Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

School Buzz

To add credibility to one of the chapters in her novel, Maude decides to drink alcohol to help with her inspiration. Brandon-Lee can´t wait to see how that turns out!



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Début générique d’ouverture


Titre :
Subito texto


Fin générique d’ouverture


MAUDE est dans le local du journal et travaille à l’ordinateur, quand MADAME CARDINAL arrive.


MADAME CARDINAL

J’ai toujours pas reçu

ton article

pour la dernière édition

du journal, Maude.


MAUDE

Euh, oui, je sais,

je suis en train de le finir.

Je vais le remettre

un petit peu en retard.


MADAME CARDINAL

Tout le monde est en retard

cette semaine!

Je sais pas

ce qu’il y a dans l’air,

il y a comme un petit goût

de délinquance.


MADAME CARDINAL soupire et s’en va. À ce moment, c’est au tour de BRANDON-LEE de venir voir MAUDE.


BRANDON-LEE

C’est écœurant!


MAUDE

T’as déjà fini

de lire mon roman?


BRANDON-LEE

Yes, ça se lit

comme un sac de chips:

quand tu commences,

tu ne peux plus t’arrêter.


MAUDE

Bien, merci.

Mais t’es sûr que tu t’es rendu

plus loin que la page 3?


BRANDON-LEE

Non, je te jure

que je l’ai lu au complet.

Je peux même te faire une

critique: c’est super bon.


MAUDE

Hé, ça, c’est de la critique.


BRANDON-LEE

Sauf le chapitre

où Mia consomme de l’alcool.

Ça, c’est pourri, c’est nul,

c’est zéro crédible.


MAUDE

Bien, là.


BRANDON-LEE

On dirait

que ça a été écrit

par une

madame Préfontaine ado.


MAUDE

Tu sais pas de quoi tu parles.


BRANDON-LEE

En délinquance, je pense

que je m’y connais

un petit peu plus que toi.


MAUDE

Tu sauras que j’ai fait

de la recherche

pour écrire ce chapitre-là.


BRANDON-LEE

Bien, ça paraît pas, là.

T’as écrit que Mia

se pointe au dépanneur

pour acheter de la bière

et pif, paf,

le commis la laisse sortir

avec deux grosses cannettes.


MAUDE

Bien quoi?


BRANDON-LEE

À 13 ans.


MAUDE

Ça se peut.


BRANDON-LEE

Mais non, ça se peut pas.

Premièrement,

elle se ferait carter.

Puis secundo,

même avec des fausses cartes,

elle aurait l’air

bien trop jeune.


MAUDE

Ah oui? Bien, je vais

te prouver que ça se peut.

Bye.


MAUDE prend ses affaires et s’en va.


FRANK et MADAME CARDINAL réorganisent le salon étudiant en déplaçant un sofa.


FRANK

Bon, comme ça, on devrait

avoir de la place

pour tout le monde.


MADAME CARDINAL

OK, alors je m’occupe

des grignotines, de la déco.

Et toi, tu t’occupes

des boissons.


FRANK

Oui. Justement,

peux-tu m’aider

à déplacer le frigo

du local du journal?


MADAME CARDINAL

Ah, il est brisé, le frigo

du local du journal.


FRANK

Mais tu m’as dit

qu’on pouvait l’utiliser.


MADAME CARDINAL

J’avais complètement oublié

qu’il est kapout.

J’ai pas le temps d’en trouver

un autre, je suis débordée.


FRANK

C’est correct,

je vais m’en occuper.


MADAME CARDINAL

Merci.


VINCENT, qui se trouve dans le salon étudiant, lit une revue.


MADAME CARDINAL

Toi, Vincent, t’oublies pas

que j’attends ton article, hein.


VINCENT

Oui, je travaille là-dessus.

Il me reste juste

à interviewer Frank.


MADAME CARDINAL

Tu faisais pas un article

sur les finissants célèbres

de Victoire-Desmarais?


VINCENT

Oui, mais Frank,

c’est un finissant célèbre.

Ça dit même que c’est "le" plus

grand bum à avoir fréquenté V-D.


FRANK

Woh!

J’étais pas un bum,

j’étais plus genre...

un joueur de tours

un peu rebelle.

Mais Félicie l’a déjà rapporté

dans un article,

c’est de la vieille nouvelle.


VINCENT

Félicie a pas tout dit.

Regardez, c’est son album

de finissants.


MADAME CARDINAL prend l’album et commence à le lire.


MADAME CARDINAL

OK! Ah! Toi,

Frank Davidson-Blouin,

t’as pris toutes les grenouilles

du labo de bio

pour les libérer

dans la cafétéria?


FRANK

Oui, bon...

Je suis pas sûr que ce soit

une bonne idée, finalement,

que tu m’interviewes.


MADAME CARDINAL

Non, c’est juste drôle.


VINCENT

Bien oui.


MADAME CARDINAL

Puis...

l’article de Vincent

est très en retard.

Donc, aide-le donc, s’il

te plaît, mon petit rebelle.


FRANK

Bon, ça y est,

ça commence.


MADAME CARDINAL s’en va.


