Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Positively positive

Maude uses positive reinforcement to manage the newspaper but Hugo does not understand her and offered her extravagant ideas. Meanwhile, Julien B discovers the benefits of magical thinking.



Réalisateur: Christian Laurence
Acteurs: Alice Morel- Michaud, Robert Naylor, Remi-Pierre Paquin, David Poirier
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


Subito Texto suit le parcours de : Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, qui vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

[Début information à l'écran]

Positivement positif

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Présentation des différents personnages de l'émission avec des photos de famille. Vue de l'école où se déroule l'action avec des textos échangés entre les personnages.

Fin du générique d'ouverture

MAUDE est assise au local du journal devant l'ordinateur. MARC-OLIVIER arrive dans le local.


[MARC-OLIVIER:] Maude, on a toujours rendez-

vous avec Hugo dans 10 minutes

pour notre sujet d'article?

(MAUDE regarde l'écran d'un air découragé.)


[MAUDE:] Hum, hum.

(MARC-OLIVIER quitte le local mais MAUDE l'interpelle.)


[MAUDE:] Dis-moi donc...

Comment tu l'as trouvé,

le dernier journal?

Honnêtement?

(MARC-OLIVIER revient dans le local.)


[MARC-OLIVIER:] Bien là, le fun, là.
[MAUDE:] T'as pas trouvé ça trop léger,

l'affaire des chignons beigne?


[MARC-OLIVIER:] Léger?
[MAUDE:] C'est ça que madame

Cardinal m'a dit.

Elle a dit que le dernier

journal était

« bien, mais un peu léger ».


[MARC-OLIVIER:] Oui, mais elle a

quand même

dit bien et un peu.


[MAUDE:] Léger, ça veut dire

que ça pèse rien.

Ça veut dire que ça vaut

pas grand-chose.


[MARC-OLIVIER:] Tu prends pas ça

à la légère,

toi, en tout cas.


[MAUDE:] Ça me déprime trop!

C'est comme si je n'avais plus

le contrôle de mon journal.

Même toi, ça a l'air

de te déprimer.


[MARC-OLIVIER:] Ah non! Moi, c'est pas ça.

C'est personnel.


[MAUDE:] Ah, OK.

(MARC-OLIVIER quitte le local. Pendant ce temps, chez les Beaucage, JULIEN déjeune alors que son père, ALAIN, parle au téléphone.)



[ALAIN:] Oui, c'est beau. Je vais

chercher le document.

Pendant que mon plus jeune se

dépêche...

(ALAIN s'approche de JULIEN.)


[ALAIN:] … pour ne pas arriver

en retard à l'école.


[JULIEN:] Nemenemeneme...

(La tante de JULIEN, BRIGITTE, entre dans la cuisine.)


[BRIGITTE:] Allô, mon grand!

Quelle belle journée!

Le ciel est bleu. Le soleil

brille. Les oiseaux chantent.


[JULIEN:] Moi, je m'en vais faire

des maths à l'école.

Au secours!

(JULIEN laisse tomber sa tête sur la table.)


[BRIGITTE:] Oh!

(BRIGITTE observe JULIEN d'un air perplexe. Pendant ce temps, MAUDE et MARC-OLIVIER sont au local du journal.)


[MAUDE:] En tout cas, pour

le prochain numéro,

j'ai pas le droit

de me tromper.

Ça va pas juste être bien.

Ça va être très bien!

Puis surtout pas léger.

J'ai déjà plein d'idées!

(MARC-OLIVIER n'a pas l'air convaincu.)


[MARC-OLIVIER:] Pff!
[MAUDE:] Quoi? Je vais encore me faire

traiter de bosseuse.


[MARC-OLIVIER:] Non, tu manques

juste un peu d'écoute.


[MAUDE:] OK, donc je suis légère...

bosseuse, puis

je manque d'écoute.

C'est quoi? Je suis une mauvaise

rédactrice en chef aussi?


[MARC-OLIVIER:] Bien, je disais ça

de même. Capote pas.

Je vais aller rejoindre Hugo.

(MARC-OLIVIER quitte le local. Restée seule, MAUDE fait une recherche sur Internet. Elle tape : « Techniques de leadership » dans la boîte de recherche. Au même moment, chez les Beaucage, BRIGITTE parle avec JULIEN.)


[BRIGITTE:] Tu devrais faire comme moi,

puis te concentrer

sur le positif.

(BRIGITTE chasse l'air avec ses mains.)


[BRIGITTE:] Wouche-wouche

les énergies négatives!

(JULIEN répète le geste de BRIGITTE d'un air peu convaincu.)


[JULIEN:] Wouche-wouche?
[BRIGITTE:] Oui, comme moi, par exemple,

en ce moment,

gros stress parce que je me

cherche un nouvel emploi.

Grosses énergies négatives.

Mais... j'ai trouvé ça!

(BRIGITTE sort un livre de son sac à main.)


[JULIEN:] Lire des livres, je trouve

ça pas mal négatif.

Quasiment autant que les maths.


[BRIGITTE:] Oui, mais dans ce livre-là,

un livre merveilleux,

on nous conseille de faire

des petits voeux à l'univers.

(Sarcastique, JULIEN mime un téléphone avec sa main.)


[JULIEN:] Allô, l'univers?

J'aimerais ça que les maths

n'existent plus.


[BRIGITTE:] Oui, bon, c'est sûr

qu'on peut pas tout changer.

Mais on peut aborder

les choses du bon côté.

Regarde-moi par exemple.

Hier, j'ai souhaité qu'il

fasse beau aujourd'hui.

Et?


[JULIEN:] Bien là! Ça, c'est

pas l'univers.

C'est la madame de

la météo qui décide.


[BRIGITTE:] J'y ai cru! J'ai mis mon voeu

dans une enveloppe.

