Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Spider Hunting

The science classes organise an exhibition for young naturalists open in the evenings. Brandon-Lee hopes to steal the show with his tarantula.



Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Début générique d'ouverture

Titre :
Subito texto

Titre :
Fin générique d'ouverture


M. PRUD'HOMME s'adresse à plusieurs élèves qui s'affairent derrière des tables couvertes de différents objets dans une des salles de l'école.


M. PRUD'HOMME

Bon, bien tous les autres sont

prêts à accueillir les invités.

J'espère que vous

l'êtes vous aussi.


MÉLANIE

Oui.


M. PRUD'HOMME regarde sur la table que sa fille prépare.


M. PRUD'HOMME

C'est quoi,

le dissolvant à ongles?


MÉLANIE

On va montrer aux gens comment

bien appliquer le vernis

et comment l'enlever

sans s'abîmer les ongles.


M. PRUD'HOMME

Hmm hmm! Oui, tu avais compris

que c'est une exposition

scientifique.


MÉLANIE

C'est scientifique, papa.

Rien qu'à lire les ingrédients

sur les bouteilles, on voit bien

que c'est de la chimie.

(Lisant l'information sur une bouteille de vernis à ongles.)

Isopropyl, denatonium.

Je continue?


M. PRUD'HOMME s'éloigne en soupirant et se dirige vers une autre table. Il passe devant celle de BRANDON-LEE.


M. PRUD'HOMME

Non! Bien oui! Vu de même.


BRANDON-LEE

Vous venez pas

voir mon kiosque?


M. PRUD'HOMME

Non, merci, sans façon.

C'est pas nécessaire.

Je l'ai vu, tantôt.

Toi, Vincent, c'est quoi,

le sujet de ton kiosque?


VINCENT

Les bactéries.


VINCENT montre des affiches montrant des photos en gros plan. Chez les Beaucage, MARIE parle au téléphone. JULIEN B est assis à côté d'elle à la table de la salle à manger.


MARIE

Oh, mais c'est pas grave. Il

n'y a pas de souci. On va se

reprendre une prochaine fois.

Merci, Marie-Ève. Bye!


JULIEN B

Elle ne peut pas,

elle non plus?


MARIE

Bien non. Coudonc, Julien,

qu'est-ce que tu leur fais

aux gardiennes? Ça fait 5 que

j'appelle, puis il y en a aucune

de disponible.


JULIEN B

C'est pas de ma faute.


MARIE

J'ai pas vraiment le choix.

Je vais t'amener avec

moi à l'expo scientifique.


JULIEN B

Bien là, l'année passée,

quand j'ai cassé

le bocal plein de fourmis,

t'as dit que la prochaine fois,

t'allais me laisser ici.


MARIE

Je sais bien, mais je peux pas

te laisser ici tout seul.


Dans la salle de l'exposition, VINCENT montre à M. PRUD'HOMME les différents objets sur sa table.

VINCENT

Grâce à notre microscope, les

visiteurs vont pouvoir admirer

les bactéries qu'on peut

retrouver sur une pièce

d'équipement, sur une boîte à

lunch, une glacière,

sur une pièce d'équipement de

hockey et de la mousse

de nombril.


M. PRUD'HOMME

De la mousse de nombril?


VINCENT

On a trouvé des saletés dans

notre nombril, puis on était

curieux de savoir qu'est-ce

qu'il y avait là-dedans.


M. PRUD'HOMME

Moi aussi j'ai hâte de savoir

qu'est-ce qu'il y a là-dedans.


VINCENT

Le monde vont triper.

On s'en rend pas compte, mais

il y a des bactéries sur tout

ce qui nous entoure.

Même sur ça.


VINCENT prend un sac en tissu et l'approche de M. PRUD'HOMME.


M. PRUD'HOMME

(Levant le bras pour se protéger)

C'est correct. Je te crois

sur parole. C'est bon. Bon, moi,

je vais aller finir de poser les

affiches dans le hall d'entrée.

Si jamais il y en a qui veulent

me donner un petit coup de main.


Les élèves détournent le regard. Personne ne répond.


M. PRUD'HOMME

En vous remerciant.


M. PRUD'HOMME s'en va. BRANDON-LEE se tourne vers VINCENT.


BRANDON-LEE

C'est ben dégueu, votre affaire?


VINCENT

T'es juste jaloux. Puis toi,

qu'est-ce que tu caches en

dessous de ton drap?


BRANDON-LEE

Veux-tu voir?


BRANDON-LEE lève le drap qui couvre un aquarium sur sa table.


VINCENT

(Se penchant pour voir)

Woh!


Dans l'aquarium, VINCENT voit une énorme araignée. Il est impressionné. Chez les Beaucage, JULIEN B apporte une feuille à sa mère.


JULIEN B

T'as deux pages

de gardiennes averties.

Les as-tu appelées, celles-là?


MARIE

Oui, mais je ne les connais

pas vraiment.


JULIEN B

Celle-là, je la connais.

C'est la sœur d'Elliot

qui est dans ma classe.


MARIE

Ah oui?


JULIEN B

Il paraît

qu'elle est super fine.


MARIE

Ah! Bien, écoute, si tu la

connais, on peut bien essayer.


JULIEN B

Yes!


Dans la salle d'exposition, VINCENT admire l'araignée de BRANDON-LEE.


VINCENT

C'est trop cool, une mygale.


MÉLANIE, un peu plus loin, entend le commentaire et regarde dans leur direction.


MÉLANIE

Ouache! T'as pas

amené ça ici?


BRANDON-LEE

Qui va avoir le kiosque

le plus populaire, vous pensez?


VINCENT

Ça a pas rapport.

