Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5: "La Guerre des tuques" - Memories of Filming

Cédric Jourde, known as Luc Chicoine in the movie “La Guerre des tuques” is now a professor at the Social Sciences Faculty at the University of Ottawa in political studies. He tells five of his best memories of filming the famous movie.
Released in theatres in 1984, the Quebecois feature film “La Guerre des tuques” became a cult movie for a whole generation. It was also one of the greatest successes of Quebecois cinema during the 80s.
Produced by André Mélançon, the movie tells the story of a war between two clans of children during the winter holiday break. One of the groups is led by Cédric Jourde.
The movie was distributed in some 125 countries and won two Genie awards in 1985. “La Guerre des tuques” also won the Festival Grand Prize at the 3rd Cinéma Jeune Public de Laon festival, the Palme d’Or at the 15th International Festival in Moscow and the Public`s Grand Prize of Chicago`s 2nd International Festival of Children`s Films.



Réalisateur: Raphaëlle Mercier
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

CÉDRIC JOURDE, personnage de Luc Chicoine dans «La Guerre des Tuques», présente ses cinq souvenirs du tournage.


Intertitre :
5. Le bec


CÉDRIC JOURDE

Les personnages de Luc et

Sophie sont connus pour cet

amour secret. Parce que c'était

deux chefs de bande. Et il y a

la fameuse scène du bec, mais ce

qu'on ne sait pas, généralement,

c'est que le bec était pas prévu

au scénario. Et quand on a

tourné la scène, on a eu une

scène de nuit, une scène de

soir, c'est André Mélançon qui,

juste avant de tourner la scène,

a dit: "Bien, finalement, on va

conclure votre dialogue avec un

bec." Donc, on était extrêmement

gênés, mais on l'a fait. Et

après avoir tourné, personne

était au courant, aucun des

autres comédiens n'était au

courant de cette scène-là. Et ce

n'est que le jour de la première

qu'a été dévoilé le grand

moment ultime lors de la

rencontre de Sophie

et Luc, et que tout le monde

a su qu'il y avait un bec qui

s'était donné à la conclusion

de cette scène-là.


Intertitre :
4. La motoneige


CÉDRIC JOURDE

Une scène de nuit, encore une

fois, une scène de nuit, où

Maranda, celui qui est le

propriétaire, le conducteur de

la motoneige, m'embarque sur sa

motoneige pour aller espionner

Sophie qui fait du ski de fond

dans la forêt. On a refait la

scène environ 15 à 20 fois,

parce que systématiquement, on

se faisait renverser par la

motoneige à cause de l'angle

de la montée. C'est sûr que dans

les conditions actuelles, sans

casque et renversés par une

motoneige une quinzaine de fois,

c'est des conditions qui

ne seraient pas acceptées

aujourd'hui, mais qui

font partie du moment

cascade du tournage de

La Guerre des tuques.


Intertitre :
3. Terrebonne


CÉDRIC JOURDE

Ceux qui ont vu le film se

remémorent la beauté des

paysages. Ça se passe

à Charlevoix, il y a des

magnifiques forêts enneigées,

des collines. Mais au départ, on

devait pas tourner à Charlevoix.

En fait, ça a commencé, le

tournage, à Terrebonne. Donc, en

banlieue de Montréal. Mais il

s'est trouvé qu'à l'hiver 1984,

il y avait pas de neige, il y

avait juste de la boue. Et après

trois, quatre jours de tournage,

notamment les scènes intérieures

de la grange, il a fallu

qu'on trouve de la neige. Et

heureusement, à Charlevoix, il

avait neigé, et on a déménagé

un mois et demi toute

la production, les

comédiens, à Charlevoix.


Intertitre :
2. Les factions


CÉDRIC JOURDE

En addition aux deux gangs

du film, on a eu deux à

trois, voire quatre luttes

"factionnelles" qui étaient

assez violentes. Heureusement,

tout finit bien à la fin. Mais

c'est pas les mêmes équipes,

d'ailleurs, c'est pas les mêmes

gangs que celles qu'on voit dans

le film. Donc, le jeu d'alliance

a beaucoup changé entre le film

et ce qui se passait après

le film, en dehors des

heures de tournage.


Intertitre :
1. La scène finale


CÉDRIC JOURDE

Faut comprendre qu'on

était des enfants,

et non pas des vrais comédiens.

Et on a tous, en tout cas, je

vais parler pour moi, j'ai pris

très à coeur cette histoire. Et

donc, quand il fallait parfois

faire des trucages ou changer

les... enfin, faire semblant que

certaines choses se déroulaient,

moi, ça me fâchait. Et à la fin,

il y a la fameuse scène de

l'attaque finale où les petits

enfants se précipitent vers le

château, et sont incapables de

passer par-dessus un muret.

Faut donc que Luc et sa gang les

aident à passer par-dessus le

muret pour enfin attaquer le

château. J'ai chialé à André

Mélançon en disant que c'était

absolument pas crédible, que les

petits culs étaient tout à fait

capables de passer par-dessus,

et que donc, on aurait dû

attaquer beaucoup plus

rapidement le château. Et André,

pour une des rares fois, a un

peu perdu son sang-froid. Il m'a

regardé droit dans les yeux du

haut de son 6 pi 5 po, ou je

sais pas, en me disant: "Cédric,

c'est un film. C'est pas

la réalité. Les spectateurs vont

pas savoir que les petits culs

pourraient passer par-dessus.

Arrête de critiquer, et fais

juste qu'est-ce qu'on te dit

de faire dans le scénario."


Texte informatif :
laguerredestuques3d.com


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par