Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

All For One

On this 100th episode, Subito Texto heads to the arena, exceptionally, to watch the highlights of a completely wild game! Vincent learns a recruiter from the QJMHL is attending, and keeps the info to himself.



Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


VINCENT entre dans l'aréna. BENJAMIN change un sac-poubelle.


VINCENT

Salut, Ben.


BENJAMIN

Enfin! Ça fait une heure

que j'essaye de t'appeler!


VINCENT

Ouais, j'avais pas

entendu.

J'étais en train de magasiner

avec mon père.


BENJAMIN

Tu magasinais quoi?

Un cellulaire avec

une meilleure sonnerie?


VINCENT

Non, je magasinais

des nouveaux gants pour ce soir.

Ça te dérangerait de me les

casser un peu avant le match?


BENJAMIN

Je suis pas sûr

que tu auras envie de jouer

avec des nouveaux gants, surtout

après avoir entendu mon scoop.


VINCENT

Scoop, pas scoop, je joue

avec mes nouveaux gants ce soir.

À part de ça, ça te tentait pas

de me texter la nouvelle,

à la place de me faire venir ici?


BENJAMIN

Non, j'avais trop hâte de voir

ta face en te l'annonçant.


VINCENT

Moi, je t'annonce

que ton sac de poubelle pue.


BENJAMIN

OK, deux secondes,

je vais aller le porter.


VINCENT

Non, non! Attends, attends!

Je veux savoir

c'est quoi.


Pendant ce temps, à l'école, BRANDON-LEE discute avec FÉLICIE.


BRANDON-LEE

Je peux pas croire qu'on est

forcés de faire visiter l'école

à des petits morveux de 6e année

pendant une journée de congé.


FÉLICIE

Je suis pas forcée.

Je me suis portée volontaire.


BRANDON-LEE

C'est quoi

ton problème?

T'aimes pas ça, les congés?


FÉLICIE

Oui, mais vu qu'il y a

personne pour nous surveiller,

c'est un peu comme un congé.


BRANDON-LEE

T'as raison.

(Riant sournoisement)

Dans le fond, on a le champ

libre pour faire ce qu'on veut.


FÉLICIE

Si tu veux m'entraîner

dans un mauvais coup, oublie ça.

Je te rappelle que c'est parce

que t'as caché des oeufs pourris

dans le casier de Mona

que t'es ici.


BRANDON-LEE reçoit un texto.


BRANDON-LEE

Oh, yes!


FÉLICIE

Qu'est-ce qu'il y a?


BRANDON-LEE

J'ai une date avec une fille

trop cool ce soir.

Elle va venir voir notre match

et après on va se voir

au casse-croûte.


FÉLICIE

(Essayant de lire le texto)

Cool! C'est qui?


BRANDON-LEE

(Cachant son téléphone)

Ah, ah! La fille

la plus belle au monde.


FÉLICIE donne un mouchoir à BRANDON-LEE.


BRANDON-LEE

C'est quoi, ça?


FÉLICIE

C'est pour essuyer la bave

que t'as sur le bord

de la bouche.


BRANDON-LEE

Très drôle.


FÉLICIE

Tu devrais rire.

Les filles aiment ça, les gars

avec le sens de l'humour.

Pour vrai, c'est qui?


BRANDON-LEE

Fanny Durand.


FÉLICIE

Fanny Durand?

Elle viendra pas

juste voir le match.

Elle va jouer

contre nous autres.


BRANDON-LEE

Tu me niaises?


FÉLICIE

Non, elle est ailier droit

pour les Caribous.


BRANDON-LEE n'y comprend plus rien.


FÉLICIE

Ça va?


BRANDON-LEE

Oui, euh... Non,

ça va pas très bien.

J'ai comme mal

au poignet, tout d'un coup.

C'est une vieille blessure

qui revient des fois. Je...

Je pense pas que je vais

pouvoir jouer ce soir.

Je ferais mieux

d'aller me reposer.

(S'enfuyant)

Salut!


FÉLICE

Les visites de l'école?

Brandon-Lee!


À l'aréna, la conversation se poursuit entre VINCENT et BENJAMIN.


BENJAMIN

(S'adressant à VINCENT )

Ce soir, il va y avoir quelqu'un

de très, très important

qui va assister au match.


VINCENT

OK.


BENJAMIN

Devine qui.


VINCENT

Je sais pas, moi, un clown

sur un bicycle à une roue?


BENJAMIN

Bien non! Un bicycle à une

roue, ça s'appelle un unicycle.


VINCENT

On s'en fout.


BENJAMIN

Regarde, ce soir,

il va y avoir un dépisteur

de la Ligue

junior majeur du Québec.


