Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Recipe for Friendship

Melanie shows up at Maude`s one morning with the secret ambition to be her best friend again, even if that means baking cookies for non-existent elderlies…



Réalisateur: Stephan Joly
Acteurs: Romane Denis, Charlotte Legault, David Beaudoin
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

[Début information à l'écran]

La recette de l'amitié...

[Fin information à l'écran]


Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture


C'est le matin, chez les Allard-Fraser. Encore dans son lit, MAUDE regarde son téléphone en poussant un grognement mécontent. STÉPHANIE entre dans la chambre de MAUDE avec un ordinateur portable.


STÉPHANIE

Maude... Mélanie est sur Skype.

J'ai répondu.

Tiens.


STÉPHANIE pose l'ordinateur sur MAUDE et quitte la chambre.


MÉLANIE

(Par Skype)

Salut!

Oh...

toi, t'as les cheveux d'une fille

qui a fait des cauchemars.

OK!

Tu fais quoi aujourd'hui?


MAUDE

Je sais pas trop.

J'étais censée passer la journée

avec Jennifer,

mais elle est partie à Québec

avec les Beaucage.


MÉLANIE

(Par Skype)

Oh... tu sais ce que

ça veut dire, ça?


MAUDE

Que la journée va être plate?


MÉLANIE

(Par Skype)

Non!

Ça veut dire qu'on va passer

la journée ensemble!

(Excitée)

Hi!


MAUDE

(Sans enthousiasme)

Ouais, on pourrait.


MÉLANIE

(Par Skype)

Salut!


MÉLANIE met fin à la conversation. À cet instant, STÉPHANIE entre dans la chambre de MAUDE.


STÉPHANIE

Maude, je peux te parler?


MAUDE

Hum... oui.


STÉPHANIE

Euh... il faut que tu gardes

Julien aujourd'hui.


MAUDE

Ah...


STÉPHANIE

Les congés pédagogiques,

c'est pas pour les profs.


MAUDE

Pourquoi moi?

Pourquoi pas Audrey?


STÉPHANIE

C'est à ton tour de le garder.

Puis Julien a demandé

que ce soit toi.


STÉPHANIE reprend l'ordinateur et se dirige vers la porte de la chambre.


MAUDE

Ah, maman, je peux pas!

Je passe la journée avec Mélanie.


STÉPHANIE soupire avant de sortir de la chambre. Dans la cuisine au rez-de-chaussée, AUDREY et JULIEN déjeunent. STÉPHANIE entre dans la cuisine.


STÉPHANIE

Bonjour!

Audrey...


AUDREY

(Méfiante)

Han-han?


STÉPHANIE

Euh, tu peux garder

Julien aujourd'hui?


AUDREY

J'ai des plans avec Hugo.

Demande à Maude.


STÉPHANIE

Maude a des plans avec Mélanie.

C'est quoi tes plans?


AUDREY

Euh, on voulait faire

des choses en amoureux...


STÉPHANIE

Bien...

vous pouvez garder Julien

en amoureux!


AUDREY prend un air découragé.


JULIEN

De toute façon, j'aime mieux

que ce soit Maude qui me garde.


AUDREY

(Triomphante)

Bon, tu vois!


AUDREY comprend ce que JULIEN vient de dire et regarde JULIEN d'un air insulté.


AUDREY

Pourquoi tu dis ça?


JULIEN

T'es trop sérieuse puis...

t'es poche comme gardienne.

Parce que tu parles juste

d'affaires de fille...

puis de ton chum...


Tout en parlant, JULIEN imite AUDREY en gesticulant.


AUDREY

Un ins...


Sans s'en rendre compte, AUDREY fait les mêmes gestes que JULIEN a faits pour l'imiter. AUDREY remet ses mains sur la table.


AUDREY

Un instant.

Je suis pas plate, tu sauras.

Euh, maman...

Ça va me faire vraiment

plaisir de le garder,

le petit dernier.


STÉPHANIE

Bon, super!


STÉPHANIE essaie d'ouvrir un pot de confiture. Quelqu'un sonne à la porte.


STÉPHANIE

Ah! Tiens.


STÉPHANIE donne le pot de confiture à AUDREY qui se dirige vers la porte pour répondre.


STÉPHANIE

Si c'est Hugo,

demande-lui donc d'ouvrir

mon pot de confiture,

s'il te plaît.


AUDREY ouvre la porte de la maison.


AUDREY

Bonjour, mon amour!


C'est FRANCIS qui est là.


AUDREY

(Surprise)

Oh!


FRANCIS et AUDREY rient, mal-à-l'aise.


FRANCIS

Allô.


FRANCIS entre dans la maison, une tasse à la main.


AUDREY

Excuse-moi, je...

Bien, je t'ai pris pour un autre, là.

Euh...


AUDREY met le pot de confiture dans les mains de FRANCIS.



AUDREY

Ah, tiens.

Euh, entre!

Viens-t'en.

Entre.


AUDREY se dirige vers la cuisine. FRANCIS suit AUDREY en regardant le pot de confiture d'un air perplexe.


STÉPHANIE

Puis, peux-tu l'ouvrir,

mon pot de confiture,

avec tes gros bras?


STÉPHANIE voit FRANCIS.


STÉPHANIE

(Riant)

Excuse-moi.


