Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Hold Onto Your "Broues"!

Launching a microbrewery: is it hard? Ask Nicolas Malboeuf, owner of the Tuque de Broue brewery. As he sets up his brand new microbrewery, Nicolas let us visit the building currently hosting a printing press. You’ll get your first taste of the place. Discover the challenges Nicolas Malboeuf faced and how he thinks it will go from here. Make a note of January 2016, when we return for the follow-up to this story. We will then meet again with Nicolas, who will have received some of the essentials to craft beer on location.
A Chantal Villemaire production



Réalisateur: Chantal Villemaire
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

NICOLAS MALBOEUF, propriétaire de Tuque de broue, parle de son expérience dans le démarrage de son entreprise.


NICOLAS MALBOEUF

Il y a beaucoup de gens

qui m'approchent et qui disent:

"Ah, c'est le fun, une autre

microbrasserie", avec un ton

un petit peu "il y en a en masse

déjà". Les gens qui me disent

"il y en a assez", "c'est

saturé", bien c'est la même

chose, je pense avec les

restaurants, avec les centres

d'achat, les centres de

grocerypour la nourriture.

Tant qu'il y a une variété

d'un produit à l'autre, je pense

qu'il va y avoir une demande.

On est loin d'être saturés.

Je pense qu'on pourrait

doubler, tripler, en frais

de microbrasseries avant

qu'on soit même proches

du niveau de saturation.

La bière, c'est le fun, c'est la

joie de vivre. Faut revenir à

ça, faut revenir aux sources de

l'euphorie, le plaisir de boire

une bière avec des chums, la

famille. Donc Tuque de Broue,

il y a vraiment pas

plus léger que ça.

J'ai eu l'idée d'ouvrir la

microbrasserie après sept ans

que j'étais représentant de vin.

À travers les dernières et

quelques années, j'ai remarqué

que l'intérêt des clients

et des restaurateurs,

c'était vraiment sur la bière

locale. Fait que je me suis dit:

Comment je peux m'impliquer?

Comment je peux activer un

projet, un produit? Tout le

projet a commencé avec une

discussion avec quelques

investisseurs. "Nicolas, on

aimerait faire tel projet à

Embrun." Moi, j'ai donné mes

opinions, et je pensais qu'à

Embrun, ça avait besoin d'une

brasserie. J'ai réussi à leur

présenter un plan d'affaires et

en même temps, je l'ai présenté

à la banque à la Caisse pop.

J'ai été capable d'avoir du

financement. On parle d'un

demi-million de dollars pour

le lancement de la compagnie.

Les investisseurs, finalement,

j'en ai pas. C'est moi

et la Caisse pop.

Et je suis bien content.

Aujourd'hui, ma bière est

brassée à Big Rig, à Kanata.

Mon modèle d'affaires, c'était

vraiment de commencer avec

du contract brewing, qu'on

appelle, brassage sous contrat,

de faire ma bière chez quelqu'un

d'autre. Comme ça, je minimise

le risque de l'achat

d'équipement et ça me permet de

créer un brand. Ça me permet

d'avoir mes 40 et quelques

clients, de créer un genre

de réseau social, créer une

énergie, un engouement sur

la bière, sur ma compagnie avant

même d'avoir investi pour le

building pour les équipements.

Il y a plusieurs défis.

Peut-être qu'il y a des gens qui

pensent que c'est plutôt facile,

mais juste au niveau des permis,

le premier permis m'a pris

quatre mois à l'avoir. Il a

fallu avoir des plans d'affaires

extraordinaires, des révisions

intéressantes. Il y a tellement

d'éléments qui sont pas

présentés dans la brochure de

Comment ouvrir sa brasserie?

Les choses sont de plus en plus

concrètes, surtout avec la

bâtisse que j'ai trouvée à Embrun.

Ça s'appelle Impressions

maintenant. Ça va être pas mal

différent dans ce coin-ci. On va

mettre nos deux gros éléments:

la bouilloire, où on fait

bouillir le grain, on rajoute le

houblon. C'est ici que ça va se

passer. C'est la maison mère

qui va être installée. C'est

dur à voir aujourd'hui.

C'est cool. Fait qu'ici,

bien, en ce moment, ça, c'est la

grosse impression. Moi, je vais

avoir... On va mettre le CO2

dans une grosse tank ici, qui

s'appelle un bright tank.

C'est ici que la bière va passer

24 heures ici pour avoir les

petites bubulles. De là, j'ai le

keg washer, pour nettoyer les

kegs. Et on va avoir notre

machine pour encanner, notre

canning line. Alors, après

le cannage et les kegs, on va

apporter la bière ici dans

le frigidaire. Le frigidaire,

il va être vraiment la moitié

de l'espace ici. De l'autre côté

du frigidaire, c'est là que les

clients ont accès. Il y a quatre

portes, tu peux choisir

ta bière toi-même.

En janvier, on va s'établir

dans la bâtisse. En février,

les équipements vont arriver de

Charlottetown et on va installer

la brasserie. Mars, on commence

à faire la bière,

on a tous nos permis.

Et on va ouvrir les portes

de la brasserie avril, mai.

La prochaine fois qu'on va se

voir, il devrait y avoir deux,

trois gros camions avec huit

grosses tanks, et on va les

débarquer du camion et les

rentrer dans le

beer bin à Embrun.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par