VINCENT

(Incrédule)

Hein?

Hein, mais c'est malade!

Comment tu l'as su?


BENJAMIN

Mon père me l'a dit tantôt.

Je voulais te l'annoncer avant

les autres. C'est cool, hein?


VINCENT

Mets-en que c'est cool!

Mais je pense pas

qu'il faut le dire aux autres.


BENJAMIN

Pourquoi? Ça va

les motiver à mieux jouer, non?


VINCENT

Non, au contraire.

C'est trop de pression.

On va tellement être stressés.

On va jouer tout croche.


BENJAMIN

Pourtant, quand

Sidney Crosby jouait midget

pour le Subways

de Dartmouth

puis qu'un dépisteur

est venu le 7 décembre 2001...

qu'est-ce qui est arrivé?


VINCENT

Oublie les statistiques.

Je suis sûr de mon affaire.

Il faut garder ça pour nous.


BENJAMIN

Bon, OK, je dirai rien.

Tu me passes tes gants?


VINCENT

Hein?


BENJAMIN

Tu voulais pas

que je les casse?


VINCENT

Ouais, euh...

Tu sais quoi, je pense

que je vais utiliser

mes vieux gants

pour une dernière partie

finalement.


À l'école, SAMI voit JULIEN s'approcher des casiers.


SAMI

Julien? T'es venu visiter

l'école avec les 6e année?


JULIEN

Es-tu malade!

Non, j'attends ma mère.

Elle est dans la salle

des profs.


SAMI

Veux-tu que je te fasse

visiter les merveilleux casiers

de Victoire-Desmarais?


JULIEN

OK!


SAMI

(Se raclant la gorge)

Voici mon casier.

Il est d'une grandeur grande,

fait de métal pur à 100 %.

Et assez grand pour ranger les

traîneries de deux personnes.


JULIEN

Il y a deux personnes

dans un casier? C'est poche!

J'ai pas le goût de venir

à l'école ici, moi.


SAMI

C'est pas grave.

Tu te mettras avec un ami.

Vous arrangerez votre case

comme vous voudrez.


JULIEN

Bonne idée!

Je vais me mettre avec Julien.

On va ranger toutes

nos farces et attrapes dedans.


SAMI

Ça promet.


JULIEN

(Impressionné en voyant une image de guitare collée au casier)

Woh!

Elle est donc bien belle,

la guitare!

Est-ce qu'ils donnent

des cours de musique, ici?


SAMI

T'aimerais ça

en prendre?


JULIEN

Oui, j'aimerais ça

apprendre la guitare.


SAMI

Pas besoin d'être rendu

au secondaire pour ça.

Je peux

t'en donner, moi.


JULIEN

Je suis pas trop jeune?


SAMI

Bien non,

tout le monde peut jouer.

Attends, je vais te montrer

quelque chose pour le prouver.


SAMI sort son téléphone.


JULIEN

Si c'est la vidéo du chat

qui joue de la guitare,

je l'ai déjà vue.


SAMI

Non, j'ai mieux que ça.

Attends, ça s'en vient.

(Montrant la vidéo d'un enfant jouant de la guitare électrique)

Lui, là, il a ton âge.


JULIEN est impressionné. Pendant ce temps, chez les MAZARI. on frappe à la porte.


MONSIEUR MAZARI

Entrez!


BRANDON-LEE entre dans la maison.


MONSIEUR MAZARI

Ah, salut, Brandon-Lee! Si tu

viens voir Sami, il est pas là.


BRANDON-LEE

Non, c'est vous

que je viens voir.


MONSIEUR MAZARI

Tout va bien?


BRANDON-LEE

Euh, j'ai un problème.

Je pense pas que je vais

pouvoir jouer ce soir.


MONSIEUR MAZARI

T'es malade?


BRANDON-LEE

Non, c'est juste

que mon poignet...

vous dites toujours qu'il faut

pas jouer blessé, bien...


MONSIEUR MAZARI

Montre, voir.


BRANDON-LEE pousse un cri de douleur.


MONSIEUR MAZARI

Pourtant, je vois rien.


BRANDON-LEE

Je sais, c'est bizarre.

En fait,

c'est une vieille blessure

qui revient

de temps en temps.


BRANDON-LEE gémit à nouveau.


MONSIEUR MAZARI

OK, je pense que tu pourras

pas jouer ce soir.


BRANDON-LEE

Super!

Euh, dans le sens...

jouer blessé, c'est pas super.


MONSIEUR MAZARI

Assure-toi de faire

vérifier ça par un médecin

avant le prochain match.


BRANDON-LEE

Oui. Merci.

Bon match!


