Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Diefenbunker, Cold War Bunker

Diefenbunker was a bunker and military base in Carp, just to the west of Ottawa, for 27 years. It was converted into a museum in 1998. It was built in 1961, during the Cold War.



Réalisateur: Benjamin Vachet
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Le reportage suit STEPHANIE MILES dans une visite du Diefenbunker, à l'ouest d'Ottawa. Nous la suivrons durant toute la vidéo dans diverses pièces du bunker. Le reportage commence par une recréation de vidéo des années 60 en noir et blanc avec l'image d'une sirène diffusant une alarme. L'image d'un champignon atomique suit, puis la vidéo repasse en couleurs et nous arrivons dans le bunker.

[Début information à l'écran]

STEPHANIE MILES, Assistante aux installations, Musée Diefenbunker

[Fin information à l'écran]


STEPHANIE MILES

Le Diefenbunker, c'est un

bunker de l'époque de la guerre

froide. Ça a été

construit en 1959.

Ça a opéré pendant 32 ans comme

base militaire pour

l'Armée canadienne.

Surtout pour les communications,

mais c'était aussi l'abri

nucléaire où le gouvernement

fédéral aurait dû prendre abri

pour une durée de

jusqu'à 30 jours.

Le village de Carp a été choisi.

C'est un endroit rural à l'ouest

d'Ottawa, qui aurait quand

même été assez proche pour une

évacuation du

gouvernement fédéral.

(Des photographies d'archives présentent le bunker inachevé en construction.)

[Début information à l'écran]

Images: Diefenbunker. Musée canadien de la Guerre froide

[Fin information à l'écran]


STEPHANIE MILES

Ils ont construit et enterré

en montant vers le niveau

le moins creux.

Alors, dans cette photo, on voit

les deux niveaux supérieurs du

bunker. La construction serait

complète, le bunker en entier

aurait été enterré, alors

ça, c'est comme à mi-chemin.

(Retour à l'entrevue. Nous sommes dans une salle remplie de bureaux équipés de téléphones.)


STEPHANIE MILES

Alors, ici, c'est le centre

fédéral des alertes. On aurait

surtout fait des communications

avec nos alliés à l'extérieur

du bunker. C'est assez unique

à voir parce que c'est juste

des téléphones ici. Il n'y a pas

de laptops. Il n'y a pas

de smartphones. C'est rien.

On aurait juste utilisé

la technologie de l'époque.

Ils avaient engagé des

psychologues pour choisir les

couleurs sur les murs. Les

espaces, les meubles, c'était

tout fait exprès pour assurer

que les gens ici, c'était

pas trop pénible pour eux

de travailler ici pendant

30 jours sans sortir.

L'ambiance de la pièce, ici, est

faite complètement par exprès.

C'est l'espace le plus grand.

Les plafonds sont créés assez

haut. Ils ont installé une

fenêtre en papier peint pour

essayer de monter l'esprit.

Il faut toujours penser que

les 535 personnes à venir ici en

temps de crise, ils seraient

pas juste responsables pour

eux-mêmes ou leurs familles, ils

seraient responsables pour tous

les Canadiens déplacés au pays.

(Nous arrivons maintenant dans un bureau plus large que les précédents.)


STEPHANIE MILES

Alors, ici, c'est le bureau

du Premier ministre,

juste à côté de sa chambre

privée. Le Premier ministre,

même dans son rôle le plus

important au pays, n'aurait pas

eu la permission d'apporter

sa famille avec lui.

C'est une suite de quatre salles

qui inclut aussi le bureau pour

ses députés, ainsi qu'une

salle de bain privée. Il y avait

seulement deux personnes dans le

bunker qui aurait eu le luxe

d'une suite comme celle-ci:

le Premier ministre

et le gouverneur général.

Afin d’accommoder les 535

personnes qui seraient ici pour

une période de confinement de

30 jours, il y avait plusieurs

salles. Des dortoirs, des

bureaux, un dentiste, un centre

médical: on retrouve à peu

près 300 pièces au total

à l'intérieur du bunker avec

des fonctions différentes.

La cuisine, ici, en passant,

avait la réputation de servir de

la nourriture exceptionnelle de

toutes les bases

militaires au pays.

Ils se faisaient livrer de

la nourriture fraîche assez

fréquemment qu'il fallait

toujours préparer la nourriture

avant qu'elle pourrisse.

La plupart des salles que

les visiteurs peuvent aller voir

durant une visite, c'est

reproduit pour être comme les

salles étaient réellement quand

le bunker était opérationnel.

Alors, la plupart de ce qu'on

voit ici au bunker, c'est

pas original au bunker lui-même,

mais ça vient de l'époque.

(Nous sommes dans une grande salle équipée d'outils informatiques désuets.)


STEPHANIE MILES

Alors, ici, c'est

une salle d'informatique.

C'est actuellement la salle la

plus top secrète au bunker. Les

employés qui sont encore vivants

aujourd'hui, même aujourd'hui,

ils n'ont pas le droit de parler

du travail qu'ils faisaient ici.

(Nous sommes désormais devant une immense porte blindée.)


STEPHANIE MILES

Alors, on est juste à

l'extérieur de la voûte de la

Banque du Canada. Ça aurait

été utilisé pour entreposer la

réserve d'or du pays en cas

d'attaque nucléaire. La porte

pèse dix tonnes en passant,

alors ça serait très pesant à

bouger. En plus de ça, il y

avait quatre combinaisons

secrètes, alors ça aurait pris

au moins quatre personnes

juste pour ouvrir la porte.

Plusieurs personnes posent la

question: "Est-ce que la réserve

d'or a déjà été amenée

ici?" Non, c'est pas vrai.

On entend des rumeurs une fois

de temps en temps que les gens

connaissent du bunker, mais

qui ne sont pas vraies,

comme il y a un tunnel secret du

Parlement qui vient jusqu'ici.

C'est à 40 kilomètres

du centre-ville.

Ça, c'est pas faisable.

Je pense que les visiteurs

aiment venir au bunker

parce que c'est une expérience

complètement unique. C'est le

seul bunker qu'ils peuvent

visiter. Heureusement, le bunker

n'a jamais été utilisé

pour un abri nucléaire.

Avec une menace nucléaire

aujourd'hui, le bunker, ici,

serait pas utilisé. C'est

trop vieux. Ils ont peut-être

un autre bunker secret.

On ne sait pas.

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par