Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Northern Ontario Elk

Hurray for diversity! Since the species was reintroduced to Ontario, elk population has grown to over 600 today, to the benefit of the province`s natural biodiversity.

By the end of the 19th century, the elk, one the largest cervids in the world, had

Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Une autoroute, une voie ferrée, puis un village établi près d'une rivière qui coule au pied des montagnes aux pics enneigés. Aux abords du village, un troupeau de wapiti traverse, la vallée.


JOSEF HAMR, biologiste de la faune oeuvrant pour le Comité de Sudbury de rétablissement des populations de wapitis, nous parle des wapitis.


JOSEF HAMR (Narrateur)

La population humaine

s'épand constamment et on

décroît la superficie de

l'habitat sauvage. Je pense que

c'est très important d'étudier

les effets qu'on a sur

les espèces sauvages,

comme le wapiti. Le wapiti était

indigène originellement dans

la province et ils étaient

exterminés complètement

à la fin du XIXe siècle.


Un wapiti court seul dans la forêt. Ensuite on nous présente l'habitat naturel des wapitis de plus en plus réduit.


JOSEF HAMR (Narrateur)

Les causes de la disparition,

c'était l'invasion des Européens,

qui ont occupé complètement le sud de

l'Ontario. L'habitat était

graduellement transformé en

région agricole. Alors, les

wapitis se sont retirés de plus

vers le nord, vers le Bouclier

canadien. Dans les années 90,

on a importé le wapiti de

l'Alberta, du parc national

Elk Island.


JOSEF HAMR marche avec une antenne réceptrice pour capter les signaux des animaux porteurs de colliers émetteurs.


JOSEF HAMR

Maintenant, on a à peu près

600 wapitis en Ontario. Il y a

quatre populations. Une est ici.

On a une autre au nord

de Blind River. Il y en a

aussi une à Lake of the Woods,

dans le nord-ouest.

La population la plus grosse

est à Bancroft, au sud

du parc Algonquin.


Diverses population de wapitis réimplantées sont présentées dans leurs nouveaux habitats pendant que JESSE POP, biologiste de la faune, spécialiste des wapitis nous parle de son travail.


JESSE POPP (Narratrice)

(Propos traduits de l'anglais.)

Je m'intéresse aux facteurs liés au

succès de la réintroduction des wapitis.

J'étudie les facteurs liés à la viabilité

et la croissance puisque certaines

populations croissent vraiment

bien, contrairement à d'autres.

Par exemple, la population de

wapitis de Burwash se classe

deuxième avant-dernière en

terme de croissance.

Nous pouvons améliorer ce résultat.

Mais d'abord, nous devons trouver

les raisons pour lesquelles cette

population n'augmente pas.


Un ours rôde dans l'habitat des wapitis.


JOSEF HAMR (Narrateur)

La population ici, à Sudbury,

est entre 150 et 200 animaux.

C'est difficile de les implanter

dans une région où ils ne

sont pas habitués. Les loups,

surtout, les tuaient en grand

nombre. Graduellement, ils se

sont habitués. La prédation,

maintenant, est beaucoup plus

basse qu'elle l'était au début.

Mais quand même, il y a beaucoup

d'autres facteurs qui tuent les wapitis.

Pendant l'hiver, ils traversent

les lacs, alors des fois, ils

vont sur la glace qui n'est pas

très épaisse. Les wapitis sont

toujours en troupeau, alors

si un animal casse la glace,

les autres rentrent aussi dans l'eau.


JESSE POPP (Narratrice)

La mortalité causée par les trains est

aussi un problème. Sur une période

de 15 ans, 70 wapitis ont été tués

par les trains, c'est inquiétant.

Nous avons besoin de plus

d'informations afin de pouvoir

éviter ces collisions.

On installe des caméras près

des chemins de fer

pour déterminer quand ils se

promènent sur les rails et

à quelle fréquence .

Pourquoi ils les utilisent?

Nous pensons que c'est plus facile

pour eux de se déplacer ainsi,

mais nous ne sommes pas certains.

J'explore la possibilité qu'ils

soient attirés par une certaine

végétation ou que ce soit une

question d'accessibilité...

Toutes ces informations vont

nous aider à développer des

stratégies de gestion de l'espèce.


JOSEF HAMR (Narrateur)

Ce qu'on a ici, c'est très

semblable à ce qu'on avait au

sud de l'Ontario il y a 200 ans.

La région est pas mal bonne pour

les wapitis parce qu’il y a

beaucoup de forêts différentes.

Alors, je pense que chaque

espèce qu'on peut sauver,

garder dans l'environnement

ou retourner à l'environnement

est très importante. Il faut

conserver la biodiversité

autant que possible parce que

si on décroît la biodiversité,

éventuellement, les écosystèmes

vont pas être capables de

fonctionner normalement.


Un wapiti marche vers la forêt.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par