Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Super Tractors Unleashed

They turned their tractor into an agricultural monster. They’re ready to cover over 1000 km to unleash their mechanical beasts for a few seconds on a competition track. They invest a fortune in money and time for their passion.

They are fans of tractor pulling, a discipline that involves modifying a tractor to drag the heaviest possible load over 100 metres. The engines rate at several thousand HP and a single bad maneuver can cost them the win.

But they’re loyal to the sport and wouldn’t miss a competition for the world. A look inside the world of tractor pulling.



Réalisateur: Samuel Blais-Gauthier
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Cette capsule traite des compétitions de tir au tracteur. RÉJEAN CAYER et STEVE GAGNÉ nous parlent de l'aspect technique et de leur implication personnelle dans ces compétitions. Tout au long des entrevues faites directement sur le site, des images de la préparation du matériel et des compétitions appuient le propos.


RÉJEAN CAYER

Qu'est-ce qu'on fait ici,

c'est de la tire de tracteurs.

C'est tirer une charge sur

une distance de 300 pieds et

chaque compétiteur essaye

d'aller le plus loin possible.

Tout ce qui est ici en fait

de machineries, c'est

tout du modifié.

Moi, je conduis un

quatre-moteurs dans la grosse

classe Unlimited. C'est à peu

près un 600 force de moteur que

je vais avoir avec les quatre

engins. La ride est à peu près

de 10 secondes de 0 à 300 pieds.

Si on se met à la distance de

300 pieds requise pour un 10

secondes. La première run de

cette année, on est allés comme

à huit heures d'ici. On a été

invités d'aller faire une

démonstration. J'ai fait huit

heures de route pour faire

seulement 10 secondes et le

lendemain, j'ai "re-loadé" les

machines dans mon trailer et

je suis revenu chez nous,

seulement pour ça. C'est

juste le thrill.

(Un tracteur tire une longue remorque chargée et roule à plein régime, le devant du tracteur ne touche pas le sol.)


STEVE GAGNÉ

Ça fait 20 ans cette année que

j'en fais des tirs, et on n'est

pas capables d'arrêter. Quand le

printemps arrive, la fameuse

fièvre du printemps, on a

hâte de ressortir

nos petites patentes

et nos jouets. Je ne sais pas si

c'est une question ... On se la

pose tout le monde, en tout cas,

moi, je me la pose. Qu'est-ce

qui fait que... C'est

l'adrénaline. Je sais pas. C'est

une maladie, c'est

carrément une maladie.


RÉJEAN CAYER

Il y a des fois que ça te dit

qu'il faut le feeling quand on

pousse le throttle, qu'on peut

appeler le gaz, le twistage que

ça fait. Et on s'assoit dans

le siège et ça décolle

et ça peut... Nous

autres, dans notre classe, le

devant peut lever à 3 ou 4 pieds

dans les airs. Après ça, c'est

de le conduire, de le tenir

entre ces lignes blanches-là.

Parce que si on touche aux

lignes, on est disqualifié. On a

des règlements à suivre et c'est

pour ça qu'il y a des juges sur

la track qui nous disent quand

partir, quand arrêter, si on

touche à la ligne, ils nous

donnent un drapeau, on est

disqualifié, on est le dernier

de la classe à ce moment-là.

C'est très dispendieux. On fait

absolument pas ça pour l'argent.

Le temps, il est jamais à

compter là-dedans. Une bourse,

dans notre classe à nous autres,

une première, c'est à peu

près 1000$. Et on a des machines

entre 250 et 300 000$, tout

dépend des engins que tu as sous

ton véhicule. C'est seulement

juste pour le plaisir.


STEVE GAGNÉ

Il ne faut rien, rien

négliger. Une petite négligence

grosse de même peut faire un

drame... Tu sais, ça peut

briser... Une petite affaire de

même peut me coûter 5

à 10 000 piasses dans...


RÉJEAN CAYER

C'est beaucoup

d'ouvrage. À chaque run, il

y a beaucoup d'heures. D'une

première run à aller à l'autre

run, il y a peut-être un bon

dix heures à mettre dedans,

faire sûr les valves, les

changements d'huile, tout

checker le système de bolts,

s'il y a pas rien de "loossé",

quoi que ce soit. J'ai été une

fin de semaine passée, j'ai

brisé et j'ai passé deux soirées

à quasiment 2h du matin pour

réparer le moteur pour l'avoir

pour ma compétition à moi.

(RÉJEAN vient voir les gens les mécaniciens qui travaillent sur un moteur.)


UN HOMME

On va en enlever.


RÉJEAN CAYER

Ça lui en prend

dans le moteur.


STEVE GAGNÉ

Quand on travaille après

ça dans la semaine, on fait

quelques changements, on a hâte

d'aller essayer voir. Ça va-tu

pareil? On s'est-tu améliorés?

C'est un défi personnel qu'on se

donne en même temps. Et c'est

sûr que quand on fait de la

compétition, on veut gagner,

mais en même temps, je pense que

chaque tireur a hâte de voir

qu'est-ce qu'on a fait. Ça a-tu

été bon? On va là pour gagner,

mais en même temps, l'important,

c'est que notre machine aille

bien, qu'elle ait donné son

rendement et ça, c'est le

principal. Moi, je suis rendu

à une étape où je serais presque

prêt à lâcher, mais j'ai un fils

de 19 ans. Là, c'est la relève

qui s'en vient après. Elle est

encouragée, elle veut continuer,

ça fait qu'on va continuer,

on n'aura pas le

choix. Ça se transmet.

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par