Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The terrible call

Jennifer isn`t sure she wants to speak to her father for the first time since he went to prison. Good thing she can count on Maude to help her.



Réalisateur: Christian Laurence
Acteurs: Josquin Beauchemin, Romane Denis, Rose-Maïté Erkoreka
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

[Début information à l'écran]

Le redoutable appel

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture

C'est le matin chez les Beaucage. BRIGITTE boit un café à la cuisnie alors que JULIEN arrive et ouvre le réfrigérateur. JULIEN prend le carton de lait et le porte à sa bouche.


[BRIGITTE:] Julien! Les verres,

c'est pas pour les chiens.

(BRIGITTE enlève le carton de lait à JULIEN et lui verse un verre.)


[JULIEN:] Hum! Mais j'allais

le finir!


[BRIGITTE:] Voyons! Il est

à moitié plein.


[JULIEN:] J'ai pas dit que j'allais

le finir ce matin.

(JENNIFER entre dans la cuisine.)


[BRIGITTE:] Ah! T'es déjà prête

pour l'école?


[JENNIFER:] Oui, j'ai un projet d'arts

plastiques super cool

à faire avec Maude,

on fait des masques.


[JULIEN:] Tu devrais en faire un

moitié homme lézard, moitié momie,

moitié extraterrestre.


[JENNIFER:] Premièrement,

c'est pas mon genre,

puis deuxièmement, je pense que

tu devrais revoir tes fractions,

parce que trois moitiés,

ça fait pas un masque.


[BRIGITTE:] Jennifer, sais-tu

quel jour on est aujourd'hui?


[JENNIFER:] Mercredi?
[BRIGITTE:] C'est l'anniversaire de ton

père; il va appeler ce soir.

(JENNIFER ne répond pas et serre les dents. Pendant ce temps, à l'école, BASTIEN et FRANCIS placent des cônes dans la salle des pas perdus.)


[FRANCIS:] C'est malade, ton affaire!

Ça vaut tellement la peine

d'être venus à l'école aussi tôt!

Avec ça, c'est sûr qu'on va être

acceptés sur Face de geeks.


[BASTIEN:] Woh, là!

J'ai juste fabriqué

une paire de lunettes

qui fait voir à l'envers.


[FRANCIS:] Hé! T'es trop modeste.

Avec ça, on peut

prouver à l'humanité

que le cerveau peut s'adapter

à une vision inversée.


[BASTIEN:] Techniquement,

c'est Theodor Erismann

qui l'a déjà prouvé en 1950.


[FRANCIS:] 1950! Avec les

jeux vidéo aujourd'hui,

je te gage que les jeunes

peuvent s'adapter deux fois plus vite.


[BASTIEN:] Bon! Alors,

je te donne les lunettes.

Je te dis quoi faire,

et puis, je te filme.

(BASTIEN donne les lunettes à FRANCIS.)


[FRANCIS:] OK. OK...

(FRANCIS mets les lunettes. BASTIEN filme avec son téléphone.)


[BASTIEN:] Alors, verse 200 ml de jus,

hein, pas plus, pas moins.

(L'image est à l'envers, pour montrer le point de vue de FRANCIS.)


[FRANCIS:] Hein?

Ça dure tu longtemps,

l'expérience?

(L'image revient à l'endroit.)


[BASTIEN:] Bien, si tu veux t'habituer

à voir à l'envers,

je dirais...

toute une journée. Pourquoi?


[FRANCIS:] Je sais pas, je me sens...

(FRANCIS court vers la poubelle la plus proche pour vomir. Au même moment, chez les Beaucage, JULIEN, JENNIFER et BRIGITTE sont encore dans la cuisine.)


[JULIEN:] Est-ce que

mon oncle André va avoir

un gâteau de fête en prison?


[BRIGITTE:] Ça m'étonnerait, Julien.
[JULIEN:] C'est tellement pas cool!
[JENNIFER:] La prison, c'est pas fait

pour être cool.


[BRIGITTE:] Ma chouette, penses-tu

que peut-être, tu pourrais parler...


[JENNIFER:] Non, essaie pas.

Je veux pas lui parler.


[JULIEN:] Bien là!

C'est sa fête!


[BRIGITTE:] C'est correct.

Elle a le droit de pas vouloir

parler à son père, même si

c'est sûr que ça lui ferait

très plaisir de parler à sa fille

pour son premier anniversaire

en prison.


[JENNIFER:] Maman!
[BRIGITTE:] Je m'excuse, ma grande,

mais je pense que ce serait

peut-être le temps de passer

à une nouvelle étape.

Tu lui as pas dit un mot

depuis des mois!

Juste « bonne fête », ça serait

un début de quelque chose.


[JULIEN:] Moi, je veux

lui souhaiter bonne fête!

Pis c'est juste mon « mononcle ».


[BRIGITTE:] Julien, s'il te plaît.

Ma grande, je sais

que je t'en demande beaucoup.

Même moi, je trouve ça encore

difficile de lui parler.

Mais j'ai juste peur

que plus t'attends,

plus ça va être dur

de reprendre le contact.


JENNIFER (Impatiente)

OK,

je vais lui dire bonne fête!


[BRIGITTE:] J'ai vraiment l'impression

de te forcer.


[JENNIFER:] Non! Je peux

aller à l'école?


