Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Community Media, Still Necessary?

This report will bring you up to speed on Ontario`s Francophone community media. Does it have a future? Is it still relevant in 2014?

The answer is yes! As Francophone media is the pulse of the Francophone community, it is vital to have content that reflects the community`s environment and realities. The challenges are many, and the debate is longstanding. This report sheds light on the issue. An Éric Bachand report.

Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


Un panel d'experts participe à un débat sur la question de la francophonie en Ontario. Ce débat se déroule dans un auditorium.


MARIE-GAËTANE CAISSIE

En 2014, est-ce qu'on a encore

besoin des médias francophones

communautaires en Ontario?

La réponse est oui,

plus que jamais.


EXPERTE

Une communauté minoritaire

doit se voir à l'oeuvre pour

savoir qu'elle existe, dire au

monde entier qu'elle existe.

C'est la même chose

pour les immigrants.


EXPERT

C'est une question d'être

conséquent par rapport au rôle

du français non seulement en

Ontario, mais la place de

l'Ontario dans le monde

francophone de demain.


RÉJEAN GRENIER

Ils auront peut-être pas la

job traditionnelle dans un média

traditionnel, alors il faut

susciter chez eux le sens

de l'innovation et surtout

le sens de l'entrepreneuriat.

Et ce que je veux dire par

"entrepreneuriat" c'est:

"Comment je fais

du cash avec ça?"


Deux animatrices de radio enregistrent leur émission.


MARIANNE ST-JACQUES

Bonjour, mesdames et

messieurs. Ici, Marianne

St-Jacques, et voici

vos informations.


MARIE-GAËTANE CAISSIE est directrice générale du Mouvement des intervenants en communication radio de l'Ontario. Elle accorde cette entrevue assise dans un bureau. Au fil de ses propos, des images d'animateurs de différents médias au travail défilent.


MARIE-GAËTANE CAISSIE

En Ontario, on retrouve

différents types de médias.

Bien entendu, on a les radios

communautaires et on a également

des journaux communautaires

dans certaines communautés.

On a des journaux privés,

la radio privée.

Bien entendu, on a les médias

TFO, Rogers et également

Radio-Canada qui sont là

pour desservir la

communauté francophone.


Texte informatif :
Médias francophones en Ontario Radios: 6 radios communautaires 1 radio privée


VOIX MASCULINE ENREGISTRÉE

Partagez une nouvelle

avec votre communauté.


Texte informatif :
Télévisions: 2 télévisions communautaires 1 télévision publique nationale 1 télévision publique provinciale


VOIX FÉMININE ENREGISTRÉE

Rendez-vous chaque semaine

à Carte de visite

à TFO.


Texte informatif :
Presse écrite: 1 quotidien 14 journaux communautaires 4 journaux étudiants


SOPHIA BAGAOUI-FRADETTE est rédactrice en chef du journal étudiant L'Orignal déchaîné. Elle accorde cette entrevue assise à son bureau.


SOPHIA BAGAOUI-FRADETTE

C'est important de représenter

une communauté. C'est important

d'avoir un média qui reflète

ton milieu, ta réalité. Avoir

juste des médias généraux qui

représentent des grandes villes,

c'est pas nécessairement

représentatif des petites

communautés dans le nord

de l'Ontario par exemple.

Donc, oui, c'est important

d'avoir des mesures qui nous

permettent d'avoir des médias

représentatifs, parce que

culturellement, socialement,

c'est important.


RÉJEAN GRENIER est l'ancien propriétaire du journal Le voyageur. Il accorde cette entrevue debout dans la rue.


RÉJEAN GRENIER

Du moment où ces médias

communautaires là vont

disparaître, c'est clair que...

il va nous rester quoi?

Les médias nationaux,

internationaux, il va nous

rester nos amis sur Facebook.


SOPHIA BAGAOUI-FRADETTE

C'est important des nouvelles

citoyennes qui viennent de

Facebook, des médias sociaux.

Mais à quelque part, il faut

aussi avoir quelque chose de

tangible, de crédible derrière.


Des citoyens sont interviewés pour avoir leur opinion sur les médias francophones.


CITOYENNE

Originaire de Hearst,

j'apprécie beaucoup la

radio communautaire.


CITOYEN

Les médias francophones,

c'est le pouls de la communauté.


CITOYENNE

Moi, je pense au journal

Le Nord à Hearst, c'est toujours

fascinant de voir comment qu'un

petit journal comme ça continue

de rayonner. Puis souvent,

il est repris ou cité

à d'autres endroits.


CITOYEN

Il va falloir qu'ils

s'ajustent à ce qui se passe,

avec le virage numérique, mais

pas juste le virage numérique.


CITOYEN 2

Avec l'arrivée d'Internet,

avec l'arrivée des grands médias

qui ont de gros moyens, ces

médias qui fonctionnent avec

les moyens du bord, ils sont

sérieusement menacés. Et de cela

ils appellent un soutien qui

doit venir et de la communauté,

et des gouvernements locaux et

municipaux et fédéral au besoin.


De retour dans la rue, RÉJEAN GRENIER continue son entrevue.


RÉJEAN GRENIER

Je pense que ce qui nuit

particulièrement maintenant,

c'est le fait que les

gouvernements délaissent

ces médias-là.


MARIE-GAËTANE CAISSIE

Si on regarde au niveau

financier des radios

communautaires, au niveau des

pertes de revenu au courant

de... je dirais de huit à dix

dernières années, on situe à

70%, 80% de moins de revenus au

niveau des ventes publicitaires,

autant au niveau provincial

que fédéral. C'est 33%

de ces revenus-là qui servent

à opérer et à gérer nos radios.

L'autre 33%, ça va être les

ventes locales. L'autre 33%, ça

va être au niveau d'activités de

fond, de commandites au niveau

des radios. Fait que c'est sûr,

quand il y a un des trois qui

vacille, il faut aller chercher

le manque à combler dans les

deux autres secteurs. C'est pas

toujours évident pour des

petites communautés de pouvoir

continuer à garder le service

même s'ils injectent

beaucoup de sous.


SOPHIA BAGAOUI-FRADETTE

Ça me préoccupe, parce

qu'ils vivent une baisse de

financement, c'est certain.

Mais d'un autre côté, s'ils sont

encore là, c'est parce qu'il y a

une clientèle. Donc, ça, c'est

bon signe. C'est certain qu'ils

sont appelés à se transformer, à

se modifier pour mieux s'adapter

à la nouvelle génération,

au nouveau public.


RÉJEAN GRENIER

Les solutions d'avenir,

il y en a pas tant que ça.

Dans le fond, il y a le virage

numérique. C'est clair qu'il

faut que les journaux prennent

ce virage-là. Il faut que

parallèlement à ça, ils aient un

contenu qui intéressera de plus

en plus les gens locaux, mais

aussi les gens de l'extérieur

pour qu'on puisse amener

des publicitaires sur ce site

Web là. C'est aussi la

responsabilité des gouvernements

qui doivent, de par la loi, de

par la constitution de ce pays,

voir au développement

économique, au développement

culturel et social des

communautés de langue

officielle minoritaire.


MARIE-GAËTANE CAISSIE

On demande pas la charité,

on demande une juste part

pour maintenir nos services

disponibles dans

nos communautés.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par