C'est juste une araignée.

Comment elle s'appelle?


BRANDON-LEE

Dexter, alias pas touche.

Bon! Ça fait

que tu te tiens loin,

puis tu la déranges pas, OK?


VINCENT (S'éloignant)

Inquiète-toi pas. Elle ne

m'intéresse pas, ta grosse

mygale laide.


MÉLANIE

Bon! Moi, je vais aller

remplir ma bouteille d'eau.


VINCENT

Tu prépares déjà ton prochain

expo-sciences

« Notre amie l'eau ».


MÉLANIE

Hilarant, Vincent.

Euh... Tu touches pas à mon

dissolvant à ongles, OK?


VINCENT

Je vais essayer de me retenir,

mais ça sera pas facile.


Chez les Beaucage, MARIE négocie avec la gardienne.


MARIE

Si je t'offre plus?

Une piasse de plus de l'heure?

Une piasse et demie?

Comment ça,

t'as pris ta retraite?

OK! Regarde, je ne te dérangerai

pas plus longtemps.

Bonne soirée, Karine.


JULIEN B

Elle peut pas?


MARIE

Elle dit qu'elle ne garde plus.


JULIEN B

Mais pourquoi son frère m'a

dit qu'elle garde encore?


MARIE

Je ne sais pas. C'est curieux.

Elle m'a dit qu'elle ne gardait

plus juste après que je lui aie

expliqué qui tu étais.

C'est bizarre, hein?


JULIEN B

Ouais!


SAMI entre dans la salle d'expo-sciences vêtu d'un déguisement.


SAMI

Salut! Excuse! Ça a été

plus long que je pensais.


VINCENT

Ha! Ha! Ha!

C'est quoi, ça?


SAMI

Un costume de bactérie. Il est

cool, hein? J'ai fait ça, hier.


VINCENT

On dirait que tu t'es déguisé

en fève verte.


SAMI

Pas du tout.

Je suis une bactérie.

C'est évident, non?


VINCENT

Une bactérie qui s'est déguisée

en fête verte pour l'Halloween.


SAMI

En tout cas, ça va attirer

du monde à notre kiosque.


VINCENT

J'espère parce qu'on va avoir

de la compétition.


SAMI

Comment ça?


VINCENT

Viens voir.


VINCENT s'approche de la table de BRANDON-LEE et soulève le drap couvrant l'aquarium.


VINCENT

C'est une mygale.

Elle est cool, hein?


SAMI

Wow!


VINCENT

Es-tu game d'y toucher?


SAMI

Ouvre pas ça.


VINCENT

Pourquoi? As-tu peur?


SAMI

Non, mais...


VINCENT

Si j'y touche, t'as

pas le choix d'y toucher.


VINCENT met le doigt dans l'aquarium.


SAMI

Vincent! Vincent,

arrête de niaiser. Arrête!


Le doigt de VINCENT est sur le point de toucher l'araignée lorsque MÉLANIE entre dans le local et se met à rire aux éclats. VINCENT retire son doigt aussitôt.


MÉLANIE

Ha! Ha! Ha! Ayoye!

C'est quoi, ça? Un concombre

génétiquement modifié?


SAMI

Tiens, Miss dissolvant à

ongles qui essaie de

faire de l'humour.

Ça aussi, c'est spécial.


VINCENT

Qu'est-ce que tu fais?


MÉLANIE

Je suis revenue avec

ma bouteille d'eau.

Ha! Ha! Ha! Toi,

qu'est-ce que tu fais?


VINCENT

Je surveille le kiosque

à Brandon-Lee.


MÉLANIE

Il ne se sauvera pas, tu sais.

À moins qu'il ait peur

du concombre géant. Ha! Ha! Ha!


VINCENT

Viens-t'en,

mon concombre géant.


Chez les Beaucage, MARIE est découragée.


MARIE

Écoute, Julien, même

les gardiennes qui ne t'ont

jamais gardé ont déjà entendu

parler de toi. Imagine. On n'est

pas sortis du bois, hein?


JULIEN B

Mais on pourrait peut-être en

appeler une qui habite

plus loin.


MARIE

Explique-moi, mon amour,

comment ça se fait

que tu te mets à dos toutes les

gardiennes si tu aimes tellement

ça te faire garder?


JULIEN B

C'est pas ma faute, moi,

si elles ne trouvent pas

drôles mes blagues.


MARIE

Tes blagues? Drôles? Rappelle-

toi la fois où tu as remplacé

le verre d'eau de la gardienne

par un verre de vinaigre.

Normal qu'elle n'ait pas

trouvé ça drôle.

(Se levant)

Va te préparer. On y va.


JULIEN B

Mais là! C'est pas juste.


MARIE

Bien oui, mais j'ai pas le

choix, mon amour. Vas-y!


Dans la salle d'expo-sciences, M. PRUD'HOMME s'adresse aux élèves.


M. PRUD'HOMME

OK, tout le monde,

on n'oublie pas.

On sourit aux visiteurs,

on reste poli.

Ah! Brandon-Lee, tu sors pas

ton araignée de sa cage.


BRANDON-LEE

Ça s'appelle une mygale

et c'est un vivarium.


M. PRUD'HOMME

Ouais? Bien, vivarium autant

que tu veux, tu la sors pas, OK?


MÉLANIE

Tu devrais même pas avoir

le droit d'emmener ça ici.

C'est laid, puis ça va

faire peur au monde.


BRANDON-LEE

Bien moi, c'est toi

que je trouve laide.


M. PRUD'HOMME

Non, non, par exemple. Non! Je

vous ai demandé de rester polis.

On reste polis, OK?