[BRIGITTE:] Mais oui, vas-y.
[JENNIFER:] OK. Bye!

(JENNIFER part.)


[BRIGITTE:] Bonne journée!
[JULIEN:] Tante Brigitte,

est-ce que tu vas lui offrir

un cadeau, à mon oncle André?


[BRIGITTE:] Euh... non.
[JULIEN:] Pas de gâteau,

pas de cadeau?

Ça va être la pire fête

de sa vie!


[BRIGITTE:] Mais oui.

(À l'école, BASTIEN a mis les lunettes et voit à l'envers. FRANCIS le filme.)


[BASTIEN:] Oh! Oh! Tu vois?

Il y a rien là!

Je suis sûr que t'es du genre

à être malade dans un manège

dans le tourniquet de l'entrée!

Ha! Ha! Ha!

(BASTIEN se met à tituber.)


[BASTIEN:] Hein? Oh... Attends.

Oh...

Ah non...

Je vais vomir.

Je vais vomir.

Je veux pas vomir!

(BASTIEN va vomir dans la poubelle.)


[BASTIEN:] Ah... Je pense

que ça va nous prendre

un nouveau cobaye.

(MAUDE arrive à cet instant.)


[FRANCIS:] Hé, Maude!

Ça te tente d'être notre cobaye?


[MAUDE:] Hum! Vous faites

une expérience?

(MAUDE voit le vomi dans la poubelle.)


[MAUDE:] Ih! Ç'a pas l'air

super le fun.


[BASTIEN:] La science, c'est très,

très, très amus...

(BASTIEN vomit encore.)


[BASTIEN:] Ah!
[MAUDE:] Hum...Tu sais ce que j'aime

encore plus que la science?

Pas vomir à l'école.

Bonne chance!

(MAUDE s'en va. Un peu plus tard, MAUDE et JENNIFER sont dans le local d'arts plastiques.)


[MAUDE:] Est-ce que ça va, Jen?

JENNIFER (Sans enthousiasme)

Quoi? J'ai pas l'air d'aller?

(MAUDE n'insiste pas. MÉLANIE entre dans le local.)


[MAUDE:] Allô! Ah!

Vous faites des masques?

Si je vous critique sur votre travail,

est-ce que vous allez me signer

mon carnet de bonnes actions

pour les Jeunes Bénévoles?


[MAUDE:] Ha! Depuis quand

critiquer c'est une bonne action?


[MÉLANIE:] Je sais pas.

Ça pourrait vous permettre

d'améliorer vos oeuvres.


[MAUDE:] Ha!
[MÉLANIE:] S'il vous plaît,

laissez-moi juste vous aider

un tout petit peu!

Je veux montrer

à Raphaël Jolicoeur

qu'il est pas le seul bénévole

à pouvoir se ramasser des badges

chaque semaine.


MAUDE (Sarcastique)

Veux-tu

faire mon masque,

tant qu'à y être?


[MÉLANIE:] OK, d'accord!

Quelle couleur tu veux?


JENNIFER (Impatiente)

Mélanie! Mélanie,

t'es vraiment gossante.


[MÉLANIE:] Ha!

Pogne pas les nerfs,

là, s'il te plaît.


[MAUDE:] Mel, si tu veux faire

une bonne action,

je viens de penser à ça,

il y a Francis et Bastien

qui se cherchent un cobaye

pour leur expérience scientifique.

Ils sont dans la salle des pas perdus.


[MÉLANIE:] Sérieux?

Pourquoi tu l'as pas dit

plus tôt?

J'y vais! Salut!

(MÉLANIE sort du local.)


[MAUDE:] Bon! Maintenant qu'on a

la paix, tu vas me dire

pourquoi t'es de même

ce matin.


[JENNIFER:] J'ai dit à ma mère

que j'allais parler

à mon père ce soir.


MAUDE (Soulagée)

OK!

Je pensais que t'allais

m'annoncer une grosse nouvelle,

genre: je retourne à Rimouski.

(JENNIFER regarde MAUDE sans répondre.)


[MAUDE:] Non, mais...

mais je comprends.

C'est vrai que c'est pas

simple non plus

parler à ton père en prison aussi.

(Pendant ce temps, chez les Beaucage, JULIEN est au salon. BRIGITTE entre dans la pièce.)


[BRIGITTE:] Veux-tu ben me dire

comment Jennifer a fait

pour encore oublier son lunch?

Elle l'avait dans les mains

30 secondes avant de partir!

Es-tu prêt pour l'école, toi?


[JULIEN:] Oui, presque.

Je suis en train de penser

à un cadeau pour mon oncle André.


[BRIGITTE:] Ah! Julien!

Des fois,

t'es tellement trop adorable!

Bon, allez!


[JULIEN:] J'ai presque

tout ce qu'il me faut,

mais il me manque

quelques petits trucs.

Est-ce que tu pourrais

aller me chercher ça

pendant que je suis à l'école,

ce matin?

(JULIEN donne une liste à BRIGITTE.)


[BRIGITTE:] Ah...

C'est pour un bricolage?


[JULIEN:] Oui. Bien oui.

(BRIGITTE lit la liste.)


[BRIGITTE:] Pourquoi tu veux

un éventail?


[JULIEN:] Oh... tu vas voir.
[BRIGITTE:] Puis du parfum?
[JULIEN:] Oui, une petite bouteille.

N'importe quelle sorte.