MONSIEUR MAZARI

Un instant, Brandon-Lee.

Je veux quand même

que tu viennes

encourager ton équipe.


BRANDON-LEE

Ah, bien oui, c'est sûr!

C'est... Go, Castors, go!


MONSIEUR MAZARI

À ce soir!


À l'école, JULIEN regarde la vidéo du guitariste avec beaucoup d'intérêt.


JULIEN

(S'adressant à SAMI)

Woh!

Est-ce que tu pourrais

me montrer

à être aussi bon que lui?


SAMI

Mets-en! On peut commencer

aujourd'hui si tu veux.


JULIEN

Oui, mais j'ai pas

de guitare.


SAMI

Bien, Nadya en a une.

Et elle revient juste

à 8 h, ce soir.

Il faut juste ne pas lui dire

parce qu'elle aime pas ça

quand je la prends

sans lui demander.


JULIEN

Mais j'ai pas

d'argent non plus.


SAMI

Je vais te faire

un prix d'ami.

10 $ la première leçon.


JULIEN

Bof, je sais pas trop.

J'étais censé aller voir

une game à 7 h,

ce soir avec mon ami.


SAMI

À 7 h? Mais je joue

dans cette game-là.

C'est sûr que le cours

va être fini.


JULIEN

OK!

Je m'en vais chercher

l'argent. Je reviens.


SAMI

Euh... Julien!


SAMI fait signe à JULIEN de lui remettre son téléphone.


JULIEN

Excuse-moi.


SAMI

Merci.


Retour chez les MAZARI. On frappe de nouveau à la porte.


MONSIEUR MAZARI

Entrez!


VINCENT

Bonjour, M. Mazari.


MONSIEUR MAZARI

Salut, Vincent!

Si tu viens voir Sami,

il est pas là.


VINCENT

Non, c'est vous

que je viens voir.


MONSIEUR MAZARI

T'es pas blessé toi aussi?


VINCENT

Non, non, au contraire,

je me sens super en forme.


MONSIEUR MAZARI

Tant mieux.


VINCENT

Je me demandais...

Ce soir, est-ce que

ce serait possible

d'avoir juste un petit peu plus

de temps de glace?


MONSIEUR MAZARI

Tu tombes bien. Brandon-Lee vient

de m'annoncer qu'il pourra pas

jouer ce soir.


VINCENT

Pour vrai?

Est-ce que je pourrais jouer

sur son trio en plus du mien?


MONSIEUR MAZARI

Tu veux jouer sur deux trios?

Tu vas t'épuiser trop vite.


VINCENT

Non, je déborde d'énergie.


MONSIEUR MAZARI

T'es pas Superman pour autant.


VINCENT

Hum hum. Ouais...

Ça fait que vous voulez pas?


MONSIEUR MAZARI

J'ai pas dit ça. Je veux bien

que tu remplaces Brandon-Lee.

Mais pas pour tout le match

quand même. Juste un peu.


VINCENT

Merci, M. Mazari!

Vous allez pas le regretter.


VINCENT repart. Le téléphone sonne. MONSIEUR MAZARI est excédé.


MONSIEUR MAZARI

(Irrité)

Allo!


À l'école, FÉLICIE est devant son casier. VINCENT arrive en trombe.


VINCENT

Ah, Félicie, t'es toujours là!

C'est super!


FÉLICIE

Je viens de finir

les visites guidées.

Je m'en allais

me préparer pour le match.


VINCENT

Parlant de ça, j'ai pensé

à un plan...


FÉLICIE

Si ton plan, c'est de blanchir

les Caribous, je suis d'accord..


VINCENT

Oui, c'est à peu près ça.

En fait, je me suis dit

qu'on pourrait toujours faire

la même stratégie.

Vous me faites des passes,

et moi, je score.


FÉLICIE

C'est poche si c'est

juste toi qui comptes.

En plus, si on utilise

toujours la même stratégie,

les Caribous

vont s'en rendre compte.


VINCENT

Bien non, justement

parce qu'ils vont s'attendre

à ce qu'on change

de stratégie.

Mais nous,

on va les surprendre

en faisant la même.


FÉLICIE

Hum... puis...

pourquoi c'est toi

qui compterais les buts?


VINCENT

Bien, parce que... je suis

un des meilleurs «scoreurs»

de la ligue, j'imagine.


FÉLICIE

Brandon-Lee aussi.

Même que si son poignet

est correct, c'est lui

qu'on devrait utiliser

comme marqueur.


VINCENT

Pourquoi plus

Brandon-Lee que moi?


FÉLICIE

Bien, parce qu'il va vouloir

avoir l'air hot avec l'autre

qui le regarde aller.