MARIE entre à ce moment dans la salle avec JULIEN B.


MARIE

Bonjour! Est-ce

qu'on est trop tôt?


M. PRUD'HOMME

Non, pas du tout. L'exposition

vient de débuter. Entrez!


MARIE

Vas-y, Julien.


SAMI

Venez voir les

bactéries. Venez voir.


MARIE

Julien, tu touches

à rien. Hmm?

(Posant son sac près de la table de VINCENT et SAMI)

Salut, les gars.


VINCENT

Bien oui. C'est notre kiosque

qui a le premier visiteur.


BRANDON-LEE

Venez admirer l'un des animaux

les plus fascinants de la terre.


BRANDON-LEE retire le drap du vivarium et s'aperçoit que l'araignée n'y est plus.


MARIE

Sami, il est donc bien beau,

ton costume de concombre.


SAMI

De bactérie.


Personne ne s'en aperçoit, mais la mygale marche lentement sur le sac de MARIE posé par terre tout près.


MARIE

Bien oui. J'aurais

donc dû m'en douter.


BRANDON-LEE

Dexter? Comment ça,

elle n'est plus là?


M. PRUD'HOMME

Qui n'est plus là?


BRANDON-LEE

Ma mygale, elle a disparu.


MÉLANIE

Je le savais que c'était pas

une bonne idée d'amener ça ici.


M. PRUD'HOMME

Brandon-Lee, si c'est une

farce, elle n'est pas bonne.


BRANDON-LEE

C'est pas une joke.

Elle n'est plus là.


M. PRUD'HOMME

(S'éloignant le plus possible de la table de BRANDON-LEE)

OK, tout le monde.

La mygale n'est plus là. Tout le

monde, la mygale n'est plus là.

On ne panique pas. On ne

panique pas. On va la retrouver.


MARIE

Julien, il est passé où, lui?

(Prenant son sac)

Je reviens. Ça sera

pas long, OK? Julien?


MARIE sort de la salle.


M. PRUD'HOMME

(Maintenant assis, les pieds relevés, sur la table de sa fille)

Me semblait que je t'avais

demandé de ne pas la sortir

de sa cage.


BRANDON-LEE

Je ne l'ai pas sortie.


M. PRUD'HOMME

Elle n'a quand même pas ouvert

la porte toute seule.


BRANDON-LEE

La porte était ouverte, mais

je suis sûr de l'avoir fermée.


MÉLANIE

Mais oui, mais c'est qui qui

l'a ouverte si c'était pas toi?


BRANDON-LEE

(Se tournant vers VINCENT)

Je sais pas, hein?


SAMI

Venez voir les bactéries.

Venez voir! Nos amies,

les bactéries. Venez voir.


Dans le couloir, MARIE aperçoit JULIEN B buvant à l'abreuvoir.


MARIE

Oh, tu es là, toi. Je te

cherchais partout. Je t'avais

demandé de rester avec moi.


JULIEN B

Je suis juste allé

boire de l'eau.


MARIE

Mais, il faut me le dire.


MÉLANIE arrive près d'eux, en longeant les murs.


MÉLANIE

L'araignée n'est pas

ici, j'espère.


JULIEN B

Quelle araignée?


MÉLANIE

Oh, tu veux pas savoir.

Elle est tellement dégueu.


MARIE

Inquiète-toi pas.

Les petites bibittes ne mangent

pas les grosses comme on dit.


MÉLANIE

Oh, mais j'ai pas peur qu'elle

me mange. Je ne veux juste

pas la voir.


M. PRUD'HOMME arrive près d'eux.


M. PRUD'HOMME

Mélanie, va donc aider les

autres à chercher l'araignée.


MÉLANIE

Il n'en est pas question.

Pourquoi tu n'y vas pas, toi?


M. PRUD'HOMME

C'est ça que je fais. Regarde,

je cherche l'araignée

dans le corridor.


MÉLANIE

J'ai déjà cherché.

Elle n'est pas ici.

Tu peux aller chercher ailleurs.


M. PRUD'HOMME

Là, il faut absolument la

retrouver avant qu'un visiteur

tombe dessus. Moi, j'ai pas

envie que ça crée une émeute.


MÉLANIE

Papa, le plus simple,

ça serait d'annuler

l'expo scientifique, puis

d'appeler les pompiers, l'armée

ou je ne sais pas trop qui pour

qu'ils aient la retrouver.


M. PRUD'HOMME

Wô! Wô! Mélanie, c'est pas

si catastrophique que ça.

Si tout le monde y met du sien,

on va la retrouver rapidement.


MARIE

Je voudrais bien vous aider,

mais il faut que je m'occupe

d'une autre bibitte.

J'ai pas trouvé de gardienne.


MÉLANIE

Oh, mais je vais

le garder, moi.


JULIEN B

Oui.


MARIE

Je ne sais pas. Julien,

il n'est pas toujours facile.


JULIEN B

Bien là! Tu dis que je fais

peur aux gardiennes.

Quand on en trouve une,

c'est toi qui lui fais peur.


MARIE

Mais...


MÉLANIE

Inquiétez-vous pas.

Ce sera toujours moins pire

que de courir après une

grosse araignée poilue.


JULIEN B

Dis oui. Dis oui.


MÉLANIE

J'ai suivi mon cours

de gardienne avertie,

puis j'ai déjà gardé

les voisins, hein papa.


M. PRUD'HOMME

Hmm! Ouais!


MARIE

Bon! Si tout le monde est

d'accord, OK! Ça me va.


M. PRUD'HOMME

Ouais! Il y a pas

beaucoup de monde encore.

Gabrielle peut surveiller le

kiosque, alors ça me va aussi.