VINCENT

Come on, t’as pas

à avoir honte.

T’étais super cool

quand t’étais jeune.


FRANK

Justement, j’étais jeune

et pas mal immature.


VINCENT

Ah, mais

il y en a plein,

des adultes

qui jouent encore des tours.

Je suis sûr que,

dans le fond, toi aussi,

t’es encore juste

un kid.


FRANK

Eh non.

On change

en vieillissant.


VINCENT

Ah oui? Gages-tu?


FRANK

Non, parce que tu vas perdre.


VINCENT

Ah oui?


FRANK

Hmm.


Chez les Allard-Fraser, JULIEN A a terminé de manger et joue à un jeu sur son téléphone, quand JACQUES arrive.


JACQUES

Julien, range ton assiette

et prépare-toi,

tu vas être en retard.


JULIEN A

C’est pas mon assiette,

c’est celle de Maude.


JACQUES

Maude est venue dîner?

Je l’ai même pas vue passer.


À ce moment, on sonne à la porte et JACQUES va ouvrir.


JACQUES

Hé, salut, Frank.


FRANK

Salut, Jacques.

Je te dérange pas?


JACQUES

Non, je suis venu dîner

entre deux contrats.

Que puis-je faire pour toi?


FRANK

Stéphanie m’a dit

que vous aviez

un bol à punch

que je pourrais emprunter.

C’est pour notre 5 à 7

de profs demain.


JACQUES

Oui, rentre,

je vais te donner ça.


FRANK

Je pense à ça, tu répares ça,

toi, des réfrigérateurs?


JACQUES

Ah oui, oui, ça m’arrive, oui.


FRANK

Le petit frigo des élèves

vient de nous lâcher.

Penses-tu que tu pourrais passer

demain le réparer?


JACQUES

Le seul temps

que j’ai de libre,

c’est demain

sur l’heure du dîner.


FRANK

Ça serait parfait, ça.


JACQUES

Je sais bien,

sauf que je viens

de vendre un disque

de collection

et l’acheteur va passer

vers midi.


JULIEN A

Je peux lui donner, moi,

ton disque.

Je vais dîner ici demain.


JACQUES

Oui, mais Julien,

ça sera pas possible.

C’est vraiment un disque

très dispendieux.


JULIEN A

Bien là,

je ne suis plus un bébé!

J’entre au secondaire

cette année!

C’est quoi?

Tu me fais pas confiance?


Pendant ce temps, VINCENT est au local du journal et travaille à l’ordinateur, quand BRANDON-LEE vient le voir.


BRANDON-LEE

As-tu vu Maude?


VINCENT

Non. Brandon-Lee!

Je cherche des idées de tour

à jouer à quelqu’un.

En as-tu, toi?

Parce que je trouve rien

d’inspirant sur internet.


BRANDON-LEE

Quel genre de tour?


VINCENT

Quelque chose

de pas trop chien,

mais de pas trop cucul

non plus.

Oui, quelque chose

de surprenant, de drôle.


BRANDON-LEE

Ça dépend,

ce qui est drôle pour moi,

ça veut pas dire

que c’est drôle pour toi.

À qui tu veux le jouer,

ton tour?


VINCENT

À Frank.


BRANDON-LEE

Frank?


VINCENT

Oui, c’est pour

qu’il en rajoute après

et que j’en rajoute après.


BRANDON-LEE

T’es bien weird.

Pourquoi?


VINCENT

Bien, il me dit qu’il a changé

et qu’il n’est plus du genre

à faire des tours.

Puis moi, bien,

je crois pas à ça.


BRANDON-LEE

Bien, moi,

je le croirais.


VINCENT

Ah, bien, ça, c’est parce que

tu le connais mal.

Mais laisse faire,

je vais m’arranger.


VINCENT prend ses affaires et s’apprête à sortir du local, quand il croise dans le cadre de porte MAUDE qui est vêtue d’un long manteau et de lunettes à très grosse monture.


VINCENT

Qu’est-ce que tu fais

habillée...


MAUDE

En vieille matante?

Rien, c’est pour

un projet d’anglais.


MAUDE referme la porte du local du journal et sort de son sac une caisse de bières.


MAUDE

Je te l’avais dit que c’était

pas si difficile.


BRANDON-LEE

Où t’as pris ça?


MAUDE

Ah, dans la garde-robe

de ma mère --


BRANDON-LEE

Non, la bière.

Où tu l’as achetée?


MAUDE

À l’épicerie au coin.


BRANDON-LEE

OK.

C’est de la bière

sans alcool.


MAUDE

Puis?

C’est de la bière pareil.


BRANDON-LEE

Maude, tout le monde

a le droit

d’acheter de la bière

sans alcool.

Tu viens de prouver que t’es pas

crédible dans ton chapitre.


MAUDE

OK, OK, là! Je peux quand même

pas le réécrire au complet


BRANDON-LEE

OK.

Ah, t’as un autre choix.

Si tu veux être une vraie

délinquante vraiment crédible,

il va falloir

que t’en consommes.


MAUDE

Boire de l’alcool?

Tu me niaises?