(BRIGITTE sort une enveloppe de son sac à main.)


[BRIGITTE:] Puis, j'y ai cru.

(JULIEN semble tout à coup intéressé par les idées de BRIGITTE.)


[JULIEN:] Tu vois! Rien que d'en parler,

ça te redonne le sourire.

Ah! Je le sais!

Je vais souhaiter que

tu réussisses ton test.

(BRIGITTE prend un crayon et commence à écrire sur un papier.)


[BRIGITTE:] Réussir test Julien.

Là! Hum!

(BRIGITTE met le papier dans son enveloppe. BRIGITTE embrasse l'enveloppe.)



[BRIGITTE:] Je suis certaine que

ça va marcher.

(BRIGITTE met l'enveloppe dans son sac à main et se lève.)


[BRIGITTE:] OK! Bonne journée!

(Souriant, JULIEN reste assis à la table.)



ALAIN (hors champ)

Julien, dépêche-toi.

Tu vas être en retard, là.

(JULIEN ignore les cris de son père.)


[JULIEN:] Va me falloir pas mal

d'enveloppes.

(Au même moment à l'école, MARC-OLIVIER s'assoit avec HUGO à la cafétéria.)


[MARC-OLIVIER:] Je t'avertis:

notre rédactrice en chef

est à prendre avec des

pincettes aujourd'hui.


[HUGO:] Ah non! Elle va encore dire:

« Oui, mais c'est mon journal.

C'est moi qui décide. »

Puis bla, bla, bla. Puis là,

elle n'écoutera pas nos idées.


[MARC-OLIVIER:] Y a des chances.

(MARC-OLIVIER semble découragé.)


[HUGO:] Fais donc pas cette face-là!

Pour une fois qu'on pourrait

tenir tête à Maude.


[MARC-OLIVIER:] Non, c'est juste

pas ma journée.

(MAUDE arrive.)


[MAUDE:] Salut, les gars!

Avez-vous trouvé des idées?


[HUGO:] Oui, mais t'aimeras

pas ça y paraît.


[MAUDE:] Mais commence par m'expliquer,

je t'écoute.


[HUGO:] Là, t'es censée me dire:

« Oui, mais faut que ce soit

sérieux. C'est mon journal. »

Puis, bla, bla, bla.


[MAUDE:] Je t'écoute, Hugo.

C'est important d'être à

l'écoute de mon équipe.

(MAUDE met sa main sur l'épaule d'HUGO et tend son autre main à MARC-OLIVIER.)


[HUGO:] Bien, heu... je pensais faire

une capsule du pro, mais...

encore mieux que celle qu'on

faisait avant, puis à l'école.


[MAUDE:] Parfait!
[HUGO:] Des petits conseils pratiques,

genre comment débarrer

son cadenas avec

une pince à sourcils.


[MAUDE:] Excellent!
[MARC-OLIVIER:] T'es vraiment Maude?

Ou t'es sa jumelle

de bonne humeur?


[MAUDE:] C'est super, Hugo,

ton idée, mais..

j'aimerais ça que ça soit

plus gros encore.

Hein, que ça ait de l'impact.

Je veux surtout pas

que ce soit léger.


[HUGO:] Dans le fond, tu veux que ce

soit comme... plus

big.


[MAUDE:] Big,c'est en plein ça.

Puis, toi, Marc-Olivier,

as-tu des idées?


[MARC-OLIVIER:] Rien trouvé encore.
[MAUDE:] Bon, prends le temps

d'y penser.

On se retrouve ici

après les cours.

Je sens que le journal est

en train de changer.

Et je pense que le prochain

numéro va être for-mi-dable.

(Le visage d'HUGO s'illumine alors qu'il pointe devant lui.)


[HUGO:] OK, j'ai une idée, je pense.

Vous le regretterez pas,

c'est écoeurant.

C'est trop sur la coche. OK?

(HUGO se lève et part.)


[MARC-OLIVIER:] Qu'est-ce qui vient

de se passer ici?


[MAUDE:] Je suis en train de regarder

un vidéo sur Youtube.

Un genre de miniconférence

sur le renforcement positif.

Je vais aller regarde le reste.

Ça a l'air de marcher.

(MAUDE quitte, laissant MARC-OLIVIER perplexe. Pendant ce temps chez les Beaucage, FRANCIS entre dans le salon où se trouve ALAIN qui répète un discours.)


[ALAIN:] « Concitoyens, concitoyennes,

parents, amis et amies,

en tant que votre député,

j'annonce un investissement... »

(FRANCIS interrompt le discours de son père.)


[FRANCIS:] 40$, pas plus!
[ALAIN:] Hein?
[FRANCIS:] Le jeu

Cruel Squelette 4

sort demain, puis en tant

que concitoyen qui a fait

le ménage de sa chambre...


[ALAIN:] Non, non. En tant

que ton père, là...

Je ne suis pas un guichet

automatique. Envoye!

(ALAIN fait signe à FRANCIS de sortir. FRANCIS sort du salon. JULIEN entre dans le salon.)


[JULIEN:] Cruel Squelette 4

sort demain! Malade!

(JULIEN s'assoit sur le divan.)



[ALAIN:] Toi, ce soir, c'est avec moi

que tu révises tes maths.

Le comité de tes parents a voté.

Ils m'ont élu à l'unanimité

responsable des devoirs.


[JULIEN:] J'ai pas voté pour ça, moi.
[ALAIN:] Envoye, viens-t'en. On va

s'installer dans la cuisine.

(ALAIN se dirige vers la sortie du salon.)


[JULIEN:] Oui, j'arrive. Juste noter

un petit truc.

(JULIEN note sur un papier qu'il veut le jeu Cruel Squelette 4. ALAIN reprend la pratique de son discours.)



ALAIN

« J'annonce donc un don

de 200 000$... »

(JULIEN se parle à lui-même en écrivant.)