Il faut juste que ça pue!


[BRIGITTE:] Qu'est-ce

que tu prépares?


[JULIEN:] Je te l'ai dit, ma tante:

un cadeau!

Il faut bien que quelqu'un

pense à mon oncle André.

Tu veux pas m'aider?


[BRIGITTE:] Mais oui, mais oui,

mais oui. Allez!


[JULIEN:] Merci, ma tante!

J'en aurais besoin pour ce midi.


[BRIGITTE:] D'accord.

Bonne journée!

(Le téléphone de BRIGITTE sonne.)


[BRIGITTE:] Ah!

(JULIEN sort de la maison. BRIGITTE répond au téléphone.)


BRIGITTE (Parlant au téléphone)

Oui! Allô, André. Ah...

Bien oui, bonne fête, hum!

Oui, j'ai une bonne nouvelle

pour toi.

Devine qui a enfin décidé

de te parler.

(Dans le local d'arts plastiques, MAUDE et JENNIFER discutent.)


[MAUDE:] Qu'est-ce que tu vas

lui dire, à ton père?


[JENNIFER:] Tu t'es fait des amis?

Tu manges bien?

Mon père est en prison,

pas dans un camp de vacances.


[MAUDE:] Euh...
[JENNIFER:] Hum...

je sais tellement pas

quoi lui dire! Aide-moi.

(JENNIFER se met le visage dans les mains. Pendant ce temps, dans la salle des pas perdus, BASTIEN et FRANCIS expliquent leur expérience à MÉLANIE.)


[BASTIEN:] C'est une super expérience

pour déterminer la plasticité cérébrale.


[FRANCIS:] Pour prouver que

le cerveau peut s'adapter...


[MÉLANIE:] Sautez

vos leçons de geeks.

Dites-moi ce que je dois faire

pour avoir des points

de bonne action.


[BASTIEN:] Tu mets ces...

ces lunettes-là.


[MÉLANIE:] C'est tout?
[FRANCIS:] Non, attends, attends!

C'est important de garder

les lunettes toute la journée.

Sinon, ça peut débalancer le test.


[BASTIEN:] Pour voir à quel point

ton cerveau s'habitue...


[MÉLANIE:] Ça veut dire

que ça va me faire

toute une journée de bénévolat?


[FRANCIS et BASTIEN:] Oui.
[MÉLANIE:] Ha! ha! Ça va tellement

écoeurer Raphaël Jolicoeur!

OK! Donc, je mets ça

comme ça?


[BASTIEN:] Oui, attention.

(BASTIEN aide MÉLANIE à mettre les lunettes.)


[MÉLANIE:] Attention à mes cheveux,

Bastien. OK!

(On voit maintenant le point de vue de MÉLANIE, tout est à l'envers. MÉLANIE tombe.)


[MÉLANIE:] Woh... Woh! Oh!

Ah! Êtes-vous

complètement malades?

(Par terre, MÉLANIE enlève les lunettes. Entre temps, MAUDE et JENNIFER sont toujours au local d'arts plastiques.)


[JENNIFER:] Peut-être qu'il a changé

depuis qu'il est en prison...

Qu'est-ce que je fais

s'il me dit des affaires comme:

« J'ai aiguisé ma brosse à dents

pour me faire un couteau? »


[MAUDE:] Bon, OK.

On va trouver quoi lui dire,

à ton père.


[JENNIFER:] Bien là!

Comment veux-tu faire ça?

(MAUDE fixe la table sans savoir quoi répondre.)


[JENNIFER:] Je sais.

(JENNIFER se lève et donne l'un des masques qu'elles doivent décorer à MAUDE.)


[JENNIFER:] Prends ça.

(MAUDE prend le masque d'un air perplexe. Pendant ce temps, dans la salle des pas perdus, BASTIEN et FRANCIS aident MÉLANIE à se relever. MÉLANIE redonne les lunettes à BASTIEN.)


MÉLANIE (Fâchée)

Ah...

Vous m'avez jamais dit

que ces lunettes-là

faisaient tout voir à l'envers!


[BASTIEN:] Mais tu m'as pas

laissé le temps de tout

t'expliquer l'expérience!


[MÉLANIE:] Je t'arrête.

Il est hors de question

que je me promène avec ça

dans l'école toute la journée.

(MÉLANIE prend son sac à dos pour partir.)


[BASTIEN:] Mélanie, Mélanie!

Pense à tous

les points de bénévolat

que tu pourrais gagner!


[FRANCIS:] C'est vrai.

Tu vas accumuler assez d'heures

pour avoir deux badges.


[MÉLANIE:] Attends un peu.

Six heures de cours,

plus l'heure de dîner,

plus le temps de faire les tests.

Deux badges!

(BASTIEN tend les lunettes à MÉLANIE qui les reprend.)


[BASTIEN:] Yes!
[MÉLANIE:] Bon. Qu'est-ce

que je dois faire?


[FRANCIS:] La première expérience,

c'est de marcher en zigzag

entre les cônes le plus vite

que tu peux.


[MÉLANIE:] Plus vite

que je peux, OK.


[FRANCIS:] OK,

go!

(FRANCIS démarre un chronomètre et BASTIEN filme MÉLANIE qui commence à avancer.)


[MÉLANIE:] C'est dif... Oh! Oh!

Ça va.

Ça va très, très bien.