VINCENT

Hein? Benjamin

t'en a parlé?

Je lui avais demandé

de se taire.


FÉLICIE

Non, c'est Brandon-Lee

qui m'en a parlé.


VINCENT

Comme ça, tout le monde

est courant qu'il va y avoir

un dépisteur du junior majeur

dans les gradins?


FÉLICIE

Il va y avoir un dépisteur?


VINCENT

Bien oui... C'est pas ça

que tu disais?


FÉLICIE

Non. Moi, je parlais

de Brandon-Lee.

Il veut sortir

avec une fille des Caribous.


VINCENT

Ah! Ah, OK!

(Cherchant à s'enfuir)

Bon, bien...

laisse faire, d'abord.


FÉLICIE

Vincent Beaucage!

Un instant.

T'as demandé à Benjamin

de pas nous parler du dépisteur?


VINCENT

C'est parce que je savais que

ça allait stresser tout le monde

et je voulais que l'équipe

joue de son mieux.


FÉLICIE

L'équipe ou toi?


VINCENT

Je... Hé, moi,

j'ai fait ça pour vous autres!


FÉLICIE

C'est ça! Puis moi,

je suis dompteuse de requins.


VINCENT

Dompteuse de requins...

Ah, t'es fâchée?


Dans sa chambre, SAMI donne des cours de guitare à JULIEN. JULIEN gratte la guitare vigoureusement.


SAMI

Julien! Julien!

Pas comme ça!

Comme ça.


JULIEN

Oui, mais c'est pas ça

que je veux jouer.

Je veux jouer du speed metal

comme le gars dans la vidéo.


SAMI

Je sais, mais avant,

il faut que tu maîtrises

les bases.


JULIEN

C'est plate, les bases!

Ça fait une heure

qu'on fait juste ça!


SAMI

Justement, ça fait une heure.

Le cours est terminé.

On apprendra plus

la semaine prochaine.


SAMI tend sa main.


JULIEN

Quoi?


SAMI

Je veux mon argent.


JULIEN

Pas avant que tu m'aies montré

à jouer pour de vrai.


SAMI

Tu sais jouer pour de vrai, OK?

Tu sais ta gamme,

tu sais les deux accords.

Il faut juste que tu pratiques

pour être meilleur.


JULIEN

Mais tu m'as même pas montré

à faire des «slides» encore.


SAMI

Des «slides», c'est trop avancé

pour toi!


JULIEN

Pff! Je suis sûr que je suis

capable d'en faire. Regarde!


JULIEN échappe le pic dans la guitare.


JULIEN

Oups!


SAMI

Bravo, champion! Veux-tu péter

les cordes, un coup parti?


Quelqu'un sonne à la porte.


SAMI

Là, tu sors le pic

de la guitare.

C'est méga important.

Compris?


JULIEN essaie de faire tomber le pic mais n'y arrive pas. Pendant ce temps, FÉLICIE entre avec BRANDON-LEE.


FÉLICIE

(S'adressant à SAMI)

Il est où, ton père?


SAMI

Sorti faire des courses.

Qu'est-ce qu'il y a?


FÉLICIE

Il y a qu'il va y avoir

un dépisteur du junior majeur

au match, tantôt.


SAMI

Hein? C'est malade!

Pourquoi vous faites

ces faces-là?


FÉLICIE

Vincent le savait

et nous l'a pas dit.


SAMI

Hein? Pourquoi

il nous aurait caché ça?


FÉLICIE

Il voulait être la star du

match pour se faire remarquer.


SAMI

Il est donc bien poche!


BRANDON-LEE

Mets-en, et on va pas

le laisser faire.


SAMI

Attends, on?

Mon père m'a dit

que t'étais blessé.


BRANDON-LEE

J'ai juste dit ça pour pas

jouer contre Fanny.


SAMI

Fanny, c'est la joueuse

des Caribous, ça?


FÉLICIE acquiesce en souriant.


BRANDON-LEE

Coudonc, tout le monde

le savait qu'elle jouait

pour eux, sauf moi?


FÉLICIE

(S'adressant à SAMI)

Brandon-Lee pensait qu'elle

venait juste le voir jouer.


BRANDON-LEE

(S'adressant à SAMI)

J'ai juste à demander

à ton père de pas jouer

en même temps qu'elle

et ça va être correct.

Je manquerai pas

ma chance d'impressionner

un dépisteur.


FÉLICIE

(S'adressant à SAMI)

Il faut dire à ton père

qu'il va y avoir un dépisteur

pour qu'il avertisse

l'équipe.


SAMI

On fera quoi si tout le monde

mange la rondelle

et ne fait plus de passe?


