Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Worm in My Pasta

Maude puts up some false information on the newspaper`s website. She tries to correct it, but it`s too late. She then makes a really difficult decision. Francis unintentionally makes a revelation on camera.



Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Début générique d'ouverture

Titre :
Subito texto

Titre :
Fin générique d'ouverture


MARC-O arrive avec son plateau de dîner dans la salle des pas perdus. Il s'approche de MAUDE.


MARC-O

Est-ce que je peux

m'asseoir avec toi?


MAUDE

Ah, oui!

Ah, c'est dur de lire

À la cafétéria

avec tout le bruit, hein?


MARC-O

(S'assoyant à la table de MAUDE)

Ce qui me dérange surtout,

c'est tous les commentaires

niaiseux que les gens font

au sujet de mon livre.


MAUDE

(Saisissant le livre de MARC-O)

La biographie d'Einstein...

Ah, t'as bien fait

de choisir le sandwich.

Le macaroni est tellement pâteux

qu'on dirait de la bouette.


MARC-O

T'as pris le macaroni?

Wow, t'es pas peureuse.


MAUDE

Comment ça?


MARC-O

Il paraît qu'il y a quelqu'un,

ce midi, qui a trouvé

un perce-oreille dans le sien.


MAUDE

(S'étouffant avec la bouchée qu'elle vient de prendre)

Un quoi?!


MARC-O

Un perce-oreille.

C'est un insecte.

Le vrai nom, c'est forficule...


MAUDE

Oui, je le sais c'est quoi,

un perce-oreille.

C'est dégueulasse!


MARC-O

Pauvre petite bête.

Finir comme ça...


MAUDE

(Grimaçant)

Ah, la cafétéria a jamais été

géniale, mais un perce-oreille?

(Interpellant FRANCIS qui passe)

Francis! As-tu entendu parler

du perce-oreille

dans le macaroni?


FRANCIS

Tout le monde parle de ça!

Mais ça se mange, des insectes.

Apparemment, ça va sauver

l'humanité de la famine.


FRANCIS poursuit sa route.


MAUDE

On peut pas laisser faire ça,

il faut faire quelque chose.


MÉLANIE

(Arrivant près de MAUDE)

Maude, il faut absolument...


MAUDE

(L'interrompant)

Excuse-moi, j'ai pas le temps.

J'ai un scandale

À dénoncer.


MAUDE quitte la salle des pas perdus. MÉLANIE se tourne alors vers MARC-O.


MÉLANIE

Bon, eh bien.... Marc-O,

est-ce que tu pourrais...


MARC-O

(Se levant)

Désolé.


MARC-O quitte la salle des pas perdus lui aussi.


MÉLANIE

OK...


FRANCIS rejoint BASTIEN un peu plus loin dans le couloir.


FRANCIS

Hé, Bast!

Est-ce que t'écoutes l'émission

Mythe ou réalité?


BASTIEN

Oui, je la suis depuis la

première saison. C'est une

émission sur la science

et drôle, en plus.


FRANCIS

Toi et moi, on va faire

notre propre expérience,

comme dans l'émission.

J'ai une super idée: les toasts.

(Sortant un sac de pain en tranches de son sac à dos)

« Ça tombe toujours

du côté beurré:

Mythe ou réalité? »


BASTIEN

Génial!


FRANCIS

Et là, on va la filmer,

puis on va mettre la capsule

sur le site Internet

du journal étudiant.


BASTIEN

Ah, bonne idée! Puis là?


FRANCIS

Puis là,

des centaines de personnes

vont visionner et vont voir

qu'on est des gars super cools

et pas juste des bolés.


BASTIEN

Ça va devenir viral!

Il y a des centaines de

personnes qui vont la visionner.


FRANCIS

Et surtout...

des centaines de filles.


BASTIEN

Oh, des centaines de filles!

Mais attends, là...

Comment on va faire pour mettre

la vidéo sur le site du journal

si on n'est pas dans le journal?


FRANCIS

On demande à des superviseurs.

Si c'est Mme Milani, c'est sûr

qu'elle va dire oui.


BASTIEN

Elle pourra jamais dire non

à Frank and Bast!

Ouais, c'est sûr qu'on pourrait

trouver un meilleur nom que ça.


FRANCIS

Ouais, peut-être.


MARC-O et MAUDE se retrouvent un peu plus tard dans le local du journal. MAUDE écrit sur son ordinateur portable.


MARC-O

Très bonne utilisation

du mot « apocalyptique ».


MAUDE

Oui, hein?

(Lisant à voix haute tout en écrivant)

« Une preuve flagrante...

de malpropreté. »

Euh, sais-tu c'était quoi,

la grosseur du perce-oreille?


MARC-O

Eh bien, je l'ai pas vu

personnellement, mais...

sur Internet, ils disent

que c'est un à 2cm de long.

Mais s'il avait été trop petit,

on l'aurait pas vu,

donc c'était un gros.


MAUDE

(Poursuivant l'écriture)

« Plus de 2 cm...

de longueur. » Sais-tu

s'il grouillait encore?


MARC-O

Eh bien, j'étais pas là,

mais il paraît que la fille

qui l'a trouvé a crié fort.


MAUDE

Elle a crié,

donc il grouillait.