[JULIEN:] Je pense que c'est 40$.
[ALAIN:] Quoi ça?
[JULIEN:] Cruel Squelette 4!

Le jeu que je veux.

(JULIEN met son papier dans une enveloppe.)


[ALAIN:] Je te parle de réviser

tes maths, pas d'un jeu, là.

Puis envoye, si tu veux pas

devenir toi-même un squelette.


[JULIEN:] C'est quand que je vais

l'avoir, mon jeu?


[ALAIN:] Commence par avoir

des bonnes notes.

Puis après, on verra. OK?

(ALAIN sort du salon en continuant son discours.)


[ALAIN:] « Donc une opportunité majeure

pour toute la région... »

(JULIEN prend un autre papier et note  : «  95%  ». JULIEN met le papier dans une enveloppe. Au même moment, à l'école, MAUDE et MARC-OLIVIER sont à la cafétéria. HUGO, déguisé en super-héros, arrive sur un scooter.)


[HUGO:] Tadada!
[MAUDE:] C'est quoi ça?
[HUGO:] C'est SuperHugo.

Qui descend de l'au-delà pour

améliorer ton journal.


[MAUDE:] Je pense qu'on s'est

mal compris, là.

Comment t'as fait pour

apporter ça ici?


[MARC-OLIVIER:] Tu l'as dit: le journal a

besoin de quelque chose de

big.


[HUGO:] Le scooter à Francis.

Il faisait

une démonstration tantôt

dans le local de sciences.

Mais là, il me le prête.

Ma capsule, ça va être:

SuperHugo sauve des gens sur sa

moto.

Peté, hein?


[MAUDE:] OK, toi, on te dit moins

léger, puis tu penses

tout de suite sauver le monde.


[HUGO:] Plus les sauver de

leurs problèmes.

(MAUDE semble sceptique.)


[HUGO:] Du moment que t'as quelqu'un

dans la schnout, tadada!

Je débarque avec mon scooter.

C'est pas ça que tu voulais?


[MAUDE:] Hugo, c'est...

(MAUDE se reprend en souriant.)


[MAUDE:] C'est vraiment bon.
[HUGO:] Je le sais!

(MARC-OLIVIER semble étonné.)


[MARC-OLIVIER:] Ça marche pour vrai, ta

patente de renforcement positif.


[MAUDE:] Oui. Avant, j'avais une petite

tendance à être rushante

mais j'ai décidé de changer

pour le bien du journal.

(MAUDE s'anime en faisant des fusils avec ses mains, les index dans les airs.)



[MAUDE:] POPO!

Positif, ouvert d'esprit,

proactif, organisé, POPO, popow!

(MAUDE fait à nouveau le signe de fusil avec ses doigts.)


[MAUDE:] Branche-toi sur le positif

de ta pile intérieure.

Wouhou!

(HUGO et MARC-OLIVIER se regardent, perplexes.)


[HUGO:] Je comprends po-po là.
[MAUDE:] C'est une nouvelle technique

que je viens d'apprendre

et on va la mettre en place

tout de suite.

Bon, bien, Hugo...

ce que j'aime de ton super-héros,

c'est l'idée qu'il

aide les gens.

Donc, ça pourrait être toutes

sortes de formes d'aide,

par exemple, l'aide

aux devoirs, hein?

Ça va être ça, le sujet

de ta prochaine capsule.

(HUGO lève son masque de super-héros, l'air découragé.)


[HUGO:] Bien, là, tu me niaises, là?
[MAUDE:] Positif, Hugo, hein? POPO?

(MARC-OLIVIER semble enthousiaste tout à coup.)


[MARC-OLIVIER:] Ouais, l'aide aux devoirs!

C'est super comme sujet.

Puis Maude pourrait nous aider.

Hein, Maude?


[HUGO:] Tu veux que SuperHugo fasse

des devoirs sur son scooter?


[MAUDE:] Non, pas besoin de super-héros

ni de scooter

quand le sujet est tellement fort.

Tu penses pas?

(MAUDE lève les index à nouveau.)


[MAUDE:] POPO, Hugo.
[MARC-OLIVIER:] Super Maude, hein?

(MARC-OLIVIER imite le geste de MAUDE.)


[MARC-OLIVIER:] Full POPO!
[MAUDE:] Ah! Mais c'est pas mon idée,

c'est l'idée d'Hugo.

Bravo Hugo!


[HUGO:] Bon, bien, je vais rapporter

son scooter à Francis.

Commencez sans moi.

Je vais revenir tantôt.

POPO, ouais...

(HUGO ne semble pas convaincu.)


[HUGO:] Attention!

(HUGO fait reculer le scooter en imitant le bruit d'un camion qui recule. MAUDE voit bien que HUGO n'aime pas sa nouvelle attitude.)


[MAUDE:] Bien là, c'était censé

m'aider à souder mon équipe.

Mais il s'en va.

Qu'est-ce qu'on fait?


[MARC-OLIVIER:] Fais quand même ta capsule

d'aide aux devoirs.

Ça va rendre le journal

moins léger.


[MAUDE:] Eille, ça marche avec toi

le renforcement positif.

T'as l'air d'aller mieux.


[MARC-OLIVIER:] Beaucoup mieux!

Merci, Maude.

(MAUDE quitte la cafétéria, l'air satisfait. Dès qu'elle est hors de vue, le sourire de MARC-OLIVIERdisparaît. Dans la maison des Beaucage, JULIEN est assis dans la cuisine avec ses cahiers de mathématiques mais il joue plutôt aux dés. FRANCIS entre dans la cuisine.)


[JULIEN:] Yes!

(FRANCIS s'approche derrière JULIEN pour voir ce que fait son frère. JULIEN brasse les dés à nouveau.)


