Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The History of Worker Lunchboxes

The metal lunchbox made in Sudbury by May Metal Fabricators has been used by generations of workers everywhere in the world.

It was in 1956 that Léo May, a miner from Sudbury, had the idea of making his famous metal lunchbox.



Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

ÉRIC BACHAND rencontre ROSE DELIMA ALLEN, femme de feu LEO MAY, inventeur des boîtes à lunch du même nom, puis CATHERINE LANGIN, fille et actuelle présidente de May Metal Fabricators. Des images et photographies d'archives de l'atelier de fabrication des boîtes à lunch ponctuent les entrevues.


[ROSE DELIMA ALLEN:] Léo a

commencé à faire

ses boîtes à lunch en 1956.

Quand il a commencé, c'était

tout dans la cave. Les samedis

soir, lui, il coupait, puis moi,

je marquais. Je passais

une couple d'heures à ça.

C'était une entreprise

familiale. Même les

enfants aidaient.

(Début propos traduits de l'anglais)


[CATHERINE LANGIN:] Ceci est la

première boîte à dîner fabriquée

par mon père. On voit l'usure.

Voici des outils que mon père

utilisait lorsqu'il était à la

table de la cuisine en train de

couper les pièces avec ses

mains. Mon père était mineur

dans les années 1950.

Un jour, au travail, il a eu le

choix de s'asseoir soit dans une

flaque d'eau ou sur sa boîte à

dîner noire en petite tôle.

Il a choisi de s'asseoir sur la

boîte à dîner et elle s'est

écrasée. Après s'être retrouvé

sur le derrière, il s'est dit:

"Moi, je vais en fabriquer une

sur laquelle je pourrai

m'asseoir!"

(Fin propos traduits de l'anglais)


[ROSE DELIMA ALLEN:] Quand il

est allé travailler

avec la sienne quand elle était

finie, les gens ont vu ça,

ils ont dit: "Fais-moi en une."

C'est comme ça

que ça a commencé.

Un petit peu plus tard, on

allait délivrer en ville. On a

même été à Long Lake. Quand les

hommes sortaient de la mine...

(Début propos traduits de l'anglais)


[ROSE DELIMA ALLEN:] On leur

vendait des boîtes à dîner.

(Fin propos traduits de l'anglais)


[ROSE DELIMA ALLEN:] Plus tard,

il fallait engager,

parce que c'est devenu

de plus en plus populaire.

Il donnait de l'ouvrage

à des jeunes.

Mon mari avait engagé un jeune.

[Début information à l'écran]

Assembleur depuis 48 ans May Metal Fabricators

[Fin information à l'écran]

Il a commencé à 15 ans.

Aujourd'hui, il a 63 ans. Il

travaille encore pour ma fille.

Début propos traduits de l'anglais


[CATHERINE LANGIN:] À l'époque à

Sudbury, 20 000 mineurs

travaillaient pour INCO et 9000

pour Falconbridge. Tous ces

mineurs avaient une boîte à

dîner faite par mon père.

Maintenant, elles sont partout

dans le monde, dans des pays

comme l'Angleterre, l'Irlande,

l'Écosse, l'Allemagne, la France

et nous en avons même vendu au

Japon. Fièrement, je peux dire

que nous en avons vendu près

d'un million, peut-être plus!

Notre entreprise est encore

petite et nous faisons encore

presque tout manuellement. Le

volume de vente a diminué depuis

l'époque de mon père. Par

contre, les ventes augmentent en

Europe là où l'on apprécie la

qualité et la durabilité de

notre produit. Les boîtes à

dîner sont souvent léguées à la

prochaine génération de la

famille avec fierté. Nos boîtes

ont l'avantage d'être solides

parce qu'elles sont faites en

métal, donc elles sont

recyclables et durables. Elles

peuvent aussi être réutilisées

pour toutes sortes de choses.

Après avoir servi comme boîte à

dîner, elles peuvent servir

encore 10 ou 20 ans comme boîte

à outils.

On a réussi à en vendre plus

d'un million par le

bouche-à-oreille et maintenant,

on a Internet. Donc, maintenant

c'est simple, je peux expédier

presque partout dans le monde.

À Sudbury, la plupart des gens

connaissent nos boîtes à dîner,

mais il y a encore des gens qui

ne les connaissent pas. C'est

l'un des meilleurs secrets en

ville!

(Fin propos traduits de l'anglais)


[ROSE DELIMA ALLEN:] Léo, il a

fait les boîtes

à lunch pour que ça dure, que ça

soit tough. Ça me surprend pas

que les boîtes à lunch existent

encore. Elles sont bien faites.

Je suis bien fière de ma fille

parce qu'elle a continué

l'entreprise à boîtes à lunch.

Elle fait une bonne job.

(Fin émission)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par