BRANDON-LEE

Veux-tu que

tes critiques disent

que Mia, c’est une wannabe

délinquante?


De retour chez les Allard-Fraser, JACQUES donne les directives à JULIEN A à propos de la vente du disque.


JACQUES

Tu y touches pas

avec tes doigts sales.

Et tu laisses la pochette

dans son enveloppe

et tu laisses le disque

dans la pochette.


JULIEN A

Bien oui!


JACQUES

Si le monsieur te demande

où je suis?


JULIEN A

Je lui dis que t’as eu une

réparation de dernière minute

et que tu t’excuses

de pas pouvoir être là.


JACQUES

Si le monsieur

te demande t’es qui?


JULIEN A

Je lui dis que je suis

le père Noël.

Franchement, papa!

Je sais quoi faire, là!


JACQUES

Oui, mais on se reverra pas

d’ici là et t’as le temps

d’oublier d’ici midi.


MAUDE travaille à l’ordinateur tout près et intervient dans la conversation.


MAUDE

Papa, je pense

que Julien a compris.


JACQUES

(Soupirant)

OK.


JULIEN A

On y va? Je vais être

en retard à l’école.


JACQUES

OK, oublie pas ta clé.


JULIEN A

Mais non!


JACQUES

Tu l’as, OK.

Maude?

Barre la porte.


MAUDE

Oui, bye.


JACQUES

Bye!


Pendant que JACQUES et JULIEN A sont partis, MAUDE en profite pour mettre un peu d’alcool dans sa gourde. Elle prend un pichet dans le frigo, sent le contenu, affiche un air un peu dégoûté par l’odeur et le remet dans le frigo. MAUDE prend ensuite un second pichet et verse le jus dans sa gourde. On sonne alors à la porte et, après avoir rangé sa gourde dans son sac, MAUDE va ouvrir.


MAUDE

Qu’est-ce que tu fais?


BRANDON-LEE

Quoi? En tant que conseiller

officiel en crédibilité,

je voulais être sûr

que t’es prête

pour ton expérience

de délinquance.


MAUDE

Bien oui, t’es pas obligé

de me suivre partout.


BRANDON-LEE

Je voudrais surtout pas que

tu te plantes pour ton roman.


Pendant ce temps, au salon étudiant, FRANK travaille à terminer une banderole, quand MADAME CARDINAL arrive dans le salon étudiant.


MADAME CARDINAL

Oh, wow, c’est beau!

On n’avait pas dit que c’est moi

qui m’occupais de la déco?


FRANK

Euh, oui, je sais, mais j’ai

du temps et j’aime ça faire ça.


MADAME CARDINAL

Coudon, j’arrête pas

d’en apprendre

des bonnes sur toi

ces jours-ci.


VINCENT est à la porte du salon étudiant et épie la conversation.


FRANK

En passant, j’ai trouvé

un réparateur pour le frigo.


MADAME CARDINAL

OK. Oh!

Qu’est-ce que t’as là?


MADAME CARDINAL retire une affiche qui était collée dans le dos de FRANK sur laquelle on peut lire les mots suivants : « face de pet ».


FRANK

Ah!

Il me semblait, aussi,

que les jeunes avaient

un peu trop de plaisir

en me croisant dans

les corridors ce matin.


MADAME CARDINAL

C’est un coup de qui,

tu penses?


FRANK

Vincent Beaucage,

probablement.


MADAME CARDINAL

Que vas-tu faire?


FRANK

Je vais surtout

ne pas l’encourager.

Veux-tu m’aider

à accrocher la banderole?


MADAME CARDINAL

Bien oui.


De retour chez lui, JULIEN A se sert un verre de jus et dîne. Il place le disque de JACQUES sur la chaise à côté de lui.


Pendant ce temps, MAUDE et BRANDON-LEE marchent dans les corridors de l’école et discutent.


MAUDE

Je te jure

que je te niaise pas.

J’ai vraiment mis ma gourde

dans le petit frigo du journal.


BRANDON-LEE

Je trouve que ça adonne bien,

moi, que le frigo disparaisse

juste après que t’aies mis

ta gourde dedans.


MAUDE

Aide-moi donc à chercher

au lieu de m’accuser pour rien.

Si quelqu’un tombe

sur ma gourde,

je suis pas mieux

que morte.


MAUDE et BRANDON-LEE arrivent au salon étudiant.


BRANDON-LEE

(Apercevant le frigo)

Ah bien, le voilà.


MAUDE

Ah, fiou!


BRANDON-LEE

Ah, mais il est vide.

Et il est même pas froid.


MAUDE

Mais ma gourde!


JACQUES arrive à ce moment avec la gourde de MAUDE.


JACQUES

C’est ça que tu cherches?


MAUDE

(Surprise)

Papa, qu’est-ce

que tu fais ici?


JACQUES

Bien, je suis venu

réparer votre frigo

et j’ai trouvé ça dedans.


MAUDE

Je te jure, je peux tout

expliquer, c’est pas --


JACQUES

J’espère que t’as pas bu

ce qu’il y avait là-dedans.


MAUDE

Non, non, je te jure.


JACQUES

Fiou, parce que tu t’es

trompée, ma belle.

