Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Restoration: Book Artisans

The book binder is an artisan of books whose trade goes back a long way. Don Taylor and Béatrice Stock manually craft books and restore ancient books and manuscripts.

Book-making requires a great deal of know-how, and making a binding for rare books and restoring ancient manuscripts is work that requires a great deal of passion.
A book-binder`s clientele is varied: individuals, libraries, official organisations, the National Archives, collectors and indie printers all rely on them.
Don Taylor performs his work in his Toronto workshop, Don Taylor Book Binding. Beatrice Stock focuses on restoring paper at Stock Book & Paper Restoration.

A story by Paul Ruban.



Réalisateur: Paul Ruban
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Dans un atelier de reliure artisanal, DON TAYLOR est penché sur son bureau. En entrevue, dans leur atelier BÉATRICE STOCK et DON TAYLOR, relieurs, nous expliquent leur métier. Au cours des entrevues, on nous présente en alternance, les aspects spécifiques du travail de BÉATRICE STOCK et de DON TAYLOR, des ouvrages reliés, et quelques moments d'entrevue.


BÉATRICE STOCK (Narratrice)

Il y a l'écrivain, l'éditeur,

tous les métiers du livre et

à la fin, il y a le relieur.

Je ne souhaite ce métier

à personne, parce que justement,

c'est très exigeant du point

de vue temps, du point de vue

santé, du point de vue force,

et qu'il y a énormément d'années

d'expérience avant de

pouvoir manipuler des livres.

(BÉATRICE STOCK répare des livres endommagés dans son atelier.)


BÉATRICE STOCK

Mais par contre, moi, je suis

très heureuse d'avoir fait toute

ma carrière dans les livres

et les papiers. J'ai toujours

espéré faire ce métier depuis

que j'ai... Depuis la

plus tendre enfance.

(DON TAYLOR nous montre le livre que sa grand-mère lui a donné.)


DON TAYLOR

Ma grand-mère me l'a envoyé

d'Angleterre quand j'avais 9

ans. Et dedans, il y a un

article au sujet de relier vos

revues. Alors j'avais 50 Mad

magazines, et je l'ai cousu et

fait une reliure très, très,

très mauvaise. Mais c'était

très, très fun.

(DON TAYLOR nous montre sa première reliure.)


DON TAYLOR

Et c'était ma première reliure, oui.


BÉATRICE STOCK (Narratrice)

C'est une discipline qui

demande de l'exigence sur

soi. On oublie tout et on est

complètement centré sur son

travail. On oublie qu'il y

a quelque chose à l'extérieur et

puis on traite des matériaux qui

sont vraiment de toute beauté.

(DON TAYLOR manipule grand livre ancien dont les pages se détachent.)


DON TAYLOR (Narrateur)

Il y a des cas où c'est pas

possible. Il y a une dame qui

m'a apporté un livre qui était

tellement déchiré, détruit.

Et j'ai dit non, madame, je

suis désolé, mais non. Pas pour

1000$. C'est pas possible.

Je ne prendrai pas votre argent,

c'est pas correct.

(BÉATRICE manipule un livre et des images illustrent son propos.)


BÉATRICE STOCK (Narratrice)

J'ai trouvé un jour dans le...

en déreliant, en retirant

la reliure pour faire une

restauration, j'ai trouvé sur le

dos du livre, qu'on doit

décoller, on doit retirer toutes

les colles du livre pour en

remettre des neuves et j'ai

trouvé un petit manuscrit avec

une enluminure. Alors c'était

vraiment un trésor, parce que

le relieur qui avait relié ce

livre, déjà, il y a 300 ans,

avait pris pour soutenir le dos

du livre, il avait utilisé un

vieux bout de manuscrit, un bout

de parchemin qui avait été

enluminé et écrit avec

des lettres de l'époque.

(BÉATRICE STOCK et DON TAYLOR travaillent ensemble sur un livre.)


BÉATRICE STOCK (Narratrice)

C'est un métier ancestral,

disons. Donc, il y a des règles.

Il faut les suivre. Il y a

beaucoup d'étapes. Disons, qu'il

a une centaine d'étapes pour

faire un livre et que si l'étape

numéro 2 n'est pas bien faite,

comme la couture, on n'arrive

pas... Toute la suite est mise à défaut.

(DON TAYLOR coud un livre.)


BÉATRICE STOCK (Narratrice)

On se demande souvent ce que

deviennent nos livres. Parce que

ce sont toujours nos livres. On

les possède. Une fois qu'on les

a faits, une fois qu'on a fait

la reliure, ils sont à nous.

Si on aime un livre, il faut

le posséder pour pouvoir y

retourner. Tandis que sur un

ordinateur, c'est pas... il y

a pas de texture, il y a pas

d'odeur, il y a pas de saveur,

il y a pas de toucher.

(Quelqu'un manipule un livre électronique. Puis on revient à nos relieurs qui travaillent avec patience dans leur atelier.)


BÉATRICE STOCK (Narratrice)

Il y a tout un plaisir qui est retiré.

Je sens que oui, le métier est

menacé, le fait est qu'on est

très rares à avoir toutes ces

connaissances et qu'on sent que

ces connaissances ne seront pas

passées. On ne va pas pouvoir

les passer, parce qu'elles n'ont

plus de but. Donc... Oui,

c'est un métier un peu en

perdition. On est rare.

(DON TAYLOR presse un livre avec un machine manuelle.)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par