Donc... vivant.


MAUDE est dégoûtée.


MARC-O

Pendant que tu finis,

veux-tu que j'aille chercher

Mme Milani pour qu'elle révise?


MAUDE

Non, pas besoin, c'est moi,

la rédactrice en chef.

En plus, là, je commence,

c'est le temps de frapper

un grand coup.


MARC-O

Ouais, mais...

Maude, la bibitte, là...

je l'ai pas vue de mes yeux vue.


MAUDE

Marc-O...

c'est arrivé ce midi,

en pleine cafétéria

devant des centaines de témoins.


MARC-O

Et même Francis en a

entendu parler.


MAUDE

Bon, tu vois?

Tout le monde en parle,

donc c'est vrai.


MARC-O

Ouais, t'as raison.


MAUDE

(Appuyant sur une touche du clavier)

Ah! C'est en ligne.


Pendant ce temps, FRANCIS et BASTIEN vont voir MME MILANI dans son local.


FRANCIS

Mme Milani? Est-ce

que vous avez une minute?


MME MILANI

Oui!


FRANCIS

Hmmm...

OK, connaissez-vous...

Les Rectificateurs?


MME MILANI

Euh, c'est un groupe de rap?


BASTIEN

Non, non! C'est nous.


MME MILANI

Oh.


FRANCIS

Bastien et moi,

on aimerait faire notre propre

version de l'émission...


FRANCIS ET BASTIEN

Mythe ou réalité?


FRANCIS

Est-ce que vous connaissez?


MME MILANI

Oui, j'adore ça!


BASTIEN

Tu vois? On n'a même pas

besoin de lui expliquer.


FRANCIS

OK... On aimerait tourner une

capsule dans ce genre-là pour

le site Internet du journal.


MME MILANI

OK.


BASTIEN

Notre première expérience est:

« Lorsqu'on échappe une toast

à terre, elle tombe toujours

du côté beurré... »


FRANCIS ET BASTIEN

Mythe ou réalité?


MME MILANI

Ah, c'est une bonne question!

Eh bien...

je dirais oui.


FRANCIS

Oui, comme... « la toast tombe

toujours du côté beurré »?


MME MILANI

Non. « Oui, votre projet

est intéressant. »


FRANCIS

OK!


MME MILANI

Là, vous avez besoin de quoi?

Un local? Je le sais pas...


BASTIEN

Non, non, juste d'un prof.


FRANCIS

Cette capsule-là, ça a besoin

d'un superviseur pour

être crédible.


MME MILANI

OK, je l'aime votre projet.

Moi, je serai votre superviseur!


FRANCIS

Cool!


BASTIEN

Cool! Cool!


MME MILANI

Venez me rejoindre au local

du journal à la pause,

on discutera des détails.


FRANCIS

OK. Merci!


BASTIEN

Merci, là! Merci!


MME MILANI

Oui.


Une fois sortis de la salle, FRANCIS et BASTIEN se frappent dans la main. Ils discutent tout en marchant dans le couloir.


FRANCIS

Yes! OK, j'ai écrit une liste

de tout ce qu'on a besoin.

Le concierge va nous prêter

son escabeau...


BASTIEN

Et pourquoi faire?


FRANCIS

Pour laisser tomber les toasts

d'une bonne hauteur.


BASTIEN

Ou on les laisse tomber

du toit de l'école.


FRANCIS

Euh... non!


BASTIEN

C'est vrai que c'est un peu

trop malade comme idée.


FRANCIS

Eh bien, j'ai le vertige.


BASTIEN

Moi aussi.


FRANCIS

Je le sais.


Non loin, MAUDE marche dans le couloir et répond aux salutations de certains élèves qu'elle croise. Elle se dirige vers son casier lorsque sa mère arrive près d'elle.


STÉPHANIE

J'ai lu ton article

sur le site du journal.


MAUDE

T'as vu?

Déjà 203 visionnements!

Tout le monde en parle et

même du monde que je savais

pas qu'ils lisaient le journal!


STÉPHANIE

J'espère juste que tu t'es pas

mise dans le pétrin

avec cette histoire-là.


MAUDE

T'as même pas l'air

fière de moi.


STÉPHANIE

Oui, oui, je suis fière.

Inquiète, mais fière.

Je suis juste un peu surprise

qu'Isabelle ait laissé

passer ça:

« Une preuve flagrante de

malpropreté », c'est un peu fort.


MAUDE

Un perce-oreille aussi,

c'est fort.


STÉPHANIE

En tout cas, à tantôt!


STÉPHANIE s'éloigne. MÉLANIE arrive près d'elle juste après.


MÉLANIE

Maude! Il faut absolument

que je te parle.


MAUDE

T'as lu mon article?


MÉLANIE

Non...

Lesquelles je devrais mettre?


MÉLANIE lui montre plusieurs paires de boucles d'oreille. MAUDE les regarde distraitement.


MAUDE

Comment ça, t'as pas lu

mon article?


MÉLANIE

Maude, tu sais que

je les adore, tes articles,

mais des fois,

ils sont un peu longs.

Bon. Alors, selon toi,

lesquelles je devrais mettre?

Les anneaux roses

ou les perles mauves?