[JULIEN:] Yes!
[FRANCIS:] C'est comme ça que

tu révises, toi?


[JULIEN:] Oui, puis je vais avoir 95%

à mon examen!


[FRANCIS:] T'as l'air sûr de toi.
[JULIEN:] Yes! Tantôt là...

j'ai souhaité bien fort qu'il

reste du gâteau au chocolat

que maman a fait hier.

Puis il en restait!

(ALAIN entre dans la cuisine.)


[ALAIN:] Ça avance ses affaires à lui?
[FRANCIS:] En un mot: catastrophe.
[JULIEN:] T'es tellement

négatif, Francis.


[ALAIN:] Hé, les gars, si je vous dis:

« Concitoyens, concitoyennes,

ce qu'il nous faut pour

combattre la pauvreté,

c'est plus d'argent. »


[FRANCIS:] Wow! T'as pensé

à ça tout seul?


[ALAIN:] Ah! C'est pas bon, hein?

Je le savais.

Bon, regarde, surveille les

devoirs de ton petit frère...

Moi, je vais aller

arranger tout ça.


[FRANCIS:] OK, je le fais...

si tu m'achètes mon jeu.


[ALAIN:] Avant les promesses,

va falloir des résultats!

(Le téléphone d'ALAIN sonne. ALAIN répond.)


[ALAIN:] Allô?

Oui, je suis en train

de l'apprendre.

(ALAIN sort de la cuisine.)


[FRANCIS:] Bon, OK.

Range tes dés et tes

enveloppes si tu veux

avoir une bonne note, OK?


[JULIEN:] Tu sais que papa me l'a

promis, le jeu vidéo?


[FRANCIS:] Quand ça?
[JULIEN:] Tantôt.
[FRANCIS:] Pourquoi à toi

puis pas à moi?

C'est dont bien

pas juste la vie.

(JULIEN prend ses choses et se lève.)



[FRANCIS:] Hé, où tu t'en vas?
[JULIEN:] Je m'éloigne de

tes énergies négatives.

(JULIEN chasse l'air avec ses mains.)


[JULIEN:] Wouche-wouche!

(Quelqu'un sonne à la porte. JULIEN sort de la cuisine.)


[FRANCIS:] Julien!

(FRANCIS sort de la cuisine. Au même moment, à l'école, MAUDE et MARC-OLIVIER se préparent à filmer dans une classe. P.O.P.O est écrit au tableau.)


[MAUDE:] T'es vraiment certain que c'est

une bonne idée de filmer ici?

(MAUDE change soudainement son attitude.)


[MAUDE:] Je veux dire: quelle

belle initiative!


[MARC-OLIVIER:] Moi, je vais jouer le rôle

de l'élève en difficulté.

Toi, tu seras l'élève qui

m'aide avec mon devoir.


[MAUDE:] Bien là!

Un bolé qui fait semblant

d'avoir besoin d'aide...

(MAUDE change d'attitude à nouveau.)


[MAUDE:] … quelle bonne idée!
[MARC-OLIVIER:] Oui,

mais je connais ça, moi,

l'aide aux devoirs.

J'en fais avec mon club

des jeunes bénévoles.

J'ai préparé des exercices, là.

C'est sur les fonctions

mécaniques complexes.


[MAUDE:] Bien là!
[MARC-OLIVIER:] Quoi encore?
[MAUDE:] C'est ton idée.

Je la respecte, mais...

tu trouves pas ça

un peu trop précis?


[MARC-OLIVIER:] C'est pas un sujet

facile, t'sais.

Bien, pour les autres, hein.

Pour le monde en général,

pas pour nous, là.


[MAUDE:] Hugo aurait été un cobaye

bien plus crédible

pour l'aide aux devoirs.


[MARC-OLIVIER:] Là, je t'inviterais à te

brancher un tout petit peu

sur le positif de

ta pile intérieure.

Hein, POPO.


[MAUDE:] Ouais, t'as raison.

POPO.


[MARC-OLIVIER:] J'ai préparé des exercices

qu'on va pouvoir faire

en exemple.

(MARC-OLIVIER sort des feuilles et des crayons de son sac à dos.)


[MAUDE:] Ah! C'est le devoir de

sciences et techno

qu'on devait remettre hier.

Y était pas évident!


[MARC-OLIVIER:] Ah non! Pas si pire!

Bien, je veux dire,

il était quand même dur, mais...

pour le monde qui va

regarder la capsule.


[MAUDE:] Ouais bon... par quoi

tu veux qu'on commence?


[MARC-OLIVIER:] Là, tu m'expliques comme

si j'avais rien compris.

Comme si j'avais

buggé partout.

Moi, les fonctions mécaniques

complexes, ouh!


[MAUDE:] Mais ça filme pas.
[MARC-OLIVIER:] C'est pas grave.

On pratique, là.

Explique-moi la question 6.

Je comprends pas.

Je veux dire: fais comme

si je comprenais pas.


[MAUDE:] Pourquoi on commence pas

par la question 1?


[MARC-OLIVIER:] Commence par la 6.

C'est surtout celle-là qui est dure.


[MAUDE:] OK. Est-ce que j'ai le droit

de donner mon avis?


[MARC-OLIVIER:] Si tu m'écoutes et que

tu restes popositive, oui.

(MAUDE lève les yeux au ciel. Au même moment, chez les Beaucage, FRANCIS revient dans la cuisine, suivi d'HUGO.)


[HUGO:] Merci de m'avoir passé

ton scooter,

mais je n'en aurai

plus besoin.

Maude veut pas pour

l'histoire du super-héros.


[FRANCIS:] Comment ça?
[HUGO:] J'ai pas trop compris

pourquoi, mais SuperHugo

et ton scooter

ont été éliminés de mon plan.


[FRANCIS:] C'était pas une bonne idée?
[HUGO:] Oui mais non.

