Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

French Canadian Expressions

“Quel temps de cochon!” This expression, which is a little unfair to pigs, is used by French Canadians to describe cold and gloomy weather. Its origins can be traced back to the farm life of yesteryear.



Réalisateur: Carine Ouellet
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

CAROLINE LÉAL fait des grimaces.


Titre :
Quel temps de cochon!


CAROLINE LÉAL

C'est le mois de novembre. Les

journées sont froides, humides

et grises. Un vrai temps de cochon.

Cette expression populaire, au

Canada français, mais, ma

foi, insultante pour les pauvres

cochons, trouve ses origines

de la vie rurale d'antan.


Un extrait d'un vieux film montrant un fermier remplissant l'auge de ses porcs dans un enclos.


CAROLINE LÉAL

Jadis, les familles

sacrifiaient leur porc lorsque

l'animal était arrivé

à une corpulence souhaitée.

Corpulence souhaitée. Bon, en

d'autres mots, les familles

attendaient que le cochon soit

bien lourd pis bien juteux

pour faire du bien bon bacon.


Dans un extrait de dessin animé, le loup poursuit un cochon qui tente de rentrer dans une maison.


LE LOUP

(Propos traduits de l'anglais)

Reviens, reviens... je ne vais

pas t'épargner!


LE COCHON

Midly, ouvrela porte, vite.


Puis on revient à CAROLINE LÉAL et son propos.


CAROLINE LÉAL

Avoir un porc entier, c'était le

gros luxe. Alors, il en était

pas question de le manger en

entier. Plutôt, les familles

conservaient leur porc pour

l'hiver. La méthode utilisée

était la mise au saloir.

On frotte la viande avec un

mélange de sel et de cendre

de bois. Ensuite, après avoir

frotté la viande plusieurs fois,

on la saupoudre de son pour

absorber l'humidité et ensuite,

elle est placée dans un local

chaud. Pour être conservé

longtemps, le cochon devait être

gras, ferme et plutôt âgé.

La température joue ici un rôle

très important dans le procédé.

Un climat plutôt froid et humide

assure le succès de la salaison

du cochon. C'est pourquoi le

porc était tué au mois de

novembre, un vrai temps

de cochon.


Intertitre :
OK!


CAROLINE LÉAL

Avez-vous déjà pensé à la

signifiance de l'abréviation

"OK"? C'est un terme quasi

universel. On le retrouve sur

nos télécommandes, dans nos

ordinateurs. En voyage, je me

débrouille souvent avec "OK"

et un petit sourire. Mais je dis

quoi au juste? Premièrement, il

faut comprendre que "OK" est

une abréviation empruntée de

l'anglais. "D'accord" étant le

mot juste en français. Mais

mystérieusement, la phonétique

"oke" est retrouvée dans

plusieurs langues. En Écosse,

"och aye" signifie "Ah oui".

Les Allemands, eux, assurent que

tout est correct en disant "ohne

korrektur", tandis qu'en Afrique

du Sud, c'est "o ke" qui

veut dire "c'est tout".

L'origine du terme n'est pas

facile à trouver parce qu'il y a

plusieurs théories populaires.

C'est en juin 1941 que le

linguiste français Alain Rey fit

une étude sur l'abréviation

"OK". Selon l'étude, le terme

fait sa première apparition dans

un journal de Boston en 1839

où l'on utilisait l'abréviation

"oll korrect", une allitération

de "all correct" qui était

une façon populaire de dire

"all right", "tout va bien".

En 1840, le terme est utilisé

par les partisans du président

américain Martin Van Buren. Il

était natif d'un village appelé

Kinderhook. Le président était

surnommé Old Kinderhook qui veut

dire "le vieux de Kinderhook".

Ses partisans ont aussi fondé le

club OK. Une autre hypothèse

suggère que le terme tire

ses origines de la Guerre

civile américaine.

Les soldats, à la fin d'un

combat, criaient le nombre de

victimes. "0 killed", "zéro

mort". Au fil des ans, un

raccourci est adopté: le

chiffre 0 et la lettre "K". OK.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par