MAUDE

Les anneaux roses.


MÉLANIE

Tu penses?

Ouais, non...

Je vais peut-être mettre

les perles mauves.


Pendant ce temps, M. PRUD'HOMME répond à un appel assis à son bureau.


M. PRUD'HOMME

Non, je vous assure que

l'article était sans fondement.

Nos élèves mangent pas

des insectes.

Ceci dit, on les fait travailler

en « bibitte », par exemple.

Oui, je vous jure.

Des vraies petites fourmis.

(En riant)

Allô?

Oui!

Non, non, non,

je comprends. Oui...

Oui, sans problème.

N'importe quand.

Merci! Au plaisir.


Pendant ce temps, MÉLANIE raconte ce qui lui est arrivé à MAUDE près des casiers.


MÉLANIE

Imagine-toi donc

que ce midi,

j'étais en train de manger,

quand une de mes boucles

d'oreille est tombée

dans mon macaroni!

(Riant)


MAUDE

Boucle d'oreille...

dans du macaroni...


MÉLANIE

Han-han! C'était tellement

dégueu, j'ai dû aller la

chercher avec mes mains.

Oh! Je l'ai jeté aux poubelles.


MAUDE

T'es sûre que c'est pas

un perce-oreille?


MÉLANIE

J'ai les oreilles percées,

mais pas par un perce-oreille.


MÉLANIE rit. MAUDE se sent mal.


MÉLANIE

(S'inquiétant)

Maude?

Qu'est-ce que t'as, là?


MAUDE

Tout est correct. Ça va.


Peu après, MÉLANIE entre dans le bureau de M. PRUD'HOMME.


MÉLANIE

Ah! Papa...


M. PRUD'HOMME

Oui?


MÉLANIE

Il faut absolument que j'aille

m'acheter des boucles d'oreille

comme celles-là.


M. PRUD'HOMME

Tu viens de t'en acheter,

des boucles d'oreille comme ça.


MÉLANIE

Oui mais, c'est parce que j'en

ai perdu une, puis je peux pas

me promener avec juste

une boucle d'oreille.

Je suis pas un gars!


M. PRUD'HOMME

(Soupirant)

Mélanie... si tu t'achètes

une nouvelle paire, tu vas avoir

3 boucles d'oreille... Ah non!

Tu vas pas te mettre

la 3e dans le nez, par exemple.


MÉLANIE

Euh... rapport?

Non, non, papa...

Le but d'en avoir 3,

c'est que si j'en perds une,

il va quand même en rester 2.


M. PRUD'HOMME

C'est bon.


STÉPHANIE entre dans le bureau à ce moment-là.


STÉPHANIE

Tu voulais me parler,

Jean-Pierre?


M. PRUD'HOMME

Oui, juste un petit mot.

(S'adressant à MÉLANIE)

Juste un moment, ma chouette.

(Se tournant vers STÉPHANIE)

Isabelle m'a dit que

tu la remplaçais pour surveiller

l'expérience de Francis

et Bastien, hein?


STÉPHANIE

Ouais. Oui, oui... elle risque

d'être pas mal occupée

avec les retombées

de l'article de Maude.


M. PRUD'HOMME

Surveille-les bien comme

il faut, nos deux scientifiques.

Qu'ils fassent rien qui pourrait

nuire à l'image de l'école,

parce qu'avec l'histoire

du perce-oreille, j'ai pas envie

que ça se reproduise.


STÉPHANIE

Tu peux compter sur moi,

Jean-Pierre.


STÉPHANIE sort du bureau. MÉLANIE revient à la charge.


MÉLANIE

Bon, papa... Il faut

absolument que tu viennes

me reconduire au Carrefour 2000

après l'école.


Le téléphone de M. PRUD'HOMME sonne.


M. PRUD'HOMME

Ah!

(Prenant le combiné)

Oui, Jean-Pierre Prud'homme.

Oui.

Oui, oui, je suis directeur

de Victoire-Desmarais.

Woah, non, non.

Pas si vite, là.

Pas si vite!

Vous êtes monsieur...?

Pit Le Bull?


MÉLANIE

L'animateur de radio?

Oh, trop cool!


MÉLANIE s'approche de son père pour écouter la conversation.


M. PRUD'HOMME

(Parlant à son interlocuteur)

Non, non, un instant.

Vous pouvez pas me mettre en

ondes sans me consulter.

On est en ondes? Allô?


MÉLANIE tente de prendre le combiné et lutte avec son père.


M. PRUD'HOMME

Non, non, non.

Je vous assure que mes élèves

ne mangent pas de la vermine.

Franchement!


MÉLANIE

Bonjour, moi, c'est Mélanie!


M. PRUD'HOMME

Mélanie, c'est pas le temps!


Pendant ce temps, FRANCIS et BASTIEN font leur expérience dans un des couloirs de l'école. BASTIEN est dans l'escabeau et fait tomber une tranche de pain.


BASTIEN

Boum! Premier essai.


FRANCIS se penche pour ramasser la tranche de pain.


FRANCIS

Ça va être encore meilleur

avec le beurre de peanut.

Hé, on pourrait essayer

avec de la confiture, aussi.