Mais oui en même temps.

En tout cas, tout ce qui reste

pour la capsule,

c'est de l'aide aux devoirs.

Rushant, hein?

(FRANCIS pointe la table de la cuisine où se trouvent encore les livres de mathématiques de JULIEN.)


[FRANCIS:] Justement.

Julien, est-ce qu'on avait

fini avec les fractions?


[HUGO:] Les fractions, j'étais

tellement bon là-dedans

au primaire.

(HUGO s'assoit devant les cahiers de JULIEN. BRIGITTE arrive dans la cuisine.)


[BRIGITTE:] Ah! Les garçons!

C'était pas une

belle journée, ça?

(BRIGITTE pose son livre de renforcement positif sur le comptoir.)


[FRANCIS:] Bof!
[BRIGITTE:] Ah non! La machine à café

est encore bloquée.

(FRANCIS prend le livre de BRIGITTE sur le comptoir.)


[FRANCIS:] « Bonheur du jour »,

c'est quoi ce livre-là?

(BRIGITTE fait le geste de chasser l'air devant elle devant la machine à café.)


[BRIGITTE:] Wouche-wouche!
[FRANCIS:] Qu'est-ce que tu viens

de faire là?


[BRIGITTE:] Bien, j'éloigne

les énergies négatives.

(BRIGITTE voit son livre dans les mains de FRANCIS.)


[BRIGITTE:] Ah! Ce livre-là!

Une vraie merveille!

Ça nous apprend à amener

du positif dans nos vies.

Par exemple, en faisant

des petits voeux à l'univers.


[FRANCIS:] Puis là, les mettre

dans une enveloppe?


[BRIGITTE:] Bien oui!

Tu l'as lu toi aussi?


[FRANCIS:] Aurais-tu parlé de ça devant

Julien, par hasard?


[BRIGITTE:] Ah! Ça se pourrait.

(FRANCIS pose le livre sur le comptoir et s'avance vers HUGO.)


[FRANCIS:] Hé, Hugo! Je pense que j'ai

trouvé une idée pour ta capsule.

On va filmer avec

la tablette de mon père.


[HUGO:] Ah ouais?

(FRANCIS sort de la cuisine.)


[HUGO:] Est-ce que je mets un

costume dans ton idée?

Pendant ce temps,

MARC-OLIVIER

et MAUDE entrent

dans le local du journal à l'école.]


[MARC-OLIVIER:] On aurait dû faire

comme je le disais.

J'aurais jamais dû t'écouter.


[MAUDE:] Oublie pas que c'est moi,

la rédactrice en chef.

Bon, avant de critiquer...

essaie de trouver

les points positifs.


[MARC-OLIVIER:] Il aurait fallu donner plus

d'exemples, être plus précis.

Comme à la question 6...


[MAUDE:] Après, c'est moi qui me

fais traiter de bosseuse.


[MARC-OLIVIER:] T'sais, le devoir sur les

fonctions mécaniques complexes

qu'on a remis hier?

Bien, moi, j'ai

comme eu un peu...

(HUGO entre dans le local.)


[HUGO:] Je l'ai votre capsule!

J'ai vraiment aidé des gens.


[MAUDE:] Wow! C'est une super

belle initiative Hugo!

Sauf que t'arrives trop tard, on

déjà tout ce dont on a besoin.


[HUGO:] Non, j'ai tourné quelque chose

chez les Beaucage.

Je suis sûr que

vous allez tripper.


[MAUDE:] T'aurais pu rester ici

pour nous aider

au lieu d'aller filmer

autre chose ailleurs.

Une vraie attitude positive,

ç'aurait été ça.


[MARC-OLIVIER:] Parce que toi

t'es positive là?

(MAUDE semble contrariée.)



[HUGO:] Bien, OK, on va regarder

votre capsule avant.


[MARC-OLIVIER:] Je t'avertis, c'est...

(Devant les regards de MAUDE et HUGO, MARC-OLIVIER hésite puis se reprend.)



[MARC-OLIVIER:] C'est super...
[HUGO:] Ha!ha!ha! Ouin.

(MAUDE démarre le vidéo qu'elle a fait avec MARC-OLIVIER.)


[MAUDE:] Bonjour! Nous sommes en

compagnie de Marc...


[MARC-OLIVIER:] J'aime mieux que tu dises

pas mon vrai nom.


[MAUDE:] Anatole, qui a un problème

avec un devoir de sciences

et technologie.

Qu'est-ce que tu fais quand tu

as un problème avec un devoir?


[MARC-OLIVIER:] Je souris!
[MAUDE:] Oui! Le sourire,

c'est positif.

Et c'est ça, l'important.

C'est de rester positif

même quand ça va mal.


[MARC-OLIVIER:] Même si ça fait

mal à la bouche.


[MAUDE:] Positif, ouvert d'esprit,

proactif et organisé.

J'ai un truc pour tu t'en

rappelles à la maison.

POPO, P.O.P.O.!


[MARC-OLIVIER:] POPO!

Est-ce qu'on peut

commencer par la question 6?


[MAUDE:] La bonne attitude, ce serait

de commencer par le début.

Ça, c'est être organisé.


[MARC-OLIVIER:] OK! La question 1 d'abord,

et la 6. Je comprends pas.


[MAUDE:] Qu'est-ce que

tu ne comprends pas?


[MARC-OLIVIER:] La question 6, là.

Surtout celle-là!


[MAUDE:] Ah! Au lieu de dire

que tu ne comprends pas,

tu pourrais te dire: quels sont

mes outils pour m'améliorer?

Ça, c'est être ouvert d'esprit.


[MARC-OLIVIER:] On commence

tu là?


[MAUDE:] Oui, mais avant, tu peux

te dire: « Je suis bon!

Je suis capable!