T’as pris de la vieille sangria

que ta mère avait laissé traîner

dans le frigo.


MAUDE

J’ai pris quoi?


JACQUES

De la sangria.

C’est du vin mélangé

avec des fruits.

De toute façon, j’avais soif,

j’ai vu ton nom dessus.

Alors, je me suis dit:

je vais me désaltérer.

Mais là, j’ai senti l’alcool.


MAUDE

Ah! Bien oui.


JACQUES

Alors j’ai été le jeter

dans les toilettes.


MAUDE

Merci, papa.


JACQUES

De rien.

Si jamais Frank me cherche,

je suis à la maison,

il me manque des morceaux.


JACQUES s’en va.


MAUDE

Oui, je vais faire

le message.


BRANDON-LEE

Bon, là, il faut

que tu retournes

chez vous remplir

ta gourde.


MAUDE

Non, je peux pas

refouiller

dans les bouteilles

de mes parents, ça va paraître!

Et j’ai failli

me faire prendre.


BRANDON-LEE

Oui, mais c’est ça

être délinquante, Maude!


MAUDE

Bien, oui,

mais arrête de me mettre

de la pression,

je veux pas.

Je vais m’arranger

autrement, sans toi!


Tandis que MAUDE s’en va, FRANK et VINCENT entrent dans le salon étudiant.


FRANK

(Apercevant la banderole)

Ah, le petit maudit.


VINCENT

Quoi? Ah, bien,

on dirait que quelqu’un

a vandalisé ta banderole,

mon Frank.


On peut dorénavant lire sur la banderole « 5 à 7 des !rots ».


Chez les Allard-Fraser, JULIEN A termine de manger quand JACQUES arrive.


JACQUES

Allo!


JULIEN A

Papa?

Qu’est-ce que tu fais ici?


JACQUES

Je suis venu chercher

un petit morceau

pour le frigo de l’école.


JULIEN A

Tu voulais juste être sûr

que j’aie pas fait

de gaffes avec ton vinyle.


JACQUES

Non, non, non. Le client

est toujours pas venu?


JULIEN A

Non.


JACQUES prend le pichet de jus qui traîne sur le comptoir.


JACQUES

Il faut pas que tu boives ça!

C’est de la vieille sangria

qu’il y a là-dedans.

C’est pas bon.


JULIEN A

De la quoi?


JACQUES

De la sangria.

C’est des fruits avec du vin.

L’important,

c’est qu’il y a de l’alcool

et il faut pas

que tu en boives.

C’est bon?


JULIEN A

OK.


JACQUES

Et toi, tu es sûr que ça va?


JULIEN A

Oui, oui,

tout va super bien.


JACQUES

Parfait!


JULIEN A

Ah, non! Je suis saoul!


Au salon étudiant, FRANK commente le dernier tour qui lui a joué VINCENT.


FRANK

Très fort, mon Vincent.

Très fort.


VINCENT

Bien, merci, merci.


FRANK

Mais ça donnera rien,

je réagirai pas.


VINCENT

Come on, là!

Je le sais que tu meurs d’envie

de me faire un coup de même.


FRANK ouvre le frigo.


FRANK

Merde!

Il fonctionne toujours pas.


BRANDON-LEE

Ah, monsieur Fraser a dit

qu’il manquait une pièce,

il est parti

la chercher chez lui.


FRANK

Oui, j’espère

qu’il va faire ça vite

parce que le mousseux

sera pas froid à temps

pour notre 5 à 7

des "rots".


VINCENT

Avoue-le donc

que tout ce que tu veux,

c’est de faire

un coup encore pire!


FRANK

Je te le jure, Vincent,

que tu perds ton temps.

Et je l’aime,

ton petit jeu de mots poche.

Je pense que je vais

le laisser là.


VINCENT

Tu me niaises?


FRANK

Même pas.

Et je te suggère

de lâcher

la phase anale

pour ton prochain coup.

Les rots, les faces de pets

et les pipi, caca, poil,

c’est pas avec ça que tu vas

me faire perdre patience.


BRANDON-LEE

C’est ce qu’on appelle

un gros fail, ça, mon Vince.


Alors qu’il est seul dans le salon étudiant, BRANDON-LEE lorgne les bouteilles de mousseux.


Chez les Allard-Fraser, JULIEN A est à l’ordinateur.


JULIEN A

(Lisant une page Web)

"Comment savoir

si on est saoul?"

OK.

"Écartez les bras,

puis tour à tour,

posez votre index gauche,

puis votre index droit

sur le bout de votre nez.

(Rigolant)

C’est bien niaiseux!

OK.


JULIEN A se lève debout et touche son nez du bout des doigts en répétant plusieurs fois ce mouvement. JACQUES entre dans la pièce à ce moment.


JACQUES

Qu’est-ce qui se passe

avec ton nez?


JULIEN A

Rien.


JACQUES

(Pointant l’écran de l’ordinateur)

C’était quoi?


JULIEN A

C’était mon intimité, papa!


JACQUES

Hum. Tu es sûr que ça va?


JULIEN A

Super!

Mais là, va-t’en!