JULIEN B

Yes!


MÉLANIE

Il m'aime déjà.


MARIE

Bien oui. Ça, c'est

les clés de la maison,

et puis mon numéro

de téléphone cellulaire au cas.

Mais tu risques vraiment

d'en avoir besoin.


MÉLANIE

Inquiétez-vous pas.

Ça va super bien se passer.

Tu viens, Julien? On s'en va.


MARIE

OK! Bon bien, bye.


MÉLANIE

Bye!


MÉLANIE s'éloigne en courant, suivie par JULIEN B. Ce dernier revient sur ses pas et regarde sa mère en levant le pouce.


JULIEN B

À plus tard.


MARIE (Soudain inquiète)

Ohh!


Peu après, M. PRUD'HOMME s'adresse à nouveau aux élèves dans la salle d'expo-sciences.


M. PRUD'HOMME

Bon, alors,

le suspect recherché est un

individu de type mygale poilue,

environ 15 cm de long qui

s'appelle... Comment

elle s'appelle?


BRANDON-LEE

Dexter. C'est pas compliqué.

Si vous voyez une araignée

grosse de même,

pas besoin de lui demander

son nom. C'est elle.


M. PRUD'HOMME

Bon, d'accord. Alors, pour

faire des recherches efficaces,

il faut être structuré.


Plusieurs minutes passent.


VINCENT

Mais là, si on niaise trop,

elle va avoir le temps de

retourner en Afrique

avant qu'on la retrouve.


BRANDON-LEE

Il faut regarder partout.

Elle doit avoir peur, son

réflexe va être de se cacher.


M. PRUD'HOMME

Bon, bien, c'est ça

que j'allais dire.

Est-ce qu'on peut l'attirer

avec de la nourriture?


BRANDON-LEE

Elle venait de manger. Oh,

mais si ça vous tente d'avoir

une mygale et des insectes

dans l'école,

on peut essayer.


M. PRUD'HOMME

Non, non. On va laisser faire.

OK! En terminant,

on reste calme

et si jamais vous tombez

sur la mygale, ne paniquez pas.

Voyons! Si on voit la mygale,

qu'est-ce qu'on fait?


BRANDON-LEE

Essayez pas de

la prendre dans vos mains.


M. PRUD'HOMME

Ah, mais c'est bon à savoir.


BRANDON-LEE

Parce que si vous l'échappez

par terre, elle risque

de mourir, fait que mettez une

boîte sur elle pour l'empêcher

de se sauver, puis appelez-moi.


MARIE

Une mygale,

c'est pas dangereux?


BRANDON-LEE

Pas trop. La grammostola

rosea ne mord juste

si elle pense qu'elle est en

danger, mais c'est pas pire

qu'une piqûre d'abeille.


MARIE

Ah!


M. PRUD'HOMME

Vous voyez, il y a des boîtes.

Vous en prenez une. Si vous

voyez la mygale... OK? Alors,

bon, toi, toi, toi,

allez voir dans le gymnase.

Vincent, Brandon-Lee, la

salle des Pas perdus.


SAMI

Moi, je vais rester ici

pour accueillir

les visiteurs et l'araignée

si jamais elle revient.


M. PRUD'HOMME

Parfait! Bonne idée!

Bonne idée! Mme Pichette,

peut-être que vous pourriez

visiter l'exposition,

voir si tout se déroule bien,

puis en même temps, regarder

si vous voyez pas l'araignée

dans les autres locaux.


MARIE

C'est parfait. Ça me va.


[VINCENT:] [S'adressant à

M. PRUD'HOMME]

Vous, vous allez faire quoi?


M. PRUD'HOMME

Moi, je vais aller

chercher dehors.


BRANDON-LEE

Ma mygale est pas capable

d'ouvrir les portes,

monsieur le directeur.


M. PRUD'HOMME

Elle a quand même été capable

d'ouvrir la porte de sa cage.


BRANDON-LEE

C'est un vivarium, puis je

suis sûr que c'est pas elle

qui l'a ouverte.


M. PRUD'HOMME

Oui, bien, on ne sait jamais.

Je veux dire...

Il ne faut rien laisser au

hasard. Je vais chercher dehors.


[VINCENT:] [S'adressant à

BRANDON-LEE]

Bon, on y va?


BRANDON-LEE

Go!


VINCENT

Sami, t'es sûr que tu

veux pas venir avec nous?


SAMI

Il faut que je reste ici

pour m'occuper du kiosque.

S'il y a trop de visiteurs,

je ne fournirai pas.


VINCENT

Je le sais, mais c'est un peu

de ma faute si l'araignée s'est

sauvée, OK? On va la retrouver,

puis dès qu'on la retrouve,

je viens t'aider.


SAMI

Je ne suis pas sûr que

Brandon-Lee nous aurait aidés

si on avait eu un problème.


VINCENT

Je le sais, mais regarde,

ça disparaît pas comme ça,

une mygale. Je suis sûr qu'on va

la retrouver super vite.


Chez les Beaucage, MÉLANIE parle au téléphone. JULIEN B marche à quatre pattes dans la cuisine derrière elle. Il la surveille du coin de l’œil tout en s'approchant avec une baguette au bout de laquelle est collée une petite main.


MÉLANIE

Je ne sais pas. C'est Brandon-

Lee qui a amené ça à son kiosque

d'expo-sciences à l'école.

C'est son animal de compagnie.

Ça me dépasse. Non, non. Il n'y

a pas de: « Donne-lui

un nom cute. »

Une araignée, c'est une

araignée.


JULIEN B se lève un peu et touche légèrement les cheveux de MÉLANIE avec la baguette. MÉLANIE se touche la tête de la main, mais poursuit sa conversation.


