Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Earth Shattering

After hearing that a violent earthquake destroyed a Guatemalan school, Maude decides to help, and succeeds in the most unexpected way.



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Début générique d'ouverture


Titre :
Subito texto


Fin générique d'ouverture


MAUDE écoute la télévision dans son salon. Elle fait la moue. JACQUES entre à la maison et examine ses outils.


JACQUES

Bon!

Parfait... C'est ça.


JACQUES remarque que MAUDE fait la moue. Il s'assoit à côté d'elle.


JACQUES

Ah! Que je connais ça,

cet air-là!


MAUDE

Quel air?


JACQUES

L'air de quelqu'un qui a pas

le goût que l'école recommence.


MAUDE

Euh... Ha! Je pense que

tu me confonds avec Audrey.

Moi, je suis Maude,

ta fille qui aime l'école.


JACQUES

Ah!


MAUDE

Si je fais cette face-là,

c'est parce que j'ai trop hâte

que ça recommence.


JACQUES

OK, c'est vrai! C'est pas

fini, cette maladie-là?


MAUDE

Deux mois pas d'école,

c'est bien trop long!

Je m'ennuie!


JACQUES

Bien là, pourquoi tu vas pas

faire un tour au parc?

Je sais pas.


MAUDE

Au parc?


JACQUES

OK, tu peux installer...

de nouveaux programmes

dans ton nouvel ordi portable.


MAUDE

Installer des programmes?

Papa, on n'est pas en 1997!

Tout s'installe tout seul, hum?


JACQUES

Alors, pourquoi

tu m'aides pas à installer

notre magnifique

nouvelle toilette?

Ça s'installe pas tout seul.


MAUDE

Yark.


MAUDE change le poste de la télévision. On entend la voix d'une LECTRICE DE NOUVELLES.


LECTRICE DE NOUVELLES

Mesdames et messieurs,

nous interrompons

notre programmation régulière

pour vous présenter

ce bulletin spécial

d'informations.

Les images que vous voyez

viennent d'être tournées

au Guatemela,

où un tremblement de terre

extrêmement violent

de 8 à l'échelle de Richter

a sévi ce matin.


JACQUES

Mon Dieu!


Dans la salle à manger des Beaucage, JULIEN B et JULIEN A regardent un magazine pour hommes.


JULIEN B

"Trucs et astuces":

"comment bronzer

sans traces de maillot."


JULIEN A

(Riant)

C'est censé être

un magazine pour hommes

et ça parle de salons de

bronzage; c'est n'importe quoi!


JULIEN B

Tellement!


HUGO entre dans la salle à manger.


HUGO

Les gars...

savez-vous sont où,

les sacs oranges?


JULIEN B

Qu'est-ce que tu fais là?


HUGO

La même affaire que je fais

toutes les 2 semaines

depuis 3 mois:

votre gazon et le ménage

de votre terrain.


JULIEN B

Ah!


HUGO

Les sacs sont où?


JULIEN B

Euh... dans la cuisine.


HUGO

Où dans la cuisine?


JULIEN B

Je sais pas trop...

Demande à mon père!


HUGO

Il est parti

faire des commissions.

Il m'a dit de me donner

un coup de main

pendant qu'il est parti.


JULIEN A

Pas de trouble,

ça va être bien plus le fun

que de lire

des trucs de coiffure

pour les messieurs!


JULIEN A

Ha! ha! ha!


HUGO

Hein?

Un nouveau

magazine de virilité?


JULIEN B

Oui. Mon père a été

invité au lancement.


JULIEN A

Tu lis ça?


HUGO

Mets-en!


HUGO

Ça, c'est la bible de l'homme

urbain moderne de la ville.


JULIEN A et JULIEN B rient.


JULIEN A

Dans le magazine,

ça dit que l'homme urbain moderne

de la ville doit se mettre du parfum!


JULIEN B

Oh! Et de

la crème antirides.


HUGO

C'est normal

que vous compreniez pas

parce que vous êtes pas

des hommes.


JULIEN B

Euh... attends.

On n'est pas des hommes

parce qu'on va pas

au salon de beauté?


JULIEN A

Puis qu'on organise pas

des soupers de filles?


JULIEN B

Ouh!


Le cellulaire d'HUGO sonne.


HUGO

En parlant de filles,

regardez le pro

et prenez donc des notes!



HUGO répond au téléphone.


HUGO

(Au téléphone)

Hum! Allo, bébé chat.

Bien oui, j'étais justement

en train de penser à toi.

Oui.

(Stressé)

Ah! C'est aujourd'hui?

Bien non, bien non!

Je le savais, là!

Oui, à tout de suite.


HUGO raccroche.


HUGO

J'avais complètement

oublié ça, moi.


JULIEN B

De quoi?


JULIEN A

Ma soeur revient

de son camp de patinage

artistique aujourd'hui.


JULIEN B

Oh!


JULIEN A

Je suis peut-être pas

un super pro viril des filles,

mais je le savais, moi.