AUDREY

Pauvre Francis, tu...

pensais pas te faire accueillir

comme ça, ce matin, hein?


FRANCIS

Bien non, c'est correct.

Excuse de déranger.

J'aurais besoin d'un peu de lait.


FRANCIS donne la tasse qu'il a apportée à STÉPHANIE.


STÉPHANIE

Pas de problème!

Ta mère m'a demandé

de veiller sur toi

pendant son absence.


FRANCIS

Je peux ouvrir votre pot,

si vous voulez.


STÉPHANIE

Ah, bien oui, c'est vrai.


FRANCIS essaie d'ouvrir le pot. À cet instant, HUGO entre dans la maison.


HUGO

Bonjour, tout le monde!


STÉPHANIE

Allô!


HUGO va embrasser AUDREY et regarde FRANCIS.


HUGO

As-tu besoin d'aide, Francis?


FRANCIS

Ce pot-là,

est impossible à ouvrir.


FRANCIS donne le pot à HUGO. HUGO ouvre le pot du premier coup.


HUGO

C'est facile pour moi;

Francis a tout fait le travail.


STÉPHANIE

Merci, les gars.


STÉPHANIE a remplit la tasse de lait et la redonne à FRANCIS.


STÉPHANIE

Tiens, ton lait.


FRANCIS prend la tasse et quitte la maison, honteux. HUGO s'assoit à côté d'AUDREY.


HUGO

Pauvre Francis.

Ça a tellement l'air dur,

pas avoir de muscle.

Moi, je ne me souviens plus.


AUDREY

Hugo, changement de programme.

Il faut absolument

qu'on garde Julien

puis il faut trouver

des affaires super cool.

As-tu des idées?


HUGO

Pas là...

mais je suis sûr

que tu vas en trouver.

Bon.

Moi, il faut que j'aille faire

quelque chose de très important.


HUGO se lève et se dirige vers la porte.


AUDREY

Ah, non, non, non!

Hugo, attends, là! Non!


JULIEN revient dans la cuisine.


JULIEN

Puis?

Qu'est-ce que t'as trouvé

comme activité pas plate?


HUGO sort de la maison. AUDREY regarde JULIEN avec un sourire forcé. Un peu plus tard, MÉLANIE est arrivée chez les Allard-Fraser. MÉLANIE sort des ingrédients de son sac et les met sur le comptoir.


MÉLANIE

Tadam!


MAUDE

C'est ça, ta surprise.


MÉLANIE

Tu reconnais pas ça?

C'est tout ce qu'il faut pour faire

notre recette de biscuits

de p'tits bonheurs!

Hein, notre recette.


MAUDE

Mais oui mais on faisait ça

quand on était petites.

Là, on est au secondaire.


MÉLANIE

Mais... tu te rappelles?

(Enthousiaste)

Quand on se faisait

un petit kiosque dans ta cour

puis qu'on vendait nos p'tits bonheurs

avec de la limonade maison!


MAUDE

(Peu convaincue)

Hum... ouais.


MÉLANIE

Bien, Maude, je t'annonce...

qu'on va faire des biscuits

comme dans le temps

puis qu'on va avoir du fun

comme quand on était petites.

Bon, bon.

Je sais que c'est pas aussi le fun

que d'aller chiller

au centre commercial.

Mais cuisiner, c'est même plus...


Au comptoir derrière MAUDE et MÉLANIE, STÉPHANIE prépare son sac avant de partir.


STÉPHANIE

Constructif?


MÉLANIE

Merci.


STÉPHANIE

Elle a raison, Maude.

Bye!


STÉPHANIE part.


MÉLANIE

(Suppliante)

S'il vous plaît.


Pendant ce temps, chez les Beaucage, FRANCIS déjeune dans la cuisine. On cogne à la porte.


FRANCIS

Entrez!


HUGO entre dans la maison avec un gros sac.


FRANCIS

Hugo?

Qu'est-ce que tu fais ici?


HUGO

Te sauver la vie.


FRANCIS

Je suis en danger, moi?


HUGO pose le sac sur la table près de FRANCIS et s'assoit.


HUGO

En danger de...

jamais pouvoir ouvrir

un pot de confiture.

De jamais plaire aux filles.

De rater ta vie.

Tiens, ouvre ça, c'est pour toi.


FRANCIS regarde dans le sac.


FRANCIS

(Perplexe)

Des haltères?


HUGO

Je ne m'en sers plus

depuis la maternelle, ceux-là.


FRANCIS lève les yeux vers HUGO.


HUGO

Bon, peut-être pas maternelle...


FRANCIS

Regarde, t'es bien fin, là,

mais...


FRANCIS a de la difficulté à mettre le sac par terre.


FRANCIS

Ouh!

La musculation,

c'est pas pour moi.

Moi, je pense

que je peux ouvrir des pots

puis plaire aux filles

avec mon intelligence.


HUGO

(Riant)

Ton intelligence!

T'es sérieux?

Ça a pas l'air de marcher

fort, fort, ton système.

Essaie donc le mien.

Regarde Audrey; c'est sûr

qu'elle aime mes muscles.


FRANCIS

C'est vrai, ça.


HUGO

Elle aime ça quand je le prend

dans mes gros bras.

Toi, tu lui ferais mal

avec tes petits os pointus.