MÉLANIE

Je te jure.

Elle est grosse comme

un ballon de football.

Elle a des super longues pattes

poilues, en plus.

Elle est full dégueu. Je ne sais

pas, mais moi, je ne retourne

pas à l'école tant qu'ils ne

l'ont pas retrouvée.


JULIEN B récidive avec sa baguette, mais MÉLANIE ne réagit pas vraiment et continue de parler.


MÉLANIE

On ne sait

jamais. Peut-être qu'elle va

pondre des œufs, puis que

l'école va être envahie

d'araignées poilues.


JULIEN B accroche une fausse araignée au bout de sa baguette et la fait descendre devant le visage de MÉLANIE. Elle s'écrie de frayeur.


MÉLANIE

Une araignée!


JULIEN B éclate de rire. MÉLANIE se secoue les cheveux avec vigueur.


MÉLANIE

Mais t'es malade!

C'est quoi, l'idée?


JULIEN B

À l'attaque.


MÉLANIE

Comment ça,

à l'attaque? Ha! Ha! Ha!

(JULIEN B saute sur MÉLANIE et se met à la chatouiller.)


JULIEN B

Guili guili guili!


MÉLANIE

Arrête. Je déteste

me faire chatouiller.

Stop! Arrête, Julien.

(Prenant son téléphone)

Je te rappelle. Je te rappelle, bye!

(Courant après JULIEN B)

Je vais te t'attraper.

C'est quoi, l'idée, là?


VINCENT et BRANDON-LEE parcourent les couloirs de l'école à quatre pattes, à la recherche de Dexter.


BRANDON-LEE

J'aurais jamais dû l'amener

ici. Elle va mourir de peur.


VINCENT

Je pense plus que

c'est M. Prud'homme qui

va mourir de peur avant elle.

Inquiète-toi pas.

On va la trouver

ta grosse mygale rose.


BRANDON-LEE (Irrité)

Grommostela rosea.

Puis qu'est-ce que tu en sais?

Tu es devenu

expert en araignées, toi?


VINCENT

Bien, mettons qu'à la grosseur

qu'elle a, elle ne doit pas

disparaître comme ça.


BRANDON-LEE

Bien trouve-la si tu es

si fin que ça. Elle est où,

tu penses? Dis-le.


VINCENT

Relaxe. Je dis juste qu'elle

ne doit pas être loin

dans l'école.


BRANDON-LEE

Si elle se cache dans

les tuyaux de ventilation,

on ne la retrouvera jamais.


VINCENT

C'est quand même moins

dangereux que si elle goûte

à la bouffe de la cafétéria.

Ha! Ha! Ha!


BRANDON-LEE

Tu comprends pas

que j'ai pas envie de rire?


VINCENT

Excuse-moi.


BRANDON-LEE

En plus, elle peut se faire

écraser, tomber, puis se tuer.


VINCENT

Au pire, ça doit pas coûter

bien cher que ça, une mygale.


BRANDON-LEE

Je veux pas une autre mygale.

Je veux Dexter.


VINCENT

Excuse-moi. C'est pas

ce que je voulais dire.


BRANDON-LEE

Si tu sais pas quoi dire,

arrête de parler, puis

cherche, OK?


Dans la salle d'expo-sciences, SAMI tente d'attirer des visiteurs.


SAMI (Dans un porte-voix)

Oyé! Oyé! Venez admirer

vos amies les bactéries.

Bonjour, M. Pichette.


MARIE

Pas si fort. Pas si fort, Sami.


SAMI (Retirant le porte-voix)

Oups! Excusez.


MARIE

La mousse de nombril, je

suis curieuse de voir ça, moi.


SAMI

Elle est dans le microscope.


[MARIE:] [Regardans dans

le microscope]

Oh, wow! C'est ça,

ta mousse de nombril?


SAMI

Oui. Bien, enfin,

c'est celle de Vincent.

C'est surprenant, hein?


MARIE

En fait, c'est plutôt

pas très attirant.


SAMI

C'est pas si pire que ça.

En fait, la mousse de nombril,

c'est plein de petits bouts de

vêtements qui se ramassent

dans notre nombril.

Puis si on les laisse là,

il s'amasse des bactéries

comme sur n'importe quoi.


MARIE

Je comprends, mais je trouve

que c'est toujours pas

très attirant.


SAMI

Mais là, vous avez encore

rien vu. Il y a des trucs

bien plus dégoûtants que ça.


MARIE

Oh oui? Comme quoi?


SAMI

Bougez pas.

Je vous montre ça.


Chez les Beaucage, MÉLANIE regarde son apparence à l'aide de son téléphone.


MÉLANIE

Oh! Bravo!

J'ai l'air de quoi, là?


JULIEN B (Apportant une brosse)

Tiens! Je t'ai

trouvé ça.

Mais fais attention à ma brosse.

Si tu la brises, je le dis

à ma mère.


[MÉLANIE:] [Se brossant

les cheveux avec la brosse]

C'est ça. Puis moi, je vais

lui dire que tu as appelé

les pompiers.


JULIEN B

Je peux les appeler pour vrai?


MÉLANIE

T'es vraiment pas reposant.


MÉLANIE s'approche de JULIEN B avec la brosse.


JULIEN B

Non, pas

dans mes cheveux.


MÉLANIE

Pourquoi? T'as peur

que j'aie des poux?


JULIEN B

Pas toi. La brosse. Vincent

s'en est servi quand il en a eu.


[MÉLANIE:] [Lançant la brosse

dans les airs]

Quoi? Oh, c'est dégoûtant.