(MÉLANIE fonce dans les cônes et titube.)


[MÉLANIE:] Oh!
[BASTIEN:] On part de loin, hein?
[MÉLANIE:] Je m'accroche

à quelque chose... Oh!

(MÉLANIE tombe.)


[FRANCIS:] On va recommencer.

(FRANCIS va aider MÉLANIE à se relever.)


[MÉLANIE:] Ça va pas bien.

(Étourdie)

Ah!

Ha! ha!


[FRANCIS:] Stabilise-toi,

stabilise-toi.

(Pendant ce temps, MAUDE a mis le masque que JENNIFER lui a donné et fait semblant de parler au téléphone avec JENNIFER.)


MAUDE (Parlant au téléphone)

Salut, Jennifer. C'est papa.

Ça va bien?


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Oui. Bonne fête.


MAUDE (Parlant au téléphone)

Merci.

Ça va bien à l'école?


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Tu veux savoir

comment ça va à l'école?

Dans une nouvelle école

où je suis obligée d'aller

à cause de toi?

Dans une nouvelle ville

où je suis obligée de vivre

à cause de toi?

Loin de toutes mes amies

de Rimouski

que j'ai perdues à cause de toi?


MAUDE (Parlant au téléphone)

On peut changer

de sujet...


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Non, non.

Je veux répondre à ta question.

Ça va très bien à l'école,

ça va très bien

dans ma nouvelle ville.

Sais-tu pourquoi?

Parce que je suis pas obligée

de te voir et de te parler,

car ici, mes amis me jugent pas

pour ce que toi, t'as fait.


MAUDE (Parlant au téléphone)

Euh... Je... On...


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Pourquoi t'as fait ça, hein?


MAUDE (Parlant au téléphone)

Je… j'aime ça l'argent?


JENNIFER (Parlant au téléphone)

Oh oui? T'aimes l'argent plus

que moi, plus que ta famille,

c 'est ça?

(MAUDE pose son téléphone et enlève son masque.)


[MAUDE:] Bien là,

je sais pas quoi répondre.


[JENNIFER:] Moi, je sais.

Je sais enfin quoi répondre!

J'ai honte de mon père!

C'est ça. C'est ça que

je vais dire ce soir.

(MAUDE baisse les yeux, troublée. Au même moment, dans la salle des pas perdus, MÉLANIE continue d'avancer avec les lunettes.)


[BASTIEN:] Alors, on passe

au prochain test?


[MÉLANIE:] Non, non. Attends.

J'ai mal... J'ai mal au coeur.

Bastien, pourrais-tu demander

au mur d'arrêter de tourner?


[FRANCIS:] Si t'es étourdie,

tourne sur toi-même,

mais dans le sens inverse

que ça tourne dans ta tête;

ça va t'équilibrer.


[MÉLANIE:] OK. Ça tourne...

(MÉLANIE tourne sur elle-même.)


[MÉLANIE:] OK! Hé,

ça marche, les gars!

Ça va vraiment mieux!

(MÉLANIE tombe.)


[MÉLANIE:] Ah! Ouh!
[BASTIEN:] Woh! Woh!

(BASTIEN soulève MÉLANIE et la traîne.)


[MÉLANIE:] Ah!
[BASTIEN:] OK! On va passer

au prochain test, n'est-ce pas?


[MÉLANIE:] C'est vraiment pas cool,

les gars.


[BASTIEN:] Oui, oui, oui.
[MÉLANIE:] Non...
[BASTIEN:] T'es correcte?
[MÉLANIE:] Non.
[BASTIEN:] Non... OK!

(Plus tard, chez les Beaucage, JULIEN prépare sa surprise dans le salon. JENNIFER entre dans la maison.)


[JULIEN:] Hé, regarde pas!

C'est une surprise.


[JENNIFER:] Pourquoi, c'est une surprise?

Je suis pas venue t'espionner.

Je suis venue chercher mon lunch.

Une surprise pour moi?


[JULIEN:] Non, c'est le cadeau

de mon oncle André.


[JENNIFER:] Tu fais un cadeau

à mon père!

Es-tu malade?

Sais-tu au moins

pourquoi il est en prison?


[JULIEN:] Parce que c'est un voleur.
[JENNIFER:] Exactement!

Il a été très méchant.

Il a volé

plein de gens innocents,

il mérite pas de cadeau.


[JULIEN:] C'est juste à Noël

qu'on en a pas

quand on est méchant.


[JENNIFER:] Écoute-moi bien, Julien.

Mon oncle André que t'aimes tant,

c'est un bandit

qui nous a abandonnés.

Je suis sûre qu'il se fout

de moi, de ma mère,

et encore plus de toi!

(BRIGITTE entre dans le salon.)


[BRIGITTE:] Jennifer!
[JULIEN:] Bon, OK, là!

Je vais enlever ton nom

dans la carte de fête.

(Au même moment, à l'école, MAUDE et MÉLANIE dînent ensemble. MÉLANIE porte les lunettes expérimentales.)


[MÉLANIE:] Je te le dis, Maude!

Voir le monde à l'envers,

c'est extraordinaire.


[MAUDE:] C'est vrai que t'as l'air

de t'être bien adaptée.


[MÉLANIE:] Hum, hum!

J'ai découvert...

Comment je pourrais te dire ça?

Une nouvelle perspective.