FRANCIS

Oui, je peux essayer.


FRANCIS se penche pour prendre un haltère dans le sac.


HUGO

Woh, woh, woh!

Attends, pas comme ça.

Non, non, non.

Là, il y a une règle de base à suivre:

shake, réchauffement,

entraînement, OK?


FRANCIS

Un shake?


Au même moment, chez les Allard-Fraser, MAUDE et MÉLANIE commencent à cuisiner.


MAUDE

OK! Maintenant que j'ai dit oui,

c'est quoi la vraie raison

de ton projet, hein?

Dis-moi pas

que tu t'es levée, ce matin,

avec une envie folle de cuisiner!


MÉLANIE

Bien, la vraie raison, c'est que...


MAUDE

Je gage que c'est un projet

pour Les Jeunes Bénévoles,

c'est ça?


MÉLANIE

Bien, oui, c'est ça!

Quoi d'autre?

Les Jeunes Bénévoles

m'ont demandé de...

préparer une tonne de biscuits pour...

aider les p'tits vieux.


MAUDE

Les personnes âgées.


MÉLANIE

Oui, des p'tits vieux âgés,

esseulés, oubliés de la société

dans une résidence qui compte

sur mes p'tits bonheurs

pour leur redonner le sourire,

même s'ils n'ont plus de dents.


MAUDE

Puis t'as besoin de mon aide?


MÉLANIE

Bien oui!

L'aide de mon amie!

Puis ça presse vraiment

parce qu'il faut livrer

tous les biscuits aujourd'hui.


Chez les Beaucage, AUDREY vient d'entrer pour aller voir HUGO.


AUDREY

Qu'est-ce que tu viens

de me texter, là?


HUGO

Que je sauve la vie à Francis.


AUDREY

Bon. Je viens de proposer

à Julien d'aller au planétarium,

puis il a trouvé ça cool.

J'ai acheté trois billets,

viens-t'en.


HUGO

Je peux pas; je suis en train

d'entraîner Francis.


AUDREY

Ah, non, non, non.

Quand tu commences à t'entraîner,

tu ne vois plus le temps passer.


Pendant qu'HUGO et AUDREY parlent, FRANCIS essaie d'ouvrir le pot de protéines d'HUGO.


HUGO

Bébé-chat, je te jure,

pas plus qu'une heure ou deux, OK?


FRANCIS

(Surpris)

Deux heures d'entraînement?


AUDREY

Comment je vais faire pour pas

être plate pendant deux heures?


AUDREY prend le pot de protéines dans les mains de FRANCIS et l'ouvre du premier coup. Entre temps, dans la cuisine des Allard-Fraser, MAUDE et MÉLANIE font le mélange à biscuits.]


MÉLANIE

Merci de m'aider.

C'est tellement le fun

de passer la journée avec une amie.


MAUDE

Merci de me remercier,

mais tu vas m'aider, toi aussi.

Avec ma visite aux personnes âgées,

je vais écrire un super bon article

pour le journal.



MÉLANIE

(Surprise)

Ah, tu veux...

venir à la résidence avec moi?


MAUDE

Bien oui.

Je fais pas ça pour rien.


MÉLANIE

Bien... avoir du plaisir ensemble,

c'est pas rien.


MAUDE

Bien... oui, mais si je peux

écrire un article, hum?


MÉLANIE

(Mal-à-l'aise)

Oui, mais...

je suis pas...

je suis pas sûre

que t'as le droit de faire ça.


MAUDE

Hein? Pourquoi?


MÉLANIE

Bien, tu sais, on a des règlements

très, très sévères, aux Jeunes Bénévoles.

C'est pas n'importe qui

qui peut apporter des biscuits

à des personnes vieilles.


MAUDE

Bien, voyons donc!

Ça va faire un super bon article

et une super bonne pub

pour les Jeunes Bénévoles.

Personne peut être contre ça.


MÉLANIE

Mais c'est pas moi

qui fais le règlement.


MAUDE

Pour une fois, appelle ton responsable

puis demande-lui.


MÉLANIE

Mais il est vraiment bête

puis j'ai vraiment pas

le goût de lui parler.


MAUDE

Je vais l'appeler, moi.

Je vais tout lui expliquer;

il pourra pas dire non.


MAUDE tend la main vers le téléphone de MÉLANIE sur le comptoir. MÉLANIE prend son téléphone rapidement.


MÉLANIE

Non, non, regarde...

je vais le faire.

Toi, brasse.

Brasse.


MÉLANIE fait semblant de composer un numéro et porte le téléphone à son oreille. Pendant ce temps, JULIEN et AUDREY sont assis au salon.


AUDREY

Bon.

Qu'est-ce que t'aimerais faire

en attendant qu'on parte

pour le planétarium?


JULIEN prend les deux manettes de jeu vidéo posées sur la table devant lui.


AUDREY

(Faisant la grimace)

Ah... la console,

je sais pas, Julien.


JULIEN

Plate!


AUDREY

(À contrecoeur)

OK, d'abord.


Dans la cuisine, MÉLANIE pose son téléphone pendant que MAUDE brasse le mélange à biscuits.


MÉLANIE

Ça répond vraiment pas.

Moi, je dis qu'on laisse tomber.


MAUDE

On a toute la journée, hum?