JULIEN B

Ha! ha! ha!


Dans le salon Allard-Fraser, JACQUES et MAUDE regardent la télévision.


LECTRICE DE NOUVELLES

Notons que plusieurs

édifices publics

ont été dévastés, notamment

une école secondaire...


MAUDE

Bien là,

c'est donc bien affreux!


LECTRICE DE NOUVELLES

... qui, heureusement,

était déserte lorsque la catastrophe

s'est déclenchée.


MAUDE

Hé! Ils ont tout perdu,

même leur école!


LECTRICE DE NOUVELLES

Bien entendu, les organismes

humanitaires sont débordés.


MAUDE éteint la télévision.


JACQUES

Ayoye!

C'est épouvantable.


MAUDE

Il faut absolument

que je fasse quelque chose

pour les aider.


JACQUES

Bien là, comme quoi?


MAUDE

Bien... je sais pas,

je vais trouver.

Est-ce que t'embarques?


JACQUES

OK, tu veux pas m'aider

à installer ma toilette,

mais tu veux aider le Guatemala

à rebâtir son école.


MAUDE

C'est pas pantoute

la même affaire!

Il y a pas juste ta toilette,

dans la vie.


JACQUES

Regarde, je te ferai remarquer

que c'est notre toilette.

Non, regarde,

ça me fait de la peine,

mais j'ai juste l'impression

qu'on peut absolument rien

faire, tandis que la toilette...


MAUDE

Wow, papa,

les grandes ambitions...


JACQUES

Je manque pas d'ambition,

c'est juste que c'est

vraiment pas notre domaine.

Si tu t'ennuies tant que ça

de l'école, dis-toi qu'il te reste juste

quelques jours à souffrir.


MAUDE

Non, c'est pas

parce que je m'ennuie.


JACQUES

OK. Mais au lieu de courir

comme une poule pas de tête,

pourquoi tu demandes pas

un conseil à ton ami Marc-O?

Il semble être bon

dans ces affaires-là, lui.


MAUDE

Oui, bien justement,

ça serait le fun

que d'autres personnes que lui

s'impliquent

de temps en temps, hum?


JACQUES

Ha! ha!

Oh boy!

Il faut que j'aille chercher

Audrey au terminus, moi.


MAUDE

Non, c'est bon.

Moi, pendant ce temps-là,

je vais m'occuper

de sauver le monde.


JACQUES

OK!


JULIEN A et JULIEN B discutent avec HUGO dans la salle à manger des Beaucage.


JULIEN A

C'est pas grave!

T'as juste oublié qu'elle

revenait aujourd'hui.

Je pense que tu devrais

aller la voir.


HUGO

Chut...

Je lis cet article-là.


JULIEN B

C'est pas un article,

c'est un test.


HUGO

Je lis ce test-là.


JULIEN A

"Aimez-vous encore

votre blonde?"


JULIEN B

Oh! Tellement viril!

"Avez-vous oublié

de lui faire un cadeau

pour souligner

un événement important?"


JULIEN A

"Est-ce que vos baisers

sont moins passionnés?"


JULIEN B

Ache!


HUGO

Vous pouvez pas comprendre.


JULIEN A

On comprend! C'est juste

qu'on trouve pas ça viril.


JULIEN B

Exactement.


HUGO

Vous allez comprendre

quand vous serez des hommes.


JULIEN A

On est des hommes.


HUGO

Bon! Ç'a l'air

que je m'en faisais pour rien

parce que là-dedans,

ils disent que je l'aime encore.

Les gars,

si je vous laisse 5 minutes,

êtes-vous capables

de pas faire exploser

la maison, hein?

Je vais faire

un saut chez Audrey

et je reviens finir le terrain

tout de suite après.


JULIEN A

Aucun problème!

De toute façon, des hommes,

ç'a pas besoin de gardienne.


JULIEN B

Oui, puis on va te l'arranger,

ton terrain!

(Voix grave)

Hein, mon homme?


JULIEN A

(Voix grave)

Oui, mon homme!


JULIEN A et JULIEN B se tapent dans la main et se cognent le ventre ensemble.


JULIEN A ET JULIEN B

Yeah! Ah!


Plus tard, chez les Allard-Fraser, MAUDE est devant son ordinateur. JACQUES et AUDREY entrent à la maison.


JACQUES

Home sweet home!


AUDREY

Salut!


MAUDE

AUDREY)

Hé! Veux-tu m'aider

à aider le Guatemala?


AUDREY

(Sarcastique)

Bien, salut,

Audrey! Hein!

Comment ça s'est passé, ton camp

de patinage artistique, Audrey?


MAUDE

Bon! Tu veux m'aider

ou pas? Il y a eu un super gros

tremblement de terre.


AUDREY

Je sais, j'en ai entendu

parler à la radio.

Je veux pas

te faire de peine,

mais je pense

qu'on peut rien faire.