BRANDON-LEE

On n'est pas pour rien faire.

Il faut au moins obliger Vincent

à avouer qu'il nous a niaisés.


FÉLICIE

Et qu'il se rende compte

qu'il a pas été cool.


SAMI

OK. On va lui parler

avant le match.

Là, il faut que je retourne

à ma leçon de guitare.

Ça fait que... bye bye!

À tantôt!

(Cherchant JULIEN dans la chambre)

Julien?


JULIEN se sauve. SAMI découvre que le jouet utilisé par JULIEN pour sortir le pic de guitare est resté pris dans les cordes.


SAMI

(En colère)

Julien Allard-Fraser, sors

de ta cachette tout de suite!


SAMI entend un bruit de porte. Son père entre dans la chambre.


MONSIEUR MAZARI

Ça va?


SAMI

Oui. Oui, oui, oui.


MONSIEUR MAZARI

Qu'est-ce que tu fais?


SAMI

De la visualisation

pour le match.


MONSIEUR MAZARI

Ah, c'est bon, ça!

C'est bon.

(Apercevant la guitare)

Continue, mais oublie pas

de remettre la guitare

dans la chambre

de ta soeur.


SAMI

Oui, promis.


Dans le vestiaire, à l'aréna, BRANDON-LEE, FÉLICIE et SAMI discutent avec VINCENT.


BRANDON-LEE

(S'adressant à VINCENT)

Avoue-le donc que tu voulais

juste faire ta vedette

devant le dépisteur.


VINCENT

Puis, ça?

Qu'est-ce que ça fait?

Tout le monde ici aurait fait

la même chose.


FÉLICIE

Pantoute!

Moi, la première chose

que j'ai faite, c'est d'en parler

à Sami et Brandon-Lee.


SAMI

Vraiment pas fort,

Vincent Beaucage.


VINCENT

Laissez faire.

Vous comprenez rien.


SAMI

Bien oui, on laisse faire!

C'est toujours nous,

le problème!?


VINCENT sort du vestiaire.


FÉLICIE

Relaxe, Sami! Ça va aller.


SAMI

Non, ça va pas aller.

En plus de me faire jouer dans

le dos par mon meilleur ami,

je me fais niaiser

par Julien.


BRANDON-LEE

Qu'est-ce qu'il a fait?


SAMI

Comment je suis censé

me concentrer sur la partie?

Il a saboté la guitare

de ma soeur.


BRANDON-LEE

Elle est pas brisée. Il faut

juste que tu sortes l'avion.


SAMI

Ça fait deux heures

que j'essaie!

Il faut que j'enlève l'avion

avant que ma soeur revienne.

Avec la partie,

j'aurai pas le temps.


FÉLICIE

Peut-être BENJAMIN?

Il pourrait peut-être s'en

occuper pendant qu'on joue.


SAMI

Bonne idée.


BRANDON-LEE

Hé, j'ai pas mon «jackstrap».

Sami, as-tu le tien?


SAMI

Non, moi non plus,

je l'ai pas.


BRANDON-LEE

Il y en a pas ici.

(Fouillant le sac de VINCENT)

Là, oui.


VINCENT

(Revenant au vestiaire)

Qu'est-ce que vous faites

à fouiller dans mes affaires?


SAMI

Quoi?

As-tu peur qu'on découvre

que t'as fait un mauvais coup?


VINCENT

De quoi tu parles?


BRANDON-LEE

Essaye pas, Vincent,

on sait que c'est toi.


VINCENT

Qu'est-ce que

j'ai fait encore?


FÉLICIE

T'as volé les «jackstraps»

de la moitié des joueurs.


VINCENT

Rapport! Pourquoi

j'aurais fait ça?


BRANDON-LEE

Pour avoir plus de temps de glace

et impressionner le dépisteur.


SAMI

Mon père me l'a dit.

T'as demandé d'avoir

plus de temps de glace ce soir.


VINCENT

Vous êtes en train

de virer fous.


SAMI

Je te pensais pas capable de

faire quelque chose d'aussi bas.


BRANDON-LEE

Donne-nous nos «jackstraps».


VINCENT

Je les ai pas, vos maudits

«jackstraps»!


Plus tard, sur la glace, l'équipe de MONSIEUR MAZARI tire de l'arrière. La foule encourage les Caribous qui viennent de marquer un autre but.


MONSIEUR MAZARI

(S'adressant à FÉLICIE)

Ils sont complètement épuisés.

Ils tiendront jamais

toute la partie.


FÉLICIE

Il faut faire

plus de changements.

Il faut sortir Vincent.

Il est sur la glace depuis

le début de la première période.