Je suis proactif! »

Go, Anatole! POPO, avec moi!


MAUDE et MARC-OLIVIER

Je suis bon! Je suis capable!

Je suis proactif!

POPO!

(Le vidéo se termine. HUGO rit. MARC-OLIVIER est découragé.)


[MAUDE:] C'est bien filmé.

C'est encourageant, puis

il y a des bons conseils.

(MAUDE se cache le visage dans les mains.)


[MAUDE:] OK, c'est épouvantable!

(HUGO sort la tablette d'ALAIN.)



[HUGO:] Bon, on regarde

la mienne d'abord.


[MAUDE:] Non, non! On arrête

de niaiser là!

J'en ai plein mon popo de POPO.


[HUGO:] Vous allez voir.

C'est super bon!


[MAUDE:] Ce qu'il nous faut,

c'est des sujets sérieux.

Tournés de manière sérieuse.

C'est ça que je pense

depuis le début.


[MARC-OLIVIER:] OK, dans le fond, ta méthode,

c'est pour nous faire faire

ce que tu veux.

On a compris.


[HUGO:] On a compris quoi, là?
[MAUDE:] C'est parce que je

m'inquiète pour le journal.


[HUGO:] Inquiétez-vous pas.

SuperHugo est là.

(HUGO démarre sa vidéo. La caméra se promène chez les Beaucage.)


[HUGO NARRATEUR:] Un petit garçon a disparu.

Où?

Dans sa chambre, mais...

Pourquoi?

(Dans la cuisine des Beaucage, FRANCIS et ALAIN sont debout côte-à-côte. FRANCIS tient le cahier de mathématiques de JULIEN.)


[FRANCIS:] Julien a mal fait son devoir.
[ALAIN:] Ah oui? Comment ça se fait?
[FRANCIS:] Peut-être parce qu'il

n'avait pas d'aide.


[HUGO NARRATEUR:] Heureusement,

quelqu'un a la solution.

(FRANCIS va prendre la place d'HUGO à la caméra. Déguisé en super-héros, HUGO apparaît à l'écran.)



[HUGO:] Tadadam!

SuperHugo! Je sais de quoi

votre enfant a besoin.


[ALAIN:] De quoi donc, SuperHugo?
[HUGO:] L'aide aux devoirs!

(HUGO, MARC-OLIVIER et MAUDE arrêtent de regarder la vidéo. HUGO rit.)


[HUGO:] Puis, Maude, qu'est-ce

que t'en penses?


[MAUDE:] C'est…
[HUGO:] Le problème avec l'aide

aux devoirs...

c'est que le monde ne sait

pas comment le demander.

Mais SuperHugo,

il l'a compris, ça.


[MARC-OLIVIER:] Oui, Maude, justement...

(HUGO regarde la tablette où la vidéo continue de jouer.)


[HUGO:] Hé, c'est tellement

bon ce bout-là!

Regarde ça!

(Les trois amis regardent la suite de la vidéo.)


[ALAIN:] J'ai trouvé ça bien bizarre

cette histoire d'enveloppes.

Mais avec mon discours,

je n'ai rien vu.

Brigitte! Julien!


[HUGO:] Je vais vous les chercher.

HUGO (s'adressant à la caméra)

Sachez reconnaître les signaux

d'alarme et agissez.

Faites comme SuperHugo.

(HUGO monte l'escalier.)



[HUGO:] Julien!

(ALAIN reste dans la cuisine.)


ALAIN (s'adressant à la caméra)

Et ce n'est que le début

d'une longue aventure.

N'est-ce pas, SuperHugo?

(La vidéo se termine.)


[HUGO:] Hé, wow!

Imagine quand on va rajouter de

la musique et du montage.

Puis des effets spéciaux.


[MAUDE:] Ouais, c'est quand

même meilleur.


[MARC-OLIVIER:] Ça ne marchera pas non plus.

Moi, je dis qu'on va

refaire notre capsule.

Comme on avait, juste

nous deux. OK, Maude?


[HUGO:] La mienne est super bonne.
[MARC-OLIVIER:] Peut-être,

mais on passe à

côté du vrai message.

Et c'est que des gens

ont besoin d'aide

avec les fonctions

mécaniques complexes.

(MAUDE jette un regard perplexe à MARC-OLIVIER.)


[HUGO:] Je comprends pas qu'est-ce que

vous trouvez de pas génial.


MARC-OLIVIER (s'adressant à MAUDE)

Ah! Laisse faire la vidéo.

J'ai raté mon devoir et

je voulais que tu m'aides.

(MARC-OLIVIER quitte le local sous le regard surpris de MAUDE et HUGO. De retour chez les Beaucage, BRIGITTE, ALAIN et FRANCIS sont assis au salon. Ils ouvrent toutes les enveloppes de JULIEN.)



[FRANCIS:] « Avoir ma chambre à moi. »

Ah, bien oui! On lui

construit une rallonge.


[BRIGITTE:] Julien a peut-être

surinterprété ce que je lui

ai dit sur les petits

voeux à l'univers.


[ALAIN:] « Avoir la paix sur la terre. »

C'est quasiment

cute.


[FRANCIS:] « Que mon école soit enlevée

par les extra-terrestres. »

Bien, là, papa, tu vois bien

qu'il ne veut plus étudier.

C'est pas en lui promettant des

jeux vidéo que ça va changer.


[ALAIN:] Hein? De quoi tu parles, là?

J'ai dit ça, moi?


[FRANCIS:] Oui, t'as promis de lui

acheter Cruel Squelette 4

s'il avait de bons résultats.

C'est interdit aux moins de 14 ans.


[ALAIN:] Bien voyons donc!

J'ai pas promis ça!


[FRANCIS:] À moi, oui.

Tu vois le résultat.

Julien a fait tout le travail.