JACQUES

Ouais, en tous cas,

pas directement.


MAUDE

Coudonc! Vous êtes

donc bien déprimants!


AUDREY

Pourquoi tu demandes pas

à ton ami Marc-O?

C'est pas lui,

le roi des bénévoles?


MAUDE

Oui, mais tu sais,

il y a pas juste Marc-O

qui peut aider le monde;

nous autres aussi, hein?


HUGO entre dans la maison.


HUGO

Allô, tout le monde!


AUDREY

Amour! Oh!


MAUDE

Hé, Hugo!

Veux-tu m'aider

à aider le Guatemala?


HUGO

Guatemala, c'est le joueur

de base-ball, ça?


MAUDE

OK, laisse faire...


MAUDE ferme son ordinateur et monte à l'étage.


AUDREY

Hum! Puis?

T'es-tu ennuyé de moi?


HUGO

Oui, bébé chat.


HUGO embrasse AUDREY un peu maladroitement.


HUGO

Trouvais-tu

que ça manquait de passion?


AUDREY

C'est pas grave.

Je t'ai ramené

un petit quelque chose.


HUGO

Cool! Dirais-tu

que c'est comme un...

un cadeau pour souligner

un événement marquant?


AUDREY

Je... Je sais pas trop,

j'imagine.


HUGO

Écoute, moi aussi,

j'ai quelque chose pour toi.


AUDREY

Hein, pour vrai?

T'es bien fin! C'est quoi?


HUGO

C'est... quelque chose

de vraiment, vraiment spécial.

J'ai pensé te le donner

un petit peu plus tard tantôt.


AUDREY

OK, c'est bon!

Ha!


Plus tard, JULIEN A et JULIEN B entrent dans la salle à manger des Beaucage en fermant bien la porte derrière eux. JULIEN B appelle pour voir s'il y a quelqu'un dans la maison.


JULIEN B

Allo!


Personne ne répond.


JULIEN A

Es-tu sûr que personne

nous a vus le ramasser?


JULIEN B

Je pense bien que non, là!

Ouais, montre!


JULIEN A montre à JULIEN B un vieux cigare à moitié fumé.


JULIEN A

Tadam!


JULIEN B

Oh, un cigare!

Ça, c'est viril pour vrai!


JULIEN A

Après ça,

personne va pouvoir dire

qu'on n'est pas

des vrais hommes!


JULIEN B

Tellement! Mais on peut pas

fumer ça ici.


JULIEN A

Ah, je connais

un coin tranquille.


JULIEN B

Ah! Mon oncle,

il dit toujours

que c'est meilleur

avec du... brandy?


JULIEN A

C'est quoi, ça?


JULIEN B

Je pense que c'est

de l'alcool.


JULIEN A

Ouache! Du jus de pomme,

ça va faire l'affaire.


JULIEN B

Oui, t'as bien raison.


HUGO entre chez les Beaucage. JULIEN B cache le cigare dans son dos.


HUGO

Les gars, avez-vous vu

mon portefeuille?


JULIEN B

(Nerveux)

Euh... oui.

Non. Je...

Bien... pourquoi?


HUGO

(Suspicieux)

Parce que je pense

que je l'ai laissé ici.


JULIEN B

Ah!


HUGO

Ça va?


JULIEN A

Oui, tout va bien.


JULIEN B

Oui, on a fini

de ramasser les trucs

sur le terrain.


JULIEN A

Et on a vraiment rien trouvé

de spécial, hein, Julien?


JULIEN B

Oui, oui. Rien...

Rien de spécial, là.


HUGO

Bon! Puis avez-vous

tout fini?


JULIEN B

Oui. Nous, l'ouvrage,

ça nous fait pas peur, hein?


HUGO

Bon! Tant mieux

parce qu'il faut

que j'aille au Carrefour 2000.


JULIEN B

T'as oublié d'acheter

un cadeau pour ta blonde?

Pour souligner

un moment important?


HUGO

Bien non, là,

c'est pas ça.

En tous cas, vous allez pas

faire de mauvais coups, vous?


JULIEN B

Hein? Nous?

Bien non!

Bien non!


JULIEN A

Bien non!

Hé, tu nous connais mal!


HUGO

Je vous ai à l'oeil.


JULIEN A ET JULIEN B

Oui.


Plus tard, MAUDE est dans sa chambre et discute par ordinateur avec MARC-O.


MAUDE

Ça fait que j'ai décidé

de ramasser plein d'argent

pour le Guatemala.

On pourrait faire

plein de trucs,

comme... on va aller

à l'épicerie,

faire un lave-auto

pendant qu'il fait encore chaud.

Euh... bien là, tout le monde

trouve que ç'a pas d'allure,

ça fait que je pense que ça va

être juste toi et moi, Marc-O!


MARC-O

Wow! Ha! ha! ha!


MAUDE

Pourquoi tu ris?


MARC-O

Bien... prends-le pas mal,

c'est juste que c'est pas

vraiment réaliste comme projet.