Parce que sinon,

je vais commencer à croire

que tu es venu ici

juste pour me surveiller.


JACQUES approche sa main de l’ordinateur pour voir quelle page consultait JULIEN A.


JACQUES

Oui... Montre donc...


JULIEN A lui tape la main. JACQUES rigole, puis sort de la maison.


Pendant ce temps, VINCENT consulte un cahier à son casier, quand FRANK arrive.


FRANK

Ah, tu es là, toi.


VINCENT

Ah, Frank, je vais être obligé

d’annuler l’interview parce que

si tu n’es plus rebelle,

ce n’est plus intéressant.


FRANK

Hum, hum. Où tu l’as mise?


VINCENT

De quoi?


FRANK

Ce n’est plus drôle, là.

Je viens de croiser

monsieur Prud’homme

et il est sur mon cas.

Où tu l’as mise?


VINCENT

Hein?

Mais de quoi tu parles?


FRANK

Arrête de me niaiser.

Mona est allée inspecter

le salon étudiant pour s’assurer

qu’on avait toujours

l’autorisation pour notre 5 à 7

et ah, beau hasard, il manque

une bouteille de mousseux.

Où tu l’as cachée?


VINCENT

Bien, nulle part,

j’ai rien à voir là-dedans.


FRANK

Quand je t’ai dit

que tu pouvais aller plus loin,

je te parlais pas

de piquer de l’alcool.


VINCENT

Ah, tu as finalement

embarqué dans le jeu

et tu me fais marcher,

c’est ça?


FRANK

Vincent. Décroche.

On ne joue plus, là, OK?

Piquer de l’alcool

ou en consommer à l’école,

c’est une suspension

garantie.


VINCENT

Je te jure que j’ai rien

à voir là-dedans!


FRANK

Tu as 15 minutes

pour me remettre la bouteille,

sinon Mona fouille

ton casier. Hum!


FRANK s’en va.


VINCENT

(Pour lui-même)

Non, il niaise, voyons!

C’est sûr qu’il niaise.


De son côté, MAUDE rend visite à MADAME CARDINAL.


MAUDE

Madame Cardinal?


MADAME CARDINAL

Tu es venue me dire

que tu pourras pas finir

ton article à temps?


MAUDE

Euh, non. En fait,

j’ai besoin de vous parler et...

(Fermant la porte)

C’est délicat.


MADAME CARDINAL

Mon Dieu,

qu’est-ce qui se passe?


MAUDE

(Mal à l’aise)

Hum... Il faut que je réécrive

un chapitre au complet

de mon roman

et j’ai besoin d’inspiration.


MADAME CARDINAL

Ça va me faire plaisir

de t’aider, mais j’ai pas

beaucoup de temps.


MAUDE

Ah, pour vrai?

Bien, merci!

En fait, c’est un chapitre

sur la consommation d’alcool

de Mia.


MADAME CARDINAL

Oh, tu aimerais ça

que je te raconte

deux, trois anecdotes?


MAUDE

Euh, non, pas vraiment.


MADAME CARDINAL

Ah.


MAUDE

Non, en fait,

j’ai plus besoin

d’une vraie expérience

avec l’alcool.


MADAME CARDINAL

Hum, OK, je suis pas sûre

de comprendre, là.


MAUDE

Bien, une expérience

pour... tu sais,

pour me mettre

dans la peau de mon personnage.


MADAME CARDINAL

Es-tu en train de me demander

de te fournir de l’alcool?


MAUDE

Hé, mais non!

Hé, wô! Franchement, j’oserais

jamais vous demander ça.


MADAME CARDINAL

OK, parce que la réponse,

c’est non, sans hésitations.


MAUDE

Bien, non, mais je sais.

Je sais tellement.

Non, j’oserais jamais

vous demander ça. Non, non...

J’avais juste besoin

de me confier.


MADAME CARDINAL

Ah, bon.

Mais je suis pas certaine

que je t’ai aidée, là.


MAUDE

Oui, oui. Ah, et j’ai

quelque chose à vous remettre.


MAUDE fouille dans son sac, mais ne semble pas trouver ce qu’elle cherche.


MADAME CARDINAL

Qu’est-ce qu’il y a?


MAUDE

Rien, je... cherche

mon article et je le trouve pas.

Ah, je l’ai trouvé!


MADAME CARDINAL

Bon.


MAUDE

Le voilà!


MAUDE lui remet une feuille toute chiffonnée.


MADAME CARDINAL

Bon, mon Dieu.

Peux-tu me l’envoyer par

courriel, s’il te plaît?

Bon, il me manque juste

celui de Vincent.

On va finir par la finir,

cette édition-là, hein!


VINCENT entre dans le local du journal à ce moment.


MADAME CARDINAL

En parlant du loup, est-ce que

tu serais venu me porter

un bel article tout chaud

par hasard?


VINCENT

Euh, madame Cardinal,

Frank vient de m’accuser

d’avoir volé

une bouteille de mousseux,

mais il me niaise, hein?


MADAME CARDINAL

Hein?

Frank niaiserait jamais

avec de l’alcool, voyons.

Il manque une bouteille?