MÉLANIE

Toute la journ...

Tu trouves pas qu'on...


MÉLANIE prend la tasse à mesurer contenant les pépites de chocolat.


MÉLANIE

… on manque de pépites de chocolat?


MAUDE

Non, c'est comme d'habitude.


MÉLANIE

Justement, on veut que nos biscuits

soient pas comme d'habitude.

Pour surprendre nos p'tits vieux!

Vous auriez pas du chocolat

quelque part d'autre?


MAUDE

Euh, j'ai une tablette

dans ma chambre.


MÉLANIE

Bien, c'est super, ça!

Va la chercher.

Envoye, go, go!


MAUDE

OK, bien... appelle ton responsable

pendant ce temps-là.


MAUDE se dirige vers l'escalier.


MÉLANIE

Oui, oui.


Dès que MAUDE part, MÉLANIE prend son téléphone et compose un vrai numéro cette fois. Alors que MAUDE traverse le salon, JULIEN et AUDREY jouent à un jeu vidéo.


JULIEN

Mais joue! Joue!


AUDREY

(Confuse)

Oui, j'essaye, j'essaye, là.


JULIEN

C'est vraiment plate,

jouer contre toi.

T'es même pas un peu bonne.


Dans la cuisine, MÉLANIE attend que son interlocuteur réponde.


MÉLANIE

(Parlant au téléphone)

Allô, papa?

Oui, ça va super bien.

Il faut absolument

que tu me trouves

une résidence pour vieilles

personnes âgées,

les plus vieilles

que tu peux trouver.


Au salon, AUDREY et JULIEN arrêtent de jouer.


AUDREY

Je le sais ce qu'on va faire.

Puis là, tu pourras pas

dire que je suis plate.


JULIEN

(Curieux)

C'est quoi?


AUDREY

(Chuchotant)

L'activité qui te fait rire

le plus au monde.


Au même moment, chez les Beaucage, HUGO prépare un frappé aux protéines pour FRANCIS.


HUGO

Protéine de lait 100 % naturelle.


FRANCIS

Pourquoi pas boire du lait,

tout simplement?


HUGO

Tu poses trop de questions.

Ça empêche les muscles de grossir.


FRANCIS

Quoi?


HUGO

As-tu déjà vu un muscle

poser une question?


FRANCIS

Non.


HUGO

Un muscle, tu lui dis quoi faire,

puis il le fait.

Faudrait que tu sois

plus comme ça d'ailleurs.


AUDREY et JULIEN sont entrés en douce dans la maison. Dans la cuisine, HUGO prend le pot de beurre d'arachides sur le comptoir.


FRANCIS

(Dégoûté)

Tu vas mettre ça dedans?


HUGO

C'est un bon gras.

Ça huile les articulations.


FRANCIS

(Sceptique)

T'es sûr de ça?


HUGO

Tu poses trop de questions.


AUDREY et JULIEN entrent dans la cuisine.


AUDREY

Puis, ça progresse, les muscles?

Bien, venez me montrer ça.


HUGO

On n'a pas commencé.


AUDREY

Oui, mais j'aimerais bien voir

le Francis avant

pour pouvoir comparer

le Francis après.

Allez, les gars.


AUDREY se tient prête à prendre des photos avec son téléphone.


HUGO

Vas-y, Franky.


FRANCIS se lève et se met devant AUDREY.


HUGO

Vas-y, montrer tes gros biceps.


FRANCIS contracte son biceps devant AUDREY.


AUDREY

Ah, parfait. OK.


HUGO se met devant FRANCIS et contracte son biceps aussi.


HUGO

Comme ça?


AUDREY

Oui, c'est ça, OK.

On bouge pas...


AUDREY prend une photo. Pendant ce temps, JULIEN met de la moutarde et du ketchup dans le frappé de FRANCIS.


AUDREY

Parfait! OK!


AUDREY prend plusieurs photos de FRANCIS et HUGO.


HUGO

Il fait chaud.


AUDREY

Bon.

Puis une dernière, mais l'autre bras.


HUGO

Comme ça?


FRANCIS et HUGO contractent leur autre biceps.


AUDREY

Oui, bouge pas.


AUDREY prend une autre photo. JULIEN revient vers AUDREY.


AUDREY

Bon, bien, lâchez pas, les gars.

Puis dépêchez-vous, hein.

Hum?


AUDREY et JULIEN partent.


HUGO

Bon, tu vois?

Les muscles, ça intéresse les filles.

Bon! Le shake!


AUDREY et JULIEN se tapent dans la main avant de sortir de la maison. De retour chez les Allard-Fraser, AUDREY et JULIEN espionnent MAUDE et MÉLANIE. AUDREY s'avance dans la cuisine.



AUDREY

Hon, les biscuits p'tits bonheurs!

Je les aimais tellement, ceux là.


MAUDE

Mais c'est pas pour toi!


AUDREY

Vous...

prenez pas les vieilles plaques?


MAUDE

Bien...

c'est mieux, les neuves, non?


AUDREY

Ah, non, non, on les faisait toujours

avec les vieilles plaques

puis ça marchait.


MAUDE

Maman les a pas jetées?


AUDREY

Euh, non, non.

Elles sont... dans une boîte,

dans le placard, dans le sous-sol.


