prennent la commode mais le dessus s'arrache. Un peu plus tard, MÉLANIE et MAUDE sont dans le local du journal. MÉLANIE a fait un chignon beigne à MAUDE.)


[MÉLANIE:] Voilà...

C'est super beau!

Alors...

Souris...

(MÉLANIE prend des photos de MAUDE.)


[MAUDE:] C'est long.
[MÉLANIE:] Ah,

come on.

(MADAME CARDINAL entre dans le local.)


MADAME CARDINAL

Ça y est! Je suis redevenue

moi-même, la migraine est finie.

Adieu casque de bain

de béton!


[MÉLANIE:] Super!

Est-ce que vous pourriez

prendre les photos?


MADAME CARDINAL

Bien oui!

Maude, ça te fait très bien!


[MAUDE:] Pas sûre.

(MÉLANIE se met à côté de MAUDE et pointe son chignon. MADAME CARDINAL prend une photo.)


MADAME CARDINAL

Et voilà!


[MÉLANIE:] Oh! J'ai une

meilleure idée!

Pourquoi on ferait pas

une vidéo

qu'on mettrait

sur le site du journal?


MADAME CARDINAL

Excellent, mais il faut

que la modèle soit d'accord.


[MAUDE:] Ah! Dire

que je voulais pas

que mon nom

se retrouve partout

dans le journal...

Là, ma face va être partout!


MADAME CARDINAL

Mais dis-toi

que t'as réussi.

On l'a, notre journal.

Bravo, Maude! Et Mélanie.


[MÉLANIE:] Je sais pas

ce que t'aurais fait sans moi.

(MADAME CARDINAL commence à filmer.)


MADAME CARDINAL

Ça tourne.

(MÉLANIE coiffe MAUDE en souriant à pleine dents.)


MADAME CARDINAL

Souris un peu plus, Mélanie.

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par