Mon intelligence supérieure

a remastérisé la matrice

de l'univers inversé

pour débloquer le potentiel

de mon cerveau.


[MAUDE:] Assez pour comprendre

ce que tu dis?


[MÉLANIE:] Ha! Regarde ça.

Essaie d'attraper quelque chose

en voyant tout à l'envers.


[MAUDE:] Hum...

(MÉLANIE lance une pomme et la rattrape. BASTIEN, qui était près de leur table, vient voir MÉLANIE.)


[BASTIEN:] Mélanie, c'est super, ça!

T'as pas mal au coeur?


[MÉLANIE:] Non. Je pourrais même

manger deux desserts.


[BASTIEN:] Ah! Mais c'est malade!

C'est parce que là,

on a un record du monde.

Francis en reviendra pas,

et c'est sûr qu'on va être

acceptés chez Face de geeks.


[MAUDE:] Que veux-tu dire,

record du monde?


[BASTIEN:] Selon mes calculs,

normalement,

ça prend environ

à peu près deux semaines

avant d'être capable d'attraper

quelque chose au vol.

C'est assez incroyable, hein?


[MAUDE:] On dirait que vous avez

une cobaye... très spéciale.


[MÉLANIE:] Tu sais, je me suis pas

adaptée tant que ça.

(MÉLANIE se met à tâtonner autour d'elle pour faire croire qu'elle est désorientée.)


[MÉLANIE:] Ouh, ça tourne.
[BASTIEN:] OK, on va aller faire

d'autres tests. Viens avec moi.!


[MÉLANIE:] Hein? Ah! OK.

(BASTIEN prend MÉLANIE par les mains pour l'aider à se lever.)


[BASTIEN:] Comme ça.

Je vais te lever.


[MÉLANIE:] Ha! ha!

(Chez les Beaucage, JULIEN et JENNIFER sont assis côte à côte sur le divan. BRIGITTE est debout devant eux.)


[BRIGITTE:] Bon! Alors,

il y a vraiment trop

d'énergie négative qui circule ici.

Alors, vous allez fermer les yeux.

(JENNIFER lève les yeux au ciel.)


BRIGITTE (Fermement)

J'ai dit:

Vous fermez les yeux.

(JENNIFER ferme les yeux à contrecoeur. JULIEN joue le jeu et prend une position de yogi.)


[BRIGITTE:] Et là, vous allez

vous imaginer

que vous êtes entourés

d'une belle lumière blanche.

(En gardant les yeux fermés, JULIEN se met à sourire.)


[BRIGITTE:] Julien, j'ai dit

une lumière blanche,

pas des boules de feu.


[JULIEN:] Hein? Comment tu sais?
[JENNIFER:] C'est pas dur de se mettre

dans ta tête, Julien.


[BRIGITTE:] Vous allez prendre

une grande inspiration.

(BRIGITTE prend une grande inspiration.)


[BRIGITTE:] Vous allez ouvrir

les yeux tranquillement.

Et là, on va discuter calmement.

Jennifer, c'est à toi.

(BRIGITTE s'assoit. JENNIFER et JULIEN ouvrent les yeux.)


[JENNIFER:] Julien, je veux pas

que tu donnes de cadeau à mon père,

il en mérite pas.


[JULIEN:] Moi, mon oncle André

c'est mon « mon oncle » préféré.

À ma fête, il m'a même offert

un gros dinosaure qui tire

des lasers avec ses yeux.

Piou! Piou! Piou!


[JENNIFER:] C'est quoi, le rapport?
[JULIEN:] Les vrais méchants,

ça donne pas des gros dinosaures

qui tirent des lasers avec leurs

yeux; tout le monde sait ça!


[JENNIFER:] Donne-lui

ton cadeau niaiseux, d'abord.


[BRIGITTE:] Jennifer, tu oublies

qu'André était pas le seul coupable.

Il avait des patrons

aussi croches que lui.


[JENNIFER:] Ça change pas le fait

que c'est un escroc.


[BRIGITTE:] C'est vrai, c'est très grave

ce qu'il a fait,

mais c'est quand même ton père.


[JENNIFER:] Je vais lui dire

que j'ai honte de lui.

Et c'est tout ce qu'il mérite

pour sa fête.


[BRIGITTE:] Si tu lui dis ça,

tu risques de le regretter.


[JENNIFER:] Mais c'est la vérité!

(JENNIFER se lève en prenant son sac à dos.)


[BRIGITTE:] Quand on n'est

pas capable de contrôler

nos émotions,

la vérité sort tout croche.

Je te laisserai pas lui parler

tant que tu seras pas calmée.


[JENNIFER:] J'ai le droit

de lui parler quand je veux.


[BRIGITTE:] Pas si je suis

pour te ramasser

à la petite cuiller après.

(JENNIFER quitte la maison en soupirant.)


[JULIEN:] Ma tante?

Est-ce que c'est vrai qu'en prison,

il y a juste un gros bol de toilette

pour tous les prisonniers?


BRIGITTE (Perplexe)

Hum?

(Pendant ce temps, dans la salle des pas perdus, MÉLANIE essaie d'empiler des verres les uns par-dessus les autres en portant les lunettes. BASTIEN et FRANCIS sont assis avec elle.)


[MÉLANIE:] Oh! Hé, là,

je sais pas ce qui se passe.