MAUDE

Tout nous tombe sur la tête

quand on fouille

dans de placard-là.


MÉLANIE

Je vais venir avec toi.

De toute façon,

il faut laisser le temps

à la pâte de reposer.

Alors... je te suis.


MAUDE et MÉLANIE se dirigent vers le sous-sol. AUDREY sort un plat du réfrigérateur contenant un reste de maïs en crème et le verse dans le mélange à biscuits. AUDREY mélange. JULIEN sort de sa cachette.


AUDREY

Chut!

Chut!


AUDREY va vers JULIEN, AUDREY et JULIEN se tapent dans la main et sortent de la cuisine. Chez les Beaucage, FRANCIS regarde son frappé d'un air perplexe.


FRANCIS

Drôle de couleur, hein.


HUGO

Ah, c'est normal.

C'est les molécules pâles

qui sont collées ensemble

pour faire des molécules foncées.

Envoye, bois.


FRANCIS prend une gorgée et se lève pour aller cracher dans le lavabo. HUGO empêche FRANCIS de passer.


HUGO

La première gorgée est plus dure

un peu, c'est normal.


HUGO pince le nez de FRANCIS pour l'obliger à avaler.


HUGO

Envoye, avale.

Envoye, envoye.

Envoye,

come on!

Bon...


FRANCIS

Ah, c'est dégueulasse!

Je vais vomir.


HUGO

Non, non, non.

T'es délicat, toi!

Finis ton verre.

Envoye.


FRANCIS retourne s'asseoir, l'air résigné. Entre temps, chez les Allard Fraser, MAUDE met le mélange à biscuits sur une plaque.


MÉLANIE

Étale un peu.

Pour que ça fasse

un biscuit bien égal.


MAUDE

Ça va s'aplatir en cuisant.

Puis, as-tu des nouvelles

de ton responsable

des Jeunes Bénévoles?


MÉLANIE

Non, j'ai laissé plein de messages,

j'ai appelé plein de fois, j'attends.


Pendant ce temps, chez les Beaucage, FRANCIS saute à la corde à sauter sur une musique entraînante.


HUGO

Envoye, plus vite!

Plus haut, Franky, plus haut!

Souris; ça va travailler

tes muscles faciaux.

Souris, souris, souris.


FRANCIS sourit de toutes ses dents.


HUGO

Encore cinq minutes.


FRANCIS arrête de sauter.


FRANCIS

Cinq minutes?

Ça fait déjà une demi-heure.


HUGO

Bien non, ça fait juste deux minutes.


FRANCIS essaie de recommencer à sauter mais s'enfarge dans la corde.


HUGO

Bon, OK, on va prendre une pause.

Maintenant, le plus le fun s'en vient:

l'entraînement.


FRANCIS

(Surpris)

C'était pas l'entraînement, ça?


HUGO

Ils sont-tu drôles, les débutants!

T'as rien vu encore.

Ça, c'était l'échauffement.

Là, tu vas souffrir pour de vrai.

Envoye, souris.

Souris, souris.


FRANCIS se force à sourire.


HUGO

Bon!


Au même moment, chez les Allard-Fraser, MAUDE a sorti les biscuits du four. MAUDE et MÉLANIE regardent les biscuits d'un air curieux.



MAUDE

C'est moi où ils sont

plus jaunes que d'habitude?


MAUDE et MÉLANIE prennent chacune une bouchée de biscuit et font la grimace.


MÉLANIE

Ark!

Ah, c'est toi qui as

rajouté du blé d'Inde?


MAUDE

Non... qu'est-ce que...


Assis au salon, AUDREY et JULIEN éclatent de rire.


MAUDE

Audrey! Julien!

Pourquoi, là?


AUDREY

On a du fun, hein, Julien?


AUDREY et JULIEN se tapent dans la main.


JULIEN

Ouais!


MAUDE

(Fâchée)

Attendez, vous autres.


MÉLANIE

Maude...

Relaxe, hein, laisse faire ça.

C'est pas grave,

j'ai juste à...

à appeler le responsable

puis lui dire qu'on passera

à la résidence une autre fois.


MAUDE

Jamais de la vie!

On peut pas laisser tomber

les personnes âgées...

puis mon article.


MAUDE enlève la plaque de biscuits ratés du comptoir et ressort les ingrédiens utilisés plus tôt.


MÉLANIE

Euh... tu fais quoi, là?


MAUDE

On recommence.


MÉLANIE

Ah, ah, bon.


Dans la cuisine des Beaucage, FRANCIS soulève deux petit haltères au-dessus de sa tête.


HUGO

Bon, sept...

Let's go,Franky!

Un autre, un autre... descends.


FRANCIS

Je ne peux plus!


HUGO

Parle pas, force!

Envoye, let's go!

Et voilà.

Tiens, monsieur.

Descends.

Retiens comme il faut, en bas.

Un autre. En haut.

Come on!

Come on, Franky!


FRANCIS

(Épuisé)

Je ne peux plus...


On entend la porte de la maison claquer.


HUGO

Lâche pas, lâche pas!

Même si tu shakes.

Envoye,

donne-moi-z-en encore.

Yes!


AUDREY arrive dans la cuisine. FRANCIS laisse tomber les haltères avec soulagement.


FRANCIS

Ah! Ah.


AUDREY

(Souriante)

Puis? Il était bon, votre shake?