VINCENT

Il paraît.

C’est ça que Mona a dit.


MADAME CARDINAL

Eh boy! Monsieur Prud’homme

doit être dans tous ses états.


MADAME CARDINAL quitte le local.


VINCENT

(S’adressant à MAUDE)

Il me niaise. C’est sûr

qu’il me niaise, voyons.


De son côté, JULIEN A est toujours en train de faire différents tests pour voir s’il est saoul ou non.


JULIEN A

(Lisant la page Web)

"Vérifiez votre vision

avec vos doigts." OK.


JULIEN A soulève en alternance un doigt, puis deux doigts.


JULIEN A

Un doigt. Deux doigts.

Un doigt. Deux doigts.

Un doigt, un doigt.

Un doigt, deux...

deux... un doigt, deux...

Ah, non!

Je suis tout étourdi!

(Soupirant)

OK.

(Poursuivant sa lecture de la page Web)

"Testez votre démarche

"comme si vous marchiez

sur une ligne droite."


JULIEN A se lève et entreprend de marcher sur une ligne droite imaginaire.


JULIEN A

OK.

Ah, je suis peut-être pas saoul,

finalement.


JULIEN A fait le même exercice en fermant les yeux et il trébuche sur la chaise.


JULIEN A

OK.


JULIEN A se met à hurler quand il réalise qu’il a brisé le disque de son père. Au même moment, on sonne à la porte.


JULIEN A

(Se réfugiant sous la table)

Non!


On sonne de nouveau à la porte. JULIEN A panique.


De leur côté, MAUDE et VINCENT poursuivent leur conversation.


MAUDE

Ça fait que c’est pas toi

qui as mis ça dans mon sac?


MAUDE montre à VINCENT la bouteille de mousseux.


VINCENT

Hein?

Wow! Tu étais

dans le coup toi aussi?

Hé, Frank,

il est vraiment fort.


MAUDE

De quoi tu parles? J’ai rien

fait. Je viens de la trouver.

Et c’est certainement pas

Frank qui l’a mise là.


VINCENT

Ah, moi, je suis sûr

que c’est lui.

Il voulait sûrement se venger

du coup que je lui ai fait.


MAUDE

Non, il m’aurait averti

avant, voyons!

Madame Cardinal a raison.

Frank niaiserait jamais

avec de l’alcool à l’école.


VINCENT

C’est parce que

vous le connaissez mal.

Et si c’était vraiment moi,

je serais pas venu

te l’annoncer

devant madame Cardinal.


MAUDE

Bien, oui, mais là, je vois

pas qui ça peut être d’autre.

Brandon-Lee.


VINCENT

Ah, oui...

Mais pourquoi

il aurait fait ça?


MAUDE

Parce que

je lui ai demandé de m’aider

à être délinquante

pour m’inspirer pour mon roman.


VINCENT

OK, OK, ça fait que là,

Frank me niaise pas,

la bouteille

a été volée pour vrai,

et c’est moi qui risque

d’être expulsé à cause de ça.


MAUDE

Genre...


VINCENT

Bien, je vais être obligé

de te dénoncer.


MAUDE

Non!

Please, Vincent,

tu peux pas faire ça.


VINCENT

Tu as rien à te reprocher,

c’est Brandon Lee qui a fait ça.


MAUDE

Non, non,

mais tu comprends pas.

Madame Cardinal va penser

que c’est moi qui ai pris

la bouteille à cause

de mes problèmes d’inspiration.


VINCENT

OK, OK, je dirai rien,

mais va remettre

la bouteille à sa place.

Et pendant ce temps-là, moi,

je vais m’occuper de Frank.


MAUDE

OK.


VINCENT

Envoye, grouille!

Envoye, grouille!


MAUDE prend un trousseau de clé qui se trouve sur le bureau et s’en va. Elle attend ensuite BRANDON-LEE à la porte du salon étudiant.


MAUDE

Qu’est-ce que tu faisais?

La cloche va sonner

dans 10 minutes!


MAUDE essaie d’ouvrir la porte du local.


BRANDON-LEE

C’est barré, Maude,

ça sert à rien.


MAUDE

Cache-moi.


BRANDON-LEE

Où tu as pris ça,

ces clés-là?


MAUDE

C’est celles

de madame Cardinal.

Elle les a laissées

au local du journal.


BRANDON-LEE

Wow, ton conseiller

est vraiment

fier de toi, Maude.


MAUDE

Mon conseiller,

il peut manger de la chnoute,

il arrête pas de me mettre

dans le trouble.


BRANDON-LEE

Je te donne plein

d’inspiration.


MAUDE

Surveille la porte.


MAUDE et BRANDON-LEE entrent dans le salon étudiant.


MAUDE

Où tu l’as prise?


BRANDON-LEE

Euh, dans la boîte

avec les cinq autres.


MAUDE

Quelle boîte?

Il n’y a pas de boîte.


BRANDON-LEE

Mona a dû partir avec.

Merde! Madame Cardinal,

elle s’en vient!


MAUDE

Hein?


MAUDE met la bouteille dans le frigo du salon étudiant et elle et BRANDON-LEE s’assoient tranquillement sur le divan.