C'est pas en rêvant

qu'on aide les gens.

Je veux pas te faire de peine,

mais je pense pas qu'il y a

grand-chose qu'on puisse faire.


Frustrée, MAUDE ferme son ordinateur.


Plus tard, MAUDE est en attente au téléphone. MARC-O sonne à la porte des Allard-Fraser. MAUDE va ouvrir.


MAUDE

Qu'est-ce que tu fais ici?


MARC-O

Tu répondais pas sur Skype;

je voulais m'excuser.


MAUDE

(Amère)

Ça sera pas nécessaire;

t'as le droit de penser

ce que tu veux.


MARC-O

C'est pas ça!

C'est juste que c'est pas

réaliste, ton affaire!

C'est à l'autre bout

du monde!


MAUDE

Je suis en attente

avec le consulat canadien

du Guatemala.


MARC-O

Raccroche! Ça va coûter

un bras en interurbain!


MAUDE

Bien non!

Le consulat canadien,

c'est à 20 minutes de route;

c'est pas un interurbain.


MARC-O

Mais ça reste

que c'est pas réaliste.

À notre âge,

on devrait se concentrer

sur le bénévolat local.

Proverbe numéro un

des Jeunes bénévoles:

"un petit geste par jour

change le monde pour toujours."


MAUDE

Ha! Proverbe numéro 2

des Jeunes bénévoles:

"À notre âge,

il faut se concentrer

"sur des actions

qui changent presque rien."


MARC-O

Merci pour

le "presque rien".


MAUDE

Excuse-moi, Marco, mais on

dirait que c'est un crime,

vouloir faire

quelque chose de gros.


HUGO entre discrètement chez les Allard-Fraser.


HUGO

Bien voyons, Hugo, entre!


HUGO

Chut! Je veux pas qu'Audrey

sache que je suis ici.

Je t'ai appelée sur Skype

tantôt, mais tu répondais pas.


MAUDE

(Pointant le téléphone)

C'est parce que je suis

un peu occupée.


HUGO

Ah! J'ai besoin

de ton avis, OK?

Selon toi, qu'est-ce qu'Audrey

aimerait recevoir comme cadeau?


MAUDE

Je sais pas...

une licorne? Ha!


HUGO

C'est bon, ça!

J'hésite encore.


MAUDE parle à quelqu'un au bout de la ligne.


MAUDE

Allo? Hum, hum!

Euh... oui, bonjour.

Je m'appelle

Maude Allard-Fraser

et j'ai entendu parler de

la terrible catastrophe qui...

qui a eu lieu

dans votre pays, oui.

Oui, c'est ça. En fait,

j'aimerais ramasser des fonds

dans ma communauté

pour vous aider.

J'ai 13 ans et demi.

Oui. Ah, OK! Est-ce qu'il

y aurait un meilleur moment

pour vous rappeler?

Allo? Allo!


MAUDE raccroche.


MAUDE

Elle m'a raccroché

la ligne au nez!


MARC-O

Je te l'avais dit qu'ils

te prendraient pas au sérieux!


HUGO

MARC-O)

As-tu une idée

pour mon cadeau, toi?


MARC-O

HUGO)

Non.

MAUDE)

Est-ce que tu fais

tout ça parce que tu t'ennuies?

Tu sais, l'école va

recommencer bientôt, là.


MAUDE réfléchit à voix haute.


MAUDE

L'école...


HUGO

Au pire, là,

je pourrais lui trouver

un cheval.

C'est bien moins compliqué

à trouver qu'une licorne.


MAUDE

Excuse, HUGO,

il faut vraiment

qu'on y aille.

Viens, Marc-O!


HUGO

Un poney, d'abord? Non?


Plus tard, JULIEN A et JULIEN B se rendent derrière un édifice.


JULIEN A

Bon! Est-ce qu'on a tout?


JULIEN B

Oui, on a le cigare,

l'allume-barbecue,

le jus de pomme

puis la gomme balloune.


JULIEN A

Pourquoi la gomme balloune?


JULIEN B

Bien, c'est pour après.

Il paraît que ça sent fort,

le cigare.


JULIEN A

Cool! Ha! ha! ha!


JULIEN B

Bon!

De quel côté on l'allume?


JULIEN A

Bien... du bout qui est pas

mâchouillé. C'est lequel?


JULIEN B

Difficile à dire.

OK, c'est ce bout-là.


JULIEN A

Parfait!

Ça va être écoeurant!


JULIEN A tend le cigare à JULIEN B, qui l'allume.


À l'école, MAUDE et MARC-O sont au bureau de FRANK.


MAUDE

Puis là,

on leur envoie l'argent!


MARC-O

Puis, Frank,

qu'est-ce que t'en penses?


FRANK

Je pense que t'as l'air

d'une fille qui s'ennuie.

Mais fais-toi-z-en pas,

l'école recommence bientôt.


MAUDE

Pourquoi tu dis ça?