[BRIGITTE:] J'espère qu'il ne compte

pas juste là-dessus

pour son test de demain, hein.


[FRANCIS:] Et sans moi, tu ne l'aurais

pas su, ça fait que...

Mon jeu...


[ALAIN:] Non, regarde... bel essai,

mais ça marche pas.

Là, là, on va aller

chercher Julien

et on va lui faire réviser

ses maths comme du monde, OK?

Mon discours peut attendre.

S'il faut le forcer, je vais...


[BRIGITTE:] Je pense que t'auras pas

besoin de le forcer fort.

(BRIGITTE donne l'un des vœux de JULIEN à ALAIN.)


[BRIGITTE:] Lis ça.
[ALAIN:] « Jouer plus souvent aux cartes

avec mon père. »

Bon, on vient de la trouver,

là, la récompense.

En plus, c'est pas cher.


[BRIGITTE:] Toutes les énergies négatives

ont pris le bord...

(BRIGITTE chasse l'air avec ses mains.)


[BRIGITTE:]... wouche-wouche!
[ALAIN et FRANCIS:] Oui, Brigitte.

(ALAIN quitte le salon.)


[ALAIN:] Julien!

(Au même moment à l'école, MAUDE retrouve MARC-OLIVIER assis dans une classe. MARC-OLIVIER est assis à un pupitre devant un travail. Elle s'assoit sur le pupitre à côté de lui.)


[MAUDE:] OK.

Toi, Marc-Olivier Roy,

tu me demandes de l'aide en

sciences et technologie.


[MARC-OLIVIER:] Ça a l'air, hein?
[MAUDE:] C'est vraiment pas

notre journée, hein?


[MARC-OLIVIER:] Non,

puis demande-moi

pas de sourire, OK?


[MAUDE:] Quand j'essaie d'être

drôle, Mme Cardinal

aime pas ça. Quand j'essaie

d'être sérieuse,

vous me traitez de bosseuse.

Et quand j'essaie d'être positive...


[MARC-OLIVIER:] Même positive,

t'es rushante.


[MAUDE:] Ah! Ouin.

(MAUDE prend une chaise et s'assoit plus près de MARC-OLIVIER.)


[MAUDE:] On dirait que je

fais juste pocher.


[MARC-OLIVIER:] T'es pas toute seule.
[MAUDE:] T'as poché tant que ça?
[MARC-OLIVIER:] J'ai poché solide!

Je suis resté bloqué

à la question 6.

J'ai eu une

note épouvantable.


[MAUDE:] Tu les poches jamais,

tes devoirs, d'habitude.


[MARC-OLIVIER:] Bien là, oui.

Je sais que c'était pas fort

de vouloir me servir de

ta capsule pour m'en sauver.

Je trouve ça hyper stressant

être au bord de l'échec.


[MAUDE:] Ça doit être ce qu'ils

appelaient « s'accorder le droit

à l'erreur » dans ma conférence.

Il paraît que c'est positif.

Mais t'as eu combien au juste?

(MAUDE s'étire le cou pour voir la feuille devant MARC-OLIVIER. MARC-OLIVIER cache la feuille.)


[MAUDE:] Bien là, tu peux me le dire!
[MARC-OLIVIER:] Non, j'ai trop honte.

(Un peu plus tard, assis à la cafétéria, HUGO range son costume de super-héros dans son sac à dos. MAUDE arrive, suivie de MARC-OLIVIER.)


[MAUDE:] Non, Hugo, attends!

Range pas ça.


[HUGO:] C'est correct, Maude. Donne-

moi un sujet pour le journal.

Je vais essayer d'être plate

pour que tu sois contente.


[MAUDE:] Non, mais je l'aime pour vrai

ton super-héros! On va le garder.


[HUGO:] Pour vrai?
[MAUDE:] OK, y apparaîtra peut-être

pas sur un scooter, mais...

il pourrait faire le lien entre

les sections du site internet.

Je pense que ça serait cool.

(L'air satisfait, HUGO croise ses bras sur sa poitrine.)


[HUGO:] SuperHugo sur Internet.
[MAUDE:] Il est un peu dur à

comprendre notre site.

Donc on pourrait s'arranger pour

que SuperHugo apparaisse

dans un coin de l'écran

pour aider le monde.


[HUGO:] Genre que quand tu sais

pas où cliquer...

(HUGO lève son bras devant lui, poing dans les airs.)


[HUGO:] Tadada! SuperHugo apparaît!
[MAUDE:] Genre! Puis Marc-O pourrait

nous aider à programmer tout ça.


[MARC-OLIVIER:] Ah oui! Puis Maude va

arrêter de me critiquer.


[MAUDE:] Oui.

J'ai décidé de vous faire

un peu plus confiance et

de me faire un peu

plus confiance.

(MARC-OLIVIER prend un air faussement préoccupé.)


[MARC-OLIVIER:] Maude, t'es sûre que tu fais

pas de la fièvre?

(MAUDE rit jaune et regarde MARC-OLIVIER, l'air faussement préoccupé elle aussi.)



[MAUDE:] Mais est-ce que toi tu vas

avoir le temps d'étudier

les fonctions mécaniques

complexes?


[MAUDE:] Arrête, mon 81% me fait déjà

assez mal comme ça.


[MAUDE:] Quoi? T'as eu 81%

pour ton devoir?

À te voir la face tantôt,

je pensais que t'avais eu 42.


[MARC-OLIVIER:] Ah! Mais t'es folle!

81, c'est trop la honte!

Ça va trop faire

baisser ma moyenne.

(HUGO regarde le sol.)


[HUGO:] Bien, excusez-moi les bolés,

je pense que SuperHugo

est attendu quelque part.


[MAUDE:] Ah! Déjà!

(HUGO se lève et part, poing vers l'avant.)



[HUGO:] Tadadada!