MADAME CARDINAL

Qu’est-ce

que vous faites ici?

Le local est fermé

à cause du vol.


MAUDE

C’est... mon père

qui nous a fait entrer.

Il vient de partir

et ah, il fait dire

que le frigo est réparé.


MADAME CARDINAL

Je pense qu’il faut

qu’on se parle, Maude.


Pendant ce temps, JULIEN A prend du ruban adhésif et essaie de recoller le disque brisé.


JULIEN A

(Impatient)

Ah, ça marche pas!


On sonne à nouveau à la porte.


Au salon étudiant, MADAME CARDINAL continue de discuter avec MAUDE et BRANDON-LEE.


MADAME CARDINAL

J’arrête pas

de penser à ce que

tu m’as dit

concernant ton livre,

tu veux vraiment consommer

de l’alcool pour t’inspirer?


MAUDE

Ah, ça, non, non...

J’y ai pensé un gros...

trois secondes et quart,

mais j’ai trouvé

une meilleure idée.


MADAME CARDINAL

Tu es certaine?


MAUDE

Certaine, certaine.

J’aurai pas besoin

de boire de l’alcool, promis.


MADAME CARDINAL

Bon, ça me rassure.

On dirait que le frigo

est mal fermé.


BRANDON-LEE

Hein?


MADAME CARDINAL

Bien, oui.


MADAME CARDINAL s’approche du frigo et y trouve la bouteille de mousseux manquante.


MADAME CARDINAL

(Surprise)

Monsieur Fraser avait mis

une bouteille au frais.

Elle a jamais été volée!


MAUDE

Ah, bien, oui,

je l’ai vu faire.

J’ai oublié

de vous le dire et...

Ah, et j’ai aussi retrouvé vos

clés dans le local du journal.

Je les ai prises pour pas qu’un

autre étudiant tombe dessus.


MADAME CARDINAL

Tu es fine. Merci.

Bon, je vais aller rassurer

tout le monde.

Et que ça s’énerve pour pas

grand-chose des fois, hein!


MADAME CARDINAL quitte le salon étudiant.


BRANDON-LEE

Bon, là, on va chez

ma grand-mère après l’école

fouiller dans ses vieilles

bouteilles de rhum cubain.

On n’a plus

le temps de niaiser.


MAUDE

Non, Brandon-Lee,

c’est fini l’alcool

et le vol.


BRANDON-LEE

Et ton roman?


MAUDE

Je niaisais pas

quand je disais que j’ai trouvé

une meilleure idée.

Je vais raconter

mes dernières 24 heures.


BRANDON-LEE

Hein? Tu as pas bu une goutte

d’alcool depuis 24 heures!


MAUDE

Non, mais j’ai plein

d’autres choses à raconter.

Le cocktail

que j’ai préparé

en fouillant

dans le bar de mes parents,

la gourde qui s’est retrouvée

dans les mains de mon père,

la bouteille de mousseux qui

s’est retrouvée dans mon sac,

Vincent qui s’est fait

accuser de vol à ta place.

Tu sais,

c’est super romanesque

et c’est pas mal moins cliché

que juste boire de l’alcool.


BRANDON-LEE

Oui, OK, tu as raison.

Hé, ça fait que je vais devenir

un personnage de ton roman!


MAUDE

Euh, non.


BRANDON-LEE

Comment ça? Le personnage

de conseiller, c’est super bon.


MAUDE

Je t’ai dit que non!


BRANDON-LEE

C’est comme ça

que tu me remercies,

après tout ce que

j’ai fait pour toi.


MAUDE

C’est non.


BRANDON-LEE

Come on, Maude!

Un conseiller,

c’est cool.


Peu de temps après, VINCENT retrouve FRANK près des casiers.


VINCENT

Frank, je te cherchais.


BRANDON-LEE

Ton 15 minutes est écoulé.

As-tu la bouteille?


VINCENT

Frank, je te jure

que c’est pas moi

qui l’ai volée,

ta bouteille.

Je suis pas cave, je serais

jamais allé aussi loin.


FRANK

OK, ouvre ton casier.


VINCENT

Tu me crois pas?


FRANK

Non. Comme toi, tu me croyais

pas quand je te disais

que je suis trop vieux

pour les farces plates.


VINCENT

Bien, oui, mais c’est pas moi

qui l’ai volée, ta bouteille!


FRANK

Ouvre.


VINCENT

Tu vas être déçu, hein,

parce que c’est pas moi

qui l’ai ta bouteille.


FRANK

Ah, bien. Ah, bien.

On dirait une bouteille

de mousseux.


VINCENT

Frank,

il faut que tu me crois,

c’est pas moi

qui l’ai mise là.


FRANK

Ah, non?

C’est qui? Sami?

Qui d’autre aurait pu débarrer

ton cadenas?


VINCENT

Bien, je sais pas,

moi, Brandon-Lee!

Hé, come on,

il faut que tu me crois.


FRANK

Je voudrais bien,

Vincent,

mais toutes les preuves

sont contre toi.

Là, tu me suis, on va aller

appeler tes parents.


