Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Recycle Your Bicycle!

In Ottawa, the Re-cycles Community Bike Shop allows people to give away their old unused bicycles to give them a second life. Volunteers learn to repair bikes by training on old ones which are then recirculated for a low price, allowing the Bronson Street store to stay afloat.
Some 35 volunteers work at the Re-cycles Community Bike Shop. They receive approximately 2,000 bikes every year.

The fifteen-year-old store also offers to teach cyclists how to repair their bike with the help of volunteers and by borrowing tools. Re-cycles Community Bike Shop also makes a point of recycling all the used bike parts, whether to reuse them on another bike or to properly dispose of them.

A Benjamin Vachet production.



Réalisateur: Benjamin Vachet
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


CHARLES RICHER est bénévole chez Re-Cycles Community Bike Shop. Il accorde cette entrevue debout dans l'atelier de réparation de vélo du magasin Au fil de ses propos, des images de cyclistes, de l'atelier et des vélos du magasin défilent.


CHARLES RICHER

Ottawa, c'est une ville

extraordinaire pour faire du

vélo. Il y a beaucoup de pistes

cyclables. Le plus de vélo

qu'il y a, mieux c'est.

Ça fait au-dessus de 10 ans

que je gravite autour de

Re-Cycles. J'ai commencé en

utilisant leurs services.

Par après, parce que j'avais

une facilité avec la réparation

de vélo, j'ai décidé

de me porter volontaire.

Alors, Re-Cycles a pour mission

de remettre le plus de vélos en

fonction. Si vous voulez plus de

place dans votre garage, vous

avez pas utilisé votre vélo pour

quelque temps ou si votre vélo

n'est plus utile, il y a un

bris mécanique, mais c'est

dispendieux de le faire réparer,

nous pouvons en disposer ou

le réparer pour qu'il

redevienne utile.

On a entre 1000 et 2000 vélos

par année. De ces vélos-là, on a

35%, approximativement, qu'on

démantèle pour les morceaux qui

sont encore utiles. Le reste, on

répare. On a des volontaires qui

rentrent à Re-Cycles pour

apprendre à faire la réparation

de vélo sur les vélos eux-mêmes.


GUY GRENIER est aussi bénévole chez Re-Cycles Community Bike Shop. Il accorde cette entrevue debout dans l'atelier de réparation des vélos. Des images des bénévoles en train de travailler et réparer les vélos défilent pendant qu'il parle.


GUY GRENIER

J'ai fait l'achat d'un vélo

chez Re-Cycles il y

a une douzaine d'années.

Après cinq, six ans sans

faire de réparation ou

de maintenance sur mon vélo,

j'avais beaucoup de travail à

faire sur mon vélo. Et puis,

j'ai commencé à venir ici

presque à toutes les semaines

faire un peu de travail.

J'adorais l'atmosphère. Et

puis on m'a demandé de devenir

bénévole. Et puis, comme

bénévole, bien là, je passais

deux journées par semaine:

une journée pour travailler

sur mon vélo, et l'autre

journée comme bénévole.


MARK REHDER est coordonnateur chez Re-Cycles Community Bike Shop. Il accorde cette entrevue debout dans un entrepôt de vélos.


MARK REHDER

Les magasins de vélos

communautaires comme

celui-ci existent depuis

les années 1970 environ, mais

ça a pris de l'ampleur dans

les 10 à 15 dernières années

avec l'internet et les courriels.

Je ne pourrais pas imaginer administrer

ce magasin si je devais gérer

35 bénévoles en même temps

en les appelant tous, les uns

après les autres, pour coordonner

quand chacun vient travailler.


CHARLES RICHER continue son entrevue debout dans l'atelier.


CHARLES RICHER

Nous avons trois services

principaux. Nous avons les

"faites-le vous-mêmes", où

est-ce que nous faisons la

location de bancs à 5$/heure

pour que la clientèle fasse

la réparation de leur vélo.

Nous avons les morceaux usagés.

Nous vendons des vélos retapés

et nous offrons aussi

l'apprentissage de comment faire

la maintenance sur votre vélo.


MARK REHDER continue son entrevue individuelle.


MARK REHDER

Au départ, nous n'aidions pas

les gens à réparer les vélos.

Les gens pouvaient venir

apprendre comment réparer

uniquement en nous aidant.

Puis, nous avons ajouté le service

d'aide à la réparation de vélo.

La question n'a jamais été d'ouvrir

un magasin de vélo pour

gagner de l'argent. Nous voulions

juste ouvrir un magasin de vélo

pour offrir un service, tout en

nous assurant de pouvoir payer

nos factures.


CHARLES RICHER continue son entrevue debout dans l'atelier.


CHARLES RICHER

Nous avons de très, très, très

novices qui viennent réparer

leur vélo. Certaines personnes

ne peuvent même pas réparer leur

crevaison. C'est la première

fois qu'ils le font. Puis,

nous avons aussi des

experts qui viennent.


MARK REHDER continue son entrevue individuelle.


MARK REHDER

Certains préfèrent déposer leur vélo

dans un magasin spécialisé et

demander qu'on leur arrange et

c'est très bien ainsi. Mais d'autres

n'ont parfois pas l'argent pour ça,

ni l'intérêt et préfèrent plutôt le

faire eux-mêmes. On ne peut plus

vraiment réparer sa voiture soi-même

de nos jours, mais son vélo, c'est

quelque chose que presque tout

le monde est encore capable de faire.

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par