HUGO

Oui, il était super bon.


AUDREY

(Perplexe)

Ah, oui?

Bon, Hugo, là,

ça fait déjà une heure.


HUGO

Je peux pas laisser Francis

au milieu de l'entraînement comme ça.

Ça va super bien, en plus.

Hein, Franky?


HUGO donne une tape sur le genou de FRANCIS. Essoufflé, FRANCIS ne répond pas.


AUDREY

Hugo, je suis tannée.

Tu passes déjà

20 heures par semaine

à t'entraîner.


HUGO

Audrey, va falloir que tu t'en ailles.

Tu déconcentres Francis.


AUDREY part, fâchée.


HUGO

Arrête pas, ça commençait

à bien aller.

Envoye, come on!


De leur côté, MAUDE et MÉLANIE ont recommencé la recette de biscuits. MÉLANIE verse la farine dans le bol, très lentement. MAUDE attend, la tête appuyée sur sa main.


MAUDE

Envoye! Ils disent

« graduellement »,

pas éternellement.


MÉLANIE

T'es rushante, aujourd'hui.


MAUDE reçoit un texto.


MAUDE

Ah, c'est Jen.

(Enthousiaste)

Elle dit que ça se peut

qu'elle revienne plus tôt!


MAUDE répond au texto de JENNIFER.


MÉLANIE

Oh! Donc, tu pourras pas venir

avec moi, à la résidence.


MAUDE

Bien oui, bien oui.

Elle pourrait venir avec nous!

On serait trois

pour distribuer les biscuits.

Attends, je vais lui en parler.


MAUDE se dirige vers le salon où elle sort un ordinateur portable de son étui. MÉLANIE se demande quoi faire quand elle a soudainement une idée en regardant l'étagère à épices. Pendant ce temps, chez les Beaucage, FRANCIS s'entraîne toujours.


HUGO

En haut, en haut, lâche pas.

Come on, yes sir!

Et voilà, c'est bien, ça.

Come on,un autre,

envoye.

Yes. En haut, en haut.

Vas-y, mon Franky.

Come on, come on,

come on, yes!


FRANCIS laisse tomber les haltères.


FRANCIS

Là, je ne suis plus capable.

Pourquoi me faire lever

des poids aussi lourds?


HUGO

Pour te renforcir!

Après ça,

tu vas ouvrir les pots

de confiture comme rien.


FRANCIS

J'ai tellement mal aux bras;

je pourrais même pas ouvrir

un paquet de gomme!

Ton affaire, ça marche pas!


HUGO

Euh... OK.

C'est bien simple, OK?

Ça, c'est à cause de la loi

de la relativité du muscle.



FRANCIS

(Perplexe)

Quoi?


HUGO

Dans le fond,

tes muscles, c'est comme des...

des vermicelles, tiens.

Quand tu transpires,

tes muscles grossissent.

Comme des vermicelles

qui grossissent dans l'eau chaude.


FRANCIS

Ça a aucun sens, ce que tu dis.


HUGO

C'est l'heure du deuxième shake.

À température pièce,

ça va être facile à avaler.


FRANCIS

Pas de shake.

J'ai encore le goût de vomir.


HUGO

Si tu veux des filles

puis des pots de confiture,

il faut suivre l'entraînement.

Envoye.

Come on, Franky.


HUGO prend FRANCIS par le bras pour l'aider à se lever. Un peu plus tard, chez les Allard-Fraser, les biscuits sont terminés. AUDREY et JULIEN aident MAUDE et MÉLANIE à mettre leurs biscuits dans des sacs. [AUDREY

Vous direz pas

qu'on n'est pas gentils,

Julien puis moi?


MAUDE

Oui, mais si vous nous aviez

pas joué votre tour niaiseux,

on en aurait pas eu besoin,

de votre aide.

À quelle heure on part, Mélanie?


MÉLANIE

Euh, je sais pas trop.

Tantôt.



MAUDE

Si on se dépêche,

les personnes âgées vont pouvoir

manger des biscuits après le dîner.


JULIEN

Ils sentent bizarre vos biscuits.

On dirait même qu'il y a

du gazon dedans.


MAUDE

Hein? Bien non.

C'est juste des petites

paillettes en sucre colorées.


MAUDE sort un biscuit d'un sac pour l'examiner de plus près.


MAUDE

Mais, attends, c'est vrai.

C'est bizarre.

Ils ont pas le même vert...


MÉLANIE

(Faussement outrée)

Encore un autre tour

de ta famille, j'imagine?

Tant pis, hein!

Je n'amène pas de biscuits

pas mangeables

à nos petites grands-mères.


AUDREY

Woh, c'est pas vrai.

On n'a rien fait.

En tout cas, pas moi.


JULIEN

Moi non plus! Je le jure.


MAUDE sent un biscuit de plus près.


MAUDE

Ça sent comme le...

C'est du romarin!


MÉLANIE

(Faussement outrée)

Mais c'est épouvantable!

Ça va bien avec le poulet, ça,

pas le chocolat!


MAUDE goûte au biscuit.


MAUDE

C'est pas mauvais, là,

mais c'est quand même bizarre.

Je suis pas sûre

que tout le monde va aimer ça.


MÉLANIE

OK! On abandonne.


