Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Hockey Is For Girls, Too!

Created in 2011, the Académie internationale de hockey, in Clarence-Rockland, Ontario, offers training to elite youth players, aged 14 to 18, who split their days between the ice and the classroom.



Réalisateur: Benjamin Vachet
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Il s’agit d’un reportage sur l’Académie de hockey CIH. Des entrevues sont réalisées avec plusieurs membres de l’Académie et avec l’entraîneuse-adjointe, SHANNON DONNELY, qui explique son rôle. Ces entrevues sont entrecoupées d’images montrant des jeunes filles qui jouent au hockey.


ALESSA DALCOURT, 12e année, raconte son parcours à l’Académie de hockey.


ALESSA DALCOURT

Je viens de Hearst, Ontario,

j’ai décidé de venir à

l’Académie parce que, justement

à Hearst, on a beaucoup de monde

qui joue au hockey, mais

c’est dur de se faire voir.

Ce que je trouvais dur à Hearst,

c’est que je manquais beaucoup

d’école à cause du hockey, mais

là, vu que c’est une école de

hockey, les profs savent quand

on sort pour des games ou

des choses comme ça.

Alors, on a la chance d’intégrer

les deux et d’avoir

un juste milieu.


GUY GIROUARD, directeur de l’Académie internationale de hockey, explique ce qu’est l’Académie.


GUY GIROUARD

L’Académie,

on est une école de hockey

résidentielle, donc les

étudiants nous arrivent à la

fin août, début septembre,

et ils sont avec nous autres

jusqu’au mois de juin. Donc,

c’est un programme de

hockey de neuf mois

où les étudiants vont

aussi à l’école.


SHANNON DONNELY, entraîneuse-adjointe, explique ce que le programme à l’Académie propose aux jeunes filles.


SHANNON DONNELY

Le hockey féminin s’en vient

un peu plus gros, c’est pour

ça que les filles viennent à une

école comme l’Académie CIH,

pour vraiment se développer, se

donner une autre option pour

qu’ils soient capables de jouer

au prochain niveau. Durant la

journée, les filles ont un

entraînement hors glace,

donc ils pratiquent avec nos

entraîneurs dans le gym.

Aussi, ils ont de la glace

à chaque jour, donc une heure et

demie de glace avec l’équipe.

C’est vraiment important qu’ils

fassent bien au hockey, mais

aussi qu’ils fassent

bien à l’école.

Je suis allée jouer

universitaire aux États-Unis. La

raison pour laquelle je suis ici

aujourd’hui, c’est pour donner

l’option à mes filles d’aller

jouer universitaire. Toutes les

filles qui sont venues à

notre programme ont

été universitaires.


EDIE LEVESQUE, 12e année, parle de son avenir en tant que joueuse de hockey.


EDIE LEVESQUE

Mon rêve, ça a toujours été de

jouer pour Équipe Canada. Mais

j’avais aussi un plus gros rêve

et c’était de jouer du hockey

universitaire et poursuivre mes

études et ça va arriver

l’année prochaine.

Ma sœur et moi avons été

admises au sein de l’équipe

de Western et on va jouer et

poursuivre nos études à London.


SHANNON DONNELY

Comme c’est

là, aux États-Unis, il y

a plusieurs divisions: il y a la

division 1 et il y a division 3.

Division 1, ce sont les équipes

qui peuvent offrir de l’argent à

nos filles pour qu’elles aillent

jouer pour leur équipe. Ou tu

peux jouer au Canada. Comme

c’est là, McGill est une des

meilleures équipes au Canada.

Eux autres aussi, maintenant,

ils peuvent offrir un peu

d’argent à nos filles pour

qu’elles aillent y jouer.

Sinon, souvent les filles

arrêtent de jouer au hockey,

parce qu’il n’y a pas plusieurs

options au hockey féminin.


EVRA LEVESQUE, 12e année, parle de son avenir dans le milieu du hockey.


EVRA LEVESQUE

Je crois qu’après

l’université, le hockey pour

moi ça va être terminé,

mais je vais juste jouer encore

pour le plaisir. C’est triste,

puisque le hockey, c’est pas mal

toute ma vie en ce moment.


SANDRINE LAVICTOIRE, 9e année, livre ses impressions sur le milieu du hockey féminin.


SANDRINE LAVICTOIRE

Je trouve pas ça vraiment

juste, parce que les gars

ont l’opportunité de continuer

encore plus haut,

mais les filles,

c’est beaucoup plus limité.

Les gars ont l’opportunité de

faire juste ça, juste jouer au

hockey et faire un métier

avec le hockey, mais les femmes,

c’est plus pour le plaisir.


SHANNON DONNELY

Avec l’équipe canadienne qui a

vraiment bien fait les dernières

années, je pense que c’est

encore beaucoup plus populaire

maintenant que c’était il y

a cinq ans. Dans le futur, il va

probablement avoir une ligue

professionnelle pour les filles.

Et je pense qu’il va y avoir

plusieurs filles qui viennent

ici qui vont jouer

dans cette ligue.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par