Mon mal de coeur est revenu

puis tout a recommencé

à tourner.


[BASTIEN:] Mais c'est pas logique

parce que tu étais correcte tantôt.


[MÉLANIE:] Mais tu sais,

c'était peut-être juste

une adaptation temporaire

de mon cerveau.


[FRANCIS:] Je peux te parler

deux minutes, Bastien?


[BASTIEN:] Ouais.

(BASTIEN et FRANCIS se lèvent pour aller parler à l'écart.)


[FRANCIS:] Ses résultats sont

encore pires qu'à matin.

Ça fait pas de sens.


[BASTIEN:] Je l'ai vue à midi,

elle avait pas mal au coeur.

En plus, je l'ai vue lancer

une pomme et la rattraper.


[FRANCIS:] On va jamais être

acceptés sur Face de geeks

si on peut pas faire

une expérience avec des résultats

qui ont du sens.


[BASTIEN:] Il doit y avoir

une explication logique,

comme un

empoisonnement alimentaire!


[FRANCIS:] Plus simple que ça.

Hé, Mélanie!

(Assise à table, MÉLANIE lève la tête.)


[MÉLANIE:] Oui?
[FRANCIS:] Attrape.

(FRANCIS lance sa bouteille d'eau à MÉLANIE. MÉLANIE l'attrape.)


[MÉLANIE:] Ah!
[FRANCIS:] Tu triches!

(MÉLANIE se lève et se sauve en courant. FRANCIS et BASTIEN sont en colère. Au même moment, dans le local d'arts plastiques, MAUDE regarde les masques faits par JENNIFER et elle pour leur travail. JENNIFER entre dans le local.)


[MAUDE:] Pour qu'on puisse dire

qu'on a fait le travail ensemble,

il faudrait que nos masques

soient un peu semblables.


[JENNIFER:] On a juste à dire

que c'est la Belle et la bête.


[MAUDE:] Quel genre de bête?
[JENNIFER:] Moitié homme lézard,

moitié momie, moitié extraterrestre.


[MAUDE:] Une chance que c'est pas

un devoir sur les fractions, hein!


[JENNIFER:] Mais j'ai pas d'inspiration.

Ah! Tu sais quoi? Ma mère veut

pas que je parle à mon père

tant que je contrôlerai pas

mes émotions.

Mais moi, je contrôlerai pas

mes émotions

tant que j'aurai pas

parlé à mon père.


[MAUDE:] Bon, OK.

On va s'exercer encore.

Mais là, tu vas essayer

de garder ton sang-froid. Hum?


[JENNIFER:] Ça, c'est une bonne idée.

Je vais faire semblant

de garder mon sang-froid;

comme ça, ma mère va

me laisser parler à mon père.


[MAUDE:] À la seconde où elle

te passe le téléphone,

tu l'engueules

comme du poisson pourri?


JENNIFER (Innocemment)

Qu'est-ce qui te fait penser ça?

Est-ce que j'ai l'air

assez zen à ton goût?


MAUDE (Sarcastique)

Le Dalaï-lama en personne.

(Dans la salle des pas perdus, FRANCIS et BASTIEN rangent le matériel qu'ils ont utilisé pour leur expérience.)


[BASTIEN:] Je sais pas

ce qui m'a pris

de faire confiance à Mélanie.


[FRANCIS:] Je me demande comment

elle a fait pour tricher.


[BASTIEN:] C'est simple.

T'enlèves un miroir, tu vois tout droit.

En même temps, on peut pas

trop lui en vouloir.

C'était quand même difficile

comme expérience.


[FRANCIS:] Il y a pas d'expérience

trop difficile;

juste des cobayes pas assez courageux.


[BASTIEN:] Es-tu en train

de dire que tu veux

qu'on refasse l'expérience

moi et toi?


[FRANCIS:] Es-tu malade? Non!

Je dis qu'il faut trouver

un cobaye plus courageux.

Es-tu prêt à prouver

à Face de geeks

qu'on est dignes de devenir

membres officiels?

(BASTIEN regarde au loin.)


[BASTIEN:] Vers l'infini...
[FRANCIS:] Et plus loin encore...

(Entre temps, dans le local d'arts plastiques, JENNIFER parle au téléphone avec BRIGITTE pendant que MAUDE attend, assise à côté de JENNIFER.)


JENNIFER (Parlant au téléphone.)

Maman, je suis très calme.

Tu vas voir,

ça va bien se passer.

Moi aussi, j'ai hâte.

Bye!

(JENNIFER raccroche le téléphone en soupirant.)


[JENNIFER:] Bon! Je vais enfin

pouvoir dire à mon père

ce que je pense de lui.

(MÉLANIE entre dans le local.)


[MÉLANIE:] Dérangez-vous

surtout pas pour moi,

je viens juste vous emprunter

un tout petit peu de colle.

(MÉLANIE tient un morceau de miroir dans sa main.)


[MAUDE:] T'as brisé les lunettes?

Francis et Bastien

vont être en maudit.


[MÉLANIE:] Non, elles sont

pas brisées.

Je les ai juste...

modifiées un tout petit peu

pour les rendre plus endurables.


[MAUDE:] Je savais tellement

que tu trichais.


[JENNIFER:] Mélanie Prud'homme,

t'as pas honte?


[MÉLANIE:] J'aurais pas pu supporter

de voir à l'envers.