Le téléphone de MÉLANIE sonne.


MÉLANIE

(Répondant au téléphone)

Allô?

(Très enthousiaste)

Ah, super!

Oui, oui, oui, c'est parfait.

Oui, oui, je sais

comment me rendre.

OK, oui, c'est super.

Merci beaucoup, papa!


MÉLANIE fait semblant de s'étouffer.


MÉLANIE

Pap... pa... pa.

Merci beaucoup, monsieur!

Oui, OK, d'accord, bye.


MÉLANIE raccroche.


MÉLANIE

C'était le... directeur

de la résidence Soleil Couchant!

Qui vérifiait si on venait toujours.


MAUDE

Avec nos biscuits aux fines herbes?


MÉLANIE

Bien oui! C'est...


MÉLANIE prend une bouchée de biscuit.


MÉLANIE

Hum! Que c'est bon.

Hum! Menoum, menoum.

Bon, il est où?


MÉLANIE prend un plat de plastique contenant les biscuits.


MÉLANIE

OK, viens-t'en.


MÉLANIE donne le plat à MAUDE.

Prends ça dans tes mains,

rends-toi utile.

Merci.



MÉLANIE pousse MAUDE vers la porte de la maison.


MÉLANIE

OK, go.

Bye, tout le monde! Salut!


AUDREY et JULIEN

Bye!


MAUDE et MÉLANIE sortent de la maison.


AUDREY

Tu vois? Maude fait la cuisine,

moi, je joue des tours.


JULIEN met un biscuit dans le chandail d'AUDREY.


AUDREY

Ah! Qu'est-ce que t'as fait là?!


JULIEN

Je t'ai joué un tour!

Bien, là, c'est drôle.

Tu devrais rire.


AUDREY

(Fâchée)

Bien, je la trouve pas drôle.


JULIEN

C'est parce que t'es trop sérieuse,

t'es plate.


AUDREY

(Insultée)

Plate, tu dis?

Mais sais-tu quoi,

mon beau Julien?

Tu peux oublier le planétarium.


JULIEN

(Déçu)

Non! Pas le planétarium!


Pendant ce temps, chez les Beaucage, HUGO lève un haltère, seul à la cuisine.


HUGO

(Pour lui-même)

Je vois pas ce qu'il avait

à se plaindre.

C'est super bébé fafa.



FRANCIS descend l'escalier, un ordinateur portable dans les mains.


FRANCIS

Je sais pourquoi ça marchait pas,

ton affaire.


HUGO

Bien oui, ça marche, regarde!


HUGO montre à FRANCIS qu'il soulève l'haltère facilement. FRANCIS vient s'asseoir avec HUGO avec l'ordinateur.


FRANCIS

J'ai fait une recherche sur Internet.

Puis moi, je suis ectomorphe.

Tandis que toi,

t'es full mésomorphe.


HUGO

Fais bien attention à ce que tu dis.


FRANCIS

Tu sais pas ce que

ça veut dire, hein?


HUGO

Je l'ai déjà su.

Sauf que je ne m'en rappelle plus.


FRANCIS

C'est les types physiques.

Ectomorphe, c'est comme moi:

un grand maigre

avec un métabolisme rapide.

Il faut pas que je m'entraîne autant,

c'est pas bon.


HUGO

Je peux le changer, ton entraînement.


FRANCIS

Merci, mais ça sert à rien.

Les ectomorphes,

ça prend full longtemps

avant qu'ils prennent du muscle.

Tandis que toi, un mésomorphe,

t'as juste à regarder un haltère...

puis tes biceps grossissent.


HUGO

Je te jure, là, je peux t'aider

à devenir un vrai...

ectomorphe.

Hein?


FRANCIS

Chacun sa force, hein.


HUGO

Ouais.


FRANCIS

Je ne veux plus boire un shake

aussi dégueulasse.


HUGO

(Insulté)

Mes shakes sont super bons,

tu sauras!


HUGO goûte au frappé qu'il a fait à FRANCIS. HUGO essaie d'aller au lavabo mais FRANCIS l'en empêche.


FRANCIS

Hé, non! Hé, avale!

Crache pas!

Crache pas.


HUGO

(Grimaçant)

Excellent.


Un peu plus tard, MAUDE et MÉLANIE entrent dans la chambre de MAUDE.


MAUDE

J'en reviens pas!

Ils ont tellement aimé ça;

il va falloir les refaire.


MÉLANIE

Oh, non, ça presse pas.


MAUDE

En tout cas, ça va faire

un super bon article.

Mais c'est quand même bizarre,

le directeur de la résidence

qui savait pas on était qui.

Comme s'il avait jamais entendu

parler des Jeunes Bénévoles.

En as-tu parlé à ton responsable?

Tu devrais l'appeler.


MÉLANIE

Ouais... euh, non.

Maude, il faut que

je te... dise quelque chose.

Ce qu'on a fait aujourd'hui,

bien, c'était pas vraiment

une activité des Jeunes Bénévoles.


MAUDE

(Perplexe)

C'était quoi, d'abord?


MÉLANIE

(Gênée)

Bien... j'ai inventé ça,

ce matin, là.

Mon père m'a trouvé

une résidence pour personnes âgées

à la dernière minute, puis...

c'est moi qui ai mis

le romarin dans les biscuits.