BASTIEN

Oui, et on pourrait mettre

des photos de faces de profs

sur le plancher. « Devinez sur

quelle face la toast va tomber. »


FRANCIS

Ha! C'est génial!


STÉPHANIE

Ah! Allô, les gars!

Contente de vous trouver!

Vous allez pouvoir me parler

de votre projet de capsule.


FRANCIS

Euh... c'est vous?


STÉPHANIE

Isabelle est occupée

À cause de l'article de Maude.


FRANCIS

Alors, c'est vous qui...


STÉPHANIE

Oui, oui,

Isabelle m'a résumé votre idée.

Il y a des chiffres dans votre

affaire et les chiffres,

je connais ça. Alors?


BASTIEN

On veut faire comme l'émission

Mythe ou réalité,

vous connaissez?


STÉPHANIE

(Peu enthousiaste)

Ouais, drôle d'émission...


BASTIEN

À vrai dire, on s'est

trouvé un nom.

On va s'appeler

Les Rectificateurs.


STÉPHANIE

Pourquoi un nom?

Vous êtes pas un groupe de rap.


FRANCIS

On laissera tomber le nom, là.


BASTIEN

Hein? à vrai dire, le but,

c'est de vérifier

si c'est vrai que lorsqu'on

échappe sa toast à terre,

elle tombe toujours

du côté beurré.


STÉPHANIE

C'est une bonne idée!

Mais vous direz pas « toast »,

hein? Vous allez dire « rôtie ».

C'est le mot français.


BASTIEN

Oui, mais personne dit ça.


FRANCIS

On va dire « rôtie ».


BASTIEN

Hein? On veut faire

un clip drôle;

échapper des toasts... des

rôties, de différentes hauteurs

et, possiblement, sur des photos

de faces de profs.

Hein, Francis?


STÉPHANIE

Oh! Vous voulez jouer

avec la nourriture après

l'histoire du macaroni?

Arrangez-vous donc pour que

le pain reste comestible, OK?

De toute façon, c'est

une expérience scientifique

que vous faites, c'est pas

un numéro d'humour.


FRANCIS

Oui, madame.


STÉPHANIE

Et les faces de profs

non plus, c'est pas nécessaire.

Concentrez-vous sur la science.


BASTIEN

Mais ça ne sera plus drôle.


STÉPHANIE

Pas d'accord, Bastien.

Il y a moyen d'être scientifique

et aussi, un peu cocasse.


FRANCIS

Oui, un peu cocasse.

OK, parfait!


Peu après, MARC-O rejoint MAUDE dans le local du journal.


MARC-O

Maude, ça va?


MAUDE

Mme Milani m'a dit

de l'attendre ici. J'ai peur

de ce qu'elle va me dire.


MÉLANIE entre à ce moment dans le local.


MÉLANIE

Ah! T'es là, toi!

Qu'est-ce qui t'a pris

d'écrire cet article-là?


MAUDE

Je savais pas que

c'était pas vrai.

De toute façon, c'est juste

sur le site du journal.


MÉLANIE

Non, justement!

Pit Le Bull en a entendu parler,

il a appelé mon père tantôt,

et il l'a engueulé

en direct à la radio.


MAUDE

Je suis sûre que M. Prud'homme

a super bien fait ça.


MÉLANIE

Non, justement, il a

eu l'air d'un vrai cave!

Là, là, il a une grosse migraine

et il est couché

presque en petite boule

dans son bureau,

puis il râle!


MAUDE

Je suis désolée.


MÉLANIE

La prochaine fois, excuse-toi

pas et fais attention!


MÉLANIE sort du local aussi vite qu'elle y était entrée.


MARC-O

(Soupirant)

C'est de ma faute.

C'est moi qui t'a donné

une fausse information.


MAUDE

Arrête, Marc-O. C'est pas toi

qui m'as forcée à la publier.


MME MILANI arrive dans le local et fait signe à MARC-O de sortir.


MME MILANI

Excuse, Marc-O.


MARC-O quitte le local.


MAUDE

Mme Milani, je vais écrire

un autre article pour m'excuser.


MME MILANI

T'aurais dû me le dire avant

de lancer une bombe comme ça!


MAUDE

Qu'est-ce qui va arriver?


MME MILANI

Première chose, vous allez

me perdre comme superviseure.


MAUDE

Ah non...


Au même moment, BASTIEN interroge FRANCIS dans le couloir.


BASTIEN

Pourquoi t'as dit oui à tout

ce que Mme Allard demandait?


FRANCIS

Eh bien, là... on pouvait pas

vraiment dire non.


BASTIEN

On aurait pu négocier.

Pourquoi t'as rien dit?


FRANCIS

Je sais pas, j'étais gêné.


BASTIEN

Dis-le-moi, sinon je te laisse

t'arranger tout seul.


FRANCIS

OK, attends. Attends.

Je veux pas que Mme Allard

ait une dent contre nous.


BASTIEN

C'est même pas ton prof,

qu'est-ce que ça peut te faire?


FRANCIS

C'est compliqué, là...


BASTIEN soupire.


FRANCIS

(Chuchotant)

Regarde... Mme Allard,

c'est comme...

peut-être ma future belle-mère.


BASTIEN

Hein?

Ta future? T'es en amour

avec Maude?