SAMI, sur le banc des joueurs, n'arrête pas de regarder dans les estrades.


SAMI

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Je suis sûr que c'est lui,

le dépisteur.

Avec le veston

et la cravate.

Ou lui.

Il a sa caméra!

Penses-tu?


BRANDON-LEE n'écoute pas, occupé à regarder FANNY.


SAMI

Brandon-Lee!


BRANDON-LEE

Qu'est-ce qu'il y a?


SAMI

Tu penses que c'est qui,

le dépisteur?


BRANDON-LEE

Je sais pas!


MONSIEUR MAZARI

Prépare-toi, Félicie. Tu vas

remplacer Vincent.

(Rappelant VINCENT au banc)

Vincent!


VINCENT

C'est correct, coach.

J'ai encore du jus.


FÉLICIE

C'est même pas vrai.

Il est épuisé.


MONSIEUR MAZARI

Au moins, lui, il est

concentré sur le match.

(Tapant sur le casque de SAMI)

Contrairement à d'autres.


La sirène sonne la fin de la période. VINCENT revient au banc.


FÉLICIE

(Rabrouant VINCENT)

Hé, pourquoi t'es pas

venu sur le banc?

T'étais complètement mort.


VINCENT

Je voulais laisser plus

de temps de repos aux autres.


FÉLICIE

OK, Sami avait raison.

T'es vraiment égoïste.

Ça, c'est le genre de truc

que les dépisteurs remarquent.


Dans le vestiaire, MONSIEUR MAZARI prononce un discours.


MONSIEUR MAZARI

Les Castors, on a

un sérieux problème. Hein?

On a perdu quelque chose

de très important.


BRANDON-LEE

Nos «jackstraps», coach.

Vincent, dis-nous

où tu les as cachés.


SAMI

Avoue-le donc que c'est toi.


VINCENT

Avec la première période poche

qu'on a eue, si c'est moi

qui les avais, il y a longtemps

que je l'aurais dit.


MONSIEUR MAZARI s'énerve en prononçant des mots dans sa langue natale.


SAMI

Ça veut plus ou moins dire

"Vos gueules".


MONSIEUR MAZARI

Ce qu'on a perdu,

c'est notre esprit d'équipe.

C'était n'importe quoi,

cette première période.

Il y avait personne

de concentré.

Vincent, t'as pas

laissé jouer Félicie.

En plus, t'as raté plusieurs

belles occasions de faire

des passes à tes coéquipiers.


VINCENT

Désolé. J'avais pas vu.


FÉLICIE

Me semble, oui...

T'as fait exprès.


MONSIEUR MAZARI

Ça suffit!

On ne peut plus rien changer à

la première période. C'est fait.

Ce qu'on peut faire,

c'est donner notre maximum

pour le reste du match.

Vous êtes les Castors

et un castor, c'est travaillant.

Alors, échangez-vous la rondelle

le plus souvent possible.

Et surtout, soyez attentifs.


VINCENT

Échanger... Mais oui, pourquoi

on n'y a pas pensé avant?


MONSIEUR MAZARI

Pardon?


VINCENT

On pourrait échanger

nos «jackstraps».


FÉLICIE

Les changements

vont être plus longs.


VINCENT

Oui, mais au moins tout le monde

va pouvoir jouer.


MONSIEUR MAZARI

C'est une bonne idée,

ça, Vincent. On va faire ça.

Ça va aider tout le monde

à se concentrer sur la partie.

Et dorénavant, je ne veux plus

voir personne regarder

autre chose que la glace,

compris?


BRANDON-LEE

Compris.


VINCENT

Oui, coach!


MONSIEUR MAZARI

Bon!


BRANDON-LEE

Mais on a le droit

de regarder la rondelle?


MONSIEUR MAZARI

Franchement!


La deuxième période se déroule bien.


MONSIEUR MAZARI

(Encourageant VINCENT)

Vas-y, vas-y!


VINCENT compte un but. FANNY embarque sur la glace.


MONSIEUR MAZARI

Allez, Brandon-Lee,

ça va être à toi.


BRANDON-LEE

Là, là?

Ça peut pas attendre un peu?


MONSIEUR MAZARI

Tu veux pas jouer?


BRANDON-LEE

Euh, oui, oui.


MONSIEUR MAZARI

OK, allez!

Allez, allez!

(Rappelant SAMI au banc)

Sami!


FANNY fonce vers le but. Un joueur des Castors tente d'empêcher FANNY de compter. BRANDON-LEE le plaque contre la bande.


MONSIEUR MAZARI

Qu'est-ce qu'il fait?


VINCENT

Qu'est-ce que tu fais là?