MAUDE

Pourquoi t'as fait ça?


MÉLANIE

Bien, je voulais juste...

passer du temps avec toi!

Faire des biscuits

comme quand on était petites.

Comme quand on était...

best.


MAUDE ne sait pas quoi répondre. À cet instant, STÉPHANIE entre dans la chambre de MAUDE.


STÉPHANIE

Maude!

Jennifer essaie de t'appeler

sur Skype, sur le portable,

dans ma chambre.


MAUDE

J'y vais, merci.


MAUDE sort de sa chambre.


STÉPHANIE

Puis, les biscuits?


MÉLANIE

(Soupirant)

Ha.


STÉPHANIE

(Préoccupée)

Qu'est-ce que t'as, toi?


MÉLANIE

J'ai... j'ai menti à Maude

toute la journée!

Juste... parce que je voulais

passer du temps avec elle.


STÉPHANIE

Bien, vous passez

plein de temps ensemble!


MÉLANIE

Non.

Plus comme avant!

Depuis que Maude est amie

avec Jennifer, on se voit moins!

Puis là, après ce que j'ai fait,

elle ne voudra plus me voir.


STÉPHANIE

Hum. Tu penses pas

que tu devrais lui dire tout ça?


MÉLANIE sourit timidement à STÉPHANIE. Entre temps, au salon, AUDREY va voir JULIEN.


AUDREY

Julien...

Je m'excuse.


JULIEN lève sa main pour montrer qu'il ne veut rien entendre.


AUDREY

Puis, c'est vrai que je me suis

un peu énervée pour rien.

Donc...

on va aller au planétarium,

comme je l'avais dit.


JULIEN

Hein? On va aller au planétarium?


AUDREY

Hum-hum.


JULIEN

(Enthousiaste)

C'est vrai?

Ah, t'es super!


AUDREY

(Blaguant)

Bien non, je suis plate.

C'est juste que les billets

étaient déjà achetés.


JULIEN

Oui, mais il va falloir

attendre après Hugo

puis ça va prendre

au moins 10 000 ans!


On entend la douche couler dans la salle de bain.


AUDREY

Peut-être pas 10 000 ans.

Attends.

(Criant)

Hugo! Achèves-tu?


HUGO

(Criant de la douche)

Oui, il reste juste

à laver mes cheveux!


JULIEN

Les cheveux!

Mais ça va prendre au moins

5 000 ans de plus!


AUDREY

Sais-tu quoi?

Pas besoin de l'attendre.

On peut partir sans lui.

Allez, viens-t'en.


AUDREY et JULIEN se lèvent. À cet instant, FRANCIS entre chez les Allard-Fraser.


FRANCIS

Hé! Hugo, il est-tu là?


AUDREY

Ah, c'est pour l'engueuler?


FRANCIS

Non, c'est pour le remercier.

Ça a pas marché, son affaire,

mais c'était gentil.


AUDREY

Hé, Francis,

est-ce que t'aimerais ça,

venir au planétarium avec nous?


FRANCIS

Vous trois?


AUDREY

Non, avec nous deux.


AUDREY se pointe et pointe JULIEN.


AUDREY

Je te donnerais le billet d'Hugo.

Je suis vraiment trop tannée

de l'attendre.


FRANCIS

Bien, OK, oui!

Il y a eu du nouveau

depuis que je suis allé.


JULIEN pousse un cri de joie. AUDREY, JULIEN et FRANCIS sortent de la maison. HUGO sort de la salle de bain, une serviette autour de la taille.


HUGO

Ah, finalement,

il faut que je laisse agir

le revitalisant pendant 10 minutes.

(Cherchant AUDREY)

Audrey!


À l'étage, MAUDE et MÉLANIE discutent sur le lit de MAUDE.


MAUDE

Mais non, là.

J'en ai parlé avec Jennifer,

puis elle aussi,

elle a remarqué que je fais

moins d'affaires avec toi.


MÉLANIE

Si Jennifer le dit...


MAUDE

Mais c'est vrai

qu'on a eu du fun aujourd'hui.

Puis on a rendu

du monde heureux, hein.


MÉLANIE

(Enthousiaste)

Est-ce que ça veut dire

que... tu vas rentrer

dans les Jeunes Bénévoles?

Dis oui!

Ça serait le fun

de bénévoler ensemble!


MAUDE

Woh! Je vais commencer

par écrire un vrai article

sur un vrai projet

des Jeunes Bénévoles.


MÉLANIE: OK! Bien, je peux te tenir au courant de tout ce qui se passe puis t'auras juste à... choisir parmi les activités. [MAUDE

Oui, c'est bon.

Tu sais, Mélanie, pas besoin

d'inventer des scénarios

pour me forcer à passer

du temps avec toi.


MÉLANIE

Je sais, je suis désolée.


MAUDE

C'est pas grave.

Mais tu sais,

comme mon père dit,

des fois...


MÉLANIE

(Grimaçant)

Ouh...


MAUDE

(Souriant)

Tu peux pas tirer sur une fleur

pour qu'elle pousse, tu comprends?


MÉLANIE

Ha! Non...

(Moqueuse)

Est-ce que tu viens

de te comparer à une fleur?


MAUDE

Non.


MÉLANIE

Oui!


MAUDE et MÉLANIE rient.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par