FRANCIS

Non! Avec Audrey!


BASTIEN

T'es en amour avec Audrey?!


FRANCIS

Shhh! Hé!


BASTIEN

Mais là... Audrey,

elle sort avec Hugo.


FRANCIS

Oui, mais Hugo, c'est pas

un gars pour Audrey, quand même.

Tandis que moi, là...


Dans le local du journal, MAUDE est dépassée.


MAUDE

Vous allez être punie

pour ma gaffe?


MME MILANI

Oui.


MAUDE

Mais c'est pas juste!


MME MILANI

C'est ça qui est ça, Maude.

Si tu m'avais demandé de

vérifier ton article, aussi...


MAUDE

Je suis découragée.


MME MILANI

(Lui souriant)

Même Victoire Desmarais a déjà

fait des erreurs de jugement.

Hmmm? Je te tiens au courant.


MME MILANI quitte le local. MARC-O entre tout de suite après.


MARC-O

Si t'as une punition...

devoir supplémentaire ou copie,

je vais t'aider.


MAUDE

La punition

est pour toute l'équipe.

On vient de perdre la meilleure

superviseure du monde.


MARC-O

Ah non...


MAUDE

Mais je vais me battre...

comme Victoire Desmarais.


Dans le couloir, FRANCIS et BASTIEN se parlent à voix basse.


FRANCIS

J'ai vu sur sa page Facebook

qu'elle était fan de Mythe ou réalité,

donc je me suis dit que comme

idée, pour l'impressionner...

Je veux pas que sa mère

me trouve baveux.

Il faut que tu jures

de pas en parler à personne.


BASTIEN

Mais pourquoi

tu me l'as pas dit?

Imagine si j'étais tombé

amoureux d'elle, moi...


FRANCIS

Tu l'aimes?


BASTIEN

Non.

J'aime quelqu'un d'autre.


FRANCIS

T'es en amour avec quelqu'un?


BASTIEN

Oui. Un gros

kick. Julie-Pier.


FRANCIS

(D'une voix plus forte)

T'es en amour avec Julie...


BASTIEN

Shhh!


Les deux garçons regardent autour pour s'assurer que personne n'a entendu.


FRANCIS

(En chuchotant)

Regarde, on le sait pas, là...

Peut-être qu'elles vont

quand même triper sur

une capsule sérieuse.


BASTIEN

Ouais... On peut essayer.


Pendant ce temps, MÉLANIE entre dans le bureau de la direction et trouve son père couché en petite boule par terre.


MÉLANIE

Papa!

(D'une voix douce)

Il est 4 h 30,

il faut rentrer à la maison, là.


M. PRUD'HOMME

Ah... c'est la pire migraine

de ma vie!

Je te dis, j'entends encore

la voix de Pit Le Bull

dans ma tête.


MÉLANIE

Ah, relaxe mon papounet.

Lève-toi... On va arrêter

à la pharmacie en allant

au Carrefour 2000

pour aller m'acheter...

(D'une voix plus forte)

des boucles d'oreille!


M. PRUD'HOMME

(Se prenant la tête de douleur)

Shhh!


Plus tard, BASTIEN et FRANCIS mènent leur expérience dans la salle des pas perdus. BASTIEN fait tomber une tartine de beurre d'arachide du haut de l'escabeau.


BASTIEN

Oh! Côté beurré. C'est quoi

la tendance, pour l'instant?


FRANCIS

Ça tombe plus souvent

du côté non beurré.


BASTIEN

C'est le contraire

de la loi de Murphy.


FRANCIS

Peut-être qu'on pourrait

lancer de plus haut.


BASTIEN

Es-tu fou? C'est trop

flyé pour Mme Allard.


FRANCIS

(Lui faisant signe de l'arrivée de STÉPHANIE)

Tais-toi.


STÉPHANIE

(Arrivant près d'eux)

Puis?

Ça se passe bien?


FRANCIS

Oui, on est...

super scientifiques.


BASTIEN fait tomber une tartine à l'extérieur du plateau placé par terre.


STÉPHANIE

Les gars, je vous avais dit

de faire attention

au gaspillage.


BASTIEN

Mais c'est la première fois

que ça arrive.


FRANCIS

(Prenant une bouchée de la tartine de beurre d'arachide)

Elle est encore bonne.


STÉPHANIE

Voyons, Francis! Fais pas ça!

C'est beau!

(En riant)

Je vois que vous faites des

efforts. Quand vous aurez fini,

faites-moi donc une copie

de votre film.

(En lui donnant une clé USB)

Je vous aiderai

À décider des moments

les plus intéressants,

OK?


FRANCIS

Merci.


STÉPHANIE s'éloigne. BASTIEN tient une tartine du haut de l'escabeau.


FRANCIS

Mais là, qu'est-ce

qu'il y a? Hé!

Qu'est-ce que t'attends?


BASTIEN

Non mais... je me demande

si lancer des toasts au beurre

de peanut du haut d'un escabeau

va vraiment nous aider

À séduire des filles.


FRANCIS

Eh bien... Oui, les filles

qui aiment les scientifiques

et le beurre de peanut.


BASTIEN

Oui, mais Julie-Pier

est zéro scientifique.

J'espère au moins qu'elle aime

les toasts au beurre de peanut.