J'en ai plein dans les cheveux.


JULIEN B

Ha! Ha! Ha!

C'est même pas vrai. Blague.


MÉLANIE

Toi, là! Ça te fait rire

de me faire fâcher, hein?


JULIEN B

C'est drôle.


MÉLANIE

Mais fie-toi sur moi. À partir

de maintenant, ça va être

pas mal moins drôle.


JULIEN B (Se moquant)

Ouh!


Dans la salle d'expo-sciences, MARIE regarde dans le microscope.


MARIE

Mais il y en a donc bien,

des bactéries, là-dessus.

C'est un échantillon

de quoi, ça, au juste?


SAMI

Essayez de deviner.


MARIE

Je sais pas, moi.

Un siège de toilettes publiques?


SAMI

Non. Je vous donne

une autre chance.


MARIE

Un vieux fond de poubelles.


SAMI

Non plus.

C'est les bactéries qu'il y a

sur l'équipement de hockey

de Vincent.


MARIE

Tu me niaises?


SAMI

Du tout!


MARIE

Ça, ça vit sur l'équipement

de hockey de Vincent?


SAMI

Ouais!


MARIE

Ouache! C'est pour ça que

sa poche de hockey pue autant?


SAMI

Exactement!

C'est impressionnant.

En fait, il y a beaucoup plus

de bactéries que ça

sur son équipement.

Ce qu'on voit là, c'est juste

une petite, petite partie.


MARIE (Dégoûtée)

Ça, ça veut dire que quand

Vincent laisse traîner sa poche

de hockey quand il revient

de son match, là,

toutes ces petites bibittes-là,

elles peuvent se promener

partout dans la maison.


SAMI

Sûrement, oui. C'est

incroyable, hein?


MARIE

C'est pas que c'est

incroyable. C'est dégoûtant.

Comment on s'en débarrasse?


SAMI

Je sais pas. Notre but, c'est

pas de les tuer. C'est

de vous les montrer.


MARIE

Bon. C'est sûr qu'à partir

d'aujourd'hui, Vincent, il

laisse sa poche de hockey

dans le cabanon.


Pendant ce temps, VINCENT et BRANDON-LEE sont toujours à la recherche de Dexter dans les couloirs de l'école.


VINCENT

C'est-tu la première fois que

tu la perds, ton araignée?


BRANDON-LEE

Oui, pourquoi?

Ça change-tu quelque chose?


VINCENT

Je ne sais pas. Si tu l'avais

déjà perdue, peut-être que

tu aurais eu des trucs

pour la retrouver.


BRANDON-LEE

Si j'avais des trucs,

je les aurais essayés.


VINCENT

Ouais! Excusez-moi! J'essaie

juste de trouver des solutions.


Dans la salle d'expo-sciences, MARIE questionne SAMI.


MARIE

La boîte à lunch, il y a-tu

autant de bactéries là-dedans?


SAMI

Absolument.


Il approche la boîte à lunch, mais MARIE recule.


MARIE

Oh, écoute, Sami,

c'est super intéressant,

mais je pense que je vais

continuer ma visite

des autres kiosques.


SAMI (Déçu)

Vous êtes mon seul visiteur.


MARIE

Je comprends,

mais je te promets que je vais

revenir. Je vais aller faire un

petit tour dans le gymnase.


MARIE ramasse son sac qu'elle avait mis par terre et se dirige vers la sortie.


SAMI

Allez voir le kiosque

sur les volcans. Il est cool.


MARIE

Les volcans?

C'est parfait pour moi, ça.


SAMI

Vous ne pouvez pas le manquer.

Il est à côté de celui

sur les acariens.


MARIE (Avec un drôle d'air)

Les acariens.

Ah! OK! Merci.


Dans le couloir, BRANDON-LEE se confie un peu.


BRANDON-LEE

Ça faisait plus

qu'un an que je l'avais.


VINCENT

T'es quand même chanceux. Mes

parents n'ont jamais voulu

m'en acheter une.


BRANDON-LEE

Moi non plus, ils voulaient

pas, mais je leur ai promis

de bien m'en occuper,

puis c'est ça que j'ai fait.

Il n'est jamais rien arrivé.

Sauf aujourd'hui.

C'est vraiment poche.


VINCENT

Excuse-moi.


BRANDON-LEE

Pourquoi tu dis ça? C'est toi

qui l'as fait sortir, hein?


VINCENT

Non, je veux dire excuse-moi

de ne pas l'avoir retrouvée.

Regarde, on ne lâche pas.

On n'a pas regardé partout.

(Les deux garçons se heurtent la tête.)


VINCENT

Ouch!


Dans la salle d'expo-sciences, SAMI tente d'attirer les visiteurs.


SAMI

Il n'y a plus rien à voir.

La mygale, elle est malade.

Par contre, je peux vous montrer

des bactéries super cool.


M. PRUD'HOMME se pointe la tête dans la porte.


M. PRUD'HOMME

Sami! Ça va?


SAMI

Bof! à part d'avoir préparé

tout un kiosque

pour rien, ça va.


M. PRUD'HOMME

Voyons! Mais non,

je veux dire, toujours

pas de traces de la bête?


SAMI

Non.


M. PRUD'HOMME

T'es sûr?


SAMI

Sûr. J'ai pas vu

d'araignée ni de visiteur.


M. PRUD'HOMME

Je l'ai pas trouvée moi

non plus.


SAMI

C'est pas surprenant.

Vous cherchiez dehors.


M. PRUD'HOMME

Je suis allé fermer une porte

pour éviter qu'elle s'échappe

dans la cour.


SAMI

Disons.


