Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5: Writing Children`s Books

Mireille Messier offers five writing tips for a good children`s book.

Mireille Messier has been writing books, articles and scripts for both kids and adults since 1995. The Ottawa native took her first writing steps in children`s literature.



Réalisateur: Raphaëlle Mercier
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Dans le studio Top 5 de 24.7, l'auteure jeunesse MIREILLE MESSIER accorde une entrevue sur le livre jeunesse.

[Début information à l'écran]

5 clés d'un bon livre jeunesse

[Fin information à l'écran]

[Début information à l'écran]

5 Simple et original

[Fin information à l'écran]


[MIREILLE MESSIER:] Ce qui est

très important pour

un livre jeunesse, pour qu'il

soit un bon livre jeunesse,

c'est un peu comme pour un bon

livre grand public: il nous faut

un concept qui soit simple et

original. Donc qui se démarque

dans son originalité,

mais qui est facilement compris.

[Début information à l'écran]

4 Des personnages attachants

[Fin information à l'écran]


[MIREILLE MESSIER:] Évidemment,

une des autres

choses qui est bien importante

pour un livre jeunesse, c'est

qu'on ait des personnages qui

sont attachants. Des personnages

qui sont forts, mais des

personnages qui sont aussi

vulnérables, des personnages

qui sont aussi un peu tannants,

parce qu'il n'y a rien de plus

plaisant que de voir quelqu'un

qui ne fait pas nécessairement

ce qu'on attend à ce qu'il

fasse. Je pense que c'est

important d'avoir passé bien du

temps en tant qu'auteur à penser

à son personnage et à créer

quelque chose qui est plus

que juste un stéréotype.

[Début information à l'écran]

3 Un brin d'humour

[Fin information à l'écran]


[MIREILLE MESSIER:] En utilisant

de l'humour,

on peut se permettre de parler

de bien des choses, des sujets

qui sont beaucoup plus lourds

parfois, des sujets qu'on

dirait: "Oh, ça, c'est pas

un sujet jeunesse." Avec de

l'humour, quand on peut

prendre un petit peu de recul,

d'autodérision de la part des

personnages, je pense qu'on peut

toucher un peu à tout. Donc je

pense qu'en tant qu'auteur, on

se doit de voir est-ce qu'il y a

moyen d'utiliser l'humour,

pas à outrance nécessairement,

mais dans certains moments clés,

de dire: "Ah, si on faisait

telle chose, s'il réagissait

de telle façon, là, ça pourrait

fonctionner." Autrement, on

s'autocensure et il y a plein de

choses qu'on n'oserait peut-être

pas aborder comme sujet.

[Début information à l'écran]

2 Un thème universel

[Fin information à l'écran]


[MIREILLE MESSIER:] On veut

écrire des livres qui

plaisent à prime abord aux

jeunes, mais on veut aussi que

les parents embarquent, que les

parents disent: "Oui, oui, oui,

ça c'est quelque chose qui

m'intéresse." Il faut que le

parent l'aime, ce livre-là, pour

dire... Quand c'est la dixième

fois que ton fils, que ta fille

t'amène le livre: "Maman,

lis-moi celui-là." "Oh non, pas

encore celui-là." Il faut aussi

créer des histoires que les

parents vont aimer, qu'ils vont

aimer revisiter et avec laquelle

ils vont être confortables,

qui vont être plaisantes

à lire à voix haute.

[Début information à l'écran]

1 Un rayon d'espoir

[Fin information à l'écran]


[MIREILLE MESSIER:] Moi, je

trouve qu'il est

important dans un livre jeunesse

que la fin ait toujours un rayon

d'espoir. Un adulte, quand il

lit un roman, si ça finit mal,

il va dire: "Oh, ça finit mal."

Et là, c'est fini. Tandis qu'un

jeune, si c'est une fin qui est

lourde, une fin qui n'a pas

d'espoir, même s'il y a juste un

petit rayon d'espoir, ça a pas

besoin d'être "Et ils vécurent

heureux et eurent beaucoup

d'enfants". Mais le rayon

d'espoir, il est important

dans la lecture jeunesse,

parce que je trouve que c'est

la responsabilité des auteurs

jeunesse d'ouvrir cette

porte-là, de pas laisser le

lecteur dans le noir, seul, en

péril si tu veux. Donc je pense

que c'est là où la littérature

jeunesse se démarque. Et c'est

peut-être la seule chose

vraiment où elle se démarque

de la littérature grand public:

c'est ce rayon d'espoir-là, à la

fin, qu'on se doit d'inclure

dans les histoires.

[Début information à l'écran]

MIREILLE.CA

[Fin information à l'écran]

Fin émission

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par