FRANK

Bien... parce que c'est

la 3e fois cette semaine

que tu viens à l'école.


MAUDE

(Gênée)

Oui, oui, non, non, mais là,

c'est pas pareil, là.

Allez! Il faut

faire quelque chose.


FRANK

Maude, j'ai plein de travail;

il faut que je m'occupe

de la logistique

des activités sportives,

réserver des locaux,

l'équipement...

C'est un vrai casse-tête!


MAUDE

Dis-toi que nous, au moins,

on en a encore, des locaux

et de l'équipement.


FRANK

Bon! J'ai peut-être quelque

chose qui pourrait t'aider.


MAUDE

Pour vrai?


FRANK

Oui. En fait,

le problème,

dans une situation comme ça,

quand on veut envoyer

de l'argent à l'étranger,

c'est qu'on peut pas

juste mettre ça

dans une enveloppe

avec un timbre dessus.


MARC-O

Exactement ce que je

lui disais en s'en venant.


FRANK

Il faut s'assurer que l'argent

se rend au bon endroit et tombe

entre les mains

des bonnes personnes.


MARC-O

Bon! Qu'est-ce que

je t'avais dit?


MAUDE

T'as même pas dit ça!


FRANK

Je connais quelqu'un

qui pourrait vous aider.

Il travaille pour un organisme

qui s'occupe de gérer

les donations dans les pays

étrangers en difficulté.


MAUDE

Mais là, c'est parfait!

OK! Hum!

Dis-lui que je vais commencer

à lui porter de l'argent demain.


MAUDE

Parfait! Comme ça, tu vas

être certaine que ton argent

se rend avec celui des autres

en temps voulu.


MAUDE

OK, c'est bon, mais...

mais quand tu dis

"en temps voulu", c'est quand?


FRANK

C'est dur à dire; il y a plein

de papiers à remplir

pour s'assurer que les choses

soient faites selon les règles.


MAUDE

(Amère)

Ah! OK. Donc, si je comprends bien,

l'argent va se rendre

aux bonnes personnes

quand les bonnes personnes

n'en auront plus besoin.


MARC-O

C'est pour ça que c'est mieux

de s'impliquer

en personne

dans notre communauté.


MAUDE

FRANK)

Euh, est-ce que je peux

aller au local du journal

regarder quelque chose

sur l'ordinateur?


FRANK

Regarder quoi?


MAUDE

Le prix des billets d'avion

pour le Guatemala.


MARC-O

Oh!


De leur côté, JULIEN A et JULIEN B fument leur cigare en toussant bruyamment.


JULIEN B

(Toussant)

Te sens-tu

comme un vrai homme?


JULIEN A

(Toussant)

Mets-en! Passe-moi

le jus de pomme!


JULIEN B donne le jus de pomme à JULIEN A. JULIEN A en boit une gorgée et redonne la bouteille à JULIEN B.


JULIEN A

Ah... Ah, tiens.


Dégoûtés, JULIEN A et JULIEN B crachent par terre.


Plus tard, HUGO entre au bureau de FRANK.


HUGO

Salut, Frank!


FRANK

Hé!


HUGO

As-tu vu M. Prud'homme?


FRANK

Oui, il est en réunion,

en train de préparer la rentrée

qui a lieu

dans quelques jours.


HUGO

Ah! Puis toi,

qu'est-ce que tu fais?


FRANK

Moi, j'essaie de préparer

le calendrier

des activités

scolaires pour la rentrée

qui a lieu

dans quelques jours.


HUGO

OK, dans le fond,

c'est parce que...

j'ai fait son gazon hier

et je voulais me faire payer.

Comme il est pas chez lui,

je me demandais

s'il était dans le coin.


FRANK

Désolé, il est occupé

pour le moment.


HUGO

Toi là, dans le fond,

mon Frank,

tu pourrais peut-être m'aider.

Il faut que j'achète

un cadeau à ma blonde

puis j'ai aucune idée

quoi lui donner.


FRANK

Donne-lui quelque chose

qu'elle aime.


HUGO

Vois-tu, c'est un peu ça,

le problème.

Je sais même pas moi-même

qu'est-ce qu'elle aime,

en plus que j'ai oublié

qu'elle revenait

de son camp de patinage

artistique aujourd'hui.

Elle va penser que j'avais pas

hâte qu'elle revienne!

Puis... on dirait

qu'on s'embrasse

avec moins de passion.


HUGO montre le magazine masculin à FRANK.


HUGO

Ah! En tous cas, là-dedans,

ils disent que ça se peut

qu'un gars se tanne

de sa blonde.

Et je suis justement

en train de me demander si...

je suis pas en train

de me tanner.


HUGO

OK, OK.

On se calme, Hugo.


FRANK

Attends! Toi,

tu prends vraiment

tes conseils de couple

là-dedans?


HUGO

Non, non. J'ai emprunté

cette revue-là à des chums

pour avoir des idées de cadeaux.

