Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5: What I Learned When I Traveled for Humanitarian Aid

Ottawa’s Children`s Hospital of Eastern Ontario (CHEO) ER doctor Melissa Langevin visited Sierra Leone to fight Ebola.

The Ebola virus started in Guinea, then ended up in many countries of Western Africa, killing 8,600 people out of over 22,000 infected.

Sent to Sierra Leone, in the region of Kono, for the Red Cross, Melissa Langevin has completed several humanitarian trips throughout her career. She speaks on her latest experience that lasted four weeks.



Réalisateur: Carine Ouellet
Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

MÉLISSA LANGEVIN, urgentologue pour la Croix-Rouge nous raconte en cinq points ce qu'elle a appris lors de son dernier voyage pour raisons humanitaires. Son propos est illustré par des photos de son séjour au Sierra Léone.

[Début information à l'écran]

5 choses que j'ai apprises sur l'ebola en Sierra Léone

[Fin information à l'écran]


MÉLISSA LANGEVIN

Je suis allée en Sierra Leone

en février 2015, en tant

qu'urgentologue avec la

Croix-Rouge, la Fédération de

la Croix-Rouge internationale,

où j'ai travaillé dans un centre

de traitement de l'ebola en

Sierra Leone. Et une des choses

les plus importantes en tant que

clinicienne que j'ai apprises

de ce voyage-là, de cette

expérience-là, c'est évidemment

l'aspect clinique. C'est la

partie de comment on traite

les patients. On apprend les

choses à l'école, dans les

livres... Ça nous donne une

petite vision sur l'aspect,

sur la complexité des maladies

hémorragiques. Mais quand on

arrive sur le terrain, c'est un

autre monde. Il y a le monde de

comment identifier les patients

qui sont malades. Il y a le

monde de comment les traiter

avec respect, compte tenu

des contraintes du suit

d'astronaute, en fait, qu'on

doit porter pour rester en

sécurité. Puis ensuite, l'aspect

transmission: comment prévenir

une transmission qui se

perpétue. Comment protéger

les proches des gens qui sont

malades, et puis tout le restant

de la communauté

qui découle de ça.

[Début information à l'écran]

4 Le monde est un village

[Fin information à l'écran]


MÉLISSA LANGEVIN

Quand on va à l'étranger, quand

on répond à des désastres

humanitaires de ce genre-là,

c'est là qu'on réalise à quel

point on est interconnecté

dans le monde, puis le monde est

réellement un village. C'est là

qu'on réalise à quel point

on a une responsabilité de

s'entraider, puis on a une

responsabilité de faire partager

une expertise qui est à la fois

locale et qui est aussi

très internationale.

Puis ça va dans les deux sens.

Il y a tellement de fois quand

j'étais en Sierra Leone que

je me suis dit: Si nous on avait

une épidémie d'ebola à Ottawa,

je sais exactement laquelle des

infirmières, quelle partie de

l'équipe que je voudrais ramener

avec moi et je voudrais avoir

à mes côtés si on avait à avoir

une réponse aussi chez nous.

Quand on a travaillé sur le

terrain, on réalise à quel point

notre rôle, notre expertise doit

être partagée. Parce que

réellement, ce qui arrive à

l'extérieur implique tout le

monde à l'échelle de la planète.

[Début information à l'écran]

L'importance d'un effort organisé

[Fin information à l'écran]


MÉLISSA LANGEVIN

J'ai différentes formations

qui faisaient en sorte que

je voulais contribuer, que je me

disais: Si les gens qui sont

formés le font pas, c'est qui

qui va répondre? Et puis, quand

je suis arrivée sur le terrain,

c'est là que j'ai réalisé à quel

point c'est pas assez de vouloir

faire une différence, c'est

pas assez de vouloir partager

l'expertise qu'on a.

Et puis, j'ai réalisé à quel

point il y a des aspects qui

rentrent dans la planification

d'un déploiement comme ça,

puis que c'est pas assez d'avoir

juste une passion, qu'il faut le

faire d'une façon intelligente

et d'une façon respectueuse

du savoir qui a été accumulé

jusqu'à maintenant sur ce genre

d'intervention-là, mais aussi

des gens chez qui on débarque.

[Début information à l'écran]

2 Le rôle du jeu

[Fin information à l'écran]


MÉLISSA LANGEVIN

Ici, quand on a un enfant qui

est en détresse, on peut le

prendre sur nos genoux, on peut

parler, il voit notre réponse,

il voit comment on réagit. On

a pas de stress de le tenir dans

nos bras, parce que dans le fond

on s'inquiète pas de ça, on fait

ce qui est de plus naturel.

De l'autre côté, avec les

enfants, en Sierra Leone,

on était habillés en astronaute.

Ils arrivent pas à nous voir,

ils arrivent pas à nous voir

sourire. Puis le toucher est

limité à cause du risque de

transmission. Donc, le jeu

devient d'autant plus important.

Parce qu'à travers des moments

comme j'ai eus avec certains

enfants, donc de lire des

livres, de faire des jeux

avec de la plasticine,

avec ces moments-là vraiment

précieux, ça nous permet

d'essayer de transmettre d'une

façon beaucoup plus tangible le

côté humain des soins qu'on

donne, que habituellement, ça

paraît dans le visage, ça paraît

dans nos gestes. Que là, il faut

prendre le temps de le faire de

façon encore plus dédiée, parce

que sinon, c'est complètement...

On le voit pas. On le voit pas

à travers juste un trou où

est-ce qu'on voit les yeux.

[Début information à l'écran]

La résilience d'un peuple 1

[Fin information à l'écran]


MÉLISSA LANGEVIN

Le peuple sierraléonais a passé

à travers une guerre civile

qui est terminée en 2002.

C'est un peuple qui venait juste

de se sortir de tout ça, puis

là, tout d'un coup, on a

l'ebola. Puis pourtant, cette

population-là, 12 ans plus tard,

se retrouve face à un désastre

qui est encore plus grand, qui

affecte les communautés d'une

façon complètement inhumaine.

Puis pourtant, ils arrivent à se

rallier, à venir ensemble en

tant que communauté pour

combattre une des maladies

les plus dangereuses qu'on

connaisse. Puis la force de

cette population-là, la force

de continuer à travers une

adversité qui... qui est

surhumaine en fait. Et puis, de

passer au travers, puis de voir

les beaux moments à tous les

jours, dans son rire, c'est

incroyable. Je pense que

la résilience du peuple

sierraléonais, ça va rester avec

moi pour... pour toujours.

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par