Bon. Là, il n'y a plus de prof,

on s'amuse-tu un peu?


FRANCIS

Non.


BASTIEN

T'es donc bien plate!


Pendant ce temps dans le local du journal, MAUDE examine le contenu d'une poubelle qu'elle a versé sur la table. MAUDE porte un masque et des lunettes de protection, ainsi que des gants. MÉLANIE tient un téléphone et filme la procédure.


MÉLANIE

Ouache, ouache, ouache!


MAUDE

J'ai rien touché encore.


MÉLANIE

Mais ça sent!

Maude, c'est vraiment niaiseux

de vider la poubelle

de la cafétéria d'hier.


MAUDE

Mais non.

On va retrouver

ta boucle d'oreille,

puis on va faire comprendre

à tout le monde comment une

rumeur peut transformer

une boucle d'oreille

en perce-oreille.


MAUDE trie les déchets.


MÉLANIE

Ah, c'est dégueu! Je veux m'en

aller, je veux m'en aller!

Maude, je veux m'en aller!


MAUDE

Non, c'est important

de filmer ça pour que

le monde ait une preuve.


MÉLANIE

Oui mais, le monde, là...

ils vont penser que t'as mis ma

boucle d'oreille dedans exprès.


MAUDE

Non, personne ferait ça

sans être obligé.


MÉLANIE

Et après ça,

si on n'est pas

mortes asphyxiées,

tu comptes faire quoi?


MAUDE

Je vais écrire un article:

« La naissance

d'une légende urbaine »,

pour que tout le monde comprenne

ce qui s'est passé.

Fin du scandale.

Et surtout, Mme Milani

va rester superviseure

à la place

de Mme Préfontaine.


MÉLANIE a la nausée à regarder MAUDE faire.


MÉLANIE

Oh!


MAUDE

Mélanie, pense à ton père.


MÉLANIE

J'y pense! J'y pense...

C'est pour ça que... je vais

te laisser mon téléphone,

mais moi,

je ne suis plus capable.


MÉLANIE dépose le téléphone sur la table et quitte le local. MAUDE soupire.


MAUDE

Victoire Desmarais, aidez-moi.


Pendant ce temps dans la salle des pas perdus, BASTIEN descend de l'escabeau.


FRANCIS

Mais là, qu'est-ce qu'il y a?


BASTIEN

J'arrête, je suis tanné.


FRANCIS

Je vais faire le résumé.


Dans le local du journal, MAUDE vide encore un peu plus de déchets sur la table. MME MILANI entre dans le local en tenant une assiette contenant de la nourriture.


MME MILANI

Ah, Maude!

Il faut que je te...

Qu'est-ce que tu fais là?


MAUDE

Je fais ce qu'il faut pour que

vous restiez superviseure.


MME MILANI

C'est quoi, le rapport?


MAUDE

Je vais retrouver

la boucle d'oreille de Mélanie

pour prouver à tout le monde

la vérité.


MME MILANI

Maude, arrête. Il m'est arrivé

quelque chose et je le sais pas

comment prendre ça.

Regarde.


MME MILANI montre l'assiette à MAUDE.


MAUDE

Un ver?!


MME MILANI

(Dégoûtée)

Ah....


Pendant ce temps, FRANCIS et BASTIEN se placent devant la caméra. Ils résument et commentent leur expérience.


FRANCIS

Après notre expérience,

on a vu que la rôtie tombe

du côté non beurré

34 fois sur 40.

Notre hypothèse:

la rôtie devient concave

au moment du tartinage

et comme il y a concavité

la plupart du temps,

le mythe qui veut que la rôtie

tombe du côté beurré est...

rectifié! Merci.


FRANCIS s'avance pour éteindre la caméra alors que BASTIEN s'accroupit devant le plateau des tartines tombées.


FRANCIS

Mais là, qu'est-ce que tu fais?


BASTIEN

Je ramasse les morceaux

de toasts. Ah non, c'est vrai,

de rôties. On va se faire

un beau pudding au pain.

Ta belle-mère va être contente.


FRANCIS

T'avais promis de rien dire.


BASTIEN

Si le clip était drôle,

t'aurais au moins plus de

chances d'impressionner Audrey,

mais elle voudra jamais être

ta blonde avec un clip comme ça.


FRANCIS

Ferme-la.


BASTIEN

(Lui donnant la clé USB)

Regarde, prends le clip

et va porter ça à Mme Allard.

J'ai pas le goût de la voir.


FRANCIS

Je vais faire une copie avant.


BASTIEN

Je vais ramasser tout le reste

des morceaux et encore, bravo

pour ta très, très, très...

très, très, très

belle expérience.


Dans le local du journal, MME MILANI raconte son histoire à MAUDE.


MME MILANI

Je mangeais ma lasagne

dans la cafétéria et comme elle

était super sèche, je suis allée

me chercher un verre d'eau

et quand je suis revenue,

eh bien... il y avait ça.

C'est clair que c'est quelqu'un

qui l'a mis là.


MAUDE

Euh, vous me dites ça

pourquoi?


MME MILANI

Eh bien, s'il y a

des insectes dans la bouffe,

ton article devient vrai.


MAUDE

Donc... ça ferait mon affaire.