[M. PRUD'HOMME:] [Entrant

dans la salle]

Là, je vais prendre une petite

pause. Je te dis, je suis

épuisé. C'est des émotions.


SAMI

En tout cas, c'est pas à notre

kiosque que vous allez vous

faire déranger. Il y a tellement

pas de monde.


M. PRUD'HOMME

Tant mieux. C'est parfait.

Je te dis. Je suis épuisé.


SAMI

Je vais aller aider

à chercher. Ça va être plus

utile que de rester ici à me

faire demander pourquoi je suis

déguisé en banane verte.


M. PRUD'HOMME

Bonne idée. Je vais surveiller

le kiosque, hein? OK! Bye!


M. PRUD'HOMME s'assoit à la table de BRANDON-LEE avec un grand soupir. Il prend une des photos de l'araignée déposées sur la table.


M. PRUD'HOMME

(S'adressant à la photo)

Non, mais eille!

Je te dis, toi. Toi, là,

si je t'attrape, je vais te...


Il voit une araignée sur la table et crie d'épouvante. Il place avec précaution la photo qu'il tenait sur l'araignée et sort précipitamment de la salle. Pendant ce temps, VINCENT et BRANDON-LEE poursuivent leur recherche dans les toilettes des garçons.


VINCENT

Dexter! Dexter!


BRANDON-LEE

C'est une mygale,

pas un chien.


VINCENT

Excuse-moi.

J'essaie juste d'aider.


BRANDON-LEE

Si tu voulais vraiment

m'aider, tu avais juste à

te mêler de tes affaires, OK?

Je suis sûr que c'est toi qui

l'as fait sortir de

son vivarium.


VINCENT

Ça fait 20 fois

que je te dis que non.


BRANDON-LEE

T'as fait exprès, hein?

T'étais jaloux que mon kiosque

soit plus cool que le tien.


VINCENT

OK! Si tu veux tout savoir,

oui, c'est un peu de ma faute

si elle s'est sauvée,

mais j'ai pas fait exprès.


BRANDON-LEE

(Poussant VINCENT)

Je le savais.


VINCENT

Hé, relaxe. Au moins,

je t'aide à chercher.

Si tu t'étais mêlé

de tes affaires, on n'aurait

pas besoin de la chercher.


M. PRUD'HOMME arrive subitement près d'eux, essoufflé.


M. PRUD'HOMME

Les gars. Je l'ai retrouvée.

Venez-vous en dans le local

de récup, vite, puis faites

attention. Soyez prudents.

Elle a essayé de m'attaquer.


BRANDON-LEE

Yes!


VINCENT et BRANDON-LEE se tapent dans la main. Dans la salle d'expo-sciences, ils se dirigent avec précaution vers la table avec une boîte.


VINCENT

Va par là. On va la piéger.


BRANDON-LEE

Attends! Il ne faut pas

lui faire peur.


M. PRUD'HOMME

(Se pointant le nez dans la porte)

Puis?


BRANDON-LEE

Vous l'avez vue où?


M. PRUD'HOMME

Elle est juste là, sur la

table, en dessous des photos.


Les garçons s'approchent tranquillement. BRANDON-LEE saisit l'araignée.


BRANDON-LEE

C'est ça, votre araignée?


M. PRUD'HOMME

(Entrant dans la salle avec frayeur)

Elle est-tu morte?


BRANDON-LEE

Non. Elle est en caoutchouc.

Je m'en sers pour expliquer

l'anatomie de la mygale.


M. PRUD'HOMME

Hein? Mon Dieu, je suis

désolé. Eille, mais j'étais sûr

que c'était une vraie.

Elle ressemble tellement.


VINCENT

Je pensais

qu'elle vous avait attaqué.


M. PRUD'HOMME

Bien pas attaqué comme tel,

mais elle était en position

d'attaque. Ça, je suis sûr.


BRANDON-LEE

La seule chose

qui est sûre, c'est qu'on

la retrouvera jamais.


VINCENT

On va continuer à la chercher.


BRANDON-LEE

On a regardé partout.


M. PRUD'HOMME

Vincent a raison.

Il faut la retrouver

avant que

l'école reprenne demain.


MARIE arrive à ce moment.


MARIE

Puis, l'avez-vous trouvée?

(Voyant l'air déçu des garçons)

J'imagine que non. Mais moi,

il faut que j'y aille.

Mélanie garde Julien, puis je

veux voir si ça se passe bien.


M. PRUD'HOMME

Il y a pas de problème.

Merci de nous avoir aidés.


MARIE

Ça m'a fait plaisir.

Vincent, quand tu vas revenir

à la maison, fais-moi penser

de te parler de ton équipement

de hockey, OK?


VINCENT

Pourquoi?


MARIE

On en reparlera à la maison.

Bonne chance avec Dexter.


VINCENT

Bon, bien, on retourne-tu

la chercher?


BRANDON-LEE

Elle peut tellement être

n'importe où, maintenant.


VINCENT

C'est pas vrai qu'une

petite araignée niaiseuse

va se mettre à rire de nous.


BRANDON-LEE

Elle est pas niaiseuse.


VINCENT

C'est pas ce que

je voulais dire.


Chez les Beaucage, MÉLANIE interpelle JULIEN B qui tient un verre d'eau.


MÉLANIE

Stop!

Qu'est-ce que tu veux

faire avec ça?


JULIEN B

Boire.


[MÉLANIE:] [Lui retirant

son verre]

Tu peux aussi t'en servir

pour m'arroser. Confisqué.


JULIEN B

J'ai soif.


MÉLANIE

Bien, bois ta salive.


JULIEN B

C'est plate.

Je m'en vais dans ma chambre.