VINCENT

Bien, voyons! Hé, je peux pas

être plus honnête que ça.

Je te l’ai dit

que c’était pas moi!


FRANK

Oh...


FRANK se met à danser dans le corridor d’une drôle de manière.


VINCENT

Bien, voyons,

pourquoi tu danses de même?


FRANK

Je t’ai eu.


VINCENT

Hein?


FRANK

Jasmine l’a trouvée,

finalement. Dans le frigo.

Ça doit être monsieur Fraser

qui l’a mise là.


VINCENT

Tu m’as niaisé?


FRANK

Bien, quoi?

C’était pas ça que tu voulais?


VINCENT

Bien, oui, mais...

Comment tu as fait pour --


FRANK

Débarrer ton cadenas?


VINCENT

Oui.


FRANK

Oublie pas que tu parles

à un vieil expert.

Rendez-vous après l’école

pour ton entrevue!


VINCENT

Je le savais!

Ah, je le savais

tellement!


Chez les Allard-Fraser, JULIEN tient dans ses mains le disque brisé et ne cesse de soupirer, pendant que MAUDE travaille à l’ordinateur à côté de lui.


MAUDE

Julien, tu me déconcentres!


JULIEN A

Bien, va écrire ailleurs.


MAUDE

Voyons,

tu es donc bien bête!


JULIEN A

Toi aussi, tu le serais

si tu étais à ma place.


JACQUES entre dans la maison à ce moment.


JACQUES

Allo!


JULIEN A

Allo.


JACQUES

En tout cas,

j’espère que vous avez eu

une plus belle journée

que la mienne.


MAUDE

J’ai pas le temps de te

parler, il faut que je réécrive

un chapitre au complet

pour mon roman.


JULIEN A

Et moi, j’ai fait

une grosse gaffe.


JACQUES

Quoi encore?


JULIEN A

J’ai pas ouvert la porte

à ton acheteur.


JACQUES

Oh, tu lui as pas répondu!

(Content)

Ah, petit pit, que je t’aime,

que je t’aime, que je t’aime!

Je suis tellement content.

La banque m’a appelé

aujourd’hui pour me dire

que le compte

Payplus

de mon client était un faux.

Ça veut dire que je n’aurais

jamais pu toucher

l’argent qu’il me devait.


MAUDE

Hein? Bien, là, une chance

que Julien a pas répondu.


JACQUES

Ah, bien, oui!

Une méchante chance!


JULIEN A

Oui, bien,

pas tant que ça

parce que j’ai fait

pire que ça,

j’ai brisé ton disque.


MAUDE

Ah, non, Julien,

pas encore.


JULIEN A

Mais c’est pas ma faute!

J’étais saoul!


JACQUES

Hein?


JULIEN A

Bien, oui!

À cause de la vieille

sangrita de maman

qui traînait

sur le comptoir.


JACQUES

(Rigolant)

Pas de la sangrita,

de la sangria.

Tu m’as dit

que tu y avais pas touché.


JULIEN A

Bien, je voulais pas

que tu t’inquiètes

et que tu penses

que j’avais gaffé.


MAUDE se rend au frigo prendre un pichet de jus. Elle le montre à JULIEN A.


MAUDE

Julien? Est-ce que

c’est ça que tu as bu?


JULIEN A

Euh, non.


MAUDE

Dans ce cas-là,

tu peux pas être saoul

parce que c’est ça,

la vraie sangria.

Toi, tu as bu

l’autre pichet.

Le jus.


JACQUES

Excuse-moi, c’est moi

qui t’ai inquiété pour rien.


JULIEN A

Ça fait que

j’étais pas saoul pour vrai?


JACQUES

Non. Tu l’aurais su, si tu

avais vraiment bu de l’alcool.

Et pour en revenir au disque,

regarde, il était déjà brisé

depuis longtemps.

Mon acheteur, là, ce qui

l’intéressait, c’est la pochette

parce que c’est

une pochette rare, "designée"

et avec l’autographe d’un grand

artiste dessus, regarde.


JULIEN A

Ça fait que j’ai pas fait

de gaffes, là?


JACQUES

Bien, non! Bien, non!


JACQUES prend dans ses bras JULIEN A et commence à se chamailler avec lui.


MAUDE

Bon, allez

vous gosser ailleurs,

moi, j’ai du travail

à faire.


JACQUES imite une personne qui serait saoule.


JACQUES

OK, alors,

viens, mon soulon,

on va aller mettre ça

dans le sous-sol.


JULIEN A

Arrête!

C’est pas drôle.


JACQUES et JULIEN A font tous les deux semblant d’être saouls.


ENSEMBLE

C’est pas drôle...


MAUDE

Silence...


Fin de l’épisode


MAUDE, SIERRA et MÉLANIE sont assise sur le divan dans le salon étudiant et s’adressent au public de l’émission.


SIERRA

On a un super blogue

pour toi.


MAUDE

Viens nous donner tes opinions

ou laisse-nous tes commentaires.


MÉLANIE

On a hâte de te lire.


L’adresse internet suivante apparaît: « tfo.org/subitotexto ».


Générique de fermeture





Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season

Résultats filtrés par