BRANDON-LEE

Je t'ai pas vu.


FANNY compte le but. Les joueurs retournent au vestiaire. BRANDON-LEE jette ses gants, fâché.


FÉLICIE

Qu'est-ce que t'as?


BRANDON-LEE

T'as pas vu Fanny se pavaner

après son but?

J'ai tout compris.


FÉLICIE

Compris quoi?


BRANDON-LEE

Ma date avec elle,

c'est un coup des Caribous.

Ça, puis les «jackstraps».

Ils voulaient nous déconcentrer

puis ça a marché.


FÉLICIE

Inquiète-toi pas. Il nous

reste encore une période.

On va leur montrer

de quoi on est capables.


BENJAMIN arrive au vestiaire avec un sac sur l'épaule.


SAMI

(Se précipitant vers BENJAMIN)

C'est la guitare que t'as

là-dedans? As-tu enlevé l'avion?


BENJAMIN

Euh, non. En fait,

j'ai une mauvaise nouvelle.

Je ne sais plus trop

où est passée ta guitare.


SAMI

Qu'est-ce que

tu veux dire?


BENJAMIN

Elle a disparu

pendant que je cherchais

les coquilles dans le vestiaire.


SAMI

Quoi?


BENJAMIN

Non, inquiète-toi pas!

Si j'ai retrouvé les coquilles,

je vais être capable

de retrouver ta guitare.

En tout cas, je pense.


VINCENT

(Fouillant le sac de BENJAMIN)

Eille, les gars, Benjamin

a retrouvé les coquilles!

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Je t'avais dit que c'est pas moi

qui les avais prises.


BENJAMIN

Elles étaient dans

le vestiaire des Caribous.


MONSIEUR MAZARI

Génial! Bravo, Benjamin!

Et bravo, tout le monde.

Vous avez vraiment

mieux joué en deuxième.

(Regardant BRANDON-LEE)

Mais il y a encore place

à l'amélioration.


BRANDON-LEE

Je m'excuse

d'avoir plaqué Vincent.

Je vais mieux jouer en

troisième, c'est promis.


MONSIEUR MAZARI

Bon, OK.

On commence

la troisième en force.

On joue en équipe,

on s'encourage,

on fonce vers le filet et...

on compte deux gros buts!

Allez! Allez!


BENJAMIN

On est capables, les Castors!

On est capables!


Sur la glace, FANNY tente de s'approprier la rondelle.


FANNY

Passe, passe!


BRANDON-LEE intercepte la rondelle en la poussant. FANNY revient le plaquer par-derrière.


BRANDON-LEE

(Riant)

Excuse-moi.


MONSIEUR MAZARI

(Encourageant ses joueurs)

Allez, allez!


Les Castors marquent un but. Des cris de joie fusent de la foule et du banc des joueurs.


VINCENT

Ça va, mon Sami.

OK, on lâche pas.

Il nous en manque juste un.

Let's go!


Le coach des Caribous réclame une punition.


COACH CARIBOUS

(S'adressant à l'arbitre)

... sur le bord

de la ligne. Trébucher.

Ouvre les yeux!

Come on,c'était évident!


MONSIEUR MAZARI

Bravo, Félicie!

(Appelant les joueurs au banc)

Hé, gang!

C'est beau! C'est beau!


FANNY et BRANDON-LEE sont face à face pour la mise au jeu. MONSIEUR MAZARI rappelle son gardien de but.


MONSIEUR MAZARI

Gardien, gardien!

(Envoyant SAMI sur la glace)

Vas-y! Vas-y!


SAMI saute sur la glace, reçoit une passe de FÉLICIE, et la refile à VINCENT.


MONSIEUR MAZARI

Oui, oui, oui!

Vas-y! Vas-y! Vas-y!


VINCENT décoche un lancer. La rondelle frappe le poteau et atterrit sur la ligne de but. La sirène retentit.


ADMIRATEURS

Caribous! Caribous!


Dans le vestiaire, les Castors sont effondrés.


VINCENT

Je n'ai plus aucune chance

de me faire remarquer.


BRANDON-LEE

Moi, je n'ai plus aucune

chance avec Fanny.


SAMI

Moi, aucune chance avec

la guitare de ma soeur.

Je peux pas croire

que je l'ai perdue.


VINCENT

Une guitare, ça se rachète.

Les chances de se faire

remarquer par un dépisteur,

oublie ça.

Je suis trop nul.


SAMI

(Apercevant BENJAMIN et JULIEN revenir au vestiaire avec la guitare)

Hein?

Ma guitare!

Où tu l'as trouvée?


JULIEN

Je me sentais pas fin d'avoir

mis plein d'affaires dedans.