MÉLANIE

Je vais y aller avec toi.


JULIEN B

T'arrêtes-tu de me suivre?


MÉLANIE

Non.


JULIEN B

Est-ce que tu veux

jouer à la cachette?


MÉLANIE

Pour que tu te caches, puis

que tu en profites pour me faire

d'autres mauvais

tours? Je pense pas, non.


JULIEN B

Un autre jeu, d'abord?


MÉLANIE

J'ai pas le temps, je dois

te surveiller.


JULIEN B

OK!


À ce moment, MARIE entre dans la maison.


MARIE

Coucou! Puis?

Ça se passe bien?


[MÉLANIE:] [Regardant

JULIEN B avec un grand sourire]

Oh! Super bien.


[MARIE:] [Déposant son sac

par terre]

C'est vrai? Mon Julien

a pas été trop tannant?

Tu peux me le dire, tu sais.


MÉLANIE

Non, non. Ça s'est super

bien passé.

Hein, Julien?


JULIEN B (Peu convainquant)

Ouais! C'était le fun.


MARIE

C'est vrai? Oh bien! Dis-moi

pas que j'ai enfin trouvé une

gardienne sur qui

je peux compter?


MÉLANIE

Ça va me faire plaisir

de revenir.


MARIE

Hein? Je suis contente!

Je vais te chercher des sous

pour te payer.


MÉLANIE

OK!


MÉLANIE et JULIEN B se regardent avec animosité. MÉLANIE se retourne et aperçoit l'araignée près du sac de MARIE.


MÉLANIE

Oh! Oh! OK!

Ça, c'est encore

un autre de tes

très mauvais tours?

Elle ne me fait pas peur,

ta fausse araignée.


JULIEN B

C'est pas une fausse.


MÉLANIE

Bien essayé...


L'araignée se met à marcher. MÉLANIE crie de frayeur et grimpe sur la table de la salle à manger. MARIE revient en courant.


MARIE

Qu'est-ce qui se passe?

(Apercevant l'araignée)

Oh, mon Dieu! Qu'est-ce

qu'elle fait ici, elle?


MÉLANIE

Je ne sais pas,

mais faites quelque chose.


MARIE prend une boîte pour couvrir l'araignée. MÉLANIE crie de terreur debout sur la table. JULIEN B la regarde avec un sourire.


MARIE

Inquiète-toi pas. Inquiète-toi

pas. Je l'ai. C'est beau.

Ça va?


JULIEN B rit.


MARIE

Écoute, pour l'araignée, je peux

payer un supplément, hein?


MÉLANIE (D'une petite voix)

Je pense que je vais

retourner à l'école.


MARIE

Sens-toi bien à l'aise. Tu

peux revenir ici quand tu veux.


MÉLANIE

Non! Je ne reviendrai pas.

Je ne reviendrai plus

jamais garder ici.


MÉLANIE descend de la table et se précipite vers la porte. MARIE tente de la rassurer et court vers elle. JULIEN B rit.

MARIE

Non, non, Mélanie, s'il te

plaît. Mélanie, tu ne peux pas

t'en aller. Je t'ai pas payée.

(S'adressant à JULIEN B)

Tu ne touches pas à la boîte.

Mélanie, va-t'en pas.


MÉLANIE sort; MARIE revient dans la salle à manger, découragée.


MARIE

Je suis pas chanceuse.


JULIEN B

J'ai rien fait.


Dans la salle d'expo-sciences, BRANDON-LEE, VINCENT et SAMI observe Dexter dans son vivarium.


BRANDON-LEE

Elle a pas l'air blessée.


SAMI

Tout est bien qui finit bien.


VINCENT

Je te l'avais dit

qu'on la retrouverait.


BRANDON-LEE

Ou que j'avais juste

à m'en acheter une autre.


VINCENT

C'est pas ce que je voulais

dire. Elle est cool, ta mygale.


BRANDON-LEE

Ouais!


VINCENT

Là, elle doit avoir faim à

force d'avoir couru comme ça.


BRANDON-LEE

Eille! Elle

s'appelle encore pas touche.


VINCENT

Je veux juste lui donner

à manger.


BRANDON-LEE

Je suis capable de m'en occuper.


VINCENT

T'étais bien content quand je

t'aidais à la chercher, tantôt.


BRANDON-LEE

Si tu n'y avais pas touché,

elle ne se serait jamais sauvée.

Puis si ta mère était pas partie

avec, on l'aurait retrouvée pas

mal plus vite, aussi.


SAMI

Eille, c'est quand même pas de

la faute de Vincent si ta mygale

est partie avec sa mère.


M. PRUD'HOMME se pointe la tête dans la salle.


M. PRUD'HOMME

Avez-vous remis

la bête en cage, là?


BRANDON-LEE

Ayez pas peur.

Elle est dans son vivarium.


M. PRUD'HOMME

Non, j'ai pas peur. C'est

juste qu'en tant que directeur,

je suis responsable de la

sécurité des gens qui

franchissent les murs

de mon école.


SAMI

Puis vous avez

même pas eu un peu peur?


M. PRUD'HOMME

Pas du tout, hein?

Vous savez ce qu'on dit.

Les petites bibittes

mangent pas les grosses,

alors...


[VINCENT:] [En lui lançant

l'araignée en caoutchouc]

Bon, bien, tenez, d'abord.


M. PRUD'HOMME

(S'enfuyant)

Oh non! Aaah!


BRANDON-LEE

C'est ta première

bonne joke de la journée, ça.


BRANDON-LEE et VINCENT se frappent dans la main en riant.


Fin de l'épisode


MÉLANIE

Pour jouer ou revoir des

émissions, visite notre site.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par