Vous pensez que c'est moi

qui l'a mis?


MME MILANI

Pas nécessairement, mais...


MAUDE

Je ferais jamais ça,

voyons donc!

Mais tu sais, ça se peut,

des vers dans la bouffe.

J'ai déjà lu quelque chose...


MME MILANI

(L'interrompant)

Ah... Non, non, non...

Excuse-moi, Maude. Non.

j'ai une nièce, elle a un lézard

et il mange des vers comme ça.

Ça s'achète en animalerie.


MAUDE

Vous avez pensé que c'est moi.


MME MILANI

Eh bien, avoue que c'est

louche, Maude.


MAUDE

Jamais j'inventerais

des preuves, madame!


MME MILANI

Mais oui... Oui, je te crois.

Mais là, ça veut dire qu'il y a

quelqu'un qui s'est inspiré

de ton article.


MAUDE

Je pensais jamais

que ça pouvait aller jusque-là.


MME MILANI

(Soupirant)

Ouais...

Qu'est-ce que tu vas faire, là?


MAUDE

Je vais aller reporter le sac.

Après, je le sais pas.


MME MILANI

OK, je vais aller jeter ça.

(MME MILANI quitte local et MAUDE ramasse les déchets pour les mettre dans le sac. MARC-O l'observe sans qu'elle le sache. Non loin dans le couloir, FRANCIS et BASTIEN discutent en marchant. FRANCIS transporte l'escabeau et BASTIEN termine le visionnement de la vidéo de leur expérience.)


FRANCIS

Puis? Je te l'avais dit

que c'était pas si pire.


BASTIEN

Ouais, c'est drôle pareil.

Ah... ça continue.


FRANCIS

Je l'avais pas arrêté?

T'avais promis de rien dire.


Les deux garçons s'arrêtent pour visionner la suite.


BASTIEN

(Sur la vidéo)

Si ton clip était drôle,

t'aurais plus de chances

d'impressionner Audrey.

Elle voudra jamais devenir ta

blonde avec un clip comme ça.


FRANCIS

(Sur la vidéo)

Ferme-la!


FRANCIS dépose l'escabeau et regarde BASTIEN avec stupeur.


FRANCIS

Ah non! J'ai oublié

de peser sur

stop!


BASTIEN

Quand t'as donné ta copie

à Mme Allard, t'as arrêté

avant la fin?


FRANCIS

Non! J'ai... j'ai tout copié,

j'ai pas regardé!

C'est sûr qu'elle

l'a regardé. J'ai chaud!


BASTIEN

Non, elle donne des cours,

cet après-midi. Je suis

sûr qu'elle a rien vu.


FRANCIS

(Apercevant STÉPHANIE plus loin dans le couloir)

Ha... Ah non, elle est là!

Elle sait, c'est sûr.


BASTIEN

Elle a rien vu.

(Se tournant vers STÉPHANIE)

Ah, Mme Allard!

Avez-vous eu la chance

de regarder notre clip?


STÉPHANIE

Euh... oui, bien sûr.


FRANCIS

OK, mais stp, dites rien, là.

Il faut pas que

votre fille le sache.


STÉPHANIE

De quoi tu parles?


FRANCIS

Vous savez, à la fin,

quand je parle à Bastien...


BASTIEN

Lorsqu'il dit qu'il est

amoureux de votre fille.


STÉPHANIE

De Maude?


FRANCIS

Non, d'Audrey!


STÉPHANIE

T'es amoureux d'Audrey?


FRANCIS

Shhh!


STÉPHANIE

Excuse-moi.

Écoute, honnêtement...

j'avais pas eu le temps

de le regarder, votre clip.

J'ai dit « oui, oui » pour pas...

pour pas vous décevoir.


FRANCIS

Alors, je viens

de tout dire ça pour rien?


FRANCIS s'approche de l'escabeau et se frappe la tête sur le mur.


STÉPHANIE

Oh... arrête, Francis!

(En riant)

Arrête!

Écoute... ça paraît

pas du tout, tu sais?

Puis je suis certaine

qu'Audrey se doute de rien.

Hugo non plus,

d'ailleurs.

Puis moi, eh bien, tu peux

compter sur ma discrétion, OK?


FRANCIS

Merci.


STÉPHANIE

J'écoute votre clip

aujourd'hui, promis.


BASTIEN

Tu peux compter sur ma

discrétion aussi,

man.


FRANCIS

T'es mieux.

Sinon, je vais aller dire

deux mots à la mère

de Julie-Pier.


Peu après, MARC-O entre dans le local de MME MILANI.


MARC-O

Mme Milani?


MME MILANI

Oui? Oh, Marc-O, j'ai un cours

qui commence. Dépêche-toi.


MARC-O

Ça sera pas long,

c'est important.


MME MILANI

Oui?


MARC-O

Tu sais, le ver

dans votre lasagne...

c'était moi. Je veux dire,

c'est moi qui l'a mis dedans.


MME MILANI

Pourquoi t'as fait ça?


MARC-O

Pour aider Maude.

Si je lui avais pas

parlé du perce-oreille...


MME MILANI

T'es pas responsable de ça.