BENJAMIN

(S'adressant à SAMI)

Il l'a prise pendant que

je cherchais.

Quand je suis arrivé, il était

en train de graisser la guitare

avec du beurre de popcorn

pour essayer de sortir l'avion.

Ça fait que je l'ai aidé.


SAMI

Merci!

Mais pas un mot

à mon père.


JULIEN

Promis.

Puis, tiens.

Ça, c'est ta paye.


JULIEN donne de l'argent à SAMI.


SAMI

Bien, merci, mais il manque 2 $,

Julien.


JULIEN

Je me suis acheté un popcorn.

(Montrant son contenant de popcorn presque vide)

Si tu veux, je peux

te donner le reste.


SAMI

Bien... non, merci.


BENJAMIN

Bon, moi, je vais aller

nettoyer les gradins.

Tu devrais venir

avec moi, Julien.

Je te rappelle

que tu m'en dois une.


JULIEN approuve.


BENJAMIN

Allez.


BRANDON-LEE regarde ses textos.


BRANDON-LEE

Je comprends pas. Fanny me

demande si je suis bientôt prêt.


FÉLICIE

Bon, tu vois?

Elle te niaisait pas.


BRANDON-LEE

Tu penses qu'elle veut

encore sortir avec moi?


FÉLICIE

Je suis sûre.

À condition que tu prennes

une douche.


MONSIEUR MAZARI entre dans le vestiaire accompagné d'une dame.


MONSIEUR MAZARI

Les Castors,

un moment d'attention,

s'il vous plaît.

On a de la grande visite.


KIM LARUE

Bonjour.


VINCENT

Bonjour.


FÉLICIE

(Étonnée)

Vous êtes Kim Larue?


SAMI

Kim Larue, la capitaine

de l'équipe nationale?


KIM LARUE

En plein ça.


VINCENT

Votre but gagnant contre

les Américaines, aux Olympiques,

était trop hot.


KIM LARUE

Merci!

Votre performance de ce soir

aussi, c'était quelque chose.

Belle remontée.


SAMI

Ah, merci!

Avoir su qu'on jouait

devant Kim Larue

et un dépisteur

du junior majeur...

Est-ce que vous étiez

assise avec lui?


KIM LARUE

Avec elle, tu veux dire.

C'est moi, le dépisteur.


ENSEMBLE

Hein?


FÉLICIE

Une dépisteuse?

Malade!


KIM LARUE

M. Mazari m'a parlé

du coup de cochon

que les Caribous vous ont fait.

Vous avez super bien réagi.

Qui a eu l'idée d'échanger

les coquilles?


VINCENT

C'est moi.


KIM LARUE

C'est une excellente idée.


VINCENT

Merci, madame.


KIM LARUE

Appelle-moi Kim.

Je vais revenir vous voir

dans des meilleures conditions.

Je vais juste noter la date

de votre prochain match.


En s'assoyant sur le banc, KIM LARUE écrase la guitare cachée sous une serviette. MONSIEUR MAZARI se fâche.


MONSIEUR MAZARI

Sami Mazari,

qu'est-ce que la guitare

de ta soeur fait ici?


SAMI

Papa, j'avais pas

le choix de l'amener.


KIM LARUE

C'est de ma faute. J'aurais

dû regarder où je m'assoyais.

Vous m'enverrez la facture

de la nouvelle guitare.

Je vais la payer.


MONSIEUR MAZARI

C'est vraiment gentil

de votre part.

(S'adressant à SAMI)

Toi, tu t'en tires à bon compte.


SAMI

Merci.


VINCENT

Bon, les Castors,

je propose qu'on fasse

un toast à la solidarité

et à la nouvelle

guitare de Nadya.


ENSEMBLE

Ouais!


KIM LARUE

C'est une belle

attention, euh...


VINCENT

Vincent Beaucage,

ailier droit. Numéro 5.

Puis je sais pas

si vous avez vu

tantôt, mais je...

je suis pas mal bon pour...

pour les interceptions de passe.

Je me promène offense,

défense et je...

Je suis très agressif

dans les coins aussi.


KIM LARUE rit.


FÉLICIE

Vincent Beaucage,

arrête de te vanter.


VINCENT

Je me vante pas.


BRANDON-LEE lance son gant sur VINCENT. KIM LARUE rigole.


MONSIEUR MAZARI

(S'adressant à KIM LARUE)

Quand on gagne,

c'est grâce à lui.

Quand on perd,

c'est jamais de sa faute.


Fin de l'épisode


VINCENT

T'es un vrai fan de Subito?

Viens vite nous rejoindre

sur le site web de l'émission.


tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par