J'avais bien trop mal au coeur,

c'est inhumain.!

(JENNIFER se lève subitement.)


JENNIFER (Criant)

Que fais-tu

du respect?

Francis et Bastien ont travaillé

hyper dur pour leur expérience,

et toi, tu triches!

(À cet instant, BASTIEN et FRANCIS entrent dans le local.)


[JENNIFER:] C'est pas avec

des gens comme toi

que la science va évoluer!

C'est hyper malhonnête, Mélanie!

T'es juste une maudite tricheuse!


[FRANCIS:] Wow, Jennifer!

Je savais pas que t'étais une

défenderesse de la science!

Ça me touche, vraiment.


[JENNIFER:] Ça te touche?

Moi je m'en fous

complètement, de ton expérience.


[MAUDE:] Arrête, Jen!

(JENNIFER se calme tout d'un coup et se rassoit, découragée.)


[JENNIFER:] Ah... Je sais pas ce qui

se passe avec moi aujourd'hui.

Je m'excuse, je capote pour rien.

Je m'excuse, Mélanie.

Tu me pardonnes?


[MÉLANIE:] Mais absolument!

Inquiète-toi pas!

Tu sais, il y en a qui pètent

des coches pour rien.

Il y en a qui trichent

un tout petit peu.

Mais c'est pas grave, hein,

parce que dans la vie,

il faut savoir pardonner.

(Regardant FRANCIS et BASTIEN)

Donner une deuxième chance.


[BASTIEN:] Très bon speech,

Mélanie.

(BASTIEN reprend les lunettes. BASTIEN et FRANCIS sortent du local.)


[MÉLANIE:] Hein? Non, mais...

les gars!

J'ai quand même fait des efforts

tout l'avant-midi!

(Regardant MAUDE et JENNIFER)

Bien, presque, là...

(Sortant du local)

Vous êtes obligés de me donner

la moitié de mes points!

(MÉLANIE se lance à la poursuite de BASTIEN et FRANCIS.)


[JENNIFER:] Ma mère avait raison,

je suis pas capable

de contrôler mes émotions.

Je viens de chicaner Mélanie

pour quelque chose

qui me concerne même pas!


[MAUDE:] Non, elle est bonne, Mélanie,

pour nous faire

pogner les nerfs. Ha!

(La cloche de l'école sonne.)


[MAUDE:] Ah! Pas déjà!

On n'a même pas fini

nos masques!


[JENNIFER:] Viens chez nous ce soir,

on va les finir.


[MAUDE:] Si ça prend

plus qu'une heure, je brise tout,

et on dira à la prof que c'est

de l'art abstrait, OK?

(Après l'école, JENNIFER rentre chez les Beaucage. JENNIFER pose ses choses sur la table de la cuisine. BRIGITTE prépare le repas. JULIEN entre dans la cuisine et dépose une boîte sur le comptoir devant BRIGITTE.)


[JULIEN:] J'ai fini le cadeau

de mon oncle André!


[BRIGITTE:] Ah! Tu vas

enfin pouvoir nous montrer

ce que c'est!


[JULIEN:] C'est un...

... kit d'évasion!

(JULIEN enlève le couvercle de la boîte.)


[BRIGITTE:] Hein?
[JULIEN:] J'ai préparé

un plan super hot

pour qu'André puisse

s'évader de prison.

(JENNIFER sort un pot de peinture de la boîte.)


[JENNIFER:] La peinture noire,

ça sert à quoi?


[JULIEN:] Ça, c'est pour faire

disparaître les rayures

sur son uniforme.

(JENNIFER sort un éventail de la boîte.)


[JENNIFER:] Puis ça?
[JULIEN:] Ça, c'est pour qu'il

se déguise en femme.

Ouh!

(JENNIFER sort une perruque blonde de la boîte.)


[JENNIFER:] C'est sûr

que ça va mieux

avec la perruque, hein?


[JULIEN:] Hum, hum!

(BRIGITTE sort une bouteille de parfum de la boîte.)


[BRIGITTE:] Ah! J'imagine

que le parfum,

ça va avec le déguisement.


[JULIEN:] Non. Ça, c'est pour

« push-pusher » derrière lui.

Comme ça, les chiens policiers

pourront jamais suivre sa trace!

(JENNIFER sort un muffin de la boîte.)


[JENNIFER:] Un muffin? Tu sais

qu'il mange en prison?


[JULIEN:] Ouais, mais j'y ai caché

une lime à ongles en métal.

Comme ça, il va pouvoir

scier ses barreaux!


JENNIFER (S'énervant)

Oui, un plan

pour qu'il s'étouffe avec!

On cache pas des choses

dans la nourriture!

C'est super dangereux!


[BRIGITTE:] Julien, je sais que tu es

plein de bonnes intentions,

mais un kit d'évasion, c'est,

comment dire, c'est illégal.

C'est très, très, très illégal.


JULIEN (Triste)

Ah...

Moi, je voulais juste

qu'il s'évade de prison

pour que ça revienne

comme avant.


[BRIGITTE:] Hon... Tu t'ennuies

de lui, hein?


[JULIEN:] J'aimais bien

quand il faisait des niaiseries. Ha!


JENNIFER (Souriant)

Hum...

C'est vrai que mon oncle André,

il avait pas peur d'être niaiseux.