MARC-O

Je vous ai entendues parler

dans le local du journal

et j'ai compris que ça avait pas

aidé mon affaire, puis je me

sentais mal d'avoir gâché

votre lasagne; je vous la paye.


MARC-O met des pièces de monnaie dans la main de MME MILANI


MME MILANI

Hein?

(Lui remettant les pièces)

Non, garde ton argent,

ça va s'arranger,

Marc-O. Voyons.


MARC-O

Si vous avez besoin d'aide

pour quelque chose, hésitez

pas à me le demander.

N'importe quoi.


MME MILANI

OK. Marc-O?


MARC-O

Ouais?


MME MILANI

Fais juste rien, hein?


MARC-O

OK!


Un peu plus tard, MAUDE, MÉLANIE et MME MILANI se retrouvent dans le bureau du directeur.


MAUDE

Ah, Mélanie, finalement,

j'ai jamais retrouvé

ta boucle d'oreille.

Je suis désolée.


MÉLANIE

Inquiète-toi pas!

Imagine-toi donc...

que je l'avais pas jetée dans la

poubelle de la cafétéria, mais

dans celle du corridor!


MAUDE

OK! J'ai fouillé dans le sac

de vidanges dégueu pour rien.


MÉLANIE

Oups! Désolée!


M. PRUD'HOMME arrive à ce moment.


M. PRUD'HOMME

Bonjour, bonjour

tout le monde! Merci d'être là

en cette heure gravissime.


MÉLANIE

Papa, est-ce que je suis

vraiment obligée d'être là,

parce que, en ce moment...


M. PRUD'HOMME

(L'interrompant)

... Oui! Bon, donc...

Isabelle s'est entendue avec

Nicole pour lui laisser la

supervision du journal.


MME MILANI

Oui.


MAUDE soupire de déception.


MME MILANI

C'est formidable,

le journal continue!

C'est ça qui compte.


M. PRUD'HOMME

OK, hmmm...

Maude, en attendant

que la poussière retombe,

tu vas prendre une petite pause

d'une semaine.

Ça va te permettre de te reposer

et de tirer des leçons

de ce qui s'est passé, surtout.


MAUDE

Mais qui va me remplacer,

en attendant?


M. PRUD'HOMME

J'ai pensé que Mélanie

pourrait être rédactrice en chef

par intérim. Bien sûr,

pas parce que c'est ma fille,

mais...


MÉLANIE

(Émue)

Moi?

Tu me nommes rédactrice

en chef? Wow!

C'est trop cool!


MME MILANI

Eh bien, là...


MÉLANIE

Excuse, Maude... C'est...


M. PRUD'HOMME

Oui. Bon, maintenant

que tout est réglé,

je pense qu'on peut

passer à autre chose.


MAUDE

Eh bien, attendez...

Je veux pas que Mme Milani

soit punie à cause de moi

et que la gang du journal

soit pognée... Euh...

soit prise avec Mme Préfontaine.


MME MILANI

Maude...


MAUDE

Attendez, je veux vraiment

prendre mes responsabilités.

M. Prud'homme, je vous offre ma

démission complète du journal.

En échange, je vous demande

que Mme Milani

reste la superviseure.


MME MILANI

Maude,

t'as pas besoin de faire ça.

Pit Le Bull,

il va continuer à animer

son émission de radio, lui.


MAUDE

Eh bien, il devrait pas.

De toute façon, c'est pas lui,

mon modèle. Moi,

c'est Victoire Desmarais.

Je suis sûre

qu'elle aurait fait comme moi.


M. PRUD'HOMME

(Soupirant)

Bon... c'est d'accord, Maude.

Et je dois te dire

que je trouve ça très noble.


MME MILANI

Tu m'impressionnes.


MÉLANIE

Et moi, je suis

quasiment émue!


STÉPHANIE arrive à ce moment dans le bureau.


STÉPHANIE

Ça va, ici?


MME MILANI

Eh bien, Maude ne veut plus

être dans le journal.

Peut-être que tu peux

la convaincre qu'elle n'est pas

obligée de faire ça, hein?


MME MILANI sort du bureau. M. PRUD'HOMME se lève et prend MÉLANIE par le bras en se dirigeant vers la porte.


M. PRUD'HOMME

Hmmm. Oui.

Mélanie.


MÉLANIE

Hmmm?


M. PRUD'HOMME

Allez.


MÉLANIE

Ah, mais je...


STÉPHANIE

(S'adressant à M. PRUD'HOMME)

Merci.


STÉPHANIE s'assoit à côté de MAUDE.


STÉPHANIE

Tout ce qui est arrivé

depuis hier, c'est peut-être

un mal pour un bien, hein?

Des activités,

il y en a plein d'autres.

C'est peut-être une occasion

pour toi d'explorer

et d'aller voir ailleurs.


MAUDE

Tu comprends pas.

Le journal, c'est ce qu'il y a

de plus important pour moi.

Je veux rien faire d'autre.

(Avec détermination)

Je vais laisser

le temps passer...

puis je vais y retourner.

Je te jure que je vais

y retourner, puis je vais

redevenir rédactrice en chef.


Elles se regardent toutes les deux et rient.


Fin de l'épisode


MAUDE

Des jeux, des défis

et des missions

t'attendent sur notre site!


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par