Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Running as Performance

An inspiring and action-packed report with the creators of Run, The Process. The performance, in the middle of a park, features jogging and running as artistic expression. But what exactly is Run, The Process?



Réalisateur: Aurélien Offner
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Il s’agit d’un reportage sur la pièce Run, the process. Des entrevues réalisées avec MILAN GERVAIS, chorégraphe et interprète, et avec GENEVIÈVE GAGNER, interprète, sont entrecoupées d’images du spectacle qui a lieu dans un parc.


MILAN GERVAIS

Run, the process, c’est né,

en fait, d’une autre pièce

et la scène finale était

une scène où les six

passaient des obstacles,

on travaillait avec une

scénographie avec des bacs à

recyclage. Et il y avait quelque

chose d’intéressant là-dedans

dans la formation du groupe,

de suivre, de changer de leader,

qui était inspiré aussi des vols

d’oiseaux, des bandes cyclistes,

de là est né une dramaturgie

plus spécifique à

Run, the

process, qui parle, en fait,

d’une métaphore sportive, la

course, comme... Oui, activité

de plus en plus populaire, donc,

pourquoi les gens ont

besoin de se dépenser.

Pourquoi courir? Qu’est-ce qu’on

cherche là-dedans? La dépense

physique, un objectif, un but,

une satisfaction personnelle, un

relâchement. Mais aussi une

activité qu’on fait en groupe,

sociale, mais qui est aussi,

qui parle de compétition,

d’entraide. Donc, c’est un peu

tout ça que la pièce explore à

travers différentes courses.


GENEVIÈVE GAGNER

On a un entraînement où on

a pris le temps de courir

ensemble, trouver une façon de

trouver un mouvement commun

et de là, la technique, on place

les choses d’une certaine façon

qu’on veut l’avoir, donc la

chorégraphie commence

à travers ça.

Donc, on commence plus dans une

texture qui est fonctionnelle

dans le sport et on va vers des

mouvements qui se complexifient,

et qui deviennent finalement

dansés. La pièce en tant que

telle fait un aller vers ça.


MILAN GERVAIS

Qu’est-ce que c’est dans ce

mouvement-là, qu’est-ce que

ça veut dire, peut-être,

socialement? Même si qu’est-ce

que ça veut dire juste

physiquement, de l’investir

et qu’est-ce que cette course-là

peut venir illustrer, comment

elle peut devenir métaphore.

Si on court ensemble, même

rythme, même bras, même jambe,

on a un effet d’unisson, alors

que si on sprinte les unes par

rapport aux autres ou si on

commence à se pousser, si on

commence... physiquement, on lit

ou on dénote une compétition.


GENEVIÈVE GAGNER

Des fois, il faut passer par

quelque chose de très structuré

pour représenter la liberté ou

la fluidité dans le groupe.


MILAN GERVAIS

Je me considère comme une

navigatrice. J’arrive avec des

idées, avec des méthodes. Et on

part de là et des fois, découle

quelque chose, des fois pas. Des

fois, il y a quelqu’un qui

propose. Et on l’explore.


GENEVIÈVE GAGNER

La première rencontre qu’on a

eue avec Milan, on a discuté de

la vision, tous les interprètes,

qu’on avait, quel genre de type

de personne qu’on pouvait voir

courir dans les parcs et tout

ça. Donc, on essaie de mettre

sur scène, un peu, ce qui est

déjà là. Danser dehors donne un

contact et une réception directe

de l’appréciation de l’œuvre.

C’est ce que j’aime beaucoup

quand je viens performer

à l’extérieur.


MILAN GERVAIS

Donc, l’idée, c’est que

les gens se reconnaissent aussi.

Donc, qu’ils aient un dialogue

direct, mais vu que c’est de la

danse, que c’est de la poésie en

mouvement, bien c’est de

peut-être percevoir autre chose

à travers quelque chose de banal

s’il était mis dans un contexte,

justement, où quelqu’un court,

ça fait pas réfléchir. Mais si

c’est mis sur une scène, si

c’est chorégraphié, s’il y a une

intention derrière, bien ça

permet peut-être de se poser la

question, pourquoi, moi, je

cours, en fait? Si la personne

est coureuse. Donc, c’est un peu

de questionner notre propre

réalité à travers

une pièce contemporaine.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par