[BRIGITTE:] Mon oncle André sort

de prison l'été prochain,

et je suis sûre

qu'il va être très heureux

de refaire plein de niaiseries

avec toi.

En attendant,

va ranger ton kit d'évasion

avant que la police

mette la main dessus. Tiens!

(JULIEN reprend sa boîte.)


FRANCIS

(Appelant d'une autre pièce)

Julien, veux-tu

faire une expérience?


[JULIEN:] OK, j'arrive!

(JULIEN sort de la cuisine.)


[BRIGITTE:] Toi aussi,

tu t'ennuies de lui, hein?

(JENNIFER fait signe que oui.)


[BRIGITTE:] Bien,

tu lui diras.

(Dans le salon, FRANCIS et BASTIEN sont assis sur le divan. FRANCIS a un ordinateur portable sur les genoux.)


[FRANCIS:] Pas vrai!
[BASTIEN:] Quoi?
[FRANCIS:] Il y a déjà quelqu'un

sur Face de geeks

qui a fait notre expérience,

t'as pas vérifié?


[BASTIEN:] Hein? Ah! Mais j'y ai pas

pensé! Qu'est-ce qu'on fait, là?

On trouve

une nouvelle expérience?


[FRANCIS:] Non, on va la finir...

pour la science.

(FRANCIS ferme l'ordinateur, découragé. À cet instant, MÉLANIE entre dans la maison.)


[MÉLANIE:] Bon! Les gars...

C'est pas mon genre

d'être téteuse, vous le savez,

mais là, j'ai vraiment besoin

d'un badge de bénévolat!


[BASTIEN:] T'as eu ta chance,

Mélanie.

De toute façon, on a déjà trouvé

un nouveau cobaye.


[FRANCIS:] Un qui est infatigable

et qui aime ça avoir mal au coeur.

Hein, Julien?

(JULIEN entre dans le salon, les lunettes sur le visage.)


[JULIEN:] Oui!

(Étourdi)

Wouh-ouh!

Ha! ha! ha! Ouh...

Ouh...


[MÉLANIE:] OK, là, mais...

si vous faites

d'autres expériences,

vous allez venir me voir, hein?


[BASTIEN:] Non! Parce que

Face de geeks,

c'est pour ceux qui prennent

la science au sérieux.

(FRANCIS fouille dans la boîte de cadeau de son oncle André qui est sur la table du salon.)


[MÉLANIE:] Ah bon?

C'est pas pour ceux

qui collectionnent les figurines

de super héros en plastique?

(FRANCIS déballe le muffin du cadeau et prend une bouchée.)


[BASTIEN:] OK, un peu.

Mais c'est pas un prérequis.

(FRANCIS croque dans la lime cachée dans le muffin.)


[FRANCIS:] Hein, Julien!

Julien, une lime!

Il essaie de me tuer!

(FRANCIS se lève, la lime dans les mains. FRANCIS commence à s'étouffer.)


[BASTIEN:] Oh! Francis est en train

de s'étouffer!

Il faut lui faire peur! Aaah!


[MÉLANIE:] C'est pour le hoquet.

Tasse-toi, face de geek!

Ah! Ah!

(MÉLANIE se met derrière FRANCIS et met ses mains sous son thorax.)


[FRANCIS:] Ah!

(FRANCIS crache sa bouchée de muffin et s'assoit sur le divan.)


[MÉLANIE:] Ah! Ça va mieux?
[FRANCIS:] Ah oui, merci.

Ah! Tu m'as sauvé

la vie, Mélanie.


[BASTIEN:] Bon, bien, si tu veux

être notre cobaye,

je pense qu'on te doit bien ça.


[MÉLANIE:] Mais pas besoin!

Grâce à Francis ici présent,

j'ai tout ce qu'il faut pour

recevoir un badge de secourisme.

C'est bien mieux

qu'un petit badge de bénévolat!

J'aurais juste besoin

de ta signature ici

pour prouver que je t'ai

bel et bien sauvé la vie.

OK, ici. Voilà!

(MÉLANIE tend à FRANCIS son carnet de bénévolat avec un crayon.)


[FRANCIS:] Là?
[MÉLANIE:] Oui, là.

Ah oui. Le crayon...

(FRANCIS signe le carnet.)


[MÉLANIE:] C'est ça!

(MÉLANIE reprend son carnet et son crayon.)


[MÉLANIE:] Merci beaucoup.

Bon! Bien moi,

j'ai autre chose à faire.

(MÉLANIE part.)


BASTIEN (S'adressant à FRANCIS)

Ça va?

(Plus tard, dans la cuisine, JENNIFER et MAUDE terminent leurs masques. Le téléphone se met à sonner. JENNIFER hésite puis répond.)


[JENNIFER:] Allô, papa?

Ça... Ça fait longtemps.

Je... J'étais fâchée, là.

(MAUDE écoute. BRIGITTE s'approche aussi.)


[JENNIFER:] Mais je le suis

encore, d'ailleurs.

Je... Je m'ennuie de toi.

Oui, j'aime ça,

à Victoire-Desmarais, là.

Là, je... je fais un travail

d'arts plastiques.

Puis maman et mon amie Maude,

elles font semblant de pas m'écouter.

(MAUDE et BRIGITTE font semblant d'être occupées.)


[JENNIFER:] Puis... toi,

comment ça se passe là-bas?

(Générique de fermeture)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par