Bora-Bora,

c'est bien loin, ça?


FRANK

Euh... oui.


HUGO

Il paraît qu'il y a un méchant

bon spa détente là-bas.

Si M. Prud'homme me paie, je

pourrais mettre l'argent de côté

puis acheter les billets

d'avion, hein!


FRANK

Hugo... Audrey,

as-tu pensé à elle

pendant qu'elle était partie?


HUGO

Ah! Oui.

Beaucoup, même.


FRANK

Bon! En gros, tu te poses

plein de questions

juste parce que t'as oublié la

date à laquelle elle revenait?


HUGO

Non, pas juste ça.

C'était super malaise

quand on s'est revus tantôt.


FRANK

C'est normal que ça soit

un peu bizarre.

Vous vous êtes pas vus depuis

longtemps, donnez-vous le temps.


HUGO

Hum... Pour le cadeau,

je fais quoi?

Dans la revue,

ils disent un spa détente.

Peut-être qu'une bouteille

de shampoing ferait pareil.

Pas un cheap, là!


FRANK

Non, Hugo, oublie la revue

et pense à vous deux.

Un cadeau, ça sert

à représenter ce que tu ressens,

pas à montrer que t'as dépensé

plein d'argent.


HUGO

Merci bien, Frank.


FRANK

OK!


Une fois HUGO parti, FRANK ferme la porte de son bureau à clé et ferme les stores des fenêtres.


Plus tard, JULIEN A et JULIEN B entrent au salon des Allard-Fraser. Ils ne se sentent pas bien.


JULIEN A

Ah... est-ce que c'est normal

qu'un vrai homme,

ça ait mal au coeur?


JULIEN B

Ah! Chut...

Tais-toi, s'il te plaît.

J'ai comme la tête

qui tourne avec le bruit...


JULIEN A et JULIEN B s’écrasent sur le divan. JACQUES entre au salon.


JACQUES

Salut, les Julien!


JULIEN A et JULIEN B restent assis sans bouger.


JACQUES

OK! Répondez pas

tous en même temps!

Y en a-t-il des partants

pour aller

au centre de rénovation

avec moi? Hein?


JULIEN A

Non merci, papa.


JACQUES

OK, il y a pas de problème.

De toute façon,

j'ai le temps; j'ai 90 jours.

Bon! Est-ce que je vous fais

à manger? Avez-vous faim?

Je sais pas, moi,

des oeufs...

Je pourrais vous faire

un bon sandwich au thon

avec plein, plein

de mayonnaise!


JULIEN A se lève et monte à toute vitesse à l'étage.


JULIEN B

(Mollement)

Je pense qu'il avait quelque

chose à faire en haut.


JACQUES

Ah!

Coudonc, c'est moi ou ça sent

le cigare ici dedans?


JULIEN B

Je sens rien, moi.


JACQUES sort du salon. JULIEN B se lève et vomit dans une boîte en carton contenant la toilette brisée.


MAUDE et MARC-O sont à l'école.


MAUDE

Coudonc, il est où, Frank?


MARC-O

Peut-être qu'il se doutait

que tu reviendrais l'achaler

après avoir réalisé que ça coûte

un bras aller au Guatemala!


MAUDE

Je l'achale pas,

il a accepté de m'aider.


MARC-O

Il a dit qu'il te mettrait

en contact avec un ami

qui va te montrer que ce que tu

veux faire, c'est pas réaliste.


MAUDE

Son ami a 6 millions

de formulaires à remplir.

Moi, je veux que ça bouge

pour vrai.


MARC-O

Devise numéro 5

des Jeunes bénévoles:

"une bonne action irréfléchie

"peut entraîner

des conséquences désastreuses."


MAUDE

Arrête avec

tes Jeunes bénévoles!


MARC-O

OK, c'est bon!

On n'est pas assez bons

pour ta grande cause

d'aide internationale!


MAUDE

J'aurais dû y penser,

avant de t'appeler.


MARC-O

De quoi?


MAUDE

Tu fais du bénévolat

de compétition.


MARC-O

Ha! De quoi tu parles?


MAUDE

T'aides le monde,

mais c'est toujours

en te comparant aux autres.

Tu veux ramasser

le plus de piles,

tu veux être nommé

bénévole du mois,

puis là, t'es juste jaloux

parce que t'as pas eu l'idée

t'aider le Guatemala.


MARC-O

Tu capotes! Je suis peut-être

un peu compétitif,

mais j'ai quand même

fait des bons coups!

Le vrai problème, c'est que

tu veux pas te faire dire

qu'il y a rien à faire

pour les aider.


MAUDE

Tout le monde a passé

la journée à me le dire.


MARC-O

Oui, mais là,

tu te le fais dire

par quelqu'un qui

connaît ça pour vrai.


MAUDE

En tous cas,

t'es pas super encourageant.


MARC-O

Je sais.


MARC-O reçoit un texto et le lit.


