Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Donkey Sanctuary: Saving Donkeys

The donkey has long been the great scapegoat of the animal kingdom. Even today, in Canada, these charming equines continue to suffer abuse and ill treatment.
Thankfully, the Donkey Sanctuary exists in Guelph, Ontario, to serve as a true haven for donkeys from all over Canada and the United States. Some have been rescued by the Humane Society, while others were sent by owners who could no longer provide the right level of care.
The Sanctuary works thanks to volunteers, like Maryse Claude, to whom coddling donkeys once a week is a way to commune with nature and remember her home country in rural France.
A Paul Ruban production.



Réalisateur: Paul Ruban
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

MARYSE CLAUDE, bénévole au Sanctuaire pour ânes du Canada, est dans une écurie et parle des ânes orphelins. Tout au long du topo, des images de MARYSE CLAUDE dans son environnement de travail, en compagnie d'ânes, sont présentées.

Sur le bord d'une route, une pancarte jaune où il est écrit "Donkey Xing" avec trois ânes au centre apparaît à l'écran.


[MARYSE CLAUDE:] Les ânes sont,

en fait,

les mal-aimés des équidés,

de la famille des équidés,

qui comprend les chevaux,

les zèbres, et donc, les ânes.

Les ânes sont laissés pour

contre, en fait. Parce qu'on

pense qu'un âne, on le met

dans un pré, et puis il est

content. Mais pas du tout.

(Des extraits d'un vieux film où des ânes se promènent dans les rues urbaines sont présentés.)

[Début information à l'écran]

De nouvelles recrues: les bourricots de tranchées.

[Fin information à l'écran]


[MARYSE CLAUDE:] Au travers des

ans, il a été

le mal-aimé, parce qu'on s'est

toujours servi de lui, sans

vraiment comprendre qui il

est, et comment il réagit, ses

besoins qui sont assez de base.

Moi, j'ai toujours aimé les

ânes. J'ai pas grandi sur une

ferme, j'ai grandi à côté

d'une ferme en France, et ça m'a

toujours manqué d'être toujours

dans la ville. Et donc, quand

j'ai trouvé cette place, ça m'a

rappelé un peu mon coin de pays

dans les Vosges en France.

L'âne a toujours été, on va

dire, stéréotypé comme têtu

et bête. Alors que c'est pas du

tout vrai. Un âne, à mon avis,

c'est beaucoup plus sensible et

beaucoup plus intelligent qu'un

cheval. Je sais, je vais avoir

des gens qui vont me dire:

"Mais de quoi elle parle?"

Par exemple, moi, j'ai Buffy,

là, à côté de moi. Puis je dis

à Buffy: "Bien, tu vas venir

avec moi, et puis on va aller

dehors." Mais il pleut, il y a

une grosse flaque d'eau. Moi, je

vais contourner la flaque d'eau,

et Buffy, je vais lui dire de

passer dans la flaque d'eau.

Je vais l'entraîner pour que...

Mais elle, elle va s'arrêter,

elle va dire: "Pourquoi, toi, tu

vas contourner la flaque d'eau,

et moi, je devrais traverser la

flaque d'eau? Moi, la flaque

d'eau, d'abord, je comprends pas

la profondeur, je vois pas la

profondeur. Et en plus, toi, tu

fais quelque chose que moi, je

ne devrais pas faire? Pourquoi?"

Alors, elle, elle comprend pas.

Et donc, elle se dit: Ah, il

y a un danger. Donc, elle

s'arrête. Et c'est là que le

problème, souvent, commence.

C'est-à-dire que les gens sont

frustrés, l'âne n'avance pas, ne

veut plus avancer, ne veut pas

reculer. On le pousse. Il y en a

qui finissent par le battre, par

prendre un bâton ou quoi que ce

soit. Et puis là, ça dégénère.

Nous avons malheureusement, ici,

des ânes qui arrivent parce

qu'ils ont été maltraités.

Donc, ils ont été saisis par la

Société protectrice des animaux.

Par exemple, Juno, qui est

arrivé il y a environ cinq ans.

Malheureusement, elle a été

battue avec une pelle sur la

tête de façon répétitive. Donc,

c'est un animal qui est timide.

On a beaucoup de mal à

l'approcher. Elle se comporte

de mieux en mieux, mais c'est

vraiment par de petites, petites

étapes qu'on arrive à l'amadouer

et à faire qu'elle se sente

bien ici, et qu'elle sache

que rien ne va lui arriver.

La majorité des ânes que nous

avons ici viennent de l'Ontario,

du sud-ouest de l'Ontario. Mais

on en a qui viennent du Québec

on en a qui viennent du

Nouveau-Brunswick. On en

a qui viennent de la

Colombie-Britannique. On

en a même qui viennent des

États-Unis. Dernièrement, on en

a eu deux qui sont venus du

Maine. Et en général, on va les

chercher. On va les chercher,

et on les ramène doucement,

tranquillement, dans la

remorque. Ici, on s'est aperçu,

en fait, qu'il y avait un

grand, grand besoin. Parce qu'il

y avait beaucoup de... On va

dire, beaucoup de "misère", je

vais mettre ça entre guillemets,

au niveau de ces animaux qui

étaient laissés-pour-compte,

en fait, et dont on faisait peu

cas. On en parlait jamais, pour

ainsi dire. Quand il y avait

quelque chose qui arrivait dans

une ferme, eh bien... Si un âne

mourait, ou si un âne n'était

plus bon à rien, on va dire,

bien, il partait en boucherie.

Puis, voilà, c'est fini. Mais

pourquoi? Pourquoi ces choses-là

arrivent, et pourquoi, en fait,

en 2015, on est encore en train

de vraiment combattre des idées

reçues qui sont ancrées dans une

société? On penserait, en fait,

qu'on serait au-delà de ça. Mais

pas du tout. C'est une bataille,

mais de tous les jours.

(MARYSE CLAUDE caresse les oreilles d'un âne.)

(Fin émission)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par