(Dans le couloir, HUGO s'arrête avant de changer de direction.)


[HUGO:] Tadadada!
[MARC-OLIVIER:] Bon, ça va enfin te laisser

le temps de m'expliquer

la question 6 comme du monde.


[MAUDE:] Heu... c'est parce que moi

aussi, je l'ai pochée.


[MARC-OLIVIER:] Ah!

(Chez les Beaucage, JULIEN est assis à la cuisine avec ses livres de mathématiques. Ses parents sont assis avec lui.)


[ALAIN:] Eh oui! Bienvenue dans notre

triste réalité, Julien!

Pour avoir ce qu'on veut,

il faut travailler.


[BRIGITTE:] Mais ça t'empêche pas

de rester positif.

(ALAIN lance un regard de reproches à BRIGITTE.)


[BRIGITTE:] Bien peut-être juste pas

comme je te l'ai montré.

Ça marche pas toujours de même.


[ALAIN:] Bon. Allez, go, go, go!

Ça doit pas être si dur que

ça faire des fractions.


[JULIEN:] Je comprends rien!

(À ce moment, HUGO arrive dans la cuisine avec son déguisement de super-héros.)


[HUGO:] C'est parce qu'il te faut

un peu d'aide. Tadadam!


[ALAIN:] Bon, c'est en plein ce

dont on avait besoin.


[HUGO:] SuperHugo est super

bon dans les fractions.


[ALAIN:] Oui, mais SuperJulien,

il faut qu'il reste concentré.

(Découragé, JULIEN appuie sa tête sur sa main.)



[HUGO:] Julien, comment on fait

pour comparer deux fractions?


[JULIEN:] Je le sais pas!
[HUGO:] Regarde, il faut que tes deux

dénominateurs soient pareils.

(HUGO va chercher une carotte sur le comptoir.)


[HUGO:] Là, j'ai une carotte.

(HUGO brise la carotte en deux.)


[HUGO:] Puis là, j'ai une demie.

(HUGO brise une des moitiés en deux.)


[HUGO:] Puis là, j'ai deux quarts.

Y a combien de quarts

dans une demie?


[JULIEN:] Deux?
[HUGO:] En plein ça!

Mais le seul problème

avec les fractions, là,

c'est que ça donne faim.

(HUGO prend un morceau de carotte et le croque. JULIEN rit.)


[ALAIN:] T'aurais pas

un autre costume, toi?

C'est parce que j'ai

un discours à faire,

j'aimerais que mes électeurs

restent concentrés.


[HUGO:] Y a qu'un SuperHugo!

Tu me dis où est ton discours,

puis j'apparais.

(HUGO quitte la pièce, poing vers l'avant.)


[HUGO:] Tadadam!

(BRIGITTE et ALAIN rient en regardant partir HUGO.)


[JULIEN:] Est-ce qu'on pourrait rester

concentrés sur mes maths?



[ALAIN:] Oui, c'est sûr! Puis

en plus, moi, après,

j'ai une partie de cartes à

jouer avec mon gars.


[JULIEN:] Puis je vais gagner!

(BRIGITTE veut lire le problème dans le cahier de JULIEN.)


[BRIGITTE:] Bon, alors...
[JULIEN:] C'est correct, là.

(De retour à l'école, MAUDE et HUGO regardent des photos de SuperHugo sur l'ordinateur dans le local du journal.)


[HUGO:] Celle-là est bonne.

Non, l'autre d'avant.


[MAUDE:] Elle?
[HUGO:] L'autre d'avant.

Oui, elle! Celle-là!


[MAUDE:] J'aime mieux celle-là.
[HUGO:] Pourquoi? L'autre,

tu l'aimes pas?

(MARC-OLIVIER entre dans le local.)


[MARC-OLIVIER:] Hé, j'ai été demandé au prof

et j'ai enfin compris

pourquoi j'avais buggé

dans mon devoir.

C'était super facile finalement!


[MAUDE:] Ah! Bien tant mieux!

Tu vas pouvoir me l'expliquer.


[HUGO:] Maude, tu sais que si t'as

besoin d'aide,

tu sais que tu peux faire

appel à SuperHugo.

(MAUDE sourit. Le téléphone d'HUGO sonne.)


[HUGO:] Allô?

(HUGO s'éloigne en prenant l'appel. MARC-OLIVIER et MAUDE parlent.)


[MARC-OLIVIER:] As-tu des idées pour ma

prochaine collaboration?

Bien, une vraie, je veux dire.


[MAUDE:] Euh …

(HUGO revient vers MARC-OLIVIER et MAUDE.)


[HUGO:] Je suis trop content! Julien a

eu 16 sur 20 dans son examen!

Grâce à qui? Hein? Hein?


[MARC-OLIVIER et MAUDE:] SuperHugo!

(HUGO se dirige vers la porte du local. HUGO remet le téléphone à son oreille.)


[HUGO:] J'arrive Julien.

(HUGO sort du local.)


[MARC-OLIVIER:] Puis, as-tu des idées?
[MAUDE:] Heu...

Je t'écoute, Marc-O.

Moi, je suis ouverte d'esprit.

J'attends tes suggestions.

Je suis branchée sur

ma pile intérieure.

(MARC-OLIVIER regarde MAUDE d'un air curieux.)


[MAUDE:] Quoi?
[MARC-OLIVIER:] Je pense que je t'aimais

mieux quand t'étais bosseuse.

(MARC-OLIVIER et MAUDE rient. MARC-OLIVIER s'approche de l'ordinateur où les photos de SuperHugo sont toujours à l'écran.)


[MARC-OLIVIER:] Qu'est-ce que tu regardes?
[MAUDE:] Les muscles d'Hugo.
[MARC-OLIVIER:] Oh! Des gros muscles!
[MAUDE:] Oh!

(Générique de fermeture)

(Fin émission)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par