Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

When Sand Becomes Sculpture

Every summer for the past 15 years, during the Wonders of Sand festival, sand sculptures take over Lake Beauchamp park in Gatineau. There`s an opportunity for sculptors to create something unique according to a suggested theme and for families to enjoy watching temporary works of art.

Michel Lepire has been a part of Wonders of Sand from the very beginning. The ice, sand, snow and even fruits and vegetables sculptor enjoys counseling families during the amateur round. With a knowing smile, he shares the secrets of a successful sculpture.

Snow, ice and sand sculptor Martin Ernst also loves detailed work. In his opinion, that is exactly what draws the eye of children and families.

A Raphaëlle Mercier production.



Réalisateur: Raphaëlle Mercier
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

MARTIN ERNST et MICHEL LERIRE, sculpteurs, parlent de la sculpture de sable. Pendant qu'ils parlent de cette discipline artistique, on présente les images d'un événement où plusieurs personnes font des sculptures de sable.


MARTIN ERNST

Si je suis trop vieux pour

jouer dans le sable? Je ne

croirais pas. Il y a pas d'âge

maximal, mais c'est sûr qu'il

faut garder son coeur d'enfant

pour faire ça dans le fond. Moi,

je me souviens, étant très

jeune, que je jouais

surtout dans la neige,

et aujourd'hui, c'est ce qui est

bien. Je joue encore dans la

neige, mais là, je suis payé

pour faire ça dans la glace

et aussi dans le

sable à l'occasion.


MICHEL LEPIRE

Pour la sculpture de glace, ça

a débuté il y a une quarantaine

d'années. J'avais fait même à

8 ans une sculpture pour une

compétition familiale devant

la maison chez mes parents et

j'avais gagné la première place,

donc ça, ça fait vraiment

longtemps et c'est devenu la

sculpture de sable depuis 1997.

Mon garçon travaille avec moi.

Il est très, très bon sculpteur.

Le petit fils s'en vient très

bon aussi. Donc, c'est vraiment

une question de famille.

J'ai gagné le Championnat du

monde en 2003 et je gagne très,

très fréquemment le prix du

public. C'est parce que j'aime

faire beaucoup de petits

détails. Et c'est ce qui plaît

beaucoup aux enfants

et à la famille.


MARTIN ERNST

On peut vraiment aller donner

du petit détail à cause que la

lumière réagit bien. Ça fait

vraiment des ombres plus

foncées, alors on peut vraiment

jouer avec ça et étant donné que

c'est comme du pixel, si on

pouvait comparer un grain de

sable, et le fait que ce soit un

sable argileux, donc qui est

mêlé avec de l'argile et une

bonne compaction, alors on

fait du coffrage. Compaction,

beaucoup d'eau et finalement, on

arrive à avoir un sable qui fait

en sorte que lorsque tu coupes

dedans, ça s'effrite pas, il se

tient, et alors on peut vraiment

donner du détail assez, assez

précis. Mais il faut penser très

bas-relief, structure un peu

pyramidale ou les voutes, si

on fait des troués, mais il faut

pas aller trop loin dans

la matière. C'est bien différent

que si on travaillait la glace.


MICHEL LEPIRE

Si on va sur une plage, pour

savoir si le sable est bon, on

prend du sable, on le mouille,

on fait une balle, puis on la

tire en l'air. Si on la tire en

l'air de 3 ou 4 pieds de hauteur

et on la reprend et elle

se tasse pas dans notre

main, le sable est bon.

J'ai des familles ici que ça

fait trois ou quatre ans qu'ils

viennent et maintenant, ils

viennent me voir même avant le

début pour savoir comment ça

fonctionne, ils sont-tu corrects

avec le plan qu'ils ont choisi,

quelle va être la difficulté,

alors je leur donne des conseils

toute la journée, reste là avec

eux autres. Puis s'il arrive un

petit pépin, je leur montre

comment réparer, ces choses-là.

La qualité première, c'est

vraiment patience effectivement

parce que... Patience et aussi

ne pas avoir peur de l'éphémère.

C'est-à-dire que la pièce, on la

prend en photo, on l'a en

mémoire. Puis c'est là que ça se

passe. J'ai organisé des

compétitions sculpture de

sable à Québec pendant plusieurs

années et c'était toujours

le même sable que j'utilisais. à

chaque fois, quand arrivait mon

gros tas de sable, les camions

venaient dumper le tas de sable

devant mon chapiteau, j'avais de

l'émotion parce que je me

disais: Ce gros tas de sable là,

il y a plusieurs personnes

qui ont passé. Des sculpteurs

professionnels de partout dans

le monde qui sont venus

faire des oeuvres d'art

extraordinaires. Là, ce tas

de sable là, on le rentrait à

l'intérieur, on faisait les

compactions, les sculpteurs de

partout dans le monde arrivaient

et là, ils faisaient des oeuvres

magnifiques, puis quelques

semaines après, la foire était

terminée. Ça redevenait un gros

tas de sable. C'est ça

la vie dans le fond hein.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par