Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Lumberjacking Competition

Have you ever heard of logger sports? In these competitions, athletes don´t duke it out on the soccer field or skating rink. Instead, they challenge each other in events such as the axe throw, pole climb, log chop, and several types of saw trials. Pembroke has a seven-athlete team representing the school at logger sports competitions. Tag along with us as we attend a tournament on McGill University´s campus to find out all about the sport.

A Chantal Villemaire production.

Réalisateur: Chantal Villemaire
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Il s’agit d’un reportage sur les compétitions de bûcherons. Des entrevues sont réalisées avec plusieurs intervenants et les entrevues sont entrecoupées d’images de compétitions de bûcherons et de la présentation des différentes épreuves qui ont cours, en plus d’images de jeunes garçons et de jeunes filles à l’entraînement.


SPECTATEUR

Je trouve ça

complètement malade.


SPECTATRICE1

Je suis épatée.


SPECTATRICE2

C’est quand même stressant.

On les voit travailler fort,

puis on est là qu’on

travaille avec eux.


SPECTATEUR

Je trouve ça drôle de voir

les compétiteurs. C’est pas

basketball, cheerleading,

c’est woodsmen.


WILLIAM LANCE, assistant-entraîneur Loggersports de Pembroke, accorde une entrevue.


WILLIAM LANCE

Nous, c’est loggersports. Ici,

à McGill, ils les appellent les

woodsmen. Chaque équipe a leur

petit nom en particulier.

C’est reconnu comme ça. Parce

que c’est quand même des...

"logger", c’est "bûcheron". Puis

c’est des sports, des activités

qu’ils faisaient dans

le temps qu’ils faisaient

la drave et tout ça.


ALEX ÉMOND, membre Loggersports de Pembroke, accorde une entrevue.


ALEX ÉMOND

Le loggersports, c’est une

équipe d’étudiants du Collège

algonquin. On fait des

compétitions de différentes

activités de bûcherons.


CHRIS RYAN, entraîneur Loggersports de Pembroke, accorde une entrevue.


CHRIS RYAN

(Propos traduits de l’anglais)

Il y a le lancer de la hache,

et la montée du poteau,

la tronçonneuse, le bouillage d’eau,

la coupe à la hache verticale

et horizontale, la coupe transversale,

la sciotte et la fente de bois en quatre.


ALEX ÉMOND

La plus difficile?

Il faudrait que je dise le log

decking, parce qu’on se fie

à toute l’équipe, mais si on a

certains membres de l’équipe qui

étaient pas assez bons ou qui

étaient pas assez solides,

il fallait compenser.


WILLIAM LANCE

C’est un sport sérieux.

On entraîne ici deux, trois fois

par semaine et ces fins de

semaine. Et on va à deux

compétitions durant l’année.


MAUDE DURAND, membre Woodsmen de l’Université McGill, accorde une entrevue.


MAUDE DURAND

Pour McGill, c’est un sport

varsity, donc c’est quand même

compétitif. On s’entraîne tous

les matins à 6 h, quatre

ou cinq fois par semaine.

Il vaut vraiment pratiquer tous

les événements, parce qu’on en a

six chacun. C’est quand même

beaucoup d’entraînement

individuel.


WILLIAM LANCE

L’équipe qui a le meilleur

temps dans une épreuve, c’est

celle qui est la première.

Puis, à la fin, il y a une

affaire pour les points,

en tout. Ce qui met

scientifiquement les temps.

Les accidents sont assez rares,

parce qu’on a tous du linge

plus sécuritaire qu’ils

avaient dans le temps.

Quand on fait les pratiques avec

les haches, puis tout ça, on

porte des bottes ou du chainmail

pour protéger, si la hache

atteint une déflexion, puis

qu’elle frappe la jambe. Tu

sais, il y a toujours un élément

de danger. C’est ce qu’il fait

plus ou moins intéressant.


CHRIS RYAN

(Propos traduits de l’anglais)

Le Collège Algonquin a une

équipe de sports de bûcherons

depuis la fin des années 1960.

N’importe qui peut se joindre à

l’équipe. Parfois, les gens s’inscrivent

et quand ils voient tout ce que ça

implique, ils décident plutôt d’aller

au gymnase.


Un bûcheron monte dans un poteau et, rendu au sommet, il fait tinter une cloche.


WILLIAM LANCE

Moi, c’est parce que j’aime être

dans le bois, j’aime avoir

la paix. C’est pour ça que je me

suis embarqué là-dedans. Puis je

voulais avoir une activité à

faire, puis c’est un des plus

gros attraits du collège.

Ça nous garde terre à terre

avec nos racines. Comme nous,

à Pembroke, ça a toujours été

un milieu qui a été basé sur

l’industrie forestière.

C’est qu’on est toujours

"immersé" dans ça. Nos

parents, nos grands-parents,

nos arrière-grands-parents,

ils ont tous fait ça.


ALEX ÉMOND

On apprend comment nos

grands-pères faisaient dans

les temps passés. C’est juste un

nouveau respect des bûcherons.


CHRIS RYAN

(Propos traduits de l’anglais)

C’est vraiment très difficile de

recruter des filles. On a besoin

de sept filles pour bâtir une équipe,

et souvent on n’en a que trois ou

quatre. Dans ce cas je leur dis que

si on ne trouve pas d’autres filles,

on ne peut pas monter une équipe.

Et c’est vraiment malheureux parce

qu’elles sont réellement motivées.


MAUDE DURAND

Je cherchais une activité

intéressante à faire. La

première fois que j’ai vu

que McGill avait une équipe de

woodsmen, j’ai ri un peu quand

même. Parce que c’est pas

quelque chose à laquelle

on s’attend vraiment. Puis, j’ai

une amie que j’ai rencontrée qui

avait fait les essais. Puis elle

m’a dit: "Ah, viens, ça va

être le fun, tu vas voir,

juste venir faire les essais."

Puis, finalement, je suis restée

prise. Ça fait que je fais

partie de l’équipe maintenant

et j’aime vraiment ça. C’est que

c’est différent, puis j’avais

envie d’essayer quelque

chose de différent.


SPECTATRICE1

J’ai été étonnée de voir

qu’il y a une place où c’est

autant d’équipes féminines

que d’équipes masculines.


SPECTATEUR

Mais pourquoi pas? La preuve,

c’est qu’il y a une compétition,

il y a des compétiteurs.

Pourquoi pas? Soyons fous.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par