Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Claude Bouchard, Bird Lover

Claude Bouchard is a bird lover and collector. He built a “volarium” in his Clarence Creek, Ontario backyard, where he houses 150 birds, including rare species.

Bouchard shares his passion with the public, who can schedule guided tours of his “little piece of heaven.” On display, a great number of cages and a bus, adapted to house the birds. But more than just turning his passion into work, he also tries to breed endangered species.

A Benjamin Vachet report.



Réalisateur: Benjamin Vachet
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Il s’agit d’une entrevue avec CLAUDE BOUCHARD, collectionneur d’oiseau, qui nous parle de sa passion. L’entrevue est entrecoupée d’images montrant ses nombreux oiseaux. On le voit également s’occuper de ses oiseaux.


CLAUDE BOUCHARD

J’ai commencé l’élevage des

oiseaux voilà 12 ans passés

et je suis passé le

seuil de l’écœurantite.

Je pense que je vais continuer

plusieurs années. J’aime

beaucoup... C’est très zen. Une

autre des raisons, c’est calme.

J’arrive ici et on les entend

les oiseaux comme ambiance, ici,

c’est très, très reposant.

L’endroit que j’ai construit

pour élever les oiseaux, en

fait, c’était aussi pour

partager avec les gens. Donc,

les gens sont invités à venir

visiter les oiseaux. Une

question qu’on me pose souvent,

c’est: "Mon Dieu, ça doit être

beaucoup de travail." À partir

du moment que ce sera un

travail, je vais

cesser d’élever.

C’est un plaisir, c’est jamais

coûtant de sortir, pour moi, de

venir m’occuper de mes oiseaux.

J’interagis beaucoup, ils

reconnaissent beaucoup ma

voix. Je leur parle beaucoup.


CLAUDE BOUCHARD

(S’adressant à ses oiseaux)

Salut, les filles. Allez!


CLAUDE BOUCHARD entre dans un autobus, où se trouvent plusieurs dizaines de cages.


CLAUDE BOUCHARD

On reconnaît ici que c’est

un ancien autobus scolaire. Ça a

été le début de toute l’aventure

du Volarium, ça s’est passé ici.

C’est plutôt la dernière étape

des bébés avant qu’ils ne

deviennent adultes.

Il y en a qu’on va laisser en

liberté, mais il y a justement

le silver Sebright, ici, c’est

un oiseau qui est très rare,

très dispendieux, un de mes

oiseaux les plus dispendieux,

lui on le laisse confiné. On

veut le garder, on veut des

reproductions, parce qu’à

l’encan, ces prix-là vont monter

jusqu’à, je sais pas, 40, 50,

60 $ pour l’oiseau, ce qui

est très bon pour une poulette.

Quand on commence un projet

comme ceci, on n’est même pas en

mesure d’évaluer l’ampleur que

ça peut prendre, parce qu’on

ne s’y connaît pas. Donc j’ai

commencé effectivement par

quelques poulettes, selon la

volonté de ma fille Geneviève.

Mais, j’étais déjà allé visiter

un éleveur de faisans et j’avais

été fasciné par la couleur

de ces oiseaux-là.

Bien sûr, les premiers oiseaux

qu’on a, dans le faisan, c’est

ceux auxquels on s’attache le

plus. Ça fait 12 ans, bien sûr,

la première paire de faisans,

les dorés jaunes. J’ai perdu le

mâle l’année passée, mais j’ai

pu retrouver, à une personne à

qui j’avais vendu des bébés, une

descendance de mon premier

couple de dorés, les faisans

dorés jaunes, que

j’ai ici avec moi.

Comme toute bonne chose, il faut

savoir se contrôler, mais

présentement je suis à environ

150 oiseaux. Et c’est une belle

vitesse de croisière pour

moi.


CLAUDE BOUCHARD

(Entrant dans la cage pour nourrir ses oiseaux)

Allez! Allez! Allez!


CLAUDE BOUCHARD

Et l’objectif aussi d’élever des

oiseaux, c’est bien sûr pour la

reproduction. Pour certaines

espèces, il s’agit même de

survie de l’espèce, puisqu’en

liberté, ces oiseaux-là, il

y en a pratiquement plus.

J’ai ici une paire d’oiseaux

dont on dit qu’il y en a moins

de 500 qui restent sur la

planète. Donc, on a vraiment un

mandat de procéder

à la survie de l’espèce.


CLAUDE BOUCHARD entre dans une pièce qu’il a aménagée pour les naissances des oiseaux.


CLAUDE BOUCHARD

Alors voilà, on se retrouve

ici dans la pouponnière. J’ai

fabriqué cet endroit-là avec

toutes des cages indépendantes

où les espèces d’oiseaux ne

pourront pas s’entrecroiser. Et

c’est ici qu’on fait l’élevage.

Il y a à peu près 300 à 350

poussins qui viennent au

monde ici par année.

(Prenant un œuf dans une des cages)

Écoute, on va voir qu'est-ce

qu'il te reste comme temps,

fille, hein? On va voir.

(Observant l’œuf à la lumière en le faisant pivoter)

Voilà.

Quand on peut voir la bulle

d’air comme ça, ici, avec une

ligne qui est très découpée, eh

bien effectivement on peut voir

que demain on va voir la tête du

poussin qui va passer dans la

bulle ici et on va pouvoir voir

la coquille qui va

commencer à éclater.

Vous savez, des fois on se donne

comme objectif d’aller voyager

outre-mer et d’aller faire des

croisières pour essayer de

trouver l’endroit où on est

bien. Premièrement, il faut être

bien dans soi-même, découvrir

quels sont nos dadas, et

deuxièmement le construire ce

petit monde-là. Et c’est ce que

j’ai fait. J’ai construit

mon petit paradis.


CLAUDE BOUCHARD

(S’adressant à un oiseau posé sur sa main)

Hein? Qu’est-ce que tu fais,

Maude? Hein? Bien oui...



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par