MARC-O

(Gêné)

Ça fait que...

qu'est-ce qu'on fait?


MAUDE

Là, c'est quoi?

T'as changé d'idée?


MARC-O

(Gêné)

Oui, bien, pas vraiment.

J'ai toujours trouvé ça cool,

d'aider le Guatemala.


MAUDE

Hum! C'est quoi, le message

que tu viens de recevoir?


MARC-O

(Gêné)

C'est... les Jeunes bénévoles.

Ils veulent qu'on arrive

À la prochaine réunion

avec des suggestions

pour le projet Guatemala.


MAUDE

(Sarcastique)

Ah! Tiens, tiens!


MARC-O

Oui. Ça fait que...

qu'est-ce que

je devrais suggérer?


MAUDE

Hum!


Plus tard, JULIEN A et JULIEN B regardent à l'intérieur de la boîte de la toilette. Ils courent jusqu'au divan en entendant HUGO entrer chez les Allard-Fraser.


HUGO

Audrey?


AUDREY rejoint HUGO en courant dans ses bras.


AUDREY

Hugo! Ha!


HUGO

Allo! J'ai ton cadeau.


JULIEN B

Ouache!


JACQUES entre au salon.


HUGO

Il y a du monde ici, hein?


JACQUES

Ah! C'est pour qui,

ce beau cadeau-là?

Pas pour moi, toujours?


HUGO

Non, c'est pour Audrey.


AUDREY

Il est fin, hein?

Mais on commence

par le tien.


HUGO

Tu veux

qu'on se donne ça ici?


AUDREY

Oui, je veux que tout le monde

voie ce que je t'ai acheté.


HUGO

Ah oui? Hum!


AUDREY donne son cadeau à HUGO; un gorille en peluche.


AUDREY

Il me faisait

penser à toi!


HUGO

Bien oui!


JACQUES

Il a un petit air

de famille.


HUGO

Ça représente ce que

l'autre représente, hein?

Quelque chose du genre.


AUDREY

Est-ce que je peux

ouvrir ton cadeau?


HUGO

Non.


AUDREY regarde HUGO, déçue.


HUGO

Vas-y donc. Hum!


AUDREY ouvre son cadeau : des sous-vêtements roses à pois noirs.


HUGO

(Mal à l'aise)

Surprise.


JULIEN B

Ouache! Que c'est ça?

Ha! ha! ha!


Fâchée, AUDREY monte dans sa chambre. JACQUES prend la boîte contenant la toilette.


JACQUES

Bon, bien, moi,

je vais aller porter ça

au centre de rénovation, hein?


HUGO

(Gêné)

Oui. Hum!


Plus tard, AUDREY et HUGO sont dans la chambre d'AUDREY.


AUDREY

C'est quoi l'idée de me donner

ça devant tout le monde?


HUGO

Justement, je voulais pas te

donner ça devant tout le monde.


AUDREY

OK d'abord,

mais c'est quoi l'idée

de me donner ça tout court?


HUGO

Tu les aimes pas?

Bien là, c'est pas...

c'est pas la question, mais...

toi, aimerais-tu ça

recevoir ça?


HUGO

Bien, justement,

je m'en suis acheté moi aussi.

Regarde!


HUGO montre à AUDREY une paire de caleçons roses.


AUDREY

(Riant)

Bien non!

Pourquoi tu voudrais qu'on ait

des petites culottes assorties?


HUGO ne dit rien. Il est mal à l'aise.


AUDREY

(Gênée)

Ah! Genre pour... qu'on se montre

nos bobettes, mettons?


HUGO

Mettons.


Plus tard, JACQUES est au salon avec JULIEN A et JULIEN B. Il a la boîte de la toilette devant lui.


JACQUES

(Sermonnant)

Et comment vous pensez

que le gars du centre

de rénovation a réagi

quand il a ouvert la boîte

pour voir si tout

était en ordre, hum?


JACQUES ouvre la boîte.


JULIEN A ET JULIEN B

Non, non, non!


JACQUES

Eh oui! Exactement

comme vous deux.

Hein? Voulez-vous voir

comment ça se mélange?


JULIEN B

Non! C'est correct,

c'est correct!

Je m'excuse, j'aurais dû

aller à la toilette,

mais j'ai pas eu le temps.


JACQUES

Pourquoi tu me l'as

pas dit, Julien?


JULIEN A

Parce qu'on...


JULIEN B

Parce qu'on était gênés.


JULIEN A

Tu sais, des vrais hommes,

ça vomit pas.


JACQUES

OK. Est-ce que

des vrais hommes,

ça nettoie des toilettes?


JULIEN B

Ah! C'est pas supposé!


JACQUES

Ah non?

Je pense qu'il va falloir

changer vos perceptions,

les boys.


JULIEN A

Tu veux qu'on nettoie ça?


JACQUES

On n'a pas bien le choix,

on est pris avec cette toilette.

Si on veut la vendre,

c'est mieux qu'elle soit pas

pleine de vomi.


MAUDE entre à la maison.


MAUDE

C'est quoi, ça,

cette odeur-là?


JACQUES

Ça, c'est du bon vomi.

Regarde comme c'est beau!


JULIEN A ET JULIEN B

Non! Non!


MAUDE

Qu'est-ce que tu vas faire

avec la toilette?


JACQUES

Je vais essayer

de la vendre en ligne

une fois nettoyée

et désinfectée.

On n'a absolument pas besoin

de cette toilette-là.


MAUDE a une idée.


MAUDE

Bien oui, c'est ça!


JACQUES

Quoi, c'est ça?


MAUDE

On n'en a absolument

pas besoin, t'es sûr?


JACQUES

Oui.


MAUDE sourit.


AUDREY et HUGO discutent dans la chambre d'AUDREY.


AUDREY

Puis... tu penses vraiment

qu'on est rendus là?


HUGO

Bien... Moi, ça me tente,

en tous cas.


AUDREY

J'imagine, t'es un gars.


HUGO

OK, les clichés...


AUDREY

Bien quoi? C'est vrai.


HUGO

Toi, ça te tente pas?


AUDREY

Bien... oui.

Mais... ha!

Les bobettes, par exemple...


HUGO

Non, je sais pas, j'ai demandé

à quelqu'un de m'aider,

puis il m'a dit de te donner

quelque chose qui représentait

ce que je ressens.

Je trouvais

que c'était représentatif.


AUDREY

C'est gentil,

mais c'est tout

ce que tu ressens?


HUGO

Non, non, non! C'est...

C'est une des choses

que je ressens

qui est représentative

de toutes les autres choses

que je ressens.


AUDREY

Ha! ha! ha! Oui.

Oui, je comprends, je pense.

En tous cas, la journée

qu'on va décider

de se montrer

nos petites culottes,

est-on vraiment obligés

de porter celles-là?


HUGO

Pourquoi pas?


AUDREY

Bien là!


HUGO

Bien non, je te niaise!


AUDREY

Ha! ha! ha!


FRANK sort des toilettes de l'école MAUDE va à sa rencontre.


MAUDE

Hé, coudonc, Frank,

te cachais-tu?

Ça fait 10 minutes

que je te cherche!


FRANK

Hein? Bien non, voyons!


MAUDE

Étais-tu en train de

travailler dans les toilettes?


FRANK

Un peu.


MAUDE

Ton bureau,

ça te tentait pas?


FRANK

Mon bureau est envahi

par plein de monde comme toi

qui cogne et recogne,

hein, l'enfer!

Je peux t'aider?


MAUDE

Oui! Je sais comment aider

le Guatemala.


FRANK

Ah oui? Comment?


MAUDE

OK. Chez nous, on a une

toilette qui ne sert plus,

et mon père a accepté...


FRANK

Tu veux leur envoyer

une toilette?


MAUDE

Oui, en plein ça!


FRANK

Euh... je sais

que c'est pas

ce que t'as envie

d'entendre,

mais je pense pas

que c'est ce qui va les aider.


MAUDE

Mais quoi? Comme ç'a l'air que

c'est pas toujours sécuritaire

d'envoyer l'argent et qu'on peut

pas se rendre sur place,

je trouve que c'est

une bonne solution.


FRANK

Oui, mais...


MAUDE

Ça vaut quand même cher

et c'est vraiment essentiel.

Il y a même du monde

qui s'en sert

pour travailler!


FRANK

Ha! ha!

Mais là, il faudrait

que t'envoies ça par avion

ou quelque chose du genre.


MAUDE

Oui, en plein ça, puis Marc-O

va parler de mon idée

à son club de Jeunes bénévoles;

ils ont plein de contacts!

Ce que j'aimerais,

c'est que l'école

s'implique elle aussi

en... en trouvant des tuyaux

pour brancher la toilette.

Toi, tu pourrais t'occuper-


FRANK

Maude, mettons que ton idée

a de l'allure.

Est-ce qu'on peut

s'en reparler

une fois que l'école

va être recommencée?


MAUDE

Ah! Bien oui, il y a pas

de problème, je comprends.


FRANK

Merci.


FRANK retourne à son bureau. MAUDE le rejoint.


MAUDE

Mais pour le transport, là,

est-ce que ça serait mieux

par avion ou par bateau?

Aussi, pour brancher

la toilette guatémaltèque,

est-ce que les tuyaux-


FRANK fait le geste de fermer sa bouche avec une fermeture Éclair.


FRANK

Maude... zip!


MAUDE

Sinon, penses-tu que ça serait

possible d'acheminer--


FRANK fait semblant d'éclater en sanglots.


MAUDE

Frank? C'est quand même

important, on pourrait faire...


FRANK soupire.


Fin de l'épisode.


MAUDE

Pour jouer

ou revoir des émissions,

rejoins-nous